Comment optimiser le recyclage des déchets ?
9 pages
Français

Comment optimiser le recyclage des déchets ?

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
9 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

le cahier des
Numéro 16 / Comment optimiser le recyclage des déchets ? / septembre 2009 Recherche Innovation&

Comment optimiser
Sommaire le recyclage des déchets ?
Aujourd’hui, 15 % des déchets traités par 2 Interview
Directeur du programme de recherche
collecte / tri et valorisation des déchets Veolia Propreté sont recyclés. Le Groupe s’est
fixé comme objectif de doubler ce taux de 6 Programme de recherche
DAD : quand l’opérateur de tri
sera assis dans un bureau valorisation matière d’ici 2012.
TSA2 : histoire d’un projet Outre une meilleure qualité du tri à la source, optimiser la récupération
des matières contenues dans les déchets suppose d’industrialiser les centres 8 Méthologie
Placer l’homme au-dessus de la machine de tri. Un défi, tout à la fois technologique et humain, pour la recherche
de Veolia Environnement. Zoom sur les avancées dans le domaine du tri 9 Technologie
des déchets ménagers issus de la collecte sélective (papiers et emballages).Un outil d’aide à la décision pour le tri
des papiers-cartons
3 questions à… 10
Olivier Scalliet,
Directeur du centre de tri
de Châteaubernard
Photo ? Le cahier des chroniques No. 16 / Comment optimiser le recyclage
scientifiques 2 des déchets ? / septembre 2009
Recherche & Innovation
inter View
Olivier Doyen
« Chaque matériau est trop
précieux pour n’être utilisé
qu’une fois. »
Olivier Doyen, d’ici 2020. Le Grenelle 1 prévoit d’atteindre
Directeur du programme un taux de ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 375
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Exrait

le cahier des
Numéro 16 / Comment optimiser le recyclage des déchets ? / septembre 2009
2 Interview Directeur du programme de recherche collecte / tri et valorisation des déchets 6Programme de recherche DAD : quand l’opérateur de tri sera assis dans un bureau  TSA2 : histoire d’un projet 8Méthologie Placer l’homme au-dessus de la machine 9 TechnologieUn outil d’aide à la décision pour le tri des papiers-cartons 10 3 questions à Olivier Scalliet, Directeur du centre de tri de Châteaubernard
Recherche Innovation &
Comment optimiser le recyclage des déchets ?
AUjOURD’HUI, 15 % DEs DéCHETs TRaITés paR VEOlIa PROpRETé sONT RECyClés. LE GROUpE s’EsT fixé COMME ObjECTIf DE DOUblER CE TaUx DE valORIsaTION MaTIèRE D’ICI 2012. Outre une meilleure qualité du tri à la source, optimiser la récupération des matières contenues dans les déchets suppose d’industrialiser les centres de tri. Un défi, tout à la fois technologique et humain, pour la recherche de Veolia Environnement. Zoom sur les avancées dans le domaine du tri des déchets ménagers issus de la collecte sélective (papiers et emballages).
Le cahier deschroniquesNo. 16 /Comment optimiser le recyclage 2  scientifiquesdes déchets ?/ septembre 2009 Recherche & Innovation
interView livier Doyen Chaquematériauesttroprécieux pour n’être utilisé qu’une fois. »
Olivier Doyen,d’ici 2020. Le Grenelle 1 prévoit d’atteindre Directeur du programmeun taux de recyclage matière et organique de recherche collecte/tri de 35 % en 2012 et de 45 % en 2015. et valorisation des déchets Les déchets contiennent une grande diversité de matières (papiers, cartons, métaux, verre, plastiques…) qui, si elles sont traitées de façon appropriée, peuvent être réutilisées dans un cycle de production olivier.doyen@veolia.com industrielle. Leur recyclage réduit la quan-tité de déchets ultimes et les impacts en-Veolia Propreté a pour ambition de doublervironnementaux qui leur sont liés. Outre le taux de valorisation matière des déchetsles économies de matières premières qu’il traite. Pourquoi cet objectif ?vierges, il induit en général des écono-« Pour éviter de gaspiller des ressources ! mies d’énergie et d’eau dans les procédés Chaque matériau est trop précieux pour et une réduction des gaz à effet de serre. n’être utilisé qu’une fois. Le Il limite aussi les dommages recyclage des déchets est un“ Rien ne se perd,environnementaux liés à rien ne se crée, impératif tout à la fois environ- l’extraction minière ou à la nemental et économique. Il est surexploitation forestière. À tout se inscrit comme une prioritél’heure actuelle, avec la ré-dans les orientations des poli-transformecession, les tensions sur les tiques européennes et nationales marchés internationaux de LavOIsIER relatives aux déchets. Selon la matières premières se sont directive déchets de 2008, les États apaisées. Mais pour combien de temps ? membres de l’Union européenne devront Nous vivons dans un monde fini. La recycler 50 % de leurs déchets ménagers croissance démographique et le dévelop-pement économique des pays émergents conduisent à raréfier les ressources na-turelles. Parallèlement, les résidus des activités humaines s’accumulent. C’est une nécessité d’extraire des déchets le plus possible de matières pour alléger la contrainte de la rareté comme pour préserver les équilibres de la planète. Le recyclage renvoie au principe « rien ne seperd, rien ne se crée, tout se transforme » attribué à Lavoisier et qui décrit le phéno-mène de cycle propre aux mécanismes de régulation naturels. C’est l’une des formes de l’écologie industrielle. »
Comment la Recherche de Veolia Environ-nement contribue-t-elle à atteindre l’objectif de 30 % du taux de recyclage ? « Au-delà de l’amélioration qualitative du tri à la source effectué par les ménages, il s’agit pour nous d’optimiser et déve-
Le cahier deschroniquesNo. 16 /Comment optimiser le recyclage 3  scientifiquesdes déchets ?/ septembre 2009 Recherche & Innovation
lopper les procédés de tri utilisés par le Groupe. Le tri est une étape stratégique pour le recyclage des déchets. Meilleure est sa qualité, meilleures sont les possi-bilités de valorisation. Notre objectif est non seulement d’augmenter les quantités et les types de matières récupérées dans les déchets, mais aussi de faire progresser l’hygiène et la sécurité (ou bien les condi-tions de travail) au travail. Pour nous, les deux objectifs de progrès technologique et d’amélioration des conditions de travail des opérateurs sont indissociables, le tri étant aujourd’hui en majeure partie manuel. Nous cherchons donc à auto-matiser les centres de tri des déchets en recourant à des technologies de plus en plus évoluées. Des collaborateurs spécia-lisés en ergonomie, en psycho-sociologie et en sociologie travaillent sur nos projets de recherche, pour évaluer l’impact du changement des conditions de travail et ainsi pouvoir anticiper les compétences nécessaires pour l’utilisation des techno-logies que nous mettons au point. »
Quels bénéfices les opérateurs retirent-ils de l’automatisation ? « L’un de nos programmes de recherche porte sur la suppression du contact entre l’opérateur de tri et le déchet. Nous déve-loppons un système de désignation à dis-tance (DAD), qui est actuellement au stade de pilote de laboratoire. Il devrait être opé-rationnel en 2010 (cf. article pages 6 et 7). Son principe est le suivant. Une caméra
restitue sur un écran tactile l’image du tapis de tri, l’opérateur désigne l’objet et déclenche par là même son éjection. »
Quelles solutions avez-vous trouvées pour aug-menter les débits et l’éventail des matériaux ? « Nous avons déposé en 2006 un brevet pour un système dit de tri séquentiel au t o - adaptatif (TSA2) qui permet d’utiliser les machines de tri à hauteur du débit maximal “ Nous cherchons donc àautomatiser garanti par les constructeurs et les centres de tri des déchetsen qui est appliqué aujourd’hui au trirecourant à destechnologiesde plus en des corps creux, plusévoluées.pour plusieurs matériaux en mélange : PEhd (bouteilles de lait), PET clair et foncé (bouteilles de sodas), polystyrène, polypropylène et briques alimentaires. »
Que signifie tri séquentiel auto-adaptatif ? « Habituellement, une machine de tri est réglée pour éjecter un matériau (deux au maximum). Avec le système informatique que nous avons développé, elle peut être programmée pour extraire plusieurs matières (jusqu’à une dizaine), les unes après les autres – en plusieurs séquences – sur le même tapis de tri. Notre système est conçu pour adapter en permanence les ordres d’éjection à la composition du flux de déchets – d’où le terme auto-adaptatif. Le système désigne un matériau à éjecter pendant une durée
Le cahier deschroniquesNo. 16 /Comment optimiser le recyclage 4  scientifiquesdes déchets ?/ septembre 2009 Recherche & Innovation
définie, les autres continuent de tourner en boucle sur la chaîne, comme les valises sur les tapis roulants des aérogares, et sont éjectés aux cycles suivants. »
Quels sont les avantages de TSA2 ? « Ils sont nombreux. Tout d’abord, on parvient à augmenter grandement les débits. L’éjection des matériaux par ordre de priorité quantitative libère de la place sur la chaîne de tri et permet de continuer à faire entrer les déchets en continu sans saturer le process. TSA2 a pour autre avantage de réaliser sur une seule machine ce ui na uère en
nécessitait cinq. D’où un gain en termes d’investissement machine et d’emprise foncière. Notre système permet en outre de trier davantage dans le détail et de récupérer plus de matières usagées. C’est fondamental pour développer de nouvelles filières de valorisation qui soient compétitives par rapport aux process qui produisent ces matières. L’automatisation du tri permet de viabiliser le recyclage sur le plan économique. »
Et les opérateurs de tri, que deviennent-ils ? « Ils vont évoluer vers le contrôle qualité du tri effectué par la machine. Une machine de tri n’est efficace qu’à 90 % environ. L’intervention humaine est nécessaire pour rectifier les erreurs. Cela suppose une profonde évolution du travail des opérateurs. Jusqu’à présent, le tri manuel s’ordonne autour de missions peu nom-breuses, effectuées chacun à un poste. L’agent de tri change 2 à 3 fois de poste dans une journée. L’opérateur de contrôle qualité devra s’adapter aux changements
de cycle de la machine. TSA2 induit un grand changement de rythme. Dans une configuration courante de tri automatisé, l’opérateur qui travaille sur le flux éjecté par la machine doit aussi faire cette recti-fication d’erreur, mais sur un seul type de matière. Avec TSA2, nous rompons cette monotonie et l’opérateur travaille plu-sieurs matières dans sa journée. Toutefois, nous avons observé que les opérateurs de contrôle de la qualité des machines de tri optique avaient des pointes d’activité avec des débits importants. Éviter cette pénibilité est l’une des raisons d’être du dévelo ement de DAD. Le rinci e est
de concentrer l’opérateur sur son expertise de reconnaissance et de le soulager des contraintes des gestes de préhension des objets. Par ce procédé, Il est possible de désigner beaucoup plus d’objets qu’on ne peut en prendre. Nous examinons les choses pour que le couple homme-machine fonctionne de façon optimale, tant sous l’angle de l’ergonomie, de l’orga-nisation du travail que de la formation (cf. article page…). »
Quel est l’impact en termes d’emplois ? « Nous avons fait des simulations pour savoir quel serait l’évolution de l’emploi si le tri est automatisé. Le passage du tri manuel au tri automatisé ne détruit pas d’emplois il en créera et repositionnera certains des opérateurs. En effet, plus on automatise le tri, plus on accède à des gisements de matières recyclables qui ne sont pas triées aujourd’hui, plus on génère de matières secondaires, plus il faut de ressources humaines pour traiter et contrôler la qualité de ces flux. Valoriser
Le cahier deschroniquesNo. 16 /Comment optimiser le recyclage 5  scientifiquesdes déchets ?/ septembre 2009 Recherche & Innovation
une tonne de plastique usagé demandera riaux. Tout le monde sait distinguer une davantage de main d’œuvre que produire peau d’orange d’un carton. En revanche, une tonne de plastique à partir du pétrole. c’est plus difficile de différencier les plas-Cela rend optimiste sur l’évolution globale tiques recyclables de ceux qui ne le sont des emplois à terme. » pas alors qu’une machine est capable de le faire. Dans la mesure où le travail de tri Quels types de dispositifs sont-ils mis endes ménages est simplifié, on peut en œuvre pour parvenir à un tri automatiqueattendre une augmentation des quantités extrêmement fin des matériaux ?»et des matériaux triés. « Le système repose sur le couplage d’un logiciel qui détermine des ordres d’éjec-Est-ce qu’il existe des débouchés pour tous tion et d’une machine de tri optique.les matériaux qu’il est possible de récupérer Concrètement, on appuie sur un boutonavec les machines de tri ? et parmi le flux de déchets composés de « Actuellement, pas pour tous. Mais bien corps creux (bouteilles plastiques, bri- souvent, la filière de valorisation n’existe ques alimentaires…), on éjecte ceux qui pas parce que les quantités de matières se composent d’un matériau déterminé, récupérables sont insuffisantes. Mais pour de PET incolore par exemple. L’un des de nombreux plastiques présents dans problèmes à résoudre a été d’intégrer un les poubelles des ménages, les filières grand nombre de reprise exis-Nous étudions les impacts d’une telle d’informations tent. C’est le cas issues de la du polystyrène, « révolution culturelle » machine de tri, n o t a m m e n t en termes de simplicité du geste de tri et des systè- u t i l i s é p o u r mes en place dans les centres de tri. les pots de yaourt, ou le polypropylène, À quel moment faut-il éjecter le produit utilisé pour les barquettes. Même si cer-le plus présent ? À partir de quel écart de tains plastiques ne sont pas recyclables volume avec les autres matières ? Nous pour des raisons technologiques ou de avons donc développé un algorithme coût économique ou environnemental, pour définir les règles et les réglages. Un leur valorisation énergétique est possible. pilote de recherche a ensuite été installé Dans une perspective à long terme, il sur notre unité prototype de recherche pourrait par ailleurs être intéressant près de Lyon pour montrer la faisabilité de les récupérer et de les stocker. Il est du système. » vraisemblable que certaines molécules naturelles, abondantes aujourd’hui, se Est-ce que la sophistication des machines deraréfient demain - le styrène par exemple, tri pourrait dispenser les ménages de fairequi provient du cactus, lequel est du tri à la source ?une espèce en voie de disparition en « Ces capacités très fines de récupération Amérique latine. » sélective des matières nous conduisent à nous demander s’il serait pertinent de faire évoluer les modes de collecte des déchets ménagers. Dans la mesure où le tri des déchets secs (plastiques, papiers, cartons, métaux) peut désormais être industrialisé, serait-il plus viable du triple point de vue social, économique et envi-ronnemental de demander aux ménages de concentrer leurs efforts de tri à la source sur les déchets alimentaires et les déchets dangereux uniquement, et de mettre en vrac tout le reste dans un seul bac, ou dans un premier temps d’élargir grandement le nombre de matières à mettre dans la poubelle des déchets à recycler ? Nous étudions les impacts d’une telle « révolution culturelle » en termes de simplicité du geste de tri, de nombre de passages de collecte, d’optimisation de la valorisation des biodéchets et des maté-
Le cahier deschroniquesNo. 16 /Comment optimiser le recyclage 6  scientifiquesdes déchets ?/ septembre 2009 Recherche & Innovation
ProGrAmme de recherche DAD : quand l’opérateur de tri sera assis dans un bureau Actuellement au stade pilote (échelle 1) dans le centre de tri de Veolia Propreté à Saint-Priest, le projet de Désignation à distance (DAD) développé par la R&I du Groupe devrait passer à la phase de prototype industriel début 2010. Conçue pour supprimer le contact entre les opérateurs de tri et les déchets, sa mise en œuvre améliorera les conditions d’hygiène et de sécurité dans les centres de tri et adaptera le contrôle qualité à des débits de 5 000 objets / heure – il est possible de désigner 2 fois plus d’objets que l’on ne peut en prendre.
Aujourd’hui, les agents de tri effectuent leur métier debout. Bien qu’ils portent des gants de sécurité, ils sont exposés quotidiennement au risque de piqûres par des seringues Placé devant l’écran,l’opérateurmalencontreusement jetées avec les déchets désigne l’objetdont il a la charge, des collectes sélectives. ce qui active son éjectionparIls travaillent dans des cabines qu’il faut un systèmeà air pulsé. chauffer et ventiler pour leur assurer des conditions de travail acceptables, ce qui induit un coût énergétique important.
réDUIRE la péNIbIlITé DEs TâCHEs
L’idée du système de désignation à distance est de recentrer les opérateurs sur le travail à plus forte valeur ajoutée, la désignation des objets, et de les transférer dans un local plus facile à chauffer où ils seront assis et soumis à moins de désagréments. Par ailleurs, la variété et les quantités de déchets à trier étant appelées à progresser, et les débits des systèmes de tri augmentant, jusqu’à 5 000 objets / heure, soit 2 objets / seconde, la capacité humaine à extraire à la main les déchets « oubliés » par la machine atteint ses limites.
Écran tactile avec prise de vue d'une tranche du convoyeur.
Le cahier deschroniques 7  scientifiques
No. 16 /Comment optimiser le recyclage des déchets ?/ septembre 2009 Recherche & Innovation
DAD Désignation à Distance - Synoptique
désIgNER plUTôT QU’ExTRaIRE
Le dispositif de DAD fonctionne de la façon suivante. Un appareil transmet la prise de vue d’une tranche du convoyeur sur un écran tactile. Placé devant l’écran, l’opérateur désigne l’objet dont il a la charge, ce qui active son éjection par un système à air pulsé. Pour parvenir à élaborer ce système, les chercheurs de Veolia Environnement ont tout d’abord travaillé sur la prise d’image, afin que les opérateurs puissent aisément identifier les objets à retirer. Ils ont aussi testé des écrans tactiles afin de sélectionner ceux qui sont adaptables aux cadences très élevées des centres de tri. Enfin, ils ont paramétré le système informatique pour gérer l’écart de quelques secondes entre la désignation et l’éjection des objets. L’ergonomie du système et l’organisation du travail ont également été analysés (cf. article page 8).
tSA2 : HIsTOIRE D’UN pROjET
Lancé fin 2005, le projet de recherche Tri séquentiel auto-adaptatif a débouché sur un dépôt de brevet en 2006 et s’est achevé au printemps 2009. Retour sur les étapes d’un processus de développement exemplaire.
• Analyse de la composition des flux de collectes sélectives. Analyse des performances des machines de tri optiques utilisées dans les centres de tri. • Élaboration d’un outil de modélisation pour cibler les techniques de tri optimales en fonction de la composition des flux. • Simulation mathématique du système de recirculation des déchets non éjectés pour en évaluer la pertinence et en définir les modalités. Écriture des équations mathématiques pour préciser les critères des ordres d’éjection des matériaux. • Développement d’un automate (algo-rithme de calcul) qui analyse en continu
le flux de déchets et transmet à la ma-chine de tri optique l’ordre d’éjecter les matériaux. • Développement des outils de communi-cation entre l’automate et la machine de tri. • Réalisation d’un pilote à l’échelle 1. • Accompagnement social sur pilote. Installation du prototype industriel au centre de tri de Veolia Propreté à Châteaubernard. • Analyse des performances industrielles sur 12 mois. • Analyse des conditions de travail. Élaboration des spécifications techniques afin que le système puisse être dupliqué. • Conception, avec le Campus de Veolia Environnement, d’un module de formation et de préparation au changement pour les opérateurs de tri. • Développement d’un outil de simulation numérique pour dimensionner la machine au regard des caractéristiques de chaque centre de tri.
Le cahier deschroniquesNo. 16 /Comment optimiser le recyclage 8  scientifiquesdes déchets ?/ septembre 2009 Recherche & Innovation
mÉthoLoGie Placer l’homme au-dessus de la machine L’une des pistes de travail de la R&I de Veolia Environnement est de prendre en compte la dimension humaine lors de la mise en œuvre d’évolutions technologiques, non seulement en termes d’ergonomie, d’organisation et de formation, mais aussi d’acceptabilité sociale. Une équipe de 3 personnes, respectivement formées en ergonomie, en psycho-sociologie et en sociologie, intervient à cette fin dans les projets de recherche.
es innovations technologiques modifient a façon de travailler dans les centres de ri. La R&D veille à ce que les opérateurs uissent s’y adapter sans dommage.
RgONOMIEDEs pOsTEs E TRavaIl
es études d’ergonomie sont menées vant leur mise en œuvre. Il s’agit d’étu-es d’ergonomie physique, pour éviter es troubles musculo-squelettiques, et d’ergonomie cognitive. Ainsi par exem-ple, pour le système de Désignation à distance (DAD), la présentation à l’écran de l’image du flux de déchets a été conçue en fonction de la stratégie de désignation des opérateurs. De quelques secondes, la durée d’affichage prend en compte le temps d’analyse nécessaire à la désignation.
oRgaNIsaTION DU TRavaIl
En ce qui concerne l’organisation du travail, DAD tient compte de l’esprit d’équipe qui prévaut parmi les opérateurs de tri à l’heure actuelle. L’opérateur placé au début de la chaîne de tri a une tâche plus complexe que ses collè-TSA2, Pour des analyses gues : il doit extraire du tapis une matière psycho-sociologiques parmi une multiplicité ont été menées tout au long dud’autres – la variété des déchets diminuant au processus de développement, fur et à mesure du tri. en amont, pendant la phase pilote, et au Ses collègues compen-démarrage duprototype industriel sent le cas échéant ses oublis. Cette possibilité de collaboration a été transposée dans le système DAD : une même image peut défiler en cas de besoin d’un écran tac-tile à un autre. Pour TSA2, des analyses psycho-sociologiques ont été menées tout au long du processus de dévelop-
pement, en amont, pendant la phase pilote, et au démarrage du prototype in-dustriel afin de favoriser la bonne adapta-tion des équipes au changement. La R&D a travaillé en collaboration avec la DRH et le CAMPUS pour élaborer des formations. Pour les opérateurs, l’évolution majeure induite par TSA2 réside dans le rythme de tri, les consignes d’éjection changeant toutes les minutes. Des campagnes de tests, d’observations et d’entretiens ont servi à savoir comment ils s’accordaient avec la machine, de quelle façon ils réa-gissaient au changement de consignes et quels moyens mettre en œuvre pour les assister dans leur tâche. Elles se sont notamment appuyées sur l’analyse de plans filmés au-dessus et en face du poste de travail. Les campagnes ont montré que les opérateurs s’approprient le dispositif et qu’ils s’impliquent dans la fonction de contrôle qualité. Ils trouvent stimulants les changements de consigne, comparés à la monotonie du tri ciblé sur un seul ma-tériau. L’utilité d’un système d’informa-tion permettant à l’opérateur d’anticiper la séquence suivante pour réduire son stress a été mise en évidence. Des amélio-rations ergonomiques ont été apportées au vu de ces études.
ACCEpTabIlITé sOCIalE
Les chercheurs travaillent également à évaluer l’impact sociologique de l’auto-matisation du tri, à savoir l’acceptabilité sociale de la progression du recyclage. Des enquêtes ont notamment eu lieu auprès des filières de reprise afin d’iden-tifier les freins éventuels à la réutilisa-tion des plastiques usagés et la façon de les lever.
Le cahier deschroniquesNo. 16 /Comment optimiser le recyclage 9  scientifiquesdes déchets ?/ septembre 2009 Recherche & Innovation
3 queStionS à… Olivier Scalliet « Il est possible d’automatiser un centre de tri de moyenne capacité tout en maintenant des emplois de proximité. »
Olivier Scalliet, Directeur du centre de tri de Châteaubernard
due à l’indisponibilité d’autres équipe-ments de tri de la région. Enfin, nous avons obtenu un gain de productivité de 17 % du fait de la mobilisation d’un seul opérateur au lieu de 3 pour contrôler la qualité du tri de la machine. »
Que sont devenus les 2 autres trieurs ? olivier.scalliet@veolia.com « Les 2 postes libérés ont été affectés au contrôle qualité du tri des papiers et La première application industrielle du cartons afin de répondre aux exigences système de tri séquentiel auto-adaptatif d’un papetier qui a relevé le niveau de (TSA2) a été réalisée en avril 2008 ses prescriptions techniques. Selon le au centre de tri de Veolia Propreté à dispositif de rotation des effectifs mis Châteaubernard, en Charente. Située près en place, chaque opérateur est affecté de Cognac, cette unité traite à l’année au poste de TSA2 pendant 1 h 40 tous les 14 000 tonnes de déchets ménagers issus 3 jours. L’implantation de TSA2 montre des collectes sélectives. qu’il est possible d’automatiser un centre de tri de moyenne capacité avec un retour Comment TSA2 a-t-il été intégré dans votresur investissement de l’ordre de 2 à 3 ans process de tri ?tout en maintenant des emplois de « Couplé à une machine de tri optique, proximité. À ce jour, à effectifs constants, TSA2 a pris place en aval de la chaîne de nos coûts de revient sont plus compétitifs tri pour séparer 5 types de matériaux : et nous produisons une matière première les bouteilles transparentes incolores secondaire de meilleure qualité. » (PET), les bouteilles chaque opérateur transparentes de est affecté couleur (PET), les esde TSA2h 40pendant 1 au poste flacons opaqu tous les 3 jours(PEhd), les briques alimentaires et les papiers résiduel 15 jours, en mainte centre de tri au tier
Quelles amélioration « Avec TSA 2, nous t machine 5 catégori de 2. Nous optimiso de la machine de tr chant son taux d’util nominale. Le taux d resté stable, c’est-à-d’arrêt contraint. Le des filières de repri recirculation des dé permet de mieux v Sur 12 mois, le débi passant de 4,3 à 4,8 a permis de faire f
Ce cahier des chroniques scientifiques est un complément d'une vidéo réalisée sur le thème du recyclage des déchets.
Il s'agit d'une vidéo d'environ 4 minutes réalisée avec le concours de Marie-Odile Monchicourt (journaliste sur France Info).
Découvrez la vidéo et le cahier sur l'intranet et l'internet de Veolia Environnement (onglet R&D).
Remerciements à : • Nos experts, Olivier Doyenet Olivier Scalliet pour leur collaboration et leur disponibilité.
Directrice de la publication et de la rédaction : Fanny Demulier Responsable éditorial :Edith WEITZ Rédaction :Monik Malissard Conception :Dream On Contact :Direction de la Communication  19 rue La Pérouse  75016 Paris - France  Tél. : +33 (0)1 71 75 10 88  Fax : +33 (0)1 71 75 05 92  Mail : fanny.demulier@veolia.com
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents