CARTES MAITRESSES DU TOURISME FRANÇAIS

CARTES MAITRESSES DU TOURISME FRANÇAIS

Documents
56 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

REGIONS ET COMITES
REGIONAUx DU TOURISME
CARTES MAITRESSES
DU TOURISME
FRANÇAIS REGIONS ET COmITES
REGIONaux du TOuRISmE
CARTES MAITRESSES
DU TOURISME FRANÇAIS SommaireS
Préambule ���������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� p. 8
1. Le tourisme, une filière économique vitale qui permet d’aménager l’espace régional ����������������� p. 9
2. Les CR T, l’échelon pertinent pour participer au développement économique de la filière ��������� p. 11
3. Les CRT, outils de promotion efficace des régions ����������������������������������������������������������������������� p. 14
4. L’innovation dans les CRT, la preuve par l’exemple ���������������������������������������������������������������������� p. 15
I� Des actions qui organisent et coordonnent les territoires ��������������������������������������� p. 16
A. De nouvelles organisations territoriales pour un meilleur positionnement
de tous les acteurs ��������������������������������������������������������������������������������������������������������� p. 17 ���������������
B. Une mise en réseau de partenaires pour une promotion renouvelée ����������������������������������������� p. 21
C. Des habitants devenus les ambassadeurs de leur région ������������������������������������������������������������ p. 26
D. Au service de la qualité p. 28 ��������
II� Une promotion en phase avec les attentes des ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 58
Langue Français
Signaler un problème
REGIONS ET COMITES REGIONAUx DU TOURISME
CARTES MAITRESSES DU TOURISME FRANAIS
REGIONS ET COmITES REGIONaux du TOuRISmE
CARTES MAITRESSES DU TOURISME FRANAIS
maubPérle  em ,rusilèinu e 8 1p.e to.  Ler pt meletaui quqimiv eé eronoconal  ace régirel epsdmanéga,CRs Le  2.9 . prticr pa pounentreitnop clel é lae  d e èrli. 11 .p au iperloppdéve tcémeneqieunomoaccdee rés ongi  s Les CR, outilsd  erpmotooi ne  1p. rapelerp  evuplem e votaoi n.L inn CR, ladans lesp .1
Conclusion  p. 
Contribution de l’UA  p. 8
I� Des actions qui organisent et coordonnent les territoires  p. 1  Anouvelles organisations territoriales pour un meilleur positionnement. e de tous les acteurs  p. 1  B. ne mise en réseau de partenaires pour une promotion renouvelée  p. 21 C. es aitants devenus les amassadeurs de leur région  p. 2   D. u service de la qualité  p. 28
III� Une expertise au service du développement économique �����������������������������������p. 2  Aes oservatoires économiques pour mieu connaître les tendances. des marcés et les attentes des clients  p.   B. es sstèmes d’inormation touristique régionau pour mutualiser et diuser des inormations touours à our p.    C. Recerce, ingénierie et évaluation  p. 
II� Une promotion en phase avec les attentes des touristes  p.   Aes stratégies de marque et mareting qui positionnent les territoires.   p. 1  B. es outils et actions adaptés au modes d’inormation et de consommation  p.   C.es actions eemplaires sur les marcés  p. 9
reaimmSoS
A AC D I
Edito
ous avons assisté ces vingt dernières années à une révolution du rapport au travail et à la naissance d’une véritale économie du temps lire créatrice de ricesses et d’emplois sur l’ensemle de notre territoire national. Le tourisme est devenu une des ormes d’utilisation de ce temps liéré les plus prisées de nos concitoens comme de nos visiteurs. u moment même où tout lui devient accessile, où la planète entière s’ore à lui en un clic ou un coup d’aile, le touriste est devenu ce nouveau voageur qui louvoie à plaisir entre le proce et le lointain, l’aitude et l’aventure, les oneurs de l’entre soi et ceu du dépasement. Cet être complee et eigeant ait désormais l’oet de toutes les convoitises et d’une compétition virulente entre destinations… C’est sans doute la raison pour laquelle le tourisme, longtemps considéré comme une économie de cueillette et l’ensemle des moilités liées au loisirs, constituent désormais un paramètre non négligeale de la réfleion politique. Les eneu  sont considérales tant pour les entreprises qui en constituent les acteurs économiques que pour les tats et les territoires qui énéficient désormais largement de ses retomées en termes de croissance et d’emplois. ais cette croissance longtemps eponentielle est auourd’ui menacée par un contete international où se multiplient tensions politiques et économiques, crises sanitaires et catastropes naturelles. lle est aussi menacée, dans notre pas  pourtant première destination touristique au monde  par une vision très liérale de l’économie touristique qui conduit l’tat à un désengagement progressi mais ien réel, tant au niveau de ses investissements dans ce secteur que dans son rôle de régulateur des activités et des proessions touristiques.
i l’tat dispose encore “dans sa mance” d’un “tout rance”, il n’en reste pas moins que les collectivités territoriales et en particulier les Régions et leurs ras séculiers que sont les CR, sont devenus et resteront les “cartes maîtresses” du ourisme rançais, tant territorialement que financièrement 
 l’eure où le ourisme rançais perd des parts de marcé dans un environnement per compétiti, leur rôle d’impulsion et de dnamisation de l’économie touristique territoriale est auourd’ui essentiel. e surcroît, au moment même où le gouvernement engage une réorme des collectivités locales qui va redéfinir les nouvelles compétences et une nouvelle gouvernance territoriale, il nous est apparu important d’œuvrer en aveur d’une plus grande et d’une meilleure coordination des actions conduites par les diérentes collectivités locales en aveur du tourisme.
6
l nous est apparu tout aussi important en tant que ce de file de l’économie touristique, de réafirmer, dans le cadre de ce document, les eneu et le rôle oué par le tourisme dans le développement de nos économies régionales et nationale et dans la valorisation de l’image de la rance. nfin, à travers lui, nous voulons sensiiliser les acteurs politiques, les uturs élus régionau, les décideurs économiques et tous nos partenaires pulics, privés ou associatis, sur l’importance d’investir dans ce secteur créateur de ricesses et d’emplois, et d’ agir de açon coordonnée pour amplifier son action positive sur la “mise en désir” des territoires qui concerne tout à la ois leur aménagement et leur développement  durale, l’éducation et la ormation des ommes, la culture et le sport, les transports et l’agriculture… e même, au moment où notre pas connaît les eets durales d’une crise économique planétaire qui contraint une part très importante de notre population à renoncer au vacances, avonsnous, à travers l’nion ationale des ssociations de ourisme, associé à la préparation de ce document les acteurs du droit au tourisme pour tous. ans sa orme, après une rapide présentation de la place et du rôle des CR, caque région présente “la preuve par l’eemple”, en mettant en eergue une action qu’elle considère comme représentative du travail qu’elle mène sur le terrain. ’espère que vous pourre  voir toute la ricesse de nos interventions tant sur l’ore touristique que sur les actions de promotion en direction de la demande. e vous souaite une onne lecture de ce document qui est le ruit d’un travail collecti ce qui porte en soi les prémices de utures actions au profit de notre ourisme national mais aussi au service de l’ensemle de notre population et de nos amis visiteurs. e ormule le vœu que l’tat nous accompagne et nous aide activement à relever les nomreu callenges qui nous attendent dans les procaines années, d’une part pour maintenir notre place de première destination touristique au monde, d’autre part pour répondre au légitimes attentes de notre population en terme d’accès à ce droit ondamental que constituent les vacances et les loisirs.
ndré CR, résident de la CR
    
 
 
 
 
 
7
PramPuble
1. Le tourisme, une filière économique vitale qui permet d’aménager l’espace régional
otre pas est devenu la première destination touristique mondiale� Par son exceptionnelle diver  sité comparée à d’autres pas la rance des régions peut répondre aux exigences croissantes des consommateurs en quête de découverte et de sens�
arce qu’il ne dispose pas de loies puissants à l’instar de certains secteurs industriels, parce qu’à l’eception de quelques groupes d’envergure internationale opérant dans les loisirs, l’ôtellerie ou les voages, il est principalement représenté par de très petites structures, le tourisme a longtemps été considéré comme une économie de cueillette au retomées marginales. n témoignent encore les articles trop rares qui lui sont consacrés dans la presse financière en regard de son poids économique. ourtant dans un contete de délocalisation de l’industrie, de concentration de l’agriculture, les services sont porteurs de croissance et d’emploi, en particulier ceu qui répondent à une demande d’évasion, de détente et de culture, touours vive malgré la crise. Les Régions comme leurs proessionnels ont conscience qu’ils disposent en rance d’un gisement touristique précieu et renouvelale. La rance est devenue la première destination touristique mondiale, séduisant 82 millions de visiteurs étrangers en 2, rapportant 12 milliards d’euros à la alance des paiements et engendrant ,2 du . n matière de recettes, ace à une concurrence eacerée qui la place au troisième rang mondial, elle doit se montrer audacieuse tout en préservant les atouts maîtres de cacune des régions qui concourent à son attractivité  la eauté de ses sites, la ricesse de son patrimoine, le grand nomre de ses estivités, la variété de ses cultures, l’ecellence de sa gastronomie et de ses vins, la finesse de son artisanat... ar son eceptionnelle diversité comparée à d’autres pas, la rance peut répondre au eigences croissantes de consommateurs en quête de découverte, de dépasement, de sens, d’autenticité, de carme, d’émotion, et ce en toute sécurité.
ÚÚTrois millions d’emplois non délocalisables !
La rance a énéficié en 2 de 1 milliards d’euros de consommations touristiques et 2  communes ont récupéré 1 millions d’euros en taes de séour et taes oraitaires. Le tourisme est pourvoeur de  millions d’emplois directs et indirects, non délocalisales. n idirénées par eemple, avec    emploés, le tourisme pèse davantage que l’aéronautique, pourtant secteurclé avec irus et rianespace  il génère ,2 milliards d’euros de consommation intérieure, soit ,2 du  régional. n Limousin, il constitue le premier secteur de recrutement en termes de progression. n icardie comme en uvergne, il représente plus de 18  emplois, en ourgogne 22 , dans la région Centre 2 ,
9
10
en retagne  , en quitaine près de 9 , et caque ois, environ  de l’emploi salarié de la région, avec de nomreuses opportunités pour les eunes.  des saisonniers en ourgogne ont moins de 2 ans. n LanguedocRoussillon, le tourisme pèse même  de l’emploi total de la région, soit   emplois en évriermars et   en uilletaoût. Les vacanciers  dépensent  milliards d’euros, soit près de 1 du  régional, ce qui ait du LanguedocRoussillon la quatrième région touristique rançaise après l’le de rance, rovencelpesCôte d’ur et Rônelpes. our C, le tourisme pèse 12 du  régional, générant 11 milliards d’euros de cires d’aaires, soit 1  à 1  salariés que ait travailler la filière touristique selon les saisons, ou encore ,  de l’emploi régional. our les lpesaritimes Riviera Côte d’ur, le tourisme représente 18 du  et impacte près   emplois directs soit 18 du total des emplois départementau. ans les départements de montagne, le tourisme est le principal moteur, permettant le maintien d’une activité économique et sociale ainsi que celui des services pulics indispensales au aitants, empêcant une inéluctale désertification. Les terres insulaires ne sont pas en reste.  La Réunion, le tourisme a créé   emplois essentiels pour l’économie de l’île, et la Corse enregistre 2, millions de séours entre avril et octore. n ordasdeCalais, les résidences secondaires, associées au stations touristiques, ont permis de développer une économie résidentielle remarquale. Le tourisme énéficie en rance de la ricesse d’un patrimoine désormais mieu valorisé auprès des visiteurs. ne étude nationale de mars 29, commanditée par le inistère de la Culture a ainsi évalué à 21 milliards d’euros les retomées économiques du patrimoine en rance. Les régions ont ien identifié cet autre moteur du tourisme régional, elles, qui ont acquis des monuments nationau, telle la Région Centre, désormais propriétaire du omaine de Caumont sur Loire.
ÚÚProfessionnalisme et réactivité
Le tourisme est secteur de première importance en constante évolution. Les acteurs cargés de la promotion au sein des Comités Régionau du ourisme se sont depuis longtemps proessionnalisés et ont innové pour aire ace au mutations apparues ces dernières années  la crise du tourisme international aggravée par le récent séisme financier, la prise de conscience écologique menaces liées au récauement climatique ou sanitaires, les évolutions remarquées des pratiques touristiques, la recerce de davantage de contenu ou d’étique... ace à ces défis, les CR ont montré leur réactivité en réponse au nouveau modes de consommation contriuant à aire émerger des produits diversifiés, communiquant de manière originale sur ces derniers. Le CR quitaine a, par eemple, créé un site internet dédié au courts séours en ville, traduits en trois langues. n donnant du relie au spécificités de leur territoire, en  valorisant la gastronomie locale, les CR ont largement contriué à l’engouement oservé pour les produits du terroir. Les CR ont mis en place de nouvelles organisations privilégiant la transversalité, placé internet au cœur de leur culture d’entreprise, passé des contrats entre les acteurs pulics et privés, capitalisé sur des politiques de grands territoires et de marques touristiques pertinentes.
. Les T, l’écelon pertinent pour participer au développement économique de la filière
Dans le domaine touristique l’action publique régionale a un eet levier démultiplicateur � es C constituent l’échelon le plus pertinent pour édérer les initiatives�
ÚÚn effet de levier
Cette filière économique représente un incontestale vecteur d’animation du territoire, énéfique non seulement pour les visiteurs mais aussi pour ses aitants. n territoire comme la rance doit pouvoir s’appuer sur des destinations ortes pour sa promotion. Les Comités Régionau du ourisme constituent l’écelon le plus pertinent pour édérer les initiatives, leur donner une lisiilité sur l’éciquier international, en aidant les proessionnels à anticiper les aléas cononcturels et les cangements structurels. Certaines régions comme les as de la Loire, ont créé une , société d’économie mite, regroupant dans une seule structure le CR et l’agence économique. u dernier alon du ourget, les ingénieurs de l’aéronautique et le CR oraient ainsi une vitrine attractive de leur région, profitale notamment au tourisme d’aaires. ans le même ordre d’idée, ourgogne ourisme montrait la diversité et l’attractivité touristique de son territoire en étant présent au salon proessionnel mondial du vin.
ÚÚne mise en réseau efficace des acteurs
Les lois de décentralisation de 198 ont donné au collectivités territoriales et en particulier au Ré gions, un rôle ondamental en matière de développement économique. La loi du 2 décemre 1992, portant sur la répartition des compétences et avorisant la complémentarité entre les diérents niveau institutionnels du tourisme, a renorcé l’eficacité des CR les aisant ces de file du tourisme territorial. epuis plus de trente ans, l’écelon régional est donc proant pour donner de la visiilité à une pluralité d’acteurs qui oeuvrent cacun au dnamisme des filières renorçant ainsi les capacités touris tiques de la rance.
ÚÚde nature à mener des actions structurantesne écelle
La loi émocratie de roimité” du 2 évrier 22 rappelle dans son article 1 que la région “coordonne les initiatives puliques et privées dans les domaines du développement, de la promotion et de l’inormation touristique”. Les CR plaident donc pour une arcitecture des compétences encore plus claire, réafirmant leur rôle de locomotive de la promotion touristique sur les territoires, notamment via la mise en place des scémas régionau du tourisme et des loisirs prévus par la loi.
11