EXOT24

EXOT24

-

Documents
16 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

SYNTHESE V.LORIEUX FORMATION T24 Nous reprenons les exercices exécutés durant cette session pendant la première semaine . Exemple pour jQL : On veut sortir un état faisant apparaître le total du solde par client et par devise. On demande de faire apparaître le nom du client et la devise dans l’en-tête, et on veut le numéro de compte, le mnémonique, le total solde, le taux et le cumul du solde exprimé en fonction de la devise local. Le titre de l’état sera SYNCORDIS puis sur la deuxième ligne fait à Luxembourg le avec la date et à droite le numéro de page sur 3 positions. Analyse: Il faut faire une rupture par CUSTOMER et par CURRENCY depuis le fichier ACCOUNT, et pour avoir une rupture, il faut un tri sur un critère qui regroupe le CUSTOMER et CURRENCY, puis il faudra utiliser le BREAK.SUP pour avoir la valeur de rupture dans l’en-tête et non sur les lignes de la sortie. CUSTCCY donnera le critère de rupture, NOMCLI le nom du client, TAUX le taux pour des devises non locales et enfin SOLDE donnera le solde calculé. Afin de ne pas ‘toucher’ au dictionnaire du fichier FBNK.ACCOUNT, on va utiliser un dictionnaire de manoeuvre DICT VL.DICT pour implanter des nouvelles expressions. CREATE.FILE DICT VL.DICT 1,1 Puis on fait la copie du dictionnaire existant sur le nouveau dictionnaire, et on l’utilisera en consultation : COPY FROM DICT FBNK.ACCOUNT TO DICT VL.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 20 janvier 2014
Nombre de visites sur la page 184
Langue Français
Signaler un problème
SYNTHESE
FORMATION T24
V.LORIEUX
Nous reprenons les exercices exécutés durant cette session pendant la première semaine . Exemple pour jQL : On veut sortir un état faisant apparaître le total du solde par client et par devise. On demande de faire apparaître le nom du client et la devise dans l’entête, et on veut le numéro de compte, le mnémonique, le total solde, le taux et le cumul du solde exprimé en fonction de la devise local. Le titre de l’état seraSYNCORDISpuis sur la deuxième lignefait à Luxembourg leavec la date et à droite lenuméro de pagesur 3 positions. Analyse:Il faut faire une rupture par CUSTOMER et par CURRENCY depuis le fichier ACCOUNT, et pour avoir une rupture, il faut un tri sur un critère qui regroupe le CUSTOMER et CURRENCY, puis il faudra utiliser le BREAK.SUP pour avoir la valeur de rupture dans l’entête et non sur les lignes de la sortie. CUSTCCYdonnera le critère de rupture,NOMCLIle nom du client,TAUXle taux pour des devises non locales et enfinSOLDEdonnera le solde calculé. Afin de nepas ‘toucher’ au dictionnaire du fichierFBTNUOCCA.KN, on va utiliser un dictionnaire de manoeuvreDICT VL.DICTpour implanter des nouvelles expressions. CREATE.FILE DICT VL.DICT 1,1 Puis on fait la copie du dictionnaire existant sur le nouveau dictionnaire, et on l’utilisera en consultation: COPY FROM DICT FBNK.ACCOUNT TO DICT VL.DICT ALL Maintenant, il faut installer les éléments virtuels comme le nom du client, le taux, le nom du client concatené à la devise. Au niveau du taux, on prendra la valeur 1pour la devise locale car son taux n’est pas renseigné.
001 I 002 TRANS(‘’FBNK.CUSTOMER’’,CUSTOMER,SHORT.NAME,‘’X’’)003 004 Nom du Client 005 20L 006 S
001 I 002 NOMCLI:’ ‘:CURRENCY 003 004 Critère de rupture 005 40L 006 S On peut avoir aussi cette notation, elle permet de s’affranchir du nom de fichier.
vlorieux@gmail.com
1
stage technique T24
S YNTHESE
V.LORIEUX
CUSTOMER;SUBR("ENQ.TRANS","CUSTOMER", @1, "SHORT.NAME")JED DICT VL.DICT TAUX 001 I 002 OCONV(CURRENCY,"TFBNK.CURRENCY;X;;16");@1<1,1,1>;IF CURRENCY  EQ "USD" THEN "1" ELSE @2 003 004 Taux 005 6R 006 S Le calcul du solde se fait par une simple multiplication JED DICT VL.DICT SOLDE 001 I 002 WORKING.BALANCE*TAUX 003 004 Solde en USD 005 17R 006 SDans la consultation JQL, on utilise leBRES.KAPUavec en optionBUP. Cette rupture ne va apparaître qu’au changement de devise et/ou de client.JED VOC PHRASE1
001 PA 002 SORT FBNK.ACCOUNT BY CUSTCCY _ 003 USING DICT VL.DICT _ 004 WITH CUSTOMER AND WITH WORKING.BALANCE _ 005 AND WITH WORKING.BALANCE NE ‘0’ _006 ACCOUNT.NUMBER MNEMONIC WORKING.BALANCE TAUX _ 007 TOTAL SOLDE _ 00 BREAK. CCC  B  _ 009HEADING ’LL’NCORDI’CLL’ _010 Pour le client:’BCLL’ _011Fait a unis le ‘D’age ‘LL’ _012 ID.SUP
vlorieux@gmail.com
2
stage technique T24
SYNTHESE
Voici la partie exécution du paragraphe PHRASE1.
V.LORIEUX
Dans le cadre des ENQUIRIES nous avons réalisé des requêtes T24 sur le fichier ACCOUNT Les exercices abordent la classification suivante : ENQ.LXV.XXouLXVcorrespondent a vos initialsetXXest le numéro de l’exercice. EXERCICE 1: On veut obtenir cette requêtte qui met en évidence :  numéro de Compte Le  code département Le  Le numéro du client  Le nom du client
vlorieux@gmail.com
3
stage technique T24
SYNTHESE
V.LORIEUX
Ici, il y a deux liens 1 à 1 qui vont nous permettre de sortir des données de la table DEPT.ACCT.OFFICERetCUSTOMER.
On utilise la ‘conversion’LINK DEPT.ACCT.OFFICER,NAMEpour avoir le nom du département etLINK CUSTOMER,SHORT.NAME. On voit les critères de sélectionstatiqueset le critère detri
vlorieux@gmail.com
4
stage technique T24
S YNTHESE
V.LORIEUX
EXERCICE 2 : Sur le même pricipe, on veut valorisé le solde par devise LeB.CCYdonne une rupture sur la devise (CURRENCY) et au moment
de la rupture, on veut une valorisation du solde calculé en devise locale iciUSD. La clé étrangèreCURRENCY de faire un lien sur la table permetCURRENCY et extraire la zone valorisant la devise iciY.RATEBU. Cette zone est considérée comme un ‘enregistrement’ d’une seule colonne (comme la LOCAL.REF), on fait l’extraction de la première valeur parVALUE 1,1. Si cettevaleur est vide on fait la subtitution de ‘’1’’ sinon, on prend la valeur du taux.TAUXet le taux réel,TAUXVest le taux ou1pour la devise locale. On termine par un calcul multiplicatif entre la WORKING.BALANCE et le TAUXV.
vlorieux@gmail.com
5
stage technique T24
SYNTHESE
V.LORIEUX
EXERCICE 3 :Réaliser une requêtte qui intéroge le fichierACCOUNTet qui permet
soit de lancer une Version ou de sélectionner une enquiry qui donne la valeur du solde par devise et par client. Cet exercice ne peut se faire que si vous avez réalisé les versions sur le fichier CUSTOMER avec intégration de 4 références locales. Pour les Versions, on utilisera la normalisation suivante :XN,TXV.LX.XTSUCREMOChaque version, permet ici la définition d’une version principale CUSTOMER,TXN.LXV.01lien avec deux puis trois versions/qui va faire un CUSTOMER,TXN.LXV.02etCUSTOMER,TXN.LXV.03 Dans un deuxième temps, on intègrera la version qui va permetre de saisir les LOCAL.REF.MOTSUC.LXN,TER4.0XV La version principale dans le deuxième cas seraC05.NXT.VXLOTSU,REMcette partie permet de faire l’appel aux deux autres versions, mais les autres versions doivent etre construites avant celleci. Dans le cas des saisies de références locales, on intégrera une troisième versions au niveauLinked Versions. Les onglets générés prendront comme intitulé, la description (GB Description)
vlorieux@gmail.com
6
stage technique T24
S YNTHESE
V.LORIEUX
Cette recopie d’écran, permet de voir la définition d’une zone simple et d’une zone multivaluée. Le champ simple est juste mentionné, le champ multiple apparait avec un nom suivi de ‘1’ indiquant, en saisie, le première valeur (STREET1) Le reste de la saisie n’apporte pas de difficultés.Au moment du lancement de la version, on obtient la partie principale en tête et les onglets en bas. En cliquant sur un onglet on ouvre l’écran sur les sasies associées a l’onglet. En dehors de quelques points spécifiques comme Drop Down et ENQ, une version ne présente pas de grosse difficultés.
vlorieux@gmail.com
7
stage technique T24
S YNTHESE
V.LORIEUX
LES LOCAL.REF Il existe sur T24 un mécanisme qui permet de faire un ajout de champs, sans pour autant toucher à la structure initiale prévue au moment du TEMPLATE. En effet, dans toutes les applications standards il existe un champ nommé LOCAL.REF dont le rôle est de recevoir des définitions de champs supplémentaires, mais ici, on agit en tant quevatiulmelru. Pour que les définitions figurent dans leTSNAADDRS.LECEITON par voie de et conséquence dans leDICTionnaire du fichier, il faut satisfaire aux critères suivants : Saisie du fichierF.LOE.LACLBATSaisie du fichierLOF.EATLBER.FAC.LCe n’est qu’a la validation dufichier qu’il y aura une mise à jour du SS etdeuxième du DICT. Pour définir la forme de la zone, on utilise LOCAL.TABLE. Après saisie, il faudra autoriser les enregistrements de cette table. La clé de ce fichier est entièrement numérique, on peut aller de 0 à 9999 et ceci, sans logique de numération (il est bon d’en avoir une!) Dans notre exemple , on a pris les numéros 901,902,903 et 904. La LOCAL.REF 901 permet d’introduire l’adresse email. La définition est VL.EMAIL personalise la référence parmis d’autres.La LOCAL.REF902 permet d’introduire un numéro de téléphone, ici la définition est sur 10 caractères et le fait de renseigner la partie maximun et minimum ici égale à 10. la zone sera visible avec une * rouge indiquant un champ obligatoire. La LOCAL.REF903 permet d’introduire le numéro du mobile. La LOCAL.REF904 permet d’introduire un texte en guise de remarque. Vous remarquerez que lea rubrique Char Type est ici TEXT et permet d’avoir un longueur de ligne de 60 caractères.
vlorieux@gmail.com
8
stage technique T24
SYNTHESE
V.LORIEUX
Dans la table LOCAL.REF.TABLE, on s’adrese à une application existante, pour nous c’est l’application CUSTOMERDans cette application, on fait l’inventaire des références et on peut indiquer une appartenance à un groupe de références locales ou être indépendante. Cette option figure dans Sub Assoc avec la code signification suivante : XX< pour un début d’associationXXpour l’appartenance au groupe XX> pour la dernière référence du groupe XX. indique une référence indépendante (c’est la valeur par défaut)
Dans notre cas les références sont indépendantes. Une fois la référenceslocale réalisée, il faut l’intégrer dans une version.
vlorieux@gmail.com
9
On fait
stage technique T24
S YNTHESE
V.LORIEUX
appel à la définition de la référence locale parL1.1OCAL.REF Le premier numéro donne le numéro de la réference locale et le deuxième indique le fait que c’est multivalué.Si on doit ajoutter une autre référence, on procède de la même façon. Dans notre exercice, nous avons choisi la référence APPRECIATION avec comme présentation, une liste de choix. Ici le terme est la VETTING TABLE chaque élément étant un texte. Un autre type deVETTINGpeut se mettre en oeuvre avec la mention d’un fichier et une zone de ce fichier à visualiser. Lorsque la version est lancée, on obtient un écran défini par CUSTOMER,TXN.LXV.05La vetting table contient le choix entre : 1. TRES BON 2. BIEN 3. MOYEN 4. PASSABLE 5. MAUVAIS
Les exercicies du vendredi, ont donné lieu à la création d’une requette, d’un drilldown et d’une référence locale vue cidessus. On demandais de présenter un état avec le numéro de compte, le solde et le cumul du solde avec une rupture par CUSTOMER et par CURRENCY. Le calcul du solde doit se faire en fin d’état d’une édition du total des USD et du total des autres devises. Analyse 1 : Pour faire une rupture par CUSTOMER et par DEVISE, on fait la création d’une variable CUSCCY qui concatène le CUSTOMER et la CURRENCY soit: CALC CUSTOMER : CURRENCY
vlorieux@gmail.com
10
stage technique T24
S YNTHESE
V.LORIEUX
Analyse 2 : Le taux se prend dans le fichier FBNK.CURRENCY et dans la colonne BUBUY.RATE (on a deja vue cette opération) En sousvaleur on fait l’extraction de la premièere valeur par VALUE 1,1Analyse 3 : Pour faire une ventilation en deux, on va prendre un flag qui era à 0 ou 1 suivant le type decumuls que l’on veut réaliser.TX1 regardesi la devise est USD et la valeure prise est 1 sinon 0 pour les autres. TX2 regarde si la devise est USD et la valeur prise est 0 sinon pour les autres on prend 1 puis on faitSOLDE * TX1 etSOLDE*TX2 et on cumuls dansMONT1 et MONT2Le cumul si le flag est 0 donne 0 et le cumul se fait sur la valeur 0 sinon on cumule une bonne valeur. La ventillation doit ressoirtir en fin de requette, pour cela on utilise dans leBreak Displayle mot cléENDet la position est de type20,+1pour indiquer une écriture sur la ligne après la fin de l’édition.Dans la colonne Break, on peut trouverB.CUSCCYqui fait référence au descripteur de rupture, et son rappel indique l’action à mener au moment de la rupture.NEWPAGEpermet dedéfinir ce que l’on fait au changement de page quand il a été programmé dans la colonne duBREAKCHANGE. La recopie d’écran qui suit, a été obtenu sur la versionENQUIRY,DESIGNERavec le nom de l’enquiry, iciENQ.LXV.04
vlorieux@gmail.com
11
stage technique T24