Intelligentsia, religion, révolution : Premières manifestations d un socialisme chrétien en Russie, 1905-1907 - article ; n°4 ; vol.17, pg 427-466
42 pages
Français

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Intelligentsia, religion, révolution : Premières manifestations d'un socialisme chrétien en Russie, 1905-1907 - article ; n°4 ; vol.17, pg 427-466

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
42 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Cahiers du monde russe et soviétique - Année 1976 - Volume 17 - Numéro 4 - Pages 427-466
Jutta Scherrer, Intelligentsia, religion, révolution : premières manifestations d'un socialisme chrétien en Russie. 1905-1907.
Il est discutable de parler d'un « socialisme chrétien » en Russie si on se réfère aux exemples donnés par la Suisse, l'Allemagne ou l'Angleterre. Pourtant, dans le contexte de la révolution de 1905, apparaissent en Russie différents courants d'idées et se constituent divers groupes qui s'inspiraient de considérations chrétiennes et sociales, parfois même socialistes. On voit se profiler les premières ébauches d'un authentique programme chrétien social ou socialiste-chrétien, voire d'un socialisme chrétien. Le présent article étudie les toutes premières manifestations de ces courants qui trouvèrent d'abord une expression encore relativement modérée dans la « Fraternité des zélateurs du renouveau de l'Église ». Ce groupement qui réunissait l'intelligentsia et le clergé progressiste réclamait l'indépendance totale de l'Église vis-à-vis de l'État et, partant, un rapport véritable entre cette dernière et le monde politique, social et culturel, rapport que la bureaucratisation de l'Église et sa soumission à l'État avaient interrompu depuis des siècles. Un deuxième groupe représentait plus particulièrement les préoccupations religieuses de l'intelligentsia. Aussi défendait-il des positions beaucoup plus radicales : ce fut la « Fraternité chrétienne de lutte ». Ses fondateurs, Ern et Svencickij , décla- raient la guerre au capitalisme, guerre à laquelle tous les chrétiens se devaient de prendre part. Leur objectif ultime était d'instaurer une communauté chrétienne sociale qui se substituerait à l'État.
(La suite de cet article paraîtra dans le n° XVIII, I, des CMRS.)
Jutta Scherrer, The intelligentsia, religion, and revolution: first manifestations of Christian socialism in Russia, 1905-1907.
It is doubtful whether one can speak of Christian socialism in Russia if one refers to the examples offered by Switzerland, Germany, and England. Nevertheless, within the context of the revolution of 1905, there appear in Russia different ideological currents and various groups inspired by Christian and social, sometimes even by socialist considerations. The present article examines the very first manifestations of these currents, which found a comparatively moderate expression in the Brotherhood of Adepts of renovation of Church. This group that comprised members of the intelligentsia and of the progressive clergy demanded total independence of the Church as regards the State, hence a genuine relationship of the Church and the political, social and cultural world, interrupted for many centuries by its officialdom and submission to the State. A second group The Christian Brotherhood of struggle was more representative of the religious problems of the intelligentsia and defended much more radical positions. Its founders, Ern and Svencickii, declared war on capitalism, a war in which it was supposed to be the duty of all Christians to participate. Their ultimate object was to establish a social Christian community as a substitute to the State.
(The article will be continued in CMRS, XVIII, 1.)
40 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1976
Nombre de lectures 29
Langue Français
Poids de l'ouvrage 3 Mo

Extrait

Jutta Scherrer
Intelligentsia, religion, révolution : Premières manifestations d'un
socialisme chrétien en Russie, 1905-1907
In: Cahiers du monde russe et soviétique. Vol. 17 N°4. Octobre-Décembre 1976. pp. 427-466.
Citer ce document / Cite this document :
Scherrer Jutta. Intelligentsia, religion, révolution : Premières manifestations d'un socialisme chrétien en Russie, 1905-1907. In:
Cahiers du monde russe et soviétique. Vol. 17 N°4. Octobre-Décembre 1976. pp. 427-466.
doi : 10.3406/cmr.1976.1272
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/cmr_0008-0160_1976_num_17_4_1272Résumé
Jutta Scherrer, Intelligentsia, religion, révolution : premières manifestations d'un socialisme chrétien en
Russie. 1905-1907.
Il est discutable de parler d'un « socialisme chrétien » en Russie si on se réfère aux exemples donnés
par la Suisse, l'Allemagne ou l'Angleterre. Pourtant, dans le contexte de la révolution de 1905,
apparaissent en Russie différents courants d'idées et se constituent divers groupes qui s'inspiraient de
considérations chrétiennes et sociales, parfois même socialistes. On voit se profiler les premières
ébauches d'un authentique programme chrétien social ou socialiste-chrétien, voire d'un socialisme
chrétien. Le présent article étudie les toutes premières manifestations de ces courants qui trouvèrent
d'abord une expression encore relativement modérée dans la « Fraternité des zélateurs du renouveau
de l'Église ». Ce groupement qui réunissait l'intelligentsia et le clergé progressiste réclamait
l'indépendance totale de l'Église vis-à-vis de l'État et, partant, un rapport véritable entre cette dernière et
le monde politique, social et culturel, rapport que la bureaucratisation de l'Église et sa soumission à
l'État avaient interrompu depuis des siècles. Un deuxième groupe représentait plus particulièrement les
préoccupations religieuses de l'intelligentsia. Aussi défendait-il des positions beaucoup plus radicales :
ce fut la « Fraternité chrétienne de lutte ». Ses fondateurs, Ern et Svencickij , décla- raient la guerre au
capitalisme, guerre à laquelle tous les chrétiens se devaient de prendre part. Leur objectif ultime était
d'instaurer une communauté chrétienne sociale qui se substituerait à l'État.
(La suite de cet article paraîtra dans le n° XVIII, I, des CMRS.)
Abstract
Jutta Scherrer, The intelligentsia, religion, and revolution: first manifestations of Christian socialism in
Russia, 1905-1907.
It is doubtful whether one can speak of "Christian socialism" in Russia if one refers to the examples
offered by Switzerland, Germany, and England. Nevertheless, within the context of the revolution of
1905, there appear in Russia different ideological currents and various groups inspired by Christian and
social, sometimes even by socialist considerations. The present article examines the very first
manifestations of these currents, which found a comparatively moderate expression in the "Brotherhood
of Adepts of renovation of Church". This group that comprised members of the intelligentsia and of the
progressive clergy demanded total independence of the Church as regards the State, hence a genuine
relationship of the Church and the political, social and cultural world, interrupted for many centuries by
its officialdom and submission to the State. A second group "The Christian Brotherhood of struggle" was
more representative of the religious problems of the intelligentsia and defended much more radical
positions. Its founders, Ern and Svencickii, declared war on capitalism, a war in which it was supposed
to be the duty of all Christians to participate. Their ultimate object was to establish a social Christian
community as a substitute to the State.
(The article will be continued in CMRS, XVIII, 1.)JUTTA SCHERRER
INTELLIGENTSIA, RELIGION, RÉVOLUTION
Premières manifestations d'un socialisme chrétien
en Russie. 1905 -1907
Parler de « socialisme chrétien » dans le cadre de l'histoire sociale
russe constitue une entreprise bien délicate. Le terme même appelle un
rapprochement avec les mouvements du même nom qui se sont déve
loppés en Europe occidentale. Or ceux-ci, loin d'être uniformes, ont
revêtu un visage différent, selon les diverses confessions, en Angleterre,
en Allemagne et en Suisse, en France, en Italie et en Espagne ; on est
néanmoins tenté de rechercher les influences réciproques, d'établir des
parallèles, bref, de faire des comparaisons.
Le propos du présent article est autre. En effet, ce n'est ici ni le lieu
ni le cadre où aborder une telle recherche. En outre, de manière tout à
fait générale et sommaire, on peut affirmer que ces points d'impact ont
été extrêmement limités non seulement du fait que le rapport au socia
lisme partait de prémisses divergentes sur le plan doctrinal, pour le
christianisme orthodoxe et pour les Églises protestante, anglicane ou
catholique romaine. Mais surtout, en raison de conditions sociales et
économiques très différentes, l'élaboration des idées chrétiennes
en Russie a été considérablement décalée par rapport aux tentatives
comparables en Europe occidentale1. En Russie pendant longtemps,
en effet, l'intelligentsia qui se penchait sur les problèmes sociaux ne manif
esta pratiquement aucun intérêt pour les questions religieuses, et ceci
à quelques exceptions près. Ce n'est qu'au tournant du siècle qu'un chan
gement d'orientation religieuse se fait jour dans quelques cercles extrême
ment restreints de l'intelligentsia. Sous l'influence des idées religieuses
et sociales de Vladimir Solov'ev et, en partie aussi, de Dostoevskij et de
Tolstoj, on va associer le projet social à une vision religieuse du monde.
Pourtant, à la différence du « socialisme chrétien » d'Europe occidentale,
l'aspect religieux l'emportera toujours sur l'aspect social, de même que
la dimension théorique et spéculative prendra toujours le pas sur l'eng
agement social concret. C'est seulement au début du XXe siècle, surtout
dans le sillage des événements révolutionnaires de 1905, qu'on se met à
traduire davantage d'ouvrages anglais, allemands et suisses concernant
le « socialisme chrétien »2.
Cahiers du Monde russe et soviétique, XVII (4), oct.-déc. 1976, pp. 427-466. 428 JUTTA SCHERRER
Le présent exposé n'a d'autre objectif que d'analyser quelques-unes
des théories conçues par l'intelligentsia russe pendant les années de la
révolution de 1905-1907, ainsi que les actions qui en ont résulté : les unes
et les autres s'inspiraient de considérations chrétiennes et sociales, parfois
même socialistes. Le choix des groupes ou des personnalités étudiés ici
est uniquement déterminé par le fait que l'intérêt porté aux problèmes
religieux qui se dessine dans l'intelligentsia russe depuis le début du
siècle peut, pour la première fois, revêtir des formes précises ou des
structures concrètes, et cela grâce a la révolution et comme conséquence
immédiate des événements du 9 janvier, du dimanche sanglant. En
d'autres termes, la possibilité d'une praxis est ainsi donnée. Mais il est
non moins significatif que les ouvriers n'y jouent aucun rôle et que cette
praxis tend à se manifester sous forme de groupes politiques ou semi-
politiques au sein d'une intelligentsia ; cette dernière se tient aussi parfois
en liaison avec le clergé progressiste.
C'est uniquement à partir de l'histoire de l'intelligentsia russe et de
ses groupes ou mouvements idéologiques, dont celui appelé par la suite
« Quête religieuse » (religioznoe iskanie)3, que l'on cherchera ici à expliquer
cette ébauche — soulignons bien qu'il s'agit uniquement d'une ébauche —
d'un programme chrétien-social, ou socialiste-chrétien. On tiendra
compte bien entendu du contexte social, politique et culturel spécifique
à la Russie, et surtout de celui de l'Église orthodoxe russe. Mais, de même
que les influences des théories occidentales ne seront pas examinées ici,
on ne saurait non plus tenir compte des tentatives vagues pour élaborer
une sorte de doctrine sociale chrétienne émanant exclusivement des
milieux ecclésiastiques4. C'est-à-dire qu'on laissera ici de côté les
recherches

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents