Etude d

Etude d'impact du commerce équitable au Sri Lanka

-

Documents
82 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Etude d’impact du commerce équitable au Sri
L
anka
mai 2001
1
Juillet 2002
Etude d

i
m
p
ac
t
du
co
mme
r
c
e
équitab
l
e
au
Sr
i
Lanka
1 Remerciements
A tous les
producteurs pour leur ac
cueil et
leur disponibilité lors
de
nos
rencontr
es et

des audits. M
e
rci pour leur co
ntribution à l’élaboration de l’é
tude.

M
e
rci aussi pour leur
s

témoig
nag
es qui
pro
u
vent q
u
e le
commerce équitab
l
e peut être u
n
moyen
d

amélioration

d
u
niveau de vie des pro
d
u
cteurs
impliq
u
és dans le système.
Espérons que cette étude
parviendra
à
convai
ncre un pl
us grand
nombre d’ac
teurs en
Fra
n
c
e

de
pa
rti
c
ipe
r
à
la
com
m
e
r
c
i
a
l
i
s
a
t
ion
de
c
e
s
produits
e
t
a
i
ns
i de
c
o
ntribue
r
a
u

dévelop
pement à plu
s
grande éch
elle d
u
Commerce Eq
uitabl
e.
mai 2001
2
Juillet 2002
Etude d

i
m
p
ac
t
du
co
mme
r
c
e
équitab
l
e
au
Sr
i
Lanka
2 Sommaire
Introduction
4
M
é
thodologie
6
Synthèse
7
Partie 1: Organisati
on d’une filière de
commerce équitab
l
e
1
3
a/ L’ap
p
lication des princi
pes d
u
commerce équitable
1
4
b/ Les pro
j
ets
étudiés
: thé, riz, épices
17
c/ Etapes de la mise en place
34
Partie 2: Des progrès significatifs…
40
a/ Une meilleure maîtrise de leu
r

dévelop
p
e
ment par les prod
ucteurs
4
2
b/ Une valorisation de leur tra
vail
4
9
c/ Une amélioration gl
o
b
ale
des conditi
o
ns de vie
5
6
Partie 3: Un facteur d’amélio
ration de la qualité ?
5
8
a/ Des produits de meilleure ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 110
Langue Français
Signaler un problème
Etude dimpact du commerce équitaLbalne kau Sri
Juillet 2002
Etude d’impact du commerce équitable au Smri Laain k2a0011
Juillet 2002
Remerciements
A tous les producteurs pour leur accueil et leur disponibilité lors de nos rencontres et des audits. Merci pour leur contribution à l’élaboration de l’étude. Merci aussi pour leurs témoignages qui prouvent que le commerce équitable peut être un moyen d’amélioration du niveau de vie des producteurs impliqués dans le système.
Espérons que cette étude parviendra à convaincre un plus grand nombre d’acteurs en France de participer à la commercialisation de ces produits et ainsi de contribuer au développement à plus grande échelle du Commerce Equitable.
Etude d’impact du commerce équitable aumSriaLain k2a0012
Juillet 2002
Sommaire
Introduction
Méthodologie
Synthèse
Partie 1: Organisation d’une filière de commerce équitable
a/ L’application des principes du commerce équitable b/ Les projets étudiés: thé, riz, épices c/ Etapes de la mise en place
Partie 2: Des progrès significatifs…
a/ Une meilleure maîtrise de leur développement par les producteurs b/ Une valorisation de leur travail c/ Une amélioration globale des conditions de vie
Partie 3: Un facteur d’amélioration de la qualité ?
a/ Des produits de meilleure qualité… b/ Produits en plus grande quantité… c/ Pour une augmentation du revenu.
Perspectives
4
6
7
13
14 17 34
40
42 49 56
58
60 72 76
81
Etude d’impact du commerce équitable au Smri Laain k2a0013
Juillet 2002
Introduction
Le commerce équitable est inclus dans la problématique du développement durable à laquelle sont actuellement sensibles tous les milieux tant privés que publics. Or, il est relativement difficile, lorsqu’on achète des produits marqués du label Max Havelaar, de savoir dans quelle mesure cet achat aide réellement les producteurs.
La prime est sensée être reversée directement aux producteurs. L’utilisation qui en est faite est-elle bien la mise en place de projets sociaux et environnementaux efficaces quant à l’élévation du niveau de vie des producteurs?
Ainsi le but de cette étude est d’évaluer l’impact du commerce équitable sur les producteurs sri lankais dont Alter Eco vend les produits. Il s’agit de faire un état des lieux des bénéfices du commerce équitable tant sur le plan économique que social et environnemental.
Pour cela, il est essentiel d’analyser la méthode de mise en place et la gestion de filière pour comprendre le fonctionnement de ces groupes de producteurs. En effet, les progrès sont étroitement liés aux améliorations apportées tant aux méthodes de production concrètes qu’à l’organisation de l’association et de ses membres, notamment en ce qui concerne le processus de prise de décision.
Trois groupes de producteurs ont donc été audités: Small organic Farmers’ association qui produit du thé et des épices, Maningala qui devrait bientôt exporter du riz par le système du commerce équitable, et une association qui produit des boîtes en feuilles de palme.
Etude d’impact du commerce équitable aumSriaLain k2a0014
Introduction
Maningala Organic Farmers Association production de thé
Sarana Welfare Society production des boîtes de feuilles de palme
SOFA, production de thé Kandy SOFA Et autres projets épices
Juillet 2002
Etude d’impact du commerce équitable au Smri Laain k2a0015
Trans parence Perennité
Projet Social
Bénéficiaires
Critères : Economique : Qualité : Prix :
CFPF
Economique 10 8 6
Social
Logistique : Environnemental : Social : Bénéficiaires : Projet social : Pérennité : Transparence :
Juillet 2002
Qualité
Prix
Méthodologie
Logistique
Environnemental
Lors de cette étude, la méthodologie adoptée est l’audit FTA 200. Il s’agit d’une technique qui permet, grâce à 150 questions dont l’importance est pondérée, de noter le groupement de producteurs étudiés sur 10 critères. Ils correspondent aux exigences des principes du commerce équitable et aux nécessités pragmatiques importantes pour l’importation.
Cette notation peut être représentée graphiquement comme présenté ci-contre: le bleu représente la notation du groupement étudié pour chacun des critères. Le cercle rouge est le minimum en dessous duquel l’association de producteurs n’est pas considérée comme producteur du commerce équitable.
rentabilité, compétitivité, maîtrise des coûts qualité des produits, procédures de contrôle et de suivi prix des produits et rapport qualité prix, possibilité d’exportation maîtrise de l’envoi, expérience, volumes traités conscience, respect et protection de l’environnement conditions de production et de rémunération, indemnisations importance et urgence des besoins des bénéficiaires ampleur et niveau de financement du projet social capacité de développement et de diversification information disponible et mise à disposition
Notation 8-10: Très satisfaisant 6-7: Satisfaisant 5: Neutre / passable 3-4: Insatisfaisant : ne satisfait pas les critères d ’exigence 0-2: Très insatisfaisant : ne satisfait pas les critères d ’exigence
Etude d’impact du commerce équitable au Smri Laain k2a0016
Synthèse I: Lorganisation dune filière
!Les principes du commerce équitable
Ils s’appliquent bien dans le cas de la filière Alter Eco au Sri Lanka. Le nombre d’intermédiaire est limité:Biofoods, intermédiaire local qui est indispensable pour le suivi des projets et le soutien aux producteurs. Un prix d’achat juste: mis au point par des discussions entre les producteurs et Biofoods, validé par Alter Eco, il prend en compte les besoins des producteurs et de leur famille sur l’année, en incluant les périodes de jachère. Les primes bio et équitables permettent aux producteurs d’obtenir un revenu décent. Les relations sont durables et transparentes.
!Les projets : riz, thé et boîtes de feuilles de palme
Les secteurs du thé et du riz occupent une place très importante dans l’économie du Sri Lanka; les petits producteurs se heurtent à de nombreuses difficultés.
Dans chacun des trois projets, les producteurs sont organisés en association dirigée par un bureau. Les membres se réunissent une fois par mois pour débattre des problèmes et des programmes à mettre en place. Un programme d’amélioration de la qualité est également impulsé par Biofoods qui s’assure que les produits vendus sont toujours irréprochables.
Le SOFA, small organic farmers association
Créé en 1997, le SOFA exporte du thé selon les principes du commerce équitable depuis 1998. L’association est gérée démocratiquement et organisée pour répondre aux exigences de qualité afin d’être à l’écoute des besoins des paysans et des importateurs. Juillet 2002
L’objectif de cette association est de mettre en place un système durable de production biologique en réintroduisant les méthodes traditionnelles respectant l’environnement afin de maintenir certaines cultures et d’améliorer les conditions de vie des paysans. Elle assure un revenu supérieur au revenu minimum nécessaire pour vivre à 350 familles.
Les principales actions de l’association concernent le développement des cultures (don de plans de thé en 2000 et 2001), l’équipement du village en matériel pour les réunions et la réparation des toits des maisons.
Les boîtes en feuille de palme
« Sarana Welfare Society » a été créée par le chef du village qui constatait que les habitants ne trouvaient pas d’emplois corrects. Ainsi, il a organisé la production de boîtes de feuilles de palme et a recherché des débouchés. La production a commencé en 1995 avec des ventes pour PODIE (épices, Négombo).
L’association regroupe actuellement 150 membres, essentiellement des femmes. L’objectif de l’association est d’assurer un revenu minimum aux villageois en trouvant des débouchés à la production de boîtes de feuilles de palme et de donner une formation aux femmes et leur permettre de vivre de cette activité.
150 membres bénéficient d’un revenu garanti de 3000 Rp par mois (minimum pour vivre). L’association prend également en charge le financement de funérailles et des bourses d’étude.
Etude d’impact du commerce équitable au Sri Lanka
7
Synthèse I: Lorganisation dune filière
Maningala farmers association
Cette association créée en novembre 1999 est constituée de 65 farmers qui produisent du paddy selon des pratiques écologiques et se partagent un espace cultivable de 171 acres certifiés bio en 2002.
Les objectifs de l’association sont de mettre en place un système durable de production biologique et réintroduire les méthodes traditionnelles respectant l’environnement et la santé. Et ce, pour permettre à des paysans de vivre de leurs productions en leur offrant un prix supérieur au marché local. Ce prix ne leur suffisait pas et les obligeait à travailler comme manœuvre. Le second objectif est d’attirer à nouveau les jeunes vers l’agriculture.
L’association n’exporte pas encore par les filières équitables mais souhaiterait maintenant exporter par Alter Eco, et ce pour améliorer le système d’irrigation, donner des bourses d’études et renforcer les programmes de formation, grâce à la prime équitable.
!Mise en place d une filière
La mise en place d’une filière de commerce équitable est relativement complexe et peut s’avérer parfois longue. Elle consiste en l’identification du besoin puis en l’accompagnement vers la certification bio et équitable et enfin, en la mise au normes (rédaction de procédures HACCP).
Le rôle essentiel de Biofoods
Biofoods, organisme local ayant intégré les exigences de qualité, de délais et les critères du commerce équitable, est un atout indéniable pour le succès des projets entrepris. Juillet 2002
C’est une entreprise d’exportation de produits biologiques créée en 1994 par S Ranaweera (thé dans un premier temps puis épice, riz). Elle se caractérise par sa volonté de trouver des débouchés pour les associations de producteurs qui font l’effort de passer à l’agriculture biologique, une implication forte dans le commerce équitable au Sri Lanka et une volonté de transparence. Il a un rôle de suivi et de conseil des producteurs. Il s’assure de l’amélioration de la qualité et gère les questions logistiques de l’exportation. Les facteurs de réussite L’enracinement local des projets et la motivation des producteurs pour un meilleur revenu permet une mise en place plus rapide. La principale motivation est l’obtention d’un prix plus élevé pour leur production et l’acquisition de savoir-faire leur permettant de produire plus. Le niveau d’organisation de l’association et de la possibilité d’une certification dans un laps de temps plus ou moins long est également un facteur essentiel.
Principales difficultés
Les principales difficultés sont d’ordre technique et culturel. Les certifications bio et équitables demandent une certaine compréhension des règles par les producteurs et des mesures internes pour s’assurer de leur respect. Cette phase peut donc s’avérer difficile. Ensuite, la compréhension de normes standardisées comme le respect de procédures de production avec des vérifications systématiques est un pré requis à leur bonne application.
Etude d’impact du commerce équitable au Sri Lanka
8
!Les paysans développement
Synthèse II: Des progrès significatifs…
prennent en
Des structures bien organisées
main leur
Les structures sont caractérisées par la transparence de fonctionnement, de prise de décision et par le suivi des projets. Le statut d’association et l’accent mis sur la non discrimination et la démocratie au cours des rencontres entre les producteurs leur permet de s’exprimer et de devenir acteur de leur développement.
La prise de décision par les producteurs est une clé de réussite des projets. Grâce à cette organisation, les producteurs sont plus motivés et font un apprentissage de l’autonomie. Toutefois, il ne faut pas négliger l’importance des conseils donnés par les intermédiaires comme Biofoods ou des ONG qui aident les groupes de producteurs à mettre en place les programmes de formation ou de welfare.
Pour répondre aux attentes des producteurs
Les producteurs ont choisi d’insister sur le développement de la production à la fois en achetant des plans de thé et en apprenant à mieux produire. Ainsi les sessions de formation ont joué un rôle primordial dans les premiers programmes mis en place.
Ces dispositions se sont avérées efficaces: la production de thé a augmenté de 25% en moyenne et celle de reed boxes a permis d’augmenter d’un tiers les bénéficiaires.
Juillet 2002
En terme de welfare, Les associations aident les paysans à financer l’éducation et les études de leurs enfants ainsi qu’à faire face aux dépenses médicales exceptionnelles. Toutefois, ces aides n’ont pas encore l’ampleur désirée. Les associations souhaiteraient d’ailleurs étendre ces actions à la formation des femmes à d’autres types de métier.
L’épargne et les prêts La possibilité d’obtenir des prêts et d’épargner permettent aux producteurs de gagner en indépendance par rapport à Biofoods. En effet, l’appartenance à une filière de commerce équitable rassure les banques qui prêtent avec moins de réticence.
L’augmentation de la production est une condition de la mise en place ultérieure de projets de welfare de plus grande ampleur. !Une valorisation du travail
La fierté de produire
La culture du riz et du thé, est un travail ingrat qui n’attire pas les jeunes. Or, l’introduction de la culture biologique permet de revaloriser cette tâche de par le savoir-faire nécessaire. Ainsi les formations prodiguées par l’association sont autant de moyens pour les producteurs d’apprécier leur travail.
Cette fierté permet aux producteurs d’être plus motivés pour produire. Ils peuvent donc vivre de leur travail et cesser de vivre au jour le jour.
Etude d’impact du commerce équitable au Smri Laain k2a0019
La visite des acheteurs
Synthèse II: Des progrès significatifs…
Biofoods, de par son aide aux producteurs et sa bonne image, donne une légitimité aux acheteurs et permet d’éviter de nombreux problèmes. Les acheteurs sont réellement perçus comme un pont entre les producteurs et les consommateurs. Leur intérêt pour les méthodes de production est vu positivement, comme un facteur de valorisation des producteurs, et non comme une forme de méfiance pouvant offenser les producteurs. Exporter et avoir la possibilité de discuter avec l’importateur est particulièrement valorisant et motivant pour le producteur.
!Cadre de vie et environnement
Elimination de risques
L’agriculture bio est un moyen de préserver la santé des producteurs, de leur famille mais également des consommateurs en général.
Les pesticides et engrais chimiques ont été introduits au Sri Lanka au cours de la révolution verte. Les producteurs en sont actuellement dépendants: non seulement ces produits chimiques ont un impact négatif sur l’environnement mais il provoquent également et très fréquemment des maladies chez les producteurs. De plus, le paysans ne sachant pas réellement s’en servir en épandent trop, aggravant encore la situation.
Juillet 2002
Notion d harmonie avec la nature
Des cultures bio permettent de retrouver l’équilibre de l’écosystème et de conserver la diversité naturelle.
Des méthodes biologiques permettent de rétablir l’équilibre naturel de la faune et de la flore parfois détruits par certains types de produits chimiques.
Le commerce équitable a relancé certaines productions qui auraient été abandonnées comme le thé de moyenne altitude. De plus, la production de riz Hangimuttan et de riz Rouge permettrait de ne pas laisser disparaître ce type de production.
1 Etude d’impact du commerce équitable aumSri Laain k2a0010
Synthèse III: Un facteur idora? ité qual la  nedtoilém
!Des produits de meilleure qualité …
Une amélioration continue des méthodes de production
Biofoods cherche à améliorer les méthodes de production et à les adapter aux conditions des groupes de producteurs. Par exemple, le développement de la méthode SRI (system of rice intensification) permet d’utiliser moins d’intrants et plus de main d’œuvre, grâce à des rendements plus importants. Ainsi, cette méthode est particulièrement bien adaptée aux besoins du Sri Lanka.
Une bonne transmission des connaissances
La formation est un moyen d’améliorer la production tant quantitativement que qualitativement. En effet, les sessions de training permettent de mieux maîtriser les techniques de production qui aboutissent à la fois à des feuilles ou des grains de meilleure qualité et ce, en plus grande quantité.
La formation se fait à la fois de manière théorique et continue en meetings et de manière pratique dans les champs. Un responsable du suivi passe deux fois par mois voir chaque producteur pour vérifier le suivi des règles et lui donner des conseils. Le suivi des champs et la personnalisation des conseils permet un réel progrès de chacun des producteurs.
Une intransigeance sur la qualité à tous les niveaux
Les clients finaux attendent une qualité irréprochable. En effet, beaucoup de consommateurs sont méfiants par rapport au commerce équitable car ils croient que les produits sont de mauvaise qualité.
Juillet 2002
Les producteurs comprennent très bien cette exigence mais n’ont pas toujours le même niveau d’exigence. C’est dans ce contexte qu’il est essentiel pour les chefs d’associations de sensibiliser les producteurs à la qualité, parfois avec des méthodes un peu dures comme le refus pur et simple des produits défectueux. Adopter cette discipline permet d’améliorer nettement la qualité générale de la production. Par exemple, le taux de rejet des reed boxes est passé de 10% à un taux presque égal à 0. La formalisation des suivis est difficile à envisager par les associations de producteurs. Le rôle de Biofoods est essentiel à ce niveau pour mettre en place et s’assurer du suivi des procédures, notamment dans la production du thé ou du riz. Le suivi des règles du Hazard Analysis Critical Points (HACCP) permet d’assurer la traçabilité et la qualité des produits.
Le suivi qualité fait ses preuves et donne de plus en plus d’autonomie aux producteurs. Ainsi, cela aboutit à un processus de production réactif et respectant les normes européennes. Les producteurs peuvent donc plus facilement s’émanciper et diversifier leurs débouchés.
! quantité grâce à de meilleurs…En plus grande moyens de production… Une augmentation des surfaces cultivées
L’augmentation des surfaces certifiées bio ainsi qu’une meilleure utilisation de cet espace par des méthodes de plantation plus appropriées permet une augmentation de la production.
Etude d’impact du commerce équitable au Smri Laain k2a00111