Du réseau au tapis roulant. Eléments de réflexion sur l

Du réseau au tapis roulant. Eléments de réflexion sur l'évolution axiale du fret ferroviaire en Europe - article ; n°642 ; vol.114, pg 201-213

-

Documents
13 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Annales de Géographie - Année 2005 - Volume 114 - Numéro 642 - Pages 201-213
13 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 01 janvier 2005
Nombre de lectures 66
Langue Français
Signaler un abus

Du réseau au tapis roulant.,
Eléments de réflexion sur l'évolution
axiale du fret ferroviaire en Europe
ReflectiolJ on tire axial evo/ution
oftrain frets in Europe
Jean Dcbrîc
Ch."l. ... &:> l\."Ch... c......,
In<.'lUl "JJlion,,1 <k Rc'Ch..'fche .ur les lrJ"SJ)OM~ leur So..'<:unu.l
Introduction: simplification et «mise en axes»
du réseau ferroviaire
O;lllS un conte:.11: géncr:ll ..le clise prolloncic du sccrcur du li'ct f~lTo\'i3îrc
,,"uropécn, Ic=s struégics 3ctuelh:s de reVil.llisarjOIl du rail tcnJelll j modifier
k modèle même qui sous·....·nJ l'cxploil;ltion des r~sC';lUx. Les phns J\:nrrc­
prise: des dillërents op":r:l.tcurs lên"o\"iaircs, qu'ils OOICI11 pri\''':s 011 publics,
é\oluClll VCIOS une géllC'ralisation des prJriqm-$ de concentration Cl Je: 11135­
sifi..::uion :tpœs à .\$sur.:r J'àcmudlcs rcnuhilités llQu\cllcs. l....c pl:m fret
2006, proposé recemlllcllt par la Sl'\CF, en est l'exemple le plus récellt,
illuslrant, avcc UI1 peu de retard d'ailkurs, un pu.Îss;mt mou\'cme.nt d~
reconligunltion des logiques du fi·ct (nro\'Îairc el1 EUfO!'C :\ux Ilombreus~:s
fcnncrurcs de Iig,ncs lot de g;u'cs de t1'ÎJ.g.e .::orrespond alo~ une forme de
rcduclJoll ou de COll traction dcs 1'~'C;lllX Il)nctÎonnds. Certes, le moun:m('111
n °CSI pas nOU\'Cl1l1. Les d.Îff~rcnu's réllcxiolls ou les olllalyscs diaehfOlliqucs
,::ollsacr":'es à l'étude des dispositifs lcrroviain::s ont larg.cment montré cc
1110U\·l"1l1CI11 (1c ùmtracUOIl ('·arler, 1997; Train, 1995; Auphan, 1997). 11
reste que la modific,niol1 en cours de l'cl1\"Îronnement institutionnel à
l'i-chl'11c curopécnne, caraetàiséc par une lib':ralis.luon progressive du Illar­
cl1{o du fi·cl fcrrovÎaire, p,lrucÎpe j !"olcc':lération r..:cl'nte dt, cc mO\lvcment.
Les logÎques pro::valcnœs de rClltabiliré ou du moins d'équilibrc budgétaire
rcnlon:cnt les l'roccssus dc sé1eccioll cr de hiérarchisation d,ms les résc,H1X
Ct les aXl'S des cntreprises ferravi,lin:.\'. Dans cc contexte, 1cs opérateurs
,11l11onccnt des reStTllc[tlf;lljolls illusrrc:-C's paf des notions cmcrgentcs qui
interrogent alors Il' Jiscoun dassiqul' sur les rl'SC;lUX: les notions d" tapis
roul<lllt, dc têléskî, dc ... shunlc .. ou navcttes SOnt déclîn~cs dans l'ellscmble
des plan~ d'cntfeprise. Ellcs iIIU:olrcm cene unifornl1saùon lieS pratiqu.:s
Ann.cn.~ ... 642. 2005.~!Ol·UJ, CAm..md Colin202 • Jean lJebric
diluant les oppositions classiqucs enrrc logiques privé4:.$ Ct publi'llle~.
Qudk que soir la di\'ersiré dcs vocables urilisés, les rennes Il1Cmiollll~.s pré­
d.demmcnt traduisent t'OIIS une volonté dl· COllLCIHTatiol1 sur quelques :ncs
rentables cr ulle remise en cause de la gCStil)l1 des trafics plus diffus, ;111[1·('.
mcnt dit de la desserte géllér:l.liséc des tCITiroircs. Du lJl.lilbge ,\ 1.l frag.·
mentation des :l.xes donc, c'est bicn une llueslion de fonction de r':scau
qu'il s'agit d'imcrrog;cr au regard des praljques publiquc.s (·t prive..::s h'o­
luant dans \In nouveau C::Idre institlltionnd.
1 L'évolution institutionnelle: une modification
du «compromis» ferroviaire
CCl1"l': llluLiiliCILiul1 ill~tilULiUllJll:lk t"~L ~OJIJIUe, lllallJuéc pal Jil1;':·ll'"nLl'S ét.lpCS
"pilotées" par la Commissioll eurol'écnm: en parriclllilT depuis le début des
années 1990. Elle est int-luellcée par lIll double objecrif politiquc: \.l n)lOnlé
de r..::port modal (de la roULIC au),. modes :l.ILernatitS tCrnwiain::. Ill<lritime ct
nuYial) d, p.nallék.mcllL, b lléo:-ssiLé d'enr.tver le processus de crise du
mode dc nansporr f~rn)\·i'lin:: (pertl" des parts dIC marché et dette des con>
p::lgnics hisroriqucs). Ces objectifs corn:spondcl1t 3. un", situation d'':·voh;­
rion difllcile. Les chifli·es présentés p'H 1.\ Commission .-fans le Line bhllc
des trallsporL~ (200]) sont signîli..::.ltif's: .nT.":: 241 milli:uds de l'Ollnes p:r
km (unité de référence lèrroviairc) u·'lllsportées n)lttrc 283 cn 1970 d'ln
les pays de l'Union, Lt part de marché du r:til dans k: lr:tnspori de mu­
chandisc l'sr passée de 21,1 %:'18,4 %:lU profit de la route dans un conteXle
de croissancc u·ès fol1e des \"olull1cs t.LIllSpOrl":S. LI siluation fr.tllÇ:!iSC pre­
cis", ..::et ct.1\" de crisc. I..c- trafic du tiTt !l:rroviaire t:r:lllsport':- cn 2002 (50
milliards de \"Onncs/km) cq strictclJlcnt le l1l~me que el'"1ui traité en 19S5.
D.ms le même temps, les tralÎcs routiers cunl1ai$saicnt un doubJcmcn\. d(s
tT<lfics, de 125 3. 250 IIIilliards ch: IOllncs/km (source j\·1inlsrère de rtqUl­
velllenL, SES). Dans cc contexte ,r~volution motÎ'·.t\1\" unc volonté de rC5­
Ll"UCIUl".nion, I.t directive ":)I/++U - qUI Impose 101 s..::p,trJtioll, du mOi11$
..::ompr:lble, des acti\·ités d·cxploit:njon lt:rrO\ùire de cclks de gesrion cit'
l'inti·,lstru([Ure - IllJrquc k débu\. d'une mudiliotil)Jl de b dg1eI1H:"ll­
utiOI1, entendue ici comme règles du jeu encadr.llli 1'org,mis.nion ferro­
viaire. Première éupc vers l'ouverture du r':se.lll. cerre directive '''Ilidc Ulle
,'pprochl: Innsfi>rlll':e en prinôpc de b Commission, prillCipl' qui l"t.tblit
Ulll:" relation directe entre ouverture ;\ll llurché cl consolidation d-un
binÔI1U' compr-riti\"ité/ producl.Î\ ilé. l_l's d;nërclllc.s dirl'ni\"es SUlV.lllU·S
19S/IS, 95/19 CI les récelllcs oricntaLions f.üS;lllt suite au Li\TC Blanc des
tT.Ul$POrts 2001 . dire-cti\"cs 2001./] 2, 1:; el' 14) S';Hlachelll. progressivl:"mcllt
.'1. definir \cs conditions d·:lCcès ,lU rl'seau Cl ks dispositifs de sépar:ltlon
emre \cs .Ktivirés d·cxploitation CI" d'infi·astru(llIre. Le 15 mars 2003. d:lle
[;Hgemcnt médi,njséc. I·om·crtun:: CSI COIlS;\crcc ,t(,·ord:lll\. un droit: d':\Cccs
au Rése.lu rrans-Eurnpéen dl' l'rel" Ferrovüirc (RTEFF) .\ toutes les emrc­
priscs ferroviaires :lyant une licencc pour cxo.::rcer des serviecs de fret im:e··Not<'!' I.'~, olutioll ""jal... du irel lerro"j,);f'C' COl Europe· 203
natiOn'HlX_ Ccrtl.'~, cette OU"Cr\"lll"l.' est pour l'insta!H j>:lrtidk. EHe. dl'pend
de l'ét:lt d',n-aneelllcnt des poliriques natiOn'lles qui traincnl" parfois à Illet'­
[l·e en place les institutions indépend;1JltTS ch:lrgées d'octroycr les licenccs
ou Il.'s sillons nécessaires .1 l''lctivitc de frct_ L'ou\"l;,.rture l'St. llé~ll1ll1oins JaI1­
c~e, dOlllunl lieu à des posirionnemcnt:s récents dl".s opêr;ttl"UrS lèrrovi,lires
sur un résl'all européen du fret sur lequel n-,lIlsitl: près d.: iO % des llux
curopéens de (rct tl:rroviairc. Et" l'om·cITlllT de l'ensemble dcs rb;caux
lutionallx <:Sl. prévue pOlll" la datc du l5 mars 2008 linalisanr :J.lors ce pro­
cessus d'ouverture il la concurrcnce ,lU ni\'c.H1 ellrop~en.
ecue modillcal"ion institutionndle a,xêJ':rc Cl. iHustrc donc un c!l,mgl.'­
men!" dn rôle m':nll" du rêsc.\U fi.'ITOyiaire_ Elle l'aceélèr..: Cil perll1e1'Unt 1:1
concllrrence sur ks axes princip:lUx du \TanspOrt dl' IlMrc.lJalldises. Elle
l'illustn: en résum,lll1 l'b·o!lujoll des pen.:q)tiom aux dillcrents nivl';wX
politiqucs dl' cc qu.: d"it" cere ('lU ne plus être) cet outil de- transport. Le
discours déIlOI1~<1Jlt un pouvoir dl' lhuxelles ~)n1l1iscicnt". sone de machine
<'1 libéraliser, cS\" sou\'cnr énoncé. Il est l"rompcur pourtant, masqu;lHl un
syst"ème dl~ r;lpports de force complexc cntn;' Ics dilr':n:llL~ (-chelons euro­
pé<:llS (Commission, )l:HIl'lll<:llt, Conseil) el" les pou\'oirs nation,lux. Cents
ot"rès déb<ll"tlle, cctre évolution des règles du jeu est" b résultanrl_d'lm et~b'll
er d'ullc '::volution dt' penséc \'crs un besoin de n:nt:;lbiJit~ 1l0U\'C:tlL Et c'est
cette é\-olmion qui tend ;\ réduire l'éort' cntre logillucs d'opérateurs privés
(rentabili[~) cr Jogi<."jues d'opér;ltclJrs pubJi,.:s I.equilibre). On rCITom·c El
une n\glc générale dl' J'é\'olurion des réseaux, qui demeurent des «com­
promis» (Dupuy, 1985; lullèsrin, 1981.1. dépendam d'Un l"nsemblc de
col1t.ro\intl~s techniques, politiques et cconomi<.:jlH:s. Ll demande polit:ique
au s..:ns brg,t', liée dle-même:l des conn'limes économiques de plm en plus
lort·cs (rédm:rioll dcs ciéficirs Il.ltiollatlx), modifie les t.ermes .-lu compromis
fcrrmüire pour le liTt, vcrs plus de renl:<1bilil"é_ Cl'.t1:l': nhldific:tl:ion des con­
\TJintes produit cc mouvement 6'oqul:. précéde.mment" de conce.nlTJtion CI"
de massification, 1ll01lVCIl1Cnl" qu'il s'agit" nl,lillten:tnt (k prl"ciser. Les di Hc­
lclits \)pclau.:urs plJ\)Ji(:~ l'Ollllnl· privl:s, ~llJ'ils soinll traCliOllllain.'::; Ou 0))':­
ratClll"S ferroviaires (011 les deux), consolident un mou\'emcnr de hiérar­
chis,uion, e'cst-ii-dire dc s~kctiol1 de '1udqucs branches de rése:lUx_ 11 ~e
renforce un processus d':txialisal:ion, conséquence de pratiques d"lcteurs
oricnrécs par l'':\·olulion de 1\"lwironnement l'Ilcadr;lnr les réscaux.
2 Pratiques axiales, pratiques d'acteurs
2.1 Les nOlH'e.1UX elllr.ll1ts: des nielles et des .1Xes
L'évolul'ion du conl"exte institutiolllld Sl' traduit" pJr l'introduction .-le nOu­
ve,lUX entrants sur les r~·sc'l\lX n;lIjon,lUx_ Ces dcrnicrs dé\'doppellt LIlle
llouvelle ti.)rme d'exploitation t'errovia.ire. L'introduction d\:xpJoiulll"s pri­
vcs d:llls le champ de la n,lCtiOll structure en dTet lin type d'olli-c adaptée
,HlX c:lpacilC:s de ces 0pl;ratcuu. C'est d',lilleurs bien Cl" terme de capacitl;
qui cxpliqul' 1,1 sékcrioll d\m mo,kk spat.ial de d(;,ssen:e. Les nouvcaux204 • 1,",11' Debrie
~~lltraIlI.S, à l'inn:rs<: des grands l)p':'rclll'urs lUl.ion:lUx hisloriqllcs, l'XplOltelll
un parc limil': dt: locomolivcs dans un", log..iquc de n:lH;lbilil.é illllllédi:ltt.
Cetrc ckrnière esl. ,\Iors ,Issuré..: p:lT h rm.lrion lluxinuk des locomori\·ç~.
Elle impose un.: fréquence l'orte sur des lignes dircct.:s de point il poilll
sdcctiolllll~CS sur les gr:lnds .n:es européells où sc m,lssificllI, ks nux
d't'dullges ct sur quelques marchés de niches où h position monopolisti­
que est alors rechcrch':c.
Les cxempks Sont nombrcux de (ctte ins.-::riprion de ncKtiollll,lircs dils
privés, L'ne nord-sud est le t:erLlin dc stLllêgi(:s récentes où dcs opéral.curs
.llkm.lnds, suisscs Oll italicns propoStlH des offres sur les axes CCIlIT,IUX dll
Hr..:nncr, du Gothard ou nKOlT du Lorschbcrg, Certes, il 0.:51 difficile de
chrit1cr LI calc~gorio.: dl's nOU\'c;mx Cl1lr;UllS. JI st' dé\'cioppc d<:s rdcnions Cl
pllrtiôplll.ions croisees l·nl.re les gr,lnds opér,u'('urs pllblio ou privés ct les
petit'C's Ct souples SlTUC1.lln::s identit1éo eomme nouvc,un CL1tr:lllL~. J\>!:ti,
lïlllpOrtMH r('side bien dans c('ne ori('ntatioll ;l);i'11.:: que Jé\'Cloppcm les
R;lil TraCl.ioll Company (RTe), F~'ITO\'ii: Nord MilallO (F:\'J\\), $wiss lbil
Cngo h;tly. BLS Cu'go ou :lunes Emope;lll l~il $hUl:tle (ERS) <:i' H;mnib,ll
socib,l:s. Que ces "nouvelles» sociétés dc na([ions impJiqu":nl b p,Hticipa­
rion d,ms les capitaux de grands opér,u',,:ul"S l'ubli..:s fClToYiair<:s tl'clllrepl-ls<'
,lllcmandc R.Iilioll pour RTe, les Chemins dl' Fn Féd..:raux suiSSeS pour
SRC It,lly). ~k g:.rands arll1,il:cur~ ou m:Il1\I(cmiollll;)ircs privés (;\hersk-Sc,l­
land el 1'&0 pour ERS, Eurogatc pour }-Lmnib,lJ) <Hl qu'dles soi...'ll!. just..:
d ... petires sociérés enl.r:ll1res (FN;"i, Shon Lincs) ne lllodifi('llI p:lS k
llwd.èk proposé p,lr (CUl' ouvcrture krrovÎail"l' au Illu..:h':, un parc lil\lil';
dc locomotives, SUI" quelques re.l.ll:iOlls roncCJlu'ées POilll ,\ point où
s',lrc~10ro.:llt ks routions.
Crs o.:xemplcs illustrcl1l un mode de g:<:slion plln.iculier qui Sl' rc:.sume
f.qcilcmClll: les nouvc,lLIX cntranlS 11~' rom P,IS d~' r':SC;lLI n n'ollt' l'AS \'oca­
til)ll à ,~ssumcr un qu.:konqllc o\)jcc-tif r.:ticlilairc. La double logique nou­
\'~~allX cnn';lIlis/privés ÎllIcrdit LI cons1:îtut'ioll d'un resc,lIl glo\);ll qui
lll'l.l:~sill: Lill(; <.;IP,ICÎL': illlPOl"l".lllll: que scub k~ rr,l~·t.iOllno1irc·s dirs "hiHO­
rlqllcs» pcuv..:nl. ,1$Sumc:r_ TI reste que l'crI:": dîstincl"ioll OppOS;lllt un coupk
;\OCllrS prives/lngique ,lXi,lk au couple cla;;siquc opn:llcurs publics/logiqll':
«rt::scJu» CSI. ,Krucllement r<:mise en L,IUSC p::Ir les reStrucruT:Iü(ms récrnl.es.
2.2 Les opérateurs historiques: industrialisation = .1XialisalioIJ?
C3r le compOnClllClH mèmc des gr3nds opér,l1:cur~ publics Cil EUrop'ê
s'oriclllc \"tTS dcs lou:i(jucs de r,uionalité directe el donc l'crs Lt sl~lccï:ioll
dt' '1uc1qucs ,lX":S pri~ritaircs. L... "pacte l~l.al/cntreprisc" - p,lrElil<;11lClll
ré~umé par Ir journaliste frcmçois Dumont (2004) traitant de h rc1:11iOIl
<:Ill.rl' SNCF <:1 1::r;ll fr:mç,li5 sous la forme ~j(' fo.:nllc ks l'cm., tu Clis k
r.!'se.HJ. lU t"cnd...·lt..:s, j.: 1\:ngucu1c» - semble paniellemcl1t rompu, l.c'i
nOllvdks recher..:hcs de l'éguilibr... budgà:llre produisellt P:HI:OUI. 11Il(
indLl~I]"i:llis:\ti()1l des prcsclIÎons CI donc LI S.:!CCtiOll (r:lXl'S m'lssifi~s.
L'enscmb!c dl'S phns stratl;giqlles (1.;: r~~oTientc\tion dcs Sù:lcurs "ti'ct» de'iL'évolulion <l~iale du frel ferroviai,.een Europe. 205NuEes
en\'r~~prises feITD\ùin::s relèvc Cc tournant vers une sélectioll ,H:cnll: des logi­
qu~'s de COIl(clltr:nion. L1 srr:négie de l'opér:H'l:ur Il,nioll.1.l alkm:md
Railion, ("X J)('lt(SCh-B:1hn C:lrgo, csl e:"clllpLlirc de ces pr:1l'iqncs. Le pbn
annon(o.': en :lnil 1003 :1 la presSe p:n k comité direcl'l.:ur Cil ch:lrgc dn
Innsporr combiné indiquait: 1:1 nén:ssiré de l'noir l:t conccption dcs rése:m:"
pour rendre 1':lCti"iré rCllt:lblc :1 I"horizon 2005. Il cst alors préconisé UlJ
abandon des Inlles sur les itin":rain:s courtS l"r du rr:dic de wa!!:ons isoll"s.
A llill'erse, la conc(',lllr,lI:ion de. l'o((re slIr les grands a):cs très~ li'éqlJ('nh~s
est idenrilié"c com1lle prioritaire \:Out comlnc k dévdopPclllcnr des \T,llles
pOlr tt;lins complets Cl n:l\'d'tcs sur les princip:1I1x axcs. Qu'un 0PlT'ltCUI'
public rcndc offiôd lin rapport \',Ilorisanr les prariques Jo.: cI)IH:entr:ltioll au
détriment de la cOI1\'en:ure de l'cnscmble du rtseau c()llsl"irll~" un signal
impon.all1' de l'émergcllcc d'lm consensus sur la cOIKentrarion.
Il s';tg.ir d':li[[clIrs bien d'un maint'en,u1(' généralisé, Lt: plan
"l:rcl: 2006» ,mllonc': en dc:Ct:"1ll1)fl" 2003 p,tr Marc Veron, nùllv,.::tl1 direç­
I:l'ur FreI: de l:t SNCF, marque ulle ruptun' dfectivc cr impon:anre avec les
:tncienllL'S pr,lrÊques commerciales ct' indusirielll"s dc l'0I''':'r.lh".llr )'Ilblie Îran­
pis. Il esl: annollcé un rcccnn,lgc sur 5 gr:mds .\xes fi·cr ,tlime11l'é-s 1':'11" 12
zones ~'Ol1lmaci:lles loc:l1cs (Gnmd Ollest, Rhône-.'\lpcs, ]vléditC1T:I11':C ... ).
Sllr ces axes, le rellfolyemcnr de la produ~î'i\"iré des services est :Ilors ,lssocié
il ulle augmenrarion des fi'équcnces lk rOl'ariùll produisall\ une I:r:1clÎoll où
le nombre dc navertes lCrrovi'lires pt"nuet un système de "t':lpis roulallt»,
On [Cl'rOllve la m':llll' logiqul' chez !cs Chcmins de Fl"r FéJér'lllx snisses
(CFF). Dans le plan stLll'êgiquc de l'entreprise:, est identifié lin principe de
«téléski" (ski-lifr) pour e:xprimer l'idée d'une 'le..:élérarion des WI";l\'iol1$ sur
des axes conce:nrrés. En clair, il n'y ,1 plus d'associ:.ttioll directe o.:l1l[C \ln
ll";lin il former CI: um" locomotive dédiée:1 ..:e train, 11l:lis un système de l1l:lS'
sillcal'ion global sur des points où les locoillotives ',d':g:lgcnt" r:lpidclllcnt
les trains consrirués. L'analog.ie aH"C le l'éll"ski, syst"èllle où ks skiems sont
n'acrés en fonction de leur ordrc d'arri\'ée (premin arri\'é, premier sl'r\'i).
illuslTe parùitemenr cette logiquc d'accélération liné'lire. On pO\lITait mul­
riplier ks exemples de ces 1'econvC'rsiolls «publiqucs" \"1::.1's Jes principes de
ratioll:lliré S:lll$ contrcdîn: Cl: COllSUI": les pr'ltiques axiales sembklH sc
génél~l]jser d,111S les :lct'ivilés de traction. puhliques comme privées.
2.3 Les opérateurs du transport combiné: s'adapter, concentrer
Et ccne recherche de l'''~qllilibrc dans lin COll texte eL1ropé~n de libéralis<l­
6')11 inlllH'llCe le compol1Tmcnt de l'ensemble des opér:H'eurs. La rllpture
ou contrat" ~"1l\1"{" les 1~I,tts Cl leurs C'lltrcpris(s publiques impliquc 1111 fonc­
rionnement: ~·n c!uinl' des comporrclllcnfs liés .lU): ~ysr':'mcs !l:rroviairc$.
L'identific.lllon ,il' l'cllsemblc des paradoxes liés aux ~VOll\tiOllS poliriques
ll:\tion.l!cs ct nlropécll11CS n'est pas close. Elle précis(" d'ailkurs la ditTiculr':
de concrétiser des discours politiques SOUh'nt con\"rJ.c1icLoircs. La lecture de
l''':volurion ferroviaire C'sr lIll champ fécond pour l'an:dyse dC's contradic·
rious politiql1C's. Les volontês de r<:port modal portées lur la Commission,206 • Jean Debrie
rebyées par les Et:lt~, sont étroitemcnt associécs JUX moditications des
r~glcs du jcu vcrs lIrle ouvcrrmc libérale .lll marché. Elks som :llors en con­
tradiction avc<: unc autre volonté politjqllc qui est <:clk dll pol\'c...'nrrism<:
ct du Réscau Transcmopéen (Debrie J. 2004). L';"n:iJlisJrjon, renforâ..: p'lr
J'évolurion libérak, cst liée ~ b cOIlCCll!Tation ct ne p'lrricipe cvidel11l11ent
pas ,lll rééquilibrage espéré d'un rerriroire européen profondément f]";lg­
menre:. Cette mise en axc ne sc résume l'OS JlI:'\ sculs comporœmcms des
tractioIlIlJin.~s l11Jis conccrnc par Ull d'là bicll (Ollml de rilocher les dienrs
mêmes des tractiollllaircs.
L'e:'\cmplc des opérJtcurs de transport" combiné est ~c];lir:lllr de cet
impact global des évolutions ferro"iair<:s_ Ll logiqu<: l'sr d'ailh::urs simple:
dJlls une recherche imposée de l'équilibre finJm:ier. les tractionnaires er les
gestionnaires drs infr:lstrllctllrcs .11lgl11entent !Cllr prix dans lin conte:'\t..
d'endcrt:ement croiSS:lIU. L'augmentation des prix pOllr l'allO(:Itillil des
sillons pratiquée par e:'\cmpk par lin g~stiolln:lire rcl Réseau Fern.~ cl.'
h:Ill":":: (RFF), associél.' ~ b tarij-jCH:ion l'Il IUl1ss,,: des prix de u:l(t:ion ,lppli­
quée par les opérateurs n:lrionaux type SNCF, il1lpos~nr un..: ,ldaptarjon i
1:l:_\TC é\·olutjon de la stru("[l]re des cOlît:s pour les opé-rat"l'Ilrs de transpon
combiné. La conséqu<:ll(c l'sr <lisémenr idenr.ij-jable. Elk suir U11l': I.'qu:\tjoll
type: augm":llrarion dl':s (oûtS ...Idaprarioll ;\ ..:ctrc augnlenrarion .. a(here .
d..:s rr,lins (ompkrs .. a..:hct..::r du risquc .. sc COIlù:l1tr..:r Sllr l]uclqu..:s a:'\es.
us ré(enres réorient"arions de J'opér:ltem elll"opé<:n Imcr..:on\ainl':r-) mer·
frigo (ICF) - société par Jcrions rcgroup;\Ilt, d;\Ils \lm:: volont': de dé\"c·
loppl·lll~nt du t:rJnspl)!T combiné, la pIUP;lJ1 d~s grandes ..:ompagnies f..'I1U·
viairl·S publiqll~s ellropéennes - illlls\T~nf (<:s recolllpositjolls ~n cours.
Début 2004, le plan d'~l1trepris~ valicle Iln~ réduction imporrante du nom­
bre de t~nnill,lu:'\ desservis pour privilégil.'r un "core l1cr\\"ork». Ce réSC::11J
sélecriollné doit \Llirer près de SS % des rrJfics d..: ..:et opéralellr d..: trans·
porr combiné. Excmpk parmi d"lltlTCS, de SO poinr.s dessclTis prl:rédclll
mènt ...·n Alkm;lgnc, le nombre tomb..:r;l ~ ]9 fl.'.nninau:'\ (5 terllliu:1I1X ell
Fnmce. ou encorc seulement Rottl.'nhm dcsscr',-i cn Holland<:).
L:I r..::strucr.uratioll dc b Comp<lgnie Nouvelle de Cont"<:llt'"llrS (CNC),
liliale de trallsport (olllbilll: de la SNCF, suit la lllèmc logiquc. On privilé·
gie les grands COmptes ainsi que ks flux l1lassili~lbles ~ longue:: disf'llKC. 011
conccntre J'olli·c sur les principaux :Ixes, en pJrl"ÎClllicr (CU X qui dl"ss .... r\"<:n:
les grands ports. eèS derniers (orre::spondallt' :Hl:'\ points nOdJll:\ des massi·
fiCHions possibles. Comportement" eorolhir~. la desserre (!cs points SC(011·
d;lirc-s est limitée. ,·oir..: :l.bandonnée. Cetre rariOll<llis:lI"ioll du plan de tT,l11S
porI' de: la CNC l1l<::t l'ac(Cnt sur quelqucs modific:lrjo11s essèllrielles: fusioll
des SCl"vices comnw.rcÎaux COntinentaux (Comill<::l1t:lI Express Sn"\'icc) c
lluririlll....s tNaviland Express S..:n·i .... <::), (rbriOll de del!x agl"nccs au H;Wl .....
ct !i i\brseill..:. tJ"adu..:tiOll de l'orielltarion prioriLlin: sm les grands ports,
ab,mdon des dcss ...'ltes porru<lires s~(ondaires rdks Roulêu-Srrashourg:
récemment lennéc. fl.'nllemre de ditlèrcnts terminaux (Orléans, Nan(\" Sor.·
teviJ1c, Lille Saint-S:ll1\'eur). TOlites ..:..::s mcsures conlinnenr 1:1 priOl·it~ :lffi-I:....vollliioli aXlalc d<J frel fenoviail~ Cil [\lrope • 20ï
chée 1.:11 I~\"{'ur de la conccntration axiale, cn accord avec révolution du
tT,\IlSPOI1 de rn:l fe'IToviairc europccn.
3 Tapis, téléski el shullle:
de l'impacl sur les réseaux elles Il hubs lt?
3.1 Rel.lis massificateur ,'erslls points de redistribution
,,,\u rcg.lrd de ~-cs quelques d':lllcnrs r.tpidemcnl reperes, ':\:SI bien la qm's­
rioll de l'évolution mènH: d'ull type de r':scau "'crn)\·iair~· ~lui se pose" Il
semble sc dessiner un sous-systèlllc d'axi.llis;ltioll d;t\ls Ull s"~;J':me lèrro­
\·i;tire glob.11 où lïmcranion entre les diffêrentes parties prenalll.cs de \'Ktέ
\il..~ .. (rel" slrll~ï·lIrC lin ciTer d''''ntrain ....m....lll \"C"I~ la COlh:CIlIl";UjOIl.
----,
I-,coc,="=.c,,=uc,=,=,c,=,,,,=,c,o=uc,c,c·-I1 .NOUVEAUX ENTRANTS.
LI ,l'd,e,<:he li"", Gq..il"'~
/ LI 'ed>e~~~j~~~A~orc"'.l>ih"\~ oo~.i,o
PI'~ do ,.ac...... OUllQ<>a h{ln... i
I~"llé ",10<:"0"'-
/ Indusul3lI."
/ •
L...9'~nds &>.l'S Un'_If. lU'...
{,_.0ub"l -«-- n.a.d>OIa"Onlr~-
,J
AXIALlSAnON
1 oPERATEUlS DE 1
TRANSPOAT COWilNE
U ... _Ill""'" au>.
nouw1la COndMoo<>I du "....d.e
t
Avg"'C'"~I;O" d~. Adlnl ""
coiilf d',d1l1 -----i> "a,,,. CO'''I,loto
Fig. 1 Un processus d'axialiSilliol1.
TIJe axializaliolJ process.
L;\ fJti,malir,: d ..... \":lCtÎ\"ît..: des IlOll\CallX cntrams semble IoUle Cll1ICr,
lenJu~ \·er~ la rotarÎon des parcs T,,;,1uits dl' locomorj\'l,.·s. Cc .:hoi" cntraine
la ronn:.uion dC' na\"C't[CS axiales. La cris.: importante rencOluree par les rIOte­
lionnaires hisrorÎ'lues ,·alorisc l'idl'mifieal"ioll de pl:tns strall'giques où r.lX'208 - \<'.111 OC'brie
est dit "priorit3ire " Les opérateurs Je transport s'adaptcIli "\IlX lllodÎlic;\­
lions de strllCtur~ des couts Cil acher:.mr des tr,\ins COlllpklS sur qudqucs
sq;:nh:nrs :U:i:lUX. L"~\'OIUl;on acrudle du ti'cl ten·O\·i;tirc cn Europe sc c:lrac
Icrise par un passagx du reseall maillé .lU n.:scan ~[()ik, remis en cause cn
I.tlll que r~seau p3r un s\'stèlllc de lignes directes isolees les unes des autres.
L:l lig.urc du r:tpis rOllk\l\l cH-clic: 310rs l'image .ldequJlc pOlir illustrer
un troisième s[;\dt': d't'ohnion des résc3u:\ (resc,\u l1\"ill~, réscau ~·toil~.
cOllfiguration axÎ.lk')? Sans .uUluler roulement le s\'Sl'èIUC l'toilé, ks cas plus
haut é\'oqul's sur 1;1 (1orsale nord-sud courant du lknclux Cil lralic, tLtWr'
.\0,\11\ l'Allenug,ne cr la Suissc, l'CIllCtt'':lll en GlUS\." ccnaincs logiques réti·
clIlair\."s. LI n:préscnt..lIjoll gnphiquc (fig.. 2) monrrc lcs princip'lks consé
qllcllecs dc ces n:;:herch~'S dc Jla\'l.'l"h:s, dl.' "llllUk, de liaisons dire..:t'es point
A/poim B pour reprendrc le jargon ferroviaire. Ali SdlCl\l;\ (J:h€oriqu\."l
d'une log.iquc de ré"c.\U sc subslitlH: une .:onligur;nion ;lxialc qui r~duit k
nombr..: de !i:lisons. supprime les ronerions elOilée:; (1mb), déconn~'ct..:
(" décOllncxe» pOlIr êl rc ex.lcl) d("s poles d~' 1\'nscl11hk CI isole I,xl"lJim
poinls, LI deuxième ph;lSC de restnKtllrariol1 des ;lctivités de !'opér;Heur
ICF, aI111011c':'C cn lHJ\'cmhre 2004 (RtjJo.<itim/1/01l1'1l7 l'hM!' 2) en CSI Ull
c'l:elllple ~d"tir;lIll. .'\près b rcuucrion du nombre de terminJux desservis en
ElIrop~' op':rée débui 2004" b lin de cetre 3llnl!'c d'explt)italion l'sr mar'1ué('
pal' r:'l1U\OIlCe de la suppl'es~ioJ1 du système 1mb flIlli ipot'f remplacé p:lr un
sU'iet dispositif de Il;wencs et rrains complets. r chu" de ~kt7- eSl" ,lÎnsi
supprimé alors que ('c1ui dc Hern.." (.A.UClll.lgnc) C$t d~dassé en simple:
~i1nt,wn:" c'est" à-dire (d:lns le discours de r,>!Xnlcur) en ptlint de nussifi­
.:arion pOlir :;eulement Jnl): ou trois liaisons directes,
Logique -réseau_ Logique _axiale_
1
o o
fig,2 Ou rt!ose:lU:' l'..xe
From /lelll'Qrl; 10 3WS,N"lc~ l'é\'olulion axiale du frel flmO\'jilire en Em<)IJe • 209
En tiligr"lfle de celle remIse' ~"n ClUse de ccrt"lincs logiques de résc"lu en
truik, c'cSt bien b question du Ilœud dc l'~roilc qui sc pose. Le hub. fonc­
rion v.tlorisée d;ms b plup:m des fllodcs de' rransport:, scmbk de plus en
plus conle'sr~ dans l'organis"l\.Îofl du ll·cl' fcrro\·i'lire. Les .:ritiqlles J.(I'ucJlcs
énoncécs par ks dielll:S du n"lnsport comhiné ;\ l'encolUre du hub de 1:1
CNC à Villeneu\'e S"linr Georges (slld-est de l\lris). point de conccntration
cr de redisrribution de 1.1 majorité ~ks OU); rraités par l'opéral'e'ur fraIH':"lis,
en témoignenr, l'our comme l'''lb:mdon pur cr simple dl! bllb anglais de
Cre\\"1.'" en 2001 ,lU prolil' de quelques axes pMlanl des ports anglais (Gou­
n~I"Il"lI, Daydou, 2003). M;)is au regard dl.'"s évolurions repérées. en part:icu­
lin sur ks lignes de de,sute des pons, il semble 1"11' ...·olun: sc consolider
des fOlllKS de rdais de massification. Ainsi, les rrains pan,uu d ...'s t:erminaux
d(" Bremerha\·cll ou de Hambourg, traités par l·opérat"l.'"tlr p'-ivé BoxXp"':ss,
rejoignent le l'clais de Glllunden où ils SOlu réorg,lllisés p:lr btol"s de
w;lgons tC(' non par w;lgons isolês) pour a.:heminer P'u· tr,lins enrins les
conteneurs vers les renninaux de rrais villes du sud de l'Allem'lgnt:: Stut:­
l'"garr, Munich, Nurembl"rg. D.lJls la lll~me logiqu..:, les (T:JIns de b compa­
gnic de transport" intermodal l..bnnib'll dCSSCI""lnr les pons it:aliens de la
Spezi:J Cl. Gioi"l T:Juro sont reformés sur hl plal'~'-fonlle de Melzo (b;)nlicuc
de Mil:m) .1\·:Jnt d'êtlT cm·oyés par .'Xcs \'ers Zurich t:t: r-'bnnhcim (fig. 3).
Certes, on retrouve' une des fonctiolls œnrra!cs du 1mb qui résidt: t"hns b
m:lssill':<ltion des nux. Mais .:es relais n\lssurcnr p'1S de toncrioll de redis­
tribution génénlisée des nux nl1lh:iplianr les li.lÎsons possibles dans un
I"cseau. Ils conccrnenr un nombrc rrès limité d'origines/dcsùnatiolls_ Ils
cOllsrit:ucnt: un tel"minal COllllllun pour dt:ux pôles d'où panent' des axes
massifiés \·t:rs quelql1l's pôles ù"nrrauX dcs arrières-p'1Ys pOlTu:Lin::s.
On assistc linakmenr ;\ une Sép:Ln1tion ..:Iain: de dcux tonetions bien
dillërenœs: unc fonction de m3ssilicaùon et unt: fonction de n:distrîbmÎon
sur l'~'nsemblc des territoires. Si la eonligmal'ion aXiale v,llorise les fOllc­
tians de lll:Jssitlcation, dle reme! cn .:allSC 1';11" eontrc des logiques aptc:s ;\
deSSe'r\"ir, par le bub, l'cnscmble des points d'lIll réseau. On voit alors sc
rentorCèr cctte distinction notée par l'atri...·k Nier;1\" ...'n 1992-, entre lm rype
de rése'lIl 1mb n11fl fllf1kcs obéissant 3. unc réelle logique d'aménagement CI'
un type de réseau s'insnivant dans les courantS domin:ul1:S des échanges
enropéens. Le réseau de Ll CNC, centré sur Paris cr pcrmet:\:ant UIl(" offre
de tr:Jnsport .:ombin~ cntrt l'cnsemble do::s rég.ions fr,lI1çaises, csr bÎe'1l
d'Iln(~ "lLltre namre quc celui d'ICF inscrit en plein «(Xur do:: la d.orsale nord­
sud desservant les grands pons europécns (Nicr:tt, 1992). Et pourtant cc
dernier tend à Se' simplilier elKore vers un (II1Y IU"nl'lwk de plus en plus
réduit". Quant aux logiques de desserte génér'lliséc, elles semblent remises
Cil cause d:lns l'ensemble des plans d'ellrrcprisc, POS,l1ll' alors une délicate
question d'am~n;'(gc"ment:.210· J('~n O"bril'
',,, , .......'
,~; ",",,,""', ~"'-'''' "r- I~ .
i
Go,""","" ."" N\",,"''''O""",,'~"
,.,,,'~
..~'~:'",,
'.
'''''u> ;
~ \.-:-r~"
,
" \ o Reh\is: Gmllnden (So~Xpres6Il!oMCI", (Hannlball
• Termi"au~ dessc....·i.
'1_-_....:"'."'
Fig. 3 0(>5 n~L1is J1las>ificateurs.
,\ la;;si(iç,,/ioll e(r~ï~ .lllhrJ Clossro"ds.
].2 Question d'.lmé/J.1gement: situ.lfion des espaces français?
C"ttc qut:Stion d'al11énag.el11elll sc pose d"ailleurs :ln:(" une ;lCUl\"<:
p~ll:icl1lièrc lorsqu'c1k eH rdiél' aux conditions dl.': dessertI.' dl' l'csp:,cc fr,m·
çai~. Cet:t:e "gl";tnde hradaic,. du lnnspon tèlTO\üin: Lie lll;1rchandise~,
pour reprendre l'expression ,k kan·Frall<;ois Troin \199~), conn;:lit une
acdlér;lI.ioll (C~ deux dcrnières années provoquée p;lr b fÛrnu.tion de cc.;
upis roulalll~ qui COllsacrclH la figure axiale ;lll détril1l(·lH de celk du
ré~ealJ. Le rapporl "fi'et 2006» lral'port" "Veron,,), k~ conférellces de
pl'C"';~" de ;\·1.11'( Veron lui mJ-l11c, dir~'cteln li.·~'t ,k la SNe]:, som S;\ll~ >lmbi·
guïr~' sur l'av<:,.nir dcs acri\'itcs de ti·er. C~' dernier peUl sc r~sumcr pM un~
b'olulioll simpk: fin de 1.1 ~·<lpil1.lrit:é, fin d'une culturc de \·olumc. écré·
m:lge d~s lrafics, simplificlljon de 1" calTe l~rro\'iaÎn:, nxentragc sur ks a",c;
desscn'ant les gr:mds porrs, mise en place dcs upis l"Oulal1ls. Ccnc srr:né-gio:
est rcbtin:mcnt simi1.lirc il cellc qui sc d~\'eloppe en Alklll:lgnc pM exem·
l'le, :.. b diffliTencc nO\l)irc que 1;, conlig.llration du tcrrilOÎre alkm3n..i. ~'st:
bien ditlèrenl.c d(' ,:elle de 1"'~sl';Jce li·,mç.,lis, ct. que C~·Ile' dillërl"11C~'
"g";ographiquc" est finalemcnt 3ssez p~lI soulignée d~ll1,~ les Jjfférf"nrs dis·
cours politiques. 11 scmbk alors import.mt de conclure sur Cl' pOÎm rdatir
;'\ la structure des espaces po~sibks de b simplification lèrrovi.lire e-n Fr;lllcc.
La question fin:lk rcviellt J. int.erroger h ('JITC de~ possibilités: de 11
n;:lV~'tTC. de. 1·.lXC, du point" J point dOllc. m;lis où? L'oricnl:;lrir)ll .l",i:,lc,
corollaire des logiques de r'll:ion:llit.e, n':·("cssire de L1 massification el donc
~ks pOÎnts origlnc/de~tin,nioll concentrés. CI:~ points SOll1 peu nombrcu~