Google essaie de ressembler à Microsoft : en voici dix exemples ...
5 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Google essaie de ressembler à Microsoft : en voici dix exemples ...

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
5 pages
Français

Description

Google essaie de ressembler à Microsoft : en voici dix exemples ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 49
Langue Français

Exrait

LaLettreInnovation,Nouveautés,Evènements,etPratiques des TI11/013 Janvier 2011Lapensée de lasemaineJe me suis souvent repenti d'avoir parlé, mais jamais de m'être tu.Philippe deCommines
G[[YlW W__SiW VW ^W__WmTlW^ à iU^[_[X` : WZ b[iUi Vix WxWm\lW_ http://www.developpez.com/actu/26181/Google-essaie-de-ressembler-a-Microsoft-en-voici-dix-exemples/Pour certains, Google est le futur Microsoft : voici pourquoi, en dix raisonsAu fur et à mesure que les années s'écoulent, les entreprises changent. Et c'est aussi valables pour les firmes de l'T. Ainsi, selon certains observateurs du secteur, Google serait en train de suivre les pas de Microsoft. Comment ? Plusieurs points communs auraient été relevés entre les deux groupes : - La fuite des cerveaux : Il y a dix ans, Microsoft a vu pas mal de ses talentueux employés déserter pour s'enrôler chez Google ; aujourd'hui c'est Google qui voit ses génies quitter le navire pour rejoindre Facebook - Les régulateurs rôdent : Victime de son succès, Microsoft est surveillé de très près par ses concurrents et les gouvernements, et tombe régulièrement dans les griffes des régulateurs. Google est actuellement en train de prendre cette voie, tandis que la Commission Européenne a lancé une investigation pour antitrust... - Une architecture de direction similaire : Le fondateur de Microsoft, Bill Gates, est totalement effacé de la vie de la compagnie. Chez Google, il en va de même, ses pères Sergey et Larry sont au second plan, alors qu'Eric Schmidt dirige les opérations... non sans faire quelques gaffes, qui le suivent parfois pendant plusieurs années tellement elles ont marqué l'opinion publique. Cela n'est pas sans rappeler le comportement parfois provocateur de Steve Ballmer, qui est actuellement aux commandes de Microsoft. - Un business principal et des "à-côtés" : Si Microsoft s'est forgé sa position de leader sur le marché, c'est avant tout grâce à son OS Windows. Cela n'empêche pas la firme d'avoir étendu ses activités à d'autres domaines (logiciels, produits, etc.). De même, chez Google, l'activité principale a été et reste la recherche en ligne, même si l'empire tentaculaire ne cesse d'investir de nouveaux domaines (téléphonie, etc., et d'autres à venir). - La méfiance : Les deux firmes inspirent la crainte, la colère ou la méfiance, et sont toutes les deux définies comme "evil" par de nombreuses personnes. En quelque sorte, leur succès phénoménal leur est reproché. - Des opportunités manquées : A vouloir trop en faire à la fois, on peut être distrait, se perdre, et ne pas mener un projet à bien. C'est arrivé dans le passé à Microsoft, par exemple avec la recherche et les tablettes. Cela arrive aujourd'hui à Google avec Chrome OS, qui a raté le coche, et avec ses initiatives musicales et sociales qui sont ralenties par des querelles internes. - De grandes embauches : Au début des années 2000, Microsoft embauchait à tour de bras, à des volumes phénoménaux. En 2010, c'est Google qui lui emboîte le pas : elle embauche plus de 100 personnes par semaine. - De nombreuses acquisitions : Microsoft a mangé beaucoup de compagnies. Google s'est lancé dans cette voie, avec plus de 25 acquisitions en 2010. - Des revenus très importants : Microsoft possède une grosse trésorerie, et continue de générer beaucoup de cash (8.2 milliards de dollars en positif au troisième trimestre 2010) ; Google à quant à lui enregistré environ 9.3 milliards de dollars. - Enfin, Google se bat autant avec Apple que Microsoft l'a fait à une époque.
ZV^[iV ŷ.Ŵ: [miZY IZ S^Uh? http://www.computerworld.com/s/article/9202401/Android_3.0_Coming_In_March_In the world of Android, things can move pretty fast. Case in point: Just weeks ago, Google took the wraps off ofAndroid Gingerbread, the latest and greatest version of its mobile operating system. Aside from the newly launchedSamsung Nexus Sdevice, no phone even has the software yet -- heck, plenty of users are still waiting for theAndroid 2.2upgrade -- but that's not stopping people from looking even further ahead. They're looking, of course, toward Honeycomb -- the next major stop on Google's Android development track. All signs point to Honeycomb bringing some significant changes to the Android OS; if everything goes as expected, it'll be the first version of Android to be fully optimized for tablets. And if a report published this week is correct, it'll make its way into the world in March. Android 3.0: The March Release RumorThe new Honeycomb release rumor comes from Taiwanese newspaperDigitimes. In the middle of a story about upcoming tablet PCs, Digitimes nonchalantly mentions a launch date for Android 3.0, which many people believe will be Honeycomb's official version number. (That belief may or may not be correct, incidentally; some folks think Honeycomb willend up being Android 2.4. Google thus far hasn't given any official indication one way or the other.)