Rapport de présentation RENOV-AQT
86 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Rapport de présentation RENOV-AQT

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
86 pages
Français

Description

Programme RENOV-AQT ---- Contribution du Conseil régional d’Aquitaine au Plan de Rénovation Energétique de l’Habitat (PREH) ---------- Rapport de présentation Séance plénière du 3 Mars 2014 Version du 15/01/2014 1 RENOV-AQT Rapport de présentation – Mars 2014 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION ........................................................................................................................................... 4 I. Le Plan Bâtiment Durable national ........................... 4 A. Les enjeux nationaux .............................................................. 4 B. L ’ o rg a n i s a ti o n n a ti o n a l e .......................... 6 C. Les évolutions récentes ................................................................ 7 II. La déclinaison régionale du Plan Bâtiment Durable ................................................................. 8 A. Le Plan Bâtiment Durable en Aquitaine (PBD-AQT) : une initiative de la Région ... 8 B. L e Pl a n d e Ré n o v a ti o n En e rg é ti q u e d e l ’ Hab i ta t (PREH ) : u n c a d re p a rt e n a r i a l e n tre l ’ Et a t e t l a Région ............................................................................................................................................................ 9 III. Les initiatives régionales antérieures au Plan ........ 11 DIAGNOSTIC ET OBJECTIFS DE LA REGION .........................

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 06 mars 2014
Nombre de lectures 114
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Exrait

Programme RENOVAQT  Contribution du Conseil régionald’Aquitaineau Plan de Rénovation Energétique de l’Habitat (PREH) Rapport de présentation Séance plénière du 3 Mars 2014 Version du 15/01/2014
RENOVAQT Rapport de présentationMars 2014
TABLE DES MATIÈRES
I.Le Plan Bâtiment Durable national ........................................................................................... 4A.Les enjeux nationaux.............................................................................................................................. 4B.L’organisation nationale.......................................................................................................................... 6C.Les évolutions récentes.......................................................................................................................... 7II.La déclinaison régionale du Plan Bâtiment Durable ................................................................. 8A.Le Plan Bâtiment Durable en Aquitaine (PBDAQT) : une initiative de la Région................................... 8B.Le Plan de Rénovation Energétique de l’Habitat(PREH) : un cadre partenarial entre l’Etat et la Région ............................................................................................................................................................ 9III.Les initiatives régionales antérieures au Plan ........................................................................ 11DIAGNOSTIC ET OBJECTIFS DE LA REGION ...................................................................................................... 13I.Le déficit d’information et d’accompagnement....................................................................... 13A.Le manque de lisibilité des dispositifs d’information..............................................................................13B........................................16Un accompagnement insuffisant des particuliers aux revenus intermédiairesII.L’efficacité limitée des financements...................................................................................... 16A.Des financements faiblement utilisés par les publics précaires visés....................................................17B.Des financements encore peu tournés vers les publics aux revenus intermédiaires.............................23III.La lente reconversion de la filière d’offre de services....................................................03.........A..................................................30La confiance encore limitée dans la qualité des travaux de rénovationB.La généralisation difficile des technologies innovantes dans la filière ...................................................34
I.Le périmètre d’action prioritaire de la Région......................................................................... 39A........................................................................39Le parc tertiaire : une cible essentielle sur le long termeB.Le parc résidentiel : la cible centrale du PREH......................................................................................40II.Le programme d’action en Aquitaine...................................................................................... 42C.Le scenario CEBATRAMA: rénover 40000 logements par an d’ici fin 2023.........................................42D.................................................................................49Un calendrier progressif sur la période 20142020DISPOSITIFS OPERATIONNELS DE LA REGION : LE PROGRAMME RENOV-AQT ................................................ 50RIENTATION NCLENCHERLA DÉCISION CHEZ LE PROPRIÉTAIRE I. LesEspaces Info Energie (EIE).............................................................................................. 51 II. Lasensibilisation desparticuliers par des artisans formés.................................................... 52 III.Le partenariat avec les banques52
RIENTATION INANCERLA RÉNOVATION I.La poursuite de l’Ecochèque logement ................................................................................ 53II.Proposer des solutions de financements innovants ............................................................... 56A.La caisse d’avance....................................5.6........................................................................................... B. Letiersfinancement pour les logements communaux...........................................................................57 C.Les autres dispositifs à étudier III. La mobilisation du Feder
I.Développer les compétences des professionnels .................................................................. 59A.L’adaptation de l’offre de formation initiale et continue..........................................................................60B.La formation des formateurs et des maîtres d’oeuvre...........................................................................16.C.Le développement de la certification .....................................................................................................61II.Développer l’innovation dans la filière.................................................................................... 62A.Les Bâtiments Démonstrateurs ............................................................................................................62B.INEF 4, l’Institut National d’Excellence Facteur 4..................................................................................62C.Des chantiers d’expérimentation des écomatériaux .............................................................................65ANNEXES ........................................................................................................................................................66I.Financements de la Région et des autres collectivités dans le cadre des OPAH et des PIG67II............................................................................. 70Fiches des groupes projet et propositionsA.Groupe n°1 : Caractéristiques du bâti en Aquitaine et approche technicoéconomique du plan régional, DREAL Aquitaine et CEBATRAMA.................................................................................................70B.Groupe n°2 : Ecomatériaux et procédés innovants, Conseil Régional .................................................73C.Groupe n°3 : Energies renouvelables et usages des bâtiments, ADEME et Conseil Régional..............75D.Groupe n°4: Outils d’incitation et de financement de la réhabilitation thermique du parc privé, DREAL78E........80Groupe n°5 : Rénovation énergétique des logements sociaux et maîtrise des charges, AROSHAF.Groupe n°6 : Développement des compétences des entreprises du secteur, Conseil Régional ...........82G.Groupe n°7 : Financements innovants, Conseil Régional......................................................................84
INTRODUCTION Avec près de 43% de la consommation d’énergiefinale et 25 % des émissions de gaz à effet de serre, le bâtiment est aujourd’hui le secteur économique le plus énergivore de notre pays et a ainsi été désigné par le Grenelle de l’environnement comme le secteur à privilégier en matière d’économie d’énergie. C’est pourquoi le bâtiment fait aujourd’hui l’objet d’un ambitieux programmede réduction des consommations énergétiques. L’objectif de ce programmeest aussi de diminuer significativement les émissions des gaz à effet de serre.Pour y parvenir, le choix a été fait de concentrer l’effort sur la réhabilitation des logements existants plutôt que sur la performance énergétique des logements neufs, désormais contraints de respecter la RT 2012. Consciente des exigences liées à cet objectif « facteur 4 », la Région Aquitaine a fait de la rénovation énergétique des bâtiments l’une de sespriorités. Inscrite volontairement dans un partenariat avec le Plan bâtiment durable national (PBDn), elle a rapidement été associée à ce mouvement d’ensemble ets’est engagée à en décliner les objectifs à l’échelle de la région via son Plan Bâtiment Durable en Aquitaine (PBDAQT), lancé en juin 2013. Dans le cadre de la déclinaison régionale du Plan Bâtiment Durable en Aquitaine, la Région s’intéresse plus spécifiquementà la rénovation énergétique du parc de logements. Elle apporte à ce titre sa proprecontribution au Plan de rénovation énergétique de l’habitatdécidé par le (PREH), Gouvernementà l’été 2013.Au niveau national, lePlan de rénovation énergétique de l’habitatprévoit la réhabilitation thermique de 500 000 logements par an, dont 120 000 delogements sociaux d’ici à 2017. A titre de comparaison, le nombre delogements rénovés par an ne s’élève aujourd’hui qu’à 150 000.I. LePlan Bâtiment Durable national L’action de la Région en matière de rénovation énergétique des bâtiments s’inscrit dans la lignée du Plan Bâtiment durable national. Créé en janvier 2009 suite au Grenelle de l’environnement, le Plan Bâtiment durable national a pour mission de favoriser la mise en œuvre des objectifs d’efficacité énergétique dans le secteur du bâtiment en entretenant un dialogue permanent entre les différents acteurs de la filière du bâtiment et de l’immobilier.Le Plan Bâtiment Durable national doit ainsi permettre de relever les défis sousjacents à la rénovation énergétique à travers une organisation efficace et largement collaborative. A. Lesenjeux nationaux Les enjeux liés à la rénovation énergétique de l’habitat ne se limitentpas à des objectifs purement quantitatifs de performance énergétique. Le Plan Bâtiment durable national a également pour ambition de répondre à des enjeux bien plus divers mais tout aussi fondamentaux, notamment des enjeux environnementaux, économiques et sociaux. 1. Lesenjeux environnementaux
L’enjeude la rénovation énergétique est environnemental, premieril s’agit de réduire les consommations énergétiques afin de lutter contre le dérèglement climatique.Cet objectif est d’autant plus prioritaire que la lutte contre le réchauffement climatique est un impératif renforcé par les engagements pris par la France à différents niveaux : Au niveau mondial, la France s’est engagée à travers le protocole de Kyoto à diminuer par 4 les émissions de gaz à effet de serre à horizon 2050 ; niveau européen, la France a voté le Paquet Energie Climat (« 202020 Au») qui fixe pour objectif à horizon 2020 20 % de réduction des émissions de gaz à effet de serre, 20 % d’augmentation de l’efficacité énergétique et 20 % de renouvelables dans la consommation totale d'énergie. Le Paquet a été complété par unenouvelle directive sur l’efficacité énergétique du 14 novembre 2012 (2012/27/UE) qui vient donner une traduction réglementaire au pilier « efficacité énergétique » du Paquet ; Au niveau national enfin, le Grenelle de l’environnement a lui aussi inscrit des objectifs pour le secteur du bâtiment dans les lois du 3 août 2009 (Grenelle 1) et du 10 juillet 2010 (Grenelle 2), notamment celui de réduire les consommations d’énergie du parc de bâtiments existants d’au moins 38 % d’ici 2020 et, à cette fin,de conduire un programme ambitieux de rénovation thermique et énergétique des bâtiments pour atteindre le rythme de 400 000 rénovations de logements, chaque année, à compter de 2013. Les objectifs internationaux, européens et nationaux sont exigeants mais n’ont pastoujours été suffisamment suivi des faits : seuls quelques 120 000 logements privés et 25 000 logements sociaux sont rénovés chaque année, contre 400 000 prévus dans les lois Grenelle. Au total, le gouvernement ayant finalement décidé de porter le nombre de logements à rénover à 500 000 dans le cadre du Plan d’Investissement logement, il s’agit aujourd’hui de ne plus accumuler de retard pour atteindre des objectifs écologiques ambitieux mais nécessaires. 2. Lesenjeux économiques Les enjeux sont également économiques, la rénovation énergétique représenteune manne d’emplois nouvelle. Elle favoriserait notamment la structuration de toute la filière de rénovation énergétique qui a l’avantage d’être intensive en emplois nondélocalisables. Pour la rénovation de 500000 logements, 75000 emplois directs et indirects seraient créés ou maintenus. De plus, pour atteindre le facteur 4 dans l’habitat, des emplois seront à créer dans le développement des énergies renouvelables et d’une ressource décarbonée en gaz.3. Lesenjeux sociaux Enfin, ce plan de rénovation énergétique devrait impacter positivement sur la précarité énergétique en réduisant les charges qui pèsent sur les ménages et en augmentant ainsi leur pouvoir d’achat. D’après la loi du 12 juillet 2010 (Grenelle 2), «est en situation de précarité énergétique une personne qui éprouve dans son logement des difficultés particulières à disposer de la fourniture d’énergie nécessaire à la satisfaction de ses besoins élémentaires en raison de l’inadaptation de ses ressources ou de ses conditions d’habitat». La précarité énergétique concerne aujourd’hui un nombre conséquent de ménages français : La facture énergétique des ménages représente aujourd’hui en moyenne 10 % de leur budget, dont près de 5 % pour leur résidence, les situations individuelles étant parfois critiques.
La précarité énergétique touche 3,8 millions de ménages français pour qui la facture d’énergie représente plus de 10 % de leurs ressources.  87% de ces ménages résident dans le parc privé et pour 62% d'entre eux, ce sont des propriétaires occupants aux revenus modestes. En outre, un nombre croissant de ménages est confronté à la précarité énergétique du fait de l’augmentation du coût de l’énergie. Ces ménagessont dans une incapacité financière croissante pour se lancer dans des travaux de rénovation, alors quel’inflation prévisible des prix de l’énergie ne fait que renforcer l’attrait de la rénovation énergétique. A titre de comparaison, la rénovation thermique permettra de générer une plusvalue après 25 ans :  de928 milliards d’euros si le prix de l’énergie stagne.de 3 000 milliards d’euros si le prix de l’énergie progresse de 7% par an, ainsi la stratégie de rénovation est quatre fois plus rentable avec un gain pour les ménages. Il est ainsi nécessaired’inciter cesde ménages à passer le pas de la rénovation en leur millions proposant des outils de financement adéquats et ainsi leur permettre de réduire le montant de leur facture d’énergieB.L’organisationnationale Pour répondre efficacement à l’ensemble de ces enjeux, l’Etat a confié la mise en œuvre de sa politique de rénovation énergétique au Plan Bâtiment Durable, à une structure souple rattachée à la Direction générale de l’aménagement du logement et de la nature (DGALN). Cette structureremplit essentiellementdes missions de concertation et d’animation auprès des acteurs du secteur concerné et des collectivités. 1. Lastructure Laction du Plan Bâtiment Durables’organise essentiellement autour de groupes de travail thématiques, de partenariats régionaux et des réunions régulières du bureau et de l’assemblée: Bureau réunit chaque mois les représentants des organismes les plus impliqués dans la Le mise en œuvre des objectifs d’efficacité énergétique au secteur du bâtiment, ainsi que des personnalités qualifiées (40 personnes). L’Assemblée rassemble trois fois par an 400 membres, essentiellementles organismes, fédérations, organisations du BTP intéressés par la mise enœuvre duPlan Bâtiment et de tous ceux qui s’impliquent dans les groupes de travail. Ces réunions sont l’occasion d’informer sur les avancées du Plan Bâtiment et de débattre des actions à engager. L’action du Plan Bâtiment Durable est soutenuepar l’implication résolue del’équipe permanentepilotée par Philippe Pelletier, ancien Président du comité de pilotage du Plan Bâtiment Grenelle et nommé par lettre de mission le 6septembre 2012 par la Ministre de l’Egalité des Territoires et du Logement, Cécile Duflot et la Ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie, Delphine Batho. 2. Lesmissions Par la lettre de mission du 6 septembre 2012, rendue publique au lendemain de la conférence environnementale, le PBDn s’est vu confié les missions suivantes:
 Miseen place de platesformes régionales dans une logique de guichet unique ; et adaptation des dispositifs aux ménages précaires ; Soutien  Renouvellementdes modèles de financement de la rénovation énergétique ;  Mobilisationet montée en compétence des professionnels ; Diffusion de l’innovation.Le PBDn se caractérise par un large périmètre d’action puisqu’il vise à la fois à amplifier les rénovations dans le parc résidentiel et à mettre en mouvement les acteurs du parc tertiaire, ces deux parcs étant considérés dans leurs dimensions « parc public » et « parc privé ». C. Lesévolutions récentes Deux textes parus en 2013 ont donné une dimension nouvelle au Plan Bâtiment Durable national en proposant une feuille de route claire et ambitieuse : la synthèse du débat national sur la transition énergétique et le Plan Investissement Logement (PIL). Ils font de la rénovation énergétique des bâtiments tertiaires et résidentiels l’une des orientations stratégiques du quinquennat, en insistant plus particulièrement sur la rénovation du parc de logements. 1. Lapolitique de transition énergétique : la priorité donnée au bâtiment Lors de la deuxième conférence environnementale des 20 et 21 septembre 2013, le gouvernement s’est vu remettre la synthèse du débat national sur la transition énergétique, base pour établir le projet de loi sur la transition énergétique en 2014. Parmi les 15 principaux enjeux identifiés, le bâtiment est réaffirmé comme le chantier prioritaire de la politique pour la transition énergétique du gouvernement, le bâtiment restele premier poste de consommation d’énergie dupays. La rénovation énergétique des bâtiments est une des mesures qui a fait consensuslors des débats et est présentée comme « un cap incontournable» dans l’enjeu n°5 de la synthèse.«La réduction des consommations d’énergie du bâtiment, premier poste deconsommation, est un objectif prioritaire de la transition énergétique. Parallèlement à une évolution raisonnée des nouvelles surfaces construites et à l’exigence de performance énergétique des nouvelles constructions, cet objectif repose essentiellement surla réussite d’un grand programme national de rénovation thermique portant sur le bâti résidentiel et tertiaire. » Synthèse du Débat National sur la Transition Énergétique, p.15
La synthèse propose ainsi de porter l’ensemble du parc bâti d’ici2020 à un haut niveau de performance thermiqueet a établi une feuille de route nationale jusqu’en 2050. Les nombreuses actions proposées dans ce document sont autant de sources d’inspiration pour les Régions: mise en place de dispositifs financiers, structuration de l’offre, accompagnement des maîtres d’ouvrage.2.Le plan d’investissement pour le logement (PIL): la priorité donnée au logement Afin de mettre en œuvre une politique de rénovation énergétique du bâtiment efficace, le gouvernement a fait le choix de concentrer son action sur le parc de logements en lançant le 21 mars 2013 le Plan d’investissement pour le logement (PIL).L’une des mesures phare du Plan d’investissement pour le logement est le Plan de Rénovation énergétique de l’habitat. Présenté comme une « mesure écologique, sociale et économique », il doit se déployer autour des trois grands objectifs décrits dans ce plan :  Enclencherla décision ; la rénovation ; Financer la filière. Développer Si l’action du gouvernement est essentiellement concentrée sur la rénovation du parc résidentiel, la réhabilitation du parc tertiaire n’en est pas pour autant oubliée. Le périmètre initial du Plan Bâtiment durable est évidemment conservé puisqu’un décret organisant l’obligation de travaux de rénovation énergétique dans le parc tertiaire entre 2012 et 2020 est prévu pour 2014. Une charte pour l’efficacité énergétique des bâtiments tertiaires publics et privés est d’ores et déjà proposée à la signature.Les objectifs du Plan Bâtiment durable et du Plan d’investissement pour le Logement sont repris et déclinés régionalement par le Conseil Région Aquitaine qui apporte ses propres contributions. II. Ladéclinaison régionale du Plan Bâtiment Durable La Région a d’abord inscrit son actionle mouvement de territorialisation du Plan bâtiment dans durable nationalen déclinant ses objectifs à l’échelle régionale, avantd’apportersa contribution propre au Plan de Rénovation Energétique de l’Habitat menée en collaboration étroite avec l’Etat.A. LePlan Bâtiment Durable en Aquitaine (PBDAQT) : une initiative de la Région Dans un premier temps, la Région a proposé volontairement sa contribution au Plan bâtiment durable national, et ce dès le 26 novembre 2012, lorsque Monsieur Philippe Pelletier a lancé la territorialisation du Plan. La Région, en tant que «région pilote» est convaincue que la territorialisation est un des facteurs clés de la réussite de la rénovation énergétique carelle s’appuie sur la proximité avec les acteurs concernés et sur les dynamiques territoriales. Elle doit permettre de mobilisertrois leviers d’actionprincipaux : les collectivités, les ménages et les entreprises du bâtiment. Elle doitainsi susciter l’adhésion des «»,régions pilotesfaciliter l’accès des ménages àun accompagnement personnalisé dans une logique de «guichet unique » et de « platesformes de la rénovation » et enfinfavoriserla montée en puissance et en compétences de la filière de l’offre de services. La déclinaison régionale du Plan appelée «Plan Bâtiment Durable en Aquitaine» (PBD AQT) devrait ainsi permettre de décupler les effets du Plan sur le territoire aquitain, en multipliant les échanges entre partenaires au plan régional.
Le PBAQTs’appuie sur une équipe transversale au sein du Conseil Régional, alliant les directions du développement économique et de la recherche, du développement durable, de la performance environnementale et durable des lycées, de la formation professionnelle etde l’urbanisme et du logement. La première Assemblée générale s’est réunie le 28 juin 2013 pour rencontrer les acteurs locaux concernés et mettre en place les premiers groupes de travail. Il s’agit d’une démarche exhaustive, portant sur le parc résidentiel et le parc tertiaire, public et privé. Il donne une large place au traitement du parc privé des logements mais il se consacre également au parc social pour lequel les pratiques ont déjà démontré leur pertinence. Des objectifs et des indicateurs seront également fixés pour le parc tertiaire public et des actions de sensibilisation sont prévues pour le parc tertiaire privé. B. LePlan de Rénovation Energétique de l’H: un cadre partenarialabitat (PREH) entre l’Etat et la RégionAu cours de l’été 2013, dansla continuité du Plan Investissement Logement, le gouvernement a décidé de donner un caractère prioritaire au Plan de Rénovation Energétique de l’Habitat (PREH) en lançant sa phase de territorialisation. L'installation d'une gouvernance locale associant les collectivités territoriales doit en effet faciliter l'augmentation et la qualité des rénovations énergétiques des logements. La circulaire du 22 juillet 2013 annoncée par les ministres Madame Cécile DUFLOT et Mme Delphine BATHO décline au niveau régional et départemental les actions attendues pour une mise en œuvreefficace du PREH. Le PREHsuit l’objectif de rénovation énergétique annoncé par le Gouvernement de500 000 logements rénovés par an à l’horizon 2017, un objectif ambitieux s’il en est puisque l’article 5 de la loi du 3 août 2009 prévoit la rénovation de 400 000 logements par an. Cet objectif quantitatif devrait permettre d’atteindre trois objectifs qualitatifsen conformité avec les engagements du Grenelle : Diminuer de 38% les consommations d’énergie du secteur du bâtiment à l’horizon 2020;  Développer l’emploi dans le secteur du bâtiment et de l’immobilier; la facture énergétique des ménages. Réduire Pour atteindre ces objectifs ambitieux, le PREH en Aquitainecomprend trois volets d’action complémentaires qui reprennent ceux du PIL : la décision Enclencherde rénovation, par l’accompagnement des particuliers; la rénovation, par des aides ; Financer la filière, par la mobilisation des professionnels. Développer Une gouvernance adaptée au niveau local a été mise en place. La circulaire a notamment chargé les préfets de régions de créerdes Comités de pilotage à l’échelle de leur territoire.Dans le cadre du PBDAQT et de la territorialisation du PREH, la Région a décidéde s’associer à ce Comité de pilotage pour apporter sa contribution propre à la déclinaison régionale du PREH et proposer des objectifs ambitieux et adaptés aux enjeux aquitains.C’est cette contribution qui est l’objet de ce premier rapport de présentation.En Aquitaine comme dans de nombreuses régions pilotes, le PREH se déploie donc dans le cadre d’un partenariat entre l’Etat et la Région: le Préfet de Région et le Président du Conseil Régional
pilotent conjointement le PREH et la Région est amenée à travailler en étroite collaboration avec les différents services et agencesde l’Etat (Préfet de Région, DREAL Aquitaine, ANAH et ADEME). L’ADEME se voit notamment confier laresponsabilité de la mise en placed’un réseau de guichets uniques coordonnés entre eux. Elle se propose d’effectuer ce déploiement en s’appuyant sur ses délégations régionales et dans un partenariat étroit avec les régions. Dans ce cadre partenarial, la répartition des missions entre les acteurs étatiques et locaux du PREH se fait à travers différents comités : Un Comité de pilotage,coprésidé par le Préfet de Région et par le Président du Conseil régional. Ouvert aux principaux acteurs, le comité de pilotage associe l’Etat et ses agences, la Région, les principales collectivités locales et des personnalités aquitaines qualifiées telles que la FFB, la CAPEB ou l’AROSHA.Un Comité partenarial de projet,coanimé par l’Etat et la RégionOuvert à l’ensemble des acteurs,soit environ 300 membres, le Comité partenarial du Plan Bâtiment durable en Aquitaine accueille aussi la concertation sur les objectifs et les modalités de mise en œuvre du PREH.Un Secrétariat technique Chargé de la coordination technique des travaux, le Secrétariat technique est constitué des représentantsdes différentes directions concernées de l’administration régionale, des services de l’Etat et de ses agences.
Les groupes de travail thématiques : une démarche participative essentielle En complément de ces deux comités, la Région a tenu à inscrire le PREH dans une démarche participative exemplaire afin d’être au plus près des attentes des acteurs aquitains. Sept groupes de travail ont été constitués dans le cadre duComité partenarial, réuni le 28 juin dernier à l’Hôtel de Région. Ces groupes de travail visent à capitaliser et partager les expériences et à animer le réseau des professionnels. Ils ont permis de réunir des acteurs du bâtiment (Fédération Française du Bâtiment, CAPEB…), des clusters (CREADh, Xylofutur, Nobatek,etc.) descollectivités (communes, agglomérations, départements), des banques (Crédit agricole, Caisse des dépôts), des architectes et des organisations représentant des particuliers. Les thématiques abordées par les différents groupes sont les suivantes :  ThématiquePilote Caractéristiques du bâti en Groupe 1Aquitaine et approche technicoCEBATRAMA économique du plan régional Groupe 2Conseil Régional innovants Energies renouvelables et Groupe 3ADEME usages des bâtiments Outils d’incitation et de Groupe 4financement de la réhabilitationDREAL thermique du parc privé Rénovation énergétique des Groupe 5logements sociaux et maîtriseAROSHA des charges
Groupe 6Conseil Régional du secteur Groupe 7Financements innovantsConseil Régional L’animation des groupes est également répartie entre les différents pilotes. Le Conseil Régional est plus spécifiquement en charge de l’animation de trois groupes : les écomatériauxavec l’assistance dubureau d’étude Nomadéis(groupe 2), le développement des compétences des entreprises du secteur (groupe 6) et les financements innovantsavec l’assistance avec lebureau d’étudesSP2000 (groupe 7). Sept fiches reprennent en annexe les travaux menés dans chacun des groupes de travail. III. Les initiatives régionales antérieures au Plan En dehors du strict cadre de la PREH, la Région n’a pas manqué de lancer ses propres initiatives dans le domaine de la rénovation thermique des bâtiments.L’apport de la Région sur la base des dispositifs existants d’aides directes s’élèvent d’ores et déjà à plus de trois millions par an. Ces trois
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents