Mise au point de la Haute Autorité de Santé sur Mediator® - MEDIATOR DOCUMENT PREPARATOIRE AVISCT 2006
4 pages
Français

Mise au point de la Haute Autorité de Santé sur Mediator® - MEDIATOR DOCUMENT PREPARATOIRE AVISCT 2006

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Documents MEDIATOR DOCUMENT PREPARATOIRE AVISCT 2006 (31,05 Ko) MEDIATOR AVIS CT MAI 2006 (50,98 Ko) MEDIATOR AVIS CT NOV 1999 (407,71 Ko) Mis en ligne le 14 janv. 2011 A la suite d’informations parues ce jour dans la presse concernant l’évaluation de Mediator® par la Commission de la Transparence, la Haute Autorité de Santé tient à apporter les précisions suivantes. A la suite d’informations parues ce jour dans la presse concernant l’évaluation de Mediator® par la Commission de la Transparence, la Haute Autorité de Santé tient à apporter les précisions suivantes. Tout d’abord, la HAS rappelle que sa seule mission est de donner un avis aux pouvoirs publics sur les médicaments dans le cadre des procédures de remboursement des médicaments par la collectivité nationale disposant d’une autorisation de mise sur le marché (AMM). En ce qui concerne la spécialité Mediator, dans le cadre des compétences qui sont les siennes, la HAS s’est déclarée défavorable au remboursement de ce produit dans un avis du 10 mai 2006, publié sur son site internet *. Cet avis a maintenu l’avis de la Commission en date du 17 novembre 1999 qui concluait à un avis défavorable au remboursement de ce produit (service médical rendu insuffisant pour une prise en charge par l’assurance maladie). En ce qui concerne la procédure d’instruction de la Commission de la transparence, tous les médicaments évalués font l’objet d’un travail descriptif et analytique des données existantes et des informations disponibles avant l’examen en séance. Ce travail est exposé dans un document préparatoire rédigé par les services de la HAS. Dans le cas de Mediator, la note incluse dans le document préparatoire du 12 avril 2006, présentée de manière tronquée par l’édition de ce jour du Canard Enchainé comme révélant des informations dissimulées, fait état en réalité d’informations qui étaient déjà publiques à l’époque. Ces informations publiques portaient tant sur un médicament, Isoméride, qui n’est pas le Mediator que sur une observation espagnole de pharmacovigilance concernant l’interdiction d’utiliser le principe actif de Mediator dans le cadre de préparations magistrales ; interdiction en vigueur en France depuis 1996. Cette information avait d’ailleurs été reprise par la presse professionnelle, et en particulier, dans un article de la revue Prescrire (n° 264, septembre 2005). Pour Mediator, la HAS avait connaissance du fait que l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) s’engageait dans une réévaluation du rapport bénéfice/risque de ce médicament ; ce point est bien mentionné tant dans le document préparatoire du 12 avril 2006 (point de la note omis dans la reproduction du Canard Enchaîné) que dans l’avis définitif du 10 mai 2006. Enfin, la HAS est à la disposition de la mission d’enquête de l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) diligentée par Xavier Bertrand, ministre du travail, de l’emploi et de la santé et par Nora Berra, secrétaire d’Etat chargée de la santé. * Toutefois, la HAS n’a pas inscrit Mediator sur la liste des médicaments proposés au déremboursement dans sa communication du 19 octobre 2006 (annexe 4) dans l’attente des conclusions de la ré-évaluation du bénéfice/risque par l’Afssaps. (Précision du 13/01/2011) Mis en ligne le 14 janv. 2011

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 14
Langue Français
  
1 2
3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51
  
 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE
DOCUMENT PREPARATOIRE
 12 avril 2006  Suite à la demande du ministre chargé de la Santé et de la Sécurité Sociale, la commission réexamine la spécialité suivante :  MEDIATOR 150 mg, comprimé enrobé B/30 (CIP : 317 557-9) B/100 (CIP : 317 559-1)  Laboratoire SERVIER  Benfluorex (chlorhydrate de)  liste I  Date de l'AMM : 22/04/1987  Conditions actuelles de prise en charge : Sécurité sociale (35%) ; Collectivités  Motif de la demande :Réévaluation du service médical rendu par la spécialité  Note : Le benfluorex est un dérivé de la fenfluramine (ex–PONDERAL) et de la dexfenfluramine (ex-ISOMERIDE), deux anorexigènes amphétaminiques retirés du marché du fait d’effets indésirables graves : hypertensions artérielles pulmonaires et valvulopathies cardiaques. (ces effets secondaires sévères connus peuvent se manifester plus de 10 ans après la dernière prise) Le benfluorex est classé par l’OMS parmi les anorexigènes. Il est utilisé en France, hors AMM, comme traitement à visée amaigrissante. En Espagne, la survenue sous benfluorex de troubles cardiaques graves, semblables à ceux observés avec la fenfluramine et la dexfenfluramine, est à l’origine du retrait du marché des spécialités pharmaceutiques contenant du benfluorex en mars 2003. En juin 2005, l’agence espagnole du médicament a annoncé l’interdiction des préparations magistrales à base de divers produits amaigrissants, dont le benfluorex, suite à la survenue d’effets indésirables graves. La Commission Nationale de Pharmacovigilance (PV du 29 novembre 2005 ci joint) a souhaité une réévaluation du rapport bénéfice/risque du produit.  Chef de projet :              Direction de l'évaluation des actes et produits de santé
DP Val
1
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52
1 CARACTERISTIQUES DU MEDICAMENT  1.1. Principe actif benfluorex (chlorhydrate de)  1.2. Indications remboursables - Adjuvant du régime adapté dans les hypertriglycéridémies ; - Adjuvant du régime adapté chez les diabétiques avec surcharge pondérale.  Remarque : L'efficacité pour la prévention primaire et secondaire des complications de l'athérosclérose n'est pas prouvée.  1.3. Posologie Voie orale.  La posologie est habituellement de 3 comprimés par jour. Cette posologie peut être prescrite d'emblée ou atteinte progressivement de la manière suivante : - 1ère semaine : 1 comprimé par jour, au cours du dîner ; - 2ème semaine : 2 comprimés par jour, 1 au cours du déjeuner, 1 au cours du dîner ;  à partir de la 3ème semaine : 3 comprimés par jour, soit 1 au petit déjeuner, 1 au -déjeuner, 1 au dîner.  En fonction des résultats biologiques, la posologie peut être diminuée à 2 comprimés par jour, voire 1 comprimé par jour. En association à un régime adapté, Médiator constitue un traitement adjuvant : une surveillance régulière clinique et biologique de chaque patient sera instaurée.   
2 ANALYSE DES DONNEES DISPONIBLES   2.1. Efficacité en attente d’éventuelles données de la firme  2.2. Effets indésirables (données RCP) Les effets indésirables suivants ont été observés : - troubles digestifs (nausées, vomissements, gastralgies, diarrhée) ; - asthénie ;  somnolence ; -- état vertigineux.  Toutefois, ces effets s'observent plus particulièrement à des posologies élevées. Une susceptibilité individuelle a également été observée.   
3 SERVICE MEDICAL RENDU   3.1. Caractère habituel de gravité des affections traitées La prise en charge des hypertriglycéridémies et du diabète ne se conçoit que dans le cadre d’une prise en charge globale des facteurs de risque (tabac, hypertension artérielle, obésité…)
DP Val
2
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52
Les hypertriglycéridémies sont souvent associées à un risque de maladie coronarienne. Les personnes avec des taux de triglycérides très élevés présentent un risque accru de développer une pancréatite. Les hypertriglycéridémies peuvent être isolées ou associées à une augmentation du taux de LDL-cholestérol. En dehors de l’hypertriglycéridémie sévère, associée à un risque de survenue de pancréatite aiguë, il n’y a aucune urgence pour la prise en charge thérapeutique d’une anomalie isolée des triglycérides. Si le taux de triglycérides est le seul perturbé (taux de LDL-cholestérol en dessous des valeurs usuelles), il faut rechercher une cause associée : obésité ou surpoids, diabète, consommation excessive d’alcool. Les complications les plus fréquentes et les plus graves du diabète sont cardiovasculaires, micro et macroangiopathiques.  3.2. Rapport efficacité/effets indésirables en attente d’éventuelles données de la firme   3.3. Place dans la stratégie thérapeutique La prise en charge recommandée de la surcharge pondérale, déterminée par l’IMC, repose sur : -la recherche de complications ou de facteurs de risques associés (HTA, dyslipidémie, diabète…) - les mesures hygiéno-diététiques : activité physique, régime alimentaire, voire une psychothérapie de soutien. Le traitement médicamenteux est indiqué en cas d’échec des mesures hygiéno-diététiques poursuivies pendant 3 mois. Mais ces dernières doivent être maintenues et associées au traitement médicamenteux.  La thérapeutique de première intention de l’hypertriglycéridémie inclut une thérapeutique diététique ainsi que la perte de poids, l’activité physique, la diminution des apports caloriques et de la consommation des graisses saturées et la restriction d’alcool. Lorsque l’ hypertriglycéridémie est associée à une hypercholestérolémie, cette dyslipidémie mixte étant fortement athérosclérosante, un traitement médicamenteux doit être envisagé. Les médicaments de choix pour réduire les taux de triglycérides sont habituellement les fibrates. Dans le cas de dyslipidémie mixte, les statines associées aux fibrates sont recommandées. Le mécanisme d’action du benfluorex comme hypolipémiant est indéterminé. Les données actuellement disponibles sont insuffisantes pour justifier son utilisation.1  Le programme alimentaire et une activité physique régulière constituent le traitement initial du diabète de type 2. Ils doivent être mis en oeuvre dès que le diagnostic de diabète de type 2 est confirmé et poursuivis indéfiniment. Le régime diabétique est normoglucidique et hypolipidique. En cas de surpoids, il convient de mettre en place un régime hypocalorique. Lorsque les mesures hygiéno-diététiques se révèlent insuffisantes, on prescrit un hypoglycémiant oral. En cas de surpoids important, la metformine en monothérapie a démontré son efficacité dans l’étude UKPDS. En cas de surpoids modéré, on peut choisir en première intention la metformine ou un inhibiteur des alphaglucosidases.  Une diminution significative du poids par rapport au placebo a été observée chez des patients obèses avec un diabète de type 2, ayant reçu de l’orlistat (diminuant l’absorption des TG alimentaires) ou de la sibutramine (utilisée pour stimuler la satiété).2 Une méta-analyse3a évalué l’efficacité de certains médicaments (fluoxetine, orlistat, sibutramine) pour la perte de poids chez des patients obèses avec un diabète de type 2. Ces médicaments ont                                             1Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique – recommandations Afssaps Mars 2005 2NICE – National Clinical Guidelines for Type 2 Diabetes - 2005 3Pharmacotherapy for weight loss in adults with type 2 diabetes mellitus – Review Cochrane 2006
DP Val
3
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17
permis une perte de poids significative mais modeste. De plus, le profil de sécurité de la sibutramine est discutable.  Le benfluorex n’est cité dans aucune recommandation, il n’a donc pas de place reconnue dans la stratégie thérapeutique des traitements adjuvants du régime dans les hypertriglycéridémies et chez les diabétiques avec surcharge pondérale.   3.4. Intérêt en termes de santé publique Compte tenu : - d’un rapport efficacité/effets indésirables mal établi ; - l’absence de place dans la stratégie thérapeutique, de cette spécialité ne présente pas d’intérêt en termes de santé publique.   3.5. Recommandations de la commission de la transparence  
DP Val
4