Langue & Culture Françaises - LCF Magazine N°5

Langue & Culture Françaises - LCF Magazine N°5

-

Documents
50 pages
Lire
YouScribe est heureux de vous offrir cette publication

Description

Cinquième numéro du magazine LCF (Langue et Culture Française). Ce mensuel a pour objectif de promouvoir la culture et la langue française à travers le monde, tout en étant adapté au niveau des apprenants du français à l'étranger.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 24 juin 2013
Nombre de visites sur la page 111
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

Sommaire
Culture
Musique :
p.3 Clairika
Cinéma :
p.4 Marie-Octobre
Livre :
p.6 Éric-Emmanuel Schmitt
Arts :
p.9 Lʼarbre au voyelle de Guiseppe Penone
Luxe :
p.10
Tellement chic !
Mode
La mode à Paris :Édito p.12 Broderies et plumes
Le mois de mars, le mois de la fr francophonie.
Passion
Pour LCF Magazine, la francophonie n’est pas un vain
Mythique :
p.18mot. Chaque mois, nous faisons tout notre possible Le Vélosolex
pour partager avec vous notre amour de la langue fran-
çaise, qu’elle vienne d’Afrique, du ébec, de Suisse Société
ou d’ailleurs.
Tourisme :
p.20
Rendez-vous à Paris
Pour aller dans ce sens, nous nous sommes associés
Société :
à l’opération Dis-moi 10 mots, lancée par le Ministère p.22 L’histoire du métro de Paris
de la Culture. Nous vous proposons de choisir l’un de Vivre en France :
p.23 Les sorties culturelles en France ces 10 mots et d’en faire une interprétation libre, grâce
Sport :au moyen qui vous plaira. Pour vous donner une
p.26 Les sports insolites à Paris
idée de ce que vous pouvez faire, certains membres de
notre équipe se sont déjà prêté au jeu : un dessin, une Médias
photo, un montage et un jeu d’écriture. Mais cet e liste
Les mots de l’actualité :n’est pas exhaustive : soyez créatif ! Il y a tant de façons p.29
«Faire le ménage»
d’interpréter ces mots. Nous publierons vos œuvres dans
nos prochains numéros. Langue
Éloquence :Ce mois de mars, nous avons choisi la ville de Paris pour p.34
Prolégomènes - Béjaune - Ubéreux
fi l rouge. Il y avait beaucoup à dire : Paris est une ville
Francophonie :
p.35magnifi que, l’une des destinations les plus visitées du «De lʼautre côté du regard» de Ken Bugul
monde. Nous avons essayé de vous proposer autre Paris. Lit érature :
p.37 «La belle au bois dormant» de Charles Perrault
Grammaire :
Et pour le mois prochain, nous sortons de nos frontières et p.39 Les adjectifs et les pronoms démonstratifs
nous nous rendons en Suisse !
Bonne lecture à tous ! Gastronomie
Produit régional :
p.43 Le vin de Paris
Cuisine :
p.44 La recette des Macarons
Voyages
Une Française en voyage :Florence Teste, rédactrice en chef p.47 Voyage au Népal
Jeuxp.49
Q© Crédits Thierry-Rajic
Musique
par
Alexis Caucigh
toujours avec des textes forts et intimes, mais elle
3sait aussi dénoncer avec un coté acide les travers CLARIKA
d’une société en crise. Ses chansons, évoluant dans
, AT home 2013La tournure des c oses un univers musical varié, nous font découvrir une
succession de petites scènes de vie, avec beaucoup
4d’énergie et de spontanéité dans le titre aux accents
rock Avant c’était mieux. Touchante dans Mais non
5mon chat, tristement réaliste lorsqu’elle dépeint
la vie d’un VRP (commercial) avec Mâcon, on la
6découvre aussi porte-parole de tous les démunis ,
7comme si elle hissait le drapeau d’une génération
oubliée dans Oualou. Clarika a quelque chose d’aigre-
doux, d’acidulé et amer qui renforce cet e addiction
aux sensations confuses ; on passe par une multitude
de sentiments, on rit, on pleure, on se révolte, on rêve.
Je vous invite vivement à écouter son album qui est
8sans doute, à mon avis, le plus abouti de tous.
1 2On se souvient toujours de son drôle de tube
Les garçons dans les vestiaires sorti en 2001, on
se souvient aussi de sa déclaration d’amour Ne
me demande pas en 2006, ou du charmant Bien
mérité en 2009.
Clarika est une artiste française qui a maintenant
plus de vingt années de carrière, et il serait
dommage de se contenter seulement de ses
«succès de radio». Avec la sortie de son sixième
album, La tournure des choses, la chanteuse à la
© Crédits Thierry-Rajic
Infos et dates de concert sur son site: voix fragile et touchante nous séduit encore et
ht p://www.clarikaoffi ciel.com
Le coup de coeur d’Alexis :

Air - Le voyage dans la lune (2012).
3
Le duo versaillais du son « Electro Française » a composé la
bande originale de l’oeuvre cinématographique de Georges
Méliès de 1902, pour sa ressortie colorisée en salle en 2012.
9 10Un album onirique et enivrant .
A découvrir: www.aircheology.com
lcf - Musique
LEXIQUE
1. drôle de (+ nom) : bizarre, curieux
2. tube (n. m.s.) : chanson connue, qui passe à la radio
3. dénoncer (v.) : dire la vérité sur
4. spontanéité (n. f.s) : caractère de ce qui vient naturelle-
ment, sans réfl échir
5. dépeint (v. dépeindre) : décrit, explique
6. démunis (n. m.p.) : personnes défavorisées
7. hissait (v. hisser) le drapeau : devenait le porte-parole
8. abouti (adj. m.s.) : très travaillé, parfaitement fi ni
9. onirique (adj. m.s.) : qui fait appel aux rêves
10. enivrant (adj. m.s.) : qui tourne la tête
© Thierry-RajicCinéma
par
Marion Munoz & Alex Flacoute
3Aujourd’hui, pour changer, pas de fi lm qui sort réseau à la Gestapo .
4en salle, mais plutôt une « vieille découverte » Dès lors , l’amicale
du cinéma français ! Petit retour en arrière… réunion se transforme
en enquête policière
pour découvrir le
traître.Marie-Octobre En adaptant le roman de Jacques Robert, Duvivier
5réalise là un excellent fi lm. Sur une intrigue plutôt de Julien Duvivier, (1959) 6simple, il nous livre un huis clos parfait, grâce au
7talent d’une distribution cinq étoiles (Danielle Dar-
rieux, Lino Ventura, Bernard Blier, Serge Reggiani)
8et à des dialogues qui font mouche . Dans ce fi lm
9où tout le monde est un traître potentiel , chacun
donne sa propre version et se défend comme il peut.
De plus, chaque classe sociale est représentée (un
plombier, un médecin, un avocat, un contrôleur
des impôts, un curé, un boucher, un ex-lut eur), et
Duvivier s’en sert pour dresser un portrait précis et
détaillé de la société française au sortir de la guerre.Quinze ans après la fi n de la Seconde guerre mon-
diale, un groupe d’anciens résistants se retrouve
1dans son Q.G. pour célébrer et honorer la mort de En somme, un très bon
son ancien chef du réseau « Vaillance », Castille, qui moment, rempli de
fut tué par la police allemande lors de leur dernière suspense, aidé par une
réunion. La personne à l’initiative de ce repas, c’est mise en scène classi-
Marie-Octobre (jouée par Danielle Darrieux), l’uni- que mais terriblement
que femme qui appartenait au réseau. Mais au mo- effi cace.
2ment où tout le monde s’apprête à partir, elle ex-
plique la vraie raison de cet e réunion. elques
4 jours auparavant, elle a rencontré un ancien soldat
allemand qui lui a dit qu’à l’époque, si les Allemands
avaient trouvé leur Q.G., c’est parce que quelqu’un Dvd disponible aux éditions
du groupe « Vaillance » avait dénoncé son propre Pathé Vidéo.
lcf - Cinéma
QQ
LEXIQUE
1. Q.G. : acronyme pour artier Général, lieu de réunion
militaire ; la base des opérations
2. s’apprête à (v. s’apprêter) : se prépare à
3. Gestapo : police politique allemande durant la Seconde
guerre mondiale
4. dès lors : à partir de ce moment
5. intrigue (n. f.s.) : une histoire avec du suspense
6. huis clos (n. m.s.) : lieu fermé, généralement une pièce
ou une maison dans son ensemble
7. cinq étoiles : prestigieux
8. font mouche : sont effi caces et précis
9. potentiel (adj. m.s.) : hypothétique, possibleLivre
Cet article a été proposé par Maryam
Aminimehr, fi dèle lectrice. Née à Téhéran
en Iran en 1976, Maryam a fait des études de
traduction en langue française. En 2010, elle
a obtenu brillamment sa licence. Après un
master de français, elle enseigne aujourd’hui à
l’université et fait vivre la francophonie avec
beaucoup d’enthousiasme.
Né le 28 mars 1960 à Sainte- mystique : le sentiment de l’absolu se révèle à lui. À ce
Foy-lès-Lyon en France, Éric- moment, une phrase occupe toutes ses pensées : «Tout
Emmanuel Schmit est un dra- est justifi é». Il pense que c’est ce bouleversement qui
1 lui fait franchir le cap pour passer à l’écriture. Ensuite, maturge , nouvelliste, romancier
il est devenu philosophe, et il s’est rendu compte et réalisateur franco-belge.
2Normalien , agrégé de philo- que Dieu n’était pas mort, Dieu était présent en tout
sophie, docteur, Eric-Emmanuel homme. Au minimum, Dieu est présent comme une
Schmit s’est d’abord fait connaî- question en tout homme, que l’on réponde “oui”,
“non”, ou “je ne sais pas”. Aujourd’hui, à cause d’une tre au théâtre. Sa première pièce est écrite à l’âge de
expérience très forte dans le Sahara, dans le désert 16 ans sous le nom de «Grégoire ou pourquoi les petits
pois sont-ils verts ? » du Hoggar en 1989, il croit en Dieu. Ses croyances se
Dans la nuit du 4 février 1989, lors d’une expédi- montrent bien dans ses œuvres. Monsieur Ibrahim et
tion au Sahara, il dit avoir été sujet à une expérience les fl eurs de Coran est l’un des meilleurs exemples.
Ce livre est l’histoire d’un petit juif Moïse, alias Momo, qui
vit seul avec son père, dans la rue Bleue à Paris. Son père qui est
avocat s’occupe peu de son fi ls et lui fait faire tous les travaux de
ménage.
Comme Moïse a peu de camarades, il commence à fréquenter les
prostituées dès l’âge de onze ans. C’est à cet e époque qu’il fait aussi
la connaissance de Monsieur Ibrahim, un vieil Arabe propriétaire
de l’épicerie du coin. Ibrahim est un personnage impressionnant,
mais aussi mystérieux, plein de lucidité et de sagesse. Au fi l du
temps, les deux deviennent amis et Ibrahim devient le personnage
le plus important pour Moïse. Le vieux donne des conseils et lui
apprend la vie et le monde.
Après la mort de son père, Moïse change l’appartement de fond en
comble, pour oublier sa vie passée. Il demande à Monsieur Ibrahim
de l’adopter et celui-ci accepte sans hésiter. Son nouveau «père» lui
annonce peu après qu’ils vont faire un long voyage en Orient, dans
le Croissant d’Or, pays de ses origines. Pour le vieux, c’est un retour
à ses racines et pour Momo, ce sera un voyage éducatif fascinant.
Mais en Turquie, à la recherche de son ami Abdullah, Monsieur
Ibrahim est victime d’un accident de la route et il meurt.
A son retour à Paris, Momo apprend que Monsieur Ibrahim lui a
laissé tout son argent, son épicerie et comme trésor le plus précieux:
son vieux Coran. Momo adopte le rôle de Monsieur Ibrahim et fi nit 6
par se réconcilier avec sa mère. Il est désormais «l’Arabe du coin»
3et suit les traces de son prédécesseur admiré.
lcf - Livre
© Catherine Cabrol 2014Dans Monsieur Ibrahim et les fl eurs du Coran, on
voit l’eff et de l’espoir sur les personnages. Le rôle de
Monsieur Ibrahim dans la vie de Momo, c’est l’illu-
mination. Comme Monsieur Ibrahim est quelqu’un
qui sourit beaucoup et parle peu, c’est une de ses
4convictions que le sourire est tout-puissant et qu’il
peut ouvrir toutes les portes. Dans cet e histoire, il
y a une grande amitié entre le personnage principal
5qui est le disciple et une autre personne qui est
le maître. En réalité, cet e relation devient solide au
cours du roman. Le vieux lui apprend que l’amitié et
l’amour ne se forcent pas. Pour les obtenir, on doit
rester calme.
L’autre thème que Schmit privilégie est la religion.
Il aime le sujet de la coexistence des religions les
unes à côté des autres. Chaque récit du Cycle de
l’invisible aborde un drame humain et le lie à une
religion en montrant comment une sagesse spiri-
tuelle peut nous aider à vivre. Après l’islam dans
Monsieur Ibrahim et les Fleurs du Coran, le boudd-
hisme dans Milarepa, Oscar et la dame rose aborde
le christianisme.
Dans notre monde où les concepts principaux com-
6me la foi , l’espoir, la patience, le courage, la religion
et la mort sont négligés, les écrivains comme Éric-
Emmanuel Schmit sont rares.
Donc je vous suggère de lire ses romans pour vivre
plus heureux !
Bibliographie sélective
• La secte des égoïstes (1994) • Milarepa (1997) •
L’évangile selon Pilate (2000) • Monsieur Ibrahim et
les fl eurs du Coran (2001) • La part de l’autre (2001)
• Oscar et la dame rose (2002) • Lorsque j’étais une
œuvre d’art (2002) • Guignol aux pieds des Alpes
(2002) • L’enfant de Noé (2004) • Odet e Toulemonde
et autres histoires (2006) • La rêveuse d’Ostende
(2007) • Ulysse from Bagdad (2008) • La femme au
miroir (2011) • Le sumo qui ne pouvait pas grossir
(2009) • Concerto à la mémoire d’un ange (2010) • Les
dix enfants que madame Ming n’a jamais eus (2012) •
Les deux messieurs de Bruxelles (2012)
Références
1. Curt, Arnaud; «Lyon People» ; Paris : 2004 ; à l’adresse :
ht p://www.lyonpeople.com/news/p6e_e_shmit .html
2. DURCY, Fabienne; «Monsieur Ibrahim et les Fleurs du Coran» 7
d’É.-E. Schmit ; Paris ; Le Petit Lit éraire: 2009
3. Kamali-Dehghan, Saeed ; «Entretien avec Éric-Emmanuel Schmit »;
Paris ; 2007 ; à l’adresse :
ht p://fr.sibegazzade.com/2008/08/entretien-avec-eric-emmanuel-schmit
4. Kemmner, Ernst ; «Monsieur Ibrahim et Les fl eurs du coran» ;
Paris : 2007 ; à l’adresse :
ht p://www.ph-ludwigsburg.de/html/2b-frnz-s-01/overmann/baf4/ibrahim
/ibrahimkemmer.doc
lcf - Livre
LEXIQUE
1. dramaturge (n. m.s.) : auteur qui écrit des histoires
dramatiques
2. normalien (n. m.s.) : a étudié à l’Ecole Normale
3. prédécesseur (n. m.s.) : celui qui était là avant
4. convictions (n. f.p.) : croyances personnelles
5. disciple (n. m.s.) : élève
6. foi (n. f.s.) : croyance religieuseLes Nuits Lumière
de Bourges
Tous les jeudis, vendredis et samedis
en mai, juin et septembre
Tous les soirs en juillet - août
Parcours-spectacle de 1h30
OFFICE DE TOURISME
21, rue Victor Hugo - BP 126 - 18003 BOURGES cedex
Tél.: 02 48 23 02 60 La chaîne
de l’Office de Tourisme
OUPPTZVD?VSEFTTFTT1MVTE?JOGFTnWnOFNFBOJNBUJPOTBHFTFU1MVTE?BES"I7Arts
par Daphné Brot et
Généralement, les œuvres d’art que le passant
découvre au détour d’une rue, d’une place ou d’une
fontaine, se montrent avec force. Leurs tailles
1imposantes, leurs formes et leurs revêtements
parfois colorés surprennent et obligent à s’arrêter. Bien
souvent, un aménagement de l’espace est nécessaire
pour mieux les voir et en faire le tour. Cependant,
en plein cœur de Paris, au Jardin des Tuileries,
se cache une œuvre monumentale de Guiseppe
Penone depuis 1999. Longue de 30 mètres, elle se
découvre de très près. Cet e création m’interpelle
arbre mort. Grâce au bronze, cet e œuvre retrouve particulièrement car si sa forme s’aperçoit de loin,
8
2 un état de nature. Bien que statique , cet e sculpture l’œuvre s’appréhende en s’approchant d’elle. Pour
intègre à nouveau son environnement pour mieux en dire simplement les choses, cet e sculpture est un
révéler son aspect changeant.3moulage en bronze d’un arbre et de ses racines.
9Sorte de non-fi nito de Michel-Ange (sculpteur italien
10 11du XVème siècle), l’œuvre surgit de la broussaille
d’un jardin dénudé en hiver, révélant ses formes, ou,
dans un cadre verdoyant en été, créant alors une sorte
de désordre dans son agencement « à la française ».
Post scriptum sur l’art contemporain…
Grâce à sa matière, L’arbre des voyelles retrouve les
124 En périphérie de la capitale, de nombreux lieux d’art tons chromatiques de son modèle pour se fondre
contemporain mènent des projets de haute qualité. Ils dans le décor naturel. Le bronze est un matériau
5 s’implantent en banlieue (région Île-de-France) pour qui résiste au temps mais qui s’oxyde aussi. Cet e
y développer des actions en lien avec les habitants oxydation est de couleur verdâtre et fait ressembler
et avec l’international. Faciles d’accès, ces endroits la matière à une feuille ou à du bois. Si l’artiste
(institutionnels, associatifs, collectifs et même des italien a employé le bronze «… c’est parce qu’il est
6 galeries privées) méritent une at ention particulière. une fossilisation idéale du végétal». Nombre de
ses créations sont issues de cet e volonté de rendre le
Les sites :geste invisible.
ht p://www.tram-idf.fr et ht p://www.paris-art.com L’aspect poétique de cet e œuvre réside dans la
proposent un annuaire de ces espaces dédiés à l’art puissance de sa présence tout en se dissimulant dans 9
7 contemporain. Ils apportent une première vision ce jardin. Il n’y a pas de supercherie ! Cet e copie
de toute l’étendue des propositions artistiques qui d’un arbre sorti de terre par une tempête est bien
s’ajoutent à celles présentées tout au long de l’année à sa place et se transforme avec le temps. L’arbre à
« à la capitale! ».voyelles prend vie alors qu’il se présente comme un
lcf - Arts
LEXIQUE
1. revêtements (n. m.p.) :
matériaux qui recouvrent un objet
2. s’appréhende (v. s’appréhender) : se découvre
3. moulage (n. m.s.) : technique de reproduction à l’identique
d’un objet
4. chromatiques (adj. m.p.) : de la gamme des couleurs
5. s’oxyde (v. s’oxyder) : change de couleur à cause d’une
réaction chimique
6. fossilisation (n. f.s.) : processus qui permet le passage de
la matière organique d’un organisme mort à une empreinte
minérale.
7. supercherie (n. f.s.) : tromperie, malhonnêteté
8. statique (adj. f.s.) : immobile
9. non-fi nito : de l’italien, non achevé, voulu par Michel-
Ange (style)
10. surgit (v. surgir) : sort, se détache
11. broussaille (n. f.s.) : végétation sauvage
12. en périphérie : au bord de, extérieur à la ville
© dalbera
© jlggb
© GroumeLuxe
par Rémi Orzalesi
Bien loin de la vie quotidienne des Français,
Paris abrite un monde à part avec ses propres
références, ses codes, son humour et surtout sa
1démesure … Car Paris est aussi la capitale du luxe,
synonyme de faste, d’excellence et de beauté.
Je vous propose une sélection d’objets conçus pour
2répondre aux exigences les plus extravagantes ,
des folies que bien peu d’entre nous peuvent se Même riche, il faut savoir s’amu-
permettre. ser, et quoi de plus drôle qu’une
partie de « baby-foot ». Ce jeu
très populaire en France dans les
années 80 est un modèle réduit du
football : une table avec des bords
montants représente le terrain. De
petits joueurs sont disposés sur
des axes reproduisant la position
des joueurs sur le terrain. On les
actionne grâce à des poignées de
chaque côté de l’appareil. En Fran-
ce, on peut encore y jouer dans Cet appareil photo est un Leica. certains cafés.
Cet e marque allemande plus Mais cet e version de luxe est plus
connue pour la qualité de ses opti- proche des défi lés de la « fashion
ques que pour son design, connaît week » que du « bar-PMU du coin ».
5un regain d’intérêt grâce au re- Un éclairage intégré met en valeur
tour du style rétro et à un design Le luxe s’empare des nouvelles les matériaux utilisés : les joueurs
retravaillé de façon très fi ne. C’est technologies et propose d’habiller sont en chrome et les poignées en
6en hommage à Jean-Louis Du-nos tablet es et smartphones. 8cuir estampillées Louis Vuit on.
Réalisé par de véritables orfè- mas, ancien président d’Hermès, Réalisée par « GRO design », cet e
3vres , cet Iphone 5 est composé décédé en mai 2010, que Leica et table est confectionnée à la de-
Hermès ont sorti un coff ret avec de 128 grammes d’or massif 18 mande avec un délai de douze se-
4 cet élégant appareil en argent et carats . Le fameux logo à la pom- maines.
habillé de cuir lisse signé Hermès. me est quant à lui réalisé avec 53
diamants. Une nouvelle façon de A peine cent coff rets ont été Prix : 48 500 €
7briller en soirée… confectionnés .
Prix : 40 000 €Prix : 27 000 €
10
lcf - Luxe