//img.uscri.be/pth/43d0520bd8ed1d300c36e88960a2eb879ade6c6e
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Santé et Maternité

De
13 pages

- Espérance de vie et mortalité - Offre de soins pour la mère et l'enfant - Autour de l'accouchement - Interruption de grossesse - Décès liés aux cancers et aux maladies cardio-vasculaires - Tabac, alcool

Publié par :
Ajouté le : 30 décembre 2012
Lecture(s) : 21
Signaler un abus

Santé
et Maternité
1. Espérance de vie et mortalité
2. Offre de soins pour la mère et l'enfant
3. Autour de l'accouchement
4. Interruption de grossesse
5. Décès liés aux cancers
et aux maladies cardio-vasculaires
6. Tabac, alcool
Les Femmes en Alsace71Santé et Maternité
1. Espérance de vie et mortalité
En Alsace, en 2002, l’espérance de vie à la naissance est de
82,3 ans pour les femmes, contre 75,6 ans pour les hommes.
Définitions : Même s’il demeure important, l’écart observé entre les
et les femmes tend à se réduire. Il s'élève à 6,7 ans en 2002 et a- Espérance de vie à la naissance :c'est
la durée de vie moyenne ou âge moyen diminué de 1,3 an depuis 1990.
de décès d’une génération fictive, qui au-
rait tout au long de son existence les Comme pour l’ensemble des régions, la durée de vie moyenne
conditions de mortalité par âge de l’année ne cesse de progresser. En Alsace, les hommes vivent en
considérée.
moyenne 3,8 ans de plus qu’en 1990 et les femmes 2,5 ans. Sur
- Espérancedevieà60ans :c'est la la période 1990-2002, les gains d’espérance de vie ont été plus
durée de vie moyenne à partir de 60 ans
importants en Alsace que dans la plupart des régions françai-d’une génération fictive ayant atteint cet
ses. Les Alsaciens vivent en moyenne moins longtemps maisâge et qui aurait tout au long du reste de
son existence les conditions de mortalité l’écart entre le niveau alsacien et métropolitain s’est considéra-
par âge des plus de 60 ans de l’année
blement réduit. S’il était encore de 0,9 an pour les hommes etétudiée.
de 1,1 an pour les femmes en 1990, il n’est plus que de 0,1 an
- Taux brut de mortalité : nombre de dé- pour les hommes et de 0,6 an pour les femmes en 2002.
cès sur la population totale moyenne de
l’année. Le taux brut de mortalité est faible en Alsace. En 2005, la ré-
gion enregistrait 7,6 décès pour 1 000 habitants, contre 8,6 ‰- Mortalité prématurée : mortalité sur-
venue avant 65 ans. pour l’ensemble de la Métropole. L’Alsace se place ainsi parmi
les trois régions pour lesquelles ce taux est le plus bas, avec
- Taux comparatif de mortalité : c’est le
l’Île-de-France et la région Rhône-Alpes. La position favorabletaux que l’on observerait dans la région,
si celle-ci avait la même structure par âge de l’Alsace s’explique par la plus faible proportion de personnes
que la population de la France métropoli-
âgées dans sa population.taine. Il permet de comparer les régions
en éliminant les effets de la structure par En revanche, si on élimine les effets de structure liés à l’âge,âge. Il s’exprime en nombre de décès
l’Alsace présente une surmortalité par rapport au niveau natio-pour 100 000 habitants.
nal. Elle résulte principalement de la mortalité élevée des per-
sonnes âgées de plus de 60 ans, qui ont des taux comparatifs
de mortalité bien plus élevés dans la région qu’en moyenne mé-
tropolitaine.
Mais l’écart devrait se resserrer puisque l’Alsace enregistre,
depuis plusieurs décennies, une diminution de sa mortalité plus
Voir aussi :
importante que celle des autres régions françaises. En particu-
lier, la mortalité prématurée a sensiblement reculé pour deve-- "L’année économique et sociale 2006",
Insee, Chiffres pour l’Alsace Dossier, n°13, nir inférieure au niveau national. Cette dernière est essentiel-
juin 2007.
lement masculine : 30 % des décès masculins ont lieu avant
- "Diagnostic sur l’état de santé de la po- 65 ans, contre seulement 13 % chez les femmes en Alsace.
pulation alsacienne", Observatoire régio-
Dans la région comme pour l’ensemble de la Métropole, lesnal de la santé d'Alsace (ORSAL), juillet
2005. principales causes médicales de décès sont les maladies de
l'appareil circulatoire et les tumeurs. Les maladies de l’appareil- "En vingt ans, les alsaciens ont gagné
6 ans de vie", Insee, Chiffres pour l’Alsace, respiratoire constituent la troisième cause de décès chez les
n°40, mai 1999. femmes et la quatrième chez les hommes. Les accidents de la
vie courante (accidents domestiques ou lors de pratiques spor-- "Dans quelles régions meurt-on le plus
e
tard au début du XXI siècle ?", Insee Pre- tives, de loisirs, etc.) concernent souvent les femmes, alors que
mière, n°1114, décembre 2006. les suicides et les accidents de la route touchent davantage les
- "Les différences sociales de mortalité : hommes.
en augmentation chez les hommes, stable
chez les femmes", Insee Première, n°1025,
juin 2005.
Les Femmes en Alsace 72Causes médicales de décès en Alsace en 2002
Hommes Femmes
Nombre Répartition France métro. Nombre Répartition France métro.
de décès (%) (%) de décès (%) (%)
Maladies infectieuses et parasitaires 131 1,9 1,9 155 2,2 1,9
dont SIDA 12 0,2 0,3 1 0,0 0,1
tuberculose 9 0,1 0,2 14 0,2 0,2
Tumeurs 2 400 34,5 33,3 1 679 23,6 23,6
Maladies endocriniennes, nutritionelles et métaboliques 231 3,3 3,0 351 4,9 4,4
Troubles mentaux et du comportement 198 2,8 2,7 364 5,1 4,1
dont alcoolisme 54 0,8 0,9 12 0,2 0,2
Maladies du système nerveux et des organes des sens 220 3,2 3,5 325 4,6 5,0
Maladies de l’appareil circulatoire 1 959 28,1 26,8 2 464 34,6 32,4’appareil respiratoire 432 6,2 6,4 410 5,8 6,2
Maladies de l’appareil digestif 316 4,5 4,7 305 4,3 4,3
Causes externes de blessure et d’empoisonnement 576 8,3 8,9 397 5,6 6,4
dont accidents de transport 146 2,1 2,0 34 0,5 0,7
172 2,5 2,8 79 1,1 1,1suicides
Autres cas et causes mal définies 500 7,2 8,8 675 9,3 11,7
Total toutes causes confondues 6 963 100,0 100,0 7 125 100,0 100,0
Espérance de vie (en années)
1989-1991 2001-2002
France France
Alsace Alsace
métropolitaine métropolitaine
Espérance de vie à la naissance
Hommes 71,8 72,7 75,6 75,7
Femmes 79,8 80,9 82,3 82,9
Espérance de vie à 60 ans
Hommes 17,7 19,0 20,1 20,7
Femmes 22,9 24,2 24,8 25,7
Taux comparatif de mortalité en 2001-2002 (Indice base 100 France métropolitaine)
Tous âges 0 à 59 ans 60 ans et plus
Hommes Femmes Hommes Femmes Hommes Femmes
France métropolitaine 100 100 100 100 100 100
Alsace 114 112 87 92 118 114
Lecture : si l’Alsace avait la même structure par âge que la France métropolitaine, pour 100 décès de femmes âgées de 60 ans et plus de France
métropolitaine, on en observerait 114 en Alsace.
Évolution des taux de mortalité
9,5

9,0
8,5
8,0
7,5
Années7,0
1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005
Alsace France métropolitaine
Lecture : en 2005, 7,6 décès ont été enregistrés pour 1 000 habitants en Alsace.
Les Femmes en Alsace73
Source : Insee, état-civil
Sources : Insee, état-civil, recensements
et estimations de population
Source : Inserm, CépiDC
Source : Insee, état-civil,
enquêtes annuelles de
recensement 2004 et 2005Santé et Maternité
2. Offre de soins pour la mère et l'enfant
Le dispositif de soins concernant la grossesse et le suivi de
l’enfant, s’articule autour de la médecine hospitalière, de la mé-
Définitions : decine libérale et de la protection maternelle et infantile (PMI).
- En matière d’hospitalisation, il existe 2 L’offre hospitalière des activités d’obstétrique et de néonato-
sortes d’offres : l’hospitalisation partielle
logie est organisée en trois niveaux de soins afin de garantir la(hospitalisation à la journée ou médecine
ambulatoire) évaluée en nombre de places sécurité de la mère et de l’enfant. La région compte 18 materni-
et l’hospitalisation complète évaluée en tés dont 8 disposent d’une unité de néonatologie permettant la
nombre de lits.
prise en charge des nouveau-nés à risque, ou dont l’état néces-
- La Protection Maternelle et infan- site des soins spécialisés. Deux établissements, localisés à
tile (PMI) : c'est un service géré par le Strasbourg et à Mulhouse, sont également dotés d’un serviceConseil général. Il organise des consulta-
de réanimation néonatale.tions et un ensemble d’actions destinées
à assurer la protection des femmes en-
L’offre néonatale a évolué vers une plus grande concentration deceintes, des mères et des enfants de
moins de 6 ans. Pour assurer leurs mis- l’activité dans les unités spécialisées. Elle s’appuie sur une organi-
sions, les services de PMI sont dotés d’é-
sation en réseau, du suivi et du dépistage des situations à risques,quipes pluridisciplinaires qui compren-
nent notamment des sages-femmes, des permettant des orientations précoces adéquates. En particulier,
puéricultrices et des infirmiers assurant près de 80 % des grands prématurés naissent dans les deux ma-
la fonction de puéricultrice.
ternités disposant d’une activité de réanimation néonatale.
- Équivalent temps plein (ETP) : nombre
Les taux d’équipement de la région pour l’accueil des femmestotal d'heures travaillées divisé par la
moyenne annuelle des heures travaillées et pour la prise en charge des nouveau-nés en difficulté sont
dans des emplois à plein temps. supérieurs aux moyennes nationales. Ainsi, en matière d’hospi-
talisation complète, la région est relativement bien équipée : il y
a 2,1 lits de gynécologie-obstétrique pour 1 000 femmes âgées
de 15 à 44 ans contre 1,8 en moyenne métropolitaine.
Aux côtés des sages-femmes, les gynécologues obstétriciens,
les anesthésistes réanimateurs et les pédiatres sont les méde-
cins impliqués dans le domaine de la périnatalité. À l’exception
des pédiatres, les densités régionales de ces professionnels
sont égales ou supérieures aux taux nationaux. En particulier,
la densité des gynécologues obstétriciens est la plus élevée
des régions : on en dénombre 5,5 pour 10 000 femmes âgées
Voir aussi :
de 15 à 44 ans, contre 4,1 en France métropolitaine. En comp-
tant les gynécologues médicaux, très peu nombreux en Alsace,- "Diagnostic sur l’état de santé de la po-
pulation alsacienne", Observatoire régio- l’offre gynécologique globale se situe à la moyenne.
nal de la santé d’Alsace (ORSAL), juillet
2005. En revanche, l’Alsace est relativement moins bien dotée pour
assurer le suivi de l’enfant : on compte 5,2 pédiatres pour 10 000- "Les établissements de santé - un pana-
enfants de moins de 15 ans, contre 6 en moyenne nationale. Deroma pour l'année 2004", DREES, 2004.
plus, ils sont très inégalement répartis sur le territoire régional.
En 2003, les centres de PMI alsaciens employaient 16 person-
nes en ETP de sages-femmes, et 110 de puéricultrices et d’infir-
miers faisant fonction de puéricultrice. Cela correspond à une
sage-femme pour 1 400 femmes enceintes et une puéricultrice
(ou infirmier) pour 200 nouveau-nés. Sur l’ensemble de la Mé-
tropole, l’offre des services de PMI, en ce qui concerne les sa-
ges-femmes, est plus importante, avec une sage-femme pour
1 137 femmes enceintes. En revanche, le nombre de personnes
exerçant en tant que puéricultrice est légèrement moins impor-
tant (une pour 212 nouveau-nés).
Les Femmes en Alsace 74Capacité d’accueil et activité en gynécologie obstétrique en 2005
Alsace France métropolitaine
Nombre de lits en hospitalisation complète 801 22 095
dont secteur public hospitalier (en %) 0,7 0,7
Taux d’équipement pour 1 000 femmes de 15 à 44 ans 2,1 1,8
Nombre total des accouchements réalisés 22 355 775 000
Part des accouchements hors césarienne avec péridurale (en %) 56,0 66,3
Part des accouchements avec césarienne (en %) 19,2 19,6
Prise en charge spécialisée des nouveau-nés en 2005
Alsace France métropolitaine
Nombre de places de néonatologie 117 3 377
dont places de soins intensifs 34 954
Nombre de places de réanimation néonatale 21 658
Taux d’équipement global pour 1 000 naissances 6,1 5,3
Professions d’aide à la naissance et de suivi médical des enfants en 2005
Nombre de professionnels Alsace France métropolitaine
Sages-femmes 621 16 995
1
Densité de sages-femmes 16,3 13,8
Anesthésistes réanimateurs 325 10 401
1
Densité d'anesthésistes réanimateurs 8,5 8,5
Gynécologues obstétriciens 210 5 074
1Densité de gynécologues obstétriciens 5,5 4,1
Ensemble des gynécologues médicaux et obstétriciens 226 7 201
1
Densité de l'ensemble des gynécologues 5,9 5,9
Pédiatres 175 6 744
Densité (pour 10 000 enfants de moins de 15 ans) 5,2 6,0
1 pour 10 000 femmes de 15 à 44 ans
Personnels des services de PMI en 2003
1Alsace France métropolitaine
Nombre d’ETP sages-femmes 15 670
2
Nombre de femmes enceintes par ETP de sage-femme 1 402 1 137
Nombre d’ETP puéricultrices et infirmiers 110 3 600
2
Nombre de nouveau-nés par ETP de puéricultrice ou infirmier 198 212
1 année 2002
2 le nombre de femmes enceintes et de nouveau-nés est estimé à partir des naissances de 2002
Les Femmes en Alsace75
Sources : DRASS,
DREES, SAE 2005
Sources : Insee, ELP 2005,
DRASS, DREES, ADELI
Sources : DRASS, DREES,
SAE 2005
Sources : Insee,
PMI 67, PMI 68,
DREESSanté et Maternité
3. Autour de l'accouchement
En 2005, 22 355 accouchements ont eu lieu en Alsace. Sur
les 18 maternités alsaciennes, 4 concentrent 45 % des accou-
Définitions : chements et chacune réalise plus de 2 000 accouchements par
an. La quasi-totalité des patientes alsaciennes résident à moins- Mortinatalité : elle correspond aux en-
fants mort-nés. d’une heure d’une maternité.
- Taux de mortalité néonatale précoce : Les femmes qui ont accouché en 2005 sont plus âgées qu’il y
nombre de décès d’enfants de moins de 7 a quelques années. En Alsace, l’âge moyen à la maternité at-
jours rapporté au nombre de naissances
teint 30 ans en 2005.Et les Alsaciennes ont plus souvent un en-vivantes.
fant après 40 ans : 3,4 % des femmes ayant accouché en 2005
- Taux de mortalité néonatale : nombre
avaient plus de 40 ans, contre 2,2 % en 1994.de décès d’enfants de moins de 28 jours
rapporté au nombre de naissances vivan- L’augmentation du nombre de naissances tardives a des inciden-
tes.
ces en matière de risques encourus par l’enfant et la mère : risques
- Taux de mortalité post néonatale : de prématurité ou de complications pendant l’accouchement s’en
nombre de décès d’enfants de 28 jours à
trouvent accrus.un an rapporté au nombre de naissances
vivantes. En Alsace, 56 % des femmes accouchant par voie basse ont
bénéficié d’une péridurale en 2005, soit moins qu’en moyenne- Mortalité infantile : c'est l'ensemble de
la mortalité néonatale (décès d'enfants de nationale (66 %). Cette pratique suppose l’intervention d’un
moins de 28 jours) et post néonatale (dé-
anesthésiste et les conditions de présence de ces spécialistescès d'enfants de 28 jours à 1an).
dans les maternités peuvent être variables d’un établissement à
- Taux de mortalité infantile : nombre de l’autre. La progression de la part des péridurales a été très forte
décès d'enfants de moins de 1 an rappor-
depuis une vingtaine d’années, mais s’est beaucoup ralentie.té au nombre de naissances vivantes.
En constante augmentation, le taux de césariennes est passé- Taux de césariennes : nombre d'accou-
chements réalisés par césarienne rappor- en Alsace de 14 % des accouchements en 1995 à près de 20 %
té au nombre total d'accouchements. en 2005. Le recours à la césarienne augmente du fait de l'a-
vancée en âge des femmes à la maternité mais aussi à cause
de l’évolution des capacités de diagnostic et des antécédents
de césarienne plus fréquents. Ce sont bien, à la fois l’existence
d’un danger pour l’enfant et les caractéristiques de la partu-
riente qui déterminent la propension à réaliser une césarienne.
Les disparités importantes entre les maternités témoignent des
Voir aussi :
degrés de spécialisation dans la prise en charge des grosses-
ses à risques.-"Diagnosticsurl’étatdesantédelapopu-
lation alsacienne", Plan régional de santé
En France, un couple sur six serait atteint d’infertilité. Une despublique, ORSAL, juillet 2005.
techniques utilisées pour le traitement des stérilités est la fé-
- Score santé, Base de données de la Fé-
condation in vitro (FIV). En 2003, elle a permis la naissance dedération nationale des observatoires ré-
plus de 300 bébés dans la région.gionaux de santé, Internet www.fnors.org.
Entre 2002 et 2004, 158 bébés alsaciens ont été déclarés- "Disparités sociales et surveillance de
grossesse", DREES, Études et résultats, mort-nés en moyenne par an. Rapporté au nombre de naissan-
n°552, janvier 2007.
ces vivantes, le taux de mortinalité s’établit à 7,2 ‰ en Alsace,
- "Enquête nationale périnatale 2003", taux inférieur au niveau métropolitain (8,7 ‰). Chaque année
Ministère de l’Emploi et de la Solidarité. sur cette période, 59 bébés sont décédés au cours de leur pre-
mière semaine de vie. Le taux de mortalité néonatale précoce- "Le réseau des maternités entre 1996 et
2000", DREES, Études et résultats, n°225, s’établit ainsi à un niveau supérieur à la moyenne : 2,7 ‰ contre
mars 2003. 1,8 ‰. Ce taux est resté stable depuis les années 1990. En re-
vanche, la mortalité infantile (décès à moins de un an) ne cesse de
diminuer.
Les Femmes en Alsace 76Mortalité des enfants de moins de un an en 2003*
5,0

4,5
4,0
3,5
3,0
2,5
2,0
1,5
1,0
0,5
0,0
Taux de mortalité Taux de mortalité Taux de mortalité Taux de mortalité
néonatale précoce néonatale post néonatale infantile
(décès avant 7 jours) (décès avant 28 jours) (décès entre (décès avant un an)
28 jours et un an)
* taux moyen sur 2002, 2003 et 2004
Alsace France métropolitaine
Nombre d'accouchements dans les maternités en Alsace en 2005
Wissembourg
Haguenau
Saverne
Schiltigheim
Strasbourg
2 870
Obernai
960
SecteursSélestatLorraine
Public
Colmar
Privé
Thann
Mulhouse
Franche- Altkirch St-Louis
Comté
Les Femmes en Alsace77
© IGN - Insee
Sources : DRASS, DREES, SAE 2005
Source : Insee, état civilSanté et Maternité
4. Interruption de grossesse
Depuis sa légalisation en 1975, le nombre d’interruptions de
Définitions : grossesse a progressé. De l’ordre de 4 300 par an au début des
années quatre vingt dix en Alsace, il se situe à 5 000 en 2005,
- Interruption volontaire de grossesse
dont 175 sont des interruptions thérapeutiques de grossesse(IVG) : à la demande d’une femme en-
ceinte, l’IVG est pratiquée par un méde- (ITG) décidées suite à un diagnostic médical. Cette augmenta-
cin dans un établissement public ou pri- tion s’explique en partie par la prise en compte des ITG dans le
vé. En France, depuis la loi de juillet
comptage et par l’évolution de la législation intervenue en 2001,2001, elle doit être pratiquée avant la fin
de la douzième semaine de grossesse. portant le délai maximal de recours autorisé de 10 à 12 semai-
Son remboursement est pris en charge
nes de grossesse.par la sécurité sociale.
Depuis 1987, les établissements hospitaliers ont développé la
- L’interruption médicale de grossesse
(IMG) ou interruption thérapeutique de pratique de l’interruption volontaire de grossesse médicamen-
grossesse (ITG), peut être indiquée teuse, permise jusqu’à 7 semaines d’aménorrhée. D’abord très
lorsque la grossesse met gravement en
marginal, ce mode opératoire a été utilisé, en moyenne natio-danger la vie de la mère ou lorsque le
fœtus est atteint d’une maladie grave in- nale, dans 43 % des cas en 2005. En Alsace, sous l’impulsion du
curableaumomentdudiagnostic.Elleest collège des gynécologues obstétriciens, cette pratique a aug-
possible en France à tout moment de la
menté beaucoup plus vite et concerne désormais 80 % des ac-grossesse.
tes pratiqués, soit le taux le plus élevé des régions. Cette généra-
- Taux de recours à l’IVG pour 1 000 lisation suppose une capacité de prise en charge précoce desfemmes:c’estlerapportentrelenombre
femmes, et des délais d’attente réduits. Depuis 2004, les IVGd’IVG pratiqués et le nombre de femmes
en âge de procréer (de 15 à 49 ans). médicamenteuses peuvent être réalisées en médecine de ville,
par un praticien ayant passé une convention avec un hôpital.- CH : centre hospitalier
Cette possibilité s’instaure lentement, mais près de cinquante- CHU : centre universitaire
- CMCO : centre médico-chirurgical et obs- femmes ont bénéficié de cette option en Alsace en 2005.
tétrical.
Une dizaine d’établissements hospitaliers pratiquent des IVG
dans la région Alsace, mais le CHU de Strasbourg et le CH de
Mulhouse concentrent à eux seuls 55 % des prises en charge.
Et ce taux atteint 80 % si on ajoute le CH de Colmar et le CMCO
situé à Schiltigheim.
Le taux de recours à l’IVG pour l’ensemble des femmes de 15Voir aussi :
à 49 ans est de 11,2 ‰ en Alsace, pour une moyenne nationale
- "Pour une meilleure prévention de l'IVG de 14,2 ‰. Les fréquences sont inférieures aux taux nationaux
chez les mineures", Haut Conseil de la pour toutes les tranches d’âge. L’Alsace fait partie des régionsPopulation et de la Famille, décembre 2006.
où le recours à l’IVG par femme est modéré. À l’opposé, dans
- "Les interruptions volontaires de gros- les régions du sud-est du pays et en Île-de-France, les fréquen-
sesse en 2004", DREES, Études et résul-
ces sont nettement plus élevées, avec des taux supérieurs à 17tats, n°522, septembre 2006.
pour 1 000 femmes.
En Alsace, en 2006, un quart des interruptions de grossesse
(26 %) concerne des femmes de 20 à 24 ans. C’est dans cette
tranche d’âge que le recours à l’IVG est le plus fréquent : 22 fem-
mes sur 1 000 ont pris cette décision en 2006. Parmi les jeunes
filles mineures, 10 sur 1 000 ont eu recours à l’IVG, ce qui re-
présentent 6,7 % de l’ensemble des IVG. Avant 20 ans, 63 %
des grossesses sont interrompues, mais ce taux baisse rapide-
ment avec l’âge des femmes. Il n’est plus que de 28 % entre 20 et
24 ans et de 12 % entre 30 et 35 ans, âge où les grossesses
sont le plus souvent acceptées et menées à l’accouchement.
Les Femmes en Alsace 78Interruptions de grossesse et taux de recours à l’IVG en 2005
FranceAlsace
métropolitaine
Les interruptions de grossesse
Nombre d’interruptions volontaires de grossesse (IVG) réalisées dans les établissements de soins 4 831 196 540
79 43dont IVG réalisées par voie médicamenteuse (en %)
Nombre d’interruptions thérapeutiques de grossesse (ITG) 175 9 328
Ensemble IVG et ITG 5 006 205 868
Recours à l’IVG
Taux global de recours pour 1 000 femmes de 15 à 49 ans 11 14
Interruptions de grossesse (IVG et ITG) pour 100 naissances (en %) 18 21
Nombre d'interruptions de grossesse (IVG et ITG) pour 1 000 femmes selon l'âge
30

25
20
15
10
5
Âge
0
15-17 18-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49
Alsace (situation 2006) France métropolitaine (situation 2004)
Moyenne France métropolitaine : 14
Moyenne Alsace : 11
Nombre d'interruptions de grossesse (IVG et ITG) pour 100 naissances selon l'âge
70
%
60
50
40
30
20
10
Âge
0
<20 20 - 24 25 - 29 30 - 34 35 - 39 40 ans et plus
Alsace (situation 2006) France métropolitaine (situation 2004)
Les Femmes en Alsace79
Sources : Insee, DRASS, DHOS-DREES, PMSI-MCO, SAE
Sources : Insee, DRASS, DHOS-DREES, PMSI-MCO, SAE
Sources : Insee, DRASS, DREES, SAE 2005Santé et Maternité
5. Décès liés aux cancers
et aux maladies cardio-vasculaires
En 2002, 14 088 personnes sont décédées en Alsace, dont
Définitions : 7 125 femmes et 6 963 hommes. Les maladies cardio-vascu-
laires et les cancers sont responsables de près de 60 % des
- Taux comparatif de mortalité : c’est le
décès de la région, contre 57 % en moyenne nationale.taux que l’on observerait dans la région,
si celle-ci avait la même structure par âge Les maladies cardio-vasculaires sont la principale cause deque la population de la France métropoli-
taine. Il permet de comparer les régions décès chez les femmes en Alsace, comme en Métropole. Avec
en éliminant les effets de la structure par 2 464 décès, elles sont responsables du tiers des décès fémi-
âge. Il s’exprime en nombre de décès enins en Alsace. Ces maladies constituent la 2 cause de mortali-pour 100 000 habitants.
té chez les hommes avec 1 959 décès, soit 28 % des décès
- Dans la classification internationale masculins. L’Alsace est une des régions de France où la morta-
des maladies, les "tumeurs" compren-
lité liée à ces maladies est la plus élevée. En 2001, le taux com-nent les tumeurs malignes, les tumeurs
bénignes, les carcinomes in situ, les tu- paratif de mortalité causée par ces maladies s’élevait à 235 dé-
meurs à évolution imprévisible et les tu-
cès pour 100 000 femmes contre 193 en moyenne métropoli-meurs de nature non précisée. Les can-
cers correspondent aux tumeurs malignes. taine. Le surpoids, le diabète et l’hypertension, fréquents dans
la région, sont des facteurs défavorables. Mais dans l’en-
- Pourcentage de décès prématurés :
semble, les taux comparatifs liés à ces maladies diminuent, etc’est la part des survenus avant
65 ans parmi l’ensemble des décès. ce, de façon plus importante dans la région.
La mortalité par maladies cardio-vasculaires survient à des
âges élevés. Pour l’ensemble des femmes françaises, 58 % des
décès ont lieu après 85 ans. En Alsace, la mortalité y est un peu
plus précoce, ce pourcentage n’étant que de 53 %.
En Alsace comme dans les autres régions, le cancer est la prin-
e
cipale cause de décès chez les hommes et la 2 chez les fem-
mes. En 2002, 1 596 femmes et 2 335 hommes en sont décé-
dés dans la région. Il y est particulièrement mortel puisque les
taux comparatifs de mortalité sont parmi les plus élevés de
France. En effet, ils s’élèvent à 161 pour les femmes et 355 pour
les hommes, contre respectivement 152 et 331 en moyenne
métropolitaine.Voir aussi :
Chez les femmes, les deux premières localisations cancéreu-
- "Plan régional de santé publique -
ses sont le sein et le côlon-rectum. Elles sont à l’origine du tiersDiagnostic sur l’état de santé de la po-
pulation alsacienne", Observatoire ré- des décès par cancer chez les femmes en Alsace. Viennent en-
gional de la santé d’Alsace (ORSAL), suite les tumeurs de la trachée, des bronches et du poumon. Si
juillet 2005.
depuis 10 ans, le taux de décès pour les deux premières locali-
- "Les maladies cardio-vasculaires dans sations recule, le taux de décès par cancer de trachée-bron-
les régions de France", Fédération natio-
ches-poumon ne cesse de progresser dans la région, classantnale des observatoires régionaux de la
santé (FNORS), 2006. l’Alsace parmi les régions où il est le plus important. Chez les
hommes, les tumeurs de la trachée, des bronches, du poumon,
- "Le cancer dans les régions de France",
du côlon-rectum et de la prostate sont les plus fréquentes.Fédération nationale des observatoires
régionaux de la santé (FNORS), 2006.
Les décès par cancers sont précoces : le quart des décès liés
à cette cause surviennent avant 65 ans pour les femmes, et le
tiers pour les hommes. Ainsi, les cancers jouent un rôle prépon-
dérant dans la mortalité prématurée : ils sont responsables de
44 % des décès féminins et de 37 % des décès masculins qui
se produisent avant l’âge de 65 ans.
Les Femmes en Alsace 80