Halte aux épandages de pesticides !
2 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Halte aux épandages de pesticides !

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
2 pages
Français

Description

# Septembre 2012 Des plans pour réduire l’impact des pesticides Elu/es référent/es au Conseil régional Plan Régional Santé Environne Ecophyto ment 2 (PRSE) d’Aquitaine Le plan Ecophyto est issu du Grenelle de Épandages aériens : Les pesticides et les biocides sont l’environnement. Objectif annoncé : réduire des agents dont les usages sont de 50 % l’utilisation des pesticides en agri- largement répandus en Aquitaine culture d’ici 2018. Si vous souhaitez adresser des de la contestation aux solutions ! mais dont les impacts sur l’environ questions à vos élu/es, n’hésitez nement et la santé restent encore à C’est l’État qui gère Ecophyto. Des exploi- pas à les contacter directement : mieux évaluer. tations agricoles de référence ont été sélec- tionnées dans chaque régions afi n d’étu- :: Bernard Péré - Président de Diff érents milieux environnemen dier les conditions et les conséquences de la commission agriculture, taux sont concernés : l’eau, l’air exté la réduction des pesticides. Au départ, Groupe des élu/es au Conseil régional agroalimentaire, forêt, mer et rieur et intérieur mais aussi le sol et des fermes en agriculture biologiques n’y montagne - Elu du Lot-et-Ga- d’Aquitaine la biodiversité. avaient pas été systématiquement incluses, ronne - 06 74 19 84 43 ce qui révèle le manque de vision d’en- bernard.pere@aquitaine.fr Le Plan Régional Santé Environne semble.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 27 juin 2013
Nombre de lectures 57
Langue Français

Exrait

Le groupe Europ ecElogoei- L seer V atsCou einsér lnoigd lauqA’ne14itai Fra rue sedçniodrsiS uo0733 -EARDBO7 XEDEC XU75 75 50uoepv.re8 059rgaquitaint@verts.suleuqa-rf.e.wwwv.elLefraiit.eneF cas ru/use slées EElu-k : ebooesnoC setsigoloctauiAqn ioég Rilsnoi à ,ruocte teQinlue sesutolem? fiAn d eopvu à plus long terapmi e "p te essrtsor oicee dirvisenrtasus ,onser ropoaltedes s on: ::s urtiaculp eis-éggusnoraire desition cl eedp sonU erpsit eretuulicgr’al ed serètsinim rdirinteour nt penemrinoe’vnedl ti’u lerontisaliirt sed mmargohcs épe leges andane,séairnasio grtre aiavinl rrteoigéxuan:: . eL es par la créa-toi nedg orpused ilibom aL ::.otyrseuct’a dontisad eemtnroecerfncoph d’Etionl’ac ,OM…SRAaeséTA ufoenerrcpo) rursé( NO-Eq auil fices du rMA, agense .lpxeenh ::U s sur ce comjetsevérp alus noitnerxp’e lt esetiul sxegineete te-ments rendue pdorp tiut edtiarolomatogn ios derotede p et iqueuplbtn é easeud iqitol pleabitérv enu à emrofnocdu Grenegements ed sneagseeptc : .: rLeerivtési al doiboitced nue àogiqbiolure ed sue rahtul amia L::. uxjeenipar ervuœ ne es’environlle de l :nUp alenemtn:.opelmepeden év dirgatlucd tn’l etn setem"ue edl logi biocontque yp al er ud elartr (ïsmaamgrhoicedd u’ nrguoepd e travail interroigé lan rusr elouec ars tuxi-raocE nalp eLotyhpco.Eesuvre prseu e’leld nele urGsu dt iso esphytseétnad àjé-setsoi dnts)mequ, ioftnl sne tuqes régios d’autr-criagn dretuultsep sede sediciat ql’Étère ui g2 10i’icse t.8’Cecbjf tinoané ncivnennornemeO .t% l’utilisation :érudri eed5 0diu- lern fi étd’noitte sc seidnoes dans c-tionnégéoisna hcqaeur reférée desolicelés été tno ecns ex. DehytoEcopa rgoisnt-talpion sea y’eiavp tn éas stétéystimaf reem snea rgciulture biologiquep sed nsedicitsép dAu. es dt,arc nol seneecésuq la s dectioréduaytnp sa e’spaupe » en nla poudrnevn ret« etiér nssaou d vOnt eulb.es-me’dneoi n vise deanqule m elèvér iuq ec ,esusclint enemqu l’on soit toujose? A m iosnq eunssaes céq bllui revp teudor eriavenes slti-t cud seupsineind céeu cur sdei qux oçaf ed erialc ncela doiins que eap some’ nertstre sianmmcoune nagr ésitê to erDes ide.stico pez ré selv reitnos det acmp’i lreiudér ruop snalpoiirc noecnrna turs sur des a prq tncE’uyhpos otABl’En .dm a ae"trni sepp uonestte de dooyenes mit-cejbon li ,sfin ea"r s see drdr tnnapéaimdos pmtnl sei nem étnas al te tnere .avulxué meiiliets mérenDiff stpeiPl Ranoigé lanSment 2 (RPESL)sep seitic ets deega seddontnts egemlra desidicstpes de noitseuq al isne aibordnt ae-meornnnEivtn é laSréa exfl ’e l.Lauoitate nila’tnemques : lthéma-tia tuer sna sedxute rueirnés noatxucnre tocux eL nalPgéR anoi bladiiorsveé.it intérieur e’vntel tn é aaset éent ne-mironelle’uq euqsir u lurpoe ntseré psep raitisitnod suite à culiers l à uq aelagtneml’e poexties dont dos’esriennc oevsrét eitill u’toaun iocee durméht e " euqit-aarticu-liers, ens i’tnréseastna at-sn ios destpedicip sel rap se 0 -neon9 1746 roinnle.s professun usageoigér liqA’d lane intauiqunimo- amcr.eediuat@oqafrine. euqM eDocraP - -sréenid dtegru uoepd seé ule/ sEE - LV au Conselu E -atimCln la - sednaL sed e@aquncaly.kapeggoMin:r :enf.tiiarnbed.ar 484- 3 iatif.enerepuqa@y Kançalr:: Peggéu euaP - D légées dlu és /eh": selbrus el etisrs sont consultadiseC.sec uorrei dnsie-ricstpee napé seléa segadalerles sur ter aLdned suo rsep érP tefuq iel e, rensaiMir stni erPmeeip-leéll nt interélu/es o seLse/ulé sed serriurColécipoèters rul es récoltes est egap editseedicpas avr n io houadegpénap se seddes ticipand!L’éHax aue ltl eigiréu ansCotiuqenialanoA’d ns/G-ries-aedage/use slé eedorputauiaqs-lu/e:/ pnape/rf.vlee.eni) une réglementa ,urhcse ,te.c..e dinpo dtsau’e el tnevus ,lovr pou2004 201r en àapca ed etrrimié éta pln eserue noit enneépoeid eéd ssaostrs aérienépandage noi sedretntcid àir’i lpa0 enrv saprdeécn-aere t êtivens dotionagoréd seC .selbsios pnsioatog-r te F necnarC .emoe ddepa’éagndal-regemtnu itilsé dans le monde sed tneatiolpxeags ontis lecori taf eseétp icil’agrar lssemandinsdaa lridés vesed épo dnocetiudes parcet donc ca eua xleel.sF t enemînrant es,rap stiudorp sedandad’épons ratiemtndr-eédobeg( arg ( niénre: senccoec ,odxu ,esm-neprésent)le plus sèr reds rtlgses : ictelo-ghomoed noitaiudorp sibfa, tsntua qleti éedb uoliil eà l’hectare, balgasia ,enesbd ecvee , ntfoinatrmc. Dublidu pion secaftiel sna ss ontiipcresprs juot sap tnos enpectées.ours res..de poup eauce, bornn aaGedl ni ela plas an dous ednaL sed selbasans les lture. D nomonucec stee sesfaur garndraigérp noon s ertocelgairumenc mo (po PACque litimirp selal ed seav sutfae qur oi suop ul.s..I laïs depuis 20 anssia tne euqm udceareslle nnncod iuq setcesni xvear les dntneon eter-la ayprel deumie,sésa la tnosart .)en slIélr inimésitou pocnr( lae top pon humaiimentatique rtfoaï mlee luc es snad evitrédaes ps esteuruaat t’dul stnp desmae .Lïspra filotaré noic eds foreuses dans el spésie tajbm tse enuhcetuqinanépgedaér an ie-éapdnerp raa ive consistant à r2 erbmete’uQ 210ep S # eéaadgn? ’Lirnee qust-cépan’un enaunle euctlruurd’hui le. Aujob se nei secmirpt anusple quétn’gnet éol tté )novées éleplusmps uq sïam el ruop traut ou turpoe es à liénatu la ealerd uterc luucodé so elaouot tn-lac sruéeivÉpandages aériens :
de la contestation aux solutions !

s.en suctl red sozaires su parasit (esstpeidic, esp stotyhinasriatptère des produinoo uap réhilocs lee tresqu aa"ul à sénnoc re "es..icidesti.) dcidiehbrofgnse ,
spositifr des diru eted sedm seispulu penlldet eénnus sueisa sr pes les /ous et socN uoed.sitics ler sus detu’éneiréa segadnapéganeec sedl auqalité et la survnesiel tga secnedes ’a l ?irs Lel aadsnart-éfédATMOion avai, trcnal-liea’l ed essra, irs éeblemd euQentron mens teenétisoregnad al t devudess ét. Ceri enoudtnc areiouà eptrn nos paid stceressael ropéennesives eur uoctnar ,amsia selbiaF t sed es::s cera’é das Ptaoiavul sni nedctioterantrens ebus nats secmihcueiqals s ore qued serhcrehcses cientifi ques récs rucasti’pmted ien aérdageépanadnepeC .sniarevris deé ntsaa len s’dni sed soz pointonnt, nous set:: :opminatr tess rèrtceuditonclrs cns susiootsnsnatl ueq eunecuaur c à’a nibma tnoac ,sëugrer un lien de c eojrup uédomtntrenépe odisd’e s-uatilalc é riancide «i limences rutieéastnl aec t ee" nueiqhnnesérp enu’uq etaérienne est intreidets ua fisc icrt 1lequ4 lae lup irévt-as noi )id/8EC/9212°00on ans se dasposppolevéd el ceva(ne blradut enem septscitaoi nedpatible ides comr entaleorueneépute isile ivunà iD aL :: evitcer nrseusi. uxeaivorép tuep ulneà iresntradroi au sneimes nelboc t’é dndpaesagér a sL?sed césioisnpéennes bafouéeo-ur eesivctredi 4gro.ecnarf-omtww.a:/wh! psur no samitfnrod i’n.iousPlré putcapicned eel tirp icte-menplus strpsceet rri e àertic- don eesx auu ted ennimiit-uon croissante de srpdoiustd naeg00(2u eaE)/C600/lle tse issua emenémal-ellee : enu p ôroretenp p ereséral eo fl es cit se»ntur s aiDertcse .::L e sur l’ive cadr ed euqsir nu a eontiraioérét«doi nnitalémi t’det dune a fade lEC)En eostnc alOiseaux (79/409/tcep seé racy lie-irntmeas pes rse ,icétiDerel snéfaces préstes/34/29( te )EEC Hesivcttstai-ab sites N sur des fiugertnapdnga enc ienidvuu es d .00A ::ruta02 artai: Ce». :mentnoenvnril e’ éte’é lar pesnér-cenoc senummoc sentement aérien es tomni soctûue,xes lra temittsen ua .los eL iartas pnt pd’inlus -éinocvnq eunesttraînncols’ique sérp en eiaretnetcrel seà r seepions rec précautuœ n ervim ee es cffi téul letdia tads nouqser sité dcilia fans l te elicaf sulp es Le.idap ruspl te gnaduerep ese d dlaerivtésiru eedtsurtcirece d’une agricultceps noirialucat lst eIlssrexp’eintsdaimno .aritndéeommar l’s paspretuecltcue ur enuirgap iu ruotout celt avant moab tsen toerc isma, nssopoopy suon suon iouqr pouoilàe. Vliqup bunaétals uo rchfi a lnichtee B ed euqorC reya sujp auu Deet drP-oic sn toethcuxreej résetan d’l s uaetra(22 ., 27, 43) à l’hrozino2 10.5O ,rsel ruop euqixotuaaqs meisanrg oe tneptuse ,ituqff etes eer draîntsepdiciemma ,tné isr papue érlvrpcési evaoisn ,t «très qu’il essra tcue los uosentsitem tra part xua senemetiar pls-intblraféré getmr eoprul e’s néfastes à lonitau»euqseL.art irnvneonen-maqt s rèt detricct sseepelr ol n tesret au fil, esivtartsinimda selgers étaies derni s ?iSc téairne ces eastos lussésinad tnelaérgmenl’au et entsnaecsec nod atita lnsdas decitimila sel ,erutan reprodublème de ffnordmetcoi,ne esdieu n, rslama ,se-orpoloruqigseg ..l nrmeuoev comentsent menc sed tneseinolocilbe’a dc.ets leses na soprua tuant s’a" aquer vrp àrdneal esem e urs deo-prèmblà étluc ffiid al erlicutiar pen (m la eudcanialr t à emena-bléritéporenneoinUue nelriL’).ino stduboyba rgsiastnl er au pu s’opposirvo (nsréadnc el snad tes nob e-tivirecllanes aoruda p sed tid licu eerFan e,nciarre ,nap n-itruction sur le te )amsil ue rrtdaenl’roviseeue d ec iuqmenn,tne de la pimpliquee naptrarituqrees pnssar ieuliceuqimihc sedicit soi queelles qu eelnod f ça talpé srdna’L.eirgaltcue urt es90à % l arpniicapel uti-lisatrice dcitsep eiam sedichs les en-mgean erpstd eu staqient doivi s’auss,se tuaraidinreer aux jappli-que srcapsruopuel vitis técox ecllere t-iamineorlal’ag, à ertses vuop sel tnof euQe.ristduinl’à t evant la multiplovri suplbci sD? eesdet cos tanstaci noi seddutéienses lre l entatlbsté tnd siasséliranées pdee s-ilitu’ég noitant le mêst souvetn ,lie tupsiasntcaess fesriabbol d ybselleL.)rtieu paes osoirorivsnp tcoireidnt ies dirvo aurop sècorp te snolia f laula -citet Cruiser dont noP ,ohcgéR tneitist enas(ces det ssncealv uq iecta aff es int ll à eniaetnalp ae sspat gra lde.e nlgboladni’l tneilbuo niois vleabnspeisrèse fiilap roi nes elisécia- spéx,ria lm-cotipéivit ,ét enutsegi-lées par le rednmene t àottup nigaors s ontisaelocirgabunbo ,sue cme q deselui .eLO MGnaed srg oteanpla lur ssevitca serèit-aaintst mil eont )ld eossnl uadt eckcoe pteffl’ne smoc nerpap dsieurs mn de plubmniiaosatli( ocmoh’l icoitagoloreièulég’iquus.Jiaet ertn eemtnun pn d’it drodutrofr sesisénat-e surhe àtee de nopisitnoi rrces nous me" anti l.trOp-ca’dmiue lvé qprouest tsys erètcarac euiodpru dueiqémca ted sa uoctn, par exabeillesoc nulcnlpmeo ,ea n’s paqut l ’i’un e quuit prodpalpse te nqiéugebaroene- ses d ,secnemsap cnodenant établit qui’ lumtl-ilpeil noa vici fitéal nE .eua térp txetAgir sur le terrain : Losse (Landes) - 29 août 2012

Mercredi 29 août à 6 h 30 du matin, une quarantaine de personnes, associa-
tifs, élu/es, opposants en tout genre aux épandages aériens, encadrés par
une demi-douzaine de gendarmes, s’est rassemblée au cœur du Gabardan
à Losse.
Une parcelle, située tout près d’une lagune, était concernée par un
épandage de Coragen
sur les maïs doux, où prolifèrent deux papillons, des
pyrales et des sésamies.
Rappelons que le Coragen est dangereux pour les abeilles et hautement
toxique pour les organismes aquatiques à long terme.
L’action était lancée collectivement par des associations
(Amis de la terre
40, Sepanso40, Civam Bio, A"ac landes Côte sud, Indecosa CGT, la Confédé-
ance Libertés), et par
Europe Ecologie - Les
(De gauche à
r
V
a
e
t
r
i
t
o
s
n
.
paysanne, Terre active, Fr
Pe
g
y Kançal, drBoeirtne)a r-d LPeés réé l,u /eMs ari
E
e -LBVov

ép r(eéts eMntos:-
nique De Marco, hors photo)
EE - LV reste le seul parti ayant pris publiquement position contre les épan-
dages aériens de pesticides et mené des actions politiques locales, régionales,
nationales et européennes.
Tous se ba"ent depuis longtemps
contre les pesticides et pour les alternatives
de lu!es biologiques
et tous entendaient profiter de ce"e nouvelle journée
d’épandages aériens pour redire leur opposition à ce mode de traitement des
cultures. Et le
mode aérien ne fait qu’amplifier ces risques en dispersant tou-
jours plus de pesticides dans l’environnement
.
Tout d’abord annulés, les épandages ont finalement étaient effectués en fin
d’après-midi, bien à l’abri des regards des associations qui n’ont pu que déplorer

une telle a"itude de la part des donneurs d’ordre et de la société d’hélicoptères.
Les alternatives aux traitements chimiques de la pyrale
Les trichogrammes
Dans la nature l’atout maître des
dé-
famille des guêpes (
voir encadré
). Les trichogram des
fenses naturelles
des espèces et varié- mes sont
tés est la
diversité
. On peut les disséminer à la main dmiiecnrso -dhey lma éfnaompitlèlree sd es Tcrhicalhcoi--
dans les champs (4 à 5 heures à grammatida On en connaît
C’est en général dans les lieux de
forte
l’hectare) mais l’
épandage par héli-
e.
concentration animale ou végétale

coptère est également possible
. actuellement environ 200 es-
que se déclarent les maladies ou que pèces. Leur taille est souvent
prolifèrent les prédateurs. L’utilisation des trichogrammes est inférieure au millimètre.
sans danger pour les personnes et
La
monoculture en grandes surfaces

l’environnement
. Leur utilisation sur La larve des parasites de ce
est la première cause de la proliféra-diff érentes cultures se pratique depuis ltoypppe,e àd ilt’ inotoérpiehuarg e,d e sle’ œudfé vde-
tion des prédateurs du maïs dont la une vingtaine d’années. l’insecte-hôte, dont l’ b e
pyrale. em ryon
C’est donc dans un
changement de
Il représente un
coût supérieur aux
emsto itnusé pàré un e mdoe lmae vnite lpalruvs aiorue
système de cultures et de pratiques épandages aériens, mais l’argument
coc
agricoles que réside la première solu- financier doit s’effacer devant le prin-
du parasitoïde.
tion. cipe constitutionnel de précaution
.cLoesm trmiec haoggerantms mdees sluon" te utbiilisléos-
De plus la période actuelle se carac- o
Par ailleurs il existe un
traitement
térise par des
cours du maïs particu-
tgèirqeus e rcaovnatgree uprls,u sdieounrt s llaé ppiydroalpe-
efficace de type biologique : les tri- lièrement élevés
et les producteurs du maïs.
chogrammes
qui appartiennent à la touchent malgré tout les primes PAC.
Source : Wikipédia
Groupe Europe Ecologie - Les Verts au Conseil régional d’Aquitaine
3.

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents