512 pages
Français

Immigration francophone en Acadie du Nouveau-Brunswick : langues et identités : une approche sociolinguistique de parcours d’immigrants francophones à Moncton, Francophone immigration in Acadian New Brunswick : languages and identities : a sociolinguistic perspective on francophone immigrants living in Moncton

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Sous la direction de Didier de Robillard, Annette Boudreau
Thèse soutenue le 12 novembre 2010: Université de Moncton (Canada), Tours
Cette thèse de doctorat contribue au champ de recherche sur l'immigration francophone en milieu minoritaire à partir du contexte acadien néo-brunswickois. Ce travail considère le phénomène de l'immigration francophone comme un analyseur de tensions et de confrontations socio-identitaires et linguistiques au sein de la société acadienne d'accueil. L'analyse fait ressortir un processus de transformation de la représentation politique ainsi que de l'identité collective de la communauté acadienne. De manière plus approfondie, cette recherche illustre le rôle des langues dans le projet migratoire et le projet d'intégration des immigrants francophones à Moncton en regard de sa situation de contacts de langues inégalitaires. Cette thèse adopte une approche interprétative et qualitative afin de privilégier le sens donné par les acteurs directement impliqués dans les phénomènes sociaux et linguistiques à l'étude.
-Acadie du Nouveau-Brunswick
-Immigration francophone
-Minorité linguistique
-Identité acadienne
-Contacts de langues
-Chiac
-Méthode qualitative
-Sociolinguistique
This doctoral thesis is a contribution to the field of research on francophone immigration in a minority setting, more specifically in Acadian New Brunswick. This thesis is examining francophone immigration as a means of understanding and analysing identity and linguistic tensions amongst the Acadian host community. The analysis shows that Acadian society is undergoing a transformation process regarding its political representation and collective identity. The objective is to understand the role that languages play in the migration trajectory and the integration plans of francophone immigrants in Moncton with respect to its unequal linguistic situation. This thesis adopts an interpretative and qualitative approach that takes into account the points of view of the participants who are directly involved in the linguistic and social phenomena under review.
-Acadian New Brunswick
-Francophone immigration
-Linguistic minority
-Acadian identity
-Languages in contact
-Chiac
-Qualitative method
-Sociolinguistic
Source: http://www.theses.fr/2010TOUR2023/document

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 107
Langue Français
Poids de l'ouvrage 3 Mo


UNIVERSITÉ FRANÇOIS - RABELAIS
DE TOURS

ÉCOLE DOCTORALE [ SHS ]
[ DYNADIV E.A. 4246 ]

En cotutelle avec

UNIVERSITÉ DE MONCTON
(CANADA)

FACULTÉ DES ÉTUDES SUPÉRIEURES ET DE LA
RECHERCHE

THÈSE présentée par :
[ Isabelle VIOLETTE ]

soutenue le : 12 novembre 2010


pour obtenir le grade de : Docteur de l’université François – Rabelais/ de l’université
de Moncton (Ph.D.)
Discipline/ Spécialité : Lettres et linguistique/ Sciences du langage

IMMIGRATION FRANCOPHONE EN
ACADIE DU NOUVEAU-BRUNSWICK :
LANGUES ET IDENTITÉS
[Une approche sociolinguistique de parcours
d’immigrants francophones à Moncton]


THÈSE codirigée par :
[Mme BOUDREAU Annette] Professeure, université de Moncton
[M. ROBILLARD Didier de] Professeur, univFrançois – Rabelais



RAPPORTEURS :
[M. DUCHENE Alexandre] Professeur, Institut de plurilinguisme, université de Fribourg
[Mme HELLER Monica] Professeure, université de Toronto


JURY :
[Mme BOUDREAU Annette] Codirectrice, professeure, université de Moncton
[M. ROBILLARD Didier de] Codirecteur, professeur, université François – Rabelais
[M. BLANCHET Philippe] Examinateur externe, professeur, université de Rennes 2
[M. DUCHENE Alexandre] Examinateur externe, professeur, Institut de plurilinguisme,
université de Fribourg
[M. BELKHODJA Chedly] Examinateur interne, professeur, université de Moncton
[Mme DUBOIS Lise] Présidente, doyenne de la Faculté des études supérieures et de la
recherche, université de Moncton
1
Remerciements
Cette thèse de doctorat n‟aurait pu s‟accomplir sans l‟aide inestimable de plusieurs personnes
qui m‟ont accompagnée tout au long de cette traversée du désert. Elles ont su étancher ma soif
lorsque j‟en ai eu besoin et me donner ainsi la force de poursuivre ce périple.

Je pense tout d‟abord à mes deux directeurs de thèse, Annette Boudreau et Didier de
Robillard, qui ont su judicieusement me guider et me conseiller tout en m‟accordant une
grande liberté intellectuelle. Je les remercie infiniment de la confiance qu‟ils m‟ont accordée
et du soutien constant qu‟ils m‟ont prodigué. Je dois beaucoup à nos longues discussions
animées.

Je dois également beaucoup à ma famille et à mes proches qui ont su calmer mes angoisses,
pardonner mon ermitage occasionnel et répondre à mes doutes durant ces cinq dernières
années. Je remercie tout d‟abord mon conjoint, Sébastien, de sa patience, son empathie et sa
joie de vivre contagieuse. Il a été mon fidèle et rassurant partenaire à travers vents et marées.
J‟ai une grande reconnaissance envers ma mère Paulette qui, par son écoute attentive et son
optimisme à toute épreuve, m‟a amenée à puiser dans ma force intérieure dans les moments
les plus difficiles. À mon père Donald, qui m‟a offert un appui indéfectible, je dois l‟appel à
me dépasser ainsi que le goût de la discipline et du travail bien fait. Je remercie aussi Marie-
Ève, ma petite sœur, qui entame elle-même des études supérieures, de ses constants
encouragements. Je dis également merci à mes chères amies complices, Josée, Janie, Joëlle,
Chrissy et Mélissa qui ont égayé mon quotidien en partageant maints fous rires, rêves
d‟évasion et bonnes bouffes. Je n‟oublie pas mes grands-parents maternels, Gérald et
Claudette, ainsi que ma belle-famille, Mandine, Aurèle, Madiane, Didier et Clémentine, qui
m‟ont constamment nourrie de leur affection et de leur générosité. Ma thèse de doctorat étant
désormais complétée, je me réjouis d‟être entourée de gens aimants qui me rappellent
combien la vie est belle ! Tous et toutes, chacun à votre manière, vous avez été une source
d‟inspiration.

Je veux également exprimer ma reconnaissance envers plusieurs professeurs et collègues
thésards de l‟Université de Moncton, trop nombreux pour nommer, qui m‟ont appuyée,
conseillée et enrichie de leurs connaissances tout au long de ma recherche. Je tiens plus 2
particulièrement à remercier Christophe Traisnel, qui est devenu un complice en recherche,
pour sa confiance, son soutien et son authenticité.

Je souhaite également souligner la contribution financière de la Fondation Baxter et Alma
Ricard, du CRSH, de l‟Institut d‟études acadiennes ainsi que du Centre Métropolis Atlantique
sans laquelle je n‟aurais pu accomplir cette thèse. Grâce à ces bourses et assistanats de
recherche, j‟ai pu me consacrer à mon projet sans souci financier, ce qui constitue une aide
précieuse dans la vie d‟une thésarde !

Last but not least, j‟aimerais saluer chaleureusement les nombreux participants à ma
recherche qui ont livré avec générosité et sensibilité leurs récits de vie. Ma reconnaissance
envers eux est immense.

Moncton, août 2010 3
Résumé
Cette thèse de doctorat contribue au champ de recherche sur l‟immigration francophone en
milieu minoritaire à partir du contexte acadien néo-brunswickois. Partant du fait que l‟Acadie
du Nouveau-Brunswick constitue une minorité nationale non territoriale en situation de
diglossie, ce travail propose d‟appréhender l‟immigration francophone comme un analyseur
de tensions et de confrontations socio-identitaires et linguistiques au sein de la société
acadienne d‟accueil. De manière plus approfondie, l‟objectif est de comprendre le rôle des
langues dans le projet migratoire et le projet d‟intégration des immigrants francophones à
Moncton, centre urbain bilingue du sud-est de la province. Ainsi, tout en défendant un regard
interdisciplinaire, cette thèse est résolument ancrée dans une perspective sociolinguistique de
l‟immigration francophone en Acadie. En raison de la complexité des enjeux linguistiques en
contexte francophone minoritaire, étudier l‟immigration par le prisme de la langue constitue
une façon innovante de faire ressortir les transformations sociopolitiques de la société
acadienne. La thèse met ainsi en valeur une situation de minoration imbriquée : une minorité
linguistique cherche elle-même à se construire comme société d‟accueil à l‟égard de minorités
ethnoculturelles francophones. Cette thèse adopte une approche interprétative et qualitative
afin de privilégier une construction de savoirs à partir du sens donné par les acteurs
directement impliqués dans les phénomènes sociaux et linguistiques à l‟étude.
La thèse illustre tout d‟abord un processus de redéfinition identitaire de la
francophonie canadienne minoritaire eu égard aux phénomènes de l‟immigration et de la
diversification culturelle de la population de langue française au Canada. Les communautés
francophones se montrent soucieuses de réaménager leur discours identitaire collectif autour
d‟un projet de société inclusif. Pour ce faire, le partage du français tend à être désigné comme
dénominateur identitaire commun de la francophonie canadienne sans toutefois tenir compte
du fait que la langue ne constitue pas un instrument neutre et homogène. En Acadie du
Nouveau-Brunswick, les leaders acadiens s‟interrogent également sur la capacité d‟inclusion
de la communauté acadienne et s‟engagent dans un processus de révision de ses critères
d‟appartenance traditionnels. Par l‟intermédiaire d‟une confrontation des regards des militants
acadiens et des immigrants francophones, l‟analyse des discours identitaires révèle des points
de tension et de divergence, notamment autour du poids accordé à la dimension ethnique de
l‟identité acadienne. Un terrain d‟entente identitaire entre les deux groupes se dessine
toutefois autour de l‟appartenance à un lieu commun. En effet, si devenir Acadien demeure
problématique pour les immigrants, il ressort de l‟analyse que l‟intégration à la communauté 4
d‟accueil locale tend à prendre la forme d‟une identification à l‟Acadie comme espace de
vivre ensemble.
De plus, ce travail se penche sur le rôle que jouent les représentations et les idéologies
linguistiques des immigrants dans leurs dynamiques de rapprochement et de distanciation face
à la société acadienne d‟accueil de la région de Moncton. Si plusieurs travaux ont porté sur les
représentations linguistiques des Acadiens en lien avec la construction identitaire en milieu
francophone minoritaire, aucune recherche ne s‟était jusqu‟à alors penchée sur les rapports
aux langues qu‟entretiennent des locuteurs issus d‟immigration vivant en Acadie du Nouveau-
Brunswick. À partir de récits de vie d‟immigrants, sont examinées les tensions qui entourent
la notion de bilinguisme, les rapports entre les deux communautés linguistiques ainsi que les
variétés de français régionales, en particulier le chiac qui constitue en quelque sorte
l‟emblème linguistique de la région de Moncton. Il est montré que le fait de parler français ne
constitue pas un marqueur identitaire neutre et homogène qui faciliterait automatiquement
l‟intégration à la communauté francophone. Au contraire, les immigrants francophones sont
confrontés dans leur milieu d‟accueil à des pratiques linguistiques qui entrent en conflit avec
leur conception normative du français mais qui, en même temps, sont légitimées comme mode
de communication locale et comme expression d‟une identité francophone distincte. Par
ailleurs, les immigrants reconnaissent au chiac une importante valeur d‟intégration à la
communauté acadienne locale marquant ainsi l‟importance de l‟usage des variétés de langues
non standard pour être considéré comme un «Acadien d‟adoption».

Mots-clés : Acadie du Nouveau-Brunswick, immigration francophone, minorité linguistique,
identité acadienne, sociolinguistique, contacts de langues, chiac, méthode qualitative. 5
Résumé en anglais
This doctoral thesis is a contribution to the field of research on francophone immigration in a
linguistic minority setting, more specifically in Acadian New Brunswick. Given that Acadian
New Brunswick is a non-territorial national minority characterized by diglossia, this thesis
will examine francophone immigration as a means of understanding and analysing identity
and linguistic tensions and confrontations amongst the Acadian host society. The objective is
to understand the role that languages play in the migration trajectory and the integration plans
of francophone immigrants in Moncton, a bilingual urban centre located in the South East of
New Brunswick. While interdisciplinary in scope, this research has a strong sociolinguistic
perspective on francophone immigration in Acadie. Given the complexity of the linguistic
stakes in francophone minority contexts, studying immigration through language is an
innovative way to illustrate the socio-political transformations that are occurring within
Acadian society. This research thus highlights a case of interwoven minorities, a linguistic
minority that seeks to become a host community for other ethnocultural francophone
minorities. Furthermore, this thesis adopts an interpretative and qualitative approach that takes
into account the points of view of the participants who are directly involved in the linguistic
and social phenomena under review.
Firstly, this thesis shows that Canadian francophone minorities are undergoing a
process of redefinition with respect to immigration and the cultural diversification of the
French-speaking population in Canada. The francophone communities recognize the need to
transform their collective identity and thus to become a more inclusive society. To do so,
French tends to be the common denominator amongst the Canadian francophonie without
taking into account that language is neither neutral nor homogenous. In Acadian New
Brunswick, Acadian leaders are also addressing the issue of an inclusive identity and have
agreed to re-examine the traditional criteria of inclusion within Acadian society. By
comparing the points of view of Acadian leaders and francophone immigrants, our analysis of
the discourses on identity reveals that they are tensions and divergences between the two
groups, particularly with respect to the importance that is placed on the ethnic aspects of
Acadian identity. However, common ground is being found regarding a sense of belonging to
a common place, named « Acadie ». While becoming Acadian remains problematic for
immigrants, the analysis shows that their integration in the local host community tends to take
the shape of an identification to Acadie as a common place to live. 6
Furthermore, this thesis investigates the role played by the immigrants‟ linguistic
ideologies and representations in their relations of proximity and distance vis-à-vis the
Acadian society. Though many studies have focused on the Acadians‟ linguistic
representations and identity, never have they focused before on the immigrants‟ relations to
the languages spoken in Acadian New Brunswick. Through the life stories of immigrants
living in Moncton, this thesis examines the tensions regarding bilingualism, the cohabitation
of the two official linguistic communities and the regional varieties of French, more
particularly the one called «chiac». We show that having French as a common language does
not automatically ensure a better and faster integration. In fact, Francophone immigrants are
in their host community confronted to language practices that, on the one hand, conflict with
their normative conception of French but, on the other hand, are legitimized as a local means
of communication and as a distinct expression of francophone identity. Thus, in addition to
being receptive to the local movement of relegitimatization of « chiac », the immigrants
recognize that knowledge of « chiac » highly facilitates their integration in the Moncton
Acadian community, emphasizing the importance of using non-standard language varieties in
order to be accepted as a member of this minority community.

Keywords: Acadian New Brunswick, francophone immigration, linguistic minority, Acadian
identity, sociolinguistic, languages in contact, chiac, qualitative method. 7
Table des matières
Introduction .............................................................................................................................. 16
Chapitre 1 Problématique et cadre théorique : contextes, approches et perspectives .... 29
1.0 Introduction .................................................................................................................... 29
1.1 L‟état de la question sur l‟immigration francophone au Canada ................................... 29
1.1.1 L‟immigration francophone dans le mouvement politique et institutionnel ........... 30
1.1.1.1 Les défis d‟attraction, d‟accueil et de rétention ............................................... 34
1.1.1.2 Les attitudes de la population locale ................................................................ 35
1.1.2 La minorité d‟une minorité : francophonie et diversité ........... 38
1.1.2.1 Le Québec, précurseur en matière d‟immigration francophone ....................... 39
1.1.2.2 L‟Ontario francophone et les regroupements ethnoculturels ........................... 42
1.1.3 Synthèse .................................................................................................................. 45
1.2 Une approche sociolinguistique de l‟immigration en milieu minoritaire ...................... 45
1.2.1 Langues et minorités ............................................................................................... 46
1.2.1.1 Minorités linguistiques ..................... 46
1.2.1.2 Bilinguisme et diglossie ................................................................................... 49
1.2.1.3 Insécurité linguistique ...................... 55
1.2.1.4 Synthèse : langues et construction identitaire en milieu minoritaire ............... 59
1.2.2 Langues et immigration ........................................................................................... 62
1.2.2.1 D‟une sociolinguistique des populations immigrantes à une sociologie
langagière de la migration ............................ 63
1.2.2.2 L‟immigration comme analyseur de dynamiques sociolinguistiques nationales
et/ou régionales ............................................................................................................ 67
1.2.2.2.1 Langues minoritaires « en danger » : climat de concurrence linguistique 68
1.2.2.2.2 Constructions et catégorisations sociolinguistiques .................................. 71
1.2.2.2.3 Légitimité linguistique et intégration ........................................................ 72
1.2.3 Synthèse .................................................................................. 76
Chapitre 2 Construction des savoirs, méthodes et terrain ................. 78
2.0 Introduction .................................................... 78
2.1 De l‟épistémologie ......................................................................... 79
2.1.1 Pour quelle construction des savoirs ? .................................... 79
2.1.1.1 Sens, interprétation et relation .......... 80
2.1.1.2 Interdisciplinarité : au carrefour d‟univers interprétatifs . 83 8
2.1.1.3 La posture du chercheur ................................................................................... 87
2.1.2 Idéologies, représentations et discours : entre frottement et flottement conceptuels
.......................................................................................................................................... 91
2.1.2.1 Idéologies ......... 92
2.1.2.2 Représentations ................................................................................................ 95
2.1.2.3 Discours ............ 98
2.1.2.4 Synthèse ......................................................................................................... 102
2.2 De la méthode ............... 103
2.2.1 Une sociolinguistique de terrain ............ 103
2.2.1.1 Le terrain : au-delà d‟une réalité physique ..................................................... 104
2.2.1.2 Le terrain : histoire d‟une insuffisance ........................... 105
2.2.2 La triangulation méthodologique .......................................................................... 106
2.2.2.1 Les entretiens de recherche ............ 107
2.2.2.1.1 Un événement interactif .......... 108
2.2.2.1.2 Prise de contacts et choix des participants .............................................. 109
2.2.2.1.3 La transcription : choix et orientations .................... 111
2.2.2.2 L‟observation ethnographique ........................................ 112
2.2.2.3 Les documents écrits ...................................................... 116
2.2.3 Synthèse interprétative .......................................................... 117
Chapitre 3 Regards interdisciplinaires sur l’Acadie ......................... 119
3.0 Introduction .................................................................................. 119
3.1 Tracé sociohistorique de l‟Acadie : d‟une colonie française à une nation distincte .... 119
3.1.1 La période coloniale .............................................................................................. 119
3.1.2 Le retour après la Déportation ............................................................................... 121
3.1.3 Nation acadienne et transformations idéologiques jusqu‟à la période contemporaine
........................................................................ 123
3.1.3.1 Ethnie et nation : définitions .......................................................................... 124
3.1.3.2 L‟idéologie nationale acadienne ..... 126
3.1.3.3 L‟entrée dans la modernité ............. 131
3.1.3.4 Nominations et transformations identitaires .................................................. 137
3.1.3.5 Synthèse ......................................................................... 141
3.2 Situation politique et démolinguistique du Canada et de l‟Acadie du Nouveau-
Brunswick : période contemporaine ................................................................................... 141
3.2.1 Le bilinguisme institutionnel ................. 142