19 pages
Français

De l'Hôtel Salé au musée Picasso - article ; n°1 ; vol.68, pg 35-52

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Revue de l'Art - Année 1985 - Volume 68 - Numéro 1 - Pages 35-52
18 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1985
Nombre de lectures 125
Langue Français
Poids de l'ouvrage 4 Mo

Exrait

Monsieur Bruno Foucart
De l'Hôtel Salé au musée Picasso
In: Revue de l'Art, 1985, n°68. pp. 35-52.
Citer ce document / Cite this document :
Foucart Bruno. De l'Hôtel Salé au musée Picasso. In: Revue de l'Art, 1985, n°68. pp. 35-52.
doi : 10.3406/rvart.1985.347511
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rvart_0035-1326_1985_num_68_1_347511Bruno Foiicart
De Hôtel Salé
au musée Picasso
cle et naient main excitant dans encore était exercée pas trop lement création de justifié ateliers-villas-hôtels-châteaux le interrogations 1975 hors Beaubourg uvre passage Cette était dire de neuf une comme cet emblée ceux restauration plus de extravagant avait en du Le souci demeure hôtel immédiate La Picasso Le de 1974 contraste plus naturel qui gardé dation le de quand nouveau atelier le moderne toujours avaient conservateur restituer plus ancienne modèle ne que des le Picasso Le intuition la grand serait souvenir grands installation parcouru musée Secrétaire cole création de disponible des un Boisgeloup ces jamais dévolution département pucci que Dominique alors peu bonnes tout en Amérique sable Michel tion le des provenait peintres lieu du hôtels appelait ne plus la lieux responsable tat fasciné Métiers origine le de comme atmosphère les elles futur aussitôt devait-il espèce complice dation aussi de tant peintre possible depuis extraordinaire Picasso laissé Guy parisiens guides où devient avait tout tat Hôtel de Vauvenargues Bozo du musée Art de comme bien la pas Il Picasso atelier de sans alors des le avait Américo confirmée Hillairet découverte la grand dans 1974 était semblait pas appartiennent lui-même Hôtel semble vite installée Salé du un de monde la désigné se Culture idées affectation avoir par secrétaire besoin aimés était xvi les révèlent pour insaisis trouvait escalier longues intui est si de lieu ait effet salles don Ves bien plus éga Salé sur que dès siè qui ces par été La un de du ne la et Hôtel Aubert di Fuiir iiay au rea-de-chaussée Contei les Vieux Hotell Je Paris Illustration non autorisée à la diffusion
Plan de circulation Roland Siiiioiiiicf fastueux et du dédale des pièces encombrées Au plus envisagé pour la présentation des collections Il était
tumultueux des peintres modernes devait être confiée la plus suggéré que on évite dans les salles exposition des
baroque des demeures parisiennes située de plus dans la structures de type prothésiques Il revenait aux architectes
mouvance du Centre Georges Pompidou alors en cours de concevoir une modulation de espace apparence
achèvement De Beaubourg Salé effet Picasso devait définitive que on pourra modifier tous les cinq ou dix ans
irradier idée un court moment suggérée par la famille sans avoir mettre en cause les structures architectoniques
une construction contemporaine la recherche autres exception des salles réservées aux dessins éclairage
lieux et par exemple la Bourse de Commerce se révélèrent serait confié la lumière naturelle éventuellement renfor
aussitôt vaines tant appel de Salé était fort tant ce grand cée de lumière artificielle Rien de tout cela était si
vaisseau échoué ne pouvait être mieux renfloué que pour por évident quand on songe la place avait prise dans les
ter Picasso Les presque inévitables retards les attendus obs musées la lumière électrique comme au Grand-Palais par
tacles administratifs financiers politiques psychologiques exemple où les baies des salles exposition avaient été
techniques et autres qui marquent toute grande entreprise bouchées si on se rappelle autre part que la souplesse
ne purent rien contre évidence des faits et la nature des la malléabilité des espaces avait été un des éléments du pro
choses soit entente cordiale entre cette dation et cet hôtel gramme de Beaubourg Enfin le jardin-terrain-vague devait
être traité en un espace privé et un espace public que on
creuse ou que on construise en surface extension néces
saire au musée Cette petite phrase innocente et une Le concours de 1976
précision superfétatoire allait se révéler la pierre de touche
Encore fallait-il vérifier de la compétition en distinguant ceux qui firent trop
le bien-fondé de cette idée attention et celui qui en tint pas compte
première sa faisabilité Les réponses furent rendues en mai 1976 Elles firent
comme on dit vilainement alors objet une mémorable présentation orale par les
hui La formule choi architectes eux-mêmes devant une assemblée réunissant les
sie fut celle un concours responsables des grandes Directions concernées du ministère
idées et limité quelques de la Culture ses experts ses conseillers est là que
invitations Il ne semblait pas imposa le seul projet qui croyait que le programme pouvait
nécessaire le problème étant insérer dans hôtel proposé vertu négative mais suffisante
celui de Roland Simounet plus réduit de réouvrir un con
cours comparable celui de Jean Monge architecte en chef des bâtiments civils et
Beaubourg esprit était plu palais nationaux venait de terminer le Musée de Poitiers
tôt celui une consultation situé quelques pas du baptistère Saint-Jean et de la
Cathédrale Inscrivant ses bâtiments intérieur même des Quatre architectes furent ainsi
sollicités Roland Castro et hauts murs de la communauté Sainte-Croix gardant des
édifices du XV et du XVI siècle il avait Poitiers con son G.A.U Groupement pour
en béton un musée-cloître demi enterré au volume Architecture et Urbanisme) Jean Monge Carlo Scarpa
Roland Simounet Les choix sont toujours contestables mais fortement affirmé éclairage dramatisé Cette récente
expérience le désignait tout naturellement pour cette joute on pouvait espérer de quatre personnalités aussi différentes
et contrastées elles-mêmes proposées par les divers Pour Hôtel Salé Jean Monge proposait un parti qui privilé
intervenants la Direction des Musées de France la Direction giait la fa ade sur jardin plus largement ouverte sur exté
rieur et la ville mieux même selon lui attirer le public de Architecture le Ministre et son Cabinet des proposi
tions suffisamment fortes et diverses pour assurer des architecte enterrait les expositions temporaires et une
grandes options partie des expositions permanentes sous le jardin privé
Le pré-programme rédigé par Dominique Bozo et daté ouvrant de larges communications entre les sous-sols voûtés
de Hôtel et les siens accès aux expositions pouvait se du 15 mars 1976 qui avait été remis aux concurrents
demandait des surfaces environ 4600 m2 Invoquant em faire par le jardin public Le sous-sol était traité en espaces
différenciés divers niveaux desservis par des rampes qui blée les exemples autres grands musées monographiques
tels ceux voués Gustave Moreau et Rodin Paris se prêtent par les jeux de plateaux elles desservent des
Van Gogh Amsterdam Paul Klee Berne Fernand dispositions très variées La combinaison de éclairage
artificiel et naturel devait permettre une pluralité am Léger Biot Matisse Cimiez Mir et Picasso
Barcelone le programme précisait que le nouveau Musée biances Jean Monge affirmait autre part son souci de
préserver au maximum les espaces de hôtel Il confiait ce Picasso ne pouvait se limiter la présentation statique
une collection permanente Il fallait également prévoir soin des herses structures métalliques et triangulées
des espaces pour les expositions temporaires et un centre fixées au plafond où on pouvait la fois suspendre les
études et de documentation Une salle polyvalente pouvant éclairages et par intermédiaire de câbles les uvres Les
accueillir conférences et projections concerts et mêmes petits sols et les murs étaient ainsi dégagés Matériel muséologique
spectacles était demandée Les uvres exposées étant pas et uvres venaient donc se poser presque concurremment
dans écrin des salles Ce faisant Jean Monge prenait le alors connues le programme donnait seulement des chiffres
globaux deux trois cents peintures deux cents sculptures risque de contredire la méfiance révélée dans le programme
deux trois mille dessins pour les éléments prothésiques Une véritable mise en
Dans sa volontaire sécheresse ce pré-programme évo scène des collections était suggérée dans ce projet où se
quait pas la question du monument historique Des docu redéployait et se reproposait expérience de Poitiers fig
ments annexes précisaient la situation juridique de hôtel et et 4)
les différentes parties classées qui devaient de toute fa on Un peu comme Jean Monge Roland Castro et équipe
du G.A.U portaient la plus grande part de leur effort sur la et sauf complications et redoutables discussions administra
tives être respectées architecte en chef des monuments fa ade arrière et espace des deux jardins Considérant que
historiques chargé du bâtiment Bernard Vitry était en train Hôtel était de toute fa on trop petit pour accueillir
de mener la restauration des extérieurs et de la cage uvre Castro créait arrière sur le jardin privé un
nouveau bâtiment une orangerie disait-il mais qui rivali escalier Les intérieurs étaient en vérité dans un tel état de
sait en hauteur et volume avec le Salé lui-même Des dégradation un examen scientifique était indispensable
état de hôtel venait de passer par trop avatars pour passerelles reliaient les deux édifices Castro constituait ainsi
il fût alors réellement connu et exactement apprécié une sorte de seconde cour intérieure salle ouverte qui
Quelques indications clé figuraient dans ce programme de pouvait être aussi protégée par des vélums destinée aux
sculptures La fa ade intérieure de son second hôtel était ton si retenu Un parcours linéaire chronologique était
37 .... if-
II! It Illustration non autorisée à la diffusion
ji
..... L-
l-ë -- 1;-
Jean Monge Projet pour le Musée Picasso 1976
coupe transversale ouest-est sur le jardin le bâtiment principal et Cour honneur
Illustration non autorisée à la diffusion
Jean Monge Projet pour le Musée Picasso 1976 fa ade sur jardin Illustration non autorisée à la diffusion
ADE RUE VIEILLE DU TEMPLE FA
Roland Castro et le Groupement pour Architecture et Urbanisme) Projet pour le Musée Picasso 1976
fa ade me Vieille-dit-Temple deux nouveaux bâtiments masquent en partie la fa ade sur
Illustration non autorisée à la diffusion
Roland Castro et le Groupement pour Architecture et Urbanisme) Projet pour le Musée Picasso 1976
coupe longitudinale est-ouest sur la Cour honneur le bâtiment principal et les nouveaux bâtiments construits dans le jardin revêtue de miroirs où devait se casser image du premier qui sont assurément les plus beaux de ceux fournis par les
renvoyée et brisée en multiples reflets Le nouveau corps de concurrents restaient très allusives Aussi bien les collec
bâtiment était échancré au centre Ainsi une grande béance tions étaient-elles pas encore connues ce qui ne pouvait
donnait depuis la rue Vieille-du-Temple vue travers les que gêner grandement Scarpa dont le génie de metteur en
jardins sur la fa ade Ouest de Hôtel scène ne excitait vraiment que sur des problèmes concrets
Le affirmé de Roland Castro était de créer un Ce est pas un hasard si ses feuilles étaient surtout des vues
espace conflictuel opposer les constructions et les extérieur Comme Castro Scarpa proposait de construire
époques Il gagner la confrontation et tout arrière mais en se tenant sur le seul côté Sud pour mieux
perdre au pastiche assurait architecte qui voulait unifier effacer la pénible mitoyenneté Son bâtiment aurait contenu
et mettre en tension deux types espaces deux sortes de les cabinets estampes et de dessins Comme Monge il
fa ades une classique exacte rationnelle autre cubiste installait sous le jardin privé les expositions temporaires et
salles de sculptures dans axe une longue rampe se éclatée un peu vertigineuse Pour Roland Castro ce
moderne baroquisant qui avait remporté le concours pour terminant par une sorte de rotonde surplombant le jardin
aménagement de la place de La Roche-sur-Yon en instal public permettait aux visiteurs accéder au niveau supérieur
lant au centre sur la statue de Napoléon une assez étonnante aménagé en jardinets Les quelques croquis aux coloris si
Illustration non autorisée à la diffusion
SALLE OUVERTE
Roland Castro et Groupement pour Architecture et Urbanisme) Projet pour le Musée Picasso 1976
salle ouverte entre fa ade côté jardin et les nouveaux bâtiments construits dans le jardin
serre la présence de Picasso appelait une excitante réponse vifs et verts de Scarpa montraient combien il était sensible
architecturale Il rêvait ainsi une construction qui dans son environnement Dans Hôtel Scarpa faisait grand usage
esprit eût été équivalent de la décomposition et de analyse de mezzanines Ses dessins non accompagnés de devis et
cubiste des formes et de leur irrespect créatif Comme enivré explications écrites valaient surtout par leur qualité gra
par le pouvoir de oeuvre de Picasso architecte se laissait phique Mais aura du personnage et le charme de son verbe
emporter dans les rêves une création rivale fig 7) pouvaient-ils suffire convaincre un aréopage soucieux de
Il était beaucoup espéré et attendu de intervention de ne pas trop aller aventure évidence son projet
Carlo Scarpa le plus célèbre assurément des invités le plus impliquait de plus précis développements Scarpa voulait-il
vraiment contraindre Sa mort en 1978 de toute fa on âgé aussi des protagonistes Celui qui avait organisé quelques-
rendu inutiles les regrets fig 11) unes des expositions les plus prenantes des dernières décen
nies avec leurs mémorables mises en scène que on pense
aux Mostre Paul Klee en 1948 Venise Antonello de La proposition Simoiinet
Messine en 1953 Mondrian en 1956 Rome et tout
Le projet de Roland Simounet qui était depuis 1974 en récemment était en 1974 Venise-Byzance au Palais des
train de réaliser le musée de Nemours avait par rapport aux Doges) ne devait-il pas trouver dans installation de Picasso
Salé occasion une intense réflexion sur la bonne autres une originalité toute négative mais qui allait se révéler
décisive Il était le seul ne pas proposer de nouvelles manière de la disposition Celui qui avait aménagé le Musée
constructions ne pas creuser le sous-sol La solution Correr le palais Abatellis de Palerme la nouvelle aile de la
proposée directement déduite de état des lieux et des Gypsothèque de Possagno le Musée de Castel vecchio
structures est entièrement intégrée dans enveloppe des Vérone trouvait ainsi peut-être trop tard sa première
volumes existants Cette courte phrase suffisait dans le possibilité exercice en France
soin même du choix des mots définir toute ambition du Ses propositions figurées dans de surprenants dessins
40 à1
i- èé -- ft ëä
Illustration non autorisée à la diffusion Illustration non autorisée à la diffusion
aSK --
Carlo Scarpa Projet pour le Musée Picasso 1976 Carlo Scarpa Projet pour le Musée Picasso 1976
dessin préparatoire pour étude du parterre plan) 057 0745 cm vue perspective sur le jardin dessin 0455 0638 cm vue)
projet Dans sa note explicative Roland Simounet était pavillon Sud exactement au point de départ exté
également le seul ne pas évoquer comme par pudeur rieur côté jardin sur le flanc Sud architecte dissimulait les
ombre de Picasso il laissait de côté les questions éclai locaux techniques sous des talus plantés
rage de présentation apparemment prématurées pour en Les décisions se prennent sur de grands et simples partis
tenir une analyse architecturale de Hôtel de son ossature trois contre un les projets se divisaient en deux catégories
Son projet se résumait en somme un parcours ses dessins ceux qui construisaient en sous-sol ou en surface pour tous
un écorché Une maquette franciscaine donnait les struc les espaces supplémentaires celui qui avait cru les trouver
dans le volume même de hôtel quitte le subdiviser Le tures fig 12 16)
Les expositions temporaires les locaux administratifs la second parti était pas sans risques mais il avait immense
salle polyvalente étaient installées hors uvre dans les avantage de concentrer attention et les décisions prendre
communs Dans hôtel lui-même il logeait les collections sur le principal qui était hôtel éviter la dispersion des
permanentes ainsi que les cabinets de dessins et estampes et efforts de ne pas susciter inutiles et difficiles concurrences
le centre de documentation Ces derniers placés dans les architecturales En refusant certaines des suggestions du
hauts niveaux avaient sur la cour un accès part situé dans programme le que on creuse ou que on construise en
le pavillon Sud Le flot des visiteurs accédait naturellement surface extension nécessaire au musée Roland Simounet
rappelait que la facilité était moins prometteuse que la aux collections par entrée centrale architecte ne trouvait
pas moins de neuf niveaux dans le volume global de Hôtel rigueur Les mérites et faiblesses intrinsèques des trois
qui en comptait apparemment que cinq sous-sol rez-de- projets constructeurs effa aient devant la force une
chaussée étage noble second étage combles Mais il proposition unique Roland Simounet avait enfin déjà montré
Nemours combien son appareillage muséographique pouvait insérait dans les appartements du rez-de-chaussée et du
premier étage des mezzanines et redivisait les combles Ces être discret et intégré aux structures architecturales Après
niveaux hors le grand escalier conduisant au premier étaient tant interventions si fortes de muséographes-metteurs en
scène on sentait le besoin un retour au texte la desservis par des rampes en pente douce sans aucune
marche installées dans le pavillon Nord Un circuit long ou simplicité une disposition faisant confiance aux uvres
pour convaincre par elles-mêmes et sans excessif secours court si on interrompt promenait ainsi longitudinalement le
visiteur un niveau autre du Sud au Nord et le artifices lumineux et théâtraux Roland Simounet était
vraisemblablement homme de cette ascèse2 reconduisait après passage au sous-sol et par escalier du
Illustration non autorisée à la diffusion Illustration non autorisée à la diffusion
Carlo Scarpa Projet pour le Musée Picasso 1976 11 Carlo Scarpa Projet pour le Musée Picasso 1976
vue sur fa ade côté jardin et sur le nouveau bâtiment dessin 0345 0465 cm vue) vue perspective sur le jardin dessin 037 049 cm
41 Roland Simounet Projet pour le Musée Picasso 1976 coupe est-ouest sur le batimeiir des communs et le bâtiment principal 12
56.90
53
51.78
49.27
45.83 45.18
42.43
39.75
37.05
32.60
Roland Simounet Projet pour le Musée Picasao 1976 coupe longitudinale sur IL bâtiment principal Dit concours au projet définitif
Le passage du projet daté
du 17 mai 1976 état défini
tif est passionnant suivre
tant il témoigne un appro
fondissement de la réflexion
et un affinement des solu
tions En vérité le programme
du musée mis en forme en
mai 1979 ne pouvait être éta
bli partir de la con
naissance réelle des collec
tions le programme architec
tural devait en être exacte
traduction Le travail et la
réflexion commune du conser
vateur et de architecte expli
quent et justifient les nouvelles
solutions auxquelles ils aboutirent3
Il eut décisions essentielles une confirmation et une
modification La décision de faire commencer le parcours 14 Roland Simounet vue sur la Cour honneur étage noble fut confirmée En revanche les mezzanines les bâtiments des communs et les salles du bâtiment principal
insérées dans les deux premiers niveaux et les rampes côté cour maquette décembre 1976
ménagées le pavillon Nord furent carrément supprimées
pour les premières et considérablement réduites pour les
secondes la différence de tous les autres concurrents
Roland Simounet avait dans sa déclaration de mai 1976
spécifié que appel du grand escalier oriente avec force le
sens de la visite vers le premier étage Le programme
muséographique adapta sans peine la raison de architec
ture Désormais le circuit commence au premier étage Une
fois entré dans le vestibule situé dans axe de la cour
honneur après avoir jeté par transparence un coup il
sur la salle du rez-de-chaussée la dernière du circuit qui fait
face le visiteur est appelé sur sa droite passer dans la cage
de extraordinaire adjectif devenu litote escalier et
le gravir La sollicitation est en effet trop forte pour il
soit possible résister Les collections et le monument
ont pas mener une vie séparée ou parallèle isolement
de escalier chef-d uvre en soi au milieu des collections
était concevable mais non souhaitable Que le circuit normal
ne passe pas par escalier et par cet escalier-là aurait
assurément été une atteinte au moral et la nature de Hôtel
Salé
était en effet nier intuition initiale de la correspon
dance travers les temps entre le baroque et luxuriant Salé
et uvre de Picasso escalier joue dans cet hôtel un tel 15 Roland Simounet vue sur les salles côté jardin
rôle que son ascension immédiate impose Il faut abso maquette décembre 1976
lument passer par lui pour accéder aux collections plaisir
préalable et acte propitiatoire Comme dans opéra de
Charles Garnier un escalier est le nécessaire passage initia
tique Plus simplement Roland Simounet fait remarquer que
on obéit ainsi au désaxement du bâtiment ce profil en
baïonnette invisible de la cour honneur mais qui dès le
vestibule franchi bouscule attente et précipite la marche
Si la composition avait été normalement centrée sans doute
aurait-on commencé par le rez-de-chaussée Peut-être aussi
Roland Simounet par un de ces accords secrets qui font le
bonheur de la création retrouvait-il dans Salé la confirmation
de ses propres tropismes ancien habitant une ville en
terrasses lui qui est né et vécu dans Alger la blanche et la
pentue Il aime visiter dit-il en descendant Il préfère
monter sans rien voir réservant ainsi toutes ses facultés
attention et descendre doucement en se laissant aller la
fluidité un parcours où les uvres se délient une salle
autre comme la gerbe des plaisirs Hôtel Salé et son
montueux escalier propice aux grandes descentes offrait en
somme un nouveau prétexte sa rêverie circulatoire
Du projet de 1976 état final escalier garde donc le
rôle primordial qui est le sien disparaissent autre part les
mezzanines Roland Simounet était pas le seul avoir
songé Scarpa et Castro les utilisaient Mais il leur donnait 16 Roland Simounet vue sur les rampes de circulation
pignon nord maquette décembre 1976 un grand rôle elles couraient tout au long des salles