les 4 pages  banane - La BANANE en 2009
4 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

les 4 pages banane - La BANANE en 2009

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
4 pages
Français

Description

les 4 pages banane - La BANANE en 2009

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 76
Langue Français

Exrait

LaBANANE en 2009
Faits marquants
BILAN DE CAMPAGNE
„ Lemarché bananier en FranceCanaries et Madère recule, les origines 2009, entreACP progressent et atteignent 19 % deLe prix import (prix à quai Ports du Nord) s’établit en 2009 à une moyenne depart de marché battant ainsi un nouveau optimisme et0,68 €HT/kg contre 0,70 en 2008. Aprèsrecord (958 000 t en 2009).Parmi les une année 2008 encore marquée par les«pays tiers», l’Equateur reste le premier pessimisme…fournisseur de l’UE devant la Colombie quiconséquences du cyclone Dean, le retour à de meilleures performances pour lesévince le Costa Rica placé désormais en Antilles conforte la filière bananière françaisetroisième position. dans ses choix qui ont déjà permis de „Organisation commune du marché Avec une consommation diminuer l’utilisation des pesticides de de la banane (OCMB) 70 %.La Martinique produit 180 000 t intérieure en progrès deL’OCM banane est moribond. Des accords contre 125 000 t en 2008. La Guadeloupe multilatéraux entre états latino-américains passe de 47 000 t à 56 000 t. 24 000 t par rapport àet la commission européenne y ont mis L’approvisionnement français (toutes un terme en décembre 2009 ou tout du 2008, la banane se porteorigines) totalise 557 000 t et dépasse donc moins ont programmé sa mise à mort à très largement la moyenne 1994-2008 qui court terme. bien en France tandisse situe aux alentours de 490 000 t. Avecer Depuis le 1janvier 2006, les fournisseurs une croissance de 5 % (+24 000 t), le de l’UE se divisaient en 2 groupes : les que l’approvisionnement marché français se distingue de la tendance nations les plus favorisées (NPF = européenne (UE à 27) qui affiche un recul origines Dollar) devant s’acquitter d’un droit net est paradoxalement de 6 % (5 113 770 t contre 5 441 347 t en de douane de 176 €/t et les pays ACP 2008). en baisse de 6 % pour(Afrique, Caraïbes, Pacifique) exemptés Stimulée par des prix attractifs, la de droit de douane. Depuis le 15 décembre consommation française se développe. La l’UE à 27 (5,1 millions de2009, l’accord de Genève prévoit une crise économique semble profiter à la décroissance de ce droit jusqu’à 114 €/t à tonnes) et enregistre unebanane qui se trouve propulsée par la l’horizon 2017 ou 2019 dans l’objectif d’un grande distribution en tête des rayons rééquilibrage entre les origines Dollar et chute de 12 % aux Etats-« fruits » comme un produit anti-crise ; les les origines ACP. Ce réajustement est loin prix au détail ont baissé de 4 % alors que de faire l’unanimité. Début 2010, l’Espagne Unis. Les prix médiocres partout ailleurs en Europe, ils sont restés (à la présidence de l’UE) remet le dossier sur les bases de 2008 ou ont même parfois banane sur la table et prévoit la signature enregistrés au second augmenté. La consommation annuelle d’un accord avec les pays du pacte andin moyenne par habitant s’établit à 8,9 kg. semestre 2009 ternis-(Colombie, Pérou) et le marché commun „Progression des origines ACPcentre américain (MCCA) pour amener le sent malgré tout cetteAlors qu’en Europe, la production des îlesdroit de douane à 75 €/t d’ici 2020. 2009 belle performance…Cotation de la banane D.O.M. au stade gros 2008 (MIN de Rungis - cat extra) même si au final les opé-1,30 2007 1,20 1,10 rateurs de la filière «ba-1,00 0,90 nane française» se mon-0,80 0,70 trent plutôt satisfaits du 1 2 3 4 5 6 7 8 910 11 12 résultat global. s e m aines A des disponibilités mesurées et à une demande dopée par la crise a succédé un second semestre morose avec malgré tout l'écoulement de volumes importants. Faits marquantspage 1 Déroulement de la campagnepage 2 réseau des centres dupage 3D’une campagne à l’autre - Prix au détail Service des Nouvelles des Marchés Directions Régionales de l’Alimentation, depage 4Chiffres indispensables l’Agriculture et de la Forêt
Déroulement de la campagne Un premier semestre 2009 flamboyantexpéditions. tuelle. Enjuillet, le prix import s’affaisse Enavriletmai, on assiste à un ralen-Malgré un retour à un potentiel normalpour tomber à 0,55 € HT/kg soit 10 € du tissement des marchés. Les cours flé-des Antilles françaises, après une an-colis. Le mois d’aoûtne connaîtra pas chissent sensiblement mais conservent née 2008 encore empreinte du cycloned’embellie comme ce fut le cas en 2007 malgré tout des niveaux satisfaisants et Dean, les cours se redressent très rapi-et 2008. La baisse de la consommation supérieurs à la moyenne. Les apports dement dans un contexte d’offre latino-atteint son paroxysme à cette période équatoriens, un peu plus volumineux, ten-américaine réduite. De graves inonda-très chargée en fruits à noyaux. Pire, la tent de compenser le déficit toujours tions en Amérique centrale occasionnentrentrée deseptembrene permet pas non marqué de la Colombie et du Costa Rica. des pertes humaines et matérielles im-plus au marché de se redresser malgré L’apparition des premiers fruits saison-portantes au Costa Rica, Panama etla multiplication des opérations promo-niers (fraise, cerise) sur les marchés ne Honduras. Le Cameroun essuie un nou-tionnelles destinées à relancer les ven-freine que modérément la consommation veau coup de vent et les envois de bana-tes en période de rentrée scolaire. de banane. nes antillaises sont de surcroît locale-Enoctobre etnovembre, les apports Enjuin, la baisse d’activité commence ment perturbés par des mouvementsantillais s’étoffent et les volumes africains à se faire sentir. Les prix se rajustent à sociaux. Le reste de l’Europe connaît éga-se maintiennent à un bon niveau grâce à la baisse dans un contexte plus délicat lement des niveaux de prix exception-des offres ivoirienne et ghanéenne très avec la présence plus marquée des fruits nels. En Allemagne, le prix import (réfé-étoffées qui compensent le déficit came-d’été (fruits rouges et fruits à noyaux). rence Aldi) s’envole vers des niveaux ja-rounais. Dans ce contexte d’offre plétho-Le retour à des volumes plus importants mais atteints (1 € HT/kg).rique, les cours ne peuvent que s’éroder en provenance des Antilles ne permet Enmarscédant sous les coups de boutoirs des, les cours se raffermissent à pas de compenser le déficit toujours no-nouveau dans un contexte d’offre défici-opérations commerciales mises en place toire des origines Dollar. taire. Les disponibilités réduites et uneà tour de rôle par certaines enseignes de demande assidue tant en Europe qu’enla grande distribution. Un second semestre maussade Amérique du Nord contribuent à faireEndécembre, malgré un niveau d’appro-grimper les cours. Les mouvements so-La seconde moitié de l’année 2009,visionnement plus modeste, le marché ne ciaux perdurent aux Antilles et limitentbeaucoup plus morose, ne va pas confir-résiste pas au déclin de la consomma-le volume de l’offre. Le Surinam, dont lamer un premier semestre éclatant. Lestion. Les réexportations plus difficiles vers logistique d’acheminement est conjointe,mois d’été de juillet et août ne démen-les pays de l’Est contribuent à l’engorge-doit également supporter un arrêt de sestent pas leur tendance baissière habi-ment du marché et à la chute des cours. Répartition de la production mondiale de banane* La production européenne L’année 2010 permet certes le retour desAntillesmais aussi le recul de certaines autres origines. Malgré une production globale en progression (+7 %), les apports des îlesCanariesrégressent (352 000 t en 2009 contre 371 000 t en 2008). La crise et le contexte politico-économique ont eu raison de plusieurs années d’exception canarienne sur le marché bananier. La tendance est identique pourMadèrequi passe de 18 000 t en 2008 à 14 000 t en 2009. La production française LesAntillesexpédient 236 000 t de bananes en 2009. Ceci augure d’un retour prochain à des envois de 280 000 t comme dans les années 1995-2005. L’engagement pris en 2008 avec les autorités françaises qui a conduit au plan «banane durable» permet aux D.O.M. de reconquérir une grande partie de leurs parts de marché. Depuis 2008, les dimensions de ce plan ont même été élargies avec la création de l’institut technique de la banane (ITBAN). Cet organisme fait le lien entre les producteurs et les centres de recherche (CIRAD, INRA, CEMAGREF) et s’est ouvert récemment (en avril 2010) aux autres filières agricoles qui en ont fait la demande (canne à sucre, melon, ananas). Le montant de l’aide (POSEI) se maintient à 278 millions d’euros pour la production européenne, les Antilles en bénéficient à hauteur de 129 millions d’euros. L’attribution de l’aide est pilotée par l’ODEADOM en partenariat avec les organisations de producteurs. Les origines ACP (Afrique, Caraïbes, Pacifique) En 2009, laCôte d’Ivoireexporte 230 000 t vers l’UE (+5 % par rapport à 2008) où elles sont consommées à plus de 90 % (en terme de volumes réceptionnés, la France occupe la seconde place derrière la Belgique). LeCamerounfait une bonne année avec 250 000 t expédiées (contre 280 000 t en 2008 et 253 000 t en moyenne sur les trois dernières années). A l’image du Surinam, le Ghanan’a développé que très récemment ses envois vers l’UE (36 000 t en 2009). Avec l’appui de l’UE, leSurinama restructuré complètement son secteur bananier. Il exporte 80 000 t en 2010 soit 2,5 fois plus qu’en 2002 (dont 57 000 t débarquées dans l’UE). LaRépublique Dominicainequadruple ses exportations vers l’Europe en l’espace d’une décennie et dépasse les 250 000 t (issues en majorité des filières BIO et du commerce équitable). Les origines dollar LaColombiemanière identique sa présence aux Etats-Unis et en Europe. Avec 1 206 000 t introduites dans l’UE contreréduit de 1 281 000 t en 2008, elle marque un recul de –6 %. L’Equateurdépasse encore ses objectifs en 2009 avec 271 millions de cartons exportés (+6 %) mais ses exportations vers l’Europe chutent de –5 % (1 278 000 t en 2009 au lieu de 1 349 000 t en 2008). Son potentiel de production est énorme. Ses marchés sont faiblement contractualisés sur le long terme, ce qui lui permet de valoriser au mieux ses volumes, en période d’offre déficitaire (notamment au premier semestre 2009). Pour leCosta Rica, l’année 2008 a été une année noire car 10 000 ha de bananiers ont été endommagés par des inondations en fin d’année. Les exportations 2009 accusent une baisse de 20 % sur 2008 avec 753 000 t introduites dans l’UE. Les perspectives apparaissent plus favorables en 2010 avec une surface productive atteignant 44 500 ha et un potentiel de 110 millions de colis. * Sources : Eurostat etobservatoire des marchés du Cirad FranceAgriMer Bilande campagne - Banane - 2009
D’une campagne à l’autre Cours moyen mensuel de la banane à quaiArrivages à quai dans les ports du Norddans les ports du Nord Toutes origines (D.O.M. - Surinam) - cat. extraToutes origines (D.O.M. - Surinam) 0,95 2009 20092008 2007 2008 36000 0,90 2007 32000 0,85 28000 0,80 24000 0,75 20000 0,70 16000 0,65 12000 0,60 8000 0,55 4000 janv marsmai juilsept novjanv marsmai juilsept nov Forte progression des cours au premier semestre en relation avec une interruption des envois provoquée par des mouvements sociaux aux Antilles. Larges disponibilités et prix bas au second semestre. Cours moyen mensuel de la banane à quaiArrivages à quai dans les ports de Marseille - Port Vendresdans les ports de Marseille - Port Vendres Toutes origine (Côte d’Ivoire - Ghana) - cat. extraToutes origines (Côte d’Ivoire - Ghana) 1,05 2009 20000 20092008 2007 2008 2007 0,95 16000 0,85 12000 0,75 8000 0,65 0,55 4000 janv marsmai juilsept novjanv marsmai juilsept nov L’approvisionnement en bananes africaines diminue sur le sud de la France. Les apports ivoiriens progressent mais on assiste à une quasi disparition des apports camerounais et une forte diminution des apports du Ghana. Prix au détail Les promotions en GMSEvolution des cours à quai- ports du Nord (nombre de magasins en promotion sur les 150 magasins(banane DOM en €HT/kg)et au stade détail enquêtés chaque semaine par le SNM)(toutes originines confondues en € TTC/kg) détail 2009détail 2008 80 2009 1,70 quai2009 DOM extraquai 2008 DOM/extra 2008 70 2007 1,50 60 1,30 50 1,10 40 0,90 30 200,70 10 0,50 1 4 710 13 16 19 22 25 28 31 34 37 40 43 46 49 52 1 4 710 13 16 19 22 25 28 31 34 37 40 43 46 49 52 se m ainess e m aine s En 2009, la grande distribution contribue à nouveau à la bonne santé du marché bananier. Le taux de promotion affiché par l’enquête détail SNM atteint un niveau de 31 %, performance inégalée depuis l’année 2000. Cette stratégie intentionnelle tend à prouver que la banane est devenue l’article inconditionnel dans les linéaires fruitiers avec toutefois pour corollaire une tendance au plafonnement des prix qui limite les marges de manœuvre des fournisseurs. Des prix lissés sur le second semestre ont en effet succédé à un premier semestre plutôt satisfaisant. Forte concurrence des fruits d’été Les disponibilités sont relativement mesurées en fruits rouges mais la campagne de fruits d’été s’avère plutôt chargée : les voyants de crise conjoncturelle s’allument en effet pour l’abricot, la pêche et la nectarine. La banane des Antilles et d’Afrique, présente en quantité, n’échappe guère à cette tourmente. FranceAgriMer Bilande campagne - Banane - 2009
Chiffres indispensables
Répartition par provenance des arrivagesCours à quai (moyenne mensuelle par port, provenance et catégorie en€ HT /kg) sur les ports français(en % du total) M A R SE ILLE C C ôt eG ha naa m e ro unDUNKERQUEDIEPPE -M art inique P O R TV E N D R E S d' Iv o ire2% 1% 40% M artiniqueGuadeloupe SurinamCam /C.Ivoire /Ghan 30% extra extracat.I extra cat.Iextra cat.I Janvier 0,670,67 - 0,650,59 0,80-Février 0,690,69 - 0,700,65 0,80-Mars 0,940,92 - 0,950,91 1,02-Avril 0,890,89 - 0,800,75 0,99-Mai 0,760,76 - 0,710,66 0,81-Juin 0,670,67 0,49 0,68 0,630,79 -uillet 0,580,58 0,48 0,53 0,480,66 -Août 0,560,56 0,45 0,50 0,440,66 -Septembre 0,620,62 0,51 0,55 0,500,70 -S urina m Octobre 0,610,61 0,50 0,54 0,510,70 -14% G ua de lo upe Novembre 0,610,61 0,50 0,55 0,520,66 -13% Décembre 0,610,61 0,50 0,53 0,470,61 -Les arrivages de bananes ivoiriennes à Marseille ont 2009 0,680,68 0,49 0,64 0,590,75 -plus que doublé par rapport à 2008 et ont compensé la 2008 0,700,70 - 0,670,63 0,75-faiblesse des arrivages camerounais et ghanéens. Les0,64 - 0,642007 0,640,59 0,680,64 2006 0,580,59 - 0,580,53 0,690,64 Antilles reprennent leur place sur le marché après une année 2008 difficile (cyclone Dean). Tonnages à quai (en tonnes par port, provenance et catégorie) M A R SE ILLE DIEPPE -DUNKERQUE France P O R TV E N D R E S C.Ivoire MartiniqueGuadeloupe SurinamC.Ivoire Ghana totaltransit vendutotaltransit vendutotaltransit vendutotal totaltotal total Janvier 8033 66913 33317 0022 4432 2834 7264 146705 4851 9390 2459 39231 Février 6861 8169 53211 3481 5801 8803 4602 882455 3337 8582 71928 132 Mars 6221 1154 6505 765975 2447 3422 2136 658 2794 9969 47023 042 Avril 8633 43512 56716 0021 3811 7523 1333 7671 0684 8358 276711 33820 Mai 8452 3489 52611 8741 6421 6753 3173 367877 4244 12042 0 32322 Juin 6194 0429 22013 2622 0791 0363 1155 035641 5676 9367 032 039 uillet 8004 9749 50414 4782 8671 4794 3466 468406 6874 7976 034 474 Août 4203 29510 53513 8302 4352 1404 5753 437499 3936 5921 13228 814 septembre 4424 75210 34915 1011 8842 4374 3213 546549 4095 8067 18932 215 Octobre 8017 11114 20821 3193 3753 2326 6074 685770 5455 14004 1278 49464 Novembre 7404 50310 28314 7862 7053 5356 2404 167660 4827 12892 1616 41101 Décembre 6203 79912 52516 3242 2043 7105 9145 9031 1857 08813 599293 43838 Total 20098 26144 859126 232171 09125 57027 60653 17649 5398 47358 012120 0857 867418 492 Total 20088 85733 790100 929134 71916 89723 97740 87441 78622 52364 30958 24242 584349 585 Total 2007140 24627 109501 134128 11925 26929 38224 30942 25066 56008 67972 0296 472 Total 20060 56707 148072 204779 17914 26512 44426 32394 13084 45478 99231 0393 914 Le MINde Rungis Le MIN de Rungis Volume des arrivages Cours moyen mensuel par provenance en catégorie Extra (HT/kg) Janv. Fév. Mars AvrilMai Juin Juil.Août Sept. Oct.Nov. Déc.année DOM-TOM Afrique autres Afrique0,84 0,94 1,22 1,10 0,96 0,91 0,80 0,75 0,79 0,81 0,76 0,800,89 3000 D.O.M0,84 0,94 1,22 1,10 0,96 0,90 0,79 0,75 0,79 0,81 0,76 0,800,88 2500 Amérique0,84 0,94 1,22 1,10 0,96 0,91 0,80 0,75 0,79 0,81 0,76 0,800,89 2000 Volumes mensuels par provenance en tonnes (source SEMMARIS) 1500 Janv. Fév. Mars AvrilMai Juin Juil.Août Sept. Oct.Nov. Déc.Total 1000 DOM-TOM2 6411 4282 7332 4612 0642 2892 4902 6132 9682 3992 8122 83029 728 500 AFRIQUE1 9589951 1441 411929 9232 021973 6351 5751 3941 57215 530 0 AUTRES1 8022 3532 8882 0532 0762 3391 2661 9482 0571 5112 3181 93224 543 janv marsmai juil septnov TOTAL 5946 6138 6337 5536 5345 6093 4548 4300 6332 6083 7265 5878 69801
pour en savoir plus sur la banane : Chef de service : Philippe BOYERRédacteur :Eric ENGEL Composition : SNM Bordeauxcentre de Rungis :01.41.73.48.03 FranceAgriMer Date de parution : juillet 2010centre de Marseille :04.91.98.01.02 Direction Marchés, études et prospective èmecentre de Rouen :02.32.18.95.95 L’Arborial - bâtiment A -2 étage notre site : www.snm.agriculture.gouv.fr 12 rue Rol Tanguy Reproduction autorisée sous réserve de citer la source 93555 MONTREUIL SOUS BOIS CEDEX Prestation réalisée sous système de management de la qualité ISO9001 : 2000 Tél : 01.49.55.59.14 - Fax : 01.49.55.48.64
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents