40 pages
Français

La HAS participe à la Semaine Médicale de Lorraine du 17 au 19 novembre 2008.

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Documents Programme de la Semaine de Lorraine 2008 (2,54 Mo) Mis en ligne le 08 oct. 2008 Faculté de Médecine de Nancy - Université Henri Poincaré. Interventions et présence sur le stand des : - Dr Jacques Birgé, CMRE HAS - Dr Elisabeth Steyer, correspondante HAS De nombreuses communications seront faites sur les thèmes des recommandations professionnelles et de l'EPP Mis en ligne le 08 oct. 2008

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 19 novembre 2008
Nombre de lectures 46
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Conférences à la Faculté
Stages hospitaliers au CHU
e43
Semaine
Médicale
de Lorraine
du lundi 17 novembre
au vendredi 21 novembre 2008
Faculté de Médecine
Nancy Université - Université Henri Poincaré
Département de Formation Permanente
N° d’agrément de formation : 41/54/P004354
FORMATION
Vive la «S’maine» !La Semaine Médicale de Lorraine
Permettre et favoriser les rencontres et échanges entre médecins, toutes formes est organisée par :
d’exercice confondues, et professionnels de santé participant à des réseaux de soin,
* le Département de Formation Permanente de la Faculté de Médecine de Nancy correspond à l’un des buts de la Semaine Médicale de Lorraine.
(Nancy Université - Université Henri Poincaré)
N° d’agrément de formation : 41/54/P004354
L’une de ses particularités, souvent relevée, est aussi de contribuer à mieux
faire connaître les expériences professionnelles dites « de terrain » présentées à côté et en collaboration avec :
non « en opposition » à des présentations de communications relatives à des « référentiels »
* le CHU de Nancy devenus tellement évidents après avoir franchi l’Atlantique puis les fourches caudines
* le Centre Alexis Vautrin de Nancy de l’évaluation par les preuves scientifques « Evidence-Based Medecine ». Chacun
* le Centre de Médecine Préventive de Nancy
d’entre nous sait combien l’exercice de la médecine est (et restera, nous l’espérons) un * la Haute Autorité de Santé (HAS)
Art !* l’Hôpital d’Instruction des Armées Legouest de Metz
* le Département de Médecine Générale de la Faculté de Médecine de Nancy
* la Faculté de Chirurgie Dentaire de Nancy La Médecine évolue non seulement en fonction des progrès de la recherche
* l’Institut Régional de Médecine Physique et de Réadaptation Louis Pierquin de Nancy d’autres moyens diagnostiques et thérapeutiques, mais aussi en fonction des régressions
* l’Association des Anciens Étudiants de la Faculté de Médecine de Nancy
sociales de nos concitoyens. La pauvreté, la précarité, le contact avec l’indigent, la main Amis du Musée de la Faculté de Médecine de Nancy
tendue à l’exclu pour essayer de l’aider, voilà des situations cliniques aussi anciennes * le Conseil Régional de Formation Continue de Lorraine
* le Service Médical de la Région Nord-Est (CNAM-TS) que l’exercice de la médecine, mais tellement d’actualités. Monsieur le Professeur Jean
* le Conseil Régional de l’Ordre des Médecins de Lorraine Marie Gilgenkrantz nous a fait le grand honneur d’accepter de présenter la conférence
* le Conseil Départemental de l’Ordre des Médecins de Meurthe et Moselle inaugurale sur ce thème « Accès aux soins et précarités ; expérience de Médecins du
* le Conseil Départemental de l’Ordre des Médecins de la Moselle
Monde ».* le Conseil Départemental de l’Ordre des Médecins de la Meuse
* le Conseil Départemental de l’Ordre des Médecins des Vosges
* les Unions Professionnelles des Médecins Libéraux de Lorraine Une autre particularité de la « S’maine » est de contribuer à la rencontre et aux
* la Fédération Régionale des Associations de FMC de Lorraine (LORFORMEC) échanges entre des générations de médecins. Une enquête récente a permis de montrer que
* l’Association Médicale de Perfectionnement Post-Universitaire de Meurthe et Moselle (AMPPU 54) la distribution selon l’âge des participants à la « S’maine » est relativement homogène
* l’Association Médicale Meusienne de Formation Continue (AMMFC)
comme s’il existait une continuité entre formation initiale et formation permanente * l’Association Médicale de Moselle de Perfectionnement Post-Universitaire (AMMPPU 57)
sous couvert d’une fdélité d’année en année.* l’Association Médicale Vosgienne de Perfectionnement Post-Universitaire (AMVPPU 88)
* l’Association des Médecins Généralistes Enseignants de la Région Lorraine (AMGERL)
* l’Institut Médical de Santé au Travail de Lorraine (IMSTL) Cette fdélité reconnue par près de 500 inscrits plus de 3 jours, 600 participants
* les Médecins de l’Éducation Nationale de l’Académie de Nancy-Metz au moins 2 jours en 2007 est le résultat concret d’un succès assuré par près de 242
* l’Association des Médecins du Sport de Lorraine
conférenciers pour cette 43e édition 2008.* l’Association des Médecins Biologistes de Lorraine
* l’Association des Médecins des Départements d’Information Médicale de Lorraine
* le Collège des Médecins Internistes Lorrains Qu’il me soit permis de remercier tous les membres du Comité d’Organisation,
* l’Association des Visiteurs Médicaux de Lorraine toutes celles et ceux qui ont participé à l’élaboration de ce programme que nous espérons
* l’Association pour la Formation Permanente en Radiologie le plus près possible de vos souhaits exprimés lors de l’évaluation 2007.
* la Formation Médicale Continue des Hôpitaux Privés de Lorraine
* l’Association Luxembourgeoise pour la Formation Médicale Continue (ALFORMEC)
* ONCOLOR Bonne « S’maine » 2008.
* le Service Médical de la Mutualité Sociale Agricole (MSA)
* l’Association Lorraine de Santé en Milieu du Travail (ALSMT) Hervé Vespignani pour le Comité d’Organisation.
Vive la «S’maine» !
Permettre et favoriser les rencontres et échanges entre médecins, toutes formes
d’exercice confondues, et professionnels de santé participant à des réseaux de soin,
correspond à l’un des buts de la Semaine Médicale de Lorraine.
L’une de ses particularités, souvent relevée, est aussi de contribuer à mieux
faire connaître les expériences professionnelles dites « de terrain » présentées à côté et
non « en opposition » à des présentations de communications relatives à des « référentiels »
devenus tellement évidents après avoir franchi l’Atlantique puis les fourches caudines
de l’évaluation par les preuves scientifques « Evidence-Based Medecine ». Chacun
d’entre nous sait combien l’exercice de la médecine est (et restera, nous l’espérons) un
Art !
La Médecine évolue non seulement en fonction des progrès de la recherche
d’autres moyens diagnostiques et thérapeutiques, mais aussi en fonction des régressions
sociales de nos concitoyens. La pauvreté, la précarité, le contact avec l’indigent, la main
tendue à l’exclu pour essayer de l’aider, voilà des situations cliniques aussi anciennes
que l’exercice de la médecine, mais tellement d’actualités. Monsieur le Professeur Jean
Marie Gilgenkrantz nous a fait le grand honneur d’accepter de présenter la conférence
inaugurale sur ce thème « Accès aux soins et précarités ; expérience de Médecins du
Monde ».
Une autre particularité de la « S’maine » est de contribuer à la rencontre et aux
échanges entre des générations de médecins. Une enquête récente a permis de montrer que
la distribution selon l’âge des participants à la « S’maine » est relativement homogène
comme s’il existait une continuité entre formation initiale et formation permanente
sous couvert d’une fdélité d’année en année.
Cette fdélité reconnue par près de 500 inscrits plus de 3 jours, 600 participants
au moins 2 jours en 2007 est le résultat concret d’un succès assuré par près de 242
conférenciers pour cette 43e édition 2008.
Qu’il me soit permis de remercier tous les membres du Comité d’Organisation,
toutes celles et ceux qui ont participé à l’élaboration de ce programme que nous espérons
le plus près possible de vos souhaits exprimés lors de l’évaluation 2007.
Bonne « S’maine » 2008.
Hervé Vespignani pour le Comité d’Organisation.lundi 17 novembre lundi 17 novembre1
MATIN (1)
9h - 9h45 Conférence à la carte d’information 10h - 10h45 Conférences à la carte de formation
A Guide des antiagrégants et anticoagulants en cardiologie. C Prise en charge de l’infection par le VIH en médecines de ville : les recommandations.
Dr M. ANGIOÏ Pr T. MAY
Objectifs : -Défnirlesmissionsdesmédecin sdeville:compétence,formation,valorisati on.
- Savoir s’impliquer dans le dépistage de l’infection par le VIH.9h - 9h45 Conférences à la carte de formation
- Savoir s’impliquer dans la prévention et le traitement de l’infection par le VIH.B Incrétines : une stratégie originale dans la prise en charge du diabète de type 2.
D Interprétation de l’hémogramme. Pr B. GUERCI
Dr JF. LESESVE
Objectifs : - Connaître les sites principaux d’action des incrétines.
Objectifs : - Analyser un hémogramme.
-Citerles4ef fetsbénéfquesessentielscliniquesetbiologiquesdesincrétines. - Préciser les artéfacts et variations physiologiques.
-Identiferlesef fetsindésirablesmajeurs. -Connaîtrelesprincipalesconduitesàtenirdevantuneanomaliepathologique.
- Savoir positionner les deux classes thérapeutiques des incrétines dans la stratégies du diatèbe de type 2.
E Place du médecin libéral dans la prise en charge du syndrome septique graveC Les céphalées de nuit.
(«Surviving Campain Sepsis»). Pr H. VESPIGNANI
Dr S. ALBIZZATI
Objectifs : - Reconnaître les céphalées urgentes. - Classer les étiologies. Objectifs : -Défnirlesyndromeseptique.
- Comprendre la physiopathologie. - Préciser le traitement. -Reconnaîtrelespatientsàrisquededévelopperunsyndromeseptiquegrave.
- Gérer un syndrome septique grave.D Les entérocoques résistant aux glycopeptides (ERG ou ERU) :
enjeux en médecine ambulatoire.
Pr C. RABAUD
Objectifs : -Connaîtrelesspécifcationsdes ERGauseindesautresbactériesmultirésistan tes.
-lesenjeuxdelaluttecontreladif fusiondecettebactérie.
- Savoir quel rôle peut prendre le médecin omnipraticien dans la lutte contre la diffustion de cette bactérie.
E Néphroprotection chez le sujet âgé et l’insuffsant rénal chronique
Cas clinique et conseils.
Pr L. FRIMAT - Dr E. STEYER
Objectifs : -Évaluersimplementetprécisém entlafonctionrénaledusujetâgé.
- Prescrire même si la fonction rénale est altérée.
- A voirlesbonsréfexesfaceàunévénementimprévuchezl’insuffsantrénalchronique.
F Place du médecin libéral dans la flière de prise en charge en urgence
de l’AVC. SROS IIIe génération.
Dr S. ALBIZZATTI - Dr S. RICHARD
Objectifs : -Connaîtrelaflièrepréhospitaliè redes A VC(SROSur gencesneurovasculaires ).
- Qui alerter en cas d’AVC ?
- Que faire en attendant les secours d’urgences devant un AVC ?
10h - 10h45 Conférences à la carte de formation
A Quelles sont les causes des crises épileptiques et des épilepsies ?
Pr H. VESPIGNANI
Objectifs : - Distinguer crises épileptiques et épilepsies.
-Défnirfacteursdéc lenchantsetfacteursfavorisantsdescrises.
- Classer les étiologies, des épilepsies.
B Les conduites suicidaires sont-elles une entité clinique autonome ?
Pr JP. KAHN
Objectifs : - Connaître les orientations de recherche actuelles dans la neurobiologie du suicide.
- Savoir rechercher une suicidalité en dehors d’autres pathologies psychiatriques.
- Connaître les facteurs prédisposants de personnalité et le rôle des événements de vie
danslepassageàl’actesuicidaire.
13h00 - Déjeuner par traiteur sur place à la Facultélundi 17 novembre lundi 17 novembre 2
MATIN (2)
9h - 9h45 Conférence à la carte d’information 10h - 10h45 Conférences à la carte de formation
A Guide des antiagrégants et anticoagulants en cardiologie. C Prise en charge de l’infection par le VIH en médecines de ville : les recommandations.
Dr M. ANGIOÏ Pr T. MAY
Objectifs : -Défnirlesmissionsdesmédecin sdeville:compétence,formation,valorisati on.
- Savoir s’impliquer dans le dépistage de l’infection par le VIH.
- Savoir s’impliquer dans la prévention et le traitement de l’infection par le VIH.
D Interprétation de l’hémogramme.
Dr JF. LESESVE
Objectifs : - Analyser un hémogramme.
- Préciser les artéfacts et variations physiologiques.
-Connaîtrelesprincipalesconduitesàtenirdevantuneanomaliepathologique.
E Place du médecin libéral dans la prise en charge du syndrome septique grave
(«Surviving Campain Sepsis»).
Dr S. ALBIZZATI
Objectifs : -Défnirlesyndromeseptique.
-Reconnaîtrelespatientsàrisquededévelopperunsyndromeseptiquegrave.
- Gérer un syndrome septique grave.
11h - 12h45 Séances thématiques de formation
1 Prise en charge de l’obésité massive.
Dr N. REIBEL
Objectifs : - Quels patients faut-il traiter et pourquoi ?
- Place du traitement médical, indications et résultats.
- Place du traitement chirurgical : rappel des principes des différentes interventions de chirurgie
bariatrique, indications et résultats.
- Effets du traitement de l’obésité sur les maladies associées : diabète, HTA, apnée du sommeil..
- Rôles du médecin traitant dans la prise en charge multidisciplinaire de l’obésité massive.
2 Troubles anxieux – exemple de trouble obsessionnel compulsif (TOC) chez
l’enfant et l’adulte.
Prise en charge du trouble anxieux : recommandations de l’HAS. Pr R. SCHWAN
Diagnostic et prise en charge des TOC chez l’enfant. Dr F. BOURGUIGNON
Spécifcité de la prise en charge des TOC à l’adolescence. Dr F. LIGIER
Les rituels et les TOC chez l’enfant : du normal au pathologique. Dr B. KABUTH
Objectifs : - Diagnostic des troubles anxieux.
- Prise en charge psychothérapique des troubles anxieux.
ge pharmacologique des troubles anxieux.
3 L’hyperparathyroïdie primaire.
Pr G. WERYHA - Pr L. BRUNAUD - Pr M. KLEIN - Dr M. RANCIER
Objectifs : -Conduiteàtenirdevantunehyp ercalcémie.
- Diagnostiquer et évaluer le pronostic d’une hyperparathyroïdie primitive.
- Faire le bilan des complications.
- Chirurgie vidéo-endoscopique.
11h - 12h45 Atelier de formation
4 Prise en charge du tabagisme (3 ateliers tournants)
Atelier 1 : Tabagisme : réduction de consommation et abstinence temporaire. Pr Y. MARTINET
2 : Prise en charge de la femme enceinte fumeuse. Dr N. WIRTH
Atelier 3 : Traitements et prise en charge du sevrage tabagique. Dr A. BOHADANA
Objectifs : - Proposer une prise en charge du tabagisme chez les patients récalcitrants.
- Connaître les particularités du sevrage tabagique chez la femme enceinte.
- Proposer une prise en charge du sevrage tabagique en complément de la prescription médicamenteuse.
13h00 - Déjeuner par traiteur sur place à la Facultélundi 17 novembre3 lundi 17 novembre
APRÈS-MIDI (1)
14h30 - 15h15 Conférences à la carte de formation 1 14h00 - 17h00
A La chirurgie après amaigrissement important.Travail et troubles psychiatriques
Dr J. GOSSET
Objectifs : - Connaître les conséquences morphologiques d’un amaigrissement important.
Dr C. MARTIN - Dr MC. VIGNAUD - Savoir poser les indications de la chirurgie correctrice de l’abdomen, des seins et des membres
après un tel amaigrissement.
- Connaître les risques et les complications potentiels de tels gestes chirurgicaux.
B Pourquoi et comment arrêter un hypnotique ?1- Rappel sémiologique des principales pathologies psychiatriques.
Dr JL. SCHAFF
Pr JP. KAHN
Objectifs : - Connaître les risques en rapport avec la prescription d’un hypnotique.
- Préciser les indications d’arrêt d’un hypnotique.2 - Le salarié atteint de troubles psychotiques au travail : salarié traité stabilisé,
- Déterminer les modalités de l’arrêt thérapeutique.
salarié décompensé en entrant dans la maladie. C Oedèmes et faux oedèmes des paupières.
Pr JL. GEORGE Dr JP. PAREJA
Objectifs : - Évaluer un oedème palpébral pathologique par rapport aux poches banales.
3 - Reprise de travail. Contre-indications formelles à certains postes de travail ? - Discerner les facteurs de gravité et d’urgence.
- Comprendre le choix des examens complémentaires éventuels. Dr F. BOQUEL
D La germectomie des dents de sagesse : Indications, contre-indications et complications.
4 - Expérience des consultations de pathologie professionnelle. Pr P. BRAVETTI
Objectifs : - Préciser les indications. Dr F. BOQUEL
- Connaître les contre-indications.
-Conduiteàtenirencasdecomplications.
Objectifs : - Reconnaître les symptomes psychotiques.
-Connaîtrelescontre-indicationsàlareprisedutravailetaumaintiendutravail. 15h45 - 16h30 Conférences à la carte de formation
- Mettre en place le suivi au travail entre médecin traitant et médecin du travail.
A Contraception-grossesse et épilepsies.
Dr L. MAILLARD - Dr O. THIBAULTGEORGES
Objectifs : - Connaître les intéractions anti-épileptiques et oestroprogestatifs.
- Que dire ou que faire en cas de désir de grossesse et de grossesse ?
14h30 - 17h00 Séances thématiques de formation B L’apport du Centre antipoison et de toxicovigilance à la pratique médicale
2 Suspicion de surdité chez l’enfant – Que faire ? quotidienne : Situations concrètes et cas cliniques.
Dr B. MONTAUT-VERIENT Dr J. MANEL - Dr M. KASSEM - Dr H. KASSEM - Dr G. GROB
Objectifs : - Connaître les signes d’appel et facteurs de risque.
Objectifs : - Aideràlapriseenchar geimmé diatedesintoxicationsvolontairesouaccident elles.
- Préciser les moyens de dépistage et de diagnostic -Savoiridentiferuneintoxicationparlemonoxydedecarbone,connaîtrelesrisquesde
-Conduiteàtenir
séquelles possibles et la prise en charge adaptée.
- Aspects orthophoniques, psychologiques.
-Savoirétablirunerelationentreunsymptômeetuneexpositionàunxénobiotique.
C Diabète de type 2 : comment atteindre la double cible HbA1c et poids ?3 Maladies systémiques infammatoires : quand y penser en médecine générale,
Pr O. ZIEGLER quand «passer la main» ?
Objectifs : - Connaître les effets des médicaments antidiabétiques sur le poids.
Pr JD. DE KORWIN - Pr A. AUBRÈGE - Pr G. FAURE - Choisir le médicament andiabétique le plus adapté chez le patient diabétique et obèse, en fonction
du stade évolutif du diabète. Dr M. MAIGNAN - Dr D. IBBA-MULLER - Pr MC. BÉNÉ
-Optimiserletraitementàlafoispourlecontrôleglycémiqueetpourlecontrôlepondéral.
Objectifs : - Citer les principales maladies systémiques et leurs caractéristiques. D Prise en charge de l’asthme aigu grave.
- Énumérer les situations cliniques et biologiques évocatrices.
- Connaître la valeur diagnostique des auto-anticorps. Pr F. CHABOT
-Indiquerlescritèresdegravitéoud’ur gencequidoiventinciterà«passerlamain»auspécialiste.
Objectifs : -Commentidentiferlespatients àrisque.
- Sur quels signes faire le diagnostic d’asthme aigu grave.
-Conduiteàtenir .lundi 17 novembre lundi 17 novembre 4
APRÈS-MIDI (2)
14h30 - 15h15 Conférences à la carte de formation 1 14h00 - 17h00
A La chirurgie après amaigrissement important.
Dr J. GOSSET
Objectifs : - Connaître les conséquences morphologiques d’un amaigrissement important.
Dr C. MARTIN - Dr MC. VIGNAUD - Savoir poser les indications de la chirurgie correctrice de l’abdomen, des seins et des membres
après un tel amaigrissement.
- Connaître les risques et les complications potentiels de tels gestes chirurgicaux.
B Pourquoi et comment arrêter un hypnotique ?1- Rappel sémiologique des principales pathologies psychiatriques.
Dr JL. SCHAFF
Pr JP. KAHN
Objectifs : - Connaître les risques en rapport avec la prescription d’un hypnotique.
- Préciser les indications d’arrêt d’un hypnotique.2 - Le salarié atteint de troubles psychotiques au travail : salarié traité stabilisé,
- Déterminer les modalités de l’arrêt thérapeutique.
salarié décompensé en entrant dans la maladie. C Oedèmes et faux oedèmes des paupières.
Pr JL. GEORGE Dr JP. PAREJA
Objectifs : - Évaluer un oedème palpébral pathologique par rapport aux poches banales.
3 - Reprise de travail. Contre-indications formelles à certains postes de travail ? - Discerner les facteurs de gravité et d’urgence.
- Comprendre le choix des examens complémentaires éventuels. Dr F. BOQUEL
D La germectomie des dents de sagesse : Indications, contre-indications et complications.
4 - Expérience des consultations de pathologie professionnelle. Pr P. BRAVETTI
Objectifs : - Préciser les indications. Dr F. BOQUEL
- Connaître les contre-indications.
-Conduiteàtenirencasdecomplications.
Objectifs : - Reconnaître les symptomes psychotiques.
-Connaîtrelescontre-indicationsàlareprisedutravailetaumaintiendutravail. 15h45 - 16h30 Conférences à la carte de formation
- Mettre en place le suivi au travail entre médecin traitant et médecin du travail.
A Contraception-grossesse et épilepsies.
Dr L. MAILLARD - Dr O. THIBAULTGEORGES
Objectifs : - Connaître les intéractions anti-épileptiques et oestroprogestatifs.
- Que dire ou que faire en cas de désir de grossesse et de grossesse ?
14h30 - 17h00 Séances thématiques de formation B L’apport du Centre antipoison et de toxicovigilance à la pratique médicale
2 Suspicion de surdité chez l’enfant – Que faire ? quotidienne : Situations concrètes et cas cliniques.
Dr B. MONTAUT-VERIENT Dr J. MANEL - Dr M. KASSEM - Dr H. KASSEM - Dr G. GROB
Objectifs : - Connaître les signes d’appel et facteurs de risque.
Objectifs : - Aideràlapriseenchar geimmé diatedesintoxicationsvolontairesouaccident elles.
- Préciser les moyens de dépistage et de diagnostic -Savoiridentiferuneintoxicationparlemonoxydedecarbone,connaîtrelesrisquesde
-Conduiteàtenir
séquelles possibles et la prise en charge adaptée.
- Aspects orthophoniques, psychologiques.
-Savoirétablirunerelationentreunsymptômeetuneexpositionàunxénobiotique.
C Diabète de type 2 : comment atteindre la double cible HbA1c et poids ?3 Maladies systémiques infammatoires : quand y penser en médecine générale,
Pr O. ZIEGLER quand «passer la main» ?
Objectifs : - Connaître les effets des médicaments antidiabétiques sur le poids.
Pr JD. DE KORWIN - Pr A. AUBRÈGE - Pr G. FAURE - Choisir le médicament andiabétique le plus adapté chez le patient diabétique et obèse, en fonction
du stade évolutif du diabète. Dr M. MAIGNAN - Dr D. IBBA-MULLER - Pr MC. BÉNÉ
-Optimiserletraitementàlafoispourlecontrôleglycémiqueetpourlecontrôlepondéral.
Objectifs : - Citer les principales maladies systémiques et leurs caractéristiques. D Prise en charge de l’asthme aigu grave.
- Énumérer les situations cliniques et biologiques évocatrices.
- Connaître la valeur diagnostique des auto-anticorps. Pr F. CHABOT
-Indiquerlescritèresdegravitéoud’ur gencequidoiventinciterà«passerlamain»auspécialiste.
Objectifs : -Commentidentiferlespatients àrisque.
- Sur quels signes faire le diagnostic d’asthme aigu grave.
-Conduiteàtenir .mardi 18 novembrelundi 17 novembre5
APRÈS-MIDI (3)
17h - Inauguration offcielle
Amphithéâtre Lepois
Modérateur : Dr Rémi UNVOIS
Président de l’Union Régionale des Médecins Libéraux de Lorraine
« Accès aux soins et précarités ;
expérience de Médecins du Monde. »

Monsieur le Professeur Jean-Marie GILGENKRANTZ
19h30 :
Buffet dînatoire à la Faculté de Médecine
offert par le Département de Formation Permanentemardi 18 novembrelundi 17 novembre 6
MATIN (1)
9h - 10h45 Atelier de formation
1 Harcèlement au travail et arrêt de travail.Amphithéâtre Lepois
Dr G. BALTHAZARD - Dr F. BOQUEL - Dr E. PAGEL - Dr L. SIDO
Modérateur : Dr Rémi UNVOIS
Objectifs : - Rappel des signes cliniques du harcèlement au travail.
- Gestion de l’arrêt de travail.Président de l’Union Régionale des Médecins Libéraux de Lorraine
- Montrer la nécessaire collaboration et complémentarité du médecin traitant, médecin spécialiste,
médecin du travail, médecin conseil.
9h - 9h45 Conférences à la carte de formation
A L’échographie 3 D en gynécologie obstétrique : imagerie médicale ou
spectacle familial ?« Accès aux soins et précarités ;
Dr P. BASSNAGEL
Objectifs : - Comprendre la formation de l'image écho en 3D.expérience de Médecins du Monde. »
- Complémentarité avec l’imagerie classique 2D et intérêt médical.
- En connaître les aspects non médicaux.
B Contre-indications cardiovasculaires au sport.
Pr JF. BRUNTZ
Objectif : - Réduction de la mort subite du sportif.
C Le rôle primordial du médecin généraliste dans la prise en charge de
Monsieur le Professeur Jean-Marie GILGENKRANTZ pathologies vasculaires rétiniennes (diabète, occlusions veineuses).
Pr K. ANGIOÏ
Objectifs : - Importance de la prise en charge tensionnelle et glycémique.
- Rétinopathie diabétique.
- Occlusions veineuses rétiniennes.
D L’accès des handicapés au cabinet médical.
Dr R. UNVOIS
Objectifs : - Connaître les principes de la législation.
- Réaliser un audit de son cabinet.
-Construiresonprojetd’adaptation.
E Assoupissement au volant et accidents de la route. Comment explorer la
somnolence diurne excessive.
Pr H. VESPIGNANI
Objectifs : - Connaître les risques au volant en cas d’assoupissement.
- Détecter la somnolence diurne excessive.
- Hiérarchiser les examens complémentaires utiles.mardi 18 novembremardi 18 novembre7
MATIN (2)
10h - 10h45 Conférence à la carte d’information
A Actualités en rythmologie à l’usage du généraliste.
Pr E. ALIOT
10h - 10h45 Conférences à la carte de formation
B Entretien motivationnel.
Dr C. GILLET - Dr H. MARTINI - Mme S. CHARNIER - Dr F. RAPHAËL
Objectifs : - Base de l’entretien motivationnel.
- Appliquer ce style d’entretien et le champ de l’addiction.
C Comment gérer un refus de soins en fn de vie à domicile ?
Pr X. DUCROCQ - Mme F. CLAUDOT
Objectifs : - Connaître la législation relative aux refus de soins du patient.
-Cernerlesenjeuxéthiquesdurefusdesoins.
- Apprendreàgérercertainessituationsdiffcilesenfndevie.
D Équipe mobile de liaison gériatrique du CHU de Nancy -
Rôles et missions, liens avec le médecin traitant
Dr B. HANESSE - Dr I. GANTOIS - M. F. DORIDANT
Mme P. GÉRARDIN - Mme MF. JOB - M. SWITTNER - Pr A. BÉNÉTOS
Objectifs : - Présenter les rôles et missions de l’équipe mobile de liaison gériatrique du CHU de Nancy.
-D é v e l o p p e r l ’ i n t e r f a c e a v e c l e s m é d e c i n s t r a i t a n t s p o u r l e s p e r s o n n e s â g é e s à d o m i c i l e , e n i n s t i t u t i o n .
E Conduite à tenir devant un nodule thyroïdien en 2008.
Pr M. KLEIN
Objectifs : - Rappels des caractères des nodules suspects.
- Examens complémentaires utiles.
- Prise en charge thérapeutique.
10h - 12h45 Séances thématiques de formation
1 Tumeurs du système nerveux : pour une meilleure prise en charge entre la ville et l’hôpital.
Dr L. TAILLANDIER
Dr P. BEAUCHESNE - Dr V. BERNIER - Pr S. BRACARD - Mme H. BRISSART -
Mme L. CARNIATIO - Dr S. FOSCOLO - Dr S. FREPPEL - Mme E. GARAT -
Dr C. PINELLI - Mme C. SAADA - Pr JM. VIGNAUD - Dr J. VOIRIN
Les symptômes et leurs traitements spécifques.
Imagerie : quelques principes et beaucoup d’exemples.
La chirurgie (spécifcités neurooncologiques) et ses complications (biopsie et exérèse).
Neuropathologie et biologie moléculaire : aperçu général et perspectives.
La radiothérapie, la chimiothérapie et ses complications.
Le retentissement social.
L’organisation pratique du domicile.
Le concept de soins continus (aspects médicaux, psychooncologiques, éthiques et organisationnels).
Objectifs : - Mieux appréhender symptômes et signes en rapport avec les tumeurs du système nerveux et
les traitements de ces derniers.
-Mieuxappréhenderlesprincipesdestraitementsoncologiquesspécifques,leurscomplications
portentielles et la prise en charge de ces dernières.
- Établir un dialogue avec les conférenciers tous orientés vers la thématique et demandeurs 13h00 : Déjeuner par traiteur sur place à la Faculté
d’unretourformalisédespraticiensdevilleafnd’adapterenconséquenceleurspratiques.