Les métamorphoses de Phaëton : étude sur les illustrations d'un mythe à travers les éditions des «Métamorphoses» d'Ovide de 1484 à 1552 - article ; n°1 ; vol.90, pg 88-103

-

Documents
17 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Revue de l'Art - Année 1990 - Volume 90 - Numéro 1 - Pages 88-103
16 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1990
Nombre de visites sur la page 865
Langue Français
Signaler un problème

M. Pierre Maréchaux
Les métamorphoses de Phaëton : étude sur les illustrations d'un
mythe à travers les éditions des «Métamorphoses» d'Ovide de
1484 à 1552
In: Revue de l'Art, 1990, n°90. pp. 88-103.
Citer ce document / Cite this document :
Maréchaux Pierre. Les métamorphoses de Phaëton : étude sur les illustrations d'un mythe à travers les éditions des
«Métamorphoses» d'Ovide de 1484 à 1552. In: Revue de l'Art, 1990, n°90. pp. 88-103.
doi : 10.3406/rvart.1990.347874
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rvart_0035-1326_1990_num_90_1_347874Pierre Maréchaux
Les métamorphoses de Phaeton
étude sur les illustrations un mythe
travers les éditions
des Métamorphoses dOvide
de 1484 1552
gine de divers syncrétismes les stoïcienne assimile le mythe la
qualificatifs utilisés par Hésiode lutte des éléments la destruction
décrivent Phaeton2 comme un en du monde par le feu et la régé
fant glorieux et puissant qui nération nécessaire une humanité
doit sa remarquable beauté sa châtiée du fait de ses crimes9 La
fonction de génie divin Hygin fable du fils de Clymène commence
qui intitule une de ses Fabulae le fournir des indications la fois
Phaeton Hésiode ne tient pas plastiques et morales travers des nous les fran tion graphie res place tions toute qui Métamorphoses ses existence la fin histoire origines de éditions du aises contenterons pris ne importante du Renouard hollandaises savante mythe prétendons xve naissance de commentées de 1480 siècle la Ovide de des Phaeton une travers gravure dans ou cette étudier éditions avec Du pas 1550 italiennes iconographie le fable Ryer les elle occupe développer sur recueil du icono fran illustra premiè évolu poème bois justifie depuis Nous une des ai de et compte du texte grec et résume de textes qui en exaltent le symbolisme
la fa on la plus sèche le récit de la psychologique Que signifie le
seconde tradition sans éclaircir de mythe dans cette perspective Le
qualificatifs le mobile de la chute du geste de Phaeton incarne abord la
fils de Clymène il se contente une révolte filiale puis elle exprime la
rébellion de ambitieux contre les justification pauvre impetratis cur-
ribus male usus est5 Seul Fulgence instances qui assignent sa médio
livre de la fable de Phaeton une cre finitude Horace trace la voie de
explication physique union de la semblables explications il
nymphe Clymène et du dieu du écrit Phaeton dans la tradition soleil symbolise la collusion de eau Phaeton embrasé est effroi des mythographique et de la chaleur solaire qui sont espérances avides origine de tout processus germi- Et par un triste exemple Pégase. natif Phaeton vient du grec La figure de Phaeton est loin enseigne rechercher toujours qui veut dire sourdre mais lorsque être une figure secondaire elle des objets ta mesure la germination est finie une fois la jouit un grand crédit dans les Et tenant pour sacrilège espérer uvres des mythographes des pro plante parvenue maturité elle au-delà du possible sateurs et des poètes Le second livre encourt le dessèchement et la éviter compagnon mal as consomption solaires6 Cette inter des Métamorphoses Ovide reste la sorti 11
source majeure de ce récit complexe prétation rationaliste du mythe re
prise la lettre dans Mythographus En effet la généalogie du héros Ce symbolisme est par la suite
Vaticanus III7 ne fournit pas aux accrédité par Ovide lui-même dans obéit deux traditions distinctes
une en fait le fils Eos et de iconographes un modèle très pro les Tristes 111425 et par Sénèque 12
Céphale autre celui du Soleil et bant nul détail physique ne vient Ce type élucidation va nourrir les
de Océanide Clymène est la inspirer le peintre ou le graveur méditations des érudits du Bas-Em
seconde de ces filiations que se Toutefois elle fait écho aux analyses pire et du Haut Moyen-Age Lac-
des interprètes qui dans la tradition rattache Ovide Le statut herméneu tantius Placidus Eustachê Arnoul
physique rapprochent la légende tique de Phaeton reste dans en Orléans Bernard Silvestre Mais
une catastrophe naturelle dont les en dépit des gloses le texte canoni semble des textes antiques ambiva
temps anciens eussent été le théâ que qui fournit sur le mythe des lent et contradictoire et la confu
tre8 ou qui dans une tradition sion des deux traditions est ori données morales et plastiques reste les Métamorphoses Ovide Les réfé les mystères des urs et de la
foi 20 Dans cette perspective rences la jeunesse du fils de
Clymène sont nombreuses 14 ainsi Phaeton fait objet de trois inter
que le vocabulaire de la démesure i3 prétations la première de type
Ce sont ces traits qui vont primer naturaliste voit en lui le modèle de
astronome aux théories erronées21 dans les gravures sur bois ou dans
les enluminures Dans la mesure où la seconde caractère moral mon
le propos allégorique été soumis tre il incarne la démesure excès
une interprétation chrétienne mora coupable22 la troisième esprit
lisé usage des prédicateurs puis allégorique érige le texte en em
accordé une éthique plus profane blème elle désigne une réalité qui
Le propos pictural écarté les repré elle-même fait référence une réa
sentations calquées sur la mytho- lité un autre ordre Phaeton est
graphie antique pour épouser une analogue du dauphin prêt régner
tendance réaliste qui encoura les avertissements paternels en ma
geait une transposition dans un tière de maniement équestre dési
cadre contemporain ou bien une gnent métaphoriquement des
illustration fidèle du texte tuteur16 conseils qui concernent art de
gouverner les peuples2
iconographe ovidien ne ar Ovide moralisé de Colard
rête pas cet ésotérisme on ne Mansion 1484 Illustration non autorisée à la diffusion peut appréhender au moyen des
La première édition imprimée et représentations figurées ses images
illustrée des Métamorphoses appa illustrent littéralement le texte tu
rut pas comme on pourrait le croire teur sans se préoccuper de la glose
en Italie mais Bruges ville de écrite il fait naître La gravure
culture franco-hollandaise chez de editio princeps de 1484 dans
Colard Mansion en 1484 Ce copiste laquelle il est question du mythe
brugeois fort apprécié de la no Apollon et de Phaeton constitue
blesse flamande qui initia dans les un seuil imagé au deuxième livre24
années 1470 la typographie 17 afin Du point de vue stylistique ce bois
augmenter la production de son gravé qui juxtapose le début et la fin
de manuscrits de luxe été de la fable le palais du soleil et la
le maître uvre de la divulgation chute de Phaeton est dû un
des fables ovidiennes et de leur maître anonyme de Gouda fig l) renfort iconographique par la tech qui travailla Bruges et dont la
nique de la gravure sur bois Pour facture demeure proche des artistes
conquérir le marché il créa un type de Cologne Il est difficile de déter
exemplaires typographies qui for miner le modèle de ce graveur25 Il
ment un supplément essentiel de est probable que artisan de Gouda
son travail consacré aux manuscrits eu entre les mains des miniatures
une certaine tendance mimétique ou des gravures hollandaises qui
observe entre les éditions impri furent ses modèles directs dans la
mées et les ouvrages de facture mesure où le résultat final paraît Métamorphose Moralisée de Colard Mansion Bruges 1484 Le Palais du Soleil manuelle une même mise en page redevable cette inspiration qui et la chute de Phaeton Rés Ye 1028 fol 70 un même format un même support cours chez Bouts ou Harlem
le vélin) des caractères typographi typographique et des bois il de langue vulgaire Deux raisons le statisme la raideur empesée la ques imités de écriture bourgui confiait différents imprimeurs En expliquent engouement pour sécheresse des physionomies le ca
souvenir un passé consacré pro gnonne calligraphiée sont utilisés Ovide fran ais Ovidius Morali ractère pensif des figures la volonté Les illustrations 18 relèvent de es duire des éditions de luxe il fait le zatus adressait au public de Uni de créer une atmosphère tel est le
prit hollandais Le texte est une plus souvent exécuter une partie de versité ou aux ecclésiastiques qui style des gravures sur bois du maître
adaptation de VOvide Moralisé de ses éditions sur vélins ainsi que lisaient presque exclusivement du hollandais anonyme Bersuire 19 repeindre des miniatures28 Tel est latin Pour ce public de clercs la
le cas des éditions enluminées de la Ovide compilé et imprimé par mise en fran ais et illustration du La Bible des poètes Antoine Bible des Poètes Comment expliquer Colard Mansion est un texte de livre avait pas été nécessaire lors- Vérard 1493 le sort de Ovide Moralisé ce poème apparut une clientèle éprise de nature didactique qui se compose de
deux parties successives un chapi fran ais du début du quatorzième beautés vernaculaires Sa demande Les deux types édition de la
tre sur les dieux de Antiquité avec siècle donnant lieu une refonte procura un surcroît activité aux Bible des poètes bois gravés
moralisations et une longue partie latine Ovidius Moralizatus scriptoria spécialisés dans une pro et vélins enluminés sur les fables moralisées Ovide le lui-même retraduit vers la fin du duction de qualité où imposa une
tout est précédé de trois prologues édition de 1484 fut un des quinzième siècle dans la langue de division du travail par ateliers calli
et suivi un complément et un modèles de celle de 1494 publiée son modèle original Le public des graphie enluminure rubrication
épilogue La matière des Métamor Paris par les soins Antoine Vé trois livres est pas le même Et la décor marginal)29 Ainsi édition de
rard26 Ce dernier qui commen dernière édition fran aise fait partie phoses fait objet une réécriture 1494 doit-elle être mise au nombre
qui accorde la philosophie mo par gérer un atelier de livres illustrés une subite floraison ouvrages en de ces manuscrits-imprimés qui
rale scolastique érotique ovidienne mais manuscrits finit par devenir un langue vernaculaire qui ne sont pas rencontrent un succès des plus vifs
trouve infléchie dans un sens grand libraire parisien Il incarne le seulement des compléments de la non pas tant dans les milieux aristo
chrétien et mystique selon le prin modèle de éditeur27 Il est pas production littéraire issue des ate cratiques que dans le public fortuné
cipe que les fictions humaines proprement parler imprimeur mais liers de copistes mais mettent des magistrats et des gens de finance
il est fait confectionner un matériel elles-mêmes permettent de garantir timidement en oeuvre une culture pour qui il est de bon ton de col-
89 lectionner des livres apparemment fier Les normes régissant les jeux de
regards ou les déplacements dans semblables aux manuscrits dont
espace de la gravure sont aujour enorgueillissent les grands sei
hui insaisissables puisque nous ne gneurs ils envient Cette clientèle wf tffepàwe fun wftt fott croyons plus la vieille pneumato- fascinée par un apparat qui confine ttffoieft coufnoi ttVts fwteetn n(S logie physiologique travers la totpe eclMCnwoit que Sne fmff aufut parfois au mauvais-goût fit la for iwtï tetonfotffutSffwftKnntnf- tOtStfitft faSatueeïfSt 09 enïfebieumwe/ceftaSittbifcotbt moita fouies iïfiaftf itfepoifecfef voie cQofee fonft<(tts te/ceft fot arau/cac pîofttïniee eftt uive fee poi if fwpentint JQt tofle apoto ftotfîntf quelle elles ont été rationalisées tune de ancien calligraphe touran ïeit fauvifc paint ueffueftane ïo Nous les percevons sous la forme geau était Vérard yniSnoictoi wpowteauecffiofi fe pav ft($ anmn efto tfpmafmSt plutôt banale une marge plus ou Les bois gravés de édition de pavfv uineSfontomete tSccite ipacnoifte ataWee touffe iyefun îù moins grande de liberté de mouve 1494 étaient pas uniquement dévo lS)e({w6yce te neuf mu fee ani cyantoiSt attmi tSonnoiff anfot?f baneSc9ifco 5t ments liée aux différents types de XPB apoio/f omît ifbo ftftvf païf foy obimy apoto Sn poi foles fe lus la Bible des Poètes ils furent eftoit ito efSvantfevptnf/cu îffta personnages représentés depuis utilisés aussi dans les éditions fran mac Su luc efto fity Sne fSef Qftouf arrogance des ambitieux la aises du De Consolatione de Boèce ouStve IM apoto fup auditia tvaitff pavkv ittfa tmêtapoio eft efoffl réserve des sages Comme le dit 1494) du de Casihus 1494 de cmenf qui cSmun mmtfe naiftanoftff paint iwm vtlavb* pouttf Alberti les philosophes ont pas la Boccace ainsi que dans le Miroir
même physionomie que les batteurs Hystorial de Vincent de Beauvais iï mfeffoie iffeSiuttftftteiï pfuftews
de fer. Si on intéresse 1495-1496 un point de vue coutmutStemmt dl ti ce lufou fe mutfumev fee emesbu fif ie/coin iow
échange des regards entre Apollon technique le copiste fran ais nous msaumattn iîtft ifenfanf/cavittOH.f
et son fils on observe que dans livre un travail infiniment plus sa laui niftictau Swf efff miùyUeft en fa foice Sit Gomme QtawïtfptC powce édition parisienne le sentiment vant que son homologue hollandais ite uifvtcil/cacit ewentpaftf Sa coa indifférence est changé en acte Le dessin est plus correct la taille wvcumf mouw ittft SnQaw Illustration non autorisée à la diffusion uve yntfitft tar fe fo fei cm lan de reconnaissance ou de respect La plus sûre relève une main expéri ou èî täius fee vaiy in mentée Le caractère lui-même des réciprocité des expressions le mefaiettee ypotte int ue &ofo fïfftm eeu roiSïr tu figures représentées été considéra contraste de la bienveillance et de la ifîmoiiifitffltttempttuueîeefensbf See otàul fai-etfon pornolt ïe cowonnt tfticSte iijffobt cote pointée ite pow ei fov twe fef blement modifié de Apollon sty soumission situent la scène dans un sifftmtï tUCr atoîSît.tftt lisé des planches de 1484 celui cadre délibérément historique et tftpowttaut fo ti VIuieft tt apofe wftceenlui en fur fit <Q:tftaffaiioiv fn{?f tnfvfîte pfan tftetient ft quat dcu oti orur/tgofrwlî KriiMiP flimwe ci lou daté une cérémonie allégeance théâtral de édition parisienne une ffiaipa tiv tfee ndene fot tee tGofee omanfeeffcvotf antte/ffmt du vassal son suzerain grande transformation est pro mriiun wütncrf/pute tn foims Swiss afouS fe pt Bnff ffrSà fffpti {auti fnfant/iltatoftaptteet WW tWwe tm teftee/efta tnUt utt qiieper En outre le décalage entre édi duite dans cette dernière la repré Mtfee fttàmtvte poitoit fuvfa ft biuife outvote mtfwfe ît tempe cav tion Vérard et celle de Mansion est sentation des personnages donne au tèfteïhl ct ppfau oie pofiitt c3mc fftcfte iei qut 6fanSift en accusé par le nombre des gravures Shf wWe oot une ist fee maine ttttbu fttempifu tut am fanSift récit une unité effective celle-ci potfoit faietfee/auttcavauore lStWf patiefpevance Satempe btwv ïï av relève du pouvoir émotionnel qui soit pleine page in folio soit mé faufffmaw ttiioifbne avpe ou fe tifie &u Soup eftentenbu ie ftttipe paf daillons dont le livre est orné La émane de la scène représentée La féetlieS fftoitpamf ncs monftte tww fe îf Winowe ft often.tau amante
fable de Phaeton jouit dans ou gravure de 1484 aligne des regards efeSuqtietrr uöiffvoie tè fiée/{une rolpe eftoitftfpmti fi tftoit fu mante fta somme Soff ue eft îoup iott QonnettentenSteîefeinpepie qui Eie fantoft Qtpar fei atefte ftirfefffpe bu tOU vrage de Vérard de quatre illustra presque fuyants Apollon fixe un wbu lt ifn/fa frconöe maniete foiip*iQfïatavce manittcQun Sfoi fentaamamefeuu ioi nfbaiïntfou regard appuyé sur Phaeton tandis tions destinées imager les diffé fqwrtrw êî auefSee fwfffn afne paeapieeauttefucttffwtmenf que le fils de Clymène sans baisser rents segments de la légende ovi-
dienne la première en pleine page les yeux concentre son attention sur
représente le palais du Soleil avec sa un point invisible au spectateur
figure principale Apollon les trois Aucune relation entre lui et nous ne
autres sont des médaillons illustrant instaure nous restons en dehors
tour tour les recommandations de la scène peu réceptifs ce
phébéennes Phaeton conduisant personnage et son rôle effet La Bible des poètes Antoine Vérard Paris 1493 Les Images des dieux son char et la chute du héros voulu par le graveur est peut-être Apollon Rés Yc 426 fol Vv accompli Ce détachement de Phae
Ce traité débarrassé de ses com ton indifférent il de Phoebus quel le corps etoit serpentin et si La dépendance du texte et de mentaires donnera lieu quasiment ses injonctions familières semble avoit trois testes et une si etoit image la figure Apollon être une préfiguration de son outre mot pour mot au Libellus de Imagi- manière un chien La seconde
cuidance Mais interprétation reste nibus Deorum attribué Albricus loup et la tierce
Le dieu des arts trouve au début délicate Nous risquons certes de Tel quel en dépit de ses gloses manière un lion lesquelles et com
de la Bible des Poètes une effigie laisser passer certaines finesses si moralisantes qui vont sans cesse de bien elles fussent divisées et sépa
spécifique illustration fidèle du image allégorie il tend figer nous ne partageons pas intuition rées une des autres toutefois si
texte qui accompagne dont le titre les dieux dans une posture figura avaient les gens du xve siècle convenoient-elles outre en un corps
est Du dieu apoio Et comment une relation étroite entre le mou forma imago et dans un décor lequel avait une seule queue
il doit estre paingt La traduction typiques immuables dont les illus vement du corps et le mouvement de serpentine De coste apoio etoit un
trateurs vont emparer32 Le texte due une autre plume que celle de âme Nous savons que expression vert laurier peint par dessus lequel
Mansion31 est une libre interpréta physique du mental est une des sur la figure Apollon échappe pas voletoit un noir corbin pour ce que
préoccupations majeures Alberti tion un des titres du chapitre IV ce principe eest öisel par les anciens lui etoit
ou de Guglielmo Ebreo Léonard de appartenant au prologue De Apol Apolo si est mis en ordre especialement consacré Dessoubs ce
Vinci consacre plusieurs pages line ejus figura Capitum quar- quatriesme des dieux ... Cestuy laurier dansoient les neuf muses qui
tum La Metamorphosis öyidiana paignirent les anciens en forme un cette question essentiel rele chantoient et donnoient son mélo
moraliter magistro Thoma Walleys ver dans la peinture ce sont les jouvenceau puis en forme un en dieux apoio.. fol.di.A6 0)3J
de professione predicatorum sub sanc- mouvements particuliers état fant et tantost apres en vieillart et Les illustrateurs vont trouver
mental de chaque être vivant tissimo pâtre Dominico explanata pré puis en diverses manières Il portoit dans ce texte matière une figura
Mais même il insiste sans relâche sente en effet dans la partie limi sur la teste un chapeau trois tion toujours reconnaissable et fixe
naire qui ouvre sur les moralisa- sur la nécessité de distinguer les pointes comme une couronne or La gravure sur bois de édition de
mouvements les uns des autres il tions des Métamorphoses un court En une de ses mains portoit saiet- 1494 ou de son homologue sur vélin
éprouve une difficulté naturelle traité sur les formes les représenta tes et carquois Et en autre main restituent avec une grande fidélité
décrire avec des mots les mouve tions et les images des dieux de il tenait une harpe Sous les pied les attributs du dieu fig le
ments particuliers il entend signi etoit peint un monstre terrible du formis figuris imaginihus deorum) laurier le corbeau perché en son
90 manuscrite offre aussi pour ce même La confusion des thèmes et
texte des illustrations exactes le apofto des formes anachronisme et codex Reginensis 129040 qui contient vérité travers illustration le texte du Liber Ymaginum deorum fe Sic mate/celi bifwSr POI ce cofo ir quffffe fnflt tlt du mythe de Phaeton Suiffw tfepareee funeree aiin ce ou qotfe confo.rf(ntI fbapi(nn(n Heftt en même temps que celui du Libellus toffo fIcoiit drr ft foiKce Stiy tfcwïtfi eftîicfe postei fe It fWi dt attribué Albricus est orné de &<)U nauoi(qii 5>ne cujEct iiruci Dans les bois gravés de 1494 ce On mop onreec ofee font pw fctpetmf àco apoto rpoMSd jScrt irtw d6a(uce<B(feetHdffte/t curieux dessins la plume exécutés respect ne va pas au-delà de la partie pa(Sf K6:f qHffgoff(o(l bilt fee ConM font occie vers 1420 Il semble que artiste ait t&rooîrîpacfw eiipwnoïfcetoa liminaire de ouvrage de Bersuire fee SncI anrirtle hoircoîSit iii cf po oit äà c<:ftoy{ ï< pav teeStfctrSMeSt ifwbe eu sa portée peu de références dès on aborde le chant des foür5 cc fauri rSanfoidK ifufwnfc qui anfoimr v?0tmwnt iconographiques cette absence de K5u8 a<>pofo6fc3ftirtt Métamorphoses image ne respecte fot)OTcfe8rcuF flpofo pou fornt îrbotfr/îiïpaOTCIf modèles plastiques justifie certains plus les détails de la prose elle est fm ot pgitooft gcant erpmf ftomafSuclwïtftoitfifSw MfSffcCe anachronismes et surtout une fac censée illustrer les deux éditions ouf ouftK ij apoto ful auoià éî lwu ture très composite Au reste il est fit (((< CTffo7 r< pofo fft fc cif enluminées au contraire restituent qatitSmunwiimt fr p<nc(t îè impossible affirmer une filia les éléments textuels avec beaucoup que lourinàitCfiieà ifriatpano rà äà tion entre la tradition manuscrite et ouftf ie Siutrfifit rDpKifi iire de probité41 fig 6) aagc pour cr fe@ tee bu iom la tradition imprimée ait eu lieu édition avec bois gravés prend cwtmuffScmeMl[ctt Mitb wtfifiv cw Mais le copiste et le graveur ont en nrc aa laà if cp SK enfant/cat if tpw donc des libertés avec le texte à< i(byi fà8i(6o.mmfpoHt cài commun le souci de respecter la fig 4) abord elle opère un qatffeuffe fa fow rtu Scfpîe lettre du texte iff;p f8(r/cat;ifocuicnt pafe Sa mélange entre la tradition médiévale egi cSme îï ffioutir fdcntSng arc inf ffec f/tfiet fe fpfn i-flBfe fare Illustration non autorisée à la diffusion ou cn none ïêî fee rare cS
me autfte 3fpoî(e ne pe poarcc qMfmobtffr(ïa(ti:empr(0[iefeefcneKr cfSef fs si ôï wf Jàof fï ite<flro?&w cmwiim tide poin pout fww è- roF/ffa tdifo po mftcw sfaifD onf.tftpaffanoii fpfê Ittöf trfemc U.ffiffiut Srui cRafentlïS gururquifeuHïect ctt ne Yofeifl bft reSïaanrte ttOtffan ce Diii dpàto/cnïi ir fee pianeti tient fe quart afou repiee îtKtgraiK fcrpcnf ti pdi tnWtïfeewi eïîoiefrpcerparhf nS q(t?paisfali> cRn rnf ïmrSKnroawnccf/putR fö tft bm fotvt ôïâ Ss cmfe.w màSaynf nf ïfo ap eàtjSinff pine àé fr ypoafotlt tptburgïcDqm êSttfe fcCTpe fiKur/aw efan np f66 îf/i fttrfflteffzei gcCaprauwfroiepoOTree patfefperaric Sat WpftaScnir.- 1N comteNïttoötönt èoï.êBfi* faWptoutoope fnfFnbnf rewpepuf arrperfottfairrtft fefcqücfncne frc il aiilCftfawamr ei 1Ki i(w ir i)if tt Sti Cai:pf mw ït ou foup qni fantofî fcniuff fr pcrtî wnie fafi?p f?P fffetWt-tBfe tKlt rtfer noue pSonn fe fcnf/q ffiamcr to fiownr Saigne foutt manïw jr anoïf bnvcK fron wêa eeêvntW<Ht fcconSe amant aOTeîapaeapîceoilfrrfutftffiamifnr étfafirwaniart creS.iw
Illustration non autorisée à la diffusion
La Bible des poetes Antoine Vérard Paris 1493 Les Images des dieux
Apollon Edition sur vélin enluminé Vélins 559)
faîte arc et les flèches la harpe les dans la mémoire effigie encyclopé
trois pointes de la couronne le dique du dieu
monstre serpentin têtes de loup de Ce rapport entre texte littéraire
chien et de lion les Muses enfin et représentation picturale nous
réduites trois dans la gravure du conduit réfléchir sur essence du
folio A6 Est-ce en référence un signe figuratif et sur ses différents
texte de Varron cité par le Mytho- modes la peinture simultanée at
graphus illet selon lequel il existe tributs divins leur signification allé
rait seulement que trois Muses gorique le postulat humaniste fai
hypothèse demeure hasardeuse34 sant de image une poésie muette ôfi ta motifte iQi ttVt fatft anoit mtaittt taute qui tmtinSmt fa ttttt Cette correspondance formelle de montrent que la gravure ici partie fe titttnunmnantîe monne titan cfto tv mtt et pîotm tu ftttt/ö pon ttytant tttau oitft aCainte gt ttvtf fftountpmw mfi eftce npttipGw bWtfs écrit et de image est pas éton liée avec le langage36
nante dans la mesure où la figure Les éditions sur vélin enluminé37
divine du texte berchorien repose ne démentent pas cette projection
sur un portrait composite synthèse des données textuelles la gravure
de traits épars de membra disiecta seulement été repeinte et les
qui proviennent de sources mytho- contours du bois gravé ont été
graphiques diverses35 autant de scrupuleusement respectés Les cou
leurs implicites ou explicites 38 indi points de repères pour le graveur et La Bible des poetes Antoine Vérard Paris 1493 Le palais du Soleil pour son lecteur Le traité des figures quées par le passage correspondant Rés Yc 426 fol XI B3 divines qui ouvre Ovidius Morali- de Bersuire ont été suivies par le
zatus trouve dans la gravure de peintre ce qui montre quel degré
édition de 1494 une transposition de précise docilité est poussée la
fidèle du texte fixant comme lui transcription visuelle La tradition
91 Illustration non autorisée à la diffusion Illustration non autorisée à la diffusion
Bible des poetes Antoine Vérard Paris 1493 Le palais du Soleil Edition La La Bible des poètes Antoine Vérard Paris 1493 Phaeton sur son char
sur vélin enluminé Rés Vélins 559 fol XI. Edition sur vélin enluminé Rés Vélins 559 fol XII B4
et la tradition antique Ainsi portant longue barbe était resti cours flamandes ou fran aises mi Ovide Moralisé la crainte et envie
tuer une image dérivée un proto observe-t-on une curieuse sépara nutieusement régie par les règles de Phaeton forment un oxymore
tion entre des motifs classiques le type classique par toute une série de une représentation la fois plai psychologique dont la gravure ne
palais du Soleil Phaeton agenouillé transformations était traduire sante et grave avec son personnel de rend pas compte le fils de Clymène
chargés une signification médié formellement le fruit une tradition nobles de commis la dévotion du est censé écarter des rayons torri
vale le trône de gloire où prend littéraire altérée était considérer la prince ses lévriers familiers hôtes des mais il en fait rien et ne peut
place la Sainte-Trinité la présomp civilisation antique comme un phé de la ménagerie curiale son apparat nullement convaincre il le fait
tion du jeune prince inapte gou nomène qui loin appartenir au et sa variété de draperies manteaux car le graveur était pas désireux de
verner et des thèmes classiques le passé était pas foncièrement déta de vair chaperons cols flamme donner forme visible son senti
ché de univers contemporain La torsades43 etc. est faire écho la Soleil le fils de Clymène les allé ment la place une scène allé
représentation dans édition de gories du Temps exprimés par des méthode de Bersuire qui établit geance se fait jour privée de toute
Vérard ne procède donc pas une personnages non classiques et pro toujours des rapprochements entre vitalité émotive
archéologie car elle est pas fondée prement médiévaux le suzerain la scène sociale contemporaine et le La description du palais du Soleil
arborant les insignes de la puissance sur la conscience une distance monde ovidien est considérer la qui donne lieu dans un grand nom
temporelle épée et la couronne le intellectuelle entre le présent et le gravure comme un renfort imagé de bre éditions une illustration
vassal implorant les membres une passé Elle intègre le mythe dans le la glose et peut-être une glose quasi-systématique est ainsi réécrite
assemblée occupés converser Ce présent de image qui est que le elle-même Si illustration va au par Colard Mansion enfant
déphasage explique très certaine reflet non seulement un événe rebours du style du poème elle Pheton vint là et se tint loin de son
ment par la séparation qui avait ment appartenant la trame ovi- renchérit sur le commentaire allégo père doubteux car la lumière ne
cours au Moyen-Age entre la tradi dienne mais surtout un système de rique qui lui est substitué44 pouvoit souffrir Phebus seoit en
tion par image et la tradition par perception intellectuelle mo Mais si image en dit parfois une chayere noblement atome En
les textes Représenter Apollon sous derne 42 Concevoir le palais du plus que le texte la réciproque se viron lui furent de tous sens les ans
les traits un souverain âge mûr Soleil sous aspect une de ces rencontre fréquemment Dans les mois et les semaines les jours les
92 heures et les moments et tous les Verque ïîïè stahat cinctum le graveur exigé con palais du Soleil la requête de Phae
ton la chute de attelage et le deuil siècles ordonnement Le printemps florente corona curremment de ses oeuvres fidélité
la nature et beauté sans concevoir estoit pare de diverses fleurs Eté Stahat nuda Aestas et spicea serta des Héliades fig Quatre scènes
estoit tout nu et portoit chapel gerehat une incompatibilité formelle entre chronologiquement séparées sont
espis en sa tête Austome estoit ces deux exigences Chez Vérard juxtaposées dans espace et subis Stahat et Autumnus calcatis sor-
chargée de raisins et de fruitz Et didus uuis plus que chez Rosso art de la sent pour ainsi dire la contraction de
Hyver plein de gelée la tête chargée Et glacialis Hiems canos hirsuta gravure pour mission être vrai la simultanéité même si chaque plan
de cheveux gris estoit aussi capillo au sens idéaliste du mot considéré en lui-même possède une
Cette pseudo-traduction fait litière Là était également le Printemps est-à-dire il doit entrer dans signification temporelle et discursive
une sorte de concurrence avec la du texte latin original dans celui-ci la tête ceinte une couronne de propres Dans cette gravure les
connaissance rationnelle son but causes et les effets sont jetés la nulle allégorie des saisons nulle fleurs là Eté nu portant des
doit consister ramener le monde volée travers une forme qui néan indication sur la posture de Phae guirlandes épis là Automne
ton nulle évocation de la lumière visible aux Formes qui ne changent moins les ordonne cette forme barbouillé du jus des grappes
solaire ou du trône divin Le second foulées là Hiver glacial hé jamais et qui sont universellement obéit une orientation chronologi
livre de Ovidius Moralizatus se rissé de cheveux blancs) valables Par voie de conséquence que le déroulement de droite
présente comme une explication les visages des dieux et des mortels gauche et vice versa et un ordre La question est de savoir si systématique du texte ovidien passé ne font pas objet une représen descriptif la distribution des objets Colard Mansion opéré ce choix et des êtres dans chaque tableau au crible de interprétation allégo tation indisciplinée et anarchique textuel pour faciliter illustration ou un art gouverné par des canons hiérarchisé dans le même espace rique la description du palais du simplement pour rendre plus at incontestables les prend en charge La fable dont la trame est habi Soleil inaugurée par la citation du trayant un livre en langue vernacu- premier vers du chant II Cette édition vernaculaire ac tuellement distribuée par séquences laire qui adressait non plus des compagnée un commentaire eut donne lieu une approche globale Regia Solis erat suhlimihus alta prédicateurs mais des collection un considérable succès si on en ses morceaux répartis avec discer columnis neurs fortunés Ce point peut être juge par les nombreuses réimpres nement dans espace unitaire de la éclairci si on tente de cerner la Le palais du Soleil se dressait sur sions et les citations dont elle fit gravure lui font recouvrer son unité technique de compilation de Man de hautes colonnes tourne court et objet tout au cours du XVIe siècle50 En cela le travail du graveur est sion chez lui compiler veut dire donne lieu une glose sur la symbo Dans cette édition vénitienne les profondément différent de celui de réunir des sources les brasser les lique des matériaux utilisés dans la écrivain dont il pour fonction gravures ne sont pas toutes une adapter elle est guère différente construction de édifice et sur les seule main on distingue deux arti illustrer la pensée le de de celle de Vincent de Beauvais de fresques représentant les éléments sans différents Le premier signe Rosso est ici de constituer un tout Thomas de Cantimpré ou de Jacob Le palais du Soleil se dressait sur de avec les minuscules i-a le second continu en égrenant dans ordre de van Maerlant Le compilateur pro hautes colonnes Ovide au livre se avec la majuscule Ce travail doit la représentation des sens qui par cède par additions suppressions cond décrivant la demeure du Soleil beaucoup au style qui prédomine force additionnent au bout du interpolations amplifications il dit que le Soleil avait une demeure compte est la gravure entière qui dans les illustrations de VHypnéro- recours des sources différentes il bâtie sur de hautes colonnes ses tomachia de Polyphile qui date de est ordonnatrice de énumération truffe le texte de commentaires murs étaient en or son toit en 1498 pourtant en matière de fi est elle qui donne vie inventaire personnels il mêle les emprunts ivoire ses portes en argent Dans nesse et de taille il leur est supé Au contraire le texte qui la fonde silencieux aux attributions erron- cette demeure on avait représenté la rieur Le monogramme trahit la est inexorablement réduit la nées Par moment la moralisation mer la terre et le ciel ainsi que main la plus inexperte Le principe poussière des mots émiettement est plus un cent toutes sortes de divinités les fleuves des lignes intérieures parallèles pré des scènes égrenage des détails
et les douze signes du ciel Au sujet vaut comme on peut le voir dans vouloir que le texte constitue un
de ces fresques Ovide dit que Vart illustration de la fable de Phaeton tout simultané est un irréaliste Les premières éditions surpassait la matière Un telle de auréole rayonnante du Soleil le est du moins ce que semble croire italiennes Rosso Vercellese meure doit signifier Eglise ou la piédestal le char aérien et les nervu illustrateur qui substitue au temps modèle des Italiens et des religion.. 45 En fait le texte de res intersticielles du sol sont délimi successif de la narration espace
Colard Mansion est une traduction Fran ais tés par des lignes principales et leurs une vision globale
libre des vers 19 30 du livre II des demi-teintes sont rendues au moyen Pourtant puisque le problème
Métamorphoses Certains détails Si les illustrations brugeoises des hachures aspect général de soulevé est ordre chronologique
ont été supprimés le trône tout relèvent de art gothique les repré cette gravure est plus clair que celui il est un point où la gravure ne peut
brillant du feu des émeraudes solio sentations qui les suivent chronolo de oeuvre hollandaise le fond prétendre correctement illustrer le
lucente claris smaradgis) la pourpre giquement transportent immédiate texte ovidien est la représentation blanc prédomine sur lequel se dé
arbore Phébus purpurea uelatus ment au milieu de la Renaissance coupe les protagonistes de la fable du suspens Le texte peut facilement
ueste autres sont restés tels quels il agit des gravures qui ornent la esquissés partir de lignes souples par son essence même faire pressen
et ont donné lieu une traduction traduction italienne des Métamor Une composition plus fine due en tir le déroulement de histoire il
fidèle46 intérêt est entrevoir ici phoses parues Venise en 1497 et partie abandon des détails et de peut conduire histoire et la dépla un va-et-vient est produit entre réalisées par Joannes Rosso Vercel accessoire accentue cette idée cer il peut et est fréquemment
le texte tuteur et sa glose latine lese L.A Giunta)49 Le monde dont le cas dans les Métamorphoses
médiévale si Colard Mansion reste elles relèvent est libre de ces inhibi retarder le dénouement par des Rosso Vercellese et la frise fidèle au libellus imaginum du prolo tions qui impriment homme du procédés appropriés chicanes ar
gue ou il traduit avec exactitude Nord sa pesanteur et sa lenteur narrative rêts hypotyposes dévoiements etc
les interprétations allégoriques de la place des types de notables Il ménage entre la cause la déme
Bersuire sur les avertissements du poitrine étroite enveloppés dans des Rosso est le premier graveur qui sure de Phaeton et effet sa calci
Soleil47 il retranche les interpréta manteaux froissés se présentent des tente illustrer la fable de Phaeton nation un espace dilatoire dont tions qui sentent la chaire48 et êtres plus larges plus ronds bien en tenant compte de son mouve emblème est la réticence cette
hésite pas recourir au texte proportionnés habillés de vêtements ment Ainsi dépeint-il les différentes figure de rhétorique qui interrompt
Ovide par souci de pittoresque ou amples Le sourire stéréotypé des péripéties contiguës action cen la phrase la suspend la dévie Le jeu
par volonté plastique ainsi tra figures de Vérard fait place trale une maîtrise de la perspective invention dont témoigne ce genre
duit-il avec précision les descrip une expression plus nuancée La lui permet de développer au sein du effet permet de créer le suspens
tions des allégories du Temps des représentation humaine se rappro même espace figuratif une frise arrêter énigme de la métamor
che ici de idéal antique du ëü vers 27 30 narrative complexe où se côtoient le phose dans le récit ovidien attente
93 synthèse en une seule image des du livre57 Comme nous le voyons
séries illustrations qui orneraient en comparant les illustrations de la Xl une même fable si espace lui était fable de Phaeton les différences
fourni32 colt aguagltafea tneîché io fon ngl entre la gravure italienne et sa copie pregtxfte mu me laffiuede di loue Cap* XLIX retnaafeuo effèred ceïtot ot fran aise sont minimes fig Des öftrere Ia fia ca<à$ mpo che fia CotnePfaetpnte confegUo de reproductions altérées et du même cfâaeneandoaPhebo moapre Oade ia.Lafuanabrtat onc type se retrouvent également dans figgfUïl Hetote andoa climene dif or entet SC ptato uane ii troue/ railo ùü padre phetote aBegro di do llg tMadrein fon rapo édition latine de Tacuino qui Influences gnato SC emi dêto da Epa Icomindo ad andarf più tolto cfaedi paraît Venise en 1513 et dont les de Rosso Vercellese phoct ohönf gliolo del fole SC puotetatocheg önfe oriéte tae images seront utilisées par les mê ptato otnadrénuaïme cu io fon alacafadelfolei onfe qlla hora sur les éditions postérieures mes imprimeurs en 1518 et en 1534 Bgl otS nonio celare ame Albora chelfole com nc oadaparerenelpri les éditions fi éneodendotaîe par le prefeîop La naïveté de original disparaît au moaflenderè lo ra nel tècôdo Sic* Le alegorie bro qui di En que amano 8C dïTegKtO olo eua de Davost 1510 profit une pléthore de hachures gli ocb alt SC poi gli ued tu Ce el primo libro de Ou est la concentration des motifs la et de Huguetan 1518 quello och cufi refolendecetQüello disposition des parties de la fable eueräa etétu padre Sà cn none
qui signe le modèle et assure de la
Les copies les influences les filiation édition de 1497 prédo
mine donc dans histoire de ico variantes ne vont pas tarder ap
paraître car les planches circulent et nographie des Métamorphoses en
Italie et en France la transmission sont soumises des compilations ou
et altération en sont perceptibles simplement de discrètes retou
ches Ceci étonne guère si on depuis édition parmesane de Fran Illustration non autorisée à la diffusion songe la très grande popularité de cesco Mazali58 en 1505 Giorgio
cette édition de Rosso abordable Rusconi les utilise il fait
parce elle exige de ses lecteurs paraître le mai 1509 son édition du
aucune connaissance de la langue commentaire de Regius elle in
latine Elle contraste avec la grande fluence édition vénitienne du tri
édition de Regius parue en 1493 dentin Joannê Tacuino en 1513 la
remarquable par sa sécheresse son version latine du texte avec com era tuta tnurata &refplendea finifle absence illustrations et qui mentaire italien parue Venise en DE OVIDIO METAMORF le ame del FocboJo teto de la dita ca adresse essentiellement aux étu 1565 chez Griffo puis la traduction faeratutodeauol os leporte refole SEOS* IL diants professeurs hommes de loi deano perdo che erano tute di argen de Dolce que publia Fatti en
to ato tuta queda cafa eräin et membres du clergé:)4 Au RA Ia ca& del fole emi 1570 tagliata de figure colpite releuater nctc poflaconalüO édition de Jacques Huguetan contraire interprétation allégori fime coione 86 era tu che;per lopera fe fopercfaiaua Ia ma que en langue italienne de Giovanni parue Lyon en 1518 échappe pas ter que intagli au Eito Vulcan ta naurata aucbere cette influence la gravure illus notS auia intagliati gli grandi ma it li di Bonsignori seconde moitié du foledea perlach areza quali circondano la terra;ac anche era del piropo ebe una XIVe siècle avait visé comme le trant la fable de Phaeton fig est
pietra preci la dc uqualeb dita cata uilarotoditadibtcrra ogurata iii montre Paul-Oskar Kristeller plus exacte copie de celle de édition
directement une vaste audience des Davost qui inspire elle-même du
femmes des marchands des arti dessin de Rosso Vercellese La re
sans catégories appartenant la présentation est emblée signi
fiante la vision multiple comme commune gente pour reprendre ex
pression même de Bonsignori chez Rosso la juxtaposition des
engouement se justifie donc et il quatre scènes la requête le char la
explique les très nombreuses contre chute le deuil des Héliades permet
Ov dio Methamorphoseos vulgäre Venise 1497 La fahle de Phaeton par Rosso fa ons copies ou rééditions simples une vision immédiate une saisie
Rés Yc 439 fol XI de exemplaire de 1497 travers les globale de la fable ovidienne Elle
versions de 1501 1505 1508 1509 ménage aussi un intérêt dramatique
est souvent la condition fondatrice 1517 et 1522 toutes publiées est mais aussi événement tel il provenant des libertés prises avec le
de la vérité Or la gravure juxtapose Venise exception de édition fut texte la condensation des épisodes
le prologue et épilogue appel et parmesane de 1505 due Francesco Cette décomposition en péripé permet de placer côte côte Phae
le comblement la réponse et la ties cette rupture complète avec Mazali Il faut attendre 1553 pour ton en chute libre et imploration de
unité temporelle font date dans question que quatre-vingt-quatorze nouvelles ses urs Dans le texte Ovide au
histoire de iconographie de cette autre part cette réduction du gravures viennent embellir la traduc contraire la mort du jeune ambi
fable image suit le texte pas pas tion italienne de Lodovico Dolce56 temps successif un espace simul tieux calciné puis enseveli par les
tané traduit comme bien montré et soutient son exigence de discursi- La France ne se satisfait pas de Naïades Hespérie passe inaper ue
Jacques Thuillier31 un désir de vité elle articule les termes du récit cette suprématie sur le marché de aux regards des Héliades Le début
rassembler dans le cadre étroit de ovidien en mêlant les temps et les édition elle décide de prendre le de la fable qui relate leur métamor
lieux et méconnaît la dynamique de relais de Italie et est Lyon en image tous les segments une phose rappelle leur quête et leur
même histoire pour en mieux faire la mutatio La vocation pédagogique 1510 que Davost imprime pour deuil ostentatoire
sentir la durée En fait Rosso de image fait de celle-ci une tra Gueynard une édition latine des Le deuil des Héliades est pas
comme les graveurs de son temps duction partielle de toute la geste Metamorphoseos Uhri dans un format moins grand et elles offrent la
vit sur la notion un art qui imite phaëtonienne pourtant on peut se in-quarto qui inspire nettement mort maints présents leurs larmes
demander si loin être seulement la nature pour lui la théorie de la des gravures de Rosso Les illustra la poitrine déchirée par leur propre
demeure un dogme absolu guidé par un ordre esthéti tions de ouvrage sont attribuées main elles appellent nuit et jour
Or ce souci imitation pour que ce tableau en mouvement est Guillaume II Le Roy fils du proto- Phaeton qui entendra pas leurs
corollaire exigence de vérité De ce pas né un impératif purement pitoyables plaintes 59 Et Ovide tygraphe lyonnais Celles-ci sont de
fait un désir exactitude anime la contingent compte tenu du nombre modèle réduit 122 et au précise que leur douleur est posté
reproduction le graveur reproduit restreint de gravures la place man nombre de quinze de sorte une rieure événement qui fait
non seulement la réalité telle elle que le graveur doit donc faire la seule image orne la partie liminaire naître Le graveur fidèle idéal de
94 restitution un tableau vivant réu Rusconi Thacuin et Paganini
nit sur le même plan les deux scènes
qui prennent une signification plus II serait trop simple de voir dans
forte On reconnaît autant plus histoire évolutive de iconographie
aisément ces femmes aux paumes ovidienne une manière de filiation
tendues on per abord ac continue Même si le procédé de
cident du fils de Clymène Et même frise narrative est employé dans la
si on considère cette scène de lignée de Rosso esprit de la gra
déploration comme la conséquence vure est très différent du modèle
de cet événement le fait elle italien il reste délibérément pas
séiste Tel est le cas des modestes forme un tableau contigu et continu
donne la collision chronologique vignettes ornant les éditions du
une dimension inattendue le deuil commentaire de Regius Ovi-
est censé être représenté en soi la dij Metamorphosin cum luculentissimis
chute son autonomie or grâce Raphaelis Regij enarrationihus sortie
rtgij in èïà ?î îà la perspective ces péripéties trou des langes de la presse le mai atli tat lUramicnarratfoiiEt1 1509 Venise chez Georgio Rus vent une unité rétrospective La fglafoKe crat.iScciiti Ifbaiaiirpfoir uidfae öcfffipt onte itin folio ad qu per uciierat phaeton mené maire ykoîtat ééé rosaret apoiliric an Sibi pater edit coni Ovidij Metamorphosis cum gravure cette fois encore procède fsftui kulus bïi um pîtefo me ideror swteni ufdiuc ri g(am folia oelcribere ad imit luculentissimis Raphaelis Regii enar- une composition qui tente inté Cfabïcp!imcfMad(lfc(argwflfti acüncluo rationibus due Joannê Tacuino et Clymene ocftanf et Zetbios ff lia cum amtzeS fole conce magnmccntimm3qi)odqî grer les divers temps de la fable en ptum geimiflec.-et ultam pû dii);(flctetatem;iiionu(t pat b.c oeitriptfoiie cdd tao Illustration non autorisée à la diffusion parue en 1513 Ovidij Meta tognofceret.QufinfilfciterpîogKiïue adoîtentcm foltmpcrù Kcgia.ôomue regia une seule geste iconique la symétrie ââ nitagnftut efl <o connubij indfcfo acccnWA agtomdi CUM flIlewftIIM -1191? de scènes chronologiquement diffé morphosis cum luculentissimis Raphae âàâêâ )>iattno?cquf:p ous tbonac ly?Iego liicidadliitlrto Ofcate.lplendé po oîbem af ueaeractraberc oiu ptritwn cunwn ôê tt denir rentes se fait jour et organise en lis Regii enarrationibus réalisée mtndlrfe boîte uhctScoDlcendit &etiltiis ftatpfnllriictuep tflc lapillua quem noe carbune trfepcr ter ignorou cumtqufeobnitf neqiiiflcceqiii ignoto appeiKmue.plwpus ïà semble de la vignette le masque Tusculum en 1526 chez Pagani- taro coritcrritf miiiidi îïà parte petferut.aneebie cficta tur ame autatafpe tii? ino taltöardo efubttop offagranrtadiccndffeturatoueqiieope Se t>P afpectm nus douloureux des Héliades répond pCTcreclie tcrrarn wnflagrsret.frbaon fiumi Dinint uiua èè nit tlo nefaueetfnterrap eripftaniectl at ftalfberatl ôè Iplcndfditin.Kcta autem regie celui du passant témoin de la chute Les gravures des éditions de 1513 agnittoteliiere ftationcmreuerfi ftinr folie burneafüdTc aft foseo et de 1526 sont assez similaires bien de Phaeton leurs bras tendus font u.dutlafo cra.noïpl ïberfecudus aïS un écho visuel ses paumes sup inversées fig 10 11 Leurs tail egufolfeeratfobtönibuealraco les diffèrent quelque peu 88 pliantes Par cette correspondance Imilllfe îéî are fine adkibitä.t val
pour la première 45 pour au iara micanteaurotflam.nä des lignes qui rythme la représenta imitante vi-derorati tre Dans les deux cas les contours tion et se veut analogique du mou lu us blH ntndmil -y c- faitlgia fuill iiiacbilit Km ufddiobomerumdnitarl di ptf awilano fatet vement et de expression dramati sont épais les hachures assez nom inarpuvhar èà canuasnioïltoidoferroellüi cali ö.:fcr(ptionc uleiber que la frise narrative cesse être breuses La facture de celle de 1513 pdSrgairibifo eera iabaiit lilii ime value ïà une simple succession anachroni témoigne un raffinement et une lf Perabatogugliiainmmc bcrqife mollire vt >omptto icfb tj
que en elle les perspectives de précision qui se sont perdues dans
la stylisation de celle de 1526 scènes séparées dans le temps ont
Toutes deux ont cependant une fini par intégrer et dialoguer dans
valeur didactique abord compte espace conique harmonie de leur
tenu de la dimension de la vignette disposition pris le pas sur appa
les Héliades sont réduites deux rent déphasage temporel elles
attelage se résume un seul cheval soulignaient emblée -P Ovidii Nasonis Metamorphoseos libri moralizati cum pulcherrimis fabularum la moitié de la gravure étant occupée principalium figuris. Lyon Claude Davost pour Etienne Gueynard 1510 Le par le palais du Soleil Des phylactè palais du Soleil et la chute de Phaeton Rés Yc 503 fol XXXIII res prennent le relai de image avec
leurs dénominations des acteurs
Phaeton Phebus) des objets currus
de orthographié 1526 et leur curus modification dans la gravure ver
bale allure de paronomase
ton precipitatur 1513 devient Phaet
Principia 1526 Accompagnée de sa
discrète glose langagière illustra
tion joue donc ici un rôle didactique
mais il est difficile de parler de
fidélité textuelle son sujet la
triade sororale endeuillée par la
mort de Phaeton dément son propre Illustration non autorisée à la diffusion
nombre toujours consacré dans les
images précédentes et dans les
Ovidii Nasonis Metamorphoseos
libri moralizati cum pulcherrimis
fabularum principalium figuris.
Lyon chez Jacques Huguetan 1518
Le palais du Soleil et la chute
de Phaeton Bibliothèque de Institut
Warburg Londres 720 fol
31
95 plaqué sur le texte même une image bibliques Ce mélange du sacré et du
inadéquate Il en est de même pour profane déclencha les indignations
attelage qui donne lieu dans le de Rabelais Erasme ou Luther63
commentaire une digression sur Néanmoins uvre Ovide fut loin
les noms des Solis equib0 Ce genre être considérée pour elle-même
image ne redit pas le texte loin elle exigeait on en tirât des
être comme était le cas dans bénéfices moraux comme indique
enluminure de la Bible des poètes un le second prologue du Grand
moyen autonome au même titre que Olympe Poesie mere de subtile et
le langage poétique loin être mû ioyeuse inuention soubz une couverte
par un souci de docile représenta de fable elegante si vrayement
tion illustration ici simplifié les exprimé la doctrine morale et humaine
détails textuels tout en stylisant les que si entendement du liseur est du pater dirt Uîanncigrou i*u*w* Klv.i.utHtUgii iWKMtut.r icg.cun ibi formes et les lignes tout effacé par ignorance il en tirera ut cr o.CM Terra us um dus itbnu-ariUOTcuQï prions fincconaeait honnestes enseignemens et manière de tanomach utemOa rc bien vivre car ce est que pure säcfcribcrea C;R PHAEL SRcg fecu dum Metamos ï- Le Grand Olympe des philosophie latente. 2e Prologue ap Na pa toIu.Nama att R.o ïàï-àéîéé uè Ie iîtanious many Histoires Poétiques II f.l.V cité par Ghislaine Amielle ft uä opinii lîi um quodqî 1532-1539-1570 Les traductions fran aises des Méta coOu fsqïi enpt onc axf morphoses Ovide op cit. 90 Abandon des gloses et primat tAeg one ec cep t.P Re Ainsi Phaeton dont la Bible des tnarin Tarrs is regis qug bafi du sens éthique quit iüS fuiffe Poètes stigmatisait Voutrecuydance eftd d.pXlai giflecgex èé en était pas moins exemplaire du Illustration non autorisée à la diffusion La dernière édition de la Bible Pbryg âperu îndete.fPyro-î fait de sa présomptueuse et téméraire des poètes avec sa multiplicité in inoifuffefle.i pétition et de son moult orgueilleux terprétations historiques physiques
courage éd de 1585 52) nem Nepte éthiques et anagogiques empruntées éï 3â< Cette latence de la vérité morale Bersuire fut imprimée en 1531 fa Bttarcus que contient chaque fable trouve un année suivante elle fut réduite oa Gigen ii Ol af res pusufisc riis c1 fora nos igo am.TecUaSt ä:- èë eburnea 3e us us.Pyro syf carbonai argentea lagrasd sour liir elas sha niti fuît écho dans illustration Les trois révisée et publiée sous le nom de Horoeroste éditions différentes de Romain Brarcfi&îAi grand Olympe des histoires poétiques prioffia osati Morin 1532) Denis Janot 1539 et du prince de poésie Ovide Naso en sa rcffaDtts.Ae Jean Ruelle 1570 présentent pour Métamorphose Elle fut reproduite ubmaModus msaiAcc la fable de Phaeton des vignettes dans le même format que editto
très différentes princeps de fa on régulière en 10 Ovidii Metamorphosis cum luculentissimis Raphaelis Regii enarrationibus édition de 1532 illustre la 1586 Le défaut majeur de cette Venise par Joannê Tacuino 1513 Phaéton Warburg Institute Londres requête de Phaeton et le char du version réside en ceci elle omet 407 fol 27 Soleil La première image fig 12 toutes les allégorisations quatre ans mp o- fie eo.mo RAPHAELIS Regiiw èï Met nor- est une reproduction exacte de la seulement après la dernière édition fie àäèà gn Vri pboîeoî Omdl bwm àéî gravure que Davost imprima fran aise de Petrus Lavinius Pour Hoia.QHo àï vul flagre Lyon en 1510 pour Stéphane Guey- tant le Grand olympe est pas une iulmi rKsnwt-anreî nard et qui inspire de édition nodo ïà version fidèle au texte Ovide car aî italienne de 1497 Nous avons défini terga balenai? ma;xî il se contente de moderniser la (I Baleng ar be ti antérieurement les principes qui si version médiévale en ajoutant
ïiere funt ïù gnent son esthétique La seconde sporadiquement des tonem me- et cet vel fig 13) sorte de représentation absence de gloses médiévales ces vt seatus ait allégorique de avancée solaire résulte du fâcheux discrédit dont suis lacey is EGIA travers la voûte céleste est totale commencent pâtir dès 1530 les ch Aegeo cen foils e- Illustration non autorisée à la diffusion ment différente par son aspect ir allégorisations En effet la vogue bmchîa finnit ntt.Se- réel et monstrueux des gravures des dictionnaires tels le Spécimen emidi on gigas fu geöa fer ge- aè oni entrevues ici La raison de ce epithetarum de Texier de Ravisi ou fio Ccii et ipr On contraste est due usage polyva le Dictionarium Poeticum Herman hw EwnKlw aut à.äèà lent des images ainsi était-il fré van Beeck Torrentinus ainsi que Tirarr nidchu alt ihona. quent comme est le cas dans cette édition des mythographes gréco- cefcpo latins ont permis on abordât le édition qui regroupe trois types de lu mari roga P.Qïü afo.Methamorpbo.L ber èïàè texte ovidien ou éventuellement sa gravures différentes64 on utili bi are inde an fr sât des fins simplement valorisan paraphrase en étant muni instru onc QKä tanibu opiniones opes Mii hoc Eg Solü erat/ï bl btï alta tes des vignettes de source et de ïibn ments qui clarifiaient les données
locoom.fcav Al ïî Cü WTmi nature dissemblables Le caractère mythologiques et permettaient de
tisser un réseau de correspondances didactique de la gravure avait plus
entre le texte tuteur et le corpus des la prépondérance dans la mesure où 11 Ovidii Metamorphosis cum luculentissimis Raphaelis Regii enarrationibus. commentaires savants62 Ce retour la distribution de image était par Tusculani apud Banacum in aedibus Paganini 1526 Phaéton Rés
des auctoritates déterminait un nou fois indifférente ou arbitraire Si une Yc 524)
veau mode approche des textes de édition comme celle de Vérard sem
Antiquité La tropologie médiévale ble élaborée un seul geste qui
textes fidèlement Ovide Regius fit objet des critiques violentes de marque son unité un livre tel celui
écrit etiam fratre Phaetontiades la pensée humaniste qui accusait de de Romain Morin dévalorise quel
que peu le statut de image qui offre fuerunt appellate earum nomina sunt tirer de trop loin les interprétations
Phaetusa Lampetia Phebe ed de en réduisant les figures ovidiennes un vague résumé visuel du passage
1518 fol 26 Ceci empêche des types humains de la société du elle illustre agréablement Ainsi
pas les deux imprimeurs avoir siècle ou des personnages la présence côte côte une gra-
96