Livre Blanc solution de pilotage mise en page finale 12 pages
12 pages
Français

Livre Blanc solution de pilotage mise en page finale 12 pages

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
12 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Solutions de pilotage Comment les directions financières et informatiques voient évoluer les solutions du marché dans les années à venir ? Juin 2008 Préface L’année 2007 a été particulièrement riche en rapprochements d’entreprises dans le secteur des éditeurs de logiciels de pilotage : SAP/BO, Oracle/Hyperion, IBM/Cognos… Mais, à ce jour, la stratégie des nouveaux acteurs du pilotage n’est pas encore totalement dévoilée. En attendant de voir plus clair sur ce marché en forte évolution, Coaptis a souhaité connaître la perception des directions financières et informatiques sur l’évolution de leurs outils de pilotage : enjeux, attentes et craintes. Cette étude - réalisée auprès d’une centaine d’entreprises françaises - démontre clairement la forte attente en termes d’intégration des solutions de pilotage au sein des ERPs. Cette attente, anticipée par le marché, s’est concrétisée par cette vague massive de fusions/acquisitions en 2007. Les acteurs majeurs du monde de l’ERP s’imposent donc aujourd’hui comme un référentiel incontournable au sein de l’entreprise. Les solutions décisionnelles hier indépendantes vont vraisemblablement devenir dans les années à venir de simples modules complémentaires des ERPs. Reste à savoir si l’écosystème décisionnel - consulting et réalisation - saura accompagner cette évolution. Emmanuel Lalau Coaptis Solutions de pilotage 2 Comment les directions financières et informatiques voient ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 36
Langue Français

Exrait

Solutions de pilotage Comment les directions financières et informatiques voient évoluer les solutions du marché dans les années à venir ? Juin 2008
Préface
L’année 2007 a été particulièrement riche en rapprochements d’entreprises dans le secteur des éditeurs de logiciels de pilotage : SAP/BO, Oracle/Hyperion, IBM/Cognos… Mais, à ce jour, la stratégie des nouveaux acteurs du pilotage n’est pas encore totalement dévoilée. En attendant de voir plus clair sur ce marché en forte évolution, Coaptis a souhaité connaître la perception des directions financières et informatiques sur l’évolution de leurs outils de pilotage : enjeux, attentes et craintes.
Cette étude - réalisée auprès d’une centaine d’entreprises françaises -démontre clairement la forte attente en termes d’intégration des solutions de pilotage au sein des ERPs. Cette attente, anticipée par le marché, s’est concrétisée par cette vague massive de fusions/acquisitions en 2007. Les acteurs majeurs du monde de l’ERP s’imposent donc aujourd’hui comme un référentiel incontournable au sein de l’entreprise. Les solutions décisionnelles hier indépendantes vont vraisemblablement devenir dans les années à venir de simples modules complémentaires des ERPs.
Reste à savoir si l’écosystème décisionnel - consulting et réalisation -saura accompagner cette évolution.
Emmanuel Lalau Coaptis
2
Solutions de pilotage Comment les directions financières et informatiques voient évoluer les solutions du marché dans les années à venir ?
Table des matières
3
Méthodologie de l’enquête........................................................4
La convergence ERP et Business Intelligence est souhaitée
par les directions fonctionnelles...............................................5
Anticipation de la convergence Craintes et attentes
Des projets de refonte portés par la technologie.................7
Contexte de la refonte Axes d’amélioration
Des processus encore peu outillés...........................................9
Amélioration de l’existant Réflexion sur les méthodologies
Enjeux............................................................................................11
Solutions de pilotage Comment les directions financières et informatiques voient évoluer les solutions du marché dans les années à venir ?
Méthodologie de l’enquête
Les résultats présentés dans cette étude sont issus d’une enquête pilotée et organisée par Coaptis entre avril et juin 2008.
Une dizaine d’entretiens qualitatifs approfondis ont été menés avec les représentants des directions financières, de contrôle de gestion et des systèmes d’information de grandes entreprises françaises et internationales.
Un questionnaire a ensuite été administré auprès des membres d’une centaine d’entreprises françaises représentatives en termes de revenus, de secteurs d’activité et de taille. Trois modes d’administration ont été utilisés : le face à face, l’entretien téléphonique et le formulaire électronique.
Les résultats ainsi obtenus sont donc commentés et enrichis de points de vue de praticiens spécialistes pour aboutir au présent rapport d’étude.
4
Répartition de l’échantillon par fonctions et secteurs d’activité
Contrôle de gestion 26%
Commerce 17%
Autres 7%
Secteur public 10%
Autres services 50%
Services 51%
DSI 17%
Banque 27%
DAF / DG 46%
Industrie 22%
Telecom 23%
Solutions de pilotage Comment les directions financières et informatiques voient évoluer les solutions du marché dans les années à venir ?
P R E M I E R CO NS T AT :La convergence ERP et Business Intelligence est souhaitée par les directions fonctionnelles
Dans un contexte de rapprochement des principaux éditeurs du marché des solutions de pilotage, nous nous sommes intéressés à premier chef à la vision des utilisateurs des produits concernés quant à une éventuelle convergence entre les deux types d’outils :
Les ERP (ou PGI) : gestion des processus opérationnels La Business Intelligence (BI) : applications décisionnelles
En 2007 principalement, les poids lourds de l’ERP ont pris pied dans l’activité Business Intelligence par croissance externe.
>> Une convergence souhaitée et attendue
La grande majorité des utilisateurs anticipe très clairement et dans un futur relativement proche la convergence globale des ERP et de la BI dans une seule et même solution.
Partant bien souvent du constat que les outils de Business Intelligence sont apparus pour combler le besoin d’analyse, dans sa composante décisionnelle, non pris en charge directement dans l’outil ERP, les entreprises interrogées sont quasi unanimes pour considérer une telle convergence comme une suite logique à l’évolution de ces outils.
Il est apparu que le fait de pratiquer un mode de reporting complexe et protéiforme induit bien souvent l’utilisation complémentaire et simultanée de plusieurs outils et influe négativement sur l’attente d’une intégration complète.
Pensez-vous que les outils de BI seront à terme partie intégrante des ERP ? NSP 10%
Non 15%
5
Oui 75%
Souhaitez-vous que les outils de BI fassent partie intégrante des ERP ?
Non 12%
NSP 13%
Oui 75%
Solutions de pilotage Comment les directions financières et informatiques voient évoluer les solutions du marché dans les années à venir ?
Une convergence autant souhaitée qu’attendue
Il semble néanmoins que la vision d’une telle convergence n’est pas partagée de manière uniforme selon la fonction des personnes interrogées.
En effet, il apparait que plus l’utilisateur possède un profil fonctionnel, plus il anticipe l’effet facilitateur que représenterait une solution globale. Dans le même temps, les représentants des fonctions informatiques remontent des avis plus mitigés. Les décideurs des fonctions finances ou de la DG montrent quant à eux une position plus intermédiaire. Ainsi, jusqu'à 81% des contrôleurs de gestion interrogés déclarent envisager la convergence ERP-BI alors que cette proportion tombe à 60% lorsqu’il s’agit d’un public de DSI.
Anticipation de la convergence en fonction du profil
100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0%
Non
Oui
DSI
NSP Non
Oui
DAF / DG
NSP Non
Oui
Contrôle de gestion
NSP
Oui
Autres
>> Craintes et attentes mises en évidence
Des direct ons métiers qui anticipent plus la convergence
En même temps qu’une volonté affichée pour la convergence des outils, les représentants des entreprises interrogées nous ont fait part de leurs craintes et de leurs attentes face à la concentration actuelle des éditeurs. En voici une typologie générale :
Fermeture du marché oRalentissement de l’innovation oMort des solutions plus petites à moyen court terme oDérapage des prix à la hausse Moindre adaptabilité oL’ERP conditionne obligatoirement le choix de l’outil décisionnel oLa compatibilité future entre les outils non intégrés dans une même solution de marché n’est pas garantie oBesoins de formation supplémentaires sur les nouveaux outils
Le souhait de voir se stopper la dynamique de concentration actuelle a été fréquemment émis. Car l’incertitude induite du manque de visibilité sur la stratégie future des acteurs du marché est un facteur anxiogène pour les managers. Et si une solution en package peut présenter des avantages concernant les problématiques courantes d’homogénéisation des outils, elle peut néanmoins laisser augurer des inconvénients classiques des solutions propriétaires.
6
Solutions de pilotage Comment les directions financières et informatiques voient évoluer les solutions du marché dans les années à venir ?
DE UX I E M E CO NS T AT :Des projets de refonte portés par la technologie
La grande majorité des entreprises a désormais besoin d’un système de pilotage performant et adapté à leur activité. Si les grands comptes ont été les précurseurs en ce domaine et possèdent bien souvent un arsenal d’outils bien adaptés à leurs besoins, ils ont cependant nécessité de revoir régulièrement leurs systèmes et process. Et donc de réorganiser leur mode de pilotage, en raison de la complexité évolutive de leurs activités et de leurs modes de management.
Dans le même temps, les PME/PMI construisent ou affinent leurs modes de pilotage en implémentant de nouvelles solutions, le plus généralement avec les outils leader du marché.
Les entreprises interrogées déclarent donc préparer une refonte de leurs outils de pilotage à moyen court terme dans une proportion de 65%. Les grands comptes affichant quant à eux un taux de 78% dans la volonté d’élaboration de projets pour remanier leurs systèmes.
Avez-vous actuellement des projets de refonte de vos outils de pilotage ? 00% 90% Non Non 80% 70% Non Oui 35% 60% Oui 50% 52% 40% 30% 20% Oui 13% 10% 0% CA < CA de 100 CA > Oui Prochainement Non 100M€ à 999M€ 1000M€
Ce besoin de refonte des outils de pilotage nait de raisons diverses. La plus courante étant la non adéquation de l’existant aux besoins actuels ; l’outil utilisé étant devenu caduque ou en fin de vie, ou ne correspondant plus aux critères de résultats communément admis dans la société. Certains projets trouvent quant à eux leur provenance de décisions prises au niveau groupe et sont donc imposés en l’état aux entités filiales. Il faut noter que dans ce cas précis, il s’agit bien souvent de mettre en place un des outils leader du marché. Etant donné que seules ces références peuvent procurer un cadre d’analyse suffisamment large pour couvrir les multiples contextes organisationnels et opérationnels. Plus rarement, et le plus souvent dans les PME/PMI, il s’agit de mettre en place un outil pour pallier à l’absence d’application prévue à cet effet. Ces sociétés se situent alors dans une logique de premier équipement.
7
Solutions de pilotage Comment les directions financières et informatiques voient évoluer les solutions du marché dans les années à venir ?
Une dynamique de projets de refonte portée par les rands com tes
>> Axes d’amélioration
A la question de savoir si les outils de pilotage en place dans les entreprises correspondent aux attentes que les managers fondent en eux, une grande majorité (83% des personnes interrogées) a répondu être globalement satisfaite.
L’analyse de la relation entre le taux de satisfaction envers les solutions en place et les difficultés rencontrées nous renvoie plusieurs enseignements. Lorsque l’outil ne satisfait pas aux attentes, le point de blocage principal est la technologie utilisée. C'est-à-dire l’absence d’outil ou un outil non adapté aux processus. D’autre part, quand la solution remplit globalement les fonctionnalités attendues, les améliorations peuvent être portées à la fois sur la technologie, les process ou les ressources dans des proportions égales. Il semble néanmoins que les ressources, et notamment humaines, peuvent présenter un certain facteur limitant principalement en terme de pic d’activité.
Adéquation entre l’existant et l’attendu et identification des facteurs bloquants 100% 90% technologie 17% 80% 70% 46% 60% technologie 37% 50% ressources 40% 30% 20% L'outil correspond il aux attentes ?process 10% ressources insuffisamment moyennement 0% parfaitement insuffisamment moyennement
D’un point de vue plus qualitatif, il semble intéressant de dresser une typologie des difficultés rencontrées dans leurs solutions de pilotage par les entreprises interviewées. Technologie : Outils non adaptés au besoin : oPas d’outil ou trop d’outils oOutil caduque ou en fin de vie Complexité et lourdeur dans l’extraction de données fiables Ressources : Difficultés dans la recherche de l’optimisation de l’adéquation du couple délais – ressources humaines (problématique de pics d’activité) Tableaux de bord gros consommateurs de temps et de budgets Processus : Complexité de l’environnement (besoins de référentiels, de documentations) Défaut d’harmonisation des méthodes
8
Solutions de pilotage Comment les directions financières et informatiques voient évoluer les solutions du marché dans les années à venir ?
La technologie comme vecteur d’amélioration
T R O I S I E M E CO NS T AT :Des processus encore peu outillés
>> Le processus budgétaire : améliorer l’existant
Lorsque l’on s’attache à définir l’adéquation des processus budgétaires tels qu’ils sont actuellement définis dans les différentes entreprises interrogées, il ressort qu’une dynamique d’amélioration de l’existant est largement partagée.
Cependant, cette logique d’amélioration n’est pas partagée uniformément selon l’envergure des acteurs. Il y a un effet de taille qui joue sur l’adéquation du processus budgétaire.
En effet, il apparait que les entreprises moyennes – avec un CA compris entre 100 et 999M€ - sont globalement satisfaites de leurs process budgétaires. Cela peut s’expliquer à la fois par le fait que ces structures ont acquis une bonne expérience des techniques budgétaires et restent de taille relativement humaines.
En revanche, les grands comptes possèdent de forts impératifs de stabilisation de leurs process en raison de leur complexité et leur lourdeur dues à la multiplication des niveaux organisationnels et des mailles d’analyse. Dans certains cas, la suppression du process lui-même est envisagée comme la seule alternative possible.
Les PME/PMI sont quant à elle plus confrontées à des problématiques d’optimisation continue des performances de leurs techniques budgétaires.
Aujourd’hui votre processus budgétaire est à ? supprimer 3% 100% 80% 60% 40% stabiliser 32% 20% améliorer 0% 65%
9
CA > 1000M€
améliorer
CA de 100 à 999M€
stabiliser
CA < 100M€
supprimer
Solutions de pilotage Comment les directions financières et informatiques voient évoluer les solutions du marché dans les années à venir ?
Les processus budgétaires ont une forte marge d’amélioration
>> Réflexion sur les méthodologies utilisées
Cette étude nous a permis de soulever les réalités auxquelles sont aujourd’hui confrontés les décideurs des entreprises françaises en termes de pilotage de leurs activités dans la particularité de leurs contextes. Cependant un certain nombre de constats récurrents nous semblent suffisamment importants pour être mentionnés dans cette étude.
Bien que des solutions intégrées de pilotage soient de plus en plus présentes dans les entreprises et généralisées chez les grands comptes, on observe chez la totalité des acteurs l’utilisation intensive des tableurs Excel. Ceci s’explique par plusieurs raisons. La première étant que c’est l’outil dont la maitrise est a priori la plus répandue chez les acteurs du contrôle de gestion ou des services administratifs et financiers. Et même si ce moyen d’analyse est relativement limité dans un contexte de gestion de données en grand nombre et disparates, Excel reste aujourd’hui un palliatif au manque de souplesse des solutions ERP aux changements permanents en besoins de reporting.
L’implémentation d’un dispositif de pilotage ne s’accompagne que rarement par l’émergence d’une méthode prédéfinie dans la mesure de la performance. 59% des entreprises interrogées déclarent ne pas avoir de modèle de pilotage caractéristique ; les méthodes ABC et Balance ScoreCard étant dans les autres les plus répandues. Une approche empirique semble donc la plus courante dans l’exercice de définition du pilotage. Les indicateurs de pilotage prennent quant à eux le plus souvent en compte à la fois les dimensions financières et opérationnelles de l’activité.
Par ailleurs, nous avons constaté une tendance constante chez les utilisateurs de SAP à contraindre leurs budgets suite à l’implémentation de la solution dans l’entreprise. Les paramétrages de l’outil à postériori ne se font qu’à minima puisque souvent lourds et coûteux et intervenant après un investissement massif. La maitrise en interne de l’outil apparait également encore relativement longue à acquérir et le recours à des consultants extérieurs s’impose généralement pour toute modification significative sur les restitutions de reporting.
Pour finir, nous avons noté un vecteur émergent dans l’évolution des solutions ERP au sein d’une organisation en la notion de « cleansing ». Ce nettoyage des données intervenant dans un contexte post intégration consiste en une redistribution partielle de certaines entrées afin de prendre en compte un changement dans la stratégie de pilotage et de correspondre ainsi plus intimement aux besoins.
10
Solutions de pilotage Comment les directions financières et informatiques voient évoluer les solutions du marché dans les années à venir ?
ENJEUX
Au terme de cette étude, il nous semble important de soulever deux enjeux cruciaux dans l’évolution à venir du marché des solutions de pilotage.
La première interrogation se pose à propos de la gestion du référentiel. Aujourd’hui majoritairement pris en charge au niveau de l’outil de Business Intelligence, il pourrait en cas de convergence des solutions migrer naturellement vers l’outil ERP. Il nous semble d’ailleurs que cela puisse être une raison majeure à la stratégie des éditeurs ERP de prendre prise sur le marché de la BI. La bonne administration d’un référentiel étendu à toute l’organisation nous apparaissant comme un facteur clé à mettre sous contrôle dans l’exercice du pilotage. Si le référentiel devait à terme réintégrer l’ERP, cela ne serait sans doute pas sans impact sur la capacité des entreprises à réorganiser leurs solutions existantes en termes de compétences et de moyens.
La question se pose également de savoir quelles seront les conséquences d’une convergence ERP-BI sur la capacité de la solution à s’adapter aux besoins de l’entreprise. En effet, la contrepartie au gain de cohérence envisagé pourrait être une dégradation accentuée de la souplesse de l’outil. Les sociétés ayant implémenté des solutions qui pourraient se retrouver à terme antagonistes devront être vigilantes quant à la protection de la continuité de leurs systèmes de pilotage.
11
Solutions de pilotage Comment les directions financières et informatiques voient évoluer les solutions du marché dans les années à venir ?
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents