Rapport sur l'ostéoporose dans la Communauté européenne

-

Documents
132 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Rapport sur l'ostéoporose dans la Communauté européenne Actions de prévention Il est essentiel d'assumer la J'ai décidé de responsabilité ne plus jamais de sa propre tomber. (A) santé. (FIN) Lorsque je pense que ma mère est morte Je me fais du après une fracture du je suis, je n ai souci pour col du fémur, je me plus peur de l'avenir. (NL) fais vraiment du devenir souci. (P) infirme. . Ma vie Chaque fois, normale les médecins d'avant me manque promettaient énormément. un miracle. (L) (S) Ne vous faites La pêche est une pas de souci bonne thérapie, Je me sentais I· ji n»j IM ι ils» π κνί-et prenez votre une scanogra- même si inutile et vie en main. phie osseuse c'est parfois déprimée. (F) (Β) plus tôt. (IRL) ^^^^mum Le groupe local Fais attention ·* jj L'ostéoporose de soutien avec — >M ne perturbe contre grand-mère, a. plus mon l'ostéoporose elle peut . quotidien. (E) m'a beaucoup casser! (I) aidé. (D) Emploi & affaires sociales Commission européenne Rapport sur l'ostéoporose dans la Communauté européenne Actions de prévention Emploi ^affaires sociales Santé Commission européenne Direction générale «Emploi, relations industrielles et affaires sociales» Unité V/F.3 Manuscrit terminé en 1998 Le contenu de la présente publication ne reflète pas nécessairement l'avis ou la position de la direction générale «Emploi, relations industrielles et affaires sociales» de la Commission européenne.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 333
Langue Français
Signaler un problème

Rapport sur l'ostéoporose
dans la Communauté européenne
Actions de prévention
Il est essentiel
d'assumer la J'ai décidé de
responsabilité ne plus jamais
de sa propre tomber. (A)
santé. (FIN)
Lorsque je pense que
ma mère est morte
Je me fais du
après une fracture du je suis, je n ai souci pour
col du fémur, je me plus peur de l'avenir. (NL)
fais vraiment du devenir
souci. (P) infirme. .
Ma vie
Chaque fois, normale
les médecins d'avant me
manque promettaient
énormément. un miracle. (L)
(S)
Ne vous faites La pêche est une
pas de souci bonne thérapie, Je me sentais I· ji n»j IM ι ils» π κνί-
et prenez votre une scanogra- même si inutile et
vie en main. phie osseuse c'est parfois déprimée. (F)
(Β) plus tôt. (IRL)
^^^^mum
Le groupe local
Fais attention
·* jj L'ostéoporose de soutien
avec
— >M ne perturbe contre
grand-mère,
a. plus mon l'ostéoporose
elle peut
. quotidien. (E) m'a beaucoup
casser! (I)
aidé. (D)
Emploi & affaires sociales
Commission européenne Rapport sur l'ostéoporose
dans la Communauté européenne
Actions de prévention
Emploi ^affaires sociales
Santé
Commission européenne
Direction générale «Emploi, relations industrielles
et affaires sociales»
Unité V/F.3
Manuscrit terminé en 1998 Le contenu de la présente publication ne reflète pas nécessairement l'avis ou la position de la direction générale
«Emploi, relations industrielles et affaires sociales» de la Commission européenne.
Nous remercions les patients ostéoporotiques et les personnes à haut risque de nous avoir fourni leur photo­
graphie pour la couverture de ce rapport.
De nombreuses autres informations sur l'Union européenne sont disponibles sur Internet
via le serveur Europa (http://europa.eu.int).
Une fiche bibliographique figure à la fin de l'ouvrage.
Luxembourg: Office des publications officielles des Communautés européennes, 1999
ISBN 92-828-5334-9
© Communautés européennes, 1999
Reproduction autorisée, moyennant mention de la source
Printed in Belgium
IMPRIMÉ SUR PAPIER BLANCHI SANS CHLORE Préface
L'augmentation très importante de l'incidence de l'ostéoporose appelle l'adoption d'une
stratégie commune. Le Rapport sur l'ostéoporose dans la Communauté européenne - Actions
de prévention, qui prend en compte les recommandations nationales existantes et les
déclarations émanant de conférences de consensus (annexe 1), constitue une base commune
d'action. Il présente en effet des recommandations et des informations détaillées dans tous les
domaines concernés: épidémiologie et démographie, nutrition, activité physique, diagnostic,
thérapie et favorise la communication sur l'ostéoporose. Le présent chapitre propose des
stratégies et des actions spécifiques pour une utilisation efficace du rapport, sur la base
d'objectifs clairs et de groupes cibles définis.
Objectifs
Les deux objectifs principaux, en fonction desquels toutes les actions et initiatives doivent
être évaluées, sont les suivants:
a) parvenir à une réduction significative de l'incidence de l'ostéoporose et des fractures
ostéoporotiques, et
b) assurer une qualité de vie acceptable aux patients atteints d'ostéoporose.
Ils sont complétés par des objectifs opérationnels spécifiques destinés à faire en sorte que:
• les hommes politiques et les responsables de la santé appliquent les recommandations
appropriées pour améliorer la sensibilisation et l'information communiquée, et augmenter
les ressources disponibles en matière de prévention, de détection précoce et de traitement
de l'ostéoporose,
• les médecins et autres professionnels de santé se familiarisent progressivement avec le
rapport et le considèrent comme une ressource précieuse dans leurs contacts avec leurs
patients et leurs collègues,
• les associations nationales pour l'ostéoporose créent et développent des réseaux efficaces
impliquant tous les groupes cibles,
• le rapport facilite la communication entre les groupes cibles et augmente leur conscience
d'avoir des intérêts communs,
• le rapport et son matériel annexe de communication soient accessibles à toutes les parties
intéressées et au grand public (par exemple par Internet), sensibilisant ainsi directement la
population à l'ostéoporose, aux facteurs de risque et aux mesures préventives,
• une approche unitaire soit adoptée pour lancer une vaste campagne médiatique qui améliore
considérablement la connaissance de l'ostéoporose et des problèmes annexes. Groupes cibles
Pour atteindre ces objectifs, une coopération active de différents groupes cibles est
indispensable:
les hommes politiques et les responsables de la santé aux niveaux européen, national et •
régional,
les médecins généralistes et spécialistes (par ex. rhumatologues, gynécologues,
endocrinologues, gériatres, chirurgiens orthopédistes), et les autres professionnels de santé
tels que les physiothérapeutes, les ergothérapeutes et les pharmaciens,
les associations nationales pour l'ostéoporose et les groupes régionaux d'entraide qui
assistent les patients et informent le grand public en matière de prévention de l'ostéoporose,
les journalistes de la presse, de la radio et de la télévision,
tous les groupes d'âge de la population.
Il faut prendre en compte les intérêts communs et les intérêts spécifiques des groupes
cibles. Pour sensibiliser à l'ostéoporose et susciter l'intérêt du plus grand nombre de
personnes pour le rapport, un agenda et un plan d'action détaillés doivent être arrêtés et
mis en œuvre pour chaque groupe. Dans toute la mesure du possible, il convient d'inciter
les personnes à coopérer au sein des groupes cibles et entre eux.
Les médias populaires et le grand public ont intérêt à recevoir toutes les informations sous
une forme bien structurée, facile à comprendre, qui expose clairement la relation entre les
actions et leurs conséquences. Les médecins souhaitent aussi des recommandations
pratiques et des outils efficaces pour faciliter leurs contacts quotidiens avec les patients.
On peut présumer qu'il existe des intérêts scientifiques et sociaux chez tous les
professionnels de santé, les responsables sanitaires et les hommes politiques. Les
personnes qui participent activement à une association nationale d'ostéoporose ou à un
groupe d'entraide sont souvent motivées par le fait qu'elles souffrent elles-mêmes
d'ostéoporose, qu'elles appartiennent à un groupe à haut risque, ou qu'une personne de
leur famille est touchée par la maladie.
Actions - Faire en sorte que le rapport "fonctionne"
Les premières mesures
La valeur d'un rapport scientifique ne se mesure pas seulement à son contenu, mais aussi à
la manière dont il est présenté, à l'efficacité de sa diffusion et à son niveau d'acceptation
par les publics cibles. Ce n'est que lorsque l'information contenue dans le Rapport sur
l'ostéoporose dans la Communauté européenne - Actions de prévention aura atteint tous
les groupes concernés et que les recommandations auront été mises en œuvre, que l'on
pourra espérer atteindre le but recherché, à savoir une diminution de l'incidence de
l'ostéoporose. A cet effet, l'introduction du rapport a déjà eu lieu:
• au Parlement européen, le 10 juin 1998 à Bruxelles, en présence des représentants
européens et nationaux des groupes cibles;
• au Congrès européen sur l'ostéoporose, organisé du 11 au 15 septembre 1998 à Berlin,
forum idéal pour présenter et diffuser le rapport au sein des groupes de professionnels.
Présentation
Le Rapport sur l'ostéoporose dans la Communauté européenne - Actions de prévention
et un certain nombre d'outils de communication annexes sont disponibles dans les onze
langues officielles (allemand, anglais, danois, espagnol, finnois, français, grec, italien,
néerlandais, portugais et suédois) des quinze États membres de l'Union européenne ainsi
qu'en arabe. En outre, la documentation destinée à la presse est disponible en finnois et en
russe. Les outils de communication comprennent:
• le rapport scientifique complet,
• un rapport de synthèse qui offre une vue d'ensemble rapide,
• une brochure destinée au grand public,
• une présentation en format Powerpoint avec diapositives, que les professionnels de la
santé peuvent télécharger à partir du site Web de la Fondation européenne pour
l'ostéoporose,
• un dossier de presse complet comprenant un communiqué publié conjointement par la
Commission européenne, l'Organisation mondiale de la santé et la Fondation
européenne pour l'ostéoporose, le rapport de synthèse, la brochure, une fiche
d'information, le dossier d'un patient ostéoporotique ou d'une personne présentant un
risque élevé d'ostéoporose pour chaque État membre de l'Union européenne ainsi que
les coordonnées des associations nationales contre l'ostéoporose et organismes
annexes.
Diffusion
La diffusion du rapport est un travail d'équipe auquel participent la Commission
européenne, le groupe de travail sur le rapport, la Fondation européenne pour
l'ostéoporose, les associations nationales d'ostéoporose, les organisations professionnelles
ainsi que des groupes d'assistance/d'entraide de patients ostéoporotiques. Les activités
principales organisées en 1998 par les associations nationales contre l'ostéoporose étaient
axées autour de la Journée mondiale contre l'ostéoporose, qui a eu lieu le 24 juin 1998.
Autres moyens de diffusion:
• la distribution, par l'Organisation mondiale de la santé, du dossier de presse auprès des
bureaux régionaux et nationaux de l'Organisation mondiale de la santé dans le monde
entier, à l'occasion de la journée nationale contre l'ostéoporose. Dans d'autres pays, le rapport peut, en effet, servir à sensibiliser les gens à l'ostéoporose et au besoin
d'affecter des ressources plus importantes à la lutte contre cette maladie.
les institutions qui organisent des programmes d'éducation à l'intention des médecins
généralistes, des médecins hospitaliers et des autres professionnels de santé.
l'accès à tous les matériels susmentionnés, dans toutes les langues, par les pages •
Internet de la Fondation européenne pour l'ostéoporose (http://www.effo.org).
Autres actions recommandées
Dans un souci d'efficacité maximale et vu les ressources limitées, les activités devraient se
concentrer sur des manifestations périodiques, axées sur des résultats, concernant la
formation et l'habilitation des organisations impliquant des groupes cibles (les groupes
d'entraide, par exemple) et des médecins, favorisant les contacts et la communication
entre tous les groupes et mobilisant la presse. Il faut toujours prendre en compte l'effet
"boule de neige" potentiel d'une action.
Exemples de telles actions:
des activités coordonnées organisées par la Fondation européenne pour l'ostéoporose •
(EFFO) en collaboration avec l'Organisation mondiale de la santé et les organisations
nationales, à l'occasion de la journée mondiale contre l'ostéoporose, organisée chaque
année pour sensibiliser le grand public à la prévention de.
des campagnes annuelles d'une semaine ou d'un mois sur l'ostéoporose, lancées et
organisées par les associations nationales contre l'ostéoporose et autres organisations
annexes. Les principaux thèmes traités sont variables: sensibilisation (possibilité de
s'entretenir avec des experts par exemple), nutrition ("menus spéciaux santé des os"
dans les restaurants et les cantines d'entreprise, distribution de recettes), activités
physiques appropriées et conseils (service de conseil pour les patients atteints
d'ostéoporose et les personnes intéressées, etc.).
la constitution de nouveaux groupes d'assistance et la poursuite du développement d'un •
réseau efficace de groupes d'assistance en encourageant des partenariats appropriés
(par exemple entre des groupes existants et de nouveaux groupes)
Prochaine étape
Une étape suivante appropriée consistera à concevoir un processus d'évaluation
scientifique permettant de mesurer les changements intervenus dans des paramètres tels
que la connaissance de l'ostéoporose, la pertinence des attitudes et comportements
adoptés. Une évaluation continue et critique doit faire partie intégrante du programme
d'action décrit ci-dessus, de manière à atteindre les objectifs prévus de réduire l'incidence
de l'ostéoporose et d'offrir aux patients une qualité de vie acceptable. TABLE DES MATIERES
INTRODUCTION 13
1. ÉPIDÉMIOLOGIE5
1.1. Introduction
1.2. Taux d'incidence/de prévalence des fractures ostéoporotiques en Europe 16
1.2.1. Fractures de hanche 17
1.2.2.s vertébrales
1.3. Prévisions démographiques et socio-économiques pour l'Europe 18
1.4.s concernant les fractures ostéoporotiques 1
1.5. Considérations financières 20
1.6. Prédictions par État 2
1.6.1. États présentant une augmentation rapide du rapport retraités/actifs 21
1.6.1.1. Allemagne1
1.6.1.2. Irlande
1.6.1.3. Luxembourg 22
1.6.1.4. Pays-Bas
1.6.1.5. Espagne
1.6.2. États dans lesquels le rapport retraités/actifs augmentera lentement. 2
1.6.2.1. Belgique
1.6.2.2. Danemark 23
1.6.2.3. France
1.6.2.4. Suède
1.6.2.5. Royaume-Uni
1.6.3. États présentant une augmentation moyenne du rapport
retraités/actifs 24
7 1.6.3.1. Autriche 24
1.6.3.2.Finlande24
1.6.3.3.Grèce24
1.6.3.4. Italie25
1.6.3.5. Portugal 25
2 PHYSIOLOGIEDEL'OSETPATHOGENESE DE L'OSTEOPOROSE35
2.1. Structuredel'os35
2.2. Vitamine D 35
2.3.Parathormone35
2.4.Remodelageosseux35
2.5.Physiopathologiede l'ostéoporose36
2.5.1.Altérationsde la structure et du remodelage osseux36
2.5.2. Facteurs déterminants de la résistance osseuse 36
2.6. Altérations de la masse osseuse dues à l'âge 36
2.6.1. Pic de masse osseuse36
2.6.1.1. Effets des facteursgénétiques sur la masse osseuse37
2.6.1.2. Facteurs nutritionnels 37
2.6.1.3. Activitéphysique37
2.6.1.4. Hormonessexuelles37
2.7. Perte osseuse liée à l'âge 38
2.7.1. Pathogenèsedelaperteosseuse liée à Γ âge 38
2.8. Pathogenèsedel'ostéoporose39
3. FACTEURS NUTRITIONNELS LIÉS À L'ÉTAT OSSEUX 43
3.1. Calcium 43
3.1.1.Besoinsencalcium et quantités actuellement recommandées43
3.1.2.Apportalimentaire en calcium44
3.2.VitamineD44
8