//img.uscri.be/pth/96c8e475e0dc47f029dd64330c3e5fe2f0c50687

Le breton d'Ouessant - article ; n°3 ; vol.25, pg 387-437

-

Documents
52 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Annales de Bretagne - Année 1909 - Volume 25 - Numéro 3 - Pages 387-437
51 pages

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 01 janvier 1909
Nombre de lectures 186
Langue Français
Signaler un abus

Dom Malgorn
Le breton d'Ouessant
In: Annales de Bretagne. Tome 25, numéro 3, 1909. pp. 387-437.
Citer ce document / Cite this document :
Malgorn Dom. Le breton d'Ouessant. In: Annales de Bretagne. Tome 25, numéro 3, 1909. pp. 387-437.
doi : 10.3406/abpo.1909.1332
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/abpo_0003-391X_1909_num_25_3_1332BRETON D'OUESSANT LE
par Dom MALGORN
suivi de remarques par Cuillandre et J. Loth
(mite)
Le Gonidec Français. Oaessant. Transor. phon.
Chacha Tirer Chécha Mot vieux français : Sachier. « Qui fit à*
mainte enceinte f ame-Traire et sachier
l'enfant du cors » (Miracle de Théoph.,
v. 1068-1069).
Chafod âafod Chafod Echafaud Signifie aussi : Echafaudage.
CkATI'f K3O JL.LI/ Ç71 aIo G Chancel Chantèlè
Chaok éaok Mastication; action de mâchonner, de
murmurer entre les dents.
Chaokat Chaoka Mâcher éaokat
Chapeled Chapelet Chapélad âapelad
Charons Vesce Chârlouïîs éarHïs Charlouns-logod, petite vesce sauvage.
Charroyer Karriat Karriat Charrea
Chéina ëgina Pell zo ema o cheina, il y a longtemps Languir
qu'il traîne.
Chiboudik Debout ! Chiboudik Sibnidik Chiboud et chiboudik s'emploient subs
tantivement : Ober chiboud. On les
emploie parfois pour désigner des
obséquiosités.
Chik Menton Chik Sik Cf. angl. Cheek, joue.
Rouge-gorge Chïk-Ruz éigruz Le premier élément est accentué.
Ce mot désigne aussi un morceau de Chique de tabac Chikad Sikad
biscuit détrempé, sucré et mis dans un
linge fin, qu'on donnait jusqu'ici à sucer
aux enfants pour remplacer le biberon.
Chiquer Chikad Sikad Ces mots doivent être apparentés à
sucer, chuquer.
Boiteux Chilgam Silgam Ce mot et le suivant appartiennent au
style familier, et sont légèrement iro
niques. :
388 LE BRETON D OUESSANT.
Le Gonidec. Ouessant. Transor. phon. Français.
Chilgâmraa éilgamma Boiter
Chilpa Aboyer C'hâlpat C'hâlpat
Chilpion Chevalier Pistroll Pistroll
Epaules Chouk S<uk Chouk Ce mot désigne le haut du dos, à la hau
teur des deux omoplates.
Fardeau Choukad S'ukad
Forc'hprenn Forc'h-prénn C'est l'équivalent de : Faire le poirier. Choug-he-benn
Demeurer Choum Chom éom
Choar Sœur C'hoar C'hoar Aux environs de Pont-1'Abbé. on dit
Choer.
C'hoarz Rire C'hoârz C'hoarz Bretna zouden e ri eur c'hoarz ail, tout ô
l'heure tu changeras de ton.
C'houeac'h Six Chwéac'h C'hueac'h Le son de la première syllabe est difficile
a rendre dans sa couleur exacte; ce
serait à peu près : C'heueac'h, ou
c'hveac'h.
Chouenna Sarcler Chwénnat C'huennat Même observation.
C'houero Amer C'hero C'hgro Cf. Fero.
C'houez Odeur C'hwez C'hufz Cf. C'houeac'h. Chouez-bouc'h; nous
disons : Fléar-af-bou&h, surtout pour
désigner l'odeur de l'urine dans les
draps et les habits.
C'houevrer Février C'hwévrer C'huevrer Ordinairement on dit : Miz bihan.
C'houezegel C'huizigel Vessie C'hwiziggll Cf. Soro&hel.
C'hwizi C'houezi Suer C'hûizi
C'hwizigçnn C'houezigen Ampoule Chuizfgen On dit souvent, sans raison étymologique
apparente : Petra ar c'houzigen... Que
diable...? Kea gayid ar c'houzigen, va-
t-en au diable. Il faudrait peut-être
relier ces expressions à : Gwazigan.
Lagadeuc dit : Huy. C'houi Vous C'hui C'hwi
Souvent on dit : C'huban. N'eus na tan C'houiban Sifflement C'hûiban C'hwiban
na c'huban, je n'ai entendu cette expres
sion que lorsqu'on était en retard pour
allumer le feu. Peut-être n'a-t-elle
d'autre raison d'être que la rime dont
on est, en Bretagne, si friand et si
prodigue. Huiban existe comme nom
propre.
Aussi : C'hubanel. KouteU&hubanel, couSifflet C'huibânel Chwibanell
teau à manche de sifflet.
C'houibu Moucheron C'hûibu Chwibu Cf. Fubu. BRETON D OTTESSANT. 389 LE
Transor. phon. Le Gonidec. Français. Oueseant.
Lagadeuc dit : Huyl. C'huil-Maé, sorte de C'houil Coléoptère C'huil C'hwil
petit hanneton jaune clair, qui ne paraît
que durant le mois de mai.
Ordinairement c'huibanel, quelquefois C'houitel Sifflet C'hûitel ChwiteU
sutel.
Ya la Oui la Monosyllabe, comme en allemand, sauf
dans : Allaz ia, hélas ! oui, ou : certes,
oui.
Iffama Salir Iffâma
Ilianen Uliénen Ulenen Cf. Ulien.
Employer Implfja ïmplija Signifie surtout : boire ou manger, et se
dit particulièrement des malades, lm-
pliia louzeier; n'hell impliia netra.
ïgal Au Cap on l'emploie comme adverbe Egal, uni Irïgal
pour dire : Sans discontinuer.
ïgala Egaliser Ingâla Se dit aussi pour : Répartir, distribuer.
Intrufla Maltraiter Intruffa
Devient en avec certaines prépositions : î In Moi In
Gan-en. A l'île de Sein ils disent :
Ganeofi, dCeon.
Yoc'h Ce mot n'est usité qu'en composition, Ioc'h Monceau Ioc'h
comme nom propre. Il sert à désigner
plusieurs grandes roches ayant la forme
de meules de foin ou de paille : lo&h-
Kors, Ioc'h-Veur... Une autre est nom
mée ar Iuc'h. Une grève porte le nom de
Iuzin : devant cette grève se trouvent,
en mer, plusieurs de ces énormes Ioc'h.
Yud luderez Hurlement Iud Paz-iud, toux hurlante, coqueluche.
Ez La multiplicité des formes qu'a prises ce Ivez Aussi Ez
mot est curieuse : /vez, ivè, iè, uè, vé,
échoué, é, ez. A l'île de Sein on dit é;
je crois que ez est exclusivement propre
à Ouessant.
Jakéden Justaucorps Jakéden Jakedenn On dit souvent : Chakédan (£). « Habil
lement de femmes et d'enfants » (Lepel-
letier).
Jao Monture Jao Jao, Sao Ne s'emploie désormais qu'en style
enfantin. On crie : Chao ! aux bêtes
pour les faire avancer, ao ! pour les
arrêter.
Jaodçl On dit : Souben iaodel. Avec souben, on Jaodel Panade Jéôdel
n'emploie jamais l'article : Souben bez, 390 LE BRETON D OTTESSANT.
lie Gonideo. Français. Ouessant. Transor. phon.
souben /a, souben gaol., etc. Je n'y
connais qu'une ou deux exceptions,
dans des « rimadell » qui ne sont pas
propres à Ouessant : « Souben an tri-
zraïk : Dour ha c'hoalen, ha baraïk. »
Jobelinen Coiffe en drap Chubilinen Subilingnn
Jotorel Oreillon Chotôrel èotorgll
Justin Veste Justinen Justin§nn Souvent on prononce : éustinen. C'est
un vêtement de femme, sorte de gilet à
manches destiné à couvrir les bras
quand on ne porte pas le casaquin.
Labistr Congre Gastroûnen Gastrningnn Ce mot désigne les petits congres qu'on
pêche sur la côte.
Oiseau Làbous Labnis Labous-iar, petit poussin. Labous
Signifie aussi commander : Lakeat am Mettre Lakâat Lakât Lakaat
eus ober eur re voutou 1er. Penser :
Me laka ou&h skuiz. Passer pour : Me
zo lakeat sot gaijid ar re-man.
Voleur Laer Laer Ce mot a perdu le d, mais il s'est conLaer
servé dans les dérivés : Laedrat (voler),
laedrez, laedroun (voleurs), laedrounsi.
— Dre laer, en se cachant, comme un
voleur.
Au pluriel : Doulagad. Lagad Œil Lâgad Lagad
Lagad-Treuz Louche Luch Lus
Laôugen Lawggnn Au pluriel : Laouged. Le pironneau, qui Lagadek Dorade
ressemble à la dorade, mais qui est
beaucoup plus petit s'appelle : laougen-
zaounet.
Lagaden Anneau Lagâden Lagadenn Signifie aussi : Nœud coulant.
A lammou-penn, rouler plusieurs fois cul Lamm Saut Lamm Lamm
par dessus tête.
Lampr Glissant Linkr Lîkr Au Conquet il y a un endroit appelé :
Mean-lampr, pierre glissante.
Landrûnsen Lândrûsgnn Je n'ai entendu ce mot que dans une devi-
naille rimée : « Eur zilaouen, diou
zilaouen. — Peder baz a Frans, hag
eul landrûnsen. » Ces mots désignent
respectivement les oreilles, les jambes
et la queue d'un porc. Cf. Landourëhen,
landréat...; landreuden, qui en Tré-
gorois signifie un homme maigre. LE BRETON D OUESSANT. 391
Le Gomdeo. Français. Ouessant. Transcr. phon.
Lôngis Lâgis Ce mot désigne à la fois une maladie de
langueur et celui qui en souffre : Langis
eo.
Lans Lâs En quelques pays désigne une balance.
Il se dit chez nous du mouvement de
la balance quand on met bon poids :
Laits a zo.
Desserrer Laoskâat Lagskât Laoskait an ère, relâchez le lien; laoskit
an ère, lâchez le lien.
Laouenan Roitelet Troc'hânik Troc'hanik
Remise Cette remise est rarement adossée à une Lap Lap Lap
autre construction.
Généreux Brôkuz Lark Brokuz Lark se dit quand le vent donne en plein
dans les voiles : largue.
Lark Le large Le large se traduit : Da veaz. Au large
du rocher : Da veaz d'ar garrek. Il est
opposé à : Da zouar.
Lard Graisse Lard Lard Se dit exclusivement de la graisse de
porc. Pour les autres animaux on dit :
Soa.
Pour les hommes on dit : Ggjflrd, corLard Gras Lard Lard
ruption de : Gaillard. Cf. Lepelletier,
s. v. gaillard.
Larjez Graisse N'est usité que dans : Mollariez, pour
morlariez, q. v.
Lataruz Humide Soubl S<=ubl Soubl eo an amzer, ou soubla a ra.
Laoansln Je crois que ce mot indique le retrait de Lavâgnoun
la vague quand la mer est forte contre
les rochers. De la maison on m'a
répondu : Pa vez diez ar mor, a rekas
ouc'h ar garrek, peut-être pour : Ar
rekas.
Prononcer : Loaret. Lavarout Dire Lavâret Loaret
Lavrek Culotte Laôrek Laorgk
S'applique à une culotte souillée. Laoregad Culottée Laoregad Laoregad
a zo gayttha, se dit familièrement d'un
homme ivre.
Lazerez Tuerie Lazérez Lazgrgz Se dit hyperboliquement d'un travail
pénible : Efl lazèrez eo dourna er bla-
man.
Pêcher i la gale Lazéta Lazeta Lepelletier dit : Lazetta, pêcher à la ligne.
On dit souvent : Plass. Un village s'appelle : Leac'h Lieu Léac'h Leac'h 392 LE BRETON D OUESSANT.
ue uoniueo. Français. Ouessant. Transor. phon
Roc'h-al-leagh. Peut-être y a-t-il eu là
un « leacCh » dont toute trace a disparu.
Léal Loyal Léal Cf. E-leal. Leal
Leandi Couvent Koû^ent K'ugnt
Leda Etendre Léda Leda Signifie étendre, en général, sans tenir
compte de longueur ou de largeur :
Leda téil, leda amaenn Ofir ar bara.
Legestr Homard Légestr Legest Au pluriel : Legistri.
Pierre de nature schisteuse, servant au Léfan Lefân
besoin à remplacer les ardoises. Cf.
Lepelletier, s. v. Lec'h, 2°.
Lech Liège Spôuen Sp<u§
Leien Grosse toile Léien Ley§n Désigne plutôt le lin de qualité inférieure
dont on fabrique la serpillière.
Lein Faîte Nein Nçin On ne le dit que du faîte des maisons.
Lein Dîner Lejn Lgin Sur la semaine ce mot désigne le
déjeuner du matin; le dimanche et les
jours de gala, il désigne le repas de
midi.
Leina Dîner (verbe) Leinia Lçina
Léllik Lgïîik Se dit de quelqu'un qui a pour un autre
des tendresses exagérées.
Léo Léo Lieue Léo goz, forte lieue.
Leok Ver Lèôgenn Le_oggnn Ver qu'on trouve dans les sables vaseux,
et qui teint les mains en jaune. Au
pluriel : Lèoged.
Leonvek Chûintik A Ouessant, où il pullulait autrefois, il est Lieu (poisson) C'hwintik
très rare qu'on l'appelle : Leontfek.
Léren Lanière Lèren Lgrgnn Se dit surtout du cuir qui recouvre les
sabots qu'on appelle : Boutou stoliken.
Leshano Surnom Leshano Lesâno Au pluriel : Leshaniou.
Leski Brûler Lôska Loska ar parc : Brûler sur place les Loska
écobues d'un champ avant de l'ens
emencer.
Lestr Vaisseau Lestr Lest Vaisselle Ne s'emploie plus en ce sens. On dit
cependant : Tor§-listri.
Letern Lanterne Fànol Fanol Ce terme, emprunté à la marine, est aussi
français que l'autre.
Letrin Tribune Cf. Chantèlè.
Leun Plein Leun Lœn S'emploie aussi pour golo. Il est couvert
de boue : Leun eo a bri. LE BRETON P OUESSANT. 393
Le Gonidec. Français. Ouessant. Transor. phon.
Leûsked Lqesked Changer de place au bétail : Kea da
leusked ar zaoul.
Leuskel Lâcher Leûsker Loaskqer On prononce : Leuskeur. Ce mot doit être
le même que le précédent, quoiqu'il
n'ait pas le même sens.
Levia Gouverner Léjfàat Lçyat Le Gonidec confond ce mot avec : Lofa.
Laisser Lézer Loazqer On prononce : Leuzeur. — Impératif, Lezel
pluriel : List.
Liâc'hlan Liac'hlân Toile grossière faite de fil et de laine
cardée et grenue, dont jusqu'ici les
femmes se faisaient des robes.
Lien Lîamm Liamm Ce mot n'est resté que dans : Gouliamm, Liamin
q. v.
Liamm-Loer Jarretière Strob-lôar Strobloar A l'île de Sein : Strob-bazen.
Libistr Libist Petit poisson côtier, rouge, barbu, qu'on
appelle quelquefois : Gastlé.
Libontr Libountr Lib<ûnt Petit poisson noirâtre, à grosse tête, qu'on
trouve dans les flaques d'eau laissées
par la mer en se retirant.
On dit aussi : Mouchouer-godel. Cf. Laga- Lienen-fri Mouchoir Moucbôuer-fri M<useuer-fri
deuc.
Lim Lime Lioun Li<û Lagadeuc dit : Liff.
Lima Limer Lioûna Li<ûa Cf. Lepelletier, s. v. Liva.
Limon Limon Lîmoun Limqin
Pus Lin-brein Linbr£in Lin (2)
Linad Ortie Lénard Lenard
On dit souvent : Rinkl, et on dit toujours : Linkr Glissant Lifikr Lîkr
Rinkla, ou : Rikla.
En ce sens, le verbe est toujours : Linkra. En décomposition Linkr Lïkr
Le poisson est avancé : Linkret eo ar
pesked.
On appelle : Linaost, une plante marine Linoc'h Limon flottant
longue, filiforme, qui flotte sur l'eau,
surtout après les tempêtes.
Liorz Enclos Liorz Liorz Ce mot ne sert jamais à désigner un
jardin potager. On se sert pour cela
du mot français : Jardin, chardin (#).
Lipouzez Friande Lipoûzez Lip<uzez On dit plutôt : Lipouzen.
Liou Teinture Liou Li<u On dit aussi : Liouach (S) au sens de pré
paration spéciale pour la teinture des
étoffes.
Lisiou Lessive Lijou Lij'U 394 LE BRETON D OUESSANT.
Le Gonideo. Français. Oneeaant. Transo'r. phon.
Lessiver Lijaôui Lijawi
Iivr Livre Lur Lur En matière monétaire, ce mot est du
masculin : Daou lur ha tregont; en
matière de poids on le fait du féminin :
Diou lur vara.
Livrer Lûria Lurya On dit de même : Dilurya, q. v.
Lizer Lettre Lizer Lizer Au pluriel : Liziri; effet de l'attraction des
syllabes voisines.
Cuiller à pot Loa-grénn Loagrenn Autrefois, quand ces cuillers étaient en
bois, on disait aussi : Loa-brenn.
Lok Lieu Nok Nok On à pris la lettre initiale pour un article,
et on l'aura traduite par l'équivalent :
An, 'n. A Ouessant il ne concourt qu'à
former le nom de quartier : Loquéltas,
'Noqueltas. Les habitants de ce quart
ier s'appellent : Nôkis-Gu^ltas.
Quelques-uns Lod Lod Ce mot a le sens du latin : Sunt qui...
Lod a lavar, il y en a qui disent.
Loden An diou loden, deux parts sur trois; an Part Lôden Lodgnn
deir loden, trois sur quatre.
Loen Au pluriel : Loâned, et plus souvent : Bête Lôan Loan
Chatâl.
Lod Teuler lodchi, mittere sortes; en anglais : Part Lod Lod
cast lots. Cette expression s'emploie
surtout pour le partage du goémon. On
fait des espèces de dés avec des
morceaux d'algues dures. Chaque inté
ressé vient tirer un de ces dés {toiïch
lod), qu'on mêle encore, et dont on jette
un (tœlœr l°ud°uj sur chaque part de
goémon.
Loer Bas Lôar Loar Au pluriel on dit plutôt : BÛz°u. Je n'ai
entendu Içru que dans l'expression :
Flear a zo en he l§ru, il n'est pas à son
aise.
Loc'ha Loc'ha Les enfants emploient ce mot dans leurs
jeux pour dire : maintenir dessous. Ce
serait l'inverse de : Dilo&ha, chasser
d'un lieu (Le Gonidec).
Loc'heta Remuer des pierres Trugâcha Truga&a Ce mot vient de ce que cette pêche se fait
surtout dans un endroit appelé « Truk ».
Le fruit de la pêche s'appelle : TrugaS. BRETON D OTJESSANT. 395 LE
Transor. phon. Le Qonideo. Français. Ouesaant.
II est curieux qu'à Trégunc il y ait un
endroit semblable, dit : Penn-druk.
Lojâden Lojadenn Fumier que les chevaux en liberté laissent
a l'endroit où ils ont passé la nuit.
Loumm Lomm Goutte Je ne connais ce mot que par le proverbe :
An tara ac al l°ûm a zalc'h an den en he
bl°um.
Lonka Avaler Loûnka L<ûka Il a ordinairement un sens péjoratif,
quand il s'agit des hommes.
Lonkaden Bouchée Lounkâden L<ûkadenn On dit : Ginawad, G°uz?ugad.
Avaleur Lounker Lonker L<ûkoer Ce mot est généralement suivi d'un com
plément déterminatif . Ivrogne se traduit
par : L°iïkgz.
Loânez Lepelletier a : Louanez. Au pluriel : Lonec'h Rognon Loanez
Loanizi.
Battre Lôpa Lopa A Quimper, le mot « toper » est de style
courant : je vais te loper.
Laurier Lôrfez Peut-être pour « loré-c'huez »; le laurier- Loré Lorfgz
sauce, qui est odorant, est le seul connu
à Ouessant.
Loryada Se dit d'une truie en chaleur, peut-être Loriada (verbe)
pour « oriadi », qui est inconnu; peut-
être pour « loaryada » avec assimilation
aux accidents périodiques des femmes.
Lôsten Lôstgnn Longue pièce de bois qui sert à tourner
au vent les ailes d'un moulin. Cette
manœuvre s'appelle : Lostenna.
Le nom de lieu : Parkou-lern indiquerait Louarn Renard Loûarn Lsiarn
qu'il y a eu jadis des renards dans l'île.
Au pluriel : Louzou et l°uzgygr. Louzou Plante, lédieaaeit Loûzou
Conduit par où sort la farine. Lôvan Lofan
Lepelletier dit : Lova. Louvoyer Lovât Loïat
Cf. Lepelletier. On dit : Ar mor a zo Grossier, etc. Lourd L«urd
lourd, la mer est houleuse.
Lovr Ladre Lor Lor
Lôrnez Saleté Lorngz
Régurgitation de liquides brûlants et Lôzon Lozon
acides.
Luguder Lent Ligûder Ligudcer On dit plutôt : Ligudçnn; d'où : Ligu-
denna, flâner.
Luc'hach Luc'hach Luc'haâ Invectives, paroles indécentes.
Luskella Bercer Nuskéllat Nçeskoallat