Les délégués au Premier Congrès des peuples d Orient - article ; n°1 ; vol.26, pg 21-42
23 pages
Français

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Les délégués au Premier Congrès des peuples d'Orient - article ; n°1 ; vol.26, pg 21-42

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
23 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Cahiers du monde russe et soviétique - Année 1985 - Volume 26 - Numéro 1 - Pages 21-42
Edith Chabrier, The delegates to the First Congress of the Peoples of the East, Baku (1-8 September 1920).
There were two thousand delegates present at the First Congress of the Peoples of the East organized in Baku by the Communist International. These delegates belonged to many various and highly heterogeneous ethnic entities. They were classified into Communists and non-Party members, according to somewhat doubtful criteria. We can point out five groups: the profiteers; Muslims of Russia and Central Asia, fiery champions of the positions of national Communism; delegations of Transcaucasia consisting mainly of representatives of small ethnic groups protected by Bolsheviks; foreign Eastern delegates - in this group, the only ones to raise their voices were the Turkish nationalists; and the representatives of the Komintern and of the Western Communist parties, who got all the credits.
Edith Chabrier, Les délégués au Premier Congrès des peuples de l'Orient, Bakou (ler-8 septembre 1920).
Deux mille délégués assistèrent au Premier Congrès des peuples de l'Orient, organisé par l'Internationale communiste, à Bakou. Les délégués orientaux se réclamaient d'entités ethniques fort diverses et hétérogènes et se répartissaient en communistes et en sans-parti, selon des critères qui apparaissent peu fiables. On peut distinguer cinq groupes : les mercantis ; les musulmans de Russie et d'Asie Centrale, qui défendirent avec véhémence les positions du communisme national ; les délégations de Transcaucasie, composées en majorité des représentants de petits groupes ethniques, protégés par les bolcheviks ; les délégués orientaux étrangers, parmi lesquels seuls les nationalistes turcs se firent entendre ; les représentants du Komintern et des partis communistes occidentaux, qui s'arrogèrent tous les honneurs.
22 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1985
Nombre de lectures 12
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Extrait

Edith Chabrier
Les délégués au Premier Congrès des peuples d'Orient
In: Cahiers du monde russe et soviétique. Vol. 26 N°1. Janvier-Mars 1985. pp. 21-42.
Abstract
Edith Chabrier, The delegates to the First Congress of the Peoples of the East, Baku (1-8 September 1920).
There were two thousand delegates present at the First Congress of the Peoples of the East organized in Baku by the
Communist International. These delegates belonged to many various and highly heterogeneous ethnic entities. They were
classified into Communists and non-Party members, according to somewhat doubtful criteria. We can point out five groups: the
"profiteers"; Muslims of Russia and Central Asia, fiery champions of the positions of national Communism; delegations of
Transcaucasia consisting mainly of representatives of small ethnic groups protected by Bolsheviks; foreign Eastern delegates - in
this group, the only ones to raise their voices were the Turkish nationalists; and the representatives of the Komintern and of the
Western Communist parties, who got all the credits.
Résumé
Edith Chabrier, Les délégués au Premier Congrès des peuples de l'Orient, Bakou (ler-8 septembre 1920).
Deux mille délégués assistèrent au Premier Congrès des peuples de l'Orient, organisé par l'Internationale communiste, à Bakou.
Les délégués orientaux se réclamaient d'entités ethniques fort diverses et hétérogènes et se répartissaient en communistes et en
sans-parti, selon des critères qui apparaissent peu fiables. On peut distinguer cinq groupes : les "mercantis" ; les musulmans de
Russie et d'Asie Centrale, qui défendirent avec véhémence les positions du communisme national ; les délégations de
Transcaucasie, composées en majorité des représentants de petits groupes ethniques, protégés par les bolcheviks ; les
délégués orientaux étrangers, parmi lesquels seuls les nationalistes turcs se firent entendre ; les représentants du Komintern et
des partis communistes occidentaux, qui s'arrogèrent tous les honneurs.
Citer ce document / Cite this document :
Chabrier Edith. Les délégués au Premier Congrès des peuples d'Orient. In: Cahiers du monde russe et soviétique. Vol. 26 N°1.
Janvier-Mars 1985. pp. 21-42.
doi : 10.3406/cmr.1985.2029
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/cmr_0008-0160_1985_num_26_1_2029ÉDITH CHABRIER
LES DÉLÉGUÉS AU PREMIER CONGRÈS
DES PEUPLES D'ORIENT
Bakou (icr-8 septembre 1920)
Le Premier Congrès des peuples de l'Orient se tint à
Bakou du 1er au 8 septembre 1920. Il fut unique en son
genre, car l'Internationale communiste, qui prit l'initiative
de le réunir, ne s'est plus adressée depuis lors aux délégués
du Moyen-Orient et aux représentants des nationalités de
l'ancien Empire russe, tous unis dans un même élan. Ce
congrès a concerné essentiellement les régions musulmanes de
la Russie, de l'Asie Centrale et du Caucase, l'Arménie, la
Géorgie et les pays limitrophes du Moyen-Orient (des délé
gations arabe, indienne, chinoise, coréenne y assistèrent,
mais elles ne furent pas directement intéressées aux débats
de Bakou).
L'Internationale communiste avait déjà débattu de la
question nationale et coloniale lors de son lie Congrès mon
dial (juillet-août 1920) et elle organisa ultérieurement des
rencontres consacrées aux questions orientales : le Congrès
des travailleurs de l'Extrême-Orient à Moscou et à Petrograd
(1922), le Congrès contre l'impérialisme et l'oppression colo
niale à Bruxelles (1927). Le contexte historique, dans lequel
s'inscrit le Premier Congrès des peuples de l'Orient, lui
confère cependant un caractère tout à fait particulier : il se
tint à une époque et dans un lieu où s'affrontaient les
intérêts des nationalistes et des révolutionnaires orientaux,
des peuples du Caucase, de l'Iran et de l'Anatolie, des
Alliés sortis victorieux de la Première Guerre mondiale et
du pouvoir soviétique. Bakou, seule ville orientale possédant
une certaine expérience prolétarienne et révolutionnaire,
dont les puits de pétrole étaient indispensables à la recon
struction économique de la Russie soviétique, était certes
depuis quelques mois le siège d'un gouvernement azerbaïdjanais
bolchevik, et une République socialiste soviétique persane
avait été proclamée à Rasht au début de juin 1920. Cepen
dant, le pouvoir soviétique russe, qui avait triomphé de la
contre-révolution blanche, soutenue par les puissances occi
dentales, était encore menacé à Bakou, dans le Caucase du
nord et en Crimée, où les forces de Wrangel résistaient,
ainsi qu'au Turkestan où sévissait la révolte basmafi. Le
congrès prétendait apporter une solution révolutionnaire aux
Cahiers du Monde russe et soviétique, XXVI (1), Janv.-Mars 1985, pp. 21-42. 22 EDITH CHABRIER
problèmes qui se posaient dans cette zone et proposer un projet
de révolution orientale.
Le comité exécutif de l'Internationale communiste prit
la décision de réunir un Congrès des peuples de l'Orient
en juin 1920 (1), décision dont il informa les délégués au
Ile Congrès mondial, lors de la lecture de son rapport d'ac
tivité (2). Il lança ensuite un appel "aux masses populaires
asservies de Perse, d'Arménie et de Turquie", les invitant
à envoyer des représentants au "Congrès des ouvriers et des
paysans de Perse, et de Turquie" (3). Cet appel
visait aussi les paysans de Mésopotamie, ceux de Syrie et
d'Arabie, et précisait :
"Nous nous adressons en premier lieu aux ouvriers
et aux paysans du Proche-Orient, mais nous nous
réjouirons de voir parmi les délégués des représentants
des masses populaires opprimées de pays beaucoup
plus lointains - des représentants des Indes -, ainsi
que des représentants des peuples musulmans, qui vi
vent librement en union avec la Russie soviétique." (4)
L'intitulé de cette convocation donnait une place particu
lière à la Perse, à l'Arménie et à la Turquie, ces pays étant
voisins de l1 Azerbaïdjan, premier bastion du pouvoir soviétique
en Transcaucasie ; en outre, l'éventualité de révolutions
nationales et sociales y semblait plus plausible que dans les
lointains arabes ou indiens.
Afin de préparer ce congrès, le comité exécutif nomma
un bureau d'organisation du Premier Congrès des peuples
de l'Orient, au sein duquel travaillèrent G.K. Ordžonikidze (5).
E.D. Stasova (6), A. P. Mikojan (7), Nariman Narimanov (8)
et Saïd Gabiev.(9). Ce bureau se réunit dès le début de juillet
et invita la Perse, la Turquie, l'Arménie, la Géorgie, l' Azer
baïdjan, le Turkestan soviétique, Khiva, Bukhara, l'Afgha
nistan et d'autres pays ou peuples à envoyer des délégations.
Il prévoyait la venue à Bakou de 3-280 délégués (10).
Comment furent choisis les délégués venus représenter
leur pays ou leur région à Bakou ? Il est impossible de le
savoir précisément. Mikojan signale que le bureau des com
munistes turcs de Bakou, animé par Mustafa Subhi (11) et
Siileyman Nuri (12), et celui des communistes iraniens de
cette même ville se chargèrent de faire venir les représentants
de leurs pays (13). En Azerbaïdjan, les comités de district
durent organiser les élections des délégués, auxquelles fut
conviée toute la population laborieuse, conformément aux
instructions du 27 juillet émanant du parti communiste d'Azer
baïdjan (14). Enfin, il est fait allusion au lancement d'une
vaste campagne de propagande dans les régions orientales
contrôlées par les bolcheviks. Les trains et les navires
préposés à l'agitation politique, La Révolution d'Octobre,
L'Orient rouge, Le Caucase soviétique, y participèrent (15).
Dans diverses villes, eurent lieu des rassemblements populair
es, au cours desquels des responsables bolcheviks expliquèrent
l'importance du Congrès de Bakou et la nécessité d'y envoyer DELEGUES AU CONGRES DE BAKOU 23
des délégués (16). Cette large publicité suscita des manifes
tations collectives d'enthousiasme ou de solidarité, tels les
"samedis communistes" (17) et l'envoi 

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents