12 pages
Français

Caricatures de Jules Baric à sujet médical et pharmaceutique - article ; n°265 ; vol.73, pg 116-126

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Revue d'histoire de la pharmacie - Année 1985 - Volume 73 - Numéro 265 - Pages 116-126
Caricatures by Jules Baric on medical and pharmaceutical subjects.
The author draws attention to the graphic work of J. J. A. Baric (1825-1905) and its interest for history of popular medicine and pharmacopoeie. He presents eight caricatures by this artist, which have to do with selling in the pharmacy, traditional remedies (prunes for constipation, vinegar for fainting, licorice for the respiratory passages), tuberculosis, and the subject of charlatans.
Karikaturen von Jules Baric mit medizinischen und pharmazeutischen Themen.
Der Verfasser macht auf das Interesse des graphischen Werkes von J. J. A. Baric (1825-1905) für die Geschichte der Volks - Medizin und Pharmakopöe aufmerksam. Er hebt acht Karikaturen dieses Künstlers hervor welche den Verkauf in der Apotheke, herkömmliche Heilmittel (Pflaumen gegen Obstipation, Essig gegen Unwohlsein, Süssholz fur die Atmungswege), die Tuberkulose und das Quacksalberthema betreffen.
11 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1985
Nombre de lectures 11
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Pierre Julien
Caricatures de Jules Baric à sujet médical et pharmaceutique
In: Revue d'histoire de la pharmacie, 73e année, N. 265, 1985. pp. 116-126.
Abstract
Caricatures by Jules Baric on medical and pharmaceutical subjects.
The author draws attention to the graphic work of J. J. A. Baric (1825-1905) and its interest for history of popular medicine and
pharmacopoeie. He presents eight caricatures by this artist, which have to do with selling in the pharmacy, traditional remedies
(prunes for constipation, vinegar for fainting, licorice for the respiratory passages), tuberculosis, and the subject of charlatans.
Zusammenfassung
Karikaturen von Jules Baric mit medizinischen und pharmazeutischen Themen.
Der Verfasser macht auf das Interesse des graphischen Werkes von J. J. A. Baric (1825-1905) für die Geschichte der Volks -
Medizin und Pharmakopöe aufmerksam. Er hebt acht Karikaturen dieses Künstlers hervor welche den Verkauf in der Apotheke,
herkömmliche Heilmittel (Pflaumen gegen Obstipation, Essig gegen Unwohlsein, Süssholz fur die Atmungswege), die
Tuberkulose und das Quacksalberthema betreffen.
Citer ce document / Cite this document :
Julien Pierre. Caricatures de Jules Baric à sujet médical et pharmaceutique. In: Revue d'histoire de la pharmacie, 73e année, N.
265, 1985. pp. 116-126.
doi : 10.3406/pharm.1985.2371
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/pharm_0035-2349_1985_num_73_265_2371Caricatures de Jules Baric à sujet
médical et pharmaceutique
PARMI les artistes qui ont fait la renommée de la caricature française au
siècle dernier, certains, comme Daumier, Gavarni et Cham, n'ont rien
perdu de leur célébrité. Mais d'autres des dizaines d'autres après avoir
été souvent très réputés et très appréciés de leur temps, sont tombés dans
l'oubli alors qu'ils mériteraient assurément un sort meilleur. C'est le cas du
fécond dessinateur humoriste et satirique que fut Baric.
Par bonheur, deux expositions, l'une dans sa province d'origine, la Tou-
raine l, l'autre à Nogent-sur- Seine 2, ont tiré de l'ombre une partie de son
uvre.
Né le 14 avril 1825 à Sainte-Catherine-de-Fierbois (I.-et-L.), Jules-Jean-
Antoine Baric tint de son père ses solides convictions républicaines et son
goût pour les arts, mais n'embrassa pas la profession à laquelle cet ami
des frères Arago et de nombreux réfugiés polonais entendait le destiner : la
filature.
Parallèlement à une carrière « médiocre et mouvementée » de commis
des postes accomplie sans joie de 1848 à 1881, avec deux interruptions par
démission en 1857-1859 et par révocation en 1871-1872, il mène une active
carrière artistique, qu'il poursuivra après sa retraite à Monnaie (I.-et-L.) en
1881 et jusqu'à sa mort le 19 juin 1905. Ami de Philipon, il donne des caricatu
res au Journal pour rire, puis Journal amusant, à la Semaine, au Petit journal
pour rire, au Charivari, à la Chronique parisienne et la Chronique amusante, à
la Surprise. Il est l'un des fondateurs, en 1860, du Chérubin, journal pour
enfants de cinq à douze ans. Il participe à l'illustration du Magasin d'éducation
et de récréation fondé par Hetzel et Jean Macé en 1864, puis à celle du Petit
Parisien, qui succède au Chérubin.
Manuscrit reçu le 1er octobre 1984.
1 . Jules Baric, caricaturiste tourangeau (1825-1905), Tours, Musée des Beaux-Arts, 27 octobre
1983-2 janvier 1984. Catalogue in-4° de 72 pages (122 nos), avec nombreuses illustrations et
bibliographie ; prix 40 F. uvres provenant des Musées des Beaux-Arts de Tours et d'Orléans. Je
dois à M. Jacques Nicourt, conservateur des Musées de Tours, de pouvoir reproduire trois d'entre
elles.
2. Musée Paul Dubois- Alfred Boucher, 10400 Nogent-sur-Seine, été 1984, exposition sans
catalogue, env. 90 dessins choisis parmi la série de 140 donnés au Musée en 1906 par le fils de
l'artiste. Je remercie M. J. Piette, conservateur, des renseignements qu'il m'a aimablement
fournis sur les uvres exposées.
REVUE D'HISTOIRE DE LA PHARMACIE, XXXII, N° 265, JUIN 1985. Portrait et dessin de Baric
dans l'Album Mariani, t. VI, 1901
i ptAv^. i'|v\*^î t&tAV tfc»«?v, wvoto i W*aj\vu>^'-Wvv y-u^c ;.(W<a. 118 REVUE D'HISTOIRE DE LA PHARMACIE
Il publie de nombreux recueils de dessins : les Proverbes travestis ou la
morale en carnaval (1857), Monsieur Plumichon (1858), Animaliana (1858), Ces
bonnes petites femmes (1860), Les jolis soldats (1861), une revue comique de
l'année 1862, une Parodie des Misérables de Victor Hugo (1862), etc. A plusieurs
reprises il compose et fait représenter des pièces de théâtre. Il dessine des
costumes pour des uvres jouées à l'Hippodrome. Il exécute des miniatures
sur vélin. Un séjour à Vesoul en 1852-1854 lui donne l'occasion de collaborer
avec la célèbre maison d'imagerie d'Épinal Pellerin 3.
Un témoignage de sa notoriété est entre bien d'autres sa présence
dans le 6e volume (1901) des Figures contemporaines tirées de l'Album Mariani :
il y va de son dessin sur le fameux Vin de coca Mariani, baptisé « vin de
Cocagne » par le paysan qu'il met en scène 4.
Baric a fort peu pratiqué la caricature politique : le régime de la presse
de 1835 à 1868, mis à part l'entracte de 1848-1852, n'y prêtait guère et sans
doute son tempérament ne l'y portait-il pas davantage. Son domaine, c'est la
caricature sociale, la satire de murs. La femme et la mode, les bals masqués,
portiers et locataires, les inventions (chemins de fer, métropolitain, véloci
pède), la vie artistique font les frais de son humour et s'il brocarde les militair
es, il se montre surtout sévère envers les bourgeois 5. Son sujet de prédilec
tion est toutefois le monde paysan. Les milliers de dessins qu'il lui a consacrés
sont empreints de sympathie en même temps que d'ironie et dénotent en leur
auteur un observateur à la fois malicieux et attentif.
Un certain nombre d'entre eux ont trait à la médecine et à la pharmacie.
Ainsi voyons-nous un couple dont la balourdise éclate dans l'officine du vil
lage, où il s'est rendu par confusion entre « purge hypothécaire » et « purge
d'apothicaire » 6.
Un peu différente est la balourdise d'une paysanne qui se veut finaude
en réclamant au pharmacien un produit qu'elle croit « plus frais », alors que
c'est du poison .
Plusieurs uvres de la série des Paysans constituent l'amorce d'une gale
rie sur la médecine populaire et les remèdes traditionnels.
3. Le catalogue de l'exposition de Tours reproduit de lui (n° 34) une image, n° 86, de la série
« Aux Armes d'Epinal » : Les bottes de Bastien.
4. Dans la notice qui lui est consacrée, on vante le grand succès de sa série Nos paysans, sur
laquelle nous reviendrons, et on observe que « ses albums, devenus introuvables, atteignent
aujourd'hui dans les ventes des prix élevés ».
5. Je reprends ici les subdivisions mêmes de l'exposition de Tours.
6. Musée de Nogent-sur-Seine, N.S. 06.002.293 ; 25,5 x 19 cm ; dessin au crayon Conté et
craie blanche ; vers 1880.
7. Dessin dans le Petit Journal pour rire,30e année, 3e série, n° 566. Coll. P. Julien. PAYSANS, par i. Baric. NOS
r*
j-ppm-iT^i! "i
i B
qu'en Ah! îf Mats a plein.,. f e'e»l a «t rin n'est d' dans la pat pouésoaî mi* ta mémo bocal c'ett-î* f ebo-» ça n* : ratlhoaroumî doit ça, e'estdu point et' car» poison... frail... bin sûr» Donntu-uV il «tl |>*m daa* fabf de c'y-là 1 20 REVUE D'HISTOIRE DE LA PHARMACIE
Celui qui a pour toute légende Mange des pruneaux ! est d'une éloquence
qui se passe de commentaires 8.
Tout aussi connu que les pruneaux contre la constipation est le vinaigre
contre les évanouissements. Mais la scène s'accompagne d'une réflexion qui
vise à la fois le coût élevé du médecin, le sens paysan de l'économie et
l'entêtement féminin ! 9
Les vertus de la réglisse pour les affections des voies respiratoires sont
traditionnellement reconnues. S'étonnera-t-on dès lors qu'une brave fermière
propose au vétérinaire d'en donner à sa vache atteinte de bronchite ? 10.
Une autre scène a valeur de témoignage sur une pratique de médecine
populaire voisine de la magie ou de la sorcellerie. Elle a pour légende :
Mon gas, t'as censément une cataracte dans l' ventre : faut mettre une
dent d'sarpent dans ta poche gauche et brûler à la chandelle une mèche de
cheveux avec des pattes d'araignée. Si tu n'guéris point ?... tu l'verras bin ! n
La médecine, enfin, comme la pharmacie, donne lieu à des pataquès. Sur
la tuberculose, par exemple :
C'te pauv' petiote ! a n'va point ! Le médecin a dit qu'aile était anamite
au dernier degré, par suite de tubes d'Harcule qu'elle aurait comme ça dans
les pomons.
Des tubes d'Harcule, ça n'doit point et' facile à oter, ça mâtin ! 12.
Dessins originaux ou dessins imprimés, les premiers très supérieurs aux
seconds 13, ces caricatures constituent de véritables documents sur la pharmac
opée populaire et sur l'image de la médecine dans la mentalité paysanne à
la fin du siècle dernier. Non seulement elles frappent par la vérité du dessin,
non seulement elles sont autant d'instantanés saisis sur le vif, mais encore
leurs légendes sont d'une parfaite authenticité, si l'on en croit le fils de
l'artiste : « Mon père, nous dit-il, dessinait ses " bonshommes " et composait
ses tableaux d'après les légendes, toujours écrites et travaillées d'avance...
8. Tours, Musée des Beaux-Arts, 906-4-57 ; 20,6 x 28,5 cm ; fusain, lavis de bistre et craie
sur papier gris ; exp. de Tours, n° 89.
9. Tours, Musée des 906-4-5 ; 20,6 x 27,5 cm ; mine de plomb et crayon Conté
sur papier bistre ; exp. de Tours, n° 88.
10. Dessin dans le Petit journal pour rire, 30e année, 3e série, n° 566. Coll. P. Julien.
11. Musée de Nogent-sur-Seine, N.S. 06.002.135 ; 28 x 22 cm ; pointe sèche, crayon Conté
et lavis d'encre de Chine sur papier bistre ; vers 1880.
12. Musée de N.S. 06 .002.1 1 1 ; 26 X 21 cm ; pointe sèche et crayon Conté :
vers 1880.
13. Souvent simplifiés et raidis, les dessins imprimés perdent en vie et en spontanéité.
« Malgré le côté mécanique de l'impression lithographique, la plus grande finesse du crayon de
Baric perd au report sur pierre, notait Emile Bayard, et ne nous laisse guère qu'un schéma
d'aspect rebelle ». x.ï^sâ?«à*4 v#
J 'venons pour une purge...
Vous avez une ordonnance du médecin ?
Non, c'est une purge d'apothicaire (purge hypothécaire) que l'notaire nous a
dit qu'est redue su' nout' héritage.
Mange des pruneaux ! NOS PAYSANS, par J. Baric.
éissi
bonne femme, votre varhfl a une bronchite.
moue, c'est eomm' qui dirait euno espèce ed
Si on y faisait super ê' li régolisse? CARICATURES DE JULES BARIC 123
Arrivez don ! vout'famme vient d'timber tout d'un coup ! a' n' veut point
rveni ! faudrait queri 1' médecin !
L'médecin ? cor n'eune dépense énutile !.. j' la connais : si a s'a mis dans la
tête ed point rveni, a r'vindra point ! 124 REVUE D'HISTOIRE DE LA PHARMACIE
« Ml-CARÊME »
(Journal amusant, 6 avril 1889)
Je n'suis point de ces charlatans qui vous vendent à prix d'or une petite
bouteille d'eau, un bonheur quand elle est pure ! comme spécifique unique de
tous les maux ! Non ! mesdames et messieurs ! vous donnerez à la quête pour les
pauvres ce que vous voudrez ! Depuis un sou jusqu'à cent mille francs, nous acceptons
tout ! et je vous découvre mes remèdes... pour rien ! Avez-vous mal à la gorge ? prenez
une pomme ou une poire entre vos dents... un réchaud allumé... asseyez-vous dessus !
et lorsque la pomme est cuite, vous êtes sûrs d'être radicalement guéris !... Même
remède pour le mal de dents et le rhume de cerveau !... En avant la musique !