Les projets de transformation des Philippines en une colonie de peuplement espagnol (1881-1898) - article ; n°2 ; vol.13, pg 47-62

-

Documents
19 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Revue européenne de migrations internationales - Année 1997 - Volume 13 - Numéro 2 - Pages 47-62
Plans for the Changing of the Philippines into a Colony of Spanish Settlement (1881-1898)
Xavier HUETZ DE LEMPS
In spite of the lack of any noticeable migratory tradition between the Iberian peninsula and the Filipino archipelago, the latter could in theory offer an alternative solution to Spanish immigrants, especially since the opening of the Suez canal and the awareness by the authorities and the opinion of the mother country of the importance of Spanish migrations.
In the 1880s and 1890s, numerous voices arise, in Madrid like in Manila, to defend the idea of a diversion to the Philippines of the migrations towards European countries, North African or Latin American ones : the Spanish workers who immigrated in the Philippines could thus give more importance, for the benefit of the nation, to lands considered as fertile and underexploited ; lands where they could stress and stand up for Spanish occupation, if necessary.
Nevertheless the successful settling of numerous Spanish families in the Philippines depended on the active support of the Spanish administration both in the peninsula and in the colony. Yet the latter refuses to support any sizable plan and even keeps a close eye on free immigration.
The colonial administration fears that immigrants of loose morals might spread a very bad image of Spaniards within the native population. Besides they think that the hostile new land and particularly the climate might entail a failure which the administration, the unlucky immigrants and the Royal public revenue will suffer from.
Proyectos que tienden a hacer de las islas Filipinas una colonia de poblamiento español (1881-1898).
Xavier HUETZ de LEMPS
A pesar de no existir una tradición migratoria de consideración entre la peninsula ibérica y el archipiélago filipino, este último podía en teoría ofrecer una alternativa a los emigrantes españoles, sobre todo a partir de la apertura del canal de Suez y en el momento en que las autoridades y la opinión española percibieron la importancia de las corrientes migratorias españolas.
En los años 1880 y 1890 numerosas voces se elevaron en Madrid así como en Manila para promocionar la idea de que las corrientes migratorias que se orientaban hacia los países de Europa, de Africa del norte o de Suramérica, se orientasen hacia Filipinas : los trabajadores peninsulares que inmigraban a Filipinas podrían cultivar, para el mayor beneficio de España, tierras fértiles e insuficientemente trabajadas ; tierras donde, dándose el caso, afirmarían y defenderían la presencia española.
El que esta implantación de numerosas familias españolas se hiciera con éxito dependía del apoyo eficaz de la administración española tanto en la metrópoli como en la colonia. Pero esta última niega su ayuda a todo proyecto que pueda adquirir cierta amplitud y además vigila celosamente toda emigración libre.
La administración terne que emigrantes de mala fama propagen entre la población indígena una imagen indeseable del Español. Además, terne que la inhospitalidad del país de acogida y sobre todo del clima sean una causa del fracaso de la operación. En cual caso, la administración, los emigrantes fracasados y el Tesoro pagarían las consecuencias.
Les projets de transformation des Philippines en une colonie de peuplement espagnol (1881-1898).
Xavier HUETZ DE LEMPS
En dépit de l'absence de toute tradition migratoire notable entre la péninsule Ibérique et l'archipel philippin, ce dernier pouvait en théorie offrir une solution alternative aux émigrants espagnols, surtout à partir de l'ouverture du canal de Suez et de la prise de conscience, par les autorités et l'opinion de la métropole, de l'importance des flux migratoires espagnols.
Dans les années 1880 et 1890, de nombreuses voix se font entendre, à Madrid comme à Manille, pour défendre l'idée d'un détournement vers les Philippines des flux migratoires orientés vers des pays d'Europe, d'Afrique du Nord ou d'Amérique latine : les travailleurs espagnols immigrés aux Philippines pourraient ainsi mettre en valeur, pour le plus grand profit de la nation, des terres réputées fertiles et sous-exploitées ; terres où ils affirmeraient et défendraient, au besoin, la présence espagnole.
L'implantation réussie de nombreuses familles espagnoles aux Philippines dépendait cependant du soutien actif de l'administration espagnole tant en péninsule que dans la colonie. Or, cette dernière refuse son aide à tout projet d'une certaine ampleur et surveille même étroitement l'émigration libre.
L'administration coloniale a peur que des migrants d'une moralité douteuse diffusent une bien mauvaise image de l'Espagnol au sein de la population indigène. De plus, elle pense que l'hostilité du milieu d'accueil et en particulier du climat risque d'entraîner un échec dont l'administration, les immigrants malchanceux et le Trésor royal subiront les conséquences.
16 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1997
Nombre de visites sur la page 31
Langue Français
Signaler un problème

Xavier Huetz De Lemps
Les projets de transformation des Philippines en une colonie de
peuplement espagnol (1881-1898)
In: Revue européenne de migrations internationales. Vol. 13 N°2. pp. 47-62.
Citer ce document / Cite this document :
Huetz De Lemps Xavier. Les projets de transformation des Philippines en une colonie de peuplement espagnol (1881-1898). In:
Revue européenne de migrations internationales. Vol. 13 N°2. pp. 47-62.
doi : 10.3406/remi.1997.1549
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/remi_0765-0752_1997_num_13_2_1549Abstract
Plans for the Changing of the Philippines into a Colony of Spanish Settlement (1881-1898)
Xavier HUETZ DE LEMPS
In spite of the lack of any noticeable migratory tradition between the Iberian peninsula and the Filipino
archipelago, the latter could in theory offer an alternative solution to Spanish immigrants, especially
since the opening of the Suez canal and the awareness by the authorities and the opinion of the mother
country of the importance of Spanish migrations.
In the 1880s and 1890s, numerous voices arise, in Madrid like in Manila, to defend the idea of a
diversion to the Philippines of the migrations towards European countries, North African or Latin
American ones : the Spanish workers who immigrated in the Philippines could thus give more
importance, for the benefit of the nation, to lands considered as fertile and underexploited ; lands where
they could stress and stand up for Spanish occupation, if necessary.
Nevertheless the successful settling of numerous Spanish families in the Philippines depended on the
active support of the Spanish administration both in the peninsula and in the colony. Yet the latter
refuses to support any sizable plan and even keeps a close eye on free immigration.
The colonial administration fears that immigrants of loose morals might spread a very bad image of
Spaniards within the native population. Besides they think that the hostile new land and particularly the
climate might entail a failure which the administration, the unlucky immigrants and the Royal public
revenue will suffer from.
Resumen
Proyectos que tienden a hacer de las islas Filipinas una colonia de poblamiento español (1881-1898).
Xavier HUETZ de LEMPS
A pesar de no existir una tradición migratoria de consideración entre la peninsula ibérica y el
archipiélago filipino, este último podía en teoría ofrecer una alternativa a los emigrantes españoles,
sobre todo a partir de la apertura del canal de Suez y en el momento en que las autoridades y la
opinión española percibieron la importancia de las corrientes migratorias españolas.
En los años 1880 y 1890 numerosas voces se elevaron en Madrid así como en Manila para
promocionar la idea de que las corrientes migratorias que se orientaban hacia los países de Europa, de
Africa del norte o de Suramérica, se orientasen hacia Filipinas : los trabajadores peninsulares que
inmigraban a Filipinas podrían cultivar, para el mayor beneficio de España, tierras fértiles e
insuficientemente trabajadas ; tierras donde, dándose el caso, afirmarían y defenderían la presencia
española.
El que esta implantación de numerosas familias españolas se hiciera con éxito dependía del apoyo
eficaz de la administración española tanto en la metrópoli como en la colonia. Pero esta última niega su
ayuda a todo proyecto que pueda adquirir cierta amplitud y además vigila celosamente toda emigración
libre.
La administración terne que emigrantes de mala fama propagen entre la población indígena una
imagen indeseable del Español. Además, terne que la inhospitalidad del país de acogida y sobre todo
del clima sean una causa del fracaso de la operación. En cual caso, la administración, los emigrantes
fracasados y el Tesoro pagarían las consecuencias.
Résumé
Les projets de transformation des Philippines en une colonie de peuplement espagnol (1881-1898).
Xavier HUETZ DE LEMPS
En dépit de l'absence de toute tradition migratoire notable entre la péninsule Ibérique et l'archipel
philippin, ce dernier pouvait en théorie offrir une solution alternative aux émigrants espagnols, surtout à
partir de l'ouverture du canal de Suez et de la prise de conscience, par les autorités et l'opinion de la
métropole, de l'importance des flux migratoires espagnols.
Dans les années 1880 et 1890, de nombreuses voix se font entendre, à Madrid comme à Manille, pour
défendre l'idée d'un détournement vers les Philippines des flux migratoires orientés vers des pays
d'Europe, d'Afrique du Nord ou d'Amérique latine : les travailleurs espagnols immigrés aux Philippines
pourraient ainsi mettre en valeur, pour le plus grand profit de la nation, des terres réputées fertiles et
sous-exploitées ; terres où ils affirmeraient et défendraient, au besoin, la présence espagnole.L'implantation réussie de nombreuses familles espagnoles aux Philippines dépendait cependant du
soutien actif de l'administration espagnole tant en péninsule que dans la colonie. Or, cette dernière
refuse son aide à tout projet d'une certaine ampleur et surveille même étroitement l'émigration libre.
L'administration coloniale a peur que des migrants d'une moralité douteuse diffusent une bien mauvaise
image de l'Espagnol au sein de la population indigène. De plus, elle pense que l'hostilité du milieu
d'accueil et en particulier du climat risque d'entraîner un échec dont l'administration, les immigrants
malchanceux et le Trésor royal subiront les conséquences.Revue Européenne des Migrations Internationales, 1997 ( 13) 2 pp. 47-62 47
Les projets de transformation
des Philippines en une colonie
de peuplement espagnol (1881-1898)
Xavier HUETZ DE LEMPS
Au cours des trois siècles de la domination espagnole aux Philippines, les
colons, toutes origines et toutes fonctions confondues, ont toujours été très peu
nombreux. Ni la disparition du galion de Manille1, en 1815, ni l'ouverture du canal de
Suez, en 1869, ne s'accompagnent de la mise en place d'un courant migratoire puissant
entre la péninsule Ibérique et les Philippines. A la veille de l'insurrection de 1896, les
Espagnols sont un peu plus de 20 000 (12 000 à 14 000 Espagnols originaires de
métropole — peninsulares — et 8 000 créoles) pour une colonie qui compte sans doute
entre 7 et 8 millions d'habitants2. La majorité de ces Espagnols sont soit des migrants
très temporaires comme les fonctionnaires ou les militaires qui restent quelques années
CMMC, Université de Nice-Sophia-Antipolis, 98 bd. E.-Herriot. BP 209 06204 Nice cedex 3.
Cet article reprend et complète une communication au XVIIIe Congrès International des
Sciences Historiques de Montréal, 27/08 au 03/09 1995 (Commission Internationale
d'Histoire des Relations Internationales, séance consacrée à « La zone du Pacifique dans
l'histoire des relations internationales (du XVIIIe siècle à l'époque contemporaine) ».
Le galion de Manille est un système économique mis en place dès 1565. Chaque année, un
navire part des Philippines chargé de produits asiatiques, en particulier de la soie chinoise
brute ou élaborée. Les marchandises sont vendues à Acapulco et le galion revient aux
Philippines avec, d'une part, les bénéfices de la vente qui permettent à la communauté
espagnole de Manille de survivre et, d'autre part, avec une aide en argent mexicain, le
situado, qui finance l'administration civile, religieuse et militaire de la colonie. Ce système
connaît une crise profonde à la fin du XVIIIe siècle. Il est finalement supprimé en 181 5 et les
Philippines sont graduellement ouvertes au commerce international à partir de 1789. Cette
libéralisation entraîne une très forte expansion de l'agriculture commerciale de l'archipel.
« La emigraciôn espanola a Filipinas. » Boletin de la Sociedad Geogrâfica, t. XXVII, 1889,
p. 200-207, p. 205 ; Canga-Argùelles, (Felipe) « Inmigracion espanola al sur de Filipinas. »
Boletin de la Sociedad Geogrâfica, t. XXIV, 1888, p. 201-233, p. 212 ; Filipinas : problema
fundamental por un espanol de larga residencia en aquellas islas. Madrid : imp. de D. Luis
Aguado, 1891,60 p., p. 15. 48 Xavier HUETZ DE LEMPS
dans l'archipel, parfois seulement quelques mois, avant de retourner en métropole, soit
des membres du clergé régulier qui ne sont pas appelés à laisser une descendance dans
l'archipel. De plus, les Espagnols, métropolitains ou créoles, se concentrent dans la
ville de Manille : on ne rencontre dans les provinces — en dehors de quelques centres
urbains comme Cebù, Iloilo et surtout Cavité — que quelques dizaines d'Espagnols par
province. Cette très faible implantation des Espagnols tranche singulièrement avec
l'Amérique et les Antilles espagnoles3 mais elle est, en revanche, comparable au cas
des Hollandais dans les Indes Néerlandaises, au moins pour les XVIIe et XVIIIe siècle4,
ou à celui des Britanniques à Singapour5.
Dès le XVIIe siècle, des observateurs se sont épisodiquement étonnés, souvent
alarmés de cette faiblesse numérique mais il faut attendre les vingt dernières années de
la présence espagnole pour que le problème des courants migratoires entre la métropole
et sa colonie fasse l'objet d'un véritable débat. Ce tardif réveil est dû à des facteurs
internes à la colonie — nous aurons l'occasion de les analyser plus loin — mais surtout
à une prise de conscience globale des problèmes migratoires en péninsule, prise de
conscience elle-même liée au massacre de Saïda (en fait Khalfallah). En juin 1881,
Bou-Amana se soulève dans le Sud-Oranais et massacre plusieurs dizaines d'ouvriers
immigrés espagnols. Cet événement choque profondément l'opinion espagnole, en
péninsule comme aux colonies6 : les observateurs et en particulier les journalistes,
l'opinion publique et à un degré moindre le gouvernement prennent conscience de
l'ampleur de l'hémorragie de bras vers des terres étrangères et des conditions de vie et
3. L'île de Cuba, à la fin des années 1860, compte 792 118 Blancs et seulement 602 285
personnes de couleur (Apuntes interesantes sobre las islas Filipinas, que pueden ser utiles
para hacer las reformas convenientes y productivas para el pais y para la Nation, escritos
por un espanol de larga experiencia en el pais y amante del progreso. Madrid : Imp. de El
Pueblo, 1870,281 p., p. 13-14).
4. Les Européens représentent 5 % de la population de Batavia à la fin du siècle. Il convient
cependant de remarquer que le XIXe siècle est marqué par une forte progression de la
population européenne en Indonésie et que la communauté blanche est moins concentrée dans
la capitale de la colonie qu'aux Philippines (Lombard Denys) Le carrefour javanais. Essai
d'histoire globale. Tome I : Les limites de l'occidentalisation. Paris : Editions de l'Ecole des
Hautes Etudes en Sciences Sociales, 1990, 267 p., p. 57 et 66 ; Jessup (Helen) « Les villes
indonésiennes devant le colonialisme. » Urbi, vol. V, 1982, p. 71-77, p. 71 ; Susan
Abeyasekere Jakarta. A History. Singapour, Oxford, New York : Oxford University Press,
1987, XVII + 280 p., p. 61).
5. A Singapour, en 1860, on ne recense que 500 Européens (dont 271 adultes britanniques) dans
une ville de 81 000 habitants (C. M. Turnbull A History of Singapore 1819-1988. Singapour,
Oxford, New York : Oxford University Press, 1989 (2e éd. ), XVI + 388 p., p. 36, 38 ;
Goldblum (Charles) «Singapour (1819-1986) : émergence de la ville moderne et mythe
rural.» Archipel (Villes d'Insulinde I), vol. XXXVI, 1988, p. 227-245, p. 233).
6. Moya y Jimenez (Francisco Javier de - ) Las islas Filipinas en 1882. Estudios histôricos,
geogrâficos, estadisticos y descriptivos. Madrid : Est. Tip. de El Correo, a cargo de
F. Fernandez, 1883, 362 p., p. 91 ; Lacalle y Sanchez, (José de - ) La emigration espanola y
el archipiélago filipino. Granada : Imp. de I. Ventura Sabatel, 1881, 16 p., p. 4 ; Vilar (Juan
Bautista) « Quelques conséquences en Espagne du soulèvement algérien de 1881 (dans les
courants migratoires hispano-algériens et dans les relations hispano-françaises) ». Mélanges
de la Casa de Velazquez, t. XIX/1, 1983, p. 275-291, p. 281, 283-284.
REMI 1997 (13) 2 pp. 47-62 Les projets de transformations des Philippines 49
de travail des émigrés en Algérie comme en Amérique du Sud. Les critiques pleuvent
contre un gouvernement incapable de protéger les citoyens expatriés7. Tous les esprits
soucieux de l'avenir de l'Espagne prennent position et proposent des solutions et de
nouveaux exutoires pour le trop-plein démographique de la métropole.
Ce débat des années 1881-1898 a laissé d'importantes traces documentaires de
tous types : articles de presse en métropole comme aux Philippines, publication
d'ouvrages consacrés à ce sujet. Le problème de l'immigration espagnole aux
Philippines devient un point de passage obligé de toute étude « sérieuse » sur
l'archipel. Les observateurs se partagent nettement en deux camps : ceux qui sont
partisans d'une immigration massive de péninsulaires aux Philippines et ceux qui
conseillent la plus grande prudence. De nombreux documents d'archives, enfin, nous
renseignent sur l'attitude du pouvoir colonial qui doit arbitrer les débats.
L'ELABORATION DES PROJETS : LA MIGRATION
COMME PANACÉE
Pour les partisans d'une véritable immigration de peuplement, le
détournement du flot de migrants vers les colonies et plus spécialement les Philippines
est présenté comme un véritable devoir national : l'Etat espagnol doit épargner aux
citoyens contraints de s'expatrier les désillusions et ],' exploitation par des agences de
recrutement et des sociétés étrangères ; il ne peut laisser plus longtemps la sueur des
travailleurs émigrés enrichir des terres étrangères. Au sein de l'empire colonial
espagnol, les Antilles espagnoles reçoivent déjà un contingent important d'Espagnols
métropolitains, mais les Philippines, au contraire, sont un véritable désert hispanique et
l'implantation des migrants n'aurait, selon certains, que des avantages.
Elle permettrait tout d'abord l'expansion économique de la colonie. Depuis la
fin du X VIIIe siècle, l'archipel a connu un fort développement de son commerce, de
son agriculture et de certaines industries, en particulier celle des tabacs depuis la
disparition du monopole de l'Etat en 1881-1883. Dans ce contexte de bonne santé
relative, les immigrés espagnols auraient de bonnes possibilités d'emploi et d'insertion
dans la société coloniale d'accueil. De plus, les Philippines ont, pour la plupart des
auteurs espagnols, d'immenses possibilités de développement. Le thème du sous-
peuplement relatif de l'archipel et de la pénurie de main-d'œuvre sont des leitmotive
des ouvrages de la fin du siècle et, parallèlement aux projets de migrations espagnoles,
fleurissent de nombreuses études sur « l'importation » éventuelle de travailleurs
chinois, indiens, japonais ou tonkinois. . .
Les Philippines, sous la plume des auteurs favorables à l'immigration de
masse, sont présentées comme un véritable eldorado où de vastes étendues de terres
aussi fertiles que vierges, où des mines encore à peine explorées n'attendent que des
7. Vilar, op. cit., p. 281-284.
REMI 1997 (13) 2 pp. 47-62 Xavier HUETZ DE LEMPS 50
bras décidés pour être mises en valeur. L'ensemble de la colonie profiterait du travail
des pionniers venus de métropole : le trésor colonial verrait indirectement ses revenus
augmenter et ces Blancs aussi efficaces qu'industrieux serviraient de vecteurs de
l'innovation technique, de modèles et d'aiguillons à des indigènes invariablement
présentés comme aussi routiniers que paresseux8... Enfin et bien sûr, ce projet ferait le
bonheur des milliers de familles de paysans pauvres que compte la péninsule : elles
pourraient enfin réaliser leur rêve de devenir propriétaires d'un lopin de terre.
Le projet a aussi des objectifs politiques. Les immigrés permettraient de se
passer des services des Chinois et des Anglais, accusés de coloniser sournoisement les
Philippines, ou des Japonais, jugés expansionnistes9... Les colons espagnols installés
aux Philippines constitueraient un noyau loyaliste dans une colonie déjà agitée par les
nationalistes philippins. En cas d'insurrection, on pourrait lever des milices
susceptibles de prêter main forte aux maigres effectifs des troupes européennes10. A
plus long terme, ces noyaux de population blanche diffuseraient dans les populations
autochtones les valeurs nationales, la culture hispanique et le castillan, grâce au simple
contact et, éventuellement, grâce à des mariages mixtes11.
De plus, les fronts pionniers mis en culture par les immigrés espagnols
permettraient d'affirmer la domination espagnole sur des terres occupées par des
peuplades mal soumises ou sur des contrées dont le faible peuplement pourrait éveiller
l'appétit d'une puissance européenne avide de se procurer une place au soleil de ces
latitudes. Un rapide tour d'horizon de la localisation des colonies agricoles projetées
montre qu'elles répondent à la première, à la seconde ou aux deux conditions
énoncées : les îles de Mindanao, Jolo (SVLV), Mindoro et de la Paragua (Palawan), les
montagnes du centre-nord de Luçon ou la vallée de Cagayan (dans les plantations qui
se mettent en place avec la suppression du monopole des tabacs en 1881)12.
8. Canga-Argiielles, op. cit., p. 213 ; Lacalle y Sanchez, op. cit., p. 9 ; Sastron Manuel,
Colonization de Filipinas. Inmigraciôn peninsular. Manila-Malabon : Est. Tip. Lit. del Asilo
de Huérfanos, 1897, 115 p., p. 60-61 ; Scheidnagel Manuel, El archipiélago de Legaspi.
Estudios acerca de nuestro imperio oceânico Madrid : Est. Tip. de R. Angulo, 1890, 320 p.,
p. 263-264.
9. Filipinas : problema fundamental..., op. cit., p. 48-50 ; Archivo Histôrico Nacional (Madrid,
AHN) carton n° 611, dossier (#) n° 290 ; Canga-Argiielles, op. cit., p. 204 ; Lacalle y
Sanchez, op. cit., p. 10.
10. « La emigraciôn espanola a Filipinas », op. cit., p. 205 ; Filipinas : problema fundamental...
op. cit., p. 53.
11. AHN n° 611, #290 ; Lacalle y Sanchez, op. cit., p. 10.
12. Filipinas : problema fundamental... op. cit., p. 48 ; Retana Wenceslao Emilio, Mando del
General Weyler en Filipinas. 5 de Junio de 1888, 17 de noviembre de 1891. Apuntes y
documentos para la historia polùica, administrativa y militar de dichas islas. Madrid :
M. Minuesa de los Rios, 1896, XXIII + 437 p., p. 287 ; AHN n° 611, #290 ; Philippine
National Archives (Manille, PNA) dossier Inmigrantes, 1885 ; AHN n° 5361 lettre du
07/07/1897 au Ministère d'Outre-Mer ; PNA 09/04/1885 ; AHN n° 612, #1 ;
Recur Carlos, Filipinas. Estudios administrativos y comerciales. Madrid : R. Moreno y
Rojas, 1879, 135 p., p. 65.
REMI 1997 (13) 2 pp. 47-62 Les projets de transformations des Philippines 5 1
En ces années 1880-1890, la fondation de cette « nouvelle Australie »13
semble à portée de mains. L'ouverture du canal de Suez, la mise en service de vapeurs
toujours plus performants permettent des liaisons relativement rapides (30 jours) et
relativement bon marché. De savants calculs démontrent que l'opération du transport et
de l'installation de milliers de migrants serait non seulement réalisable mais rentable...
à moyen terme, tout de même. Un seul obstacle pourrait entraver le projet de
colonisation de peuplement : le manque de candidats. Or, les dossiers conservés aux
archives de Madrid ou de Manille montrent que si l'offre est encore inexistante, la
demande est forte dès le début des années 1880. Au cours de nos recherches nous avons
relevé 10 dossiers portant sur un projet de migration en groupe vers les Philippines et la
liste n'est sans doute pas exhaustive.
Il serait trop long de résumer chacune de ces requêtes envoyées aux autorités
espagnoles. Remarquons qu'elles proviennent de trois origines différentes : l'Afrique
du Nord (4 cas14), l'Amérique du Sud (4 cas15) et enfin de la péninsule (2 cas16). Il
s'agit donc dans les deux premiers cas d'une réémigration, les expatriés étant déçus par
leur expérience algérienne17 ou argentine mais aussi vraisemblablement aguerris et
prêts à se diriger vers des terres d'émigration moins « classiques ». Chronologiquement,
la première demande de l'échantillon est étroitement liée aux événements de Saïda
(pétition rédigée par Vicente Ortiz au nom de 8 familles, le 21 juillet 1881) mais même
après le début de la révolution philippine (1896) des Espagnols continuent de faire acte
de candidature. L'objet de ces lettres est simple18 : les candidats à l'émigration
collective vers les Philippines demandent l'autorisation et surtout l'aide de l'Etat pour
le transport et éventuellement l'installation dans la colonie. Les signataires affirment
être les représentants d'un nombre variable de familles (de 8 à... 20 000), le chiffre le
plus fréquent avoisinant la centaine. Ces pétitions permettent de souligner deux points
intéressants : d'une part, l'information circule assez vite et assez bien dans les
communautés espagnoles expatriées et, d'autre part, cette volonté de réémigration vers
les Philippines semble indiquer que les migrants connaissent de réelles difficultés dans
le contexte de crise économique qui marque, en Amérique du Sud, la fin du XIXe
siècle. Dans ces conditions, quelques succès initiaux et une habile publicité suffiraient
13. Filipinas : problema fundamental... op. cit. p. 55.
14. Pétition de Vicente Ortiz (21/07/1881, AHN n° 612, #1 ; voir aussi Vilar, op. cit., p. 283) ;
pétition du 07/07/1882 (AHN n° 612, #1) ; pétition de Juan Andreu (07/02/1889, AHN
n° 612, #1) ; proposition de la Chambre de Commerce espagnole d'Alger et de Constantine
(24/06/1895, AHN n° 611, #290).
15. Pétition de trois ingénieurs agronomes résidant à Buenos Aires (14/11/1895, AHN n° 611,
#290 ; pétition de Juan Bautista Romero (Buenos Aires, 28/06/1891, AHN n° 611, #290) ;
pétition d'un groupe représentant 20 000 familles espagnoles émigrées en Amérique latine
(27/08/1896, AHN n° 611, #290) ; pétition de familles de Buenos Aires (18/09/1896, AHN
n° 611, #290).
16. Pétition signée à Padules (province d'Almeria, 15/07/1888, AHN n° 5272, #3) et pétition
signée à Grenade (09/09/1889, AHN n° 5271 #1) .
17. Des milliers de travailleurs espagnols installés en Algérie demandent leur rapatriement après
les événements de Saïda (Vilar, op. cit., p. 281).
18. La plupart empruntent la voie hiérarchique des réseaux consulaires ou des gouverneurs de
province.
REMI 1997 (13) 2 pp. 47-62 52 Xavier HUETZ DE LEMPS
à faire entrer le courant migratoire dans un cercle vertueux, les réseaux mis en place
nourrissant à leur tour le flux de migrants. D'emblée, les plus optimistes voient même
plus large : un projet de l'administration coloniale du 5 mars 1885 table sur 1 000
familles par an pendant 10 ans et le journaliste Felipe Canga-Arguëlles, promoteur
d'une compagnie de colonisation de Palawan, promet d'installer 20 000 à 30 000
familles19. Devant le succès assuré du recrutement, on pourrait même s'offrir le luxe de
la sélection : ainsi les Canariens sont jugés les plus aptes à l'adaptation au milieu
philippin, après les Levantins et les Galiciens20.
L'ELABORATION DES PROJETS : L'INDISPENSABLE
SOUTIEN DES POUVOIRS PUBLICS.
Toutes les conditions semblent donc réunies pour la mise en place d'un
courant migratoire entre la métropole et les Philippines. Cependant, il ne s'agit pas
d'encourager des réseaux existants mais de mettre en place, ex nihilo, des structures, en
Péninsule ibérique, en Algérie, en Argentine comme aux Philippines, pour canaliser,
transporter, installer de nombreux immigrants agricoles dans les colonies implantées
sur des fronts pionniers de l'archipel philippin. Une telle tâche, comme le soulignent
toutes les pétitions et tous les plans de colonies de peuplement élaborés en métropole
ou aux Philippines, ne peut être menée à bien sans le concours actif des pouvoirs
publics dans toutes les phases du projet.
Il faudrait tout d'abord que l'administration espagnole en métropole et les
consulats à l'étranger informent les candidats à l'exil sur les possibilités offertes par les
Philippines : à l'exception de quelques récits de voyage et de très rares articles de
presse, la population ignore à peu près tout des réalités philippines21. Il conviendrait
aussi d'assouplir le cadre législatif migratoire. L'Etat devrait aussi subventionner le
transport : même si en 1881 le Marqués de Campo22 propose de transporter
gratuitement sur ses vapeurs 300 familles réfugiées en Espagne après les massacres de
188123, le trajet jusqu'aux Philippines représente un investissement hors de portée de la
très grande majorité des migrants potentiels. Aux Philippines même, la tâche du
pouvoir colonial serait primordiale pour la réussite des projets. Il devrait assurer la
sécurité des colons grâce à des détachements militaires, concéder des terres et surtout
préparer le terrain pour que les colons puissent se mettre immédiatement au travail :
assurance de la salubrité et de la viabilité ; construction de maisons et de bâtiments
d'intérêt général (église, école, éventuellement unités de transformation des
productions agricoles) ; fourniture de semences, d'outillage, d'animaux de labour et de
ravitaillement jusqu'à la première récolte. Les futurs colons disposeraient aussi d'un
19. PNA Inmigrantes et Canga-Argùelles, op. cit., p. 21 1-212.
20. Canga-Argùelles, op. cit., p. 220 ; Retana, op. cit., p. 287 ; AHN n° 611, #290.
21. Moya y Jimenez, op. cit., p. 92.
22. Ce très riche banquier originaire de Valence possède une imposante flotte de vapeurs qui
relient la péninsule Ibérique à Cuba et aux Philippines.
23. AHN n° 5307 #110.
REMI 1997 (13) 2 pp. 47-62 Les projets de transformations des Philippines 53
certain nombre de privilèges destinés à les attirer : exonérations fiscales pendant les
premières années, dispense de service militaire, droit de port d'armes24. En théorie, il
ne s'agit que d'avances : le colon rembourserait peu à peu l'Etat et l'accession à la
propriété serait subordonnée au remboursement des prêts en espèces et en nature.
La réussite pratique de l'émigration massive et durable des Espagnols est donc
entre les mains de l'Etat. Or, l'extrême prudence de ce dernier tranche singulièrement
avec le ton fréquemment triomphant des promoteurs des projets de colonisation et des
défenseurs de l'émigration espagnole : l'Etat espagnol a parfaitement compris le
caractère éminemment politique des migrations et les implications de tous ordres
qu'entraînerait son engagement dans ce dossier.
L'ECHEC DES PROJETS : L'EXTREME RESERVE
DES POUVOIRS PUBLICS
Dans un premier temps, le gouvernement semble disposé à soutenir la création
d'un courant migratoire vers les Philippines. L'ordonnance royale du 31 décembre
1881 demande au gouverneur général des Philippines de réunir des informations sur le
problème de l'immigration espagnole dans l'archipel et de créer un centre de
promotion de l'émigration (Centro Promovedor de la Emigration, il s'agirait plutôt
d'immigration...). Ce dernier serait chargé de réunir et de diffuser les offres d'emploi
des propriétaires fonciers (en liaison avec les gouverneurs de péninsule et les consuls),
d'organiser le transport des travailleurs vers les plantations et, enfin, de surveiller le
respect des contrats de travail25.
Cependant, cette décision a priori encourageante semble avoir été prise sous la
pression des événements de Saïda, sans doute pour calmer l'opinion. Ce texte porte les
marques de la précipitation et de la plus complète ignorance des réalités philippines : le
Ministère d'Outre-Mer semble croire que de nombreux propriétaires fonciers espagnols
mettent en valeur l'archipel, comme à Cuba, alors qu'ils ne sont qu'une poignée aux
Philippines. Dans un second temps, l'attitude du gouvernement est beaucoup plus
réservée : la pétition de Vicente Ortiz qui était à l'origine de l'initiative de décembre
1881 est rejetée sous prétexte que le nombre de familles n'est pas suffisant et qu'elles
ne comportent pas deux tiers d'agriculteurs. Par la suite, rien n'est fait, jusqu'en 1898,
pour aider les projets d'émigration péninsulaire et les tentatives d'ouverture de fronts
pionniers blancs dans l'archipel. L'émigration libre n'est pas entravée mais elle est très
rarement encouragée26. Les autorités ne semblent pas avoir répondu à la majorité des
24. Canga-Argiielles, op. cit., p. 221-222 ; AHN n° 61 1, #290 ; AHN n° 612, #1. Nous reprenons
ici les points essentiels et communs à tous ces projets.
25. PNA Inmigrantes, 1889.
26. L'administration fait preuve de beaucoup de compréhension pour les situations individuelles
ou familiales difficiles : les veuves, les épouses séparées de leur mari, les orphelins voient
souvent l'Etat leur offrir un billet pour aller aux Philippines ou au contraire pour en revenir.
En revanche, aucune demande individuelle de transport gratuit formulée par des travailleurs
ne semble avoir été prise en compte (voir les dossiers du carton AHN n° 5272).
REMI 1997 (13) 2 pp. 47-62