ESPRIT
108 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

ESPRIT

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
108 pages
Français

Description

it. -* Programme stratégique européen de recherche et de développement dans le domaine des technologies de Finformation Rapport annuel 1987 Commission des Communautés européennes DG XIII: Télécommunications, industries de l'information et innovation PREFACE Les technologies de l'information sont sans doute la clé du progrès industriel et de la société de l'informa­tion. La plupart d'entre nous sont quotidiennement en contact avec ces nouvelles technologies, et notre avenir dépendra de la façon dont nous ferons usage des conquêtes de ce nouvel âge de l'ordinateur. Il faut toutefois rester conscient des avantages aussi bien que des dangers de ces nouvelles. Pour la Communauté européenne, le choix est évident: ou bien nous voulons être à la ¡jointe du progrès dans le domaine des technologies de l'information, ou bien nous nous contentons déjouer un rôle secon­daire. Laé veut relever le défi. Avec ESPRIT, le plus important programme communautaire. nous apportons une contribution décisive à la compétitivité de l'industrie européenne des technologies de l'information et. par là. à l'objectif stratégique de la formation du marché unique de 1992. Dès ledémarrage d'ESPRITen 1984. un changement fondamental d'attitude de l'industrie a été constaté. Les résultats du programme commencent à influencer les produits, les services et les normes européen­nes, et même déjà le marché technologique international.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 12
Langue Français
Poids de l'ouvrage 9 Mo

Exrait

it. -
*
Programme stratégique européen
de recherche et de développement
dans le domaine des technologies
de Finformation
Rapport annuel 1987
Commission des Communautés européennes
DG XIII: Télécommunications, industries de l'information et innovation PREFACE
Les technologies de l'information sont sans doute la clé du progrès industriel et de la société de l'informa­
tion. La plupart d'entre nous sont quotidiennement en contact avec ces nouvelles technologies, et notre
avenir dépendra de la façon dont nous ferons usage des conquêtes de ce nouvel âge de l'ordinateur. Il faut
toutefois rester conscient des avantages aussi bien que des dangers de ces nouvelles.
Pour la Communauté européenne, le choix est évident: ou bien nous voulons être à la ¡jointe du progrès
dans le domaine des technologies de l'information, ou bien nous nous contentons déjouer un rôle secon­
daire. Laé veut relever le défi. Avec ESPRIT, le plus important programme communautaire.
nous apportons une contribution décisive à la compétitivité de l'industrie européenne des technologies de
l'information et. par là. à l'objectif stratégique de la formation du marché unique de 1992.
Dès ledémarrage d'ESPRITen 1984. un changement fondamental d'attitude de l'industrie a été constaté.
Les résultats du programme commencent à influencer les produits, les services et les normes européen­
nes, et même déjà le marché technologique international.
A plus long terme, les retombées les plus significatives d'ESPRIT devraient se situer au niveau de la mise
en place d'une coopération de dimension européenne sans frontières plutôt que dans le seul développe­
ment des techniques et des produits.
Plusieurs milliers de chercheurs, ingénieurs et scientifiques venant du secteur industriel, des instituts de
recherche et des universités de toute l'Europe ont contribué à la préparation et au développement des
deux phases d'ESPRIT. L'enthousiasme qu'ils apportent est la preuve de leur volonté de réussir la forma­
tion du marché technologique européen.
Cette communautée est l'un des facteurs décisifs pour l'avenir de l'Europe, et je lui adresse
tous mes vœux de réussite.
U^^yy^ /K*^ £
y
Karl-Heinz Narjes
Vice-président
Commission des Communautés européennes ESPRIT
Programme stratégique européen
de recherche et de développement
dans le domaine des technologies
de l'information
Rapport annuel 1987
Commission des Communautés européennes
DG XIII: Télécommunications, industries de l'information et innovation
EUR 11352 FR Cette publication est éditée aussi dans les langues suivantes:
ES ISBN 92-825-8997-8
DE ISBN 92-825-8998-6
EN ISBN 92-825-8379-1
IT ISBN 92-825-9000-3
Une fiche bibliographique figure à la fin de l'ouvrage.
Luxembourg: Office des publications officielles des Communautés européennes, 1988
ISBN 92-825-8999-4
N° de catalogue: CD-NA-11352-FR-C
© CECA-CEE-CEEA, Bruxelles · Luxembourg, 1988
Printed in the FR of Germany AVANT-PROPOS
de M. Carpentier, directeur général,
DG XIII, Télécommunications, industries de l'information et innovation
Commission des Communautés européennes
La prise de conscience de la dimension européenne dans le domaine des technologies de pointe a
gagné rapidement du terrain, depuis que la Commission a soumis, en juin 1985, l'esquisse d'une Commu-
nautédelatechnologieeuropéenne aux chef s d'État et degouvernement des pays membres. Ce sommet a
marqué la reconnaissance, au niveau politique le plus élevé, du rôle essentiel joué par la coopération tech­
nologique dans la création d'une Europe économiquement compétitive au cours des années 90.
Ce n'est pas par hasard que cet appel à l'action communautaire dans la technologie de pointe a été lan­
cé un an après le démarrage à grande échelle du programme ESPRIT. En fournissant un modèle de
coopération transfrontière réussie - au-delà des frontières industrielles et universitaires, ainsi que des
frontières nationales -, ESPRIT a mobilisé une énergie innovatrice trop longtemps contenue en Europe.
En 1987, ce nouveau dynamisme a connu un suivi plus large. En juillet, l'adoption de l'Acte unique euro­
péen a confirmé le mandat de la Communauté en matière de technologie industrielle de pointe dans le
contexte du marché européen unique prévu pour 1992. En septembre, le Conseil de ministres a donné
le feu vert au programme conçu pour donner à la Communauté les moyens d'exécuter ce mandat: le
programme-cadre de recherche et de développement technologiques 1987-1991.
Dans plusieurs secteurs des technologies de pointe, on a assisté, en 1987, à de nouvelles initiatives, ac­
tions et réussites sur le plan de la coopération européenne. Il s'agit, notamment, d'un programme ambi­
tieux de l'Agence spatiale européenne faisant suite à la reprise du lancement d'Ariane et du développe­
ment de l'initiative Eureka. Des accords scientifiques et techniques conclus par la Communauté et cinq
pays de l'AELE ont élargi la coopération européenne en 1987, tandis que laé poursuivait
des initiatives clés, telles que ESPRIT II, le programme RACE et le livre vert dans le domaine des télé­
communications, de nouvelles actions dans le domaine de la normalisation, du transfert de techno­
logies, de la formation, des services de l'information, de nouveaux programmes d'application­
logique, etc. Une activité intense a été déployée dans le domaine de la restructuration industrielle en
Europe, pour relever le défi au plan international dont l'urgence était renforcée par la chute du dollar. Cet éveil de la Communauté de la technologie est un phénomène très positif. L'élan de coopération
européenne doit néanmoins être accru, notamment dans les secteurs clés des technologies de
l'information et des communications.
L'action de la direction générale de la Commission pour les télécommunications, les industries de
l'information et finnovation (DG XIII) doit créer, tout au long du processus d'information et de com­
munication, les conditions de réussite offertes par la technologie électronique. Ce secteur devrait non
seulement devenir, vers la fin du siècle, le domaine commercial le plus important au monde, mais
déterminer aussi la capacité de l'Europe de saisir toute nouvelle occasion de progrès économique et
social. C'est pourquoi la stratégie de la DG XIII est étroitement liée aux objectifs de la Communauté
pour les années 90, en formant plus particulièrement la base de la compétitivité économique et des
communications modernes nécessaires à la Communauté tout entière, si les acteurs économiques et
sociaux de l'Europe veulent tirer le meilleur parti du marché unique.
ESPRIT a d'ores et déjà joué un important rôle de catalyseur dans la création de la Communauté
technologique européenne et ce programme continue à occuper une position centrale dans la straté­
gie globale de l'information et des communications coordonnée par la DG XIII.
Son succès est considérable. Par exemple, dans le cadre d'ESPRIT, l'industrie européenne a mis au
point, en 1987, la micropuce la plus puissante au monde. Or, seule une sociétée figurait
l'an dernier sur la liste des dix principaux producteurs mondiaux de semi-conducteurs. C'est pour­
quoi, s'appuyant sur les réalisations d'ESPRIT, la DG XIII continuera à mettre en oeuvre une stratégie
étroitement coordonnée associant la R & D précompétitive transnationale dans le domaine des TI et
des télécommunications à des mesures destinées à accélérer l'exploitation des résultats et l'ouver­
ture d'un marché européen des équipements et des services dynamique. En matière de TI et de télé­
communications, comme ailleurs, nous avons besoin non seulement d'un marché et d'un développe­
ment technologique européens, mais encore d'une industrie véritablement européenne organisée à
une échelle suffisante pour lui permettre de soutenir la concurrence internationale. La stratégie de la
DG XIII continuera d'être axée sur les besoins réels de l'industrie, tout en stimulant le consensus et
l'action sur toute une gamme de sujets, au niveau tant européen qu'international.
Les objectifs fondamentaux d'ESPRIT restent essentiels pour cette stratégie. L'Europe a besoin
d'urgence du cadre de coopération technologique transfrontière que ce programme continuera à
représenter au cours de la nouvelle phase renforcée qui démarrera en 1988. Le troisième objectif clé
d'ESPRIT, la normalisation, revêt une importance stratégique primordiale non seulement pour la
création d'un marché européen unique dynamique, mais encore pour la réponse de l'Europe au défi
mondial des technologies de l'information et des communications. Grâce aux importantes initiatives
prises par la Commission avec le concours des organismes de normalisation et de l'industrie, qui ont
conduit à de nouveaux concepts, de nouvelles procédures et de nouvelles structures, grâce aussi à
la coopération engendrée par ESPRIT, l'Europe peut désormais occuper une position de commande
à la pointe de la normalisation technologique nécessaire au passage de la technologie de l'informa­
tion prise isolément à des systèmes d'information intégrés.
L'année 1987 a marqué un tournant: pour ESPRIT, qui aborde sa deuxième phase; pour la Commu­
nauté technologique européenne, confirmée par l'Acte unique. En 1988, l'évolution continue
d'ESPRIT sera l'un des principaux indicateurs de la détermination de la Communauté de s'assurer la
capacitée dont son avenir dépend dans une large mesure.
IV TABLE DES MATIERES
APERÇU par J.M. Cadiou
Objectifs et structure d'ESPRIT 1
Période 1983-1986 2
1987: impact industriel - résultats directs
Retombées indirectes 3
ESPRIT II 4
Principaux éléments du programme 5
1. Micro-électronique de pointe
2. Technologie du logiciel 6
3. Traitement avancé de l'information
4. Systèmes bureautiques 7
5. Production intégrée par ordinateur (PIO) 9
6. Infrastructure 10
MICRO-ÉLECTRONIQUE DE POINTE (MEL)
1. Introduction1
2. Conception3
3. Technologie 16
3.1. Silicium
3.2. Semi-conducteurs composites 20
3.3. Opto-électronique
3.4. Périphériques2
TECHNOLOGIE DU LOGICIEL (IL)
1. Introduction 25
2. Environnements de support au développement de logiciels 2
3. Méthodes et outils de conception7
4. Les méthodes formelles8
V 5. Application de la technologie de la connaissance à la conception
de systèmes logiciels 29
6. Gestion des projets de développement de logiciels 2
7. Métrologie du développement de logiciels et des systèmes logiciels 30
8. Thèmes supplémentaires 3
TRAITEMENT AVANCÉ DE L'INFORMATION (TAI)
1. Introduction1
2. Développement et application du génie de la connaissance 32
2.1. Acquisition et représentation de lae
2.2. Développement de systèmes spécialisés 33
2.3. Évaluation des systèmes experts4
2.4.t des systèmes experts génériques, des langages
de soutien et des interfaces utilisateur5
3. Développement de nouvelles architectures6
4.t d'interfaces de systèmes avancées 38
4.1. Traitement de l'image 39
4.2. Compréhension du langage naturel et traitement de la parole 40
SYSTÈMES BUREAUTIQUES (SB)
1. Introduction 41
2. Communications2
2.1. Technologie des réseaux
2.2. Passerelles et modules d'adaptation 43
2.3. Systèmes répartis
3. Structure des documents4
4. Postes de travail et interfaces homme-machine6
4.1. Postes de travail avancés7
4.2. Interfaces homme-machine 48
4.2.1. Vision9
4.2.2. Parole
4.2.3. Papier 50
5. Intégration de la gestion de l'information1
5.1. Facteurs humains
5.2. Analyse et conception des systèmes 5
VI PRODUCTION INTÉGRÉE PAR ORDINATEUR (PIO)
1. Introduction 53
2. Règles de conception, architectures, communications et interfaces 5
3. Sous-systèmes PIO6
3.1. Méthodes et outils de contrôle de la production en temps réel 5
3.2. Systèmes industriels8
INFORMATION ET RÉSULTATS
1. Système d'échange d'informations (SEI) 61
1.1. Introduction 6
1.2. Services SEI
1.2.1. Eurokom
1.2.2. Eurocontact2
1.2.3. Collectes de données SEI
1.2.4. COTEL
1.2.5. Bulletin SEI
1.2.6. Soutien à l'utilisateur3
1.3. Projets de développement SEI
1.3.1. Autres activités5
1.4. Activités d'harmonisation 6
2. Accès aux résultats du programme
2.1. La «Semaine ESPRIT» 19876
2.2. Groupes d'intérêts techniques
2.3. Facilités de formation de consortiums7
ANNEXES
Groupes d'intérêts techniques 69
Liste des projets mentionnés 73
Liste des participants 87
Industrie
Recherche et université 90
Bibliographie
VII