Comment Ecrire Une Lettre Qui Vend

Comment Ecrire Une Lettre Qui Vend

-

Documents
16 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

C omment Ecrire Une Lettre Qui Ven d
TEM OIGNA GES
C e qui suit est la retranscription exacte, fautes de frappe comprises,
de témoignages sollicités par N abil C haouche et moi-même à 5 de mes
étudiants qui connaissent la méthode depuis un certain temps.
Sylvie (M ontréal) dans les années 8 0, Gu y (Orléans) et Olivier (Perpignan) début des années 9 0, Vincent (Re nnes) début 2004, Bruno (Strasbourg) mi
2005 et Pierre (Ge nève) en 2004.
Tous ont mis en pratique les techniques qui y sont enseignées et ils ont
généreusement accepté de partager une partie de leur expérience.
J’ en profite pour les remercier du fond du cœur et leur souhaiter toute la
réussite qu’ils méritent.
Bonne Lecture.
C hristian H. Go defroy Vincent D elourmel
http://www.un-m onde-m agique. fr
"A u départ, j'ai acheté "C omment écrire une lettre qui vend" juste
pour
me faire une opinion. J'ai une double formation en commerce électronique et
C onception de sites Web, et j'avoue que, malgré l'application de tout ce que
j'avais appris, je ne vendais rien sur le web.
Puis, j'ai étudié la méthode de C .Go defroy. A u tout début, j'étais sceptique.
M ais j'ai commencé à appliquer ses techniques, à revoir ma copie et... j'ai
commencé à vendre ! Pas beaucoup, au début, car il faut un peu de temps
pour mettre tout ça en application. M ais grâce aux différents exercices et au
support du forum, la progression a été rapide. A ujourd'hui, je provoque des
appels via le net ainsi que des ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 443
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Comment Ecrire Une Lettre Qui Vend
TEMOIGNAGES
C e qui suit est la retranscription exacte, fautes de frappe comprises, de témoignages sollicités par Nabil Chaouche et moi-même à 5 de mes étudiants qui connaissent la méthode depuis un certain temps.
Sylvie (Montréal) dans les années 80, Guy (Orléans) et Olivier (Perpignan)
début des années 90, Vincent (Rennes) début 2004, Bruno (Strasbourg) mi 2005 et Pierre (Genève) en 2004.
Tous ont mis en pratique les techniques qui y sont enseignées et ils ont généreusement accepté de partager une partie de leur expérience.
J’en profite pour les remercier du fond du cœur et leur souhaiter toute la réussite qu’ils méritent.
Bonne Lecture.
Christian H. Godefroy
Vincent Delourmel http://www.un-monde-magique.fr
" A u départ, j'ai acheté   "Comment écrire une lettre qui vend"  juste pour
me faire une opinion. J'ai une double formation en commerce électronique et Conception de sites Web, et j'avoue que, malgré l'application de tout ce que j'avais appris, je ne vendais rien sur le web.
Puis, j'ai étudié la méthode de C.Godefroy. Au tout début, j'étais sceptique. Mais j'ai commencé à appliquer ses techniques, à revoir ma copie et... j'ai commencé à vendre ! Pas beaucoup, au début, car il faut un peu de temps pour mettre tout ça en application. Mais grâce aux différents exercices et au support du forum, la progression a été rapide. Aujourd'hui, je provoque des appels via le net ainsi que des commandes fermes.
Mais là où j'ai le plus de succès, c'est dans l'établissement de mes devis (je suis dans l'événementiel) : ils sont irrésistibles ! Je viens d'en terminer un aujourd'hui pour la somme de 24.813,16 euros et j'ai bon espoir de décrocher le contrat !"
Vincent DELOURMEL http://www.un-monde-magique.fr
Afin de préserver la vie privée de Sylvie, ceci est une photo d’agence Sylvie LaFlamme http://letramduweb.com
« C hristian Godefroy est entré dans ma vie au début des années ’80 par ses livres, ses courriers publicitaires personnalisés et ses mots pleins de chaleur humaine, suite à une petite annonce à laquelle j’avais répondu. À cette époque j’écrivais de la poésie dont je faisais lecture dans des clubs pour jeunes auteurs et mes textes, même empreints d’émotions, manquaient de finesse. Lauréate de concours oratoires je tentais d’appliquer les mêmes méthodes à l’écriture sans grand succès. Je m’astreignais à lire des dictionnaires, des grammaires, des auteurs connus et d’autres moins sans obtenir de résultat visible. Il me fallait trouver comment toucher le lecteur et l’auditeur de manière plus précise si je voulais atteindre mes objectifs.
C’est alors que j’ai reçu une lettre de Christian m’invitant à suivre son cours: Comment écrire une lettre qui vend ». « Cette première version, sur support papier, m’a littéralement bouleversée. J’ai mis longtemps à comprendre qu’il fallait une bonne dose de psychologie pour savoir bien écrire. Maîtriser l’art des mots comme le prestidigitateur joue avec ses cartes. Rien ne se fait par magie, il faut simplement la connaissance et la pratique. Christian Godefroy avait déjà tout testé et m’offrait, pour un prix dérisoire, des années de dur labeur, de compilations, d’analyses, d’extrapolations, bref il m’offrait ses conclusions et les outils qu’il avait minutieusement accumulés avec le temps. J’ai littéralement DÉVORÉ ce cours. Ces cartables m’étaient devenus plus précieux que n’importe quel objet. À un point tel qu’ils furent les premiers à
me suivre lorsque j’ai divorcé. Il n’était pas question de les laisser derrière moi ! Lorsque j’ai retrouvé Christian sur Internet je l’ai immédiatement contacté pour le remercier d’avoir écrit ce cours qui me servait encore 20 ans plus tard. C’est alors qu’il m’a annoncé qu’il l’avait remanié pour l’adapter aux besoins d’aujourd’hui. Cette nouvelle version est BÉTON ! Rien de moins ! C’est un outil indispensable pour la personne désireuse de réussir en affaires autant sur le web que sur papier. Simple et précis dans son écriture, il est d’une très grande facilité à comprendre. Tout ce qu’il faut c’est l’envie d’apprendre et la volonté d’appliquer les enseignements acquis par la pratique. Il est impossible d’échouer en suivant à la lettre ce que Christian enseigne.
Voici quelques exemples où ce cours a changé la vie de bien des gens ainsi que la mienne. -J’étais propriétaire d’un commerce de détail dans un secteur d’activité qui battait de l’aile. Il était très difficile de continuer les opérations et je devais prendre entente avec les créanciers pour ne pas être acculée à la faillite. Encore une fois je me suis servie des enseignements de Christian pour écrire personnellement à chacun d’eux pour leur demander du temps et j’ai même osé demandé qu’ils effacent la dette. Dans les semaines qui suivirent j’ai reçu plusieurs lettres me confirmant que ma dette avait été effacée chez la majorité d’entre eux. Les deux qui n’avaient pas effacé la dette me proposaient un arrangement plus qu’acceptable. -Une amie française, son mari et leurs enfants devaient être expatriés car ils étaient entrés au pays par « la mauvaise porte ». Les parents s’étaient quittés et la dame ainsi que les enfants désiraient demeurer au Québec mais le mari voulait partir. Le gouvernement exigeait que toute la famille reparte. Tout avait été tenté. Les valises étaient prêtes… c’était la désolation dans la maison où habitaient encore mon amie et ses enfants. Elle et moi avons décidé d’une dernière tentative : écrire directement au plus haut fonctionnaire de la région pouvant faire changer les choses au bureau de l’Immigration. En suivant les enseignements de Christian j’ai mis sur papier tous les arguments humains et sociaux qui pouvaient aider à la cause de mon amie. La lettre fut envoyée en recommandé et avant la fin de la semaine elle apprenait qu’elle pouvait rester au pays avec ses enfants si elle le désirait. -Un laboratoire indépendant qui fabriquait des produits naturels vivait des difficultés de marketing et son chiffre d’affaires n’était pas suffisant pour permettre à l’entreprise de prendre réellement son envol. Toujours avec les enseignements de Christian, j’ai écrit quelques lettres vantant les produits, leurs propriétés et le professionnalisme de l’entreprise. En moins de 2 ans elle est passée de 15 détaillants à plus de 750 à travers
tout le pays. Son chiffre d’affaires a littéralement explosé. J’ai utilisé les mêmes arguments pour « vendre » les compétences du spécialiste de la compagnie à une station de radio qui couvrait toute la région. Il obtint deux heures de temps d’antenne par semaine et ce, pour plusieurs années ! -Mes articles ont été publiés dans des revues et journaux à moyenne et grande diffusion. On me consulte aussi pour des révisions de textes. J’utilise ce cours quotidiennement. Je replonge souvent dans la lecture d’un chapitre ou je refais un exercice. Il y a encore beaucoup de lacunes dans mon écriture mais je sais que le message « passe » maintenant. C’était mon objectif de départ et Christian Godefroy m’a donné les outils pour l’atteindre. Songez à quel point il serait agréable d’obtenir la promotion ou l’augmentation que vous méritez si seulement vous pouviez convaincre vos supérieurs. Il est de plus en plus difficile d’attirer l’attention des personnes importantes. Les paroles s’oublient trop rapidement. Comment écrire une lettre qui vend Comment écrire une lettre qui vend est LE SEUL COURS permettant d’obtenir les résultats spectaculaires dont vous rêvez ! Savoir VOUS vendre aux autres vous apportera la sécurité financière. Convaincre vos clients potentiels, écrire pour transmettre vos connaissances, votre expertise, quoi de plus noble ? Aujourd’hui les gens font fortune à vendre leurs connaissances sur Internet. Savoir écrire une lettre qui vend est essentiel à la réussite. UNE SEULE LETTRE QUI VEND peut vous rendre millionnaire ! La preuve : John Reese a vendu pour plus d’UN MILLION de dollars de coffrets pour son cours sur le trafic Internet EN UNE SEULE JOURNÉE. Partout sur Internet vous pouvez lire que Christian Godefroy a généré des ventes de plusieurs CENTAINES DE MILLIONS D’EUROS. Cet homme SAIT de quoi il parle. Ne cherchez plus comment améliorer votre vie. Procurez-vous « Comment écrire une lettre qui vend » et vous aurez LA solution. » Sylvie Laflamme http://letramduweb.com
Guy Poursin http://www.succes-bourse.com
« I l y a fort longtemps, vers 1990, j'ai acquis l'ouvrage de M. Christian Godefroy,  " Comment écrire une lettre qui vend" .   648 pages au total, un monument, le seul d'ailleurs de la langue française à ma connaissance. Les autres méthodes existant à l'époque en France (celle de M. Reiner Selz, par exemple) dont j'ai pu prendre connaissance par la suite, m'ont réellement paru insipides après la lecture de "Comment écrire une lettre qui vend". J'ai lu la méthode une première fois. Dur, dur ! Il est très difficile d'assimiler tout à la première lecture. Pourtant, j'en avais besoin : il me fallait absolument vendre mes bouquins. Pour changer un peu (au bout d'un moment j'étais tellement concentré sur cette lecture que je ne faisais quasiment plus rien d'autre), j'ai acheté, du même auteur et aux mêmes éditions, "Comment réussir vos annonces-presse". J'ai fait comme pour l'ouvrage précédent, je l'ai lu d'une traite puis je l'ai mis de côté. J'ai relu l'ensemble une seconde fois puis j'ai décidé de passer à l'acte. Ca n'a pas été évident, d'autant plus que, mis à part dans le secteur des ouvrages pratiques (j'ai l'avantage de savoir écrire en bon français), je n'étais pas connu. J'ai décidé de mettre à mon service tout ce que je faisais : j'ai échangé des articles dans des petites revues dites "pratiques" contre des quarts de page de pub, dans lesquelles je faisais passer des annonces-presse. J'ai ainsi pu me constituer un lecture de mon ouvrage intitulpé e"tiÉtc friicvheize re td ev epnedreszo ntnoeuss  ivnotsé réecsrsitése"s,  ssooiitt  ppaarr  luan  produit que je venais de découvrir à la Bourse de Paris, les warrants. A l'époque (janvier 1991), il y en avait une vingtaine, qui figuraient dans la rubrique "Émissions internationales" de la "Cote Desfossés", à l'intérieur de
"La Tribune". Ils étaient tous émis par la Citibank, qui a été le premier émetteur a diffuser ce genre de produits dans le grand public en France. J'ai relu une troisième fois " Comment écrire une lettre qui vend" puis, prenant ma plus belle plume, j'ai rédigé ma première lettre de vente, les précédentes n'ayant été que des brouillons, aimablement corrigés par M. Christian Godefroy en personne. Je comprenais de mieux en mieux ce qu'il fallait faire : un fichier très ciblé (j'en avais potentiellement deux), un ouvrage à vendre (le premier était terminé, le second était en gestation dans mon esprit, puisque sa première édition n'est sortie qu'en 1995) et surtout une sollicitation irrésistible aux futurs lecteurs figurant sur l'un ou l'autre de ces fichiers à l'aide d'une lettre telle qu'ils soient potentiellement "obligés" d'acheter ce livre. Mon premier souci a été "d'assurer mes arrières". Les techniques dont je venais de prendre connaissance, je les ai appliquées à mon travail quotidien : j'ai ainsi pu trouver de nouveaux éditeurs qui, travaillant uniquement dans le domaine de la VPC, m'ont confié l'écriture des ouvrages qu'ils souhaitaient diffuser. Je suis ensuite passé à mes propres écrits, ceux qui sont diffusés par mes soins sous mon nom. J'ai commencé par "Écrivez et vendez tous vos écrits . J'ai eu des résultats " que je dirai moyens, sans plus. Assez étonnamment, alors qu'il y a fort longtemps que les petites revues dans lesquelles j'avais fait passer des annonces-presse n'existent plus, j'en vends encore de temps à autre : le dernier ouvrage que j'ai envoyé l'a été en novembre 2004... Sur le temps, soit une petite quinzaine d'années, mais sans faire aucune relance, j'ai tout de même vendu 55 livres sur un tout petit fichier de 235 personnes. Entre temps, je me perfectionnais dans le domaine de la Bourse. Ma raison était simple : il faut bien, un jour ou l'autre, penser à sa retraite ! J'ai travaillé l'analyse graphique, indispensable pour ce que je voulais faire, puis je me suis perfectionné dans le domaine des warrants. Pendant ce temps, mon fichier de personnes intéressées par ces produits s'étoffait petit à petit. En novembre 1994, j'ai décidé de publier une lettre confidentielle hebdomadaire. Elle s'intitulait "La Lettre de Synthèse -spéciale warrants". Là encore, j'ai réalisé une lettre de vente qui m'a apporté des abonnés. En avril 1995, le Président d'un petit Club d'investissement m'a invité à présenter les warrants aux membres de son club. J'ai accepté et, par la suite, j'ai terminé la rédaction d'un petit fascicule de 45 pages, puis je suis passé à la rédaction de mon premier ouvrage sur la Bourse, intitulé (pas accrocheur, lien vtietsrtei)s s:e "uLres  ewna rBraonutr/sUe.n  Éotutil ftahbéuoleriuqxu mais méconnu à la disposition des ude e et méthodologie pratique". Déjà, dans cette première édition, sortie peu de temps avant l'ouvrage sur le même thème du Journal des
Finances (Connaître les warrants) et au contraire de tous les ouvrages concurrents (il y en a maintenant trois), j'étais le seul à expliquer à mes lecteurs comment ils pouvaient gagner de l'argent à la Bourse avec ces produits.
La lettre de vente que j'ai alors écrit a obtenu un "score" devant lequel tous ceux avec qui je travaillais à l'époque sont tombés en admiration : plus de 23 % de résultats, sur un petit fichier très ciblé. J'étais très content...
Les warrants, malheureusement, sont des produits périssables (leur durée a varié : deux à trois ans au début, un an à un an et demi parfois trois mois -entre 2000 et 2002, puis maintenant de nouveau une plus longue durée, de un an et demi à deux ans et demi). Autrement dit, si je voulais rester "à jour", il me fallait refaire une édition de mon bouquin.
J'en suis à la cinquième, qui sera uniquement sous la forme d'un e-book, beaucoup plus facile à mettre à jour qu'un ouvrage papier, mais pour les quatre premières éditions, j'ai dû faire entre cinq et douze tirages différents, en les remettant à jour à chaque fois.
Et c'est là que, bêtement, j'ai arrêté de suivre les conseils de M. Christian Godefroy.
Pourquoi ?
En 1998, j'ai ouvert le site http://www.succes-bourse.com . Je me suis dit : "Avec la pub que ça va te faire d'être sur le Net, Guy, tu n'as plus besoin de te casser la tête. Les clients vont venir tout seuls !" Au début, ils sont "venus tout seuls". Forcément : j'avais leur adresse e-mail -pour quelques-uns seulement, étant donné que je travaillais déjà depuis un bon moment sur Internet -et je continuais à vendre mon bouquin, sans faire de relance papier, simplement en les invitant à regarder mon site sur le Net. Ca continuait à peu près à fonctionner surtout que j'ai eu un forum en collaboration avec un autre site boursier et que je suis allé sur quelques forums de Bourse pour parler des warrants. Passons sur les déboires que j'ai eus avec une personne qui voulait me vendre "300 bouquins par mois" alors que moi j'en vendais à peine 20... En fait, elle souhaitait surtout s'emparer de mon site ! Entre temps, comme j'étais de plus en plus connu, M. Bogdan Kowal, dans le cadre de son émission "100 % warrants" sur Bloomberg-TV France, m'a invité
à une dizaine de reprises pour que je parle soit des mes bouquins (j'ai fini, à la suite de demande de lecteurs, par en écrire un autre sur l'analyse graphique, sorti en février 2003), soit des warrants. Cela m'a fait de la pub gratuite, évidemment. Un jour, au début de 2004, j'ai eu LA panne informatique, mais alors LA TOTALE : sur le fichier de près de 2.000 adresses e-mail que je m'étais constitué, j'ai réussi péniblement à en reconstituer, de mémoire, un peu plus de 270. DUR, DUR ! Et comme je n'avais rien sauvegardé (en fait, ma sauvegarde unique avait été infectée, elle aussi), je n'avais plus rien ! J'ai trouvé plusieurs solutions, mais je sais maintenant que ce que je devais faire, c'était comme lorsque j'envoyais des lettres par la poste : lire et relire le livre de M. Christian Godefroy, "Comment écrire une lettre qui vend", l'appliquer sur le Net comme je l'avais fait sur le papier. Comme depuis, à propos de la Bourse et des investissements, j'échange régulièrement des e-mails avec M. Christian Godefroy et qu'il n'est pas avare de conseils, je pense que je vais y arriver, avec une telle compagnie, d’autant plus que je peux vous assurer que Christian est probablement l’une des personnes les plus sympathiques et les plus serviables du monde ! C'est ce que je suis en train de faire... et de réussir ! Si je devais résumer ici les avantages que j'ai tirés de la lecture et surtout de la mise en application des conseils de M. Christian Godefroy dans son ouvrage "Comment écrire une lettre qui vend", je vous dirais ceci : vous pouvez trouver de nouveaux clients en apprenant à vous constituer un fichier ciblé ; vous pouvez vendre les produits que vous souhaitez diffuser avec un résultat qui vous étonnera ; vous pouvez vous améliorer personnellement en réfléchissant à ce que vous êtes et à vos rapports avec vos clients ; et bien d'autres choses encore, mais je crois que j'ai été suffisamment long, peut-être même trop. Le seul conseil que je peux vous donner est le suivant : -achetez l'ouvrage de M. Christian Godefroy, -lisez-le, relisez-le jusqu'à ce que vous pussiez l'appliquer dans problème -et vendez les produits que vous diffusez grâce aux lettres que vous aurez appris à faire vous-même ! Bon courage ! »
Guy Poursin http://www.succes-bourse.com
Olivier Robert www.TelAccueil.com
« I l y a 10 ans j'avais acheté la méthode de Christian Godefroy, "Comment Écrire Une Lettre qui vend", afin de développer la vente par correspondance de ma collection de CD de musique pour vidéastes. (Collection CD VIDEASTE) De 300 Clients au départ, j'ai fini avec un fichier de 6000 en l'espace de 3 ans. Ce fichier obtenu par des annonces presse, permettait de vendre les nouveautés à mes Clients grâce à un mailing expédié par voie postale. La moyenne de mes ventntÉecsr isre situait à 0,5% au débuet , ppouuirsc eennt aagpep lidqeu ant les méthodes de "Comme e Une Lettre qui vend" l retombées est passé à 2 , puis 5, puis 20 puis 90% lors de mon dernier mailing, ce qui m'a permis de vendre 5055 CD à 99FF de l'époque. Soit un CA de plus de 500.000 FF, pour un investissement ne dépassant pas 12.000 FF ! Inimaginable, pourtant Strictement Exact. Aujourd'hui, j'ai lancé un site Internet de création en ligne de messages sonores personnalisés pour attentes téléphoniques. J'applique les mêmes méthodes dans mes Emailings et annonces Google Adwords et en l'espace de 2 ans, j'ai réussi à intéresser plus de 2000 Entreprises. En conséquence, je ne peux que louer la justesse de l'ouvrage de M. Godefroy, qui en plus d'être un chercheur opiniâtre, est un Homme d'une disponibilité et d'une générosité rare, au service du succès de ceux qui croient et appliquent ses méthodes. Olivier ROBERT www.TelAccueil.com Le son de vos Attentes téléphoniques