21 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Langage, milieu social et conservation des quantités physiques. Etude comparative entre sourds profonds de naissance et entendants. - article ; n°3 ; vol.29, pg 267-285

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
21 pages
Français

Description

Enfance - Année 1976 - Volume 29 - Numéro 3 - Pages 267-285
L'article traite de la mise en place des invariants de substance, de poids et de volume chez des entendants et des sourds profonds de naissance interrogés selon une même technique et dans des conditions identiques de passation.
L'analyse qualitative des résultats permet d'isoler des types de réactions identiques dans les deux groupes de sujets, ce qui permet de conclure à l'identité de nature des structures du raisonnement logique concret chez les sourds et les entendants.
L'analyse quantitative révèle une certaine fixation des sourds au niveau intermédiaire.
D'après de telles données, il semblerait que le langage oral exerce un rôle catalyseur et régulant au niveau cognitif. Toutefois, il est difficile de dissocier l'influence du langage, en tant que tel, de celle plus générale du milieu environnant. Par exemple la plupart des sourds qui bénéficient d'un milieu stimulant ne restent pas « fixés » au niveau intermédiaire, bien que leur niveau de langage oral soit identique à celui de l'ensemble des sujets sourds de l'échantillon. D'où l'hypothèse selon laquelle le « retard » des sourds ne serait pas strictement lié à l'absence de langage oral elle-même, mais à l'attitude des sujets, attitude qui découlerait à son tour d'un environnement social beaucoup moins riche en incitations.
This article deals with how deaf and hearing children grasp the principle of conservation of substance, weight and volume. The children were tested under identical experimental conditions, using the same procedure.
Analysed qualitatively, the results reveal the same types of reactions in both groups, from which it can be inferred that the structures of concrete logical reasoning are of an identical nature in deaf and hearing subjects.
A quantitative analysis shows a tendency for deaf children to be classified at the transitory stage.
From these date, it seems that oral language plays a sort of catalytic and regulating part in the development of thinking.
However, it is difficult to separate the influence of oral language as such from the influence of environment. For instance, most deaf subjects who enjoy a stimulating environment can transcend the transitory stage, although their oral ability is on a par with that of the other subjects of the group.
Therefore, we can conclude that the « retardation » of deaf children may not be due to the lack of oral language itself, but to the attitude of these subjects, which attitude is a consequence of a poorly stimulating social environment.
19 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1976
Nombre de lectures 20
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Exrait

Marc Bartin
Langage, milieu social et conservation des quantités physiques.
Etude comparative entre sourds profonds de naissance et
entendants.
In: Enfance. Tome 29 n°3, 1976. pp. 267-285.
Citer ce document / Cite this document :
Bartin Marc. Langage, milieu social et conservation des quantités physiques. Etude comparative entre sourds profonds de
naissance et entendants. In: Enfance. Tome 29 n°3, 1976. pp. 267-285.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/enfan_0013-7545_1976_num_29_3_2616
Résumé
L
'
a
r
t
i
c
l
e
t
r
a
i
t
e
d
e
l
a
m
i
s
e
e
n
p
l
a
c
e
d
e
s
i
n
v
a
r
i
a
n
t
s
d
e
s
u
b
s
t
a
n
c
e
,
d
e
p
o
i
d
s
e
t
d
e
v
o
l
u
m
e
c
h
e
z
d
e
s
entendants et des sourds profonds de naissance interrogés selon une même technique et dans des
conditions identiques de passation.
L'analyse qualitative des résultats permet d'isoler des types de réactions identiques dans les deux
groupes de sujets, ce qui permet de conclure à l'identité de nature des structures du raisonnement
logique concret chez les sourds et les entendants.
L'analyse quantitative révèle une certaine fixation des sourds au niveau intermédiaire.
D'après de telles données, il semblerait que le langage oral exerce un rôle catalyseur et régulant au
niveau cognitif. Toutefois, il est difficile de dissocier l'influence du langage, en tant que tel, de celle plus
générale du milieu environnant. Par exemple la plupart des sourds qui bénéficient d'un milieu stimulant
ne restent pas « fixés » au niveau intermédiaire, bien que leur niveau de langage oral soit identique à
celui de l'ensemble des sujets sourds de l'échantillon. D'où l'hypothèse selon laquelle le « retard » des
sourds ne serait pas strictement lié à l'absence de langage oral elle-même, mais à l'attitude des sujets,
attitude qui découlerait à son tour d'un environnement social beaucoup moins riche en incitations.
Abstract
This article deals with how deaf and hearing children grasp the principle of conservation of substance,
weight and volume. The children were tested under identical experimental conditions, using the same
procedure.
Analysed qualitatively, the results reveal the same types of reactions in both groups, from which it can
b
e
i
n
f
e
r
r
e
d
t
h
a
t
t
h
e
s
t
r
u
c
t
u
r
e
s
o
f
c
o
n
c
r
e
t
e
l
o
g
i
c
a
l
r
e
a
s
o
n
i
n
g
a
r
e
o
f
a
n
i
d
e
n
t
i
c
a
l
n
a
t
u
r
e
i
n
d
e
a
f
a
n
d
h
e
a
r
i
n
g
s
u
b
j
e
c
t
s
.
A quantitative analysis shows a tendency for deaf children to be classified at the transitory stage.
F
r
o
m
t
h
e
s
e
d
a
t
e
,
i
t
s
e
e
m
s
t
h
a
t
o
r
a
l
l
a
n
g
u
a
g
e
p
l
a
y
s
a
s
o
r
t
o
f
c
a
t
a
l
y
t
i
c
a
n
d
r
e
g
u
l
a
t
i
n
g
p
a
r
t
i
n
t
h
e
d
e
v
e
l
o
p
m
e
n
t
o
f
t
h
i
n
k
i
n
g
.
H
o
w
e
v
e
r
,
i
t
i
s
d
i
f
f
i
c
u
l
t
t
o
s
e
p
a
r
a
t
e
t
h
e
i
n
f
l
u
e
n
c
e
o
f
o
r
a
l
l
a
n
g
u
a
g
e
a
s
s
u
c
h
f
r
o
m
t
h
e
i
n
f
l
u
e
n
c
e
o
f
environment. For instance, most deaf subjects who enjoy a stimulating environment can transcend the
transitory stage, although their oral ability is on a par with that of the other subjects of the group.
Therefore, we can conclude that the « retardation » of deaf children may not be due to the lack of oral
l
a
n
g
u
a
g
e
i
t
s
e
l
f
,
b
u
t
t
o
t
h
e
a
t
t
i
t
u
d
e
o
f
t
h
e
s
e
s
u
b
j
e
c
t
s
,
w
h
i
c
h
a
t
t
i
t
u
d
e
i
s
a
c
o
n
s
e
q
u
e
n
c
e
o
f
a
p
o
o
r
l
y
s
t
i
m
u
l
a
t
i
n
g
s
o
c
i
a
l
e
n
v
i
r
o
n
m
e
n
t
.