//img.uscri.be/pth/a7ffd844ee01fed47c8e4f807959504a5de55bac
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Evolution de l'utilisation des contraceptifs oraux en France

De
12 pages

Evolution de l’utilisation en France des Contraceptifs Oraux Combinés (COC) et autres contraceptifs de décembre 2012 à mars 2013

Publié par :
Ajouté le : 28 juin 2013
Lecture(s) : 43
Signaler un abus

30 mai 2013 1 E ovulitnod e’lilutatisn io Fencnared eoC sartnifs ceptx CoOrausé( bmnie tOC)C cestrauepactron ed sfiterbmecédvair l022 10 2 àroductio13 Int el rdac nsnaDla pd’n dee on sel sus rno scaits orptifracecontOC( sénibmoc xualiub pSMANl’, C) selvuonelleod srée liguemèrt entuoi ned srptaqinnées sur l’évoloitasiliOC sed néelis ueutl’à s p érorsitn séced FraC en Tnce.isilioatr suutl’il s xuetatéed s de leurvolution Ctel é’ ned sOCe lésliub pté étno noitasilitu 13 ps 20 mar 2610,3re2 véir52f r sut ene it sletenretnigA’l ed le 2uis ril 9 avr se0231vimeeptcselia lrtpa “ielovEoitued nu’l ence. Le présetnr paoptra tcauitavresbo’d edoi cur suendte éonseC nod asititil pér uneavecOC eD .na s lir3102plomenémysal ces: d eédni qomsi012 à avcembre 2eé sodnnlisi’dtucrivn déles ant noc été e setiud oesirtasius antrtcapeitsf( rpséensemble des con .htéMsedo’L ioatpan rér ongin cois eé pra étll e eiveid mrcaha pené nspeis d)sulcxe sfitavree COC a ventes doi ned s'Lvélotuui s. vi drecee el sdac etpmnad ues fond conionsylesa and seupsie dnttaetrmpes ocer el rerapmociée avecété étudimrè enau enp erler COs ysalsue nég taréot Csetud eitnobmerédec2 à 201l 20avrir rap 31à troppamemêa ldeioér pru sua xOC Ced1 ère et 2ème généitare noed tmè3 ete èm 4gée ranété tnemelagé a nioptcerantcoe dug étsni sidvanoous e. Nudiéé ét’L lovénedé .ete néécpre danl’ someysnsea tuer vente dution desipois dra tfstiuorger xsel tnapux vnneaaux,aginmrqisnedtea eu sfstira o suxlseu ici selgorpatsestatifs non orau ,el ssertpooregtaesf tin riogprtneme » ém «acids, dispo implanttnaru-étisitsfi ou cnglos lu pausel euq slet ,srntras cos le puise ,uartfi sectpd nod seénnod sevee esntes don csnl eacrd eedc ette actualisatid « erviitisopsicadiméf Da ».l psso tid snitifiutértra-u cuin asr e’n a,sl aoCnsidéréet été coesiano sf snçnar r21ioégioég; n rar sep udtic no été ontiresentamélpmoc sesylanas de, fstiepactrrécaution car ilalp ul srgnaedp erntétpr aésc veod xnevitê ti erats sultonaurégiutedeté sér .eLe ptom cet cnsda ertê upne esirpés de dedisparite ted sonimuqsee d dlasiinue qacida eltisném ééchae l'on dcisip ér eedercnfiéfen dlae dndpedé iuq egannollitn socpmetd sed fis ne tiennent parutc'd e egâl edreféesnce drustser erl sn ,géoipulaa po enttioncos secnocé xuairseu ldereféif deénnoc seL .od sie vennnecllesténaled e t’dnup icines r3004 offd sevitatnesérpees dlembseenl’e arçnsef cinio ffmettranss, taisetésiop patulnnioelleT .etuoel ss données de venet sxelpioétsed rles an srtpoapussi tnod sed sees donné soce laC leéiétra1mithpesirdamadoeb hestnev ed seénnod Les1. our+en juq eanim eydinrè d),dée exs usclvresfita sfiérp(ntraceptutres coted sea d eOC Ced ,ruoj002 siup frseusir pas oiv ne sedp ulet,sleurant nnées doartxélopd seam ereedéesspus eisloeltceé sostnr 7. Les données cna tsstiénecfi sratinistadmiune eugnitsid tuep nptcerantcos ler neusle/ a hctam riel tel trimesterèirac r nolugépas unr téacsérinfroé cos à ntéesed ecllnaén e’l 2rembceavà 2 013102 lirté tno , (décembre 2011-vair l0221.) O pre édécteenur s al emêmrép edoi conptifré esidéd uuterarecoctnom mdue coùt ennet ed ttpmoc ri plusieurs mois/evtnê rt eoptrséstju ser lurnaa énna .senifAa’d slq eeteullnotcon pratinistadmiuep iuq stnalpmis le, IU Des lueganiua,xnnaexuv s COC, as que le tna enuecéntiss cetx euat ps chg noituld elabolteen vesou tdes soc selectptnar Ainifs.une si, p aloiréé edidut aéeté éév dopelépa if nedp uoovir étudier l’évou antdaonspreord siom ed erbmonion ceptntrae cona tuorvsuc evdnéta acé uieli -cal srép étehnad sidérée,iode conacetruc u nniid capeitno . s oi m 5tron cdemoc erbmruop etphetéU acdéce en m ioedxu nID,su p et ruo srapmoce té mens teheacp aluqtetî eed3 , une boois moisrt ruop aretpmocr ienvjan eéeeta hcC CO sedteetlaqu 3 pe deboîtolacilasitnoe tla zone de chalaaffaseriel ,pyt dee en vs,tea ls rten,séis tafie chur le d'iffr eriotaéifitarts00 3deé cifiof4 itué d’uM, constliol nla ncéahtns/atocstesntch/aITLERAHP )skC edpane le SO®,Xpr-( evérlepm s lete desnéon D 1 ed seussi etnevrap rts etaté acaé ullcavé lecdnsi.eL eatxud 'échantillonnageyeN ed eyeN( nam93 1n,ma . 4)rotia'gl'dlamh etionlocaimal opt


1. Données de ventes de COC

a. Ventes de COC de 3
ème
et 4
ème
génération


France entière

De décembre 2012 à avril 2013, les ventes totales de COC de 3
ème
et 4
ème
génération ont diminué de 26%

comparativement à celles reportées sur la période décembre 2011-avril 2012 (figure 1).

Cette diminution ne cesse de s’accentuer comme le montre la figure 1, il a été observé une baisse de 44%
des ventes de COC 3
ème
et 4
ème
génération pour le mois d’avril 2013 par rapport à celles reportées en avril
2012.
600
Comparatif hebdomadaire dec 2011- avr 2012
vs
dec 2012- avr 2013
Données Celtipharm
500
2011/12

400

300

2012/13

200
27-nov. 11-déc. 25-déc. 08-janv. 22-janv. 05-f évr. 19-f évr. 04-mars 18-mars 01-avr. 15-avr. 29-avr.

Figure 1 :
Ventes de COC de 3
ème
et 4
ème
génération


Données par région

La Figure 2 met en évidence une diminution des ventes de COC de 3
ème
et 4
ème
génération dans toutes les
régions sur la période considérélea pdairm rianputpioornt àd ecse llvees ndtee sl’ adnen éCe OprCécéden
è
te (edté c4e
èm
m
e
brgeé nà éarvartiilo).n est
Une homogénéité relative de de 3
me
aussi
observée.

Les diminutions les plus importantes (34 et 31%) ont été observées en Lorraine et en Ile de France
respectivement et les moins importantes dans le Languedoc-Roussillon et l’Alsace (-19 et -22%
respectivement).

3 0 mai 2013 2
Ventes dure 3 : 1 rè ete eOC CedgiF ontiranégée èm 22011/12

2012/13

Comparatif hebdomadaire dec 2011- avr 2012
vs
dec 2012- avr 2013
Données Celtipharm

Figure 2
:

Evolution des ventes de COC de 3
ème
et 4
ème
génération, par région.


b. Ventes de COC de 1
ère
et 2
ème
génération


France entière

Depuis décembre 2012, les ventes de ces contraceptifs augmentent avec une hausse globale de 18% sur
les 5 mois considérés par rapport à la même période de l’année précédente (figure 3).

Les ventes de COC de 1
ère
et 2
ème
génération ont continué d’augmenter ; en mars et avril 2013, les
hausses étaient respectivement de 22 et 28% en comparaison à celles rapportées en mars et avril 2012.

800
700

600

500

400

81m-ra0s-1va.r51-avr.29-avr.-22.vnaj-50.rvéf9-.1vrfé4-.0rsmavnaj-80.céd-52.cdé1-.1ov-n270030 33102 iam3
1320 03 iam tel15%)que les nertelC seP ,el mnsoi ms éequareiréfni(+ à seruC de 1ère et 2èm eégénaritnol se aesmeugatntnsio ed tnevd seOC er gél se e,4girunt lorta repionsmmoC noitarén flae tron mlee tOC Cedaritnoe 4ème gé 3ème et COC1 edne s erte èmnégée èr 2etd edutE oitar seioég rarc. n.néréemg ,np taoie 1èOC dt 2ère esed nev setC ed 4re E :luvoontiiFuged erdro’l ed( 25.e urig(f) 0% 6 )a .4







Données par région

Les évolutions de ventes de COC de 1ère et 2ème génération décrites par région sont représentées dans
la Figure 4.

Quelle que soit la région considérée, les ventes de COC de 1
ère
et 2
ème
génération ont augmenté sur la
période étudiée en comparaison à la même période l’année précédente (décembre 2012-avril 2013 vs
décembre 2011avril 2012). Néanmoins, l’étude réalisée au niveau régional met en évidence quelques
disparités. L’augmentation varie de 11% dans la région Centre à 27% reportée dans le Languedoc-
Roussillon.

COd eè3eme tè4 aux ventes de C tnaecéderbm102 gmeérénioatavn g néè2emoi nréta de COC et 1èrerap setntroppar uspls letaormp iprésentales qui ostnc leeratng entvedee nsioe dorp troptneisel Haue etBass la ri,e aoLedL ya s Blae ornc eenbi uo eidnamroN et
5.b : avril 2013
65
72
73
77
60
79 68 75 71
77 73
77 77
73 67
55
72
6969
69
69
50
69 68
68


5.a : avril 2012



55

57

60
6352
45 58
60 59
62 62
56 52


54

5049

50


48

49 47
47




45


Figure 5
:

Proportion de ventes de COC de 1
ère
et 2
ème
génération par rapport aux ventes de COC toutes
générations confondues en avril 2012 et avril 2013, par région.



Ces régions avaient donc une moindre marge potentielle d’évolution. Actuellement, il est à no
è
t
r
er eqtue2
è
c
m
e
e

gsoénnté rtaotiuojon uprsa r creasp proérgt ioanusx vqeuin tepsr édseentent la p3l
è
u
m
s
e
fort4e
è

m
p
e
rgoépnorétrioatni odn ea vveecn tdees s drea tioCsO sCu pdéer ie1ur
e
s à 75%/
COC de et
25% (79/21% dans la Basse-Normandie, figure 5.b).

ans les ons de ventes de
LCeOs Ca udge m1e
èr
n
e
t aetti o2n
è
s
m

e
l egs épnléursa itimopn orptaarn treasp poonrtt éatué x ovbesnetrevsé edse dCOC der é3g
è
i
me
et o4ù
è
l
m
a
e
pgréonpéorrtaitoionn était la plus
faible (figure 5.a: Sud, Sud-Ouest, Ile de France). Dans ces régions, les ratios actuels sont de l’ordre de
69%/31% (figure 5.b).

Sur le plan national le ratio de ventes de COC de 1
ère
et 2
ème
générations par rapport aux ventes de COC
de 3
ème
et 4
ème
générations reporté en avril 2013 était de 71%/29% alors qu’il était de 52%/48% un an
auparavant sur la période.


d. Ventes de COC, toutes générations confondues


France entière


Comme le montre la figure 6, il a été observé une diminution de la vente de COC, toutes générations
confondues estimée à 2.8% sur la période décembre 2012-avril 2013 comparativement à la période
décembre 2011-avril 2012.

3 0m ai2 031 5

80
78
76
74
72
70
68

66

Figurs, par région 2012/13

1200
1100
1000

Comparatif hebdomadaire dec 2011- avr 2012
vs
dec 2012- avr 2013
Données Celtipharm
2011/12

700

900
800

600
27-nov. 11-déc. 25-déc. 08-janv. 22-janv. 05-f évr. 19-f évr. 04-mars 18-mars 01-avr. 15-avr. 29-avr.

Figure 6 :
Ventes de COC, toutes générations confondues



Données par région


Le Figure 7 montre que 20 régions sur 21 reportaient une diminution; la baisse a été observée en Lorraine
et la baisse minimale a été observée en Basse-Normandie.
Le Languedoc-Roussillon montre une augmentation de 3.3 % de vente de COC toutes générations
confondues sur la période considérée. Alors que la diminution de la vente de COC toutes générations
confondues s’est amorcée dans les autres régions dès les mois de décembre 2012 ou janvier 2013, celle-
ci a débuté en mars 2013 dans cette région.

utto, OCérén gesc snoitaeudnofno: Eve 7 ion olut aevedl edC tn e630 mai 2013


2.
Données de ventes des autres contraceptifs (progestatifs oraux et contraception
non orale)



a. Contraceptifs oraux progestatifs seuls

Les ventes de progestatifs seuls ont peu évolué : une augmentation globale de 1.9% des ventes sur la
période décembre 2012-avril 2013 a été observée par rapport à la période décembre 2011-avril 2012.


b. Contraceptifs estroprogestatifs non oraux


France entière

Les anneaux vaginaux représentent les 2/3 des ventes de contraceptifs estroprogestatifs non administrés
par voie orale.

35
30

25

20

Comparatif hebdomadaire dec 2011- avr 2012
vs
dec 2012- avr 2013
Données Celtipharm

2011/12

2012/13

15
27-nov. 11-déc. 25-déc. 08-janv. 22-janv. 05-f évr. 19-f évr. 04-mars 18-mars 01-avr. 15-avr. 29-avr.

Figure 8
: Ventes de contraceptifs estroprogestatifs non administrés par voie orale


Sur la période étudiée, les ventes d’estroprogestatifs non oraux (dispositifs transdermiques et anneaux
vaginaux) ont diminué globalement de 10%, comparativement à la même période en 2011-2012.

3 0 mai 2013 7
ance entière Dem décila» rFcedéremb01 2 u2,siup el siom ed posi dis inttifscimam dé »tene tdi« e vrifitosspirétu-ariuc ua nreév etéabelo sbusse gloe. La haé edidutp aloiré% 23r sut ai +desea sed evtned sion ntatugmene aécroma tse’s sfiptcerantcos reutifpt: s ntcoceraid ,sopslpmistnatra-utéritifs intstafi« nip oreger sA tu .c. 30 2013mai ale, par



Données par région

Les données de ventes de contraceptifs estroprogestatifs non administrés par voie orale par région sont
représentées dans la Figure 9. Il est à noter une diminution de la vente de ce type de contraceptifs dans
20 régions françaises sur les 21 étudiées, comprise entre -19% (Bretagne) et -3% (Languedoc-
Roussillon). La région Rhône-Alpes présente une très faible augmentation de 2% de la vente de ce type
de contraceptifs.

4de d0% pnts luleutemelnepuca t qui occ cuivre)( ID Uuaseatitsfdee ntvea L».s fitisopsid sertu « aorieatégte cc te sedneetsev gua tnemed é%41 ealimt anpl atsaru-étir nohmrno dispositifs intetnedécé8

.l’à t orpre néanéi etéduarppap r la surode périvimene tocpmrataes de laaux venterbm102 ( eéecéd20l ) 13 2 riAv01.)ru ef(gitn enotet à l es Ied edoirép emêm decéré péenn’a lortante, de l’orrd eed4 %1 ,occnqur l’e gmautaennoit al sulppmi térira-uon ins nngsépmérrpgod ea lneerdee ntveisopsid tni sfit
30
25

20

15

10

Comparatif hebdomadaire sept 2011- mar 2012
vs
sept 2012- mar 2013
Données Celtipharm

2012/13

2011/12

31-août 14-sept. 28-sept. 12-oct. 26-oct. 08-nov. 22-nov. 06-déc. 20-déc. 03-janv. 17-janv. 31-janv. 14-f évr. 28-f évr. 13-mars 28-mars



Figure 10 :
Ventes des contraceptifs autres : DIU progestatif, DIU au cuivre et implants




Données par région

Les données de ventes de ces contraceptifs par région sont représentées dans la Figure 11. Le recours à
cette catégorie de contraceptifs a augmenté dans toutes les régions françaises avec une hausse minimale
de 10% en Lorraine et maximale de 36% dans le Languedoc-Roussillon sur la période étudiée
comparativement à l’année précédente.

L’augmentation de DIU progestatifs et d’implants est assez faible (inférieure à 5%) en Bretagne, Haute-
Normandie et Champagne-Ardenne et est supérieure à 20% en Alsace, Provence-Alpes-Côte d’Azur et
dans le Languedoc-Roussillon.

L’augmentation plus importante des ventes de DIU au cuivre (non hormonal) varie entre 26%, 27% en
Champagne-Ardenne, Franche-Comté et plus de 50% dans le Languedoc-Roussillon et en Rhône-Alpes.
La Bretagne et la Haute-Normandie qui reportait une augmentation inférieure à 5% pour les DIU
hormonaux et implants présentent une augmentation supérieure à 33% pour les DIU au cuivre.

3 0 mai 2031 9

3 31F am 002 ipt er éd càoamlprloe st aarnpsp reeé esioldanin nseiemtieoddve o u t.d2e1s0 2c-o1s1 0l2e sn tpeca10

r t n u o s ( s f is l’hypothèse qu eIDNA E53é attiti usélini ialtineme à t %08mmocnét ruateo iceodipf )r,éc erpatlirdei m2lc e mabn o(ed éudniiéte )d3é1e0i2m sltitrevean- v2e1s0l alb oàlrgt psoda pt srea rs eper é-o3i.e2d%l s uarê mleam pp rrééociéeddeén tu’taindneéée( pcdeédmé rmeamcbi0S1 .2eàe c2 iiirsvpar0n2 le t) 3e1n tr aeps3 ENAID metrof 5i-nt’a lueiqnéactnar eocfij ectputilent commisé .210seL nev setquusdée mbce 2reabsiésd e14 %usde Diane 35 ont e ntdecéré péenna’l edoirép emêm. I012)il 2 avr11 e02merbd(cética donmoe fidietonnu rse l à ttes pourn de venosmmtaoi ealc noe rte unmiditinud no.1 ep %1r randus, préservatisfe cxul)sr paopioptcerausndven vuoc te al tnarrt aappombreu noomsid eoctnd emon erblaboed e cdetron mdes oivélotuoiedd e’lvente gln de la ( eéiduté edoiréfoon cesyp tustoud sv neitnocapela pant ouvret cro srpséreavitsfcontraceptifs (h sett ed suo selDo. éenndes en v2 10amsré’ut,3l mbredéce2 à 201duté edo ed ,eéiur S ) ripéa l: DIU mé autres capeitsfsec norten v dte donlae ovE itulrugi11 e 3on. régipar st ,lpna tmiere ivcuu aIU D),alnomroh( tnemacid