Les pharmacies Art Nouveau à Nancy - article ; n°335 ; vol.90, pg 387-394

-

Documents
10 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Revue d'histoire de la pharmacie - Année 2002 - Volume 90 - Numéro 335 - Pages 387-394
« Art Nouveau » pharmacy shops in Nancy.
At the beginning of the 20th century, an important artistic activity develops in Nancy. The « École de Nancy » transforms a provincial city into one of the metropolis of « Art Nouveau ». The pharmacists participate at the activity of their town and eight of them choose the new style for their pharmacy. In 1902, Rosfelder is the first to modify his shop, and later, Jacques, Delidon, Mouzin, Godfrin brothers, Monal and Fandre, before, during and after the First World War, have a same step. For the ornament, the artists use plants derived from local medicinal flora. « Art Nouveau », adept of curves, appears to be ideal to symbolize vegetable kingdom. In these pharmacy shops, fine arts join materia medica.
Dans les années 1900, une activité artistique hors du commun se développe à Nancy. L'École de Nancy parvient à faire d'une cité provinciale l'une des capitales de l'Art Nouveau. Comme de nombreuses professions libérales, les pharmaciens sont introduits dans les sphères actives de la bourgeoisie qui défend son École. Huit d'entre eux adoptent le nouveau style pour leur officine. Antoine Rosfelder est le premier à faire intervenir un artiste de l'École de Nancy en 1902, au 12 rue de la Visitation. Victor Jacques transfère sa pharmacie à l'angle des rues Jeanne d'Arc et de la Commanderie, en 1903, et charge l'architecte Bentz de sa réalisation. Emile Delidon crée son officine 20 rue Saint-Dizier en 1906. Majorelle exécute le mobilier. Alfred Mouzin, qui voulait lier son officine à sa maison, fait appel à Cayotte en 1909 pour leur construction. Celle-ci se trouve à l'angle de la rue du Colonel Renard et de l'avenue du Montet. Les frères Godfrin exerceront dans un décor Art Nouveau, dès 1912, 13 rue Gambetta, puis à partir de 1922, au Point-Central. En pleine guerre de 1914-1918, Ernest Monal transfère son officine du 6 rue des Dominicains au 38-40 de la même rue. Charbonnier en conçoit la façade et Majorelle le mobilier. Les bombardements de 1916 ayant presque totalement détruit la pharmacie du 4 rue du Faubourg Stanislas, son propriétaire Auguste Fandre chargera lui aussi les artistes de l'École de Nancy de la reconstruire en 1919. Ces artistes décorent ces pharmacies de plantes, dont l'essentiel est emprunté à la flore médicinale locale. L'Art Nouveau, adepte des lignes courbes, se prête parfaitement à la symbolisation du règne
8 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 2002
Nombre de visites sur la page 210
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Florence Leclerc
Pierre Labrude
Les pharmacies Art Nouveau à Nancy
In: Revue d'histoire de la pharmacie, 90e année, N. 335, 2002. pp. 387-394.
Citer ce document / Cite this document :
Leclerc Florence, Labrude Pierre. Les pharmacies Art Nouveau à Nancy. In: Revue d'histoire de la pharmacie, 90e année, N.
335, 2002. pp. 387-394.
doi : 10.3406/pharm.2002.5395
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/pharm_0035-2349_2002_num_90_335_5395