779 pages
Français

Entre monnayage officiel et faux-monnayage : la fabrication de la monnaie au marteau en France (XIIIe - XVIIe siècles) : approche physico-chimique, expérimentale et historique, Coining and counterfeiting : the hammered coin production in France (XIIIth - XVIIth centuries) : a physicochemical, experimental and historical approach

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Sous la direction de Bernard Gratuze, Florian Téreygeol
Thèse soutenue le 13 février 2009: Orléans
Suite aux fouilles du second atelier monétaire royal de La Rochelle (17), une grande quantité de matériel a pu être mis au jour. Cette découverte est exceptionnelle par deux aspects puisqu’il s’agit à ce jour de l’unique atelier officiel fouillé en France et que les structures et objets découverts permettent en une première lecture, d’ébaucher une chaîne de production de la monnaie. Ce matériel précurseur complété de céramiques provenant de l’atelier médiéval de Montreuil-Bonnin (86) constitue la base de cette étude archéométrique inédite des techniques monétaires officielles. Cette recherche, par définition multidisciplinaire, s’appuie sur la caractérisation physico-chimique de corpus archéologiques mais également sur une étude des sources historiques : traités monétaires, procès-verbaux, comptes d’atelier... Enfin, les reconstitutions paléométallurgiques participent pour une part importante aux discussions engagées. Elles renseignent sur la complexité des opérations tout en produisant des analogues librement étudiables, comparés aux échantillons anciens. La compilation de toutes les données collectées permet non seulement de proposer une description des techniques du monnayage au marteau telles qu’elles étaient mises en oeuvre dans les fabriques monétaires jusqu’au milieu du XVIIe siècle et de révéler les matières premières utilisées mais également de comprendre le fondement des opérations pratiquées. En tant que fabrication monétaire particulière, les techniques propres au faux-monnayage ont parallèlement été considérées par le biais de l’étude de deux exemples localisés au début de la Période Moderne dans le département de l’Aude (11). En suivant la même démarche expérimentale, il a été possible de mettre en évidence les particularismes de ces activités et de révéler plusieurs analogies avec les techniques officielles.
-Monnayage au marteau
-Monnaie
-Atelier monétaire
-Faux-monnayage
-Prospection archéologique
In the Nineties excavations made in La Rochelle (France) have produced objects of archaeometallurgical evidence with regards to the second royal mint. For the time being, this workshop is still the only one that has been discovered in France. Moreover, the observations of the artefacts seem to allow the reading of the whole money making process. These archaeological samples, complemented with ceramics from the medieval mint of Montreuil-Bonnin (France), have been studied by an archaeometric approach to propose an original research on the official French hammer striking process. This multidisciplinary study is based on the analysis of historical samples but also on a bibliographic compilation: monetary treaties, official reports, mint accounts… The experimental work takes an important part in the study too. Providing more than experimental samples easily studied and compared with the archaeological ones, this pragmatic method allows to point out the complexity of a technique. Finally, the gathering of all data defines the raw materials and the processes used in the French hammer coining until the mid XVIIth century, but also their respective purposes. As a particular coinage, counterfeiting has also been studied through two post-medieval examples that took place in Southern France caves. The experimental study reveals the originalities of these illegal activities besides some links with the official processes.
-Hammered coinage
-Coin
-Mint
-Counterfeiting
-Archaeological prospection
Source: http://www.theses.fr/2009ORLE1101/document

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 118
Langue Français
Poids de l'ouvrage 60 Mo


UNIVERSITÉ D’ORLÉANS



ÉCOLE DOCTORALE SCIENCES DE L'HOMME ET DE LA SOCIÉTÉ
CENTRE ERNEST-BABELON
INSTITUT DE RECHERCHE SUR LES ARCHÉOMATÉRIAUX

THÈSE présentée par :
Adrien ARLES

soutenue le : 13 février 2009


pour obtenir le grade de : Docteur de l’université d’Orléans
Discipline/ Spécialité : Histoire
Entre monnayage officiel et faux-monnayage.
La fabrication de la monnaie au marteau
e een France (XIII - XVII siècles).
Approche physico-chimique,
expérimentale et historique
Volume 1 : Texte

THÈSE dirigée par :
M. Bernard GRATUZE Directeur de Recherche - CNRS
M. Florian TÉREYGEOL Chargé de Recherche - CNRS

RAPPORTEURS :
M. Pierre FLUCK Professeur - Université de Haute Alsace
M. Ivan GUILLOT Professeur - Université de Paris 12
______________________________________________________________________________
JURY :
M. Alain DAVESNE Professeur - Université d’Orléans, Président du jury
M. Pierre FLUCK
M. Bernard GRATUZE Directeur de Recherche - CNRS
M. Ivan GUILLOT
M. Jacques POIRIER Professeur - Université d’Orléans
M. Florian TÉREYGEOL Chargé de Recherche - CNRS
2


































3











































eSculpture du XII siècle relevée par M. Deville dans les ruines de l’abbaye
romane normande de Saint-Georges de Boscherville (76).
4
Remerciements


Au terme de ce travail, il est important pour moi d’adresser mes remerciements
aux personnes et organismes qui ont permis et soutenu cette recherche réalisée au
sein du Centre Ernest-Babelon de l’Institut de Recherche sur les Archéomatériaux
(IRAMAT).

C’est en premier lieu la Région Centre qui a financé la bourse de recherche me
permettant ainsi de mener à bien cette étude.

J’adresse ma grande reconnaissance à Bernard Gratuze, directeur de
l’IRAMAT et du Centre Ernest-Babelon qui a décidé de m’accueillir au sein de
son laboratoire et de diriger ma thèse. Sa très grande disponibilité m’a permis
d’enrichir mes connaissances des méthodes d’analyse des matériaux de
nombreuses techniques ingénieuses.

Je tiens à remercier tout particulièrement Florian Téreygeol, mon co-directeur
de thèse, pour la confiance qu’il m’a témoignée en me proposant ce sujet de
recherche que j’ai ensuite développé durant cette thèse précédée de deux DEA. Il a
su me guider durant ces nombreuses années et m’a fait partager ses connaissances
sur l’Histoire des techniques et l’expérimentation métallurgique ainsi que sur les
méthodes archéologiques. Ce travail lui doit beaucoup.

Je suis également reconnaissant envers chacun des membres du jury qui a
voulu me faire l’honneur de s’intéresser et de juger ce travail. Je remercie
Messieurs Pierre Fluck, professeur de l'université de Haute Alsace et Ivan Guillot,
professeur de l'université de Paris XII qui ont accepté d’être rapporteurs de ma
thèse, ainsi que Jacques Poirier, professeur de l’université d’Orléans et
particulièrement Alain Davesne, professeur et directeur de l’URF Lettres de
l’université d’Orléans qui a accepté de présider ce jury.

Je tiens à avoir une pensée pour Jean-Noël Barrandon qui a disparu durant le
développement de cette étude. Je suis fier d’avoir pu travailler dans le laboratoire
d’archéométrie dont il fut à l’origine.

Je voudrais particulièrement adresser mes remerciements à Messieurs Stéphane
Lequien, ancien directeur du Laboratoire Pierre Süe et Philippe Dillmann,
responsable du groupe « Archéomatériaux et prévision de l'altération » de ce
laboratoire, pour m’avoir accueilli durant mes stages de DEA qui ont précédé cette
thèse et qui m’ont, par la suite, permis d’avoir accès à leur laboratoire durant cette
recherche.

5 Je tiens à exprimer toute ma reconnaissance à Anne Bocquet, Pierre Mille et
Jean-Paul Nibodeau, archéologues de l’institut national de recherches
archéologiques préventives, pour m’avoir confié le matériel de l’atelier monétaire
de La Rochelle. Je remercie également le Service régional d’archéologie du
Poitou-Charentes et plus particulièrement Jean-François Baratin, Eric Normand,
ainsi que Pierre-Arnaud de Labriffe et Guy Rancoule qui ont permis l’organisation
des chantiers de fouilles de Montreuil-Bonnin et de La Catette et pour m’avoir
confié plusieurs des corpus de mon étude. Mes remerciements vont également aux
personnels du musée de Poitiers, et particulièrement à Madame Hiernard, qui
m’ont donné accès à leur collection. De même que je remercie François Matta qui
m’a remis le matériel archéologique qu’il a découvert dans la grotte de La Catette.

Je voudrais remercier les historiens numismates Marc Bompaire et Arnaud
Clairand pour m’avoir transmis un bon nombre de leurs retranscriptions inédites
d’archives et avec qui j’ai pu avoir d’intéressantes discussions sur mes
problématiques numismatiques.

Je souhaite aussi remercier le personnel des Mines d’Argent des Rois Francs
de Melle, particulièrement Jean-Paul Bailleul et Jean-Philippe Marnais pour
m’avoir permis de reconstituer le monnayage au marteau sur de coins qui m’a
fourni les coins de mes frappes et François Peyrat qui a reconstitué la sole du four
expérimenté. C’est également l’occasion de saluer ici mes collègues entateurs : Aurore Doridot, Alessandro Ervas, Paolo Piccardo et
Dominique Robcis avec qui j’ai beaucoup appris sur le travail du métal.

J’adresse un grand merci aux permanents du Centre Ernest-Babelon et
Laboratoire Pierre Süe en particulier Maryse Blet-Lemarquand, Jean-Claude
Rimbault et Alain Giovagnoli, du Centre Ernest-Babelon ainsi qu’à Oulfa Belhadj
et Eddy Foy du Laboratoire Pierre Süe pour la disponibilité et la bienveillance
dont ils ont toujours fait preuve.

Quant aux stagiaires, doctorants et post-doctorants archéomètres que j’ai pu
croiser durant ma recherche, merci à vous. On tourne moins en rond quand on ne
rame pas tout seul. Et je tiens plus particulièrement à remercier Marie-Cécile
Vivier qui m’a aidé à étudier l’un des corpus de faux-monnayage et qui a eu le
courage de rédiger son mémoire de master tout en participant au chantier de
fouilles de la grotte de La Catette. Je remercie également Anne Michelin qui a
observé certains de mes échantillons d’argenture. Merci aussi à toi guinea pig qui
a su sans soupir et sans sourciller supporter à un rythme de soutier ces semaines
qui précèdent la soutenance, ça soutient et ça impose sincèrement le respect !

Un grand merci aussi aux fouilleurs et fouilleuses qui ont participé aux
différents chantiers archéologiques organisés dans le cadre de cette étude, la palme
de l’assiduité (acidité ?) revenant à Magdalena et Mélanie pour leurs trois rounds
consécutifs.

6 Merci à mes relectrices, Dominique Lhuillier, secrétaire du Centre Ernest-
Babelon, et ma mère, Martine Courtiade, pour leurs lectures attentives.

Enfin, ce travail n’aurait pu aboutir sans le soutien de ma famille, de mes amis
et de Celia qui ont eu le courage de me supporter et ce, jusque pendant la rédaction
de ce manuscrit, preuve en est de leur patience.
7
Sommaire


AVANT-PROPOS..........................................................................................................................13
Introduction.......................................................................................................... 15
Chapitre I. Bibliographie .................................................................................... 29
I. Sources manuscrites..........................................................................................................29
II. Sources imprimées.30
III. Bibliographie : monnayage officiel ...............................................................................32
IV. Bibliographie : faux-monnayage...................................................................................41
V. Bibliographie : prospection géochimique ......................................................................44
VI. Bibliographie scientifique ..............................................................................................54
VII. Bibliographie : études des procédés d’argenture.......................................................50
Chapitre II. Etude bibliographique et corpus archéologiques......................... 57
Partie 1. La chaîne opératoire officielle .....................................................................................57
I. Les sources.........................................................................................................................57
II. La chaîne opératoire selon les sources ...........................................................................66
A. Les matières premières du monnayage médiéval français ............................................72
B. Les opérations de fonderie ............................................................................................75
C. Mise en forme au marteau.............................................................................................84
D. Blanchiment des flans ...................................................................................................96
E. Frappe au marteau .......................................................................................................101
F. Le retraitement des déchets..........................................................................................105
III. Remarques sur la chaîne opératoire réglementaire du monnayage au marteau....109
Partie 2. Le faux-monnayage au Moyen Age et au début de la période moderne .....................115
Partie 3. Présentation du corpus de l’étude ..............................................................................129
I. Sites précurseurs .............................................................................................................130
A. Monnayage royal : La Rochelle (Charente-Maritime) ................................................130
1 - Les fouilles.............................................................................................................131
2 - Le matériel archéologique......................................................................................140
a. Les céramiques métallurgiques...........................................................................141
b. Le mobilier numismatique métallique................................................................144
B. Faux monnayage : la grotte de Lauradieu (Aude) .......................................................153
1 - La fouille................................................................................................................154
2 - Le matériel archéologique associé à la production de fausses monnaies...............156
II. Les sites issus de fouilles récentes.................................................................................161
A. La recherche des sites .................................................................................................161
1 - Le choix des sites...................................................................................................162
2 - Les moyens usuels de prospection.........................................................................163
3 - Le développement d’une nouvelle méthode : la prospection géochimique de sites de
métallurgie des métaux non ferreux ............................................................................166
a. Etude bibliographique.........................................................................................166
b. Protocole de prospection géochimique pour la mise en évidence de sites
archéologiques de métallurgie................................................................................176
9B. Monnayage officiel : Montreuil-Bonnin (Vienne).......................................................216
1 - L’atelier monétaire de Montreuil-Bonnin ..............................................................216
2 - Les investigations archéologiques..........................................................................222
a. La topographie du site et les prospections géophysiques....................................222
b. La prospection géochimique...............................................................................227
c. Les sondages archéologiques ..............................................................................232
3 - Le matériel métallurgique archéologique...............................................................237
a. Les scories et parois de four métallurgiques .......................................................238
b. Les céramiques métallurgiques...........................................................................239
C. Faux monnayage : la grotte de La Catette (Aude)242
1 - Situation et topographie de la grotte de La Catette ................................................244
2 - La prospection géochimique ..................................................................................246
3 - La fouille................................................................................................................250
4 - Le matériel archéologique......................................................................................254
a. Le matériel monétaire .........................................................................................254
b. Les outils.............................................................................................................261
III. Critique du corpus........................................................................................................263
Chapitre III. La fabrication de la monnaie au Moyen Age ............................269
Partie 1. Réalisation des alliages ..............................................................................................269
I. Le four en trou de serrure de l’atelier monétaire de La Rochelle...............................270
A. Construction du four....................................................................................................272
B. Mise en chauffe et conduite du four ............................................................................277
1 - Le séchage du four .................................................................................................277
2 - Le préchauffage du four .........................................................................................277
3 - La conduite du four ................................................................................................279
C. Résultats expérimentaux..............................................................................................281
D. Les apports de l’expérimentation ................................................................................289
II. Les creusets de l’atelier monétaire de Montreuil-Bonnin...........................................297
III. La composition des alliages du monnayage du second atelier de La Rochelle........323
A. Définition du protocole d’analyse ...............................................................................323
B. Les résultats analytiques331
1 - Les métaux du monnayage de l’atelier de La Rochelle..........................................334
e2 - Les monnayages du XVI siècle à La Rochelle......................................................357
IV. Discussion sur les opérations de fonderie ...................................................................369
Partie 2. La chaîne opératoire du monnayage au marteau .......................................................387
I. Coulée et mise en forme des lames .................................................................................387
A. La coulée des lames.....................................................................................................388
B. La mise en forme des lames.........................................................................................398
II. Mise en forme des carreaux et des flans.......................................................................413
A. Deux comptes monétaires de production.....................................................................416
B. Expérimentations : mise en forme et déchets de coupe ...............................................422
C. Le poids des ordonnances monétaires sur le travail des monnayeurs..........................427
D. La chaîne opératoire officielle dans le monnayage de La Rochelle ............................433
1 - Découper les lames en carreaux .............................................................................433
2 - Battre et ajuster les carreaux ..................................................................................439
3 - Flatir et rechausser les carreaux pour produire des flans........................................442
4 - Bouer les flans........................................................................................................448
5 - Les traitements de recuit au cours de la préparation de flans.................................451
6 - Le monnayage de bas billon de La Rochelle..........................................................454
7 - Bilan : l’épaisseur comme paramètre de réglage....................................................456



10