Les sept étapes nécessaires pour une rétropolation de qualité

-

Documents
6 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

La nouvelle version de la Nomenclature d’Activités Française, la NAF rév.2, est devenue la nomenclature de référence dans la statistique structurelle d’entreprise. Pour accompagner ce changement, une méthode de rétropolation des séries de la NAF rév.1 à la NAF rév.2 a été mise au point. Elle consiste à traiter d’abord les branches, c’est-à-dire les activités élémentaires de l’entreprise, collectées dans l’Enquête Annuelle d’Entreprises (EAE), pour ensuite recalculer l’Activité Principale Exercée de l’entreprise (APE). La méthode s’appuie sur une nomenclature « intermédiaire », construite pour l’occasion. Les branches seront traduites dans la nomenclature d’arrivée en quatre étapes, deux déterministes et deux probabilistes. Enfin, trois étapes supplémentaires seront nécessaires pour obtenir les APE dans la nomenclature d’arrivée. Les données rétropolées issues de l’EAE suivent la chaîne de traitement de la statistique structurelle d’entreprise pour aboutir à ses utilisateurs finaux, dont la Comptabilité Nationale.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 90
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

Les sept étapes nécessaires pour
une rétropolation de qualité
! Christine Pinel*
La nouvelle version de la Nomenclature d’Activités Française, la NAF rév.2, est devenue la nomenclature de référence
dans la statistique structurelle d’entreprise. Pour accompagner ce changement, une méthode de rétropolation des séries
de la NAF rév.1 à la NAF rév.2 a été mise au point. Elle consiste à traiter d’abord les branches, c’est-à-dire les activités
élémentaires de l’entreprise, collectées dans l’Enquête Annuelle d’Entreprises (EAE), pour ensuite recalculer l’Activité
Principale Exercée de l’entreprise (APE). La méthode s’appuie sur une nomenclature « intermédiaire », construite pour
l’occasion. Les branches seront traduites dans la nomenclature d’arrivée en quatre étapes, deux déterministes et deux
probabilistes. Enfin, trois étapes supplémentaires seront nécessaires pour obtenir les APE dans la nomenclature d’arri-
vée. Les données rétropolées issues de l’EAE suivent la chaîne de traitement de la statistique structurelle d’entreprise
pour aboutir à ses utilisateurs finaux, dont la Comptabilité Nationale.
ors d’un changement de nomen- La statistique structurelle d’entreprise Deux variables fondamentales sont Lclature, on ne peut pas se s’est préparée à ce changement de codées en NAF et sont donc direc-
contenter de publier des résultats nomenclature depuis 2005. L’année tement touchées par le changement
en ancienne version jusqu’à la date 2007 a vu la mise en pratique des de nomenclature : la ventilation en
de basculement choisie, puis de tra- outils et l’adaptation des applications branches du chiffre d’affaires de l’en-
vailler en nouvelle version. Et ceci pour préparer le basculement de la treprise, c’est-à-dire la répartition de
pour deux raisons : NAF rév.1 vers la NAF rév.2 et pour son chiffre d’affaires total selon ses
disposer des matériaux nécessaires différentes activités élémentaires, et
− d’une part la gestion de l’enquête aux travaux de rétropolation et d’ex- son Activité Principale Exercée (APE).
peut faire référence à l’exercice pré- trapolation à venir. La première sert, en Comptabilité
cédent, voire aux deux exercices
précédents ; or, toutes les données
doivent être codées dans la même Encadré : le mode de calcul de l’Activité Principale Exercée (APE) des
nomenclature ; entreprises
Le calcul de l’APE dans l’EAE utilise un algorithme de type Up and Down. On − d’autre part les résultats de l’en-
part de la ventilation en branches du chiffre d’affaires au niveau le plus fin de quête seront repris par des utilisateurs
la nomenclature (trois activités pour l’entreprise de l’exemple ci-dessous) et on qui ne basculent pas tous en nouvelle
somme les chiffres d’affaires des branches de même parent en montant à chaque
nomenclature à la même date.
fois à un niveau plus agrégé dans la nomenclature. Une fois le sommet atteint –
sommet qui détient le chiffre d’affaires total de l’entreprise – on redescend l’arbre
Il faut donc prévoir une méthode en sélectionnant à chaque niveau l’activité qui affiche le plus gros chiffre d’affai-
de rétropolation des séries. Dans le res. L’activité retenue au le plus fin est l’APE de l’entreprise. Branches et
cas qui nous intéresse, il s’agit de APE sont bien sûr codées en NAF.
traduire les activités des entreprises Remarque : d’après sa définition officielle, l’APE doit être calculée sur la base de
la ventilation de la valeur ajoutée. La répartition par branche de la valeur ajoutée de la NAF rév.1 vers la NAF rév.2 – et
n’étant généralement pas connue, on utilise des variables « proxy » à la place : le inversement pour effectuer une extra-
chiffre d’affaires ou, le cas échéant, le nombre de salariés.
polation.
L’Enquête Annuelle
d’Entreprise au cœur
de la rétropolation
Le calendrier de mise en place de
la NAF rév.2 fixait le basculement
du répertoire Sirene en janvier 2008.
* Au moment de la rédaction de cet arti-
cle, Christine Pinel travaillait à l’Insee, direction
des statistiques d’entreprise, division harmoni-
sation d’enquêtes auprès des entreprises.
Courrier des statistiques n° 125, novembre-décembre 2008 71Christine Pinel
Nationale, à établir les comptes de et l’autre en nouvelle nomenclature.
branches qui recensent toute l’acti- On a donc construit une nomencla-
vité économique strictement relative ture dite « intermédiaire », dont cha-
à une branche élémentaire donnée. que élément correspond à une et une
L’APE, elle, sert à classer l’entreprise seule activité dans chacune des deux
dans un secteur d’activité. Les résul- nomenclatures (cf. schéma). Chaque
tats calculés sur un secteur incluent élément de la nomenclature intermé-
donc aussi les résultats des branches diaire correspond à une intersection
minoritaires des entreprises dont non vide issue du produit cartésien
l’APE correspond au secteur étudié. entre la NAF rév.1 et la NAF rév.2. Et
Avec le changement de nomencla- comme on demande aux entreprises Industrie agro-alimentaire : usine Danone
à Bierun, ´ Pologneture, le problème est d’obtenir des de ne fournir qu’une seule ventilation
résultats solides dans la nomencla- au lieu de deux, même si les activités
ture d’arrivée, à la fois sur la réparti- sont codées dans une nomenclature la nomenclature d’arrivée pour toutes
tion du chiffre d’affaires en branches plus complexe, on assure ainsi une les unités. À la fin du processus, il
et pour les APE. Ce sera le but de meilleure cohérence des montants de suffit de réagréger les données indi-
toute rétropolation ou extrapolation. chiffre d’affaires fournis.viduelles pour obtenir les séries rétro-
polées. Notons qu’on aura également
La ventilation en branches du chiffre à rétropoler directement les APE des
d’affaires est collectée uniquement Une carapace solideentreprises dont la ventilation par
dans l’Enquête Annuelle d’Entreprise branche n’est pas connue.
(EAE). Cette enquête interroge cha- Sirene bascule en janvier 2008.
que année 140 000 entreprises non Le deuxième point concerne la façon L’EAE 2008/2007, collectée en 2008
financières du secteur marchand. Son de rassembler via l’EAE l’information sur l’année de constat 2007, doit
champ comprend l’industrie manu- sur le changement de nomenclature. être gérée en nouvelle nomenclature.
facturière, l’industrie agroalimentaire, Se contenter de passer d’une EAE C’est donc dans le questionnaire de
les services, le commerce, les trans- gérée en NAF rév.1 à une EAE gérée l’EAE 2007/2006 (exercice 2006, col-
ports et la construction, et elle est en NAF rév.2 n’apporterait aucune lecte en 2007) que les entreprises
actuellement gérée par quatre servi- information sur la manière dont cha- ont été interrogées en nomenclature
ces statistiques différents. Lorsque que branche d’activité de la nomen- intermédiaire, avec d’ailleurs un taux
l’entreprise fait l’objet d‘une obser- clature de départ se transforme : vers et une qualité de réponse aussi bons
vation dans une EAE, le code APE quelle(s) branche(s) d’activité de la que les années précédentes. Selon
est recalculé à partir de la ventilation nomenclature d’arrivée, et en quel- le calendrier des travaux, la première
des branches (cf. encadré). Ces APE les proportions ? Les rétropolations rétropolation à effectuer devait consis-
recalculées permettent la mise à jour et extrapolations reposant sur cette ter à traduire en NAF rév.2 les don-
du répertoire Sirene. Un exercice de information, il faut disposer, pour un nées de l’EAE 2006/2005 collectée en
rétropolation (ou d’extrapolation) dans exercice de l’EAE, d’une observation NAF rév.1, à défaut de quoi l’application
une nomenclature d’activité brassera directe en double nomenclature, qui informatique (qui requiert des données
à la fois des ventilations en branches permette de connaître ces clés de pas- sur deux années écoulées) n’aurait
et des APE ; il devra forcément s’ap- sage d’une nomenclature à l’autre. pu fonctionner pour l’EAE 2008/2007.
puyer sur les EAE, seule source qui Cette rétropolation a eu lieu entre
autorise cette action. Pour cela, on ne peut pas se contenter décembre 2007 et janvier 2008. L’outil
d’observer séparément deux ventila- utilisé est une « macro-instruction »
tions, l’une en ancienne nomenclature du logiciel SAS baptisée Carapace,
Une nomenclature
intermédiaire pour
Schéma
observer les branches La nomenclature intermédiaire
La méthode de rétropolation rete- NAF rév.1NAF rév.2
nue pour les statistiques structurelles
d’entreprises repose sur deux grands
principes. D’abord, il a été décidé de
travailler au niveau le plus fin, c’est-
à-dire de rétropoler chaque indi-
vidu (entreprise), au lieu de convertir
directement les séries agrégées sans
revenir aux informations individuel-
les. Le but est alors de reconstituer
la ventilation en branches du chiffre
d’affaires et d’affecter une APE dans
72
Source : WikipédiaLes sept étapes nécessaires pour une rétropolation de qualité
comme « Calcul Approprié pour la suivants jusqu’au basculement de cette raison, dans le cas d’entrepri-
Rétropolation des Activités Principales la Comptabilité Nationale (fixé pour ses qui n’ont pas fourni de ventila-
et des Activités ventilées par Chiffre l’instant à 2011) devront eux aussi tion de leur chiffre d’affaires dans
d’affaires et / ou Effectifs ». être extrapolés. l’EAE 2006/2005, on recherche cette
information dans les exercices 2002 à
Avant d’expliciter la méthode de rétro- 2004. Si elle existe, on applique au
Une multitude de polation de l’EAE 2006/2005, intéres- chiffre d’affaires de l’exercice 2005 la
correspondances sons nous rapidement à l’enchaîne- ventilation des années précédentes.
possibles entre NAF rév.1 ment des rétropolations au sein de la
et NAF rév.2statistique structurelle d’entreprises. La première étape de la rétropo-
Rappelons qu’après l’EAE, la chaîne lation des ventilations est simple.
Maintenant que nous avons en tête de traitements passe par le Système Elle consiste à traiter les activités en
le contexte et les notions, nous pou-Unifié de Statistiques d’Entreprises NAF rév.1 qui ne correspondent qu’à
vons aborder la rétropolation de (Suse) qui fusionne les données de une seule activité en NAF rév.2. Pour
l’EAE 2006/2005. On s’intéresse donc l’EAE et les données fiscales sur toutes ces branches, dites univoques,
à chaque entreprise et on traduit les bénéfices, puis par le Système la traduction est immédiate et tout le
d’abord la ventilation de son chiffre Intermédiaire d’Entreprises (SIE) qui chiffre d’affaires de la branche passe
d’affaires en branches. assure la couverture complète du sous le nouveau code en NAF rév.2.
champ des entreprises non-financiè-
Pour toutes les branches dont la res et l’homogénéité des données
correspondance avec la nouvelle comptables. Enfin, on aboutit à la
nomenclature n’est pas univoque, Comptabilité Nationale et à Eurostat,
l’affaire est plus compliquée. En effet, utilisateurs finaux principaux des don-
imaginons une activité Z en NAF rév.1 nées structurelles d’entreprise.
qui se divise en deux activités dans
Dans la foulée de l’EAE 2006/2005, les la NAF rév.2 : X et Y. Certaines entre-
trois exercices précédents de l’EAE prises exercent uniquement la partie
ont été rétropolés en NAF rév.2 au de l’activité Z correspondant à X,
début de l’année 2008. Les données d’autres la partie de Z correspondant
en nouvelle nomenclature des exerci- à Y, et d’autres encore exercent la
Activité de construction : la grande salle
ces EAE 2002 à 2005 – issues de la multifonctionnelle le Phare à Chambéry totalité de Z et donc à la fois X et Y,
en constructionrétropolation – et de l’EAE 2007/2006 la proportion entre ces deux dernières
– issues de la nomenclature intermé- activités pouvant varier.
diaire – ont ensuite été fournies au L’objectif est de reconstituer la répar-
responsable de Suse qui les a inté- tition de ce chiffre d’affaires selon Pour rétropoler les branches de ce
grées dans ses bases de données. des branches en nouvelle nomen- type dans l’EAE 2006/2005, on doit se
Une rétropolation complémentaire clature, pour ensuite calculer l’APE reporter à la ventilation en nomencla-
des bases Suse a été nécessaire en NAF rév.2. Notons que cette der- ture intermédiaire de l’EAE 2007/2006.
pour traduire en NAF rév.2 les APE nière sera de meilleure qualité si elle Cette ventilation donne, parmi toutes
des entreprises non renseignées par est calculée à partir d’une ventilation les combinaisons possibles entre la
l’EAE. Au troisième trimestre 2008, rétropolée, et non pas déterminée à NAF rév.1 et la NAF rév.2, celles
c’est au tour du SIE de récupérer les partir de la seule information don- effectivement déclarées par chaque
données de Suse en nouvelle nomen- née par l’APE en NAF rév.1. Pour entreprise. La table 1 nous montre
clature pour les intégrer et les com-
pléter afin d’obtenir des bases entiè- Table 1 : ventilation en nomenclature intermédiaire de l’EAE 2007/2006
rement en NAF rév.2. Ces résultats
Chiffre Chiffre Clé de pourront alors être mis à disposition Nomenclature
Entreprise NAF rév.1 NAF rév.2 d’affaires d’affaires passage de
Intermédiairede la Comptabilité Nationale. détaillé total rév.1 à rév.2
A 452C 452C01 4213A 4 922 26 021 20 %Notons qu’à partir de la fin de l’année
2008 des travaux d’extrapolation – de A 452C 452C02 4222Z 12 556 26 021 50 %
la NAF rév.2 vers la NAF rév.1 – auront
A 452C 452C06 4299Z 8 543 26 021 30 %
également lieu. En effet, l’exercice
2007 de l’EAE, donc de Suse et du
SIE, est traité en nouvelle nomen-
B 452C 452C03 4221Z 881 977 90 %
clature, mais les données répondant
B 452C 452C06 4299Z 96 977 10 %au règlement d’Eurostat sur les sta-
tistiques structurelles d’entreprises
pour 2007 devront être transmises en
C 452C 452C03 4221Z 297 297 100 %
NAF rév.1. De plus, tous les exercices
Courrier des statistiques n° 125, novembre-décembre 2008 73
Source : WikipédiaChristine Pinel
sous quelle forme se trouve cette sélectionné dans l’EAE 2007/2006 en Tableau 1 : obtention des branches
de l’EAE 2006/2005 en NAF rév.2 nomenclature intermédiaire.information. On y prend l’exemple
d’entreprises qui exercent (entre
PourcentagePour la troisième étape de la rétro-autres) l’activité 452C de « construc-
polation des ventilations, on a effec-tion d’ouvrages d’art », qui se divise Activité univoque vers la NAF 65
rév.2tué un hot-deck raffiné. On traite en six activités différentes dans la
une par une chaque entreprise de NAF rév.2. L’entreprise A est concer- Même activité dans l’EAE 25
l’EAE 2006/2005 dont au moins une 2007/2006née par trois sous-parties du 452C.
branche reste à traduire. On souhaite Le chiffre d’affaires de la branche Hot-deck raffiné 7
rétropoler en une fois le maximum de 452C de cette entreprise se répartit
Hot-deck simple 3branches de chaque entreprise, on va dans ses activités en NAF rév.2 à hau-
donc travailler globalement au niveau TOTAL 100teur de 20 %, 50 % et 30 %.
de l’entreprise, et non pas au
des branches d’activité. Pour chacune La deuxième étape de la rétropo-
des entreprises de l’EAE 2006/2005, Tableau 2 : obtention des APE de lation des ventilations consiste à
la rétropolation en nouvelle nomen- l’EAE 2006/2005 en NAF rév.2 comparer pour chaque entreprise les
clature de ses branches encore à
deux ventilations (en NAF rév.1) des Pourcentagetraduire dépendra de la ventilation en
EAE 2006/2005 et 2007/2006. Si, pour
nomenclature intermédiaire de l’en- Calculée sur la ventilation 94.3une même entreprise, la même bran-
rétropoléetreprise sélectionnée comme « don-
che non-univoque de l’EAE 2006/2005
neur » dans l’EAE 2007/2006. Plus Collectée en 2007 dans l’EAE 0.2– qu’on veut rétropoler – a été décla-
cette dernière sera proche de l’en- ou les EAR
rée dans l’EAE 2007/2006, on reprend
treprise à rétropoler, plus on suppose
Attribution probabiliste 5.5la structure en pourcentage des cor-
faible l’erreur qu’on commettra en
respondances de cette branche avec
TOTAL 100.0utilisant les clés de passage de la
la NAF rév.2 et on l’applique au chiffre
NAF rév.1 vers la NAF rév.2 de la
d’affaires de l’exercice 2005. Ainsi,
seconde pour rétropoler la première.
si l’entreprise A a également déclaré
de la NAF rév.1 vers la NAF rév.2
l’activité 452C en 2005, on la rétro- L’APE, le nombre de salariés et le observées pour le donneur dans
polera en répartissant son chiffre poids en termes de chiffre d’affai- l’EAE 2007/2006. Ainsi, si une entre-
d’affaires à 20 %, 50 % et 30 % res des différentes branches dans la prise de l’EAE 2006/2005 exerce,
dans les trois activités en nouvelle ventilation sont les critères naturels entre autres, une activité 452C et que
nomenclature déclarées en 2006. On qu’on utilise pour étudier la proxi- son donneur est l’entreprise B, alors
accepte donc l’hypothèse que des mité entre deux entreprises. Pour le chiffre d’affaires associé à l’activité
déclarations successives en nomen- chaque entreprise à rétropoler de 452C sera répartie à 90 % et 10 %
clature intermédiaire auraient donné l’EAE 2006/2005 (i), on calcule la dans les deux branches en nouvelle
des ventilations similaires. distance suivante avec chaque entre- nomenclature déclarées en 2006 par
prise de l’EAE 2007/2006 (j) qui est un B. Après cette étape, et selon le
donneur potentiel : nombre de branches communes qui
Quand il faut faire appel ont pu être renseignées grâce au ∑ (%poids_branche_i – %poids_aux probabilités branches donneur, certaines entreprises auront 2branche_j)
leur ventilation entièrement traduite,
Les deux premières étapes de la d’autres auront encore des branches Le poids est le pourcentage du chif-
rétropolation sont déterministes. Mais à rétropoler. fre d’affaires dû à la branche dans
à ce stade, il reste des branches dans
le chiffre d’affaires total de chaque
l’EAE 2006/2005 qu’on ne sait pas
entreprise (i ou j). Le hot-deck raf-
encore rétropoler et pour lesquelles Dernière étape et finé associera donc à l’entreprise
il n’y a plus d’information directe bilan de la rétropolation de l’EAE 2006/2005, l’entreprise de
exploitable dans l’EAE 2007/2006 : des branchesl’EAE 2007/2006 ayant la même APE,
soit ces branches appartiennent à un nombre de salariés dans la même
des entreprises non échantillonnées La quatrième et dernière étape de la tranche, la distance minimale et, si
en 2006, soit ces activités n’étaient rétropolation des ventilations traite plusieurs donneurs remplissent tou-
plus exercées par les entreprises ces branches une par une, indé-tes les conditions précédentes, le
correspondantes en 2006. On va pendamment, en recherchant par un numéro aléatoire minimum.
donc les rétropoler de manière pro- hot-deck simple un donneur dans
babiliste. Deux étapes sont encore Toutes les branches encore à tra- l’EAE 2007/2006 ; donneur qui sera
nécessaires, qui consisteront toutes duire et communes aux deux entre- une branche et non plus une entre-
deux en un hot-deck : on reprendra prises sont rétropolées en appli- prise. Dans cette étape, on ne dif-
les correspondances de la NAF rév.1 quant au chiffre d’affaires de 2005 férencie pas les cas où plusieurs
vers la NAF rév.2 d’un « donneur » les correspondances en pourcentage branches à rétropoler concernent
74Les sept étapes nécessaires pour une rétropolation de qualité
ou non la même entreprise. Le hot- Table 2 : probabilités de passage entre APE en NAF rév.1 et APE en
NAF rév.2deck simple associera, à la bran-
che de l’EAE 2006/2005, la branche
NAF rév.1 NAF rév.2 Pourcentages Pourcentages
de l’EAE 2007/2006 appartenant à cumulés
une entreprise de même APE et de
291E 2813Z 30 % 30 %même tranche de nombre de salariés,
lorsque c’est possible. À défaut, on 291E 3312Z 65 % 95 %
recherchera une entreprise de même
291E 3320B 5 % 100 %
APE, voire quelconque s’il n’en existe
pas. La branche sélectionnée pour le
hot-deck sera, au sein de l’ensemble
5 % restants correspondent à des Chaque entreprise dont l’APE reste à
retenu, celle pour laquelle la dis-
entreprises qui n’avaient pas fourni rétropoler se voit attribuer un numéro
tance est minimum. Ici, la distance se
la ventilation de leur chiffre d’affaires aléatoire, basé sur une loi uniforme
calcule simplement comme la diffé-
et pour lesquelles on n’a pas trouvé entre 0 et 1. L’APE en nouvelle
rence au carré des pourcentages des
cette information dans les exercices nomenclature retenue sera celle pour
chiffres d’affaires de la branche par
2002 à 2004. Pour ces dernières, laquelle le pourcentage cumulé dans
rapport au chiffre d’affaires total des
l’APE en nouvelle nomenclature sera la table de passage est immédiate-
deux entreprises concernées. Pour
donc issue d’une rétropolation directe ment supérieur au numéro aléatoire.
finir, on rétropole les branches de
de l’APE en NAF rév.1. Ainsi, une entreprise d’APE 291E en
2005 en leur appliquant les corres-
NAF rév.1 sera classée en 2813Z si
pondances avec la NAF rév.2 de leur On vérifie dans une première étape son numéro aléatoire est compris
donneur en 2006. si l’APE en NAF rév.2 a été collec- entre 0 et 0,3 ; en 3312Z pour un
tée dans l’EAE 2007/2006 ou dans numéro entre 0,3 et 0,95 ; ou en Enfin, toutes les ventilations de
les Enquêtes d’Amélioration du 3320B avec un numéro entre 0,95 l’EAE 2006/2005 ont été rétropolées !
Répertoire (EAR) menées par Sirene et 1. En appliquant cette méthode à Un petit bilan de ces opérations s’im-
en 2007 (cf. article de B. Rocca). Si l’ensemble des entreprises de l’APE pose (cf. tableau 1) :
c’est le cas, et à condition que l’APE 291E, on les répartit dans les trois
en NAF rév.1 constatée en 2007 soit la − les correspondances univoques APE correspondantes en NAF rév.2
même que dans l’EAE 2006/2005, on avec la nouvelle nomenclature ont en respectant les proportions obser-
reprend, pour cette dernière, l’APE en vées en 2007 de 30 %, 65 % et 5 %. permis de traiter les deux-tiers des
nouvelle nomenclature collectée en Les APE rétropolées ne sont donc pas branches et un autre quart ont été
2007. Cette comparaison ne permet contrôlées au niveau individuel, mais retrouvées dans la ventilation en
de rétropoler que 0,2 % des entre- elles assurent la solidité des résultats nomenclature intermédiaire de
prises. Cette contribution minime est agrégés par secteur d’activité.l’EAE 2007/2006 (tableau 1). Ainsi,
normale pour deux raisons : 90 % des activités de l’EAE 2006/2005
En sept étapes au total, on a rétro-ont été rétropolées grâce aux deux
− d’une part, les EAR visaient un polé entièrement les ventilations premières étapes qu’on a qualifiées
champ volontairement distinct de du chiffre d’affaires et les APE de de déterministes ; celles-ci fournis-
celui des EAE ; l’EAE 2006/2005. La méthode est sent des résultats très solides car
exactement la même pour les rétro-basés sur une information directe ;
− d’autre part, si l’APE de polations des exercices antérieurs,
l’EAE 2007/2006 a été calculée à partir − les 10 % de branches restantes ainsi que pour les futures extrapola-
d’une ventilation, cette dernière a dû sont passées à travers un des deux tions des exercices postérieurs qui
être réutilisée pour l’EAE 2006/2005 hot-deck : le « raffiné » en a traité 7 % se baseront toujours sur la ventila-
dans les étapes de rétropolation des et le « simple » les 3 % finaux. tion en nomenclature intermédiaire
branches. de l’EAE 2007/2006 et sur la table de
probabilités de passage fournie par
La deuxième et dernière étape attri-Au bout du tunnel, Sirene, mais en considérant cette fois
bue de manière probabiliste une APE les APE rétropolées les clés de passage de la NAF rév.2
en NAF rév.2 à partir des APE en vers la NAF rév.1.
On se souvient que la rétropolation NAF rév.1 restantes. On utilise pour
des ventilations avait pour but final de cela une table de passage construite On gardera néanmoins en mémoire
déterminer des APE de bonne qualité par Sirene et résumant toute l’infor- que les APE rétropolées et extra-
en NAF rév.2. Il ne reste donc plus, mation collectée en 2007 sur le chan- polées ne résultent pas seulement
pour obtenir les APE rétropolées en gement de nomenclature, y com- d’observations directes, mais aussi
NAF rév.2, qu’à appliquer aux bran- pris par l’EAE 2007/2006. Dans cette de procédures statistiques : elles sont
ches rétropolées de l’EAE 2006/2005 table, on trouve pour chaque APE en donc valables globalement mais les
l’algorithme habituel de calcul. On NAF rév.1 toutes les APE rév.2 possi- APE obtenues ne sont pas nécessai-
traite ainsi 95 % des entreprises de bles avec les proportions observées rement pertinentes pour les données
l’EAE 2006/2005 (cf. tableau 2). Les en 2007 (cf. table 2). individuelles. n
Courrier des statistiques n° 125, novembre-décembre 2008 75Les vingt et une sections de la nouvelle nomenclature d’activités (NAF rév.2)
Code Libellé Code Libellé
A Agriculture, sylviculture et pêche L Activités immobilières
B Industries extractives Mspécialisées, scientifiques et techniques
C Industrie manufacturière N Activités de services administratifs et de soutien
D Production et distribution d’électricité, de gaz, de vapeur et O Administration publique
d’air conditionné
E Production et d’eau ; assainissement, gestion des P Enseignement
déchets et dépollution
F Construction Q Santé humaine et action sociale
G Commerce ; réparation d’automobiles et de motocycles R Arts, spectacles et activités récréatives
H Transports et entreposage S Autres activités de services
I Hébergement et restauration T Activités des ménages en tant qu’employeurs ; activités
indifférenciées des ménages en tant que producteurs de biens et
services pour usage propre
J Information et communication U Activités extra-territoriales
K Activités financières et d’assurance
Les quatre-vingt-huit divisions de la nouvelle nomenclature d’activités
Code Libellé Code Libellé
01 Culture et production animale, chasse et services annexes 50 Transports par eau
02 Sylviculture et exploitation forestière 51 Taériens
03 Pêche et aquaculture 52 Entreposage et services auxiliaires des transports
05 Extraction de houille et de lignite 53 Activités de poste et de courrier
06d’hydrocarbures 55 Hébergement
07 Extraction de minerais métalliques 56 Restauration
08 Autres industries extractives 58 Édition
09 Services de soutien aux industries extractives 59 Production de films cinématographiques, de vidéo et de program-
mes de télévision ; enregistrement sonore et édition musicale
10 Industries alimentaires 60 Programmation et diffusion
11 Fabrication de boissons 61 Télécommunications
12de produits à base de tabac 62 Programmation, conseil et autres activités informatiques
13 Fabrication de textiles 63 Services d’information
14 Industrie de l’habillement 64 Activités des services financiers, hors assurance et caisses de
retraite
15 Industrie du cuir et de la chaussure 65 Assurance
16 Travail du bois et fabrication d’articles en bois et en liège, à 66 Activités auxiliaires de services financiers et d’assurance
l’exception des meubles ; fabrication d’articles en vannerie et
sparterie
17 Industrie du papier et du carton 68 Activités immobilières
18 Imprimerie et reproduction d’enregistrements 69juridiques et comptables
19 Cokéfaction et raffinage 70 Activités des sièges sociaux ; conseil de gestion
20 Industrie chimique 71d’architecture et d’ingénierie ; activités de contrôle et
analyses techniques
21 Industrie pharmaceutique 72 Recherche-développement scientifique
22 Fabrication de produits en caoutchouc et en plastique 73 Publicité et études de marché
23d’autres produits minéraux non métalliques 74 Autres activités spécialisées, scientifiques et techniques
24 Métallurgie 75 Activités vétérinaires
25 Fabrication de produits métalliques, à l’exception des machines 77de location et location-bail
et des équipements
26de produits informatiques, électroniques et optiques 78 Activités liées à l’emploi
27 Fabrication d’équipements électriques 79des agences de voyage, voyagistes, services de
réservation et activités connexes
28de machines et équipements n.c.a. 80 Enquêtes et sécurité
29 Industrie automobile 81 Services relatifs aux bâtiments et aménagement paysager
30 Fabrication d’autres matériels de transport 82 Activités administratives et autres activités de soutien aux
entreprises
31de meubles 84 Administration publique et défense ; sécurité sociale obligatoire
32 Autres industries manufacturières 85 Enseignement
33 Réparation et installation de machines et d’équipements 86 Activités pour la santé humaine
35 Production et distribution d’électricité, de gaz, de vapeur et 87 Hébergement médico-social et social
d’air conditionné
36 Captage, traitement et distribution d’eau 88 Action sociale sans hébergement
37 Collecte et traitement des eaux usées 90 Activités créatives, artistiques et de spectacle
38 Collecte, et élimination des déchets ; récupération 91 Bibliothèques, archives, musées et autres activités culturelles
39 Dépollution et autres services de gestion des déchets 92 Organisation de jeux de hasard et d’argent
41 Construction de bâtiments 93 Activités sportives, récréatives et de loisirs
42 Génie civil 94des organisations associatives
43 Travaux de construction spécialisés 95 Réparation d’ordinateurs et de biens personnels et domestiques
45 Commerce et réparation d’automobiles et de motocycles 96 Autres services personnels
46ce de gros, à l’exception des automobiles et des 97 Activités des ménages en tant qu’employeurs de personnel
motocycles domestique
47 Commerce de détail, à des et des 98 Activités indifférenciées des ménages en tant que producteurs de biens et services pour usage propre
49 Transports terrestres et transport par conduites 99 Activités des organisations et organismes extraterritoriaux76