Aline ou l’impensable du corps
20 pages
Français

Aline ou l’impensable du corps

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
20 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

00 Premières pages 3/10/06 14:42 Page 3 Aline ou l’impensable du corps Extrait de la publication 00 Premières pages 3/10/06 14:42 Page 4 COLLECTION «CLINIQUE DU TRANSFERT » dirigée par Ignacio Gárate Martínez Le transfert est au début de l’expérience psychanalytique inaugurée par Freud ; il tient dans les connexions et les substitutions qui fondent le rapport des humains à la parole. Il est, en même temps, le ressort opérant du lien entre l’analysant et l’analyste. Parler de clinique du transfert revient à donner consistance à ce devoir de témoignage que nous ont transmis Octave et Maud Mannoni, dans la stèle de Jacques Lacan. Nous savons combien la vérité du désir reste, dans les mots, énigme, qui ne peut se traduire qu’entre les lignes où le psychanalyste s’engage comme dans le réel de son acte. Tels sont l’espace et le projet de cette collection. DÉJA PARUS Ginette Michaud Essais sur la schizophrénie et le traitement des psychoses L’impossible réalité Ignacio Gárate Martínez L’expérience d’une psychanalyse Généalogies du désir à l’œuvre 00 Premières pages 3/10/06 14:42 Page 5 Arlette COSTECALDE Aline ou l’impensable du corps Une approche psychanalytique des psychoses Extrait de la publication 00 Premières pages 20/07/12 14:21 Page 6 Conception de la couverture : Anne Hébert Illustration : Sigmund Freud © Emilio Zaldivar CF - ISBN PDF : 978-2-7492-1786-4 Première édition © Éditions érès 2006 33, avenue Marcel-Dassault, 31500 Toulouse, France www.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 77
Langue Français

Exrait

Aline ou l’impensable du corps
Extrait de la publication
COLLECTION« CLINIQUE DUTRANSFERT»
dirigée par Ignacio Gárate Martínez
Le transfert est au début de l’expérience psychanalytique inaugurée par Freud ; il tient dans les connexions et les substitutions qui fondent le rapport des humains à la parole. Il est, en même temps, le ressort opérant du lien entre l’analysant et l’analyste. Parler de clinique du transfert revient à donner consistance à ce devoir de témoignage que nous ont transmis Octave et Maud Mannoni, dans la stèle de Jacques Lacan. Nous savons combien la vérité du désir reste, dans les mots, énigme, qui ne peut se traduire qu’entre les lignes où le psychanalyste s’engage comme dans le réel de son acte. Tels sont l’espace et le projet de cette collection.
DÉJA PARUS Ginette Michaud Essais sur la schizophrénie et le traitement des psychoses L’impossible réalité Ignacio Gárate Martínez L’expérience d’une psychanalyse Généalogies du désir à l’œuvre
Aline ou l’impensable du corps
Extrait de la publication
Conception de la couverture : Anne Hébert
Illustration : Sigmund Freud © Emilio Zaldivar
CF - ISBN PDF : 978-2-7492-1786-4
Première édition © Éditions érès 2006
33, avenue Marcel-Dassault, 31500 Toulouse, France
www.editions-eres.com
Aux termes du Code de la propriété intellectuelle, toute reproduction ou représentation, intégrale ou par-tielle de la présente publication, faite par quelque pr océdé que ce soit (reprographie, microfilmage, scanné-risation, numérisation…) sans le consentement de l ’auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L 335-2 et suivants du Code de la propriété intel-lectuelle. L’autorisation d’effectuer des reproductions par reprographie doit être obtenue auprès du Centre français d’exploitation du droit de copie (CFC), 20, rue des Grands-Augustins, 75006 Paris, tél. 01 44 07 47 70, fax 01 46 34 67 19.
Extrait de la publication
Pour Priscilla, ma fille et pour Ginette Michaud, sa grand-mère de divan
Pour Aline particulièrement, et pour tous mes patients qui m’ont aidée à penser l’impensable
à Inés Gárate Blanes pour son si précieux travail de correction
Extrait de la publication
TABLE DES MATIÈRES
PREMIÈRE PARTIE
ALINE OU L’IMPENSABLE DU CORPS
1. L’INSTANT DU REGARD . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Corps-enceinte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Enceinte-de mots . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Paradoxe de l’analyste . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le rêve du corps-tronc . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’enfant impensable . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le jour du dessein . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
2. LE TEMPS POUR COMPRENDRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Y aurait-il un possible ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le manque du mot pour la première fois . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Moi-idéal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La séparation d’avec le compagnon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Tout s’arrête et tout recommence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le retour en enfer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La rencontre avec le diable . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Seul le transfert permettait de tenir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’enfant-chanteur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’histoire d’Aline . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Aline et l’enfant autiste . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La filiation divine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Extrait de la publication
15 15 17 18 21 22 26
35 35 36 39 40 42 44 45 47 51 53 57 64
3. LE MOMENT DE CONCLURE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Comment avez-vous compris qu’il fallait me dire ça ? . . . . . . . . . La mort de Pécoulette . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le fils de l’amant décédé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Auxiliaire de vie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’imprimatur d’Aline . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Un jour de gratification analytique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
DEUXIÈME PARTIE UNE APPROCHE PSYCHANALYTIQUE DES PSYCHOSES
69 69 71 73 76 79 82
4. UNE APPROCHE PSYCHANALYTIQUE DES PSYCHOSES85 . . . . . . . . . . . . . . . Cent ans après Freud85 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La folie d’Antigone88 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Freud ou l’inflexible inflexion à l’expérience91 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Lacan ou le retour au sens freudien95 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’inconscient est vivant98 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Die Verneinung,ou dénégation en tant qu’elle pourrait être à l’origine de l’intelligence103 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Die Bejahung,ou affirmation en tant que symbolisation primordiale 104 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Die Werwerfung, ou forclusion en tant qu’abolition du symbolique106 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’échec de la métaphore du Nom-du-Père107 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le dieu de Schreber et la langue de fond ou l’abolition du symbolique111 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La métaphore délirante ou l’ultime possible de l’impensable115 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Y aurait-il un possible ailleurs ?118 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
BIBLIOGRAPHIE121 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Extrait de la publication
ALINE OU L’IMPENSABLE DU CORPS
Extrait de la publication
Un corps C’est vivant ou mort Ça ne peut pas se penser autrement
Qu’advienne quelque chose qui le rende Impensable, irreprésentable, inarticulable
C’est l’horreur, la terreur
Ce qui ne peut se dire D’aucune façon Pire Se ressentir D’aucune façon.
DISPARITION
Qu’avez-vous fait de mon enfant ? Qu’avez-vous fait de son corps ?
Dites-le moi Dites-moi au moins ça
Où est son corps Vivant ou mort
Dites-le moi Dites-moi au moins ça
Afin que mon enfant Je puisse au moins le penser Vivant ou mort.
1 Folles de la Place de mai. Présence du silence Ultime possible de l’impensable.
Extrait de la publication
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents