Etude statistique du risque transmission du paludisme par les anophèles femelles précoces
122 pages
Français

Etude statistique du risque transmission du paludisme par les anophèles femelles précoces

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
122 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Modélisation du risque de transmission du paludisme par les anophèles femelles précoces en Afrique Centrale : Cas du Cameroun Communauté Économique et Organisation de Coordination Monétaire d’Afrique Centrale pour la lutte contre les maladies (C.E.MA.C) Endémiques en Afrique Centrale (O.C.E.A.C) Laboratoire de recherche Institut Sous-régional de sur le Paludisme Statistique et d’Économie (LRP) Appliquée (ISSEA) BP : 294 Yaoundé Cameroun BP: 228 Yaoundé Cameroun Tel : (237) 22 22 01 34 Tel: (237) 22 23 22 32 E-mail : isseacemac@yahoo.fr Fax: 22 23 00 61 E-mail: contact@oceac.org Étude statistique du risque de transmission du paludisme par les anophèles femelles précoces en Afrique Centrale : Cas du Cameroun Mémoire professionnel rédigé par : BAHOUAYILA MILONGO Chancel Bardin eÉlève Ingénieur Statisticien Economiste, 3 année Soutenu publiquement le 24 Janvier 2012 devant le jury composé de : Examinateur Président du jury Encadreur M. DASSI Nicolas M. ONDO Jean Cléophas, PhD Dr. AWONO AMBENE Parfait Ingénieur Statisticien Directeur des Étude Responsable du Laboratoire de .

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 03 mars 2014
Nombre de lectures 173
Licence : En savoir +
Paternité, pas de modification
Langue Français
Poids de l'ouvrage 3 Mo

Exrait

(C.E.MA.C) (O.C.E.A.C) Laboratoire de recherche Inst ionalde sur le Paludisme Statistique et d’Économie Appliquée (ISSEA)  BP: 294 Yaoundé CamerounBP: 228 Yaoundé Cameroun  Tel: (237) 22 22 01 34Tel: (237) 22 23 22 32  Fax: 22 23 00 61 Étude statistique du risque de transmission du paludisme par les anophèles femelles précoces en Afrique Centrale : Cas du Cameroun Mémoire professionnel rédigé par: BAHOUAYILA MILONGO Chancel Bardin e Élève Ingénieur Statisticien Economiste, 3année Soutenu publiquement le 24 Janvier 2012 devant le jury composé de :  ExaminateurPrésident du juryEncadreur M. DASSI NicolasM. ONDO Jean Cléophas, PhDDr. AWONO AMBENE Parfait Ingénieur StatisticienDirecteur des ÉtudeResponsable du Laboratoirede .Recherche sur le Paludisme Économiste,à l’ISSEA Cadre au MINEPATà l’OCEAC
JANVIER 2012
Étude statistique des facteurs de risque de transmission du paludisme par les anophèles femelles précoces en Afrique Centrale : Cas du Cameroun
Dédicace
À la mémoire de notre sœur BANZOUZI Ella Mabelle
© BAHOUAYILA MILONGO Chancel Bardin, élève ISEi MémoireProfessionnel
Étude statistique des facteurs de risque de transmission du paludisme par les anophèles femelles précoces en Afrique Centrale : Cas du Cameroun Remerciements a réalisation de ce mémoire n’a été rendue possible que grâce à l’aide, l’encouragement et au L concours d’un grand nombre de personnes auxquelles nous tenons à exprimer nos vifs remerciements : Nous remercions tout d’abord le Secrétaire Exécutif de l’OCEAC, M. Jean Jacques MOKA qui a bien voulu nous accueillir en stage dans sa structure ; ainsi que son Directeur de cabinet M. Fulgence LIKASSI BOKAMBA. Nous remercions aussi nos deux encadreurs, sans qui rien de tout cela n’aurait été possible. De manières très différentes mais complémentaires, ils ont su guider et cadrer ce travail de recherche : Au Docteur Parfait AWONO, Responsable du Laboratoire de Recherche sur le Paludisme (LRP) à l’OCEAC. Son encadrement de grande qualité, sa disponibilité et sa vue globale sur l’entomologie des anophèles nous ont permis d’avancer dans la bonne direction et d’arriver à bon port. Que ce document lui soit une preuve que ses efforts n’ont pas été vains. Au Docteur Josiane Désirée ETANG TOUKO, Responsable du Programme Sous Régional de la lutte contre le Paludisme (PSRPALU) à l’OCEAC, pour ses conseils pertinents. Nous n’oublions pas la confiance qu’elle nous a témoignée et son soutien tout au long de notre stage, qu’elle en soit vivement remerciée. La rédaction de ce document est aussi la concrétisation des enseignements reçus à l’ISSEA. Ainsi, remercionsnous le Directeur Général de cet institut, M. Léoncio Feliciano ESONO NZE OYANA, ainsi que tout le corps administratif et professoral. En particulier M. Dieudonné KINKIÉLÉLÉ pour les cours d’informatique qu’il nous a dispensés depuis notre formation en cycle d’IAS. Nous exprimons toute notre reconnaissance à M. Jean Cléophas ONDO, Directeur des Études de l’ISSEA et Professeur correspondant de ce mémoire, pour ses précieux conseils et directives sans lesquels ce travail n’aurait pas été réalisé jusqu’au bout. 1 Nos remerciements vont également à la responsable des stages, Mme KASSA , pour la confiance qu’elle nous a faite en acceptant de nous accorder une seconde chance de faire notre stage à l’OCEAC. Nous exprimons notre reconnaissance à tous ceux qui ont jeté un regard critique et constructif sur ce travail. Nous pensons particulièrement à M. Jacques AYISSI, M. ANKI YAMBARE, M. Gabin IBEMBA, M. Chriss BALOSSA et M. Dimanche ALLO. Notre gratitude va de plus aux collègues de stage pour les informations et documents qu’ils nous ont fournis pendant une longue période, pour leur patience, leur entente et leur soutien qui nous ont 1 Nous n’avons pas pu connaitre son prénom parce qu’elle trouvait que ce n’était pas nécessaire.
© BAHOUAYILA MILONGO Chancel Bardin, élève ISEii MémoireProfessionnel
Étude statistique des facteurs de risque de transmission du paludisme par les anophèles femelles précoces en Afrique Centrale : Cas du Cameroun donné la possibilité et la volonté d’écrire. Parmi eux, nous citons M. Edmond KOPYA, M. Guy Rostand KENMEUGNE NJOKO, M. Jean Blarde MBANGA, Mlle. Mireille NGANGHEU, Mlle. Nina Estelle CHIMI et M. Michael Junior PIAMEU CHADOU. Nos remerciements à nos mères Elisabeth MISSILOU et Suzanne TOTOKOLO qui nous ont conseillés de continuer avec le cycle ISE lorsque nous étions sur le point de finir notre formation d’IAS. Leurs affections, leurs tendresses et leurs générosités ont beaucoup contribué à notre réussite. Femmes courageuses, infatigables et sociables, vous demeurez pour nous une fierté et surtout un exemple à suivre. Nous n’oublions pas maman Jeanne NSOUMOU qui nous a toujours encouragé dans la bonne prise de nos décisions et a constamment montré qu’elle a un cœur de mère, qui sait écouter. De même, nous remercions chaleureusement les étudiants d’ISEpromotion 2012 pour leur sollicitude, leur esprit d’équipe, leur collaboration et leur infinie disponibilité. Nous demandons à tous ceux qui n’ont pas été cités et qui nous ont aidés, d’accepter nos remerciements exprimés en général ; ils savent bien qui ils sont. Cela dit, c’est à la MECI que nous devons le plus car certains de ses membres ont lu tous les trois premiers essais, puis l’ensemble, et ont formulé des critiques très positives sur le contenu, la composition et sur des points de détail, nous obligeant ainsi à une révision plus importante. En un sens, ce document est le fruit de l’effet collectif de quelques personnes dont nous avons parlées ici et de toutes celles que nous avons nommées expressément.
© BAHOUAYILA MILONGO Chancel Bardin, élève ISEiii MémoireProfessionnel
Étude statistique des facteurs de risque de transmission du paludisme par les anophèles femelles précoces en Afrique Centrale : Cas du Cameroun Tables des matières
Dédicace ................................................................................................................................................. i
Remerciements...................................................................................................................................... ii
Liste des Tableaux ................................................................................................................................vi
Liste des figures ................................................................................................................................. viii
Avantpropos ........................................................................................................................................ix
Résumé ...................................................................................................................................................x
Sigles et abréviations.............................................................................................................................xi
INTRODUCTION GÉNÉRALE...........................................................................................................1
PREMIÈRE PARTIE: CADRE CONCEPTUEL ET FONDEMENTS...............................................4CHAPITRE 1:.................................................................................5Généralités sur le paludisme1.1Définitions de quelques concepts.................................................................................. 5 1.2paludismeHistorique du........................7...................................................................... 1.3Epidémiologie9................................................................................................................ 1.4Mode de transmission................................................................................................. 13 1.5Cycle de vie de l’anophèle femelle.............................................................................. 15 1.6Manifestation de la maladie........................................................................................ 16 1.7Traitement................................................................................................................... 17 CHAPITRE 2:Revue des travaux empiriques sur le paludisme ................................................212.1Matériels et méthodes de capture des moustiques..................................................... 21 2.2Théorie sur la construction des indicateurs entomologiques...........................2..5........ 2.3Travaux empiriques réalisés dans la lutte contre le paludisme................................. 26 DEUXIÈME PARTIE: CADRE EMPIRIQUE DE L’ETUDE.......................................................... 33CHAPITRE 3:Source de données et approche méthodologique de l’étude entomologique ......343.1Présentation de la source des données............43............................................................3.2Mise en œuvre de l’étude............................................................................................ 35 3.3Agrégation de l’heure de capture............................................................................... 64
© BAHOUAYILA MILONGO Chancel Bardin, élève ISEiv MémoireProfessionnel
Étude statistique des facteurs de risque de transmission du paludisme par les anophèles femelles précoces en Afrique Centrale : Cas du Cameroun CHAPITRE 4:Étude des facteurs de risque de transmission du paludisme par les anophèles précoces au Cameroun.........................................................................................734.1Présentation du modèle............................................................................................... 73 4.2Mise en œuvre du modèle........................................................................................... 78 CONCLUSION GÉNÉRALE..............................................................................................................89RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES............................................................................................ 92
ANNEXES............................................................................................................................................97
© BAHOUAYILA MILONGO Chancel Bardin, élève ISEv MémoireProfessionnel
Étude statistique des facteurs de risque de transmission du paludisme par les anophèles femelles précoces en Afrique Centrale : Cas du Cameroun Liste des Tableaux
Tableau 2. 1: Evolution de quelques indicateurs de lutte contre le paludisme au Burkina Faso et au Togo....................................................................................................................28Tableau 3. 1: Répartition des moustiques par localité................................................................. 39Tableau 3. 2 : Pourcentage des moustiques endophages par espèces selon le milieu de résidence des personnes ..........................................................................................................45Tableau 3. 3 : Caractère trophique des moustiques selon leur CSP............................................ 46Tableau 3. 4 : Pourcentage des moustiques endophages par espèces selon leur faciès ...............46Tableau 3. 5 : Pourcentage des moustiques endophages par espèces selon le lieu de localité.....47Tableau 3. 6 : Taux de parturité par espèces selon le lieu de localité.......................................... 50Tableau 3. 7 : Indice sporozoïtique par espèce selon l’heure de capture ....................................52Tableau 3. 8 : Indice sporozoïtique par heure de capture des moustiques selon leur caractère trophique ................................................................................................................. 54Tableau 3. 9 : Indice sporozoïtique par heure de capture selon le lieu et le caractère trophique des moustiques ........................................................................................................54Tableau 3. 10 : Indice sporozoïtique par heure de capture selon le lieu et le caractère trophique des moustiques...................................................................................................... 55Tableau 3. 11 : Indice sporozoïtique par heure de capture selon le milieu de résidence et le faciès écologique ...................................................................................................56Tableau 3. 12 : Taux d’agressivité par espèceselon le caractère trophique...............................57Tableau 3. 13 : Taux d’agressivité par espèce selon l’heure de capture......................................58Tableau 3. 14 : Taux d’agressivité par espèce selon le milieu de résidence des personnes......... 59Tableau 3. 15 : Taux d’inoculation entomologique par espèce selon l’heure de capture............61Tableau 3. 16 : Taux d’inoculation entomologique par espèce selon le caractère trophique .....62Tableau 3. 17 ; Taux d’inoculation entomologique par espèce selon le milieu de résidence des personnes ..............................................................................................................64Tableau 3. 18 : Densité totale des anophèles précoce ou non selon leur caractéristique.............66Tableau 4. 1: Estimation du risque de transmission du paludisme par les anophèles précoces au Cameroun................................................................................................................ 79Tableau 4. 2: Qualité prévisionnelle du modèle ...........................................................................81Tableau 4. 3: Tests d’HosmerLemeshow des deux modèles .......................................................83Tableau 4.4:Résultats des différents modèles pour l'explication du risque de transmission du paludisme par les anophèles précoces.................................................................... 85Tableau A. 1: Test de comparaison de la proportion des anophèles exophages ayant le parasite falciparum (respectivement malariae) et des anophèles endophages ayant le même parasite....................................................................................................... 106Tableau A. 2 : Test de normalité du TAH chez les anophèles exophages et endophages..........107Tableau A. 3 : Test de comparaison de la variance des anophèles agressifs exophages et de ceux qui sont endophages............................................................................................107Tableau A. 4 : Test de comparaison du taux d’agressivité pour homme des moustiques exophages et endophages....................................................................................107Tableau A. 5 : Test de comparaison de proportion des anophèles précoces avant positifs et précoces après positifs........................................................................................ 107Tableau A. 6: Coordonnées, contributions et cosinus carrés des modalités actives.................. 108Tableau A. 7: Coordonnées, contributions et cosinus carrés des modalités actives.................. 109
© BAHOUAYILA MILONGO Chancel Bardin, élève ISEvi MémoireProfessionnel
Étude statistique des facteurs de risque de transmission du paludisme par les anophèles femelles précoces en Afrique Centrale : Cas du Cameroun Liste des graphiques Graphique 3. 1 : Répartition des moustiques par espèce............................................................. 39Graphique 3. 2 : Répartition des moustiques selon la zone de résidence des personnes.............40Graphique 3. 3: Evolution des moustiques selon la zone de résidence des personnes.................40Graphique 3. 4 : Répartition des moustiques selon le faciès écologique......................................41Graphique 3. 5: Evolution des moustiques selon le faciès écologique..........................................41Graphique 3. 6 : Répartition des moustiques selon la date de capture .......................................42Graphique 3. 7 : Répartition des moustiques selon l’heure de capture.......................................43Graphique 3. 8 : Répartition des moustiques par CSP................................................................ 43Graphique 3. 9 : Pourcentage des moustiques endophages par heure de capture...................... 48Graphique 3. 10 : Répartition des moustiques selon leur parturité ............................................49Graphique 3. 11 : Taux de parturité selon l’heure de capture selon le caractère trophique......51Graphique 3. 12 : Taux d’agressivité par heure de capture selon le caractère trophique..........59Graphique 3. 13 : Taux d’inoculation entomologique par heure de capture selon le caractère trophique........................................................................................................ 63Graphique 3. 14 : Densité totale des anophèles précoce ou non...................................................65Graphique 4. 1 : Courbe de sensitivité, de spécificité et courbe de ROC.................................... 82Graphique A. 1 : Répartition des anophèles par espèce selon la date de leur capture .............104Graphique A. 2 : Répartition des anophèles par espèce selon la date de leur capture .............104Graphique A. 3 : Taux endophagique par espèce selon l’heure de leur capture ......................105
© BAHOUAYILA MILONGO Chancel Bardin, élève ISEvii MémoireProfessionnel
Étude statistique des facteurs de risque de transmission du paludisme par les anophèles femelles précoces en Afrique Centrale : Cas du Cameroun Liste des figures
Figure 4. 1: Courbe de sensitivité, de spécificité et courbe de ROC du modèle 1 .......................82Figure 4. 2: Courbe de sensitivité, de spécificité et courbe de ROC du modèle 2 .......................82Figure A. 1: L’emprise du paludisme dans le monde.................................................................103Figure A. 2: Tableau des valeurs propres...................................................................................105Figure A. 3: Tableau des valeurs propres...................................................................................106
© BAHOUAYILA MILONGO Chancel Bardin, élève ISEviii MémoireProfessionnel
Étude statistique des facteurs de risque de transmission du paludisme par les anophèles femelles précoces en Afrique Centrale : Cas du Cameroun Avantpropos
’Institut Sousrégional de Statistique et d’Economie Appliquée (ISSEA), crée en 1984, est un L établissement public inter Etat ayant pour vocation la formation des statisticiens.  Cetteécole forme ainsi depuis plusieurs années des cadres en statistique et en économie appliquée provenant de plusieurs pays africains et dans plusieurs cycles de formation. Il s'agit notamment du cycle des Techniciens Supérieurs de la Statistique (deux années de formation), du cycle des Ingénieurs d’Application de la Statistique (quatre années de formation) et du cycle des Ingénieurs Statisticiens Economistes (trois années de formation). Dans le cadre de la formation des Ingénieurs Statisticiens Economistes, l’ISSEA prévoit, à la fin de la deuxième année, un stage d’une durée de trois mois au cours duquel l’étudiant est tenu de rédiger un mémoire de recherche. Ce stage doit être effectué dans un institut de statistique, dans une institution nationale comme internationale ou dans une entreprise (publique ou privée). Il a pour objectifs de permettre aux élèves ingénieurs statisticiens économistes de mettre en pratique les connaissances théoriques acquises lors des deux premières années de formation, de les familiariser aux réalités du monde professionnel et de les initier aux méthodes de la recherche scientifique. Le présent document résume les trois mois de stage que nous avons effectués au sein de l’Organisation de Coordination pour la lutte contre les Endémies en Afrique Centrale (OCEAC). Il constitue le mémoire que nous avons rédigé sur le thème:Etude statistique des facteurs de risque de transmission du paludisme par les anophèles précoces en Afrique Centrale : Cas du Cameroun,sous la direction du Docteur Parfait AWONO, Responsable du LRP à l’OCEAC, et du Docteur Josiane Désirée ETANG TOUKO, Responsable du PSRPALU à l’OCEAC.
© BAHOUAYILA MILONGO Chancel Bardin, élève ISEix MémoireProfessionnel
Étude statistique des facteurs de risque de transmission du paludisme par les anophèles femelles précoces en Afrique Centrale : Cas du Cameroun
Résumé
e paludisme est la maladie la plus répandue dans le monde. Il tue plus d'un million de personnes L par an dont la majorité de décès est enregistré en Afrique. Dans la plupart des pays de ce continent, il reste toujours la première cause d’hospitalisation. Pour lutter contre cette maladie, plusieurs efforts ont été réalisés. Cependant, ces efforts semblent être inefficaces parce que la malaria continue à demeurer un des grands fléaux planétaires. L'une des raisons de cette inefficacité est que la plupart des méthodes antivectorielles conventionnelles (utilisations des moustiquaires, des insecticides, etc.) ne concernent que les personnes se trouvant dans les maisonsalors qu’on retrouve un grand nombre de personne qui passent leur nuit dehors (dans les bars, dans les veillés mortuaires ou de prières, des vendeurs de nuit, des gardiens de nuit, etc.). Toutes ces personnes ne sont protégées par aucune méthode antivectorielle. Cette étude vise à déterminer les facteurs de risque de contracter le paludisme chez les personnes ne se trouvant pas dans les maisons entre 19h22h et 5h6h au Cameroun à partir des données d'un échantillon de 31 247 anophèles collectés sur appât humain par l'OCEAC entre 1998 et 2003. Ainsi, il ressort de ces données qu’il y a 15 %(respectivement 17,8 %) d’anophèles qui cherchent leur repas du sang entre 19 heures et 22 heures (respectivement entre 5 heures et 6 heures du matin). Ce qui signifie que 32,9 % d’anophèles de notre échantillon sont précoces (ceux qui cherchent du sang entre 19h22h et 5h6h). De même, les résultats de nos données ont montré que les anophèles femelles précoces ont plus de chance de transmettre le paludisme que les anophèles femelles non précoces. Pareillement, il résulte de nos analyses descriptives que parmi les moustiques précoces, ceux qui ont le risque le plus élevé de transmettre le paludisme sont ceux qui piquent entre 5 heures et 6 heures du matin. L’analyse des facteurs de risque de transmission du paludisme par les anophèles femelles précoces nous a permis de constater que, d’une part entre 19 heures et 22 heures le risque de contamination est le même dans la savane que dans la forêt, alors qu’entre 5 heures et 6 heures du matin ce risque est plus élevé chez les personnes vivant dans les forêts. D’autre part, il est remarqué qu’entre 19 heures et 22 heures les personnes les plus exposées au paludisme sont celles qui sont à l’extérieur des maisons que celles qui sont à l’intérieur ; cependant entre 5 heures et 6 heures du matin, les personnes vulnérables sont plutôt celles qui sont à l’intérieur des maisons. Enfin, l’étude a montré qu’entre 19h22h et 5h6h, les citadinset les villageois ont le même risque d’attraper le paludisme. Mots clés: anophèles femelles précoces, pare, pare, nullipare, endophage, exophage, Afrique Centrale, Cameroun, OCEAC.
© BAHOUAYILA MILONGO Chancel Bardin, élève ISEx MémoireProfessionnel
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents