L'organisation de l'espace dans deux ateliers de potiers traditionnels de Thasos - article ; n°2 ; vol.119, pg 591-606

-

Documents
18 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Bulletin de correspondance hellénique - Année 1995 - Volume 119 - Numéro 2 - Pages 591-606
The first part of this article comprises a detailed description of the installations in the two workshops, covered and open-air, and emphasis is given to their function and architectural interdependence. In the second part, based on a detailed examination, the positions of each structure are shown to be the result of a detailed plan, drawn up in advance of the work of construction. It takes into account the most fundamental factors relating to the efficiency of the work in each workshop (work potential, most economical investment of time and labour, maximum reduction of the risk of accidents during transport). To check this proposition, it was assumed as a working hypothesis that the distances between the parts of each workshop, functionally connected, would have been as short as possible and would have represented movements in a straight rather than a curved line. A summation of the total of these routes, in a one-way or two-way direction, shows a virtual predominance of the former. There existed therefore, according to us, a planned spatial organisation designed by the potters themselves.
Στο πρώτο τμήμα της εργασίας αυτής περιγράφονται διεξοδικά οι εγκαταστάσεις των δύο εργαστηρίων, οι στεγασμένες και οι υπαίθριες, με έμφαση στο λειτουργικό τους προορισμό και στη δομική τους αλληλεξάρτηση. Στο δεύτερο τμήμα αποδεικνύεται, με τους όρους μιας συστηματικής εξέτασης, ότι η τοποθέτηση της καθεμιάς κατασκευής αποτελεί προϊόν μελετημένου σχεδιασμού που προηγείται των οικοδομικών εργασιών. Στον προκαθορισμένο αυτό σχεδιασμό συνυπολογίζονταν οι βασικότεροι παράγοντες για την αποτελεσματική λειτουργία του καθενός εργαστηρίου (το εργατικό δυναμικό, η συμφορότερη δυνατή επένδυση χρόνου και εργασίας, η ελαχιστοποίηση του κινδύνου ατυχημάτων κατά τις μεταφορές). Για τον έλεγχο της παραπάνω πρότασης μελέτης, υιοθετήθηκε ως « υπόθεση εργασίας » η άποψη ότι οι αποστάσεις ανάμεσα στα μέρη κάθε αγγειοπλαστείου, που σχετίζονται λειτουργικά, πρέπει να είναι οι μικρότερες δυνατές και να αποτυπώνονται ως ευθείες μάλλον παρά ως καμπύλες μετακινήσεις. Η καταγραφή του συνόλου των μονόδρομων και αμφίδρομων διαδρομών των κεραμέων αποδεικνύει μια καθολική σχεδόν κυριαρχία των πρώτων : είχε εφαρμοστεί, επομένως, ένας χωροταξικός προγραμματισμός, εκπονημένος από τους ίδιους τους κεραμείς.
Σκοπός της παρούσας μελέτης είναι κυρίως να συγκεντρώσει τις ποικίλες παρατηρήσεις που προέκυψαν από την προετοιμασία της μακέτας του αρχαιολογικού χώρου της αγοράς του 'Αργούς. Επειδή η κατανόηση του χώρου εξαρτάται στενά από την ανάγνωση του Παυσανία, παρουσιάζουμε κατ' αρχάς τις μεγάλες ενότητες που αντιστοιχούν στα κεφάλαια της Περιήγησης. Για να μπορέσουμε να εντοπίσουμε τη θέση του ιερού του Απόλλωνος Λυκείου πάνω στο άνδηρο που βρίσκεται βορείως του Νυμφαίου και της ορχήστρας, γίνεται μια σύντομη αναφορά σε όσα γνωρίζουμε για το άνδηρο αυτό. Σε παράρτημα γίνεται επίσης μια επανεκτίμηση των συμπερασμάτων που συνάγονται από τις επιγραφές σχετικά με τον εντοπισμό του ιερού. Για να διευκολυνθεί η ερμηνεία των διαφόρων γραπτών μαρτυριών που αναφέρονται στη δομή του χώρου, σχεδιάστηκαν κατόψεις της αγοράς σε τρεις εποχές : στον 5ο αι. π.Χ., στον 2ο αι. μ.Χ. και στους ύστερους αυτοκρατορικούς χρόνους. Επιχειρούμε επίσης να δείξουμε πώς η εγκατάσταση των διαφόρων κτιρίων που συνθέτουν την αγορά της κλασικής περιόδου ανταποκρίθηκε σε ένα συντονισμένο και φιλόδοξο οικοδομικό πρόγραμμα, του οποίου μπορούμε να εντοπίσουμε τους βασικούς άξονες : καθώς όλα τα γνωστά κτίρια εντάσσονται στο σχεδιασμό του προγράμματος αυτού, γίνεται δυνατό να προσεγγίσουμε τη σκέψη εκείνων που συνέλαβαν τη δομή του δημόσιου χώρου του Άργους όταν, μετά το 460 π.Χ., ξανασχεδίασαν την πόλη.
16 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1995
Nombre de visites sur la page 14
Langue Français
Signaler un problème

Stratis Papadopoulos
L'organisation de l'espace dans deux ateliers de potiers
traditionnels de Thasos
In: Bulletin de correspondance hellénique. Volume 119, livraison 2, 1995. pp. 591-606.
Citer ce document / Cite this document :
Papadopoulos Stratis. L'organisation de l'espace dans deux ateliers de potiers traditionnels de Thasos. In: Bulletin de
correspondance hellénique. Volume 119, livraison 2, 1995. pp. 591-606.
doi : 10.3406/bch.1995.4640
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bch_0007-4217_1995_num_119_2_4640Abstract
The first part of this article comprises a detailed description of the installations in the two workshops,
covered and open-air, and emphasis is given to their function and architectural interdependence. In the
second part, based on a detailed examination, the positions of each structure are shown to be the result
of a detailed plan, drawn up in advance of the work of construction. It takes into account the most
fundamental factors relating to the efficiency of the work in each workshop (work potential, most
economical investment of time and labour, maximum reduction of the risk of accidents during transport).
To check this proposition, it was assumed as a working hypothesis that the distances between the parts
of each workshop, functionally connected, would have been as short as possible and would have
represented movements in a straight rather than a curved line. A summation of the total of these routes,
in a one-way or two-way direction, shows a virtual predominance of the former. There existed therefore,
according to us, a planned spatial organisation designed by the potters themselves.
περίληψη
Στο πρώτο τμήμα της εργασίας αυτής περιγράφονται διεξοδικά οι εγκαταστάσεις των δύο εργαστηρίων,
οι στεγασμένες και οι υπαίθριες, με έμφαση στο λειτουργικό τους προορισμό και στη δομική τους
αλληλεξάρτηση. Στο δεύτερο τμήμα αποδεικνύεται, με τους όρους μιας συστηματικής εξέτασης, ότι η
τοποθέτηση της καθεμιάς κατασκευής αποτελεί προϊόν μελετημένου σχεδιασμού που προηγείται των
οικοδομικών εργασιών. Στον προκαθορισμένο αυτό σχεδιασμό συνυπολογίζονταν οι βασικότεροι
παράγοντες για την αποτελεσματική λειτουργία του καθενός εργαστηρίου (το εργατικό δυναμικό, η
συμφορότερη δυνατή επένδυση χρόνου και εργασίας, η ελαχιστοποίηση του κινδύνου ατυχημάτων κατά
τις μεταφορές). Για τον έλεγχο της παραπάνω πρότασης μελέτης, υιοθετήθηκε ως « υπόθεση εργασίας
» η άποψη ότι οι αποστάσεις ανάμεσα στα μέρη κάθε αγγειοπλαστείου, που σχετίζονται λειτουργικά,
πρέπει να είναι οι μικρότερες δυνατές και να αποτυπώνονται ως ευθείες μάλλον παρά ως καμπύλες
μετακινήσεις. Η καταγραφή του συνόλου των μονόδρομων και αμφίδρομων διαδρομών των κεραμέων
αποδεικνύει μια καθολική σχεδόν κυριαρχία των πρώτων : είχε εφαρμοστεί, επομένως, ένας
χωροταξικός προγραμματισμός, εκπονημένος από τους ίδιους τους κεραμείς.
Résumé
Σκοπός της παρούσας μελέτης είναι κυρίως να συγκεντρώσει τις ποικίλες παρατηρήσεις που
προέκυψαν από την προετοιμασία της μακέτας του αρχαιολογικού χώρου της αγοράς του 'Αργούς.
Επειδή η κατανόηση του χώρου εξαρτάται στενά από την ανάγνωση του Παυσανία, παρουσιάζουμε κατ'
αρχάς τις μεγάλες ενότητες που αντιστοιχούν στα κεφάλαια της Περιήγησης. Για να μπορέσουμε να
εντοπίσουμε τη θέση του ιερού του Απόλλωνος Λυκείου πάνω στο άνδηρο που βρίσκεται βορείως του
Νυμφαίου και της ορχήστρας, γίνεται μια σύντομη αναφορά σε όσα γνωρίζουμε για το άνδηρο αυτό. Σε
παράρτημα γίνεται επίσης μια επανεκτίμηση των συμπερασμάτων που συνάγονται από τις επιγραφές
σχετικά με τον εντοπισμό του ιερού. Για να διευκολυνθεί η ερμηνεία των διαφόρων γραπτών μαρτυριών
που αναφέρονται στη δομή του χώρου, σχεδιάστηκαν κατόψεις της αγοράς σε τρεις εποχές : στον 5ο αι.
π.Χ., στον 2ο αι. μ.Χ. και στους ύστερους αυτοκρατορικούς χρόνους. Επιχειρούμε επίσης να δείξουμε
πώς η εγκατάσταση των διαφόρων κτιρίων που συνθέτουν την αγορά της κλασικής περιόδου
ανταποκρίθηκε σε ένα συντονισμένο και φιλόδοξο οικοδομικό πρόγραμμα, του οποίου μπορούμε να
εντοπίσουμε τους βασικούς άξονες : καθώς όλα τα γνωστά κτίρια εντάσσονται στο σχεδιασμό του
προγράμματος αυτού, γίνεται δυνατό να προσεγγίσουμε τη σκέψη εκείνων που συνέλαβαν τη δομή του
δημόσιου χώρου του Άργους όταν, μετά το 460 π.Χ., ξανασχεδίασαν την πόλη.L'ORGANISATION DE L'ESPACE
DANS DEUX ATELIERS
DE POTIERS TRADITIONNELS
DE THASOS *
I. Introduction
En octobre 1912, l'île de Thasos fut libérée par la flotte grecque1. Quelques mois plus
tard s'installèrent dans sa capitale, Liménas, les potiers Costas Chrysogelos et Thanassis
Mandeniôtis, dans le cadre du transfert de masse de céramistes de la « métropole » Siphnos
vers presque toutes les régions de la Grèce continentale et de l'Egée2. Après une période
d'essai de trois ans, durant laquelle ils étudièrent le comportement de la matière première
et l'intérêt du marché de la population locale, ils fondèrent sur la côte occidentale de
Liménas, au lieu-dit Molos, leur atelier commun (fig. 1).
Leur arrivée est considérée comme le point de départ de la tradition céramique de
l'île ; elle fait toutefois l'objet d'une série de controverses, qui ne seront pas discutées dans
ce bref travail, dans la mesure où elles nous ont déjà occupé antérieurement3. Signalons
toutefois qu'il manque dans la bibliographie — de toute façon limitée — des données
relatives à la naissance de ce métier traditionnel à Thasos. L'intérêt s'est concentré en
(*) La traduction française est due à Jean-Michel Saulnier. Les figures 1-5 ont été reprises sur Adobe
Illustrator par V. Anagnostopoulos.
Abréviations bibliographiques :
Papadopoulos (1992) = Str. Papadopoulos, «Εργαστήρια κεραμεικής στη Θάσο την περίοδο του Μεσοπολέμου:
Α' Συμπόσιο Θασιακών Μελετών, Θασιακά VII, ρ. 315-340. ιστορικό, περιγραφή και λειτουργία», (1996) = Str. Παραδοσιακά αγγειοπλαστεία της Θάσου, Athènes (sous presse).
(1) Α. Ε. Bakalopoulos, Ιστορία της Θάσου : 1453-1912, Μακεδόνικη Βιβλιοθήκη 64 (1984), ρ. 173.
(2) R. Ε. Jones, Greek and Cypriot Poitery. A Review of Scienlific Studies, Filch Laboratory Occastonal
Paper 1 (1986), p. 852; E. Spathari-Begliti, Ot αγγειοπλάστες της Σίφνου. Κοινωνική συγκρότηση - Παραγωγή -
Μετακινήσεις (1992), ρ. 22.
(3) Papadopoulos (1992), ρ. 316; Papadopoulos (1996). STRATIS PAPADOPOULOS [BCH 119 592
Fig. 1. — Thasos et sa région (d'après «Excavations at Sitagroi», Monumenta Archaeologica 13.1 [1986]).
effet sur les caractéristiques morphologiques des produits4, ou de préférence sur des
questions de technologie céramique5.
L'atelier de Molos correspond à la période de collaboration des deux familles, qui prit
fin au milieu des années 30. La division qui suivit fut provoquée selon nous par la cohabi
tation de nombreux artisans — quand se furent ajoutés les descendants — dans un même
(4) B. Kyriazopoulos, «Κεραμεική», Νεοελληνική Χειροτεχνία (1969), p. 102; Id., «Παραδοσιακά κεραμεικά
από την Ανατολική Μακεδονία και τη Θάσο», Η Καβάλα και η περιοχή της, Α' Τοπικό Συμπόσιο, Thessalonique, 18-20J04/
7577(1980), ρ. 115; Id., Ελληνικά παραδοσιακά κεραμεικά (Athènes, 1984), ρ. 32. K.Korre-Zografou, Ta κεραμει
κά του Ελληνικού χώρου (1995), ρ. 147.
(5) D. P. S. Peacock, Poltery in the Roman World. An Ethnoarchaeological Approach (1982), p. 31. l'organisation de l'espace dans deux ateliers de thasos 593 1995]
espace, mais aussi par certaines divergences d'opinion en ce qui concernait la répartition
du travail et les commandes. Les Mandeniôtis fondèrent alors plus près du village, au
lieu-dit Longos, une seconde entreprise familiale, qui fonctionna jusqu'en 1972. Celle de
Molos, léguée aux enfants et petits-enfants de son premier fondateur, continue à fonction
ner encore aujourd'hui.
Peacock6 considère cet atelier de la famille des Chrysogeloi, qu'il a dû visiter à la fin
des années 70, comme un bon exemple d'atelier «individuel», conforme à la majorité des
critères fixés par lui dans sa distinction entre entreprises «familiales» (house-hold), «indi
viduelles» (individual), «nucléaires» (nucleated) et «industrielles» (industrial)7 :
1) La poterie, tout en constituant la source fondamentale de subsistance, n'est pas
une activité pratiquée tout au long de l'année, et se combine avec des activités agricoles à
une échelle restreinte.
2) La production est orientée vers les marchés les plus lucratifs.
3) Le tour et le four ont été adoptés.
4) Le métier est exercé en règle générale par les hommes, car il revêt une importance
économique supérieure en comparaison avec la « production familiale », occupation fémi
nine par excellence.
5) Le potier peut travailler seul ou assurer la formation d'une petite équipe de
collaborateurs, habituellement membres de la même famille.
6) L'emploi est «sédentaire», c'est-à-dire que le potier ne se déplace habituellement
pas pour mettre en vente ses produits.
7) L'atelier est installé le plus souvent dans une région agricole.
8) II produit principalement de la vaisselle utilitaire pour la communauté locale.
9) Les artisans ne se déplacent pas pour s'approvisionner en matière première dans
des zones éloignées, même quand celle qui est disponible n'est que de médiocre qualité.
En ce qui concerne spécialement le travail à Molos, l'auteur souligne qu'il conserve
son caractère traditionnel pour ce qui est des méthodes et des produits, et que le même
espace, le «magasin», est utilisé pour façonner, faire sécher et entreposer les poteries.
Classer cet atelier parmi les «entreprises individuelles» peut certes se justifier, mais
manque de précision. Comme il arrive souvent dans les études qui englobent un vaste
champ géographique et chronologique, il est naturel que Peacock ignore les détails de
l'histoire de la tradition céramique dans l'île, et que sa classification schématique ne soit
qu'en partie valable.
L'atelier thasien se caractérisait d'abord par une particularité. Contrairement aux
ateliers authentiquement «individuels» d'un unique potier-propriétaire, il réunissait sous
le même toit deux entreprises familiales, et, après 1925, un grand nombre d'artisans
indépendants, même si ceux-ci descendaient de l'une ou l'autre famille. Et, en revanche,
après la division, les deux ateliers qui furent créés présentaient aussi des caractéristiques
propres au modèle «nucléaire» : ils constituaient, sans être unifiés, un ensemble artisanal,
ils se trouvaient dans la même zone et exploitaient en commun sa matière première, son
personnel et ses marchés. Dans quelques cas au moins, les potiers se déplaçaient sur de
(6) Ibid., p. 31.
(7)p. 8-31. 594 . STRATIS PAPADOPOULOS [BCH 119
grandes distances pour assurer un approvisionnement en argile convenable, cependant
que leur production était acheminée — outre le marché local — vers de nombreux
endroits de Macédoine centrale et orientale et de Thrace8.
Pendant la période 1935-1972 en particulier, les deux ateliers examinés ici consti
tuaient un unique «centre de production», conformément aux critères définissant cette
catégorie9 : elles présentaient au même moment une productivité élevée, fonctionnaient
comme des entreprises familiales indépendantes, conservaient les structures traditionn
elles, continuaient à créer les mêmes produits, et utilisaient une matière première de
provenance commune.
C'est de l'organisation de l'espace de ces ateliers primitifs et des intentions qui gui
daient les choix des potiers quant à cette organisation que traite la présente étude, dont
l'objectif est double :
1) décrire en détail, pour chaque atelier, les espaces, couverts ou à ciel ouvert, en
insistant sur leur affectation fonctionnelle et leur interdépendance structurelle ;
2) montrer, en appliquant les principes d'une enquête systématique, que l'emplac
ement de chacune des constructions dans la topographie générale a été défini par une étude
d'ensemble des installations avant le début des travaux de construction.
Cette tentative est guidée par la conviction que les plans au sol des ateliers révèlent
un projet de construction, élaboré dans tous ses détails. Nous savons que c'est aux potiers
eux-mêmes que revenaient la responsabilité et la surveillance des travaux, spécialement
en ce qui concerne les points décisifs, comme la construction du four10 . Nous pensons
néanmoins que, même sur des problèmes apparemment de moindre importance, il y a
nécessairement eu de leur part un projet, qui a dû constituer le premier stade du proces
sus de fondation de chaque nouvelle entreprise. Son élaboration — aboutissant à un
ensemble d'instructions verbales ou écrites — prenait en considération les facteurs les
plus fondamentaux pour l'efficacité du travail de chaque atelier : l'ensemble du potentiel
de travail, la plus grande rentabilité possible de l'investissement en temps et en travail,
de même que la réduction maximale du risque d'accidents pendant les transports.
Π. L'espace
On constate que les critères de choix de l'espace, communs aux deux ateliers, étaient
analogues à ceux d'autres centres de production égéens11.
1) La proximité de la mer, qui constituait la principale voie de transport pour les
produits12, selon trois modes d'acheminement. Le négociant intéressé — souvent lui-
même un potier issu d'une autre région — , informé que sa commande était prête, se
(8) Papadopoulos (1996).
(9) M. Bogiatzoglou, «Παραδοσιακή κεραμική στη νεώτερη Ελλάδα. Το παράδειγμα του Αγίου Στεφάνου στο
Μανταμάδο της Μυτιλήνης», Εθνογραφικά 2 (1979-1980), ρ. 37.
(10) Papadopoloulos (1996).
(11) R. Hampe, A. Winter, Bei Topfern und Zieglern in Sûditalien, Sizilien und Griechenland, Mainz,
Rômisch-Germanisches Zentralmuseum (1965); J. Birmingham, «Pottery making in Andros», Expédition 10.1
(1967), p. 33-36 ; F. G. Wagner, Die Topfersiedlungen der Insel Siphnos (1974).
(12) E. Spathari-Begliti, «Αγγειοπλάστες του Αιγαίου», Τεχνολογία 7 (1994), p. 51. l'organisation de l'espace dans deux ateliers de thasos 595 1995]
rendait dans l'île et affrétait sur place un caïque. Les poteries y étaient transportées sur
de petites barques, qui pouvaient aborder sur la plage. Ce n'est que dans de rares cas que
le potier affrétait lui-même un caïque, pour mettre sur le marché ses produits dans les
villages côtiers de Thasos. Pour la période 1935-1970, le processus le plus habituel de mise
en vente de la production était le suivant : la vaisselle était achetée par avance par des
négociants thasiens, propriétaires de calques, qui recherchaient ensuite des marchés sur
les côtes de Macédoine et de Thrace qui font face à Thasos.
De plus, cette proximité de la mer était également justifiée par d'autres besoins,
même s'ils n'étaient pas capitaux. Les artisans utilisaient le sable à grain fin du fond pour
fabriquer la vaisselle résistante au feu, mais aussi d'une façon générale toute celle dont les
parois devaient présenter une plus grande résistance. Le mélange d'argile jaune avec du
sable ou de la terre argilo-sableuse constituait la méthode la plus indiquée. De plus, les
galets du rivage constituaient un bon matériau de construction, cependant que, dans
certains cas, la mer aidait à résoudre des problèmes de nettoyage.
2) Une étendue de dix ares (1 στρέμμα) au moins, puisque, outre les espaces cou
verts, la grande cour était indispensable à la purification et la préparation de la matière
première, mais aussi au séchage de l'argile et des céramiques crues. Par ailleurs, dans
l'espace à ciel ouvert, les activités pratiquées étaient plus nombreuses que celles qu'il
lustrent habituellement les constructions existantes et la description que l'on fait de leur
fonction. Nous savons que c'est là qu'était transportée et étalée l'argile, pour permettre
une première purification ou même un premier battage, qu'étaient placées les planches
sur lesquelles était posée la vaisselle crue, que les ouvriers déchargeaient fréquemment les
tas de bois, et dans la cour, pour finir, qu'évoluaient un grand nombre d'artisans, d'aides
et de négociants, avec leurs animaux ou leurs charrettes.
3) La présence d'eau. L'une des premières nécessités était d'assurer l'approv
isionnement en eau, et on s'assurait de la possibilité de construire un puits avant de
conclure un accord d'achat pour un terrain.
4) Le voisinage d'une communauté dotée d'un potentiel d'achat satisfai
sant. Néanmoins, comme l'observe avec justesse Peacock13, cet impératif peut être sacrif
ié, quand l'artisan juge qu'il n'est pas rentable d'avoir à transporter la matière première
et le bois, et qu'il est préférable de se trouver à proximité de sources d'approvisionne
ment.
5) et 6) Deux facteurs qui, probablement sans être décisifs, étaient particulièrement
importants pour les potiers : l'existence — dans l'enceinte de la cour et près du «magas
in» — d'ÉTENDUES ombragées, indispensables pour le bon séchage des produits, ainsi
que le type de sol sur le terrain choisi pour fonder l'atelier. Nous savons que la terre
rouge de Molos était utilisée pour la fabrication des objets résistants, possibilité part
iculièrement intéressante en ce qui concerne le temps, l'énergie et le coût. Mais, de plus, le
secteur des ateliers se caractérise par des dépôts alluviaux récents et des formations de
gneiss, qui peuvent procurer de l'argile exploitable14.
(13) D. P. S. Peacock, op. cit. (n. 5), p. 25.
(14) A. Muller, «La mine de l'acropole de Thasos», Thasiaca, BCH Suppl. V (1979), p. 317; M. Picon,
Y. Garlan, «Recherches sur l'implantation des ateliers amphoriques à Thasos et analyse de la pâte des
amphores thasiennes», in J.-Y. Empereur, Y. Garlan (éds.), Recherches sur les amphores grecques, BCH Suppl.
XIII (1986), p. 288. 5% STRATIS PAPADOPOULOS [BCH 119
11
12
-I- 5m
ο ο
Fig. 2. — Atelier de Molos : 1. Alandier; 2. Grand four; 3. Moulin; 4. Tours; 5. Magasin; 6. Dépôt; 7. Aire à
battre; 8. Bacs de décantation périphériques; 9. Bac de décantation central; 10. Puits; 11. Petit four;
12. Matière première ; 13. Aire à bois ; 14. Petit four.
ΙΠ. Les données
1) L'atelier de Molos
De l'atelier ne subsiste aujourd'hui qu'un petit secteur. Le plan (fig. -2) a été
complété sur la base des témoignages oraux des potiers, auxquels nous devons également
l'intégralité de nos renseignements concernant la seconde entreprise, à Longos. Nous né
connaissons donc pas les dimensions exactes des installations, et n'avons pas à notre
disposition l'ensemble des informations indispensables.
L'atelier primitif de Molos fut bâti en deux phases, pour l'essentiel en pierre16. À la
première phase appartiennent tous les espaces, à l'exception de 6 et 7, qui furent ajoutés
dans la seconde phase, pour des raisons qui sont expliquées ci-dessous. Nous pouvons
distinguer encore une troisième phase récente : un petit secteur en est utilisé aujourd'hui.
(15) Papadopoulos (1992), p. 320. l'organisation de l'espace dans deux ateliers de thasos 597 1995]
avec quelques adjonctions, par le petit-fils de Costas Chrysogelos, également potier, sans
toutefois qu'il ait repris les caractéristiques traditionnelles des fonctions qui lui étaient
attribuées par ses propriétaires précédents.
Dans le secteur Nord se trouvait le «magasin» (5) associé au four rectangulaire, ou
four principal. Trois ouvertures de petite largeur conduisaient à la mer et une ouverture
plus large à la cour. Les premières étaient utilisées pour le transport des produits finis sur
les barques, ce que facilitait leur nombre, car trois artisans pouvaient ainsi travailler en
même temps, ce qui permettait l'économie de temps recherchée. Leur largeur était suffi
sante, puisque les produits les plus volumineux des ateliers thasiens étaient de petites
jarres à huile, de moins d'un mètre de hauteur.
À l'inverse, il était indispensable que l'entrée Sud soit d'une largeur importante : elle
servait en effet au transport de volumineuses masses de terre sèche, destinée à être pétrie
avec les pieds et les mains dans le «magasin», ainsi qu'à celui des longues et larges
planches sur lesquelles étaient posées les céramiques crues destinées au séchage. Il n'exis
tait qu'une unique ouverture sur le côté Sud, ce qu'explique la présence des quatre tours
(4), qui nécessitaient pour les soutenir, eux et leur «assise», un mur d'un seul tenant, et
devaient de plus se trouver à une distance suffisante de l'entrée la plus proche, afin de
diminuer le risque d'accident. À ces endroits, de hautes fenêtres et de larges lucarnes
rectangulaires assuraient l'éclairage nécessaire. Les tours se multiplièrent dans la
deuxième décennie de fonctionnement de l'atelier (1925-1935), et c'est l'impossibilité de
circuler qui rendit impérative la création des deux espaces de la phase suivante.
Dans l'angle Nord-Est du «magasin» était installée la «meule» pour la préparation de
la « glaçure » (3) ; une grande partie du « magasin » devait être occupée par le « plancher » sur
lequel on déposait les céramiques finies. Nous n'en connaissons pas la taille avec certi
tude, mais il est probable qu'il se situait à l'extrémité Ouest, là où se trouve l'unique mur
d'un seul tenant. Le «plancher» perdit une grande partie de son importance avec la
création du dépôt (6). Dans le mur Est se trouvait l'entrée du grand four rectangulaire (2),
qui, comme dans les autres ateliers céramiques thasiens, était immédiatement accessible
du «magasin». Le four était à deux étages, et, pour l'accès au second étage, il y avait
plutôt une échelle mobile que des escaliers de pierre, si nous considérons que le secteur
conservé aujourd'hui a gardé sa forme originelle. Son alandier («bouche») se trouvait
certainement à l'extérieur du magasin, à proximité de l'abri à bois (13), ce qui permettait
d'assurer le plus rapidement possible l'alimentation pendant la durée de la cuisson.
Le four circulaire pour les jarres (14) était presque collé au four rectangulaire et au
«magasin», et est postérieur de quelques années au plan initial. Son entrée doit avoir été
située du côté Sud : la possibilité d'alimenter rapidement son alandier à partir de la pièce
13 se combine ainsi avec la distance minimale par rapport aux entrées du « magasin » et du
dépôt, disposition répondant au souhait des potiers d'économiser temps et énergie. On a
dit par ailleurs que le four était construit par les potiers eux-mêmes, vu la complexité des
facteurs qu'il fallait prendre en compte pour assurer un fonctionnement satisfaisant, en
évitant toute surprise désagréable.
Dans le secteur Sud de la cour, il y avait un espace pour la matière première (12), le
bac de décantation central entouré de bacs périphériques (8, 9) et le petit four circulaire
pour le plomb (11). Leur emplacement à cet endroit, loin d'être fortuit, est nécessaire vu
qu'ils dépendent immédiatement du puits (10). L'argile et l'eau constituaient la base des
travaux effectués dans les bacs, pendant que l'espace libre entre le puits et le petit four
devait servir au tamisage du plomb pulvérisé après la cuisson et à son mélange avec de 598 STRATIS PAPADOPOULOS [BCH 119
l'eau16. Dans la cour étaient également effectuées deux tâches importantes. Devant le
mur Est du dépôt (6), il y avait probablement un espace nivelé destiné au séchage de la
terre, puisque les premiers séchoirs construits séparément ne sont apparus à Thasos qu'a
près 1960. En un autre point, proche de l'entrée Sud du magasin, on plaçait vraisem
blablement les planches avec les céramiques crues pour le séchage.
Dans le secteur Ouest furent installés dans la seconde phase deux espaces de petites
dimensions, le dépôt (6) et l'aire à battre (7). Le secteur choisi pour cette dernière répon
dait également dans la première phase à la même exigence : le tamisage de l'argile sur une
surface non couverte, mais égalisée et en terre battue. L'entrée de l'aire à battre se faisait
naturellement par la cour, le plus près possible de la matière première. Le dépôt occupa
un emplacement resté libre, qui devait cependant être utilisé pour le séchage. Cette
hypothèse explique de façon satisfaisante l'emplacement de l'entrée dans le mur Nord :
a) c'était pour les artisans la distance la plus courte par rapport à la porte du
«magasin» et au four circulaire, d'où étaient transportées les céramiques cuites, afin
d'être entreposées ;
b) ils créaient à l'Est un mur d'un seul tenant, à l'extérieur duquel il semble que la
terre et les vases étaient mis à sécher dans la seconde phase, suivant en cela la tradition
de la première.
Le fait que, tout au long de la première phase, aucune des autres installations de la
cour n'a été transportée ici s'interprète aisément. L'abri à bois et, plus tard, le four
circulaire furent placés nécessairement près de l'alandier du grand four, cependant que les
installations du secteur Sud devaient se trouver à proximité du puits. Sur le côté Est, le
plan suivait une ligne droite sans ouverture, ni dans les deux bâtiments évoqués, ni dans
le «magasin» qui les a précédés. Les murs Ouest de ces édifices constituaient en effet la
frontière isolant l'atelier de la propriété voisine, en jouant le rôle d'une sorte d'enclos. Ce
dernier, absent des deux ateliers céramiques examinés ici, apparaît pour la première fois
dans un atelier plus récent de la même lignée, établi au lieu-dit Platanaki en 1957 17.
Pour une courte durée, entre 1927 et 1935, le dépôt, mais aussi un secteur de l'aire à
battre, avaient certainement été utilisés comme second magasin par les Mandeniôtis. Cela
s'avéra nécessaire quand les deux fils aînés eurent dans les deux familles atteint leur
majorité, c'est-à-dire lorsque commencèrent à participer à l'entreprise les autres membres
de chaque famille, avec au total treize potiers. Dès la fin des années 30, la production
n'était pas unitaire, et chaque partie prenait plutôt ses propres commandes. L'association
se limitait exclusivement à l'emploi des fours et des structures, qu'on utilisait alternative
ment. Cette cohabitation originale dura jusqu'en 1935.
Cette date marque la division officielle du premier atelier céramique thasien. Les
Mandeniôtis reçurent des Chrysogeloi leur part de la valeur du bâtiment et des installa
tions et achetèrent un bâtiment au bord de la mer plus près du village, au lieu-dit Longos,
pour fonder là leur nouvel atelier. Les raisons de cette division ne tenaient pas tant à la
rivalité pour les préférences des clients, dans la mesure où la période se caractérisait par
une demande élevée. Sans sous-estimer ce mobile, rappelons que c'étaient principalement
les objets usuels qui circulaient; la production de masse de vaisselle de métal et de
(16) Papadopoulos (1996).
(17)(1992), p. 322.