Molière illustré par Horace Vernet - article ; n°132 ; vol.40, pg 310-311

-

Documents
6 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Revue d'histoire de la pharmacie - Année 1952 - Volume 40 - Numéro 132 - Pages 310-311
2 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1952
Nombre de visites sur la page 64
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

Dauphin
Molière illustré par Horace Vernet
In: Revue d'histoire de la pharmacie, 40e année, N. 132, 1952. pp. 310-311.
Citer ce document / Cite this document :
Dauphin . Molière illustré par Horace Vernet. In: Revue d'histoire de la pharmacie, 40e année, N. 132, 1952. pp. 310-311.
doi : 10.3406/pharm.1952.8623
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/pharm_0035-2349_1952_num_40_132_8623Molière illustré par Horace Vernet
burin, Aussi par peintres uvres de mêmes Horace Parmi Les On Carie, Sauvé, s'étonnera sont-ils comédies ont illustrateurs de célèbres. les né Vernet Molière, illustré dans tout à nombreux Bordeaux, de sans la premiers Né est noire Molière, T* datée Horace à le doute Paris édition dernier grand ceux le de quel petit-fils Vernet. en de 1682, ceux-ci, collective qui, trouver 1789, comique. descendant beau et par il de dans on sujet y plus le Joseph, et meurt peut crayon, celle 1" illustre tard pour édition citer en de né sur 1863. un la 1697. à d'une Brisart, la Avignon, plume illustrée illustrateur liste Il lignée est de ou gravé le l'ardes fils ces de le /
rière-petit-fils d'Antoine, également Avignonnais. Il peignit surtout
des scènes militaires à la demande de l'impératrice Marie-Louise et
du roi Jérôme, de Charles X, de Louis-Philippe, de Napoléon III, etc.
Nous avons eu la bonne fortune de mettre la main sur deux des
sins originaux d'Horace Vernet, l'un daté de 1828, Vautre de 1850,
illustrant des scènes de Molière représentant des apothicaires armés
de leurs seringues. C'est donc à ce double titre historique et phar
maceutique que je les présenterai.
Nous n'avons pu identifier d'une façon certaine le premier de ces
dessins, daté de 1828 et qui représente sans doute une querelle entre
médecins, renforcée par le chur des apothicaires, à moins que ce
ne soit l'illustration du 3* intermède du 3* acte du Malade imagin
aire, contenant la cérémonie burlesque d'un homme qu'on fit mé
decin et oh figuraient 8 porte-seringues, 6 apothicaires, 22 docteurs,
8 chirurgiens, etc..
Les costumes sont ceux de l'époque 1800 ; le dessin est assez aca
démique.
Bien supérieur au point de vue facture est le dessin daté de 1850.
Ce n'est qu'un croquis, mais alertement enlevé et plein de vie. Les
costumes sont ici de l'époque Louis XIV. ILLUSTRÉ PAR VERNET 311 MOLIÈRE
// illustre une scène de Monsieur de Poirrceaugniac. On se souvient
des aventures de cet avocat de Limoges, venu pour épouser la fille
d'Oronte, Julie. Celle-ci a un amant qui se charge de faire retourner
M. de Pourceaugnac dans son Limousin. Entre autres moyens, il le
met entre les mains des médecins et apothicaires pour le guérir
d'une prétendue maladie. Ceux-ci vont l'abrutir et le poursuivre de
leurs galimatias, de leurs ordonnances, de leurs lavements :
« Allez-vous-en au diable J », s'écrie M. de Pourceaugnac, fuyant
avec son fauteuil, tandis que Vapothicaire venu lui donner le lav
ement prescrit le poursuit avec sa seringue, suivi des médecins et
des matassins.
Ce dessin de Vernet a servi de modèle pour la gravure de Nar-
geot, illustrant l'édition complète des uvres de Molière par
Furne.
Même attitude de M. de Pourceaugnac, fuyant avec son fauteuil)
mêmes gestes chez les apothicaires poursuivants, mais ceux-ci por
tent le costume 1820 environ. Notre dessin est-il la première es
quisse d'une série ayant abouti au modèle de la gravure de Nargeot
ou ce dernier s' ins pir a-t-il directement de cette esquisse pour faire
la gravure que nous avons ici ? Faute d'autre preuve, je pencherai
pour cette opinion.
Cette gravure porte en bas : H. Vernet pinxit ; i7 est à noter que
ce mot était utilisé à l'époque aussi bien que celui de delineavit. Les
peintres n'employaient d'ailleurs plus guère ce mot pinxit après la
fin du xvn* siècle, alors que les graveurs l'employaient encore (1).
Dauphin.
cette (1) Il présentation, nous reste à et remercier M. Sergent bien qui amicalement nous a procuré M. Bouvet les qui photographies nous a suggéré qui
l'illustrent.