Poétique des codes sur le réseau informatique : une - Untitled

Poétique des codes sur le réseau informatique : une - Untitled

Documents
154 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Poétique des codes sur le réseau informatique : une - Untitled

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 21 juillet 2011
Nombre de lectures 1 248
Langue Français
Signaler un problème
Poétique des codes sur le réseau informationnel: une investigation critique |||||||||| Camille Paloque-Bergès 1 Cet ouvrage est le fruit d'un travail de recherche dans le cadre d'un Master 2 de Lettres Modernes, effectué sous la direction de Jean-Marie Gleize à l'Ecole Normale supérieure Lettres et Sciences humaines de Lyon, en 2005-2006. Première date d'impression: novembre 2006 |||||||||| Édité et distribué en France par les Editions 21 (Lyon) editions21@gmail.com Distribué aux États-Unis par Critical Documents (Oxford, USA) http://www.plantarchy.us Disponible intégralement en ligne: http://www.plantarchy.us/Code.html |||||||||| La couverture est la capture d'écran d’une des pages composant une pièce de JODI, en ligne sur http://text.jodi.org. Chaque exemplaire de ce mémoire emprunte une page différente de la pièce. NB : les couleurs d’origine RVB ont été altérées à l’impression. 2 Sommaire Introduction....................................................................................................................... 6 Nota Bene........................................................................................................................... 14 1. Le Texte comme générateur de texte........................................................................... 15 1.1. Jeux d'algorithmes et de contraintes réinterprétés à l'ère informatique.................. 15 1.1.1. Formalisme et expérimentalisme: l'apport des Oulipiens............................... 16 1.1.2. Le texte comme processus virtuel dans un processus de communication...... 18 1.1.3. Panorama critique des générateurs en ligne.................................................... 20 1.2. Expériences en poésie programmée....................................................................... 23 1.2.1. Charles O. Hartman: Virtual Muse................................................................. 23 A. Le paradoxe de l’innovation poétique et les solutions de la programmation.............................................................................................. 23 B. La solution de l’aléatoire .............................................................................. 24 C. La solution de la modélisation (template)..................................................... 24 1.2.2. Quelques réflexions de poètes-programmeurs............................................... 25 A. Concepts communs d’une réflexion sur les langages................................... 26 B. Une conception linguistique ‘différentielle’ du langage poétique................. 27 C. Une techno-sémiotique : l’œuvre cachée...................................................... 29 1.3. Poétique programmée et problèmes d’intention..................................................... 30 1.3.1. Les critiques littéraires .................................................................................. 31 1.3.2. La critique sémantique................................................................................... 32 1.4. De nouvelles méthodes d’approche des textualités informatiques – Jim Carpenter................................................................................................................ 35 1.4.1. Une approche quantitative du texte................................................................ 36 1.4.2. Une approche qualitative du code.................................................................. 37 2. Le code textualisé : les artisans du code...................................................................... 38 2.1. « Faire ses lettres » en code : une culture de la hack............................................. 40 2.1.1. Qu’est-ce qu’une hack ? entreprise de Textualisation du code..................... 43 2.1.2. Auto-référentialité: une introduction à l'écriture et à la lecture poétiques 45 des langages de programmation................................................................... A. La page Hello World !................................................................................... 46 B. La page Quine............................................................................................... 47 2.2. Performance du code: quand le code devient obscur et ambigu............................ 49 2.2.1. Langages “obfusqués”: The International Obfuscated C Code Contest (IOCCC)......................................................................................................... 50 2.2.2. Langages ésotériques.................................................................................... 55 A. L’aspect minimaliste 56 B. Le puzzle...................................................................................................... 57 C. Le jeu de langage (structured play).............................................................. 57 2.3. Poésie Perl: quand le code est soumis au poétique ............................................... 59 2.3.1. Les codes-poèmes: une manifestation des valeurs de la communauté......... 61 2.3.2. Transport de poèmes en langage Perl: jeux d'équivalences poétiques.......... 64 3 2.3.3. Les poèmes détournant le langage Perl: une approche littérarisée du code dans une perspective de pseudo-code.......................................................... 66 3. Des artisans aux artistes du code: du code-texte tactique au texte-code stratégique .................................................................................................................... 69 3.1. Tactique des expérimentations de code.................................................................. 70 3.1.1. Pragmatique expérimentale, jeux de codes et critique des règles.................. 70 A. Les voix satiriques........................................................................................ 71 B. Les voix politiques 73 3.1.2. La tactique des expérimentations du code – le modèle de De Certeau.......... 75 A. Un temps du travail/un temps du loisir? superposition des enjeux............... 76 B. Poiesis du code expérimental........................................................................ 77 3.2. Le Software art et la praxis du code....................................................................... 78 3.2.1. Écrire le code: une politique de l'esthétique................................................. 79 3.2.2. Conception virale des arts du codes: faire lire le code, le propager.............. 82 3.2.3. Textualité spéculative et spéculation sur les effets du code ......................... 85 3.3. Médiatisation rhétorique du code............................................................................ 89 3.3.1. Le net.art et les images du code.................................................................... 89 3.3.2. Medium et écriture : des médiatisations rhétoriques.................................... 92 4. Les langues littéraires du code et les Codeworks....................................................... 97 4.1.Apprendre à parler la langue du réseau par le détournement des langages de programmation........................................................................................................ 98 4.1.1. La “parole” de la machine ........................................................................... 99 4.1.2. Les dialectes du code: expressivité et communication................................. 100 4.2. Jeux de codes et de détournement dans les canaux de communication du réseau. 103 4.2.1. La litérarité des Multiuser Discourses selon Espen Aarseth......................... 103 4.2.2. Performance du langage dans l'encodage de la communication sur les listes de diffusion.......................................................................................... 105 4.2.3. Perturbation de la communication et désordre sur les listes de diffusions – NN................................................................................................................. 107 4.2.4. Actions méta-critiques du Spam art – JODI................................................. 110 4.3. Le code approprié par le texte................................................................................ 113 4.3.1. Des méthodes de programmation subjective – Alan Sondheim................... 114 4.3.2. “free.formulations” et stratégies textuelles – mez........................................ 117 4.3.3. Le sujet génératif et le corps machinique – Talan Memmott........................ 119 4.3.4. L'extension du sujet dans le traitement des données sur le réseau............... 122 A. Blogs: une didactique et une méthodologie de la création – mez et Ted Warnell......................................................................................................... 122 B. Art de l'archivage – Sondheim, Noemata, Pascale Gustin .......................... 126 4.4. Ouverture critique et bouclage sur la programmation textuelle....................... 130 Conclusion......................................................................................................................... 132 Bibliographie..................................................................................................................... 138 Citations originales des ouvrages en anglais.................................................................. 147 4 5 Introduction Tandis que les ordinateurs sont de plus en plus compris (et conçus d'après) des 'mediums expressifs' comme l'écriture, ils commencent à acquérir une propriété puissante et familière: i 1non plus l'expression des idées mais leur constitution . Ces mots de N. Katherine Hayles, extraits de son livre My Mother Was A Computer, Digital Subjects and Literary Texts, expriment l'intérêt accru que le champ des sciences humaines 2porte aux “machines écrivantes” que sont les systèmes informatiques. La critique littéraire, particulièrement, développe un intérêt esthétique pour la technicité de l'écriture électronique dans le contexte numérique. N. Katherine Hayles est connue pour avoir formulé les enjeux 3épistémologiques de la science informatique en termes de “lettres”, voire de “belles lettres” : elle parle de réalisation de “métaphores culturelles incorporées” pour expliquer l'imprégnation de nombreuses oeuvres esthétiques contemporaines par des thèmes, des modèles, des structures et des langages informatiques. Mais cette appropriation des métaphores va aussi dans l'autre sens: l'ingénieur Theodor Nelson dans le cadre de son projet visionnaire d'un réseau hypertextuel avant 4l'heure , parle des ordinateurs comme “machines littéraires”: la littérature, pour Nelson, n'est pas un champ socio-esthétique défini par une histoire et un corpus, mais un “système ii 5d'écrits interconnectés ” , au sens où “presque tous les écrits font partie d'une littérature” - qu'ils relèvent des “belles lettres”, des essais scientifiques, ou encore des échanges commerciaux. Nelson propose un système de liaison des documents par le biais des ordinateurs: le document, dont la nature est textuelle, devient un matériau relationnel, la raison d'être du réseau informatique. Mais pour mettre ainsi en avant ce qu'il appelle “la vraie structure des matériaux” du réseau, il se fonde sur une idée du texte comme entité protéenne et évolutive, conception empruntée aux théories modernes du texte dans le champ littéraire. On assiste ainsi aujourd'hui à un croisement des enjeux de la théorie littéraire et des théories de l'information, ce qui n'était pas arrivé depuis la formulation du structuralisme par Jakobson. Sandy Baldwin, qui fait partie de la jeune génération de chercheurs et critiques en littératures digitales, rappelle ainsi que la “poétique” jakobsonienne se fonde sur les thèses du mathématicien et ingénieur Claude Shannon en 6théories de l'information . Shannon entreprend de définir ce qu'est l'information en termes matériels: l'information circule à travers les canaux d'information, portée par des unités combinées qui, en termes physiques, sont des signaux, et, en termes conceptuels, des signes. Shannon procède à une étude quantitative et statistique des signes afin de déterminer ce qu'est la production d'information. Pour un message donné, si les combinaisons d'unités sont improbables, l'information est produite en grande quantité; si elles sont redondantes, 1 N. Katherine Hayles, 2003, p.60 2 l'expression est de Hayles également, formulée dans le titre d'un autre ouvrage, Writing Machines, 2002 3 particulièrement dans le champ de la fiction et de l'écriture de romans 4 Nelson et son équipe de programmeurs ont tenté de mettre en place depuis la fin années 1970 le réseau Xanadu, fondé sur la circulation hypertextuelle entre des documents mis en ligne sur le réseau Internet; l'histoire a préféré, au trop “littéraire” Xanadu, le protocole du World Wide Web (dont le chef de projet fut Tim Berners-Lee), fondé sur le Hypertext Transfer Protocol (HTTP) et installé au début des années 1990 sur Internet. 5 Theodor Nelson, 1993, p.2/9 6 Dans son essai “De Crypticis Methodi”, non daté, n.p. 6 l'information est faible. Cette conclusion n'est possible que dans le contexte de l'inscription des messages dans une structure plus vaste comparable à l'interconnection des écrits de Theodor Nelson, et définie par son inter-médialité (la connexion des médias dans un réseau d'échanges). Plus l'information est médiatisée, moins elle est information: elle perd en nouveauté. La poétique de Jakobson s'inspire de ce système: si la littérature est faite de structures interconnectées, le quotient de litérarité est celui de la défamiliarisation; la litérarité est le moteur d'innovation qui renouvelle le système, repositionne les attentes et les redondances dans un système de probabilités. Dans un autre essai, intitulé “A Poem Is a Machine to Think With: Digital Poetry and the Paradox of Innovation”, Sandy Baldwin réitère: Pour Shannon, le plus complexe et diffici le l'encodage du message, le plus d'information contenue. [...] La nouveauté de la littérature provient de l'exemple singulier de la densité informationnelle par Shannon. [...] Puisque la théorie de l'information prend en compte des systèmes de codage et de transmission, la littérature reste nécessaire à la défi ni tion de l'information tout en restant en dehors de son champ d'application. La littérature est le iii 7medium informationnel 'lui-même' . Mon étude fait l'investigation de nouvelles poétiques à l'ère où l'information devient proprement informatique, où les ordinateurs sont considérés comme des “machines écrivantes”. Katherine Hayles attire l'attention sur une nouvelle caractéristique des sociétés 8technologiques: le “langage plus code”, décrit comme une “synecdoque de l'information” . Les codes informatiques, dans le cadre d'une poétique de l'innovation et dans un contexte informationnel, est donc mon sujet d'étude. Le code, dans son sens large, est un processus conventionnel (fondé sur un consensus symbolique, un arbitraire du signe) de transfert d'information pour établir une communication. Le code informatique en particulier est un langage formel (opposé aux languages "naturels", ou linguistiques): il relève de la logique au sens où ses éléments sont essentiellement des symboles (= des caractères) plus que des signes référentiels au sens sémantique. En contexte informatique, le code est la première articulation conceptuelle du phénomène numérique: le niveau élémentaire est le code binaire, dont les deux signes, 0 et 1, convertissent les signaux électriques des voltages en signes électroniques et numériques. Le bit est l'unité de mesure désignant la quantité élémentaire d'information représentée en termes binaires. La programmation se passe à plusieurs niveaux. ***Le langage machine, de type “bas niveau” (low level), constitue la première étape de “programmation” de la machine: c'est un ensemble d'instructions et de données qui sont directement compréhensibles par l'unité centrale de l'ordinateur. Ce sont les premiers “mots” de la machine, consistant en des instructions articulées en combinaisons de bits et formulant des commandes. Le langage machine utilise le code-machine (code binaire) ou des langages d'assemblage (Assembly Languages) composés des nombres binaires et de mots, davantage lisibles par l'homme. ***Le code-source, type de “haut niveau” (high level) écrit pour être déchiffré par l'homme avant la machine. Il regroupe un ensemble de fichiers-textes contenant des instructions converties dans une forme exécutable par la machine (par un compileur) ou exécutés directement (par un interpréteur). Selon l'article “Source Code” de l'encyclopédie Wikipedia: 7 Sandy Baldwin, “A Poem Is a Machine to Think With: Digital Poetry and the Paradox of Innovation”, 2003, n.p. 8 Hayles, 2004, p.16 et p.21 7 Le code source a un certain nombre d'usages. Pour la description des logiciels, par exemple. Mais aussi comme outil d'apprentissage; les apprentis programmeurs apprennent souvent les techniques et méthodes de programmation à l'aide de codes source existants. Egalement, comme outil de communication entre des programmeurs expérimentés, qui profit ent de la nature (idéalement) concise et non-ambiguë du code. Le partage des codes source entre des développeurs est souvent cité comme un facteur qui contribue à la maturation de leurs talents de programmation. Enfin, le code peut être un medium artistique expressif, comme iv 9dans l'obfuscation ou la Poésie Perl . L'écriture du code, textuelle, régulante, adaptable, est un medium dont la richesse est redoublée par la multitude de langages de programmation inventés et utilisés à cet effet. Fortran, C, et Pascal, représentés dans la “tour des langages de programmation” illustrée ci-contre, sont trois exemples 10célèbres, mais il en existe une multitude , tout comme il existe de multiples usages du code. Le site HOPL, une “liste interactive des langages de 11programmation” , en compte 8512 à ce jour, et a créé une base de données critique et historique sur le sujet. Ce gigantesque arbre généalogique des langages informatiques explique sa mission en termes de “développement de moyens d'expression humaine et de création”. La culture informatique, sans attendre que les sciences humaines et littéraires se montrent curieuses de ses agissements, a constitué un discours élaboré sur la programmation comme art, grâce à des penseurs comme Donald Knuth ou Andrei Ershov, ou des communautés particulièrement importantes sur le réseau, comme celles de la Jargon File. Ce sera un des objets de ce mémoire que de s'aventurer dans cet environnement scientiste qui se réfléchit lui-même en termes esthétiques. Le code informatique est considéré comme le “langage des nouveaux médias”, 12d'après l'expression de Lev Manovich, qui propose, dans son ouvrage éponyme , de développer une esthétique informationnelle – perspective dans laquelle je m'inscris. Le code est aussi l'articulation écrite des enjeux du medium numérique (discontinu, binaire). Ce contexte peut être envisagé, comme le fait le poète-programmeur Jean-Pierre Balpe, comme un “espace de libertés”: Le numérique est « en soi » un instrument, c’est une technique purement technique, c’est-à-dire, dans ses fondements, sans aucune visée sémiotique. C’est cet aspect particulier qui permet au philosophe Joël de Rosnay de dire que l’ordinateur est un « unimédia », comme ces instruments merveilleux que vous présentent les bonimenteurs de foire, il s’adapte à toutes les utilisations depuis piloter un avion jusqu’à créer une œuvre d’art et, là encore, son espace de libertés 13est considérable. 9 Article “Source Code” sur Wikipedia, http://en.wikipedia.org/wiki/Source_code 10 Pour un aperçu, cf. l'article “Langages de Programmation” sur Wikipedia, http://fr.wikipedia.org/wiki/Langage_de_programmation 11 HOPL, http://hopl.murdoch.edu.au/ 12 Lev Manovich, The Language of New Media, 2001 13 Jean-Pierre Balpe, “Les jeux de l'art”, 2001, n.p. 8 Mais cette esthétique techniciste tend à oublier les contextes de production du code: le code n'est pas seulement un instrument de langage, il instrumente le langage, il crée et régule des environnements. Lawrence Lessig formule sa célèbre “loi” du code en analysant les contextes économiques et légaux du réseau Internet. Selon cette loi, l'écran et la “page” du site ne sont que des représentations virtuelles déterminées par un ensemble d'instructions algorithmiques qui font figure de règle, en activant des propriétés d'accès et d'utilisation des environnements du réseau (mots de passes, encryptions, standards informatiques de lecture et de traitement des données...): Les logiciels [software] et le matériel informatique [hardware] qui font du cyberespace ce qu'il est constituent un ensemble de contraintes des comportements. [...] Le code intègre v 14certaines valeurs ou rend certaines valeurs impossibles . Avant de parler de liberté de parole, de droit au discours, il faut d'abord observer un niveau sub-légal, un texte de loi caché, qui est celui du code: l'écriture du code informatique détermine notre accès aux espaces virtuels, notre circulation sur le réseau, nos comportements sur le marché informatique: “une architecture du contrôle – c'est-à-dire, la vi 15différence faite par le code ” Le principe de texte de loi est important, dans le sens où il prend en compte le code non seulement comme règle, mais aussi comme texte. Florian Cramer est un des premiers critiques littéraires à articuler une pensée de la textualité du code informatique dans le champ esthétique, tout en prenant en compte l'impact des actions du code sur les environnements (réels comme virtuels). Ses essais “Program Code Poetry” (2001) et “Exe.cut[up]?able Statements: The Insistence of Code” (2003) font le point sur “l'usage poétique du code informatique”, mais aussi sur les précédents dans l'histoire littéraire non informatique – une histoire riche et diversifiée qui remonte aux rituels et jeux de hasard performés par les oracles antiques, inclut de nombreux exemples de littérature combinatoire, mystique, formaliste, et aboutit aux avant-gardes du 1620ème siècle – DADA, Fluxus, poètes Beat (entre autres). Cramer dégage deux qualités principales dans l'écriture du code: a) son exécutabilité, qui en fait une écriture de la performance et de la performativité (le code accomplit une tâche, crée un objet, fait ce qu'il dit en le disant); b) sa Textualité, au sens où Barthes fait du scriptible l'indice du Texte. Cramer rappelle la distinction faite par les informaticiens entre un usage amateur de l'ordinateur à travers des interfaces (le graphique, l'user-friendly, le lisible: qualités attribuées au système d'opération informatique de type 17GUI ) et un usage expert, engagé avec l'écriture des codes et des commandes informatiques (l'environnement Unix, qui permet un dialogue direct avec le système 18d'opération). En ce sens, la programmation serait scriptible en tant qu'elle a affaire directement avec les “mots” de l'ordinateur: les codes informatiques s'écriraient Textuellement. Cramer relie cette écriture artefactuelle du code à un geste d'appropriation subjective des techniques des nouveaux medias. Citant les travaux des Codeworkers (représentants actuels d'une écriture littéraire du code informatique), il montre que leur faculté à exprimer une subjectivité à travers un langage formel constitue un challenge artistique: 14 Lawrence Lessig, Code and Other Laws of Cyberspace, 1999, p.89 15 Lawrence Lessig, Code and other Laws of Cyberspace, 1999, p.15 16 L'ouvrage de Florian Cramer, Words Made Flesh: Code, Culture, Imagination (2005) reprend extensivement les points historiques esquissés par Cramer dans ses essais et constitue un ouvrage-clef pour toute investigation des poétiques du code. Bien que peu cité dans ce mémoire, il est mon principal ouvrage de référence. 17 Graphic User Interface: interface graphique installée sur les ordinateurs personnels depuis la distribution des outils informatiques au 'grand public' (dans les années 1970, c'est Macintosh qui ouvre le marché). 18 Expression traduite en anglais par writerly par opposition à lisible/readerly 9