Ces visages surgit du passé
2 pages
Français

Ces visages surgit du passé

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
2 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

hiStoirehiStoire Reconstitution Ces visages surgis du passé qui reprennent chair Les reconstitutions de têtes, et parfois de corps, à partir d’ossements mis au jour À partir d’images prise par scanner et tomographie de la momie d’Ötzi, les deux se sont multipliées ces dernières années, au risque de reléguer la rigueur scientifque plasticiens néerlandais Alfons et Adrie Kennis reconstituent le visage, avec la mise en place des masses musculaires et des tissus adipeux à l’aide d’argile. Puis, sur le moulage derrière la vision subjective d’un artiste. enquête sur les techniques utilisées. en silicone, se fait le choix de la carnation et l’implantation des cheveux... Par Bernadette Arnaud enri IV, Richard III… Ces çaise Élisabeth Daynès, l’une des docteur en anthropologie et en des tissus anatomiques (muscles derniers mois, le public a plus éminentes spécialistes de ces paléopathologie et ancien respo-n et peau) indiqués par une vin-gHpu se familiariser avec deux reconstructions, à qui l’on doit sable du laboratoire d’anthrop-o taine de points (milieu du fr-on nouveaux visages surgis du passé, justement le moulage du visage logie et thanatologie de l’Institut tal, épine nasale, etc.)« . Le crâne reconstitués d’après les crânes du jeune pharaon, mort à 19 ans de recherche criminelle de la g-enétait d’aspect gracile et ses arcades retrouvés de ces personnages h-is voici plus de trois mille an .

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 16 décembre 2013
Nombre de lectures 6 030
Langue Français

Exrait

HISTOIRE
Ces visages surgis du passé qui reprennent chair Les reconstitutions de têtes, et parfois de corps, à partir d’ossements mis au jour se sont multipliées ces dernières années, au risque de reléguer la rigueur scientifique derrière la vision subjective d’un artiste. Enquête sur les techniques utilisées. Par Bernadette Arnaud
È IV, RçHá III… Ces derniers mois, le public a noHuveaux visages surgis du passé, pu se familiariser avec deux reconstitués d’après les crânes retrouvés de ces personnages his-toriques. Ces noms viennent com-pléter une longue liste qui compte désormais un grand nombre de célébrités parmi lesquelles des figures aussi hétéroclites que Philippe II de Macédoine, saint Bernard de Clairvaux, Louis XI, Copernic, Isabelle de Médicis ou Jean-Sébastien Bach… De quoi animer des pans entiers de l’his-toire et donner à chacun l’illusion d’une proximité avec ces êtres jusqu’alors désincarnés, réduits à quelques faits et dates dans le grand livre de l’humanité… Pourtant, devant l’abondance de ces reconstitutions, on peut légi-timement s’interroger sur la vali-dité de ces travaux dont beaucoup sont exposés dans les plus grands musées du monde. Sont-ils tous fondés sur des critères scienti-fiques ou le fruit de l’imagination d’un artiste ? Qu’y a-t-il ainsi de commun entre le visage de Tou-tankhamon, aux lèvres finement Le visage de Toutankhamona été reconstitué par ourlées et au regard empreint de Élisabeth Daynès. La momie a d’abord été scannée. Puis mélancolie, et les restitutions clas-à partir du crâne réalisé en résine par stéréolithographie, vient siques ?« Rien,répond la Fran-la restitution du visage, au moyen de l’argile.  42- Sciences et Avenir - Août 2013 - N° 798
Çaise Élisabeth Daynès, l’une des plus éminentes spécialistes de ces reconstructions, à qui l’on doit justement le moulage du visage du jeune pharaon, mort à 19 ans voici plus de trois mille ans. Cer-taines reconstitutions sont effec-tuées selon des critères scientifiques, d’autres sont une simple interpréta-tion.» Comme pour toutes les réa-lisations qui ont fait sa renommée — en particulier celles d’ancêtres fossiles (homme de Neandertal, de Flores ou de Cro-Magnon) expo-sées de New York à Pékin —, les œuvres de cette plasticienne sont produites à partir des restes ana-tomiques des individus.« Pas de crâne, pas de reconstitution !», se plaît-elle à dire.
La police scientifique dresse les portraits-robots Il existe deux grandes techniques de reconstitution. Pour l’heure, la plus performante est celle dite tri-dimensionnelle, affinée notam-ment par les experts de la police scientifique pour restituer les por-traits-robots à partir de crânes retrouvés sans indices sur l’iden-tité.« C’est cette méthode que j’ap-plique dans mon travail», confirme Élisabeth Daynès, qui a souvent collaboré avec Jean-Noël Vignal,
HISTOIRE Reconstitution
À partir d’images prise par scanner et tomographie de la momie d’Ötzi, les deux plasticiens néerlandais Alfons et Adrie Kennis reconstituent le visage, avec la mise en place des masses musculaires et des tissus adipeux à l’aide d’argile. Puis, sur le moulage en silicone, se fait le choix de la carnation et l’implantation des cheveux...
Ötzi, l’homme des glaces,vieux de 5300 ans, a été entièrement reconstitué avec ses habits et ses armes, retrouvés en même temps que son corps en 1991 dans un glacier alpin.
docteur en anthropologie et endes tissus anatomiques (muscles paléopathologie et ancien respon-et peau) indiqués par une ving-sable du laboratoire d’anthropo-taine de points (milieu du fron-logie et thanatologie de l’Instituttal, épine nasale, etc.).« Le crâne de recherche criminelle de la gen-était d’aspect gracile et ses arcades darmerie nationale (IRCGN), enzygomatiques fines», se souvient particulier lors de la reconstitu-la plasticienne. tion du visage de Toutankhamon La couleur des yeux est en 2006.« Nous avions d’abord définie avec les chercheurs reconstitué un crâne en résine par stéréolithographie, à partir d’imagesCe n’est qu’une fois cette phase laser provenant de la momie de Tou-de sculpture en argile finalisée, tankhamon», précise-t-elle. Ceet sa validité approuvée par les procédé permet en effet de fabri-scientifiques, qu’arrive l’étape du quer des objets solides depuis unmoulage en silicone pour obtenir modèle numérique.l’épreuve finale.« Le choix de la Sur le moulage du crâne ainsicarnation, du maquillage, ou de la obtenu, commence alors la phasecouleur des yeux et des cheveux se de mise en place des masses mus-fait après de longues discussions avec culaires et des tissus adipeux.les chercheurs», poursuit Élisabeth Une étape délicate exécutée àDaynès. Ces éléments ne pou-l’aide d’argile.« Ce stade permet devant pas être recueillis à travers visualiser les proportions relativesl’examen des restes anatomiques, du visage et d’en vérifier les cohé-ils sont le fruit de conjectures. rences», précise Élisabeth Daynès.D’où les réticences éprouvées par D’où la nécessité d’une connais-certains anthropologues face à sance approfondie de l’anatomieces restitutions jugées trop sub-de la tête et de ses tissus mous,jectives. Principales critiques : situés entre la peau et les os. Enles fluctuations existantes entre prenant appui sur les muscles etles traits osseux du crâne et la les structures osseuses, les chairsvariabilité des attaches de cer-sont alors réparties sur l’ensembletains muscles faciaux. de la face. Pour réaliser ce travail,C’est une méthode similaire qui Jean-Noël Vignal a mis au pointa été choisie par deux autres une table de mesures de densitégrands spécialistes des recons-a  N°798 - Août 2013 - Sciences et Avenir -43
HISTOIRE Reconstitution
NUMÉRISATION
Henri IV retrouve son chef en trois dimensions À partir de 700 images scanner du crâne momifié du roi, authentifié par le légiste Philippe Charlier, l’infographiste Philippe Froesch a façonné son visage sur ordinateur.
Des marqueursde tissus mous sont posés sur le crâne élaboré en 3D afin de former la peau virtuelle.
e visage, faÇonné par C l’infographiste spécialisé en reconstruction faciale Philippe Froesch, a été réalisé à partir d’une tête momifiée authentifiée, à la suite d’une enquête historique conduite par le Dr Philippe Charlier, comme étant celle du roi de France enri IV(lireS et A.n° 794, avril 2013). À partir d’environ 700 coupes scanner de la relique—chacune épaisse de 0,8 mm — , obtenues au service de radiologie de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, à Paris, le crâne a été modélisé en 3D. Des marqueurs ont ensuite été disposés sur la tête virtuelle, à l’instar de ce qui se fait pour les reconstructions modelées en réel. Ces 26 points,
 44- Sciences et Avenir - Août 2013 - N° 798
placés comme autant de petites chevilles, correspondent aux valeurs moyennes de l’épaisseur des tissus (hauteur des lèvres, bosses frontales, sillon mentonnier, rebord orbitaire, etc.). Puis, la musculature faciale est modélisée grâce à des graphiques tridimensionnels informatisés. À l’exemple de la forme du nez, ces éléments s’appuient sur des tables de calculs complexes établies à partir de mesures anatomiques. Certaines d’entre elles ont été mises au point par des chercheurs de l’université de Dundee, en Écosse, en association avec le FBI américain. Car chaque point varie d’un individu à l’autre en fonction de critères tels que
le sexe, l’âge, la corpulence ou l’origine ethnique. C’est à ce stade que la carnation, la couleur des yeux ou l’implantation de la barbe et des cheveux sont déterminées de faÇon numérique. Pour enri IV, afin de s’approcher au plus près des représentations e artistiques du siècle, Philippe Froesch s’est inspiré de portraits du Vert Galant, en particulier, d’une gravure du musée Condé au château de Chantilly, ainsi que de portraits de Franz Pourbus. Présentée aux Archives nationales à Paris en février, cette restitution a toutefois été récusée par l’historien Philippe Delorme, convaincu que la tête trouvée en 2008 n’est pas celle du monarque.
Cette tête de Jean Sébastien Bach (1685-1750),présentée à Berlin en mars 2008, a été reconstituée à partir du crâne du musicien, par l’anthropologue écossaise Caroline Wilkinson.
Nicolas Copernic (1473-1543).Son visage a été reconstitué d’après son crâne, découvert en Pologne, en 2004, et authentifié grâce à l’ADN d’un cheveu conservé dans un de ses livres.
atitutions pour « redonner vie »également d’images scanner et de à Ötzi, le célèbre omme destomographies du crâne. Résul-glaces retrouvé en 1991 dans lestat : un personnage saisissant de Alpes de l’Ötzal (Italie). Adrie etvérité. L’homme qui a vécu il y a Alfons Kennis, deux jumeaux5300 ans interpelle les visiteurs d’Arnhem (Pays-Bas), plasticienspar la justesse de ses traits. Visage spécialisés dans les restitutionstanné, le chasseur, qui a succombé paléontologiques, ont été sollici-à une mort violente à l’âge detés par le musée de Bolzano, dans45 ans, ressuscite. le nord de l’Italie, pour recons-Le talent artistique tituer non seulement le visage, fait la différence mais aussi le corps entier de ce chasseur nomade dont la momieMais toutes ces reconstitutions est conservée dans une chambrene sont pas aussi réussies. Celle froide du musée archéologiquedu roi d’Angleterre Richard III, de la cité du aut-Adige(lireS. etdont les restes osseux ont été A.n° 777, novembre 2011).retrouvés en 2012 en Grande-Unique au monde, ce personnageBretagne, lors du creusement surgi de la nuit des temps étaitd’un parking, semble figée dans surtout accompagné d’une invrai-la cire. Aucune lueur de vie n’ap-semblable quantité d’objets, armesparaît dans le visage. Ce mode-et vêtements. Les scientifiques ontlage, réalisé par l’anthropologue donc souhaité pouvoir le repré-écossaise Caroline Wilkinson, senter revêtu de toute cette pano-a été présenté à l’université de plie. En collaboration avec desLeicester en février. Bien qu’uti-anthropologues, les frères Kennislisant les mêmes méthodes que se sont livrés à une étude scienti-celles de ses collègues Daynès ou fique du corps avant de procéderKennis, le résultat montre aussi à son moulage méticuleux, à l’aideà quel point le talent artistique
« Certainesreconstitutions sont faites selon des critères scientifiques, d’autres sont de simples interprétations» Élisabeth Daynès,sculptrice et plasticienne
HISTOIRE Reconstitution
Richard III (1452-1485).Le modelage du dernier roi de la dynastie des Plantagenêts a été réalisé à partir des restes osseux découverts en 2012 à Leicester.
peut entrer en ligne de compte dans les restitutions. Le numérique viendra-t-il sup-planter peu à peu ces travaux de modelage ? Philippe Froesch, un FranÇais installé à Barcelone, s’est lancé dans les reconstitu-tions faciales en 3D. Sa plus célèbrecréation, outre celle du révolution-naire sud-américain Simon Boli-var commandée en 2012 par le président vénézuélien ugo Cha-vez, est à l’heure actuelle le visage d’enri IV, reconstitué sous le contrôle scientifique du médecin légiste franÇais Philippe Charlier (lire l’encadré p. 44). Incontestable-ment plus rapides — mais visibles uniquement sur ordinateur —, ces images numériques ne sont pas pour autant dépourvues de défauts car des distorsions, qui seraient immédiatement visibles sur un modelage, peuvent échap-per, faussant les résultats. Philippe Froesch met actuel-lement la main à une nouvelle réalisation : celle du visage de Maximilien de Robespierre, per-sonnage majeur de la Révolution qui fit tomber bien des têtes avant de perdre la sienne. Cette œuvre devrait être présentée fin sep-tembre, au musée d’istoire natu-relle d’Aix-en-ProvenceJ
N° 798 - Août 2013 - Sciences et Avenir -45
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents