Le rooibos, une infusion parfois appelée thé rouge

Le rooibos, une infusion parfois appelée thé rouge

-

Documents
3 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Informations

Publié par
Publié le 27 mars 2012
Nombre de visites sur la page 210
Langue Français
Signaler un problème
Le Rooibos, une infusion parfois appelée «thé rouge» par Dominique Cairol
Par Dominique Cairol avec la collaboration du Docteur S.Brangeon, médecin généraliste Face à une infusion millénaire comme le thé, nous vous proposons un survol rapide d'une boisson récemment arrivée en Europe :le Rooibos, une infusion parfois appelée «thé rouge». Pourquoi l'appelle-t-on thé rouge? Comme le thé, le rooibos, dont le nom signifie buisson rouge en Afrikaans, se prépare en infusion et se présente sous la forme d'un liquide rouge transparent dans la tasse. Il procure un certain nombre de bienfaits. S'il est connu en Europe depuis peu de temps, dans son pays d'origine l'Afrique du Sud ses vertus sont reconnues par la population native depuis des lustres. Pour mieux connaître cette plante on fera un petit rappel historique et de botanique puis on évoquera son intérêt sur le plan du bien être. NB. Sachez toutefois que la réglementation ne permet pas l’appellation «thé rouge» dans l’étiquetage du rooibos, puisque l’appellation thé est réservée aux produits provenant du camellia sinensis. Une arrivée tardive en Europe Si le rooibos est très populaire en Afrique du Sud dés les années 1800, ce n'est que vers 1930 que l'on trouve la bonne méthode pour sa mise en exploitation agricole ce qui permet ensuite de le cultiver à des fins commerciales. Mais il a fallu attendre les années 1990 pour en entendre parler en Europe. Le Bon Jardinier dans sa dernière édition (1) de 1991 ne le mentionne pas alors qu'il décrit de nombreuses plantes tropicales et subtropicales. Les exportations vers l'Europe et les USA décollèrent quant à elles au début des années 90. La production annuelle actuelle est estimée à environ 18 000 tonnes. Un peu de botanique Le Rooibos appartient à la grande famille des légumineuses ( Fabaceae ) dans laquelle on trouve, comme arbres et arbustes, les acacias, les genêts et comme plantes herbacés, les pois et les haricots. Botaniquement il est donc très loin du théier (Camellia sinensis, famille des théacés). Le Rooibos appartient au genreAspalathus. Le nom de genre provient du grec aspalathos, qui désignait un arbuste odorant croissant en Grèce. Son nom d'espèce le plus usité estlinearis. Parfois on le dénommeAspalathus cedarbergensisdu nom de la région : les montagnes du
Cederberg au nord de la ville du Cap, en Afrique du Sud,où il pousse. Il croit en zone semi aride, dans des sols acides, avec une pluviométrie comprise entre 300 et 350 mm avec des hivers froids et humides et des étés chauds et secs. Particularité du rooibos, cette plante est endémique au Cederberg, c'est-à-dire elle ne se trouve que dans cette seule région du monde (contrairement au thé qui est cultivé sur tous les continents). Des essais d'acclimatation dans d’autres régions au climat similaire ont été tentés mais sont restés jusqu'à présent sans grand succès. Description Aspalathus linearisest un arbuste dressé qui peu atteindre 2 mètres. Ses jeunes branches sont souvent rougeâtres. Les feuilles sont vertes, en formes d'aiguilles de 15-60 mm de long et de1 mm d'épaisseur. De loin il ressemble à un genêt et ce d'autant que sa floraison jaune apparait du printemps au début de l'été. Ses fruits sont des petites gousses en forme de lance. Les vertus du rooibos Avant d'évoquer ses vertus pour la santé arrêtons nous un instant sur le plaisir de sa dégustation en infusion chaude ou froide. L'infusion a une couleur rouge vif et un goût sucré et fruité.
Sa saveur est plutôt douce et a un léger goût de noisette. Le rooibos ne présente pas d'astringence même en cas d'infusion prolongée. Selon Roooibos limited (2) «La science médicale découvre tout juste les nombreuses vertus du Rooibos : non seulement naturellement exempt de caféine il contient des polyphénols et de nombreux minéraux. Sa saveur douce permet de le boire sans ajout de sucre.
Plusieurs médecins sud-africains recommandent ainsi l’infusion de rooibos pour soulager les coliques des bébés. Aussi, l’usage populaire local veut que la boisson ait des vertus pour soulager les troubles digestifs et du sommeil et, par voie externe, pour traiter les allergies cutanées, l’eczéma et l’érythème fessier. Différents travaux de recherche ont essayé de démontrer scientifiquement ces bienfaits attribués au rooibos mais pour l’instant les résultats sont ou controversés ou non concluants dans la mesure ou ces essais ont eu lieu in vitro ou sur des animaux. Par ailleurs une analyse de 97 échantillons issus de 24 plantations a montré que la teneur de ceux-ci, en principes actifs, étaient variables. Enfin on a découvert que le processus de fermentation auquel on soumet le rooibos lui faisait perdre une partie de son activité antioxydante. Aussi a -t-on commencé à produire du rooibos simplement séché sans autre transformation, appelé rooibos vert. Ses principes actifs Si le rooibos contient naturellement des sels minéraux intéressants, notamment le magnésium, le potassium, le cuivre, le manganèse et le fluor. Son intérêt récent tient au fait qu’en plus de renfermer des substances antioxydantes en quantités relativement importantes, cette boisson ne contient pas de caféine comme c’est le cas pour le thé ou le café. Rappelons que les antioxydants protègent les cellules de l’organisme contre les méfaits du stress oxydatif, auquel est associé le cancer, les maladies dégénératives, les troubles cardiovasculaires et au vieillissement cérébral.
Le rooibos contient plusieurs substances antioxydants, surtout des poly phénols, tels que l’aspalathine (seule source naturelle connue), la nothofagine (présent également dans le Nothofagus fuscaou hêtre rouge de nouvelle Zélande), la quércétine (présent dans les fleurs deSophora Japonica). et la lutéoline beaucoup plus commune (on la trouve dans le céleri, le poivron vert, le thym, la camomille, les carottes, la mente poivrée, le romarin et l'origan). Selon des essaisin vitro, l’effet antimutagène de l’aspalathine et de la nothofagine est cependant moindre que celui des catéchines du thé vert. (3&4) Devant l'intérêt suscité par le rooibos des sociétés commercialisent actuellement des préparations associant cette plante avec d'autres espèces aux vertus reconnues comme le thé vert-rooibos et le, sureau-rooibos vert.