Études sur Le Quart Livre de Rabelais - article ; n°1 ; vol.14, pg 20-31

-

Français
13 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Bulletin de l'Association d'étude sur l'humanisme, la réforme et la renaissance - Année 1981 - Volume 14 - Numéro 1 - Pages 20-31
12 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1981
Nombre de lectures 99
Langue Français
Signaler un problème

Monsieur Guy Demerson
Études sur Le Quart Livre de Rabelais
In: Bulletin de l'Association d'étude sur l'humanisme, la réforme et la renaissance. N°14, 1981. pp. 20-31.
Citer ce document / Cite this document :
Demerson Guy. Études sur Le Quart Livre de Rabelais. In: Bulletin de l'Association d'étude sur l'humanisme, la réforme et la
renaissance. N°14, 1981. pp. 20-31.
doi : 10.3406/rhren.1981.1262
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rhren_0181-6799_1981_num_14_1_126220
ETUDES SUR LE QUART LIVRE DE RABELAIS
N.B. Cette liste de titres n'a pas la prétention d'être une Bibliographie exhaustive du su
jet, et encore moins un «Etat présent» des études rabelaisiennes ; si l'on n'y mentionne
pas des ouvrages comme ceux de G. LOTE, M. DE GREVE, M. BUTOR, et bien d'autres,
ce n'est ni par mépris, ni par étourderie : on se contente de transcrire ici des titres d'ou
vrages qui ont, à des fins diverses, été réellement utilisés lors de la préparation estivale
d'un modeste cours d'Agrégation limité au Quart Livre.
On trouvera une Bibliographie plus systématique dans nombre d'ouvrages cités ci-après
ainsi que. dans
— R. LEBEGUE, «Où en sont nos connaissances sur R. ?» in Inf. Litt. I (1949), p. 49 sq.
— V.L. SAULNIER, «Dix années d'études sur R. : 1939-1948» in BHR 11 (1949), p. 105
sq.
— Id. , «Position actuelle des problèmes rabelaisiens» (cf. infra, II-1).
— L. SCHRADER, «Die R. Forschung der Jahre 1950» in Rom. Jhb. 11 (1960), p. 161 sq
— M.A. SCREECH, «Some recent R. Studies» mEt. Rab.> Genève, 1965, p. 61 sq.
I / EDITIONS DU QL :
1-1 : éd. crit. par R. MARICHAL, Genève, 1947, avec Index et Glossaire, (choisie par les
jurys d'Agrég.).
1-2 : éd. crit. partielle (ch.1-17) : t. VI de l'éd. Lefranc : notes erudites.
1-3 : Oeuvres complètes :
1-3 a) J. BOULENGER (coll. «Pléiade») : désuète, innombrables coquilles. Une nouvelle
édition, présentée par R. Lathuillère et M. Huchon va paraître.
1-3 b) P. JOURDA (Garnier)
1-3 c) G. DEMERSON («L'Intégrale», Seuil, avec une annotation plus récente ; on pren
dra garde à la «translation» en français moderne, dont l'éditeur n'a pas eu les moyens de
corriger les erreurs pour l'éd. 1980).
1-4 : II est indispensable de confronter le texte des premiers chapitres avec celui de l'éd.
dite partielle (Lyon, 1548) :
1-4 a) éd. J. PLATTARD, P., 1910.
1-4 b) Une éd. du QL comportant un système de correspondances très clair peut être con
sultée sur manuscrit : J.M. THOMAS, R. Le QL :a critical ed. with an introd., notes and
glossary, Oxford, 1953 (Bodleian L., cote Ms D PHIL C 267). 21
1-4 c) : sur l'éd. de 1548, consulter SCREECH (11,17), LARMAT (11,7), MARICHAL
in Et. Rab. 9, p. 131 sq., HUCHON, R. Gramm., (E-4, p. 58).
1-5 : La Concordance de R. promise par J. DIXON en 1972 n'est toujours pas éditée ;
l'Equipe de Clermont-Ferrand II consacrée à l'étude automatisée du texte de R. fournira
gracieusement une Concordance du QL à ceux qui en feront la demande.
1-6 : Sur l'authenticité de la Briefve Decl., voir HUCHON, R. Gramm., (E-4), p. 101, qui
contredit la thèse Arveiller-Tournon.
II / ETUDES GÉNÉRALES :
II-l : Assoc. G. Budé. Congrès de Tours et Poitiers (sept. 1953). Actes du Congrès, P.,
1954.
II-2 : B. BOWEN, The Age of Bluff, Paradox & Ambiguity in R. et Montaigne, Univ.
Illinois, 1972.
II-3 : A. BUCK, R., Darmstadt, 1973 (reproduit une collection d'articles anciens mais
importants)
II-4 : M. de DIEGUEZ, R. par lui-même, P , 1960. (style élégant, quelques bévues)
II-5 : A. GLAUSER, R. créateur, P., 1966. (style agréable, un peu confus )
II-6 : M. JEANNERET, «Les paroles dégelées, R., QL 48-65)» in Littérature 17 (1975),
p. 14 sq. (article suggestif, dont la portée dépasse de beaucoup l'analyse de l'épisode des
paroles gelées)
II-7 : J. LARMAT, R., P. , 1973 («Connaissance des Lettres», petit ouvrage exposant cla
irement et simplement les connaissances de base).
II-8 : M. LAZARD, R. et la Renaissance, P., 1980 («Que sais-je ?») ; même remarque que
pour II-7.
II-9 : R. LEBEGUE, R.-Le QL, Cours de S or bonne, 1946 (étudie les épisodes principaux,
la pensée, l'art narratif)
11-10 : R. MARICHAL, «QL - Commentaires» in Et. Rab. 5 (1964), p. 65 sq. (étudie
notamment le vocabulaire technique, l'expression «Dieu en terre», la politique gallicane).
11-11 : J. PLATTARD, L'Oeuvre de R. Sources, Invention et Composition,?., 1910:
II-l 2 : François R. Ouvrage publié pour le 4ème centenaire de sa mort, Genève-Lille, 1953
(plusieurs articles érudits ont fait progresser l'interprétation du QL) 22
11-13 : R. est-il actuel ?, Colloque de l'Institut Collégial Européen, Loches, 1974 (résumé
polygraphie de communications faisant le point sur les études rabelaisiennes, sous la direc
tion de G. GADOFFRE)
11-14 :A R. Symposium, n° spécial de L'Esprit créateur 21 (1981), Bâton Rouge ; (plu
sieurs études relatives au QL) ;+ C.R. du R. de Screech et du R 's laughers & Jouberts Trai
té du Ris par G. De Rocher.
11-15 : V.L. SAULNIER, Le Dessein de R., P., 1957 (développe un cours d'agrégation de
1955-56 ; l'essentiel est consacré au TL, mais le début et la fin donnent des aperçus sug
gestifs sur l'interprétation générale du QL : opposition à la thèse de Lefranc : le voyage
est symbolique, la production d'un sens prime sur le «réalisme», R. n'est pas un «publicis-
te au service du pouvoir», la navigation est l'allégorie d'une libre quête de la vérité malgré
les obstacles)
H-16 : V.L. SAULNIER, Rabelais, en 2 vol. (le t. II, «Rabelais dans son enquête» concer
nant plus spécialement les QL et CL paraîtra en décembre 1981). Ouvrage posthume re
cueillant les écrits, parfois difficiles d'accès, consacrés par V.L. Saulnier à Rabelais, et
tenant compte des additions et corrections prévues pour une rééd. (travail réalisé par
J. CEARD)
H-17 : M.A. SCREECH, R., Londres, Duckworth, 1980. Ouvrage magistral, en anglais,
éclairant les chapitres essentiels de chacun des 4 premiers 1. au moyen d'une connaissance
profonde de l'environnement culturel de R. Exposé simple et clair, évitant les pesanteurs
de l'érudition et les facilités de la vulgarisation. Présentation de haute qualité ; Prix : £.3 5
11-18 : M. TETEL, R., N-Y., 1967 ; ouvrage en anglais destiné à présenter Rabelais à des
étudiants avancés ; le ch. 4 est consacré à la débauche de l'imagination dans le QL. Le
ch. 5 étudie les prologues.
QUELQUES DIRECTIONS ESSENTIELLES POUR L'ÉTUDE DU QL
A / CONDITIONS HISTORIQUES DE LA CONCEPTION DU LIVRE :
Al :R. en 1548-1552 :
Chronologie : éd. 1-3 c ; Scr. 11-17.
A-l-1 : Encore très utile : HEULHARD, R., ses voyages en Italie, son exil à Metz, P.,
1891.
A-l-2 : MARICHAL, «Le dernier séjour de R. à Rome» in II-l.
THOMAS (1-4 b) apporte des corrections à Heulhard, Romier, Zeller.
Sur R. en Italie : R. COOPER in II-13. 23
A-2 :R. & la politique royale : pol. sociale, - Eglise, - Justice, - pol. extérieure:
A-2-1 : N. ARONSON, Les idées pol. de R., P., 1973 (compilation de fiches ; peut aider à
faire rapidement le point sur le conservatismede R.)
Pour le gallicanisme, Marichal (11-10), Saulnier (11-15) : R. se sert de l'autorité royale, gar
de ses distances ; Scr. 11-17, p. 321 : livre royaliste ;Thom. (1-4 b) : nombreux documents
inédits sur la Crise gallicane : correspondance des card. J. du Bellay et O. de Châtillon.
A-2-2 : M. BAKHTINE, R. & la cuit, popul. au M-A. & sous la Renaiss., P., 1970. Ouvrage
volumineux et désordonné dans son foisonnement. Génialement suggestif : suppose un R.
porte-parole du peuple opprimé par le sérieux des classes dominantes, noblesse, Eglise,
humanistes, et se libérant par la joyeuse relativité du rire festif.
A-3 : Censeurs & censure :
A-3-1 : F.M. HIGMAN, Censorship & the Sorbonne (1520-1551), Genève, 1979 (corrige
les erreurs généralement répandues sur le rôle de la Sorb, et du Parlement ; excellent résu
mé par le même auteur in 11-13)
Mar. (11-10) demeure intéressant par les faits qu'il allègue ; voir aussi Scr. (11-17), p. 314
(hostilité au QL de '48).
Il reste acquis que l'ambivalence du texte ne peut être réduite à un déguisement emprunté
par prudence : elle exprime une vision du monde et une esthétique :
B / VOYAGES AU PAYS DU FROID : SOURCES: ANALOGUES: FORME DU RÉCIT :
B-l : La thèse réaliste : Pantagruel dans le sillage de Jacques Cartier :
B-l-1 : A. LEFRANC, Les navigations de Pantagruel, P., 1905 (reprint Slatkine) {rappro
chements d'une ingéniosité parfois surprenante avec les îles de la géographie réelle.
Thèse discutée plus bas (B-5) et nuancée par
B-l-2 : MARICHAL, «Le nom des vents» in Et. Rab. I, et
B-l-3- : A.P. STABLER, «sur les paroles gelées» in Et. Rab. 11 (1974), p. 57-70
B-l-4 : G. Chinard, L'exotisme américain dans la littérature française, Paris, 1911, p.49-79
B-2 : Influence de Folengo :
B-2-1 : L. THUASNE, Etudes sur R, P., 1904. Offre de nombreux rapprochements en
citant les textes ; également pour Erasme, Colonna, etc.
Tetel (11-18) reprend un article déjà ancien sur le sujet. 24
B-3 : Parodie d'épopée :
Voir notamment Tetel (H-18), p. 71 sq.
B-4 : Traditions populaires :
Suggestions dans Pit. (11,11), Bkt. (A-2-2)
B-4-1 : A. KRUPPER, R's Stellung zur volkstùml. Lit. , Heidelberg, 1909 : compilation de
rapprochements nombreux et précis
B-4-2 : A. HUON, «le roy S. Panigon ds l'imagerie popul.» in 11-12
B-4-3 : Le Disciple de Pantagruel, éd. critique par G. DEMERSON & C. LAUVERGNAT,
P., STFM, sous presse en 1981 : l'introd. analyse les rapports avec la double mention de
Bringuenarilles, les Andouilles et la structure du voyage interinsulaire.
B-4-4 : sur Lucien, voir l'art, de C. LAUVERGNAT in CAIEF 30 (1978).
B-5 : Allégories :
V.L.S. in 11-15 : position de finesse critique et de solide culture : allégorie de la navigation
d'une conscience.
Gis. in II-5, p. 228-243 : îles mentales : autant de lieux de l'esprit humain menacé par
l'animalité ; œuvre déchiquetée pour ne pas se fermer.
Bkt. (A-2-2), p. 396 : îles=monde périmé des vieux épouvantails carnavalesques : p. 448 =
allégorisme politique : Genève, le Concile.
— Les systèmes symboliques sont liés à l'interprétation générale de l'œuvre :
B-5-1 : G. MALLARY MASTERS, Rab. Dialectic & the Platonic-Hermetic Trad., N-Y.,
1969 : mythes allégoriques reflétant la dialectique des oppositions inhérentes à la trad.
Platonico-hermétique.
B-5-2 : C. METTRA, R. secret, P., 1973 : QL = poursuite échevelée et terrifiante du secret.
B-5-3 : E. TAYLOR, R's Inner Voyages : Psychoanalytic & generational Aspects of his
narrative & characterisation (cf. Diss. Abstr. 1978, p. 4973)
B-5-4 : J.P. FELIX, Le réel & l'irréel ds le QL, mém. de maîtrise dirigé par A. Stegman,
déc. 1979, déposé à la Biblioth. du CESR de Tours : vues intéressantes sur l'allégorie, le
mythe.
B-6 : Conclusion sur R. ds le mouvement scientifique et philos, du temps : Curiosités du
collectionneur, prise sur le monde, science de l'homme. 25
B-6-1 : A.J. KRAILSHEIMER, R. & the Franciscans, Oxford, 1963 : arrière-plan intel
lectuel des premières années de moinage ; S. Bonaventure, épistémologie, conception
hiérarchique de l'univers, doctrine de l'analogie »
B-6-2 : R. ANTONIOLI, R. & la médecine, Genève, 1976 ;pour le QL, l'étude est moins
systématique que pour les livres précédents.
Sur le pantagruélisme, voir M. Mast. (B-5-1) et V.L.S. (11-16)
C / HYPOTHESES SUR LE SENS DU LIVRE :
C-l : Structure des épisodes :
C-l-1 : A.C. KELLER, The telling of tales in R.- Aspects of his narrative art., Frankfurt,
1963. Création d'un univers à la géographie métamorphique. Pour le QL, procédés oraux
de l'interruption et de la prolongation. On notera l'alternance constante d'épisodes courts
et plaisants et de passages construits sur plusieurs chapitres incluant «en abysme» des ré
cits adventices ou des entretiens à bâtons rompus (résumé dans Bk (II-2) par Keller).
— Le sens qu'on suppose à cette structure varie selon qu'on met l'accent sur tel ou tel
de ces épisodes ; mais la portée de chaque épisode reste énigmatique ; certant grammatici:
C-2 . Problèmes soulevés à propos de chaque épisode :
-Prologues :
C-2-1 : D. COLEMAN, «The prol. of R.» in MLR 62 (1967), p. 407 sq.
C-2-2 : H. WOOD, «an interpretation of R's ancien prol.» in Fr.St. 32 (1978), p. 398 sq.
(Bataille d'oiseaux = allégorie de relations avec Dupuy-Herbault)
(pour Scr. (11-17), invitation à la prière ; volonté d'être moins «intellectuel» que dans
le TL.)
C-2-3 : G.DE ROCHER, «The fusion of Priapus & the Muses : Rabelaisian Metaphors in
the Prol. of the QL» in Kent.Rom.Q. 1981 sq. (Priape = figure centrale : facundia et
fécondité).
Scr (11-17) : en 1552 : la prière n'est pas passive : libre-arbitre et humilité.
•Medamothi :
C-2-4 : A. HUON, «Alexandrie et l'alexandrinisme» in Et. Rab.I.
- Tempêtes :
Etudiée du point de vue de la technique d'un marin expérimenté : Thm. (I-4-b)
C-2-5 : R. CHOLAKIAN, «a re-examination of the Tempest scene» in FrSt. 21 (1967), 26
p. 104 sq. : Epistémon : toute-puissance de la Providence, mais responsabilité du vertueux;
résignation de Panurge condamnée, mais aussi activisme de frère Jan.
(Scr. (11-17) : fr. Jan est du bon côté : «synergisme», il réapparaît comme caractère prin
cipal ; cf. Erasme, De lib. arb.).
C-2-6 : F. WEINBERG, «Comic & relig. elements in R's Tempête» in Et. Rab. 15 (1980) :
message érasmien contre la Sorbonne et Calvin (comme Screech s'oppose à D. Coleman,
Fr. Stud. 23 (1969) pour qui le comique prime sur l'allégorie)
-Andouilles :
C-2-7 : B. BOWEN , «L'épisode des And -Esquisse d'une méthode de lecture» in Cahiers
de Varsovie 8 (1981) ( = E-5) : inspiration composite de R. : tradition carnavalesque,
obscénité, parodie, vertige verbal. Cf. du même auteur II-2 et 11-14.
F. CHARPENTIER, «La guerre des And.» in Et. seiziémistes offertes à V.L.
San Inter, Genève, 1980 (l'ambivalence sexuelle des monstres annihile la «convenance»)
- Quaresmeprenant :
C-2-8 : S. ELKIN, «Physis & Antiphysie : the idea of Nature in R. & Calcagnini» in Comp.
Lit. 14 (1962)
Gis. (II-5) : Rabelais condamné à ne jamais dire Physis, à se complaire aux grimaces de la
Beauté.
- Gaster :
a) Philautia, bestialité aveugle qui caricature l'Erôs du Banquet (M.Mst. B-5-1, p. 27 sq.;
Scr. 11-17, p. 439 sq.; Gis. H-5, p. 243 sq. : faux Géant, matière sans conscience).
b) C-2-9 : H. LEFEBVRE, K,P., 1955 : Naturalisme proche du matérialisme (p. 129)
Incarnation des besoins matériels d'une collectivité organisée, ton victorieux du Banquet
(Italie) et de Charnage triomphant de Carême: Bkt. (A-2-2, p. 296 sq.) - voir aussi G. Lote
(corps = principe de vie spirituelle) et :
C-2-10 : D. MENAGER, «La politique du don» in J.ofMed. & Ren. St. S (1978), p. 190.
c) Ne pas séparer Gastrolâtres (jouissance) et Engastrimythes (imposture) : V.L.S. (11-15),
p. 27.
d) Le point est fait par Laz. (II-8), p. 54 sq.
- Paroles gelées :
J. GUITON : article de 1940 reproduit ds Bk (II-2), p. 410 : pouvoir envoûtant de la mat
érialité des mots. 27
V.L. SAULNIER, «le silence de R. et le mythe des paroles gelées» in 11-12, p. 233 : hésu-
chisme mystique et politique ; Néphélibates = allégorie des conservateurs qui risquent de
reprendre les hostilités après la trêve, (cf. art. du Merc.de Fr. 320 (1954), p. 649 sq. sur
«le festin devant Chaneph»).
C-2-11 : L. SPITZER, «R. & les rabelaisants» in St.fr. 12 (1960), p. 401 sq. s'oppose à
cette méthode de l'allégorisme historique ; le comique verbal fait éclater le langage con
ventionnel.
C-2-12 : J.C. NASH, «Interpreting Parolles dégelées : the humanist perspective» in 11-14,
p. 5 sq. : humanisme =réveiller ce qui est mort ; langage= connaissance de l'humanité passée
et à venir.
C-2-13 : J.Y. POUILLOUX, «Notes sur 2 chap . du QL» in Litt.5 (1972), p. 88 sq. Texte=
réduction progressive des possibilités de sens ; pour Pantagr., on ne peut faire provision de
la vérité : elle est en chacun ; Panurge a la vérité et ne la pratique pas : seule cette méconn
aissance permet au récit d'exister.
Il apparaît que l'épisode ne peut être étudié séparément : voir notamment :
Scr. (11,17), p. 401 sq. : l'épisode des Papimanes pose un problème de rhétorique de la
lecture : comment le lecteur peut-il savoir qu'il faut condamner les Charnels ? Les actes
parlent plus haut que les paroles. On sait que Pantagruel a raison car il se fait comprendre
par des mythes. Faire la distinction entre sons, voix et paroles.
De même Jnrt (H-6) fait de l'épisode la clé d'un ensemble comprenant les Décrétâtes,
Gaster et Chaneph : R. dénonce une hypertrophie du signe, une hantise de voir matériel
lement. Pantagr. libère par la mobilité, Bacchus ailé aère l'esprit. La thèse de Jnrt est une
réfutation convaincante des hypothèses de Bakhtine. Elle est préparée par l'analyse de
Gis. (II-5), p. 276 (conclusion de l'ouvrage), qui transfère à R. la hantise de voir, et par
celles de M. Mast. (B-5-1-), p. 18, 27.
- Pour RIGOLOT (C-5-4, p. 158), le Ventre est une forme du thélèma, élan vital, source
d'une ingéniosité qui finit par se détruire en un néant sonore.
C-3 .Religion de R. en 1548-1552 :
a) Le curé concordataire et la politique gallicane : Ars. (A-2-1)
b) Critique érasmienne : R. LEBEGUE in Bk. (II-2) :
— Dévotions populaires, superstition :
C-3-1 : P. IMBS, «Le diable ds l'œuvre de R.-Etude de vocab.» ïnMél. Bruneau
Genève, 1954, p. 241 sq.
-«écrivain populaire, R. n'en critique pas moins les faiblesses populaires»
(H. Lefebvre)
- Pratiques mondaines : E.V. TELLE sur l'île des Alliances in BHR 14 (1952),
p. 159 sq. 28
c) Dans la controverse sur l'athéisme, A. LEFRANC et L. FEBVRE n'ont pas beaucoup
recouru au QL. (voir Fbv. in II-l, p. 74)
d) «Evangélisme» : voir les travaux de Screech, notamment sur la mort de Pan (BHR
1955) et
C-3-2 : «L'évangélisme de R. Aspects de la satire relig.» in Et. Rab. 2 (1959) Le dernier
mot de R. sur la question du libre- arbitre est une position proche de celle de S. Bona-
venture : le «synergisme» ; homo, Dei adjutor.
1
e) «Hésuchisme» : voir travaux de Saulnier (philosophie de la constance, tactique de la
dissimulation).
f) Généralités :
C-3-3 : AJ. KRAILSHEIMER, R.y Bruges, 1963 : union de la foi et de la sagesse antique.
Le rire est plus guérison que dérision.
C-4 : L 'esprit carnavalesque :
Notion suggestive mise à la mode par Bakhtine ; pour le QL voir A-2-2, p. 201 sq. (Chica-
nous et renversement de la hiérarchie), 262 sq. (Tappecoue et massacre du sérieux dans
l'impunité), 105, 273, 448 : réinterprétation de l'Antiquité à travers la vision ambivalente
du M. A. ; 182, 352 sq. : le médecin joyeux, bas corporel, ouvertures du corps sur le cos
mos.
C-4-1 : R.S. GROOS, «The Enigmas of Quaresmeprenant : R. & defamiliarization» in
Rom. Rev. 69 (1978), p. 22 sq. : accumulation d'énigmes ;le langage sépare les objets de
leur contexte normal.
Art. de M. Tetel («Carnival & beyond») et de B. Bowen (Andouilles) in 11-14.
C-5 : Regards humanistes sur le langage :
C-5-1 : Alice Fiola BERRY, «R. homo logos» in J.ofMed. & Ren.St. S (1973), p. 51 sq. :
paroles gelées = des mots qui ne sont pas encore la Parole de la Bouteille.
C-5-2 : Id. , «Introd. to a study of R's QL» in PMLA 92 (1977), p. 471 sq. : mots errent
à l'aventure dans des îles habitées par des signes. Logothérapie mosaïque. '
C-5-3 : L.D. KRITZMAN, «La quête de la parole ds le QL» in Fr. Forum 2 (1977), p. 195
sq. : fable linguistique sur le pouvoir générateur des mots ; 4 niveaux :
a) mots se haussent au statut de personnes (Alliances) ;
b) personnages réduits à des mots (Quaresmepr.=tas de mots anatomises ; Panurge liquéfié
en borborygmes au sein d'une tempête sonore).
c) Action sur les mots au principe de l'action romanesque : Percé jus ; Gradimars.
d) Commentaires sur le voyage textuel : «hausser» le temps : la parole libérée du connu
cingle vers l'aventure poétique.