Lincoln; sa vie, son uvre, et sa mort
170 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Lincoln; sa vie, son uvre, et sa mort

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
170 pages
Français

Description

i^; 'ïîJ'rinrr m LINCOLN SA VIE SON ŒUVRE ET SA MORT PAR P. BUNGENER LAUSANNE GEORGES BRIDEL, ÉDITEUR 1865 Droits réservés. LINCOLN 1 1809-1831, Les deux fence-rails.— L'école du dimanche.— Les adieux — —à Springfield. Ce qui ressort des trois choses. Le vrai Lincoln et la grande leçon. L Un compagnon de Penn, le quaker.— Emigration dans le Ken- —tucky. Thomas Lincoln et Nancy Hanks.— 12 février 1809. — —Première enfance. Emigration dans l'Indiana.— La hutte d'arbres.— —de troncs Ce qu'on pouvait trouver. Le père.y — La mère.— L'Evangile. il. Besoin d'instruction.— Point —ou peu de livres. Les fables — —d'Esope. La Vie de Washington.— Le volume gâté, payé. —L'enfant eut-il des visions d'avenir? Le duVoyage chrétien. — —La Bible. L'heure perdue et partout retrouvée. —IH. La plume après la craie et le charbon. Un an d'école en 297760 — — — —tout. Le faiseur de paix. De quatorze à vingt ans. Le bûcheron devient batelier. — Rude vie sur les fleuves.— Les — —nègres pillards. Emigration dans l'Illinois. Souffrances. — Etablissement. — c'était en dans une ville deUn jour, 1859, —l'Etat d'IUinois, une grande assemblée s'oc- cupait du choix d'un candidat à la prochaine présidence des Etats-Unis d'Amérique. Tout à applaudissements éclatent -, le choixcoup, des fait. Que s'est-il passé? Peu de chose. On aest déposé devant l'estrade, sous le drapeau étoile de l'Union, deux fence-rails, deux pieux enlevés pieux,aux clôtures d'une ferme.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 47
Langue Français
Poids de l'ouvrage 6 Mo

Exrait

i^;
'ïîJ'rinrr mLINCOLN
SA VIE
SON ŒUVRE ET SA MORT
PAR
P. BUNGENER
LAUSANNE
GEORGES BRIDEL, ÉDITEUR
1865
Droits réservés.LINCOLN
1
1809-1831,
Les deux fence-rails.— L'école du dimanche.— Les adieux
— —à Springfield. Ce qui ressort des trois choses. Le vrai
Lincoln et la grande leçon.
L Un compagnon de Penn, le quaker.— Emigration dans le Ken-
—tucky. Thomas Lincoln et Nancy Hanks.— 12 février 1809.
— —Première enfance. Emigration dans l'Indiana.— La hutte
d'arbres.— —de troncs Ce qu'on pouvait trouver. Le père.y
— La mère.— L'Evangile.
il. Besoin d'instruction.— Point —ou peu de livres. Les fables
— —d'Esope. La Vie de Washington.— Le volume gâté, payé.
—L'enfant eut-il des visions d'avenir? Le duVoyage chrétien.
— —La Bible. L'heure perdue et partout retrouvée.
—IH. La plume après la craie et le charbon. Un an d'école en
297760—
— — —tout. Le faiseur de paix. De quatorze à vingt ans. Le
bûcheron devient batelier. — Rude vie sur les fleuves.— Les
— —nègres pillards. Emigration dans l'Illinois. Souffrances.
— Etablissement.
— c'était en dans une ville deUn jour, 1859,
—l'Etat d'IUinois, une grande assemblée s'oc-
cupait du choix d'un candidat à la prochaine
présidence des Etats-Unis d'Amérique. Tout à
applaudissements éclatent -, le choixcoup, des
fait. Que s'est-il passé? Peu de chose. On aest
déposé devant l'estrade, sous le drapeau étoile
de l'Union, deux fence-rails, deux pieux enlevés
pieux,aux clôtures d'une ferme. Mais ces deux
fleurs, présentaient, sur unornés de rubans, de
—nom, celui de l'homme dont laécriteau, un
vigoureuse hache, trente ans auparavant, les
avait taillés dans la forêt. Et c'était ce nom
qu'on saluait et c'était l'ancien bûcheron qui;
allait devenir le chef de trente millions
d'hommes.
—jour, c'étaiten àNew-York,Unautre 1860,
une école du dimanche venait de se réunir. On
grande taille,voit entrer un homme de d'une
belle, mais remarquablementfigure, non pas
ouverte, et, quoique rude, bonne etintelligente,