L

L'histoire de la peinture en Italie et les plagiats de Stendhal

-

Français
554 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

L'HISTOIRE PEINTURE EN ITALIE ET LES PLAGIATS DE STENDHAL L'HISTOIRE DE LA PEINTUKE EN ITALIE ET LES PLAGIATS DE STENDHAL POUR LE DOCTORAT ÈS-LETTRESTHÈSE présentée Facilité Lettres de l'Universitéà la îles de Paris PAUL ÀRBELET ARCIER ÉLÈVE DE l'ÉCOLE KORMALE SCPÉRIEURB AGRÉGÉ DES LETTRES PROFESSEUR AD LYCÉE LOniS-LE-GRABD PARIS >f7^, CALMANN-LÉVY, ÉDITEURS -""Vl 3, RUE AUBER, 3 1913 « Quelle que soit la destinée qui m'attend, je veux tou- comme le grand Corneillejours pouvoir me dire, : Je ne dois qu'à moi seul toute ma renommée. » Ainsi je ne veux introduire aucune espèce de copie premiers ouvrages. »dans mes (Henri Beyle, Journal inédit, frimaire an XI). a qu'on peut apporter de mieux dans les ouvragesCe de l'art, c'est un esprit naturel... Je puis avoir tort s mais dirai de Cimabué, de Giotto, de Masaccio, je l'aice que je senti réellement devant leurs ouvrages, et je les ai tou- jours vus seul... Trois ans de mon exil ont été passés en Toscane, et chaque jour fut employé à voir quelque ta- »bleau... {Histoire de la Peinture en Italie^ 56.) « séjour de dix années enCe livre est le résultat d'un Italie, il est écrit quelquefois avec exaltation, mais tou- jours de bonne foi. » L'article de chaque peintre a été fait dans la ville où »il est né, et en présence de ses tableaux. (Édition de 1825, note de la page lxxxvi). quelques textes de Sten-11 convenait de lire ces de ses plagiats.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 8
Langue Français
Poids de l'ouvrage 24 Mo
Signaler un problème

L'HISTOIRE
PEINTURE EN ITALIE
ET LES PLAGIATS
DE STENDHALL'HISTOIRE
DE LA
PEINTUKE EN ITALIE
ET LES PLAGIATS
DE STENDHAL
POUR LE DOCTORAT ÈS-LETTRESTHÈSE
présentée
Facilité Lettres de l'Universitéà la îles de Paris
PAUL ÀRBELET
ARCIER ÉLÈVE DE l'ÉCOLE KORMALE SCPÉRIEURB
AGRÉGÉ DES LETTRES
PROFESSEUR AD LYCÉE LOniS-LE-GRABD
PARIS >f7^,
CALMANN-LÉVY, ÉDITEURS -""Vl
3, RUE AUBER, 3
1913« Quelle que soit la destinée qui m'attend, je veux tou-
comme le grand Corneillejours pouvoir me dire, :
Je ne dois qu'à moi seul toute ma renommée.
» Ainsi je ne veux introduire aucune espèce de copie
premiers ouvrages. »dans mes
(Henri Beyle, Journal inédit, frimaire an XI).
a qu'on peut apporter de mieux dans les ouvragesCe
de l'art, c'est un esprit naturel... Je puis avoir tort s mais
dirai de Cimabué, de Giotto, de Masaccio, je l'aice que je
senti réellement devant leurs ouvrages, et je les ai tou-
jours vus seul... Trois ans de mon exil ont été passés en
Toscane, et chaque jour fut employé à voir quelque ta-
»bleau...
{Histoire de la Peinture en Italie^ 56.)
« séjour de dix années enCe livre est le résultat d'un
Italie, il est écrit quelquefois avec exaltation, mais tou-
jours de bonne foi.
» L'article de chaque peintre a été fait dans la ville où
»il est né, et en présence de ses tableaux.
(Édition de 1825, note de la page lxxxvi).
quelques textes de Sten-11 convenait de lire ces
de ses plagiats.dhal, avant de commencer l'étude