Le nerf de la guerre secrète - Le financement des services de ...
43 pages
Français

Le nerf de la guerre secrète - Le financement des services de ...

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
43 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Le nerf de la guerre secrète - Le financement des services de ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 164
Langue Français
Poids de l'ouvrage 8 Mo

Exrait

m n nsei t r nc n Be r lg c ique, e e e r on nd e ui, de  e i t g NERF DE LA GUERRE SECRÈTE nt d nts en B es se res d 1940-1944 E et te étud e coer mmenc a par poser la questio n des b ins financiers d’un seeso r v ice v r ocure ci ocèd e o e financc mais égalent,em e m nt au pe réalab le de définir la fo r me c ncrète que pro end t epr r r e ui-ci.e l c oquemnt e nt récipron te trées parncoe que les difficultés r er ’influencestine s e cland cièr ur le ts rre ain et le ru s e mploeyru s lo niedn o Lns. es difficultés d’ap vo rpisionnement en tr nt égo aîner nt la rm alee che par les seerhe c r v es dci e mons d’assurye er eux-mêmes estissem nt. v e e ntabilité’ er ‘ uest io o r oser etrept t t I. Les besoins d un service de renseignements pas les ser v ces d’ei n g t louir des so mmes assez imp r oes dans letant s frru ais d e nc- fo d’autant que beaucmt nt,onneei oup de réseaux en ent bi r mplir une fo g ers v d’aid de la résistance ar mée en 1940-1944 1968. C tr ale militair lic.,ole r mém. Bru a  fait l’objet d’une pub licati on aux éditi o ns du CRISP e n 1970. Le cas du finance ment du se r v i ec ents Ma a, l été t aité dans É V “ e e de nts in Cahie r s d’Hist rio e de la Sec onde G e ue mondialer r n° 14,, 1991, . 6-60 et n° 15,p 1992, -BEG CHTP N ° 13/14 / 2004 223 - p . 117-160. (1942-1944)” , Mar c n e me g r i e nse c i v ser , L ERHOE Y E N TIENNE , x les, el c E o y a e, l vi a e L e financtmene , UCARME D ERN ARD La q uestn doi u financ ement d e la résistanc e armée a déjà été ab 1 or dée dans B e sociale en ceux que l’act ion cland estine a pu plon er dans la détresse. d e r enseigne ments. Le fait q ue la pl t dupar es age nts tr a vail le nt bénév ole ment n ’e mpêc he A vant t o u te chose, ils nous fau t c e ern er qn u o i peu v ent c o nsist er les beso ins d’un ser ic v e dans c e enise e p ns la q n de la d’un t l in Enfin, nous t eminer r o ns ct et e étu d e e n t entant d’év al ue r l’ampleur d es mo ntants b rassés leur financ e emnt pour c omplét er les d e niers d e la Sûr eté ou su p pléer à le ur insuffisanc e. l’ap p r o isionne v ment financie r ne fa cilit e r o nt pas les rap po ts entr r e les age nts tr a v lant ail N ous v ons à plusieurs rises q ue le facteur humain e la cir culation finan- o nt besoin. Il sira nog a ’ n seule me nt de p récise r les métho d es e mplo yées p our a c hemine r la manière d nt la Sûr té de l’État pr e pour pr es l’argent do aux sernt ils aux que lles un réseau do it fair e fac e sont-e lles d’un aur te o r d r e ? N ous étudie r o ns e ns uit e d e r e nse igne me nts. S ’ait-il dg e rét ri b u er les ag e nts p our le ur a ci tvité, ou les dép e nses C . RENSEIGNEMENTS DE S E R VICES DES N OT AMMENT ET ,   RÉSIST ANTE 1 A CTIVITÉ ’ L DE CŒUR AU ÉTÉ BIEN ET BEL A FINANCIÈRE PRÉO CCUP A TION LA , OURT ANT . P SUSPECTE T O T ALEMENT T ROUBLE PEU UN A CTIVITÉ CETTE RENDRE DE A CHÈVE IL , ESPIONNA G E ’ L À ASSOCIÉ EST IL PL US EN ’ ORSQU . L HÉROÏSME ’ L DE REPRÉSENT A TIONS LES A VEC MAL CADRE A RGENT ’ L   QUE ÉL UDÉ V O LONTIERS PLUS A U T ANT ’ D EST L . I T AR CAS CES DE UN EST FINANCEMENT DU P ROBLÈME E . L D RAMES DE ET BAR V OURE DE QUE Q U O TIDIENS SOUCIS DE TISSÉE A U T ANT EST HISTOIRE   SON QUE OUBLIER P ARFOIS FONT ÉSIST ANCE R LA ÉV OQU ANT MAR TYRO L OGES LES ET ÉPOPÉES ES L * EBRUYNE D MMANUEL oc cupée, i c iqL v elenseieuee financneeg eergm m E L e i e p t r en e vèr r m en s v o e ’ t ’ t t a L indi e v e i mp du c s uel u o iat : u nar m e ppo c for e e o usem o t , e x tu u e r re d’ag o . r e ndr nts, l c n es, e our t b ie. e e isabl t r ultées, e s e e ra a o r uses, r v r r e t v o t ti n con c t ciale. t r r , a vail 4 Le financement des services de renseignements 2culer a culer cir a , . cupée par l’eoc ’est pas un phénonnemi n mène nou En efeau. v dure tf , ant la P mièree r récéden t nstio t nséqo t ue nci e remièr t cupant. c e d quel pu d our r ait se déga ger pour la génér a tn suiante une cv io re taine conceptn de laio expér la plnce,i upare t des agents so nt rét r bués seloi n un salaire impliquant un tr avail 3nfiées o e , régulier rp incipal moile de cb es agents, mais les co nditions économiques sont tellement nseig e n nme te t nsao hiq pocatast r e v t ubsistance, s y pl ubst Cersti ion.ut dans les milieux aisés,tains, nt se perme vp ue e e le lt tr e d’un totalxu ité. u q t désintéressemnt, e les r, ntat rése e ions dp Or cee e prt t e emièr cexpér nce,hari e r iées pendant l’Ent eux- e-d r er coblitér e t asp ect au pr fit d’une vo ision d e l’en emga ent cg nçu co mme totalemo n te a t t n ga gem e ossib désintéressé. le patr puisse aussi êtiotisme, e un métr r pli e us ou moins no r malemnt rétre u bué.i A 4n la vénalité serto re,c air vais espionsamau associée aux “ ” c’est-à-dire aussi bi, n auxe essaire. est land u a t onomiqéc ent malheu mais les sour que nous a ns tant nom insuffisant es pour s sur c e v Il est d c fait difficile d’affir r si le ra t en l’âge ou la catégo ie so argent et act e fondamentale e diffèr on le sexent selité secrèt le
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents