- Etude préliminaire des minéraux argileux des très hautes terrasses de la Moyenne Durance - article ; n°3 ; vol.16, pg 121-126

-

Documents
7 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Bulletin de l'Association française pour l'étude du quaternaire - Année 1979 - Volume 16 - Numéro 3 - Pages 121-126
En rive gauche de la Moyenne Durance, de très hauts replats supportent un matériel alluvial voisin de celui des « Poudingues de Valensole » ou bien nettement différent. Au point de vue teneur en minéraux argileux, à partir d'un cortège initial à smectite dominante (faciès Valensole), apparaissent de nouveaux minéraux (vermiculite, kaolinite hydratée) liés aux conditions climatiques variées du Pléistocène. D'autres minéraux (illite, chlorite et divers interstratifiés), d'origine détritique, ont été déposés par la Durance et ses affluents (Asse, Verdon). La « Terrasse de Villard-Saint-Laurent » représente le niveau durancien typique le plus élevé rencontré, pour l'instant en Moyenne Durance.
On the left bank of the middle-Durance, upper benches are covered by a similar material to the Poudingues de Valensole, but also, in same cases by a material strikly different. Consequently, an evolution of the clay mineral associations occurs in front of the Poudingues de Valensole. From an initial association with prevailing smectite, one may find new minerals (vermiculite, hydrous kaolinite) bound to the diversified climatic conditions of the Pleistocene. Other minerals (lllite, chlorite and various mixed- layer), of detritic origin, have been deposited by the Durance and its tributaries (Asse, Verdon) The Terrasse de Villard-Saint- Laurent stands up to the present as the highest typical durancian level in the mid durancian basin.
6 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1979
Nombre de visites sur la page 31
Langue Français
Signaler un problème
Michel Dubar
II. - Etude préliminaire des minéraux argileux des très hautes
terrasses de la Moyenne Durance
In: Bulletin de l'Association française pour l'étude du quaternaire - Volume 16 - Numéro 3 - 1979. pp. 121-126.
Abstract
On the left bank of the middle-Durance, upper benches are covered by a similar material to the "Poudingues de Valensole", but
also, in same cases by a material strikly different. Consequently, an evolution of the clay mineral associations occurs in front of
the "Poudingues de Valensole". From an initial association with prevailing smectite, one may find new minerals (vermiculite,
hydrous kaolinite) bound to the diversified climatic conditions of the Pleistocene. Other minerals (lllite, chlorite and various mixed-
layer), of detritic origin, have been deposited by the Durance and its tributaries (Asse, Verdon) The "Terrasse de Villard-Saint-
Laurent" stands up to the present as the highest typical durancian level in the mid durancian basin.
Résumé
En rive gauche de la Moyenne Durance, de très hauts replats supportent un matériel alluvial voisin de celui des « Poudingues de
Valensole » ou bien nettement différent. Au point de vue teneur en minéraux argileux, à partir d'un cortège initial à smectite
d
o
m
i
n
a
n
t
e
(
f
a
c
i
è
s
V
a
l
e
n
s
o
l
e
)
,
a
p
p
a
r
a
i
s
s
e
n
t
d
e
n
o
u
v
e
a
u
x
m
i
n
é
r
a
u
x
(
v
e
r
m
i
c
u
l
i
t
e
,
k
a
o
l
i
n
i
t
e
h
y
d
r
a
t
é
e
)
l
i
é
s
a
u
x
c
o
n
d
i
t
i
o
n
s
climatiques variées du Pléistocène. D'autres minéraux (illite, chlorite et divers interstratifiés), d'origine détritique, ont été déposés
par la Durance et ses affluents (Asse, Verdon). La « Terrasse de Villard-Saint-Laurent » représente le niveau durancien typique
le plus élevé rencontré, pour l'instant en Moyenne Durance.
Citer ce document / Cite this document :
Dubar Michel. II. - Etude préliminaire des minéraux argileux des très hautes terrasses de la Moyenne Durance. In: Bulletin de
l'Association française pour l'étude du quaternaire - Volume 16 - Numéro 3 - 1979. pp. 121-126.
doi : 10.3406/quate.1979.1355
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/quate_0004-5500_1979_num_16_3_1355