Le Développement Durable : Emergence d un nouveau modèle ...
55 pages
Français

Le Développement Durable : Emergence d'un nouveau modèle ...

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
55 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description




Le Développement Durable :

Emergence d’un nouveau modèle économique ?

Etude sur l’organisation et les outils de pilotage mis en
place dans les entreprises du CAC 40


Par Diane-Laure Arjaliès-de la Lande, Jean-Marie Péan et Rémi Tinel




























Contacts :

Diane-Laure Arjaliès-de la Lande
Analyste ISR
Tél : 33 (0)1.55.31.67.11
dlarjalies@macifgestion.fr



Jean-Marie Péan MARS 2009  Analyste ISR
Tél : 33 (0)1.58.45.66.82
jmpean@macifgestion.fr
 


REMERCIEMENTS

MACIF Gestion remercie l’ensemble des personnes sans lesquelles la réalisation de ce
rapport n’aurait pas été possible, et notamment :

− L’ensemble des interlocuteurs ayant participé à la réponse aux questionnaires dans
les entreprises du CAC 40 interrogées.

− Melle Alice Steenland, VIGEO

− Melle Magali Rozec et M. Emmanuel Soulias, GROUPE MACIF
































 Agréée par l’Autorité des Marchés Financiers en 1997, MACIF Gestion est une filiale
détenue à 100% par le Groupe MACIF. MACIF Gestion a développé deux expertises
principales qui sont l’Investissement Socialement Responsable et la Multigestion.

A travers ces deux expertises, MACIF Gestion propose aux investisseurs et aux distributeurs
une large gamme de solutions d’investissements en gestion directe ou en sélection de fonds.

MACIF Gestion a notamment été parmi les premiers gestionnaires ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 120
Langue Français

Exrait

                                           
 
  
Le Développement Durable :  Emergence d un nouveau modèle économique ?  Etude sur l’organisation et les outils de pilotage mis en place dans les entreprises du CAC 40   Par Diane-Laure Arjaliès-de la Lande, Jean-Marie Péan et Rémi Tinel
 MARS 2009  
 
 
 
Contacts :  Diane-Laure Arjaliès-de la Lande Analyste ISR Tél : 33 (0)1.55.31.67.11 dlarjalies@macifgestion.fr    Jean-Marie Péan Analyste ISR Tél : 33 (0)1.58.45.66.82 jmpean@macifgestion.fr  
  REMERCIEMENTS  MACIF Gestion remercie l’ensemble des personnes sans lesquelles la réalisation de ce rapport n’aurait pas été possible, et notamment :   L’ensemble des interlocuteurs ayant participé à la réponse aux questionnaires dans les entreprises du CAC 40 interrogées.   Melle Alice Steenland, VIGEO   Melle Magali Rozec et M. Emmanuel Soulias, GROUPE MACIF                                  Agréée par l’Autorité des Marchés Financiers en 1997, MACIF Gestion est une filiale détenue à 100% par le Groupe MACIF. MACIF Gestion a développé deux expertises principales qui sont l’Investissement Socialement Responsable et la Multigestion.  A travers ces deux expertises, MACIF Gestion propose aux investisseurs et aux distributeurs une large gamme de solutions d’investissements en gestion directe ou en sélection de fonds.  MACIF Gestion a notamment été parmi les premiers gestionnaires français à proposer une gamme complète de fonds d’investissements socialement responsables (ISR) couvrant les principales classes d’actifs y compris les obligations des pays de l’OCDE et les instruments monétaires européens.    
Le Développement Durable : Emergence d’un nouveau modèle économique ?
  
    SOMMAIRE DE L ETUDE   I. PREAMBULE ........................................................................................................... - 3 - II. OBJECTIFS DE L ETUDE ET PRINCIPAUX RESULTATS.................................... - 4 - A. Objectifs de l étude.................................................................................... 4 - -B. Principaux résultats................................................................................... - 6 - III. PERIMETRE ET METHODOLOGIE ........................................................................ - 8 -   A.  - 8 -Périmètre de l étude................................................................................... B.  9 - - .Méthodologie ............................................................................ ................ IV. STRUCTURE DE L ETUDE 9 - ..................................................................................... - V. RESULTATS DETAILLES ..................................................................................... - 11 -A. Choisir la politique de RSE - ...................................... 11 -...............................  B. Organiser la politique de RSE................................................................. - 19 - C. Décliner la politique de RSE ................... - 27 - ................................................ D.  31 - -Contrôler la politique de RSE ................................................................. VI. CONCLUSION : QUELLE PLACE POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE DANS LE MODELE ECONOMIQUE DES ENTREPRISES DU CAC 40 ?.................................. - 40 -  
A. La place de la RSE dans l organisation 40 - ................................................. - B. La place de la RSE dans la stratégie...................................................... - 44 - C.  46 -Le Développement Durable ou la Gestion des Contradictions...... - ...... VII. GLOSSAIRE .......................................................................................................... - 48 -  
2 ‐  
Le Développement Durable : Emergence d’un nouveau modèle économique ?
  
 I. PREAMBULE  A l’heure où le monde doit faire face à une crise financière, économique et sociétale d’une grande ampleur, beaucoup s’interrogent sur le bien-fondé d’un modèle économique qui aurait peu à peu oublié l’Homme au bénéfice de l’argent. L’entreprise serait désormais à la recherche d’un nouvel équilibre qui concilierait profitabilité à court terme et durabilité à long terme. Ce nouveau projet de Société, officiellement apparu dans le Rapport Bruntland lors de la Commission Mondiale sur l’Environnement et le Développement en 1987, est plus connu sous le nom de « Développement Durable » : c’est à dire, « un mode de développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs ».  Parce que ce sont des acteurs essentiels du développement, Année d'apparition des premières actions de RSE tant par leur création deau sein des entreprises du CAC 40 richesse que par leur rôle12 dans la Société, un Développement Durable ne10 pouvait être imaginé sans la8 participation des entreprises. C’est ainsi que le Sommet de6 la Terre de Johannesburg en4 2002 fit connaître mondialement le concept de2 Responsabilité Sociale de0 l’Entreprise (RSE), autrement dit la déclinaison du Développement Durable au sein des entreprises. Le développement de l’Investissement Socialement Responsable, des agences de notation sociétale, ou encore le pouvoir croissant des ONG et des médias contribuèrent rapidement à faire de la RSE une thématique incontournable pour les plus grandes entreprises cotées. Le début des années 2000 fut particulièrement riche à ce niveau avec l’élaboration des Principes directeurs de l’OCDE à l’intention des entreprises multinationales (2000), et la publication du Livre Vert sur la promotion du cadre européen pour la responsabilité sociale des entreprises (2001). La France fut clairement proactive sur ce point puisqu’elle adopta en 2001 la loi sur les Nouvelles Régulations Economiques (NRE) qui oblige les entreprises cotées sur le marché français à rendre compte des impacts sociaux et environnementaux de leurs activités.  A ce titre, le processus d’intégration de la RSE par les entreprises cotées, appartenant au CAC 40 est particulièrement intéressant. D’une part, dans une économie de plus en plus globalisée et interdépendante, leur dimension internationale nous apprend sur la façon dont la RSE est prise en charge dans des groupes complexes souvent multi-activités. D’autre part, leur ancrage national dans un des pays européens les plus avancés sur le thème du Développement Durable nous informe sur ce que sont aujourd’hui les pratiques attendues comme étant les plus abouties en termes de RSE.  C’est donc pour mieux comprendre la mesure dans laquelle le Développement Durable a pénétré le modèle économique des entreprises cotées que cette étude a été réalisée. En étudiant les modes d’organisation et les outils de pilotage mis en place par les entreprises du CAC 40 pour intégrer la RSE dans leur stratégie, elle permet d’appréhender le niveau de maturité des entreprises considérées comme les plus innovantes sur cette problématique. Enfin, en proposant pour la première fois une photographie fine de la quasi-totalité des entreprises du CAC 40, cette étude se propose également d’être un point de référence par rapport auquel des études ultérieures pourront se situer.  
3 ‐
Le Développement Durable : Emergence d’un nouveau modèle économique ?  II. OBJECTIFS DE L ETUDE ET PRINCIPAUX RESULTATS  A. Objectifs de l étude  L étude a deux principaux objectifs : 1. Comprendre le rôle et la place que tient la RSE dans la stratégie des entreprises du CAC 40.  2. Identifier les modes d organisation et les outils de pilotage utilisés par ces entreprises pour mettre en place leur politique de RSE et éclairer les motivations de ces choix.  En répondant de manière conjointe à ces deux objectifs, l’étude cherche à éclairer la question suivante :’ ’ « Le Développement Durable conduit-il à l émergence d un nouveau modèle économique ? »  En d’autres termes, le Développement Durable est-t-il une stratégie de niche réservée à quelques entreprises et/ou produits ayant adopté un positionnement « Développement Durable » sur le marché ? Ou s’agit-il d’un levier de changement organisationnel et stratégique plus profond qui interroge progressivement le modèle économique de l’ensemble des entreprises cotées ?    La RSE est un concept selon lequel les entreprises doivent prendre en compte les préoccupations sociales, environnementales, et économiques liées à leurs activités ainsi que leurs interactions avec leurs parties prenantes sur une base volontaire. La RSE est la déclinaison pour l'entreprise du concept de développement durable, qui intègre les trois piliers environnementaux, sociaux, et économiques.   Dans cette optique, l’étude s’intéresse principalement auxprocessusdéployés en interne par les entreprises du CAC 40 pour mettre en œuvre leur politique de RSE et non aucontenude cette dernière. Ce choix peut paraître, à première vue, surprenant, et ce pour deux principales raisons :  D’une part, la mise en place d’une politique formelle de RSE, aussi sophistiquée soit-elle, ne peut garantir à elle seule la réussite des actions de RSE entreprises. Comme il ne suffit pas de connaître les règles du tennis pour devenir un grand joueur, avoir le mode d’emploi de la RSE (par exemple, les « best practices » ou les référentiels sectoriels) ne suffit pas pour devenir socialement responsable.  part, la RSE est de plus en plus sous le joug des critiques, certains n’hésitant D’autre pas à dénoncer des attitudes de « greenwashing » (autrement dit des attitudes mensongères) de la part des entreprises. Ainsi, pour certains observateurs, la RSE ne serait rien de plus qu’un peu de peinture sur une coquille vide. Selon cette approche, étudier les processus déployés pour mettre en œuvre les politiques de RSE reviendrait donc à analyser avec précision les pinceaux utilisés...   ¾ Pourquoi alors s intéresser aux outils de pilotage et modes d organisation des ’ ’ politiques de RSE ?  Nos 10 années d’expérience en tant qu’investisseur socialement responsable nous ont appris que la mise en œuvre et l’évaluation d’une politique de RSE sont bien plus difficiles et complexes que certains observateurs le laissent entendre. Elles nécessitent de comprendre de manière intime, non seulement les enjeux de RSE, mais aussi le fonctionnement des activités, des personnes et des organisations à l’œuvre dans des multinationales qui peuvent compter jusqu’à plusieurs centaines de milliers de collaborateurs à travers le monde. Ainsi, à titre d’exemple, se cachent souvent derrière une simple charte de RSE – succession a priori anodine d’une dizaine d’engagements institutionnels – de longs processus de discussion et 4  ‐ ‐
Le Développement Durable : Emergence d’un nouveau modèle économique ?  d’aller-retour entre la Direction du Développement Durable, la Direction Générale et les Directions Opérationnelles. Qu’elles le veuillent ou non, ces échanges ne sont pas sans conséquence pour chacune des parties prenantes.La participation progressive des collaborateurs à la politique de RSE fait pénétrer peu à peu le Développement Durable au cœur de l organisation. Parce que les outils de pilotage et les modes d organisation des politiques de RSE sont au cœur de ce déploiement, ces derniers deviennent autant d indicateurs clefs des changements organisationnels et stratégiques sous-jacents.  Pour autant, une question demeure :«Comment les entreprises font-elles concrètement pour mettre en place leur politique de RSE ?». Curieusement, peu d’études ont été réalisées sur ce sujet, préoccupation pourtant centrale lorsqu’il s’agit de comprendre ce que signifie la RSE en termes de pratiques. Dans la même veine, peu de Rapports de Développement Durable décrivent précisément les processus mobilisés pour déployer leur politique de RSE. Si on trouve parfois des informations sur la présence d’un Comité d’Ethique ou de Correspondants Développement Durable, on ne sait souvent rien sur qui sont ces Correspondants et de quoi parle le Comité d’Ethique. Cette information existe un peu plus chez les agences de notation sociétale. Mais elle est souvent diffuse et analysée sous le prisme des quatre domaines du Développement Durable, à savoir l’Environnement, le Social, la Gouvernance et le Sociétal. Rares sont pourtant les entreprises qui ont organisé leur politique de RSE autour de ces quatre rubriques, il est donc également rare que le pilotage de chaque thématique se fasse de manière indépendante.  ¾ C est donc pour éclairer cette dimension encore trop peu connue des politiques de RSE que cette étude a été réalisée. En questionnant de manière approfondie et individualisée la quasi-totalité des entreprises du CAC 40, elle propose au lecteur un tour d horizon des moyens mis en œuvre par les plus grandes entreprises cotées françaises pour intégrer la RSE dans leur stratégie.  
5 ‐  
Le Développement Durable : Emergence d’un nouveau modèle économique ?  B. Principaux résultats  Sur la base de l’étude, est dressé le constat suivant :   Les entreprises du CAC 40 ne se posent plus la question du bien-fondé du Développement Durable pour leur avenir, la RSE sera une dimension stratégique de leur modèle économique et elles s y préparent. Mais les moyens qu elles y consacrent et la façon dont elles les utilisent restent sans commune mesure avec les défis auxquels elles font face. L intégration de la RSE dans l organisation et ses outils de pilotage reste inégale et souvent partielle.   LA PLACE DE LARSEDANS L ORGANISATION   ¾ La RSE est une thématique incontournable au sein des entreprises du CAC 40.   ªentreprises ont réalisé des progrès remarquables en Ces dix dernières années, les termes de prise en charge de la RSE dans l’organisation.   ª La RSE est perçue de plus en plus comme un levier interne de changement et de motivation.   ª Directions du Développement Durable ont trois principaux objectifs : Les  1) veiller à la cohérence de la politique de RSE au niveau du groupe ;  2) diffuser les bonnes pratiques de RSE issues des Directions Opérationnelles ;  
3) assurer un reporting RSE pertinent et consolidé.  Le véritable enjeu est alors d’assurer un bon équilibre entre la déclinaison des orientations faites au niveau du groupe et les initiatives locales.   ª prise en compte de l’environnement  Lanormatif, sectoriel et sociétal dans la politique de RSE est apparue comme un des points les mieux maîtrisés par les entreprises du CAC 40.  ¾ Mais la prise en compte de la RSE dans l organisation et ses outils de pilotage est encore inaboutie.  ª La participation de la Direction Générale et/ou de la Présidence, de la Direction du Développement Durable et des Directions Opérationnelles aux différentes étapes de la politique de RSE reste inégale.  ª L’adaptationde RSE et sa prise en compte dans les pratiques locale de la politique opérationnelles n’est pas pleinement assurée.  ª La qualité et la pertinence du reporting RSE sont encore faibles.  
6 ‐
Le Développement Durable : Emergence d’un nouveau modèle économique ?   
LA PLACE DE LARSEDANS LA STRATEGIE 
  
  ¾ L intégration croissante de la RSE dans le modèle économique des entreprises  du CAC 40 semble être désormais inévitable.  
 
 
ªest devenue une thématique essentielle des relations de l’entreprise avec La RSE son environnement, notamment pour maintenir sa légitimité.  ª L’augmentation des exigences en termes de normes légales et l’importance croissante des critères de RSE dans les appels d’offres font progressivement de la RSE un pré-requis nécessaire pour l’exercice de l’activité.  ª Une bonne gestion de la RSE permet de réduire les risques de l’entreprise et devrait donc permettre une meilleure compétitivité sur le long terme.  ª RSE permet de motiver et de fédérer les salariés autour de valeurs communes. La   ª La RSE devient un moyen d’améliorer l’efficacité de l’entreprise. En s’intéressant à la dimension RSE de ses activités, l’entreprise pourra mieux maîtriser sa complexité, innover, et faciliter la communication entre les différentes entités, améliorant ainsi ses processus de gestion.   ª Pour l’ensemble de ces raisons, une bonne gestion de la RSE est vue comme un moyen d’assurer la pérennité de l’entreprise sur le long terme.  ¾ Mais la mobilisation de la RSE dans les pratiques reste encore très limitée. ª que la RSE est envisagée d’abord comme un levier de management interne, la Alors politique de RSE est encore peu adaptée aux spécificités de l’entreprise.  ª d’entreprises ont intégré la dimension RSE dans leurs outils de pilotage. Peu  ª Une des résistances à l’intégration plus grande de la RSE dans la stratégie trouve également son origine dans la difficulté à en mesurer les retombées économiques futures.
7 
Le Développement Durable : Emergence d’un nouveau modèle économique ?
  
 III. PERIMETRE ET METHODOLOGIE  A. Périmètre de l étude  Pour éclairer notre question, a été fait le choix d’uneenquête par questionnaireavec envoi par mail à toutes les entreprises cotées du CAC 40. Ce questionnaire portait principalement : 1) sur l’organisation et les outils de pilotage utilisés par les entreprises pour mettre en place leur politique de RSE ; 2) sur la place de la RSE dans la stratégie aujourd’hui, et celle attendue dans le futur. Le questionnaire a été élaboré à partir de l’analyse de contenu des rapports d’activité des entreprises et des analyses effectuées par trois agences de notation sociétale. Afin de répondre au mieux aux enjeux de chaque entreprise étudiée, tous les questionnaires ont été adaptés en fonction de l’activité de l’entreprise concernée et des informations déjà disponibles. Enfin, pour permettre aux entreprises de répondre en toute liberté, toutes les questions ont été posées sous un mode « ouvert », c'est-à-dire qu’aucune réponse prédéfinie (de type QCM) n’a été proposée.  Le premier envoi a eu lieu en Septembre 2008, suivi d’une relance en Octobre et Novembre de la même année.La quasi-totalité des résultats ont été obtenus avant la fin Décembre 2008. Il a été offert à chaque entreprise de pouvoir répondre par écrit ou par oral au questionnaire.total, 36 entreprises ont répondu : 19 ont renvoyé le questionnaireAu rempli, 17 ont préféré un entretien téléphonique, soit un taux de réponse de 87,8% (représentant plus de 90% de la capitalisation totale du CAC 40). Les répondants sont des personnes appartenant soit à la Direction de Développement Durable ou équivalent (75% des entreprises), soit à la Direction de la Communication Financière et/ou des Relations Investisseurs (parfois ISR) (19,5%), les 5,5% restant ayant choisi de faire une réponse conjointe entre ces deux directions.  ¾ Liste des entreprises ayant participé à l étude :  1. Air France – KLM 19. Lafarge SA 2. Air Liquide SA 20. Lagardère SCA 3. Alcatel-Lucent 21. L’Oréal SA 4. ArcelorMittal 22. LVMH Moet Hennessy Louis Vuitton SA 5. Axa SA 23. Michelin 6. BNP Paribas 24. Pernod-Ricard SA 7. Bouygues SA 25. PSA Peugeot-Citroën 8. Cap Gemini SA 26. PPR 9. Carrefour SA 27. Renault SA 10. Compagnie de Saint Gobain 28. Sanofi-Aventis SA 11. Crédit Agricole SA 29. Schneider Electric SA 12. Dexia SA 30. Société Générale 13. EADS 31. STMicroelectronics NV 14. EDF SA 32. Suez* 15. Essilor International SA 33. Suez-Environnement SA* 16. France-Telecom SA 34. Total SA 17. Gaz de France* 35. Vallourec SA 18. Groupe Danone 36. Vinci SA  * Parce que la fusion de GDF et de Suez était encore récente lors de l’étude, la fusion des équipes dédiées à la RSE n’avait alors pas encore eu lieu. Il a donc été décidé, après échanges avec les équipes de GDF-Suez, d’intégrer les réponses correspondant aux deux anciennes entités, ainsi que les réponses de Suez Environnement, nouvelle entrée dans le CAC 40.  
8 ‐
Le Développement Durable : Emergence d’un nouveau modèle économique ?  B. Méthodologie
  
 L étude n a pas pour objectif de classer les entreprises les unes par rapport aux ’ ’ autres mais de proposer une « photographie » des moyens déployés par le CAC 40 pour leur politique de RSE et de la place de la RSE dans leur stratégie. L’analyse des questionnaires a donc été dépourvue de jugement de valeur sur le bien fondé des choix effectués. mise en perspective des résultats est néanmoins proposée dans la Une partie conclusive.  Les questions étant ouvertes, l’analyse s’est effectuée en utilisant le procédé suivant : 1. Quelles sont les grandes tendances parmi les entreprises interrogées ? 2. Existe-t-il des cas particuliers ? 3. Quelles sont les raisons avancées par les entreprises pour justifier leur choix ?  En cas de doute sur la compréhension de la réponse proposée et/ou en cas d’une incapacité à expliquer un cas particulier, l’entreprise a été recontactée. C’est dans ce cadre qu’il a été possible, pour la majorité des graphiques, de proposer un éclairage sur les modalités et raisons des processus choisis. L’étude étant anonyme, seule est précisée la nature de l’entreprise (industrielle ou de service).  Les limites de l’étude sont de trois ordres :  du CAC 40 ont été interrogées, leur spécificité seules les entreprises  : L’échantillon empêche de généraliser les résultats aux autres entreprises cotées et non cotées, en France et dans les autres pays.  les interlocuteurs sont principalement issus des Directions du répondants : Les Développement Durable, leur niveau d’expertise et d’engagement envers ces thématiques peut être attendu comme supérieur à la plupart des collaborateurs. Le portrait dressé ici aurait été peut-être différent si d’autres fonctions avaient été interrogées. l’étude s’est appuyée sur un questionnaire. Qu’il fut administré de Le questionnaire : façon orale ou écrite, il a été impossible de vérifier l’ensemble des éléments qui ont été avancés.  IV. STRUCTURE DE L ETUDE  L’étude est organiséeen quatre parties, qui correspondent auxquatre principales phases de développement d une politique de RSE, à savoir : 1. Choisir 2. Organiser 3. Décliner 4. Contrôler  Pour faciliter la lecture, les grandes tendances sont rappelées au début de chaque partie. Les détails des réponses sont disponibles en dessous de chaque graphique. Un glossaire précisant les principaux termes utilisés est disponible à la fin de l’étude.  r La partie conclusive de létude popose une mise en perspective des réponses proposées, en s intéressant plus particulièrement à la place du Développement Durable dans le modèle économique des entreprises du CAC 40.
9  
Le Développement Durable : Emergence d’un nouveau modèle économique ?   
 
¾ ¾
¾
¾ ¾
¾
¾
¾ ¾
¾
¾
¾ 
Structure détaillée de l étude :
 
 
 
 
 
  
 
 
 
 
  
1 0 
 
 
 
 
  
 
 
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents