2 pages
Français

Market Sensitive Information

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Market Sensitive Information

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 136
Langue Français
La reprise de la croissance de l’activité enregistrée en octobre dans le secteur des services de la
zone euro masque un accroissement des écarts entre les performances nationales.
Activité Commerciale :
Reprise de la croissance de l’activité en octobre
Après un fort ralentissement à son plus bas niveau depuis deux ans en septembre (54,2), l’Indice PMI RBS/NTC du secteur des services de la zone euro se
redresse à 55,8 en octobre, un niveau supérieur à l’estimation flash de 55,6 publiée dernièrement. Bien que continuant de signaler une forte croissance de
l’activité, l’indice du mois d’octobre met de nouveau en évidence un taux de croissance inférieur à ceux de l’été dernier, le secteur des services financiers
restant le moins performant des six sous-secteurs d’activité étudiés par l’enquête.
La France affiche, de loin, le plus fort taux de croissance des quatre principales économies de la zone euro, la croissance se maintenant aux niveaux
enregistrés plus tôt cette année. L’expansion demeure nettement inférieure à celle de l’été dernier en Espagne, en Allemagne et en Italie, le taux de croissance
se redressant néanmoins fortement dans ces deux derniers pays par rapport aux plus bas enregistrés en septembre. L’Espagne affiche de nouveau le plus
faible taux de croissance des quatre principaux pays de la zone euro, la croissance ne se redressant que très légèrement par rapport au plus bas niveau
depuis 23 mois, enregistré en septembre.
Optimisme des entreprises :
Confiance proche de son plus bas niveau depuis quatre ans et demi
En baisse par rapport à l’estimation flash, l’indice final des perspectives d’activité signale un taux de confiance à peine supérieur à son plus bas niveau depuis
quatre ans et demi enregistré en août. La confiance des chefs d’entreprise varie considérablement d’un pays à l’autre. Ce sont les prestataires de services
français qui se montrent les plus optimistes, suivis par leurs homologues italiens. Les entreprises allemandes anticipent une baisse de leur activité au cours
des douze prochains mois (l’indice s’inscrivant à son plus bas niveau depuis quatre ans et demi), et affichent le plus faible taux de confiance des quatre pays
étudiés par l’enquête. L’optimisme diminue également en Espagne où il tombe à son plus bas niveau depuis les attentats terroristes du 11 septembre 2001.
Nouvelles Affaires :
Croissance menée par la France
Le redressement du taux de croissance de l’activité reflète une reprise de la croissance de la demande en services, le taux de croissance des affaires
nouvelles s’accélérant par rapport à son plus bas niveau depuis 22 mois enregistré en septembre. Cependant, et bien que l’indice final soit légèrement
supérieur à l’estimation flash, le taux de croissance n’a pu retrouver son niveau de l’été dernier. L’accroissement des affaires nouvelles s’accélère en
Allemagne, en France et en Italie, mais recule à son plus bas niveau depuis deux ans en Espagne. La France enregistre de nouveau, et de loin, le plus fort
taux de croissance des 4 principales économies de la zone euro, suivie par l’Allemagne. L’Espagne et l’Italie affichent des taux de croissance modérés,
inférieurs à la moyenne.
Emploi :
Poursuite d’une forte croissance, en Allemagne notamment
La croissance de l’emploi se remet presque totalement du léger fléchissement enregistré en septembre. Le taux de création d’emplois affiche, en octobre, un
niveau supérieur à l’estimation flash ainsi qu’à la moyenne observée depuis le début de l’année. Les entreprises continuent en effet à recruter du personnel
supplémentaire afin de faire face à l’augmentation du nombre des affaires nouvelles. Ce sont les prestataires de services allemands qui enregistrent le plus fort
taux de croissance des effectifs. Celui-ci se redresse à son plus haut niveau depuis trois mois (et ne s’établit que très légèrement en dessous du niveau record
de l’enquête), suivis par leurs homologues français. Le taux de création d’emplois ralentit en Espagne, mais c’est l’Italie qui enregistre le plus faible taux de
croissance des quatre pays étudiés par l’enquête.
Prix :
La hausse du prix du pétrole porte l’inflation des prix des achats à son plus haut niveau depuis 17 mois, mais l’inflation des prix
facturés ralentit
Les tensions sur les coûts se renforcent en octobre : l’inflation des prix d’achats s’accélère et atteint son plus haut niveau depuis mai 2006. Les entreprises
interrogées attribuent principalement ces pressions à la hausse du prix du pétrole, via l’augmentation du coût de transports et des factures d’énergie et à la
hausse des coûts des emprunts et des salaires également. La forte accélération du taux d’inflation des prix d’achats observée en Italie et en France (ces deux
pays enregistrant leur plus fort taux de croissance depuis près d’un an et demi) est partiellement compensée par le ralentissement de celui-ci en Allemagne et
en Espagne.
Malgré la hausse de l’inflation des prix d’achats, les prix moyens facturés par les prestataires de services de la zone euro enregistrent leur plus faible taux de
progression depuis onze mois, les entreprises cherchant à doper les ventes par une tarification compétitive. La hausse des tarifs est particulièrement faible en
Allemagne, où le taux d’inflation se replie à son plus bas niveau depuis 20 mois. La France affiche la plus forte augmentation des prix facturés des 4
principales économies de la zone euro, ce qui reflète le maintien d’une forte demande en services. Cependant, même au sein du secteur français des services,
la hausse des tarifs fléchit à son plus bas niveau depuis 10 mois.
Jacques Cailloux, Chef Economiste zone euro de RBS
, commente ainsi les derniers chiffres de l’enquête PMI Zone euro produits pour The Royal Bank of
Scotland par NTC Economics :
«Conformément aux prévisions, l’Indice final de l’Activité de Services de la zone euro se redresse par rapport à son bas niveau de septembre, la
situation variant cependant fortement d’un pays à l’autre. L’écart entre le plus fort et le plus faible taux de croissance des 4 principales économies de
la zone euro est le plus important depuis un an, la forte augmentation de la demande en services en France contrastant avec une inquiétante
faiblesse en Italie et en Espagne. Alors qu’il ne fait aucun doute que la croissance continue à souffrir du resserrement des crédits, notamment en
Allemagne, la faiblesse de la demande venant de l’industrie manufacturière en plein ralentissement et les signes annonciateurs d’une baisse de la
demande des consommateurs commencent également à affecter les prestataires de services dans l’ensemble des pays de la zone euro, à
l’exception peut-être de la France où la vigueur de la demande ne semble pas entamée. »
Indice PMI zone euro RBS/NTC pour le secteur des
services
COMMUNIQUE DE PRESSE
GLOBAL BANKING & MARKETS
Pour de plus amples informations, contacter:
Dr Jacques Cailloux, RBS Chief euro area economist, Tel: +44 207 085 4757; Mob: +44 7702 938 698
Chris Williamson, NTC Economics Chief Economist, Tel: +44 1392 410 782; Mob: +44 779 5555 061
Luke Thompson, NTC Economics Senior Economist, Tel: +44 1491 418 626; Mob: +44 7738 123574
Maxine Elliott, Press Relations, Tel: + 44 207 326 8602; Mob: +44 798 9559 884