La peau du loup, l'Apocalypse. Remarques sur le sens et la construction de l'Ysengrimus - article ; n°38 ; vol.19, pg 163-176

-

Documents
15 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Médiévales - Année 2000 - Volume 19 - Numéro 38 - Pages 163-176
L'épopée animale la plus longue du Moyen Âge latin, l'Ysengrimus, écrite en Flandres autour de 1 150, a longtemps été considéré comme une simple, et pédante, anticipation du Roman de Renart. À travers l'analyse des structures rhétorique et narrative, on essaye ici de montrer que son auteur anonyme, un moine, avait un double but, tous deux précis et particuliers : exprimer la colère des milieux cléricaux rigoristes contre les autorités ecclésiastiques, coupables d'avoir trahis les idéaux originaux de la Croisade ; et, en même temps, mettre en question, au moyen de la parodie, le genre littéraire païen de l'épopée virgilienne.
The wolfs skin and the Apocalypsis. Some remarks on the meaning and structure of the Ysengrimus. - The largest beast epic of the Latin middle ages, the Ysengrimus, written in Flanders about 1150, has long been considered a mere, and pedantic, foreshadowing of the Roman de Renaît. One attempts here to show, through the analysis of its rhetorical and narrative patterns, that its anonymous author, a monk, aimed at two goals, both precise and specific : to express the anger of a rigid clerical background against ecclesiastical authorities, considered guilty of having betrayed the original Crusades' ideals ; and at the same time, to challenge radically, by means of parody, the pagan literary genre of vergilian epic.
14 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 2000
Nombre de visites sur la page 24
Langue Français
Signaler un problème