Les idéogrammes de vases sur les tablettes en linéaire A de Haghia Triada et Phaistos - article ; n°1 ; vol.98, pg 5-21

-

Documents
18 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Bulletin de correspondance hellénique - Année 1974 - Volume 98 - Numéro 1 - Pages 5-21
17 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1974
Nombre de visites sur la page 79
Langue Français
Signaler un problème

Frieda Vandenabeele
Les idéogrammes de vases sur les tablettes en linéaire A de
Haghia Triada et Phaistos
In: Bulletin de correspondance hellénique. Volume 98, livraison 1, 1974. pp. 5-21.
Citer ce document / Cite this document :
Vandenabeele Frieda. Les idéogrammes de vases sur les tablettes en linéaire A de Haghia Triada et Phaistos. In: Bulletin de
correspondance hellénique. Volume 98, livraison 1, 1974. pp. 5-21.
doi : 10.3406/bch.1974.2094
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bch_0007-4217_1974_num_98_1_2094LES IDÉOGRAMMES DE VASES
SUR LES TABLETTES EN LINÉAIRE A
DE HAGHIA TRIADA ET PHA1STOS (*>
l'idéogramme qui la Paribeni à en Les que balances HT la céramique forme Ces Les 31, boxe des ont tablettes idéogrammes HT derniers vases été qui entre et de 33, un publiées représentent du cornet en * de HT 118 à 1902 MR se une pierre Haghia 38 en rencontrent décoré et IB5; tauromachie) archéologiques jusqu'à et linéaire (notamment 1912 HT vraisemblablement celles Triada de 39 dans maintenant B1 quatre et trouvées sur et la et furent des le figurant quatre villa que une registres, vase vases2. en des tablette royale4 sont découvertes aux tablettes 1902 sur fragments des peu moissonneurs dont les le unités en de furent tablettes nombreux Phaistos même trois de de par Haghia en fresques mesure sont temps même en Halbherr et : HM : linéaire consacrés le quelques Triada comme que rhyton datant 1509 temps de et A 3. :
(*) Je tiens à exprimer ici ma vive reconnaissance à J.-P. Olivier pour m'avoir autorisée à
publier les photographies des idéogrammes du linéaire A et du linéaire В faites par lui au Musée
d'Héraclion (fîg. 1-20). J'adresse également mes remerciements à J.-Gl. Poursat qui m'a donné
l'occasion de publier une photographie et une courte description du chaudron en bronze de 21).' Mallia (fig.
Toutefois certaines balances ne sont, sans doute pas des idéogrammes, mais des signes (1)
phonétiques.
(2) Le char reconnu par bon nombre de savants sur une tablette de Tylissos (cf. par ex. :
J. Hatzidakis, «TuXiaoç Mivcoïxï) », ArchEph, 1912, p. 214, fig. 20; A. Evans, The Palace of
Minos, IV 12 (1935), p. 796 et 809, fig. 769 et récemment St. Alexiou, « Neue Wagendarstellungen
aus Kreta », AA, 1964, p. 793 et 796; J. Wiesner, Archaeologica Homerica 1/F: Fahren und
Reiten (1968), p. 41-43, fig. 6 b) n'est en réalité qu'un rassemblement de signes comme l'a démont
ré fort bien Pugliese Carratelli suivi par Brice (G. Pugliese Carratelli, « Le iscrizioni preelle-
niche di Haghia Triada in Creta e délia Grecia peninsulare », MonAnt, 40 (1945), col. 599, fîg. 246 ;
W. C. Brice, Inscriptions in the Minoan Linear Script A (1961), p. 21, n° IV.8).
(3) HM 1509 est le numéro d'inventaire du Musée d'Héraelion.
(4) G. Pugliese Carratelli, «Le iscrizioni preelleniche... », MonAnt, 40 (1945), col. 432.
(5) Idem, col. 458-459 ; A. Evans, The Palace of Minos /F/2 (1935), p. 676. 6 FRIEDA VANDENABEELE [BCH 98
du MR I6. De toute façon les tablettes en question ne peuvent guère être
plus récentes que la destruction de la villa elle-même, destruction située
à la fin du MR I В, soit vers 1450 avant notre ère7. La tablette HM 1509
fut trouvée à Phaistos durant les fouilles de 19558 et appartient à la
première phase du premier palais attribuée par Levi au xixe siècle avant
notre ère9.
La tablette HT 31 consiste en un inventaire de vases (fîg. 1); HT 33,
HT 38, HT 39 et HM 1509 traitent également d'autres choses. Au total
on peut distinguer sur les cinq tablettes six types différents de vases10 :
1. Un chaudron à trois pieds avec une cuve arrondie surmontée de deux
anses verticales11 (HT 31.1, fig. 2);
2. Un vase cylindrique avec deux anses verticales au-dessus du bord
(HT 39.4, fig. 3);
3. Un vase cylindrique sans anses soutenu par un seul pied (HT 38.2 a,
%. 4);
4. Deux vases piriformes :
A. avec une anse horizontale en haut de la paroi (HT 31.3,
fig. 5)12;
(6) F. Halbherr, « Lavori eseguiti dalla missione archeologica italiana ad Haghia Triada e
nella necropoli di Phaestos 1902 », RendLinc, série quinta, 11 (1902), p. 433-447 ; F. Halbherr,
« Resti dell'età micenea scoperti ad Haghia Triada presso Phaestos, Rapporto sulle ricerche del
1902 », MonAnt, 13 (1903), col. 5-74. M. Ventris et J. Chadwick dans Documents in Mycenaean
Greek (1956), p. 31 parlent d'un contexte MR I A. Toutefois Warren dans son étude récente sur
les vases en pierre d'époque minoenne attribue les deux vases au MR I sans plus de spécification
(P. Warren, Minoan Stone Vases [1969], p. 85 : P 469 et p. 88 : HM 184) et la même remarque
paraît valable pour les fragments de la fresque au chat et au faisan (H. G. Buchholz et V. Kara-
georghis, Altàgàis und Altkypros [1971], p. 80 et 331 n° 1043, avec bibliographie).
(7) Cette destruction d'Haghia Triada à la fin du MR I B vers 1450 avant notre ère est
l'idée qui prévaut actuellement, même si elle n'est pas universellement admise (cf. par ex. :
St. Alexiou, Minoan Civilization (1969), p. 50; S. Hood, The Minoans (1971), p. 58 et 112).
(8) G. Pugliese Carratelli, « Nuove epigrafi... », AnnScAtene, 19-20 (1957-58), p. 363.
(9) D. Levi, « Attività délia scuola archeologica italiana di Atene nell'anno 1955 », BollArte,
41 (1956), p. 264-267; D. Levi, Studies in Mediterranean Archaeology, XI: The Recent Excav
ations at Phaistos (1964), p. 9 et 39.
(10) La tête de taureau (cf. G. Pugliese Carratelli, « Nuove epigrafi... », AnnScAtene,
19-20 [1957-58], p. 365 : 3) n'a pas été incorporée dans cet article parce qu'il n'est pas certain
qu'il s'agisse d'un idéogramme archéologique. Pour l'éventuelle ressemblance avec l'idéogramme
archéologique du linéaire В n° *227YAS nous renvoyons au « Recueil photographique commenté
des idéogrammes archéologiques du linéaire В » de J.-P. Olivier et F. Vandenabeele à paraître
dans les Études Cretoises.
(11) Quoiqu'archéologiquement une troisième anse soit possible (cf. infra), le dessin qui
figure au-dessus de la cuve entre les deux anses est plutôt un signe comme l'indiquait déjà Evans
(A, Evans, The Palace of Minos IV/2 [1935], p. 732, fig. 717).
(12) Une anse sur le dessin, mais vraisemblablement deux anses dans ]a réalité. IDÉOGRAMMES DE VASES EN LINEAIRE A 7 1974]
B. sans anses (HT 31.2 p, fig. 6);
5. Cinq vases tronconiques :
A. quatre sans anses (HT 31.2 a, fig. 7. ; HT 31.5 a, fig. 8; HT 31.5 p,
fig. 9; HT 31.6, fig. 10);
B. un avec deux anses horizontales sur la paroi (HT 33.1, fig. 11) ;
6. Un vase tronconique surmonté de deux anses verticales (HM 1509.1,
fig. 12) qui est vraisemblablement un panier, vu les traits obliques tracés
à l'intérieur de la représentation13.
Certains de ces idéogrammes peuvent être comparés à des idé
ogrammes du linéaire B14. Ainsi le 1 (fig. 2) se retrouve sur la tablette
PY Ta 641.1 p, idéogramme *201™ (fig. 13). Les 5 A (fig. 7-10) peuvent
être comparés aux u-do-ro sans anses de KN К 774 et de KN К 877,
idéogramme *212VAS (fig. 14-15)15, tandis que le 5 В (fig. 11) peut être
rapproché de celui qui est représenté sur KN К 93 a (fig. 16). Le 4 A
(fig. 5) se rapproche plutôt du VAS+KE de KN К 773.А (fig. 17)16 et
peut-être du di-pa (?) a-no-wo-to de KN К 875.6 (fig. 18) que du di-pa
a-no-we de PY Ta 641.3 p (fig. 19) comme le suggère Peruzzi17. Finalement
le 2 (fig. 3) peut être rapproché de l'idéogramme *219VAS représenté sur
PY Tn 996.2 p (fig. 20). Ceci ne veut pas nécessairement dire que le
linéaire В a repris les idéogrammes du linéaire A, mais seulement que des
vases plus ou moins analogues continuaient à être fabriqués.
Les idéogrammes sont accompagnés de signes, mais le linéaire A n'étant
pas déchiffré on ne peut guère savoir s'ils indiquent le contenu, le matériel
employé pour la fabrication, des détails sur la décoration... comme c'est
souvent le cas en linéaire B18. Tout ce qu'on peut dire c'est que les signes
qu'on trouve au-dessus de la plupart des vases n'indiquent vraisemblable
ment pas le nom du récipient, puisque chaque vase tronconique est
surmonté de signes différents.
(13) L'interprétation des idéogrammes archéologiques nos 1 à 5 correspond à celle de
G. Pugliese Carratelli («Le iscrizione preelleniche... », MonAnt, 40 [1945], col. 479-480,
fig. 52 : 43, 44 et 45 ; col. 481-482, fig. 53 : 63, 64, 65, 66, 67 et 71) et de W. C. Brice {op. cit.,
table 1 : 6, 7, 8, 9, 10, 11 et 12, sauf pour l'interprétation de 11), mais l'idéogramme n° 6 n'avait
pas été identifié comme tel jusqu'à maintenant. Les deux anses verticales au-dessus du bord
n'ont pas été rapportées par G. Pugliese Carratelli (« Nuove epigrafi... », AnnScAtene, 19-20
(1957-58), p. 356 : 3) qui comparait cet idéogramme au signe L 4 (p. 382 : 23).
(14) Cf. l'ouvrage annoncé à la note 10.
(15) E. Peruzzi, « L'iscrizione H. Triada 31 », Minoica, Festschrift zum 80. Geburtstag von
Johannes Sundwall (1958), p. 290-291.
(16) Selon nous ce vase n'appartient pas à la catégorie des di-pa et recevra dans la publi
cation annoncée à la note 10 un nouveau numéro d'idéogramme.
(17) E. Peruzzi, op. cit., p. 291.
(18) M. Ventris et J. Chadwick, Documents in Mycenaean Greek (1956), p. 323-339. 8 FRIEDA VANDENABEELE [BCH 98
Ces idéogrammes de vases sont suivis, comme en linéaire B, d'un chiffre,
qui est le plus souvent préservé :
1. Chaudron à trois pieds : HT 31.1 : perdu (cf. infra);
2. Vase cylindrique avec deux anses verticales : HT 39.4 : 100[ ;
3. Vase sur un pied : HT 38.2 a : 1;
4. Vases piriformes :
A. avec une anse horizontale : HT 31.3 : 10;
B. sans anses : HT 31.2 p : 10;
5. Vases tronconiques :
A. sans anses : HT 31.2 a : 10; HT 31.5 a : 400; HT 31.5 p : 300;
HT 31.6 : 3000;
B. avec deux anses : HT 33.1 : perdu;
6. Vase tronconique surmonté de deux anses verticales : MH 1509.1 : 719.
Le nombre est très élevé pour la plupart des vases tronconiques,
ainsi que pour le vase cylindrique à deux anses verticales. Pour le trépied,
où il était indiqué en début de la ligne 2, cassée, le nombre est ou bien très
petit, si l'on suppose qu'un autre vase s'intercalait entre lui et le chiffre
suivant, ou bien très élevé, vu l'espace qui existe entre le bord de la
tablette et le chiffre 5 conservé (fig. 1).
Avant de procéder à l'examen détaillé de chaque idéogramme et de
sa contrepartie archéologique, il reste à souligner que, d'une part, nous ne
considérerons pas comme point de départ d'une identification le matériel
plus récent que le MR I В, terminus ante quem pour les tablettes en
linéaire A de Haghia Triada et de Phaistos, d'autre part, que nous com
mencerons, si possible, par les trouvailles faites en Crète et dans les colonies
minoennes.
1. Chaudron à trois pieds (fig. 2).
L'idéogramme de HT 31.1 nous montre un récipient à cuve arrondie
surmontée de deux anses verticales et soutenue par trois pieds.
C'est le seul idéogramme du linéaire A qu'il nous soit possible d'ident
ifier avec certitude grâce à une découverte récente du quartier Mu de
Mallia. En effet, en 1969 apparurent sous le sol d'un petit magasin de plan
carré trois vases en bronze, d'une part deux chaudrons à trois pieds,
(19) Le signe en dessous du vase est une fraction qui se réfère soit à la capacité du vase, soit
— plus vraisemblablement — à la façon dont le contenu du vase a été mesuré. IDÉOGRAMMES DE VASES EN LINEAIRE A 9 1974]
l'un avec une cuve arrondie (fig. 21), l'autre avec une cuve à parois
verticales, d'autre part un plateau sur trois pieds20. Tous ces vases appar
tiennent au plus tard au MM II, c'est-à-dire à une période où une forme
du linéaire A était probablement déjà utilisée (mais rappelons que la
tablette en linéaire A de Haghia Triada qui nous occupe est, elle, plus
récente).
Le chaudron de Mallia (fig. 21, inv. 3068) a une hauteur totale (anses
comprises) de ca. 0,27 m et un diamètre maximum du bassin de ca. 0,22 m.
La cuve, de forme arrondie, est surmontée par trois anses de forme semi-
circulaire, rivées au bord par quatre plaques, deux à l'extérieur et deux
à l'intérieur. Un bec verseur se trouve entre deux des anses, du côté opposé
à la troisième. Les trois pieds, de section carrée, sont rivés à mi-hauteur
de la paroi par une simple plaque. Ils se trouvent en dessous de chaque
anse.
L'identité avec l'idéogramme ne fait aucun doute : même cuve arrondie,
mêmes pieds droits, mêmes anses verticales; celles-ci, toutefois, sont au
nombre de deux dans le cas de l'idéogramme et de trois dans celui du vase.
D'autres exemplaires analogues ne nous sont pas connus. Bien sûr,
les immenses chaudrons de Tylissos21, de Haghia Triada22, de Mycènes23...
(cf. infra 2) relèvent d'une même technique, surtout en ce qui concerne les
anses, mais ils sont dépourvus de pieds, tandis que l'exemplaire plus petit
(H. avec anses 0,21 m) de la tombe IV du cercle A de Mycènes (HR I) a une
cuve et des pieds analogues, mais possède deux anses horizontales rivées en
dessous du léger rebord, ainsi qu'une anse verticale sur la paroi24.
Quant aux chaudrons plus récents25 ils ont presque tous un bord
vertical bien distinct de la cuve et leurs pieds sont rivés à la paroi par une
plaque renforcée, ce qui explique peut-être la légère différence entre
l'idéogramme du linéaire В (fig. 13) et celui du linéaire A (fig. 2). En effet,
dans le premier cas les pieds s'élargissent vers le haut, comme d'ailleurs
pour les trépieds à cuve cylindrique qui étaient également renforcés,
tandis que dans le deuxième cas les pieds sont formés par un simple trait
(20) J.-Cl. Poursat, « Mallia. A. Quartier Mu », BCH 94 (1970), p. 869-870, fig. 5. Les trois
vases seront étudiés en détail dans la publication du quartier Mu prévue dans la série des Études
Cretoises.
(21) I. Hazzidakis, « TûXictoç Mtvtùïxvj », ArchEph, 1912, p. 220-221 et Tylissos à l'époque
minoenne (1921), p. 34, fig. 29-30.
(22) Sp. Marinatos, « Le chernibon homérique dans la civilisation mycénienne », BCH,
53 (1929), p. 365.
(23) G. Káro, Die Schachtgraber von Mykenai (1930), pi. CLVII. Nous nous excusons de
ne pas donner chaque fois les dimensions des vases, mais ces indications font très souvent défaut.
(24) Idem, p. 116-117, pi. CLXIII:579.
(25) En Crète le chaudron de ce type trouvé à Cnossos appartient au MR III A (A. Evans,
The Prehistoric Tombs of Knossos (1906), p. 433, fig. 38, pi. LXXXIX p), tandis que sur le
continent l'exemplaire de Pylos, Tragana, pourrait remonter à l'HR II (Sp. Marinatos,
« 'Avacntacpai èv ПиХсо », PraktAE, 1955, p. 248, pi. 93 В et M. Pantelidou « Tá<poi ttjç ПиХои »,
ArchAnAth, 3 (1970), p. 131). 10 FRIEDA VANDENABEELE [ВС H 98
droit. D'autre part l'idéogramme du linéaire В ne répond pas tout à fait
à la réalité contemporaine, puisque le bord n'est pas rendu26.
2. Vase cylindrique avec deux anses verticales au-dessus du bord
. 3).
Si l'on en croit le dessin il s'agit d'un vase assez profond avec des
parois droites, une base légèrement arrondie et deux anses verticales
au-dessus du bord.
Grumach a comparé ce vase à un chaudron en bronze trouvé dans
la tombe à fosse IV du cercle A de Mycènes, dont l'attache d'une des anses
porterait un signe en linéaire A27. Le récipient en question qui appartient
à l'HR I, est d'assez grandes dimensions (H. avec anses 0,24 m). La cuve,
arrondie, est surmontée de deux anses verticales. Des chaudrons en bronze
apparentés à celui de Mycènes sont connus en Crète, à Mallia datant du
MM III- MR I28, à Tylissos — avec trois anses — du MR I29 et à
Haghia Triada30. Toutefois les parois de tous ces bassins sont nettement
arrondies, ce qui, malgré la présence de deux — ou de trois — anses
verticales au-dessus du bord et d'une certaine ressemblance avec l'idé
ogramme, rend la comparaison légèrement boiteuse. Des bassins en bronze
à parois verticales nous sont parvenus, mais ils se distinguent de l'idé
ogramme soit par deux anses horizontales sur la paroi comme l'exemplaire
de Cnossos du MM III - MR I31, soit par une cuve plus large que profonde
(26) Seul un chaudron trouvé sur l'acropole de Mycènes a une cuve arrondie sans bord
(S. Benton, « The Evolution of the Tripod-Lebes », BSA, 35 [1934-35], p. 76-77, fig. 1 a). Toutef
ois l'appartenance de ce chaudron à l'époque mycénienne — HR III A au plus tôt selon Catling
(H. W. Catling, Cypriot Bronzework in the Mycenaean World [1964], p. 169 n° 9) — ne nous
paraît pas absolument prouvée. Non seulement il est presque impossible de vérifier le contexte
dans lequel la pièce fut trouvée, mais en plus elle se différencie de tout autre chaudron mycénien
par les anses doubles et surtout par le fait que les pieds sont attachés tout en haut de la paroi.
En effet, s'il est assez facile d'admettre que les anses doubles, c'est-à-dire une anse circulaire
verticale rivée au bord combinée avec une anse verticale du bord à la paroi, sont une invention
de l'âge du bronze, d'abord parce que les deux types sont attestés séparément à cette période,
ensuite parce que de telles anses existent à l'époque protogéométrique surmontant des trépieds
en terre cuite qui ne peuvent être autres que des copies de vases en bronze (W. Kraiker et
K. Kùbler, Kerameikos, I: Die Nekropolen des 12. bis 10. Jahrhunderts [1939], pi. 64), il paraît
plus osé d'attribuer la nouvelle façon d'attacher le pied à l'époque mycénienne, bien que le
principe ait existé en terre cuite au bronze ancien, comme le montre un exemplaire de Poliochni
(H. G. Buchholz et V. Karageorghis, op. cit., p. 64 et 285 n° 793). La question sera discutée
en détail dans le « Recueil photographique commenté des idéogrammes archéologiques du
linéaire В ».
(27) E. Grumach, « Linear A auf dem Festland », Kadmos, 1 (1962), p. 85-86, pi. 4.
(28) P. Demargne et H. Gallet de Santerre, Études Cretoises IX : Exploration des maisons
et quartiers ďhabitation (1921-1948) (1953), p. 60; pi. XXIX:l-3.
(29) Cf. note 21.
(30) Cf. note 22.
(31) A. Evans, Palace of Minos 1Ц2 (1928), fig. 394:4. IDÉOGRAMMES DE VASES EN LINÉAIRE A 11 1974]
comme les deux exemplaires de Théra, datant au plus tard de ca. 1500
avant notre «re32; ce dernier type, connu à Dendra à la fin du xve siècle ère33 et à Thèbes34, est vraisemblablement illustré par l'idé
ogramme *220vas de la tablette PY Tn 996.2 (3 (fig. 20) 35.
Des vases analogues en terre cuite font défaut.
3. Vase cylindrique sans anses soutenu par un pied (fig. 4).
Le dessin montre un vase cylindrique probablement avec un bord
prononcé et soutenu par un pied très large. Le dessin est interprété par
Brice comme un calice pourvu d'un pied composé d'une longue tige et
d'une base36.
Des calices en pierre avec un seul pied (H. moyenne 0,25 m) ont été
trouvés en Crète à Carnari, Cnossos, Mallia, Pseira et Zakro; ils appar
tiennent principalement au MR I37. Le pied d'un calice de ce genre est
conservé sur un fragment des Camp Stool Frescoes de Cnossos, daté
également du MR I B38. Dans le dernier cas la couleur jaune paraît
indiquer que l'objet était en or; les lignes noires sont expliquées par Evans
comme une décoration, peut-être en niello. Dans le reste du monde égéen
on a découvert à côté d'exemplaires en pierre comme à Kéa, à Mycènes,
à Nauplie et à Théra39, un exemplaire en argent décoré d'une scène de chasse
dans la tombe royale de Dendra, daté d'environ 1500 avant notre ère40
et un exemplaire en or — la « coupe de Nestor » — dans ,1a tombe IV du
cercle A de Mycènes, attribuée à l'HR I41. Toutefois ce dernier calice avec
les deux anses du type de Vaphio, surmontées de pigeons et reliées à la
base par des plaques ajourées, est beaucoup plus élaboré. Des exemplaires
en terre cuite sont connus à Théra, guère plus récents que 1500 avant notre
ère42, et à Pylos, où l'unique exemple pourrait appartenir à l'HR III43.
(32) Sp. Marinatos, Excavations at Thera IV (1971), pi. 92.
(33) S. Hood, «Archaeological Reports for 1960-61 », Suppl. JHS, 81 (1961), p. 9 ; flg. 8 ;
F. Schaghermeyer, « Forschungsbericht zur âgaischen Fruhzeit 1957-1960 », AA, 1962, fig. 46 ;
P. âstrôm, «A Midea et Dendra, découvertes mycéniennes», Archeologia, 51 (1972), pi. p. 52.
(34) Musée de Thèbes. Inédit.
(35) L'idéogramme *2J9VAS et ces comparaisons archéologiques seront étudiés en détail
dans le « Recueil photographique commenté des idéogrammes archéologiques du linéaire В ».
(36) W. C. Brice, op. cit., table 1:11.
(37) P. Warren, op. cit., p. 36-37.
(38) A. Evans, The Palace of Minos IV\2 (1935), p. 381-394, flg. 125.
(39) P. Warren, op. cit., p. 37.
(40) A. Persson, The, Royal Tombs at Dendra near Midea (1931), p. 33, 52-54, flg. 30,
pi. XVII.
(41) G. Karo, op. cit., p. 100, pi. CIX.
(42) J.-J. Maffre, «Collection de l'École française d'Athènes. III. Céramique», ВС H, 96
(1972), p. 23 (avec bibliographie) ; Sp. Marinatos, Excavations at Thera V (1972), p. 31, pi. 61 b.
(43) С W. Blegen, M. Rawson, W. Taylour, W. P. Donovan, The Palace of Nestor at
Pylos in Western Messenia, III : Acropolis and Lower Town, Tholoi, Grave Circle and Chamber 12 FRIEDA VANDENABEELE [ВС H 98
Finalement un vase en forme d'entonnoir, dont le haut pied s'élargit vers
la base est représenté sur l'anneau en or du trésor de Tirynthe qu'il est
difficile de dater44.
Archéologiquement donc, la représentation d'un calice sur la tablette
HT 38 ne poserait aucun problème. Toutefois le dessin ne peut pas être
interprété de cette façon : d'une part le « pied » est presque aussi large
que le corps cylindrique et ne peut donc être celle d'un calice, d'autre
part le bord prononcé ne se rencontre pas dans ce genre de vase.
Malheureusement nous ne pouvons pas proposer une identification
pour HT 38.2 a.
4. Vases piriformes.
A. Avec une anse horizontale en haut de la paroi (fig. 5).
Si l'on en croit le dessin il s'agit d'un vase avec un corps piriforme placé
sur un pied composé d'une tige et d'une base, et pourvu d'un large col avec
un bord prononcé. Sur l'épaule le scribe a dessiné une anse horizontale.
B. Sans anses (fig. 6).
Le dessin est conforme à celui de l'idéogramme précédent sauf que le
corps est plus globulaire et le pied mieux indiqué.
Les vases piriformes peuvent être rapprochés de toute une série
d'amphores pithoïdes en terre cuite45 trouvées notamment à Haghia
Triada, à Phaistos, à Gournia, à Zakro... Tous ces exemplaires ont une
base annulaire bien plus large que le bas du corps, un col distinct, large et
peu élevé, un bord plat prononcé et quatre anses — soit horizontales, soit
verticales, soit des deux types — sur l'épaule. Le corps a une forme
piriforme, ovoïde ou globulaire. Aucun de ces vases n'est placé sur un
piédestal, mais dans la plupart des cas le corps rétrécit fort vers le bas.
Parmi les exemples les plus proches de l'idéogramme citons deux
amphores pithoïdes à corps piriforme, l'une provenant de Haghia Triada,
l'autre de Haghia Photini à Phaistos, appartenant toutes les deux à
l'ultime phase des deuxièmes palais46. Un grand nombre d'amphores
Tombs. Discoveries outside the Citadel (1973), p. 93-94, fig. 174:1. La céramique la plus ancienne
trouvée dans la tholos où fut découvert le calice, appartient à l'HR II, mais la majorité des
tessons peut être attribuée à l'HR III A et B.
(44) G. Karo, «Schatz von Tiryns », Mdl, 55 (1930), p. 121-122 n» 6208, pi. 11:1 et 111:2,
Beil. XXX:2.
(45j Le terme amphore-pithoïde nous paraît le mieux convenir, mais on trouve également
amphore ou pithos. Nous ne pouvons malheureusement pas donner des dimensions, faute d'indi
cations.
(46) D. Levi, «La villa rurale minoica di Gortina », BollArte, série 4, 44 (1949), p. 251,
fig. 30 a-b. IDÉOGRAMMES DE VASES EN LINEAIRE A 13 1974]
pithoïdes de la période néopalatiale furent découvertes dans la salle a'
du secteur sud du quartier Chálara à Phaistos, mais leur corps est nettement
ovoïde avec le bas relativement large47. Quant aux exemplaires de la même
période trouvés dans l'est de la Crète, ceux de Zakro sont également
piriformes48, mais celui de Gournia est nettement globulaire et assez
large vers la base49.
Si l'identification de l'idéogramme de HT 31.2 (3 et HT 31.3 avec un
type d'amphore pithoïde est vraisemblable, il n'en reste pas moins vrai
que le scribe n'a pas rendu ou n'a rendu qu'une des quatre anses, de même
qu'il a exagéré le rétrécissement du corps vers la base50; par contre, il a
bien mis en évidence les caractères généraux tels que le bord et la base
prononcés, le col large et peu élevé, le corps piriforme.
5. Vases tronconiques.
A. Vases tronconiques sans anses (fig. 7-10).
Les idéogrammes des vases tronconiques sans anses présentent tous
une base marquée, indiquée par un trait horizontal. Le corps est ou bien
presque conique (fig. 9-10) ou bien tronconique (fig. 7-8).
Des coupelles en terre cuite de forme apparentée (hauteur moyenne
0,08 m) sont connues dans la céramique minoenne du bronze ancien au
bronze récent51. Pour la période des seconds palais nous pouvons citer des
(47) D. Levi, « L'abitato di Festôs in localité Chálara», AnnScAtene, 29-30 (1967-68),
p. 109, flg. 70-71.
(48) N. Platon, Zakros. The Discovery of a Lost Palace of Ancient Crete (1971), p. 116, pi.
sur la p. 117.
(49) H. B. Hawes, Gournia, Vasiliki and Other Prehistoric Sites on the Isthmus of Hierapetra
(1908), pi. IX:28 A.
Il est évident que la publication de la céramique du petit palais de Haghia Triada, des nou
velles fouilles de Phaistos, de Zakro... permettra de mieux saisir le sens de certains idéogrammes
de vases du linéaire A.
(50) On pourrait évidemment penser que l'idéogramme se rapporte aux quelques vases à
pied trouvés dans la tombe de Kamilari près de Phaistos, datés du MM III (D. Levi, « La tomba
a tholos di Kamilari presse a Festôs », AnnScAtene, 23-24 (1961-62), p. 42-43, fig. 46: a, b, d, e.
Les autres exemplaires de Phaistos et de Cnossos cités par D. Levi n'ont certainement rien à voir
avec notre idéogramme), mais ce genre de récipient, à col d'ailleurs beaucoup plus marqué, est
peu fréquent.
(51) Une bonne étude de la céramique minoenne fait défaut. Par ailleurs les coupelles, le
plus souvent de céramique grossière, sont rarement publiées. Il est par conséquent difficile aussi
bien d'en donner une typologie correcte que de citer tous les sites qui en ont produit, pour ne pas
parler des variantes locales.