Prévention des effets secondaires de la diéthylcarbamazine au cours du traitement de la filariose Loa
10 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Prévention des effets secondaires de la diéthylcarbamazine au cours du traitement de la filariose Loa

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
10 pages
Français

Description

PREVENTION DES EFFETS SECONDAIRES DE LA DIETHYLCARBAMAZINE AU COURS DU TRAITEMENT DE LA FILARIOSE LOA LOA PAR LA LORATADINE OU LA BETAMETHASONEA. SAME-EKOBO*, T. KUETE**RESUMEL’importance des effets secondaires au cours des traitements anti-filariens est à l’origine de nombreuses interruptions et échecsthérapeutiques. La diéthylcarbamazine (DEC), médicament de référence, ou l’ivermectine, provoquent des effets secondaires parfoissévères lorsqu’elles ne sont pas associées à un antihistaminique ou à un corticoïde. Dans cette optique, nous avons procédé àl’évaluation de l’efficacité et de la tolérance de 2 médicaments au cours du traitement de la loase par la DEC. Le premier, laloratadine est un antihistaminique des récepteurs H1 périphériques, administré par voie orale à raison d’un comprimé de 10 mg/jpendant 30 jours. Le second, la bétaméthasone, un anti-inflammatoire stéroïdien administré par voie intramusculaire à une dose de7 mg, éventuellement renouvelable 21 jours plus tard. L’étude inclut 60 patients âgés de 15 ans à 60 ans, constitués en 2 groupes®selon leur parasitémie : le groupe A avec une microfilarémie < 2000/ml est traité avec la loratadine (Clarityne ) alors que le groupe® ®B avec une microfilarémie > 2000/ml est traité avec la bétaméthasone (Diprostène ). Les résultats montrent que Clarityne e t®D i p r o s t è n e sont deux médicaments efficaces et bien tolérés dans la prévention des manifestations d’intolérance au cours dutraitement de la ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 118
Langue Français

Exrait

PREVENTION DES EFFETS SECONDAIRES DE LA DIETHYLCARBAMAZINE AU COURS DU TRAITEMENT DE LA FILARIOSE LOA LOA PAR LA LORATADINE OU LA BETAMETHASONE
A. SAME-EKOBO*, T. KUETE**
RESUME
LÕimportance des effets secondaires au cours des traitements anti-filariens est ‡ lÕorigine de nombreuses interruptions et Èchecs thÈrapeutiques. La diÈthylcarbamazine (DEC), mÈdicament de rÈfÈrence, ou lÕivermectine, provoquent des effets secondaires parfois sÈvËres lorsquÕelles ne sont pas associÈes ‡ un antihistaminique ou ‡ un corticoÔde. Dans cette optique, nous avons procÈdÈ ‡ lÕÈvaluation de lÕefficacitÈ et de la tolÈrance de 2 mÈdicaments au cours du traitement de la loase par la DEC. Le premier, la loratadine est un antihistaminique des rÈcepteurs H1 pÈriphÈriques, administrÈ par voie orale ‡ raison dÕun comprimÈ de 10 mg/j pendant 30 jours. Le second, la bÈtamÈthasone, un anti-inflammatoire stÈroÔdien administrÈ par voie intramusculaire ‡ une dose de 7 mg, Èventuellement renouvelable 21 jours plus tard. LÕÈtude inclut 60 patients ‚gÈs de 15 ans ‡ 60 ans, constituÈs en 2 groupes Æ selon leur parasitÈmie : le groupe A avec une microfilarÈmie < 2000/ml est traitÈ avec la loratadine (Clarityne ) alors que le groupe Æ Æ B avec une microfilarÈmie > 2000/ml est traitÈ avec la bÈtamÈthasone (DiprostËne ). Les rÈsultats montrent que Clarityne e t Æ DiprostËsnonetdeuxmÈdicamentsefficacesetbientolÈrÈsdanslaprÈventiondesmanifestationsdÕintolÈranceaucoursdu traitement de la loase. Ils agissent aussi bien sur les troubles liÈs au ver que sur les troubles dus ‡ la diÈthylcarbamazine. Les Æ clairances des manifestations liÈes au ver sont courtes, comprises entre 2 jours et 4,75 jours chez les sujets traitÈs avec la Clarityne , Æ et entre 1,3 et 2,2 jours chez ceux traitÈs avec le DiprostËne . SÕagissant de lÕintensitÈ des effets secondaires en fonction de la Æ parasitÈmie, les donnÈes obtenues confirment que la loase peut efficacement Ítre traitÈe par la DEC-Clarityne lorsque la Æ parasitÈmie est < ‡ 2.000 microfilaires/ml, ou par la DEC-DiprostËne dans les cas dÕhypermicrofilarÈmie > ‡ 2.000 ÈlÈments/ml. Dans le contexte gÈographique actuel de polyparasitisme dominÈ par les infections mixtes Loa loa et Onchocerca dans notre zone dÕÈtude, le schÈma thÈrapeutique proposÈ sÕest avÈrÈ hautement efficace et bien tolÈrÈ.
Mots clÈs : DiÈthylcarbamazine, Loratadine, BÈtamÈthasone, Loa loa, YaoundÈ, Cameroun
SUMMARY
The large spectrum of side effects and their extent during antifilarial treatments usually lead to the therapeutic failure or to the interruption of treatment. Diethylcarbamazine (DEC) or ivermectine cause potentially side effects if they are not associated to an antihistamine or to a corticosteroÔd medicine. In that context, an oral form (1 tablet/d for 30 days) of antihistamine (loratadine, acting on H1 peripheral receptors) and one intramuscular injection of an anti inflammatory (betamethasone which is a corticosteroÔd compound) were given in order to evaluate their efficacy and tolerance during the treatment of loasis with DEC. They were assessed in a randomised trial. Including 60 Camerounian patients aged from 15 to 60 years, suffering from loasis, were Æ enrolled in the study. The level of parasitemia requested prior to treatment with Clarityne was < 2000 microfilaremia / cm3 for Æ group A, while for group B (receiving Diprostene ) minimum parasitemia requested prior to treatment was >2000 microfilaremia / Æ Æ cm3. Results are reported as follows : both Clarityne and Diprostene were effective and well tolerated in patients treated with DEC. Clinical features, clearance time were between 2 and 4,75 days in group A and 1,3 day to 2,2 days in group B. The Æ frequencies of the adverse effects which have been documented were greatly different : 53,3 % in Clarityne group, 16,6 % in Æ Diprostene group. Taking in consideration the level of parasitemia, our data indicate that if parasitemia is < 2000 microfilaria/cc3, treatment should include whenever possible, only DEC + loratadine ; in case of parasitemia is > 2000 microfilaria/cc3, the Æ recommended treatment should be DEC + Diprostene . In the geographical context of the site of this study where mixed infections L. loa + O. volvulus are predominant, that therapeutic scheme appeared to be both effective and well tolerated. Key words : Diethylcarbamazine, Loratadine, Betamethasone, Loa loa, Yaounde, Cameroon.
*Laboratoire de Parasitologie. CHU. YaoundÈ. Cameroun. ** Laboratoire de Parasitologie Mycologie et Immunologie Parasitaire. FacultÈ de MÈdecine et des Sciences BiomÈdicales. UniversitÈ de YaoundÈ I - Cameroun.
I - INTRODUCTION
PrÈvention des effets secondairesÉ
MÈdecine dÕAfrique Noire 2001 - 48 (5)
LÕimportance des effets secondaires en frÈquence et en intensitÈ au cours des traitements anti-filariens (1) sont ‡ lÕorigine de nombreuses interruptions et Èchecs des trai-tements. En effet, la diÈthylcarbamazine (DEC), mÈdicament de r È f Èenr ce des traitements des filarioses est gÈnÈrale-ment mal tolÈrÈe. En cas de charge parasitaire ÈlevÈe en microfilaires et/ou en lÕabsence dÕune association ‡ un antihistaminique ou ‡ un corticoÔde, elle donne lieu ‡ des effets adverses allant du simple prurit ‡ des mani-festations dÕintolÈrance graves, parfois mortelles (2). LÕivermectine dont lÕutilisation a ÈtÈ actualisÈe en 1994 (3) puis en 1998 (4) par les mises au point dÈconseillant sa prescription chez les sujets souffrant dÕune infection mixte loase et onchocercose, ne devrait a priori Ítre administrÈ que dans le contexte gÈographique de foyers purs. Ce produit ne semble en effet bien tolÈrÈ que pour les cas de mono-parasitisme par Onchocerca volvulus, Loa loa et Wu c heuopuorelsriaranbofcr,ti cas de pluri-parasitisme excluant la loase. En outre, en Afrique Centrale et notamment au Came-roun (5), lÕhyperparasitÈmie ‡ Loa loa serait aussi ‡ lÕorigine dÕimportantes rÈactions adverses au traitement par lÕivermectine.
La prÈsente Ètude est entreprise dans ce contexte, de manieËrrÈÈvaluer,danslecadrede´BonnesPrati-ques Cliniquesª lÕefficacitÈ dÕun antihistaminique de de- r n i Ëer gÈnÈration, sÈlectif des rÈcepteurs H1 pÈriphÈ-1Æ riques, la loratadine (Clarityne comprimÈ) et dÕun anti-i n f l a m m aetstÈioroÔdien ‡ effet prolongÈ, la bÈta-Æ mÈthasone (DiprostËne injectable) sur les effets secon-daires du traitement par la diÈthylcarbamazine (DEC).
II - OBJECTIF
Le but assignÈ ‡ ce double essai est de dÈterminer au cours du traitement par la DEC de la filariose Loa loa, lÕefficacitÈ de la loratadine par voie orale dÕune part et dÕautre part de la bÈtamÈthasone par voie intramuscu-laire sur lÕapparition des effets secondaires.
1. Loratadine : contrairement aux antihistaminiques ‡ courte durÈe dÕaction,laloratadinenÕapasdÕeffetsanhtioclinergiques;ellene provoque donc ni sÈdation, ni dÈpression du systËme nevreux central ‡ type de somnolence.
220
Pour atteindre ce but, les objectifs spÈcifiques suivants ont ÈtÈ fixÈs : - Identifier et quantifier les microfilaires Loa loa dans les f rottis et les culots de concentration sanguins des patients recrutÈs, - Evaluer sur les plans clinique et hÈmatologique, lÕefficacitÈ du traitement sur la base de 5 paramËtres : taux de guÈrison, taux de rÈduction de la charge parasiet,acilrairancesdesmanifestationscliniquesmajeures liÈes au parasite (prurit, ÏdËme de Calabar , migration du ver sous la conjonctive, reptation du ver sous la peau ), taux dÕÈosinophilie sanguine, - ApprÈcier la tolÈrance (clinique, hÈmatologique et u r i n aei)r, la com p li a nce e t l Õac cep ta bi lit È d e Æ Æ Clarityne et DiprostËne .
III - MATERIEL ET METHODES
Cette Ètude a ÈtÈ rÈalisÈe dans les laboratoires de Parasi-to l ogi e d e l a F ac ul tÈ de MÈ de ci ne e t du CHU de YaoundÈ. La rÈgion de YaoundÈ est un vaste foyer de Loa loa avec la coexistence de quelques cas de parasitis-me par Onchocerca volvulus (6). LÕivermectine a connu ici ses premiers effets secondaires les plus dramatiques (4).
Il sÕagit dÕun essai clinique comparatif, randomisÈ, simple et sans placebo, ouvert aux malades atteints de loase confirmÈe au laboratoire.
Elle inclut 60 sujets ‚gÈs de 15 ‡ 60 ans sur les critËres cliniques (prurit avec ou sans les autres manifestations de filariose) et biologiques (Loa loa avec une parasitÈ-mie infÈrieure ‡ 2000 microfilaires/ml pour le groupe A Æ (soumis ‡ la Clarityne ) et supÈrieure ‡ 2000 micro -Æ filaires pour le groupe B (soumis au DiprostËne ).
2 Ont ÈtÈ exclus les enfants ‚gÈs de moins de 15 ans, les adultes de plus de 60 ans, les femmes enceintes ou allaitantes, les patients hypersensibles ‡ la loratadine, et ceux connus ou suspectÈs dÕavoir une contre indication aux corticoÔdes par voie gÈnÈrale, ou soumis ‡ une cor -ticothÈrapie rÈcente (moins de 4 semaines).
Les patients ainsi sÈlectionnÈs ont ÈtÈ constituÈs en
2. Les porteurs dÕune infection mixte Loa loa + Onchocerca volvulus ou Loa loa + Mansonella perstans, nÕont pas ÈtÈ exclus de lÕÈtude.
PrÈvention des effets secondairesÉ
MÈdecine dÕAfrique Noire 2001 - 48 (5)
deux groupes selon leur parasitÈmie : - groupe A : microfilarÈmie < 2000/ml de sang, - groupe B : microfilarÈmie > 2000 / ml de sang total.
Les patients du groupe A prennent un comprimÈ de Æ Clarityne le matin, en mÍme temps que leur traitement 3 ‡ la DEC . Les patients du groupe B reÁoivent une injection de Æ DiprostËne en intramusculaire le premier jour du traite-ment ‡ la DEC, et si nÈcessaire, une seconde injection 3 ‡ 4 semaines plus tard. Pour chaque sujet, lÕhistoire de la maladie et les affec-tions concomitantes sont prÈcisÈes.
La posologie utilisÈe est la suivante :
Groupe A 1. DEC en comprimÈs dosÈs ‡ 50 mg : du premier au quatriËme jour : 1/4 de comprimÈ le matin et le soir ; 5Ë, 6Ë, 7Ë et 8Ë jours : 1/2 de comprimÈ le matin et le soir ; les jours suivants (par paliers de 4 jours) : 3/4 comprimÈ matin et soir, puis 1 et 2 comprimÈs, matin et soir, soit une dose totale de 36 comprimÈs en 30 jours de traitement. Æ 2. Loratadine (Clarityne ) comprimÈs ‡ 10 mg : 1 com-primÈ/jour pendant 30 jours consÈcutifs, soit au total 30 comprimÈs par malade.
Groupe B 1. Pour la DEC mÍme schÈma thÈrapeutique que pour
C lasses d '‚g e
1 5 -1 9 an s 2 0 -3 9 an s
4 0 an s et + To tau x
le groupe A. Æ 2. BÈtamÈthasone (DiprostËne ) en ampoules de 1 ml pour injections intramusculaires, dosÈes ‡ 7 mg de bÈtamÈthasone : 1 injection IM lente dÕune ampoule, Èventuellement renouvelable ‡ 21 jours dÕintervalle.
LÕobsvaenrce,lÕefficacitÈetleseffetsindÈsirablesdu mÈdicament ont ÈtÈ apprÈciÈs chez chaque malade, une fois par jour ‡ J0, J7, J14, J21 et J28, par un exa-men clinique (avec recherche des manifestations liÈes ‡ 4 5 la loase et celles liÈes ‡ la DEC ) et par les paramËtres suivants : taux de rÈduction de la parasitÈmie ‡ J28, protÈinurie et hÈmaturie ‡ J0, J7, J14, J21 et J28, taux de guÈrison. En cas dÕeffet secondaire grave mettant le por n o s t i c vital en jeu, le malade sort de lÕÈtude et reÁoit un traite-ment dÕurgence appropriÈ.
IV - RESULTATS
IV.1 Echantillon des sujets examinÈs
LÕÈchantillon retenu se compose de 60 malades ‚gÈs de 15 ans ‡ 60 ans, atteints de filariose Loa loa avec des charges parasitaires comprises en moyenne entre 943 et 3926 micro f i l ae isrLoa loa/ml avant le traitement. Le tableau 1 rapporte la rÈpartition des sujets par catÈgorie dÕ‚ge et selon le sexe, les charges parasitaires moyennes dans chaque catÈgorie.
Tableau 1 : RÈpartition des sujets de chaque groupe selon lÕ‚ge, le sexe et les charges parasitaires avant le traitement
SM
3 10 7 2 0
G ro u p e A
SF
1 3 6 1 0
SM + SF
4 13 13 3 0
SM
1 10 6 1 7
Groupe A : sujets traitÈs avec la loratadine (ClarityneÆ). SM = nombre de sujets de sexe masculin
G ro u p e B
SF
3 7 3 1 3
SM + SF
4 17 9 3 0
C h arg es p arasitaires in itiales/m l
G roupe A
3770 12072 11234 2 7 0 7 6
G roupe B
15 590 56982 35342 1 0 4 9 1 4
M oyennes du groupe A
943 929 865 9 0 3
Groupe B : sujets traitÈs avec la bÈtamÈthasone (DiprostËneÆ). SF = nombre de sujets de sexe fÈminin
M oyennes du groupe B
3148 3334 3926 3 4 9 8
3. DEC : DiÈthylcarbamazine citrate 50 mg. Ludego - Belgium. 4. Manifestations cliniques liÈes ‡ la loase : prurit, ÏdËme de Calabar, migration sous-conjonctivale de la filaire adulte, reptation du ver adulte sous la peau. 5.ManifestationscliniquesliÈeslaDiÈthylcarbamazine(DEC):prurit,vertiges,troublesdigestifs,cÈphalÈes,atrhralgies,encÈphalite,nÈphropathie, cardiopathie.
221
SG
SE
J0
Groupe A : sujets traitÈs avec la loratadine (ClarityneÆ). Groupe B : sujets traitÈs avec la bÈtamÈthasone (DiprostËneÆ). SE = nombre de sujets examinÈs SG = nombre de sujets guÈris TG = Taux de guÈrison
TR
TG
5 8 ,3 0 %
PrÈvention des effets secondairesÉ
TR
Tableau 2 : Evolution du taux de guÈrison en fonction du type de traitement dans les diffÈrentes classes dÕ‚ge
J2 8
TG
SE
SG
TG
SE
SG
85,70%
1804
16360
Tableau 3 : Distribution des charges parasitaires en fonction du temps, du type de traitement et de lÕ‚ge
3 046
1 5 -1 9 an s
3770
13
6 6 ,7 0 %
2 0
1 5
4
9
2
69,20%
9
75%
22
30
3 0
3
4
13
8
4
3 0
17
61,50%
19
17
52,90%
21%
50%
5 0 %
J2 8
6 0
MÈdecine dÕAfrique Noire 2001 - 48 (5)
IV.2.1 Taux de guÈrison ReflÈtant lÕeffet du ´tout ou rienª du mÈdicament, le taux de guÈrison correspond au pourcentage aprËs trai-tement, des sujets dont les frottis sanguins et les culots de concentration ‡ la saponine ne montrent plus de microfilaire Loa loa. Ce taux sÕÈlËve ‡ 66,7 % ‡ J28 pour le groupe A et 50 % pour le groupe B. Dans lÕensem-ble, la moyenne du taux de guÈrison est de 58,3 % (Tableau 2).
IV.2 Effets anti-parasitaires des deux types de traitements
Groupe B : sujets traitÈs avec la bÈtamÈthasone (DiprostËneÆ). TR = Taux de RÈduction
81,40%
142
1 3 1 5 0
12590
61,50%
67,10%
Groupe A : sujets traitÈs avec la loratadine (ClarityneÆ).
88,30%
70,40%
3574
2 7 0 7 6
9 1 4 4
4328
6 6 ,2 0 %
12072
2 0 -3 9 an s
87,40%
8 7 ,5 0 %
4146
7200
11234
104.914 avant le traitement (soit une moyenne de 3498 par patient) ‡ 13.150 (soit en moyenne 877 par patient) et dans le groupe A de 27.076 ‡ 9144, pendant le mÍme i n t evarlle de temps, (soit des moyennes de 903 mf/ml avant traitement et de 458 mf/ml aprËs traitement). Ces baisses des charges microfilarÈmiques correspondent ‡ des taux de rÈduction ‡ J28 de 87,5 % pour le groupe B et de 66,2 % pour le groupe A (Tableau 3 et Fig.2). Dans lÕensemble, chez les sujets non guÈris des 2 groupes, la microfilarÈmie a Ègalement subi une rÈgression sensible, passant de 1981 ÈlÈments/ml par patient avant traite-ment ‡ 892 ÈlÈments/ ml ‡ J28 ; soit un taux de rÈduc-tion de la microfilarÈmie initiale de 55 %. AnalysÈe en fonction de lÕ‚ge (tableau 3), la rÈduction de la parasitÈ-mie semble Ítre plus forte chez les sujets ‚gÈs que chez les enfants ; mais la diff Èernce nÕest pas statistiquement significative (p > 0,05).
56,70%
59,10%
1 0 4 9 1 4
56982
35342
8 3 ,0 0 %
84,40%
81,80%
62,50%
J0
4 0 an s et +
To tau x
1 5 -1 9 an s
5
8
13
3 5
2 0 -3 9 an s
IV.2.2 RÈduction des charges parasitaires Pour lÕensemble des patients correctement traitÈs, ‡ J28, les parasitÈmies totales exprimÈes en nombre de micro -f i l aeisr/ml (mf/ml) sont passÈs dans le groupe B de
J2 8
T O T A L (G r o u p e A + G r o u p e B )
G ro u p e A
J0
J0
J28
C h arg es p arasitaires
G ro u p e B
222
TR
G ro u p e A
J28
G ro u p e B
J0
To tau x
4 0 an s et +
T O T A L (G r o u p e A + G r o u p e B )
J28
J0
10774
69054
1 3 1 9 9 0
2 2 2 9 4
46576
8474
J28
J0 Groupe A
En fonction du groupe thÈrapeutique, les clairances Æ obtenues avec DiprostËne sont plus courtes que celles Æ trouvÈes avec Clarityne (Tableaux 4 et 5) ; les diffÈren-ces sont statistiquement significatives ( p< 0,05).
R ep .
P
PrÈvention des effets secondairesÉ
Graphique 1 : Charges parasitaires (mf/ml)
0
--
J0 J28 Groupe A + B
J28 Groupe B
J0
M ig .
P
O ed .
20000
MÈdecine dÕAfrique Noire 2001 - 48 (5)
40000
60000
O ed .
M ig .
80000
CLOE =Clairance de lÕÏdËme de Calabar CLRep. =Clairance de la reptation du ver sous la peau Clairance moyenne =somme des CL/n ou DM cumul/n Cl =Clinique
CLmp =Clairance du prurit CLMig =Clairance de la migration sous-conjonctivale de la filaire DM cumul. =DurÈe moyenne des signes cliniques cumulÈs n =nb de jours nÈcessaires ‡ la disparition des signes cliniques
M ig .
O ed .
P
R ep .
21 j.
3,7 j
10 j.
17 j.
1 j.
1 j.
10
17
27
1 j.
1 j.
81 j.
2,7 j.
Jo u r d e rÈfÈren ce
Sig n es clin iq u es
100000
IV.3.1 Clairances des manifestations cliniques dues au ver Exprimant la durÈe moyenne des signes cliniques chez lÕensemble des malades, les clairances moyennes, des 4 signes majeurs liÈs au ver adulte Loa loa, calculÈes en heures sÕÈlËvent ‡ : - 3,5 jours pour le prurit, - 2,5 jours pour lÕÏdËme de Calabar,
1,9 jours pour la migration sous-conjonctivale du ver, 1,6 jours pour reptation sous-cutanÈe du ver.
IV.3 EfficacitÈ des 2 traitements sur les manifestations cliniques
R ep .
Æ Tableau 4 : Clairances des manifestations cliniques chez les patients traitÈs avec DiprostËne
140000
Dans leur ensemble, ces manifestations cliniques dispa-raissent donc entre 1,6 jour et 3,5 jours soit en moyen-ne une clairance de lÕordre de 2,5 jours.
120000
0,9 j.
0,5 j.
0
0
0
0
3
4,8 j.
5,4 j.
15 j.
14
42 j.
3,3 j.
5 j.
J0 (avan t traitem en t)
1
2,5 j.
3,5 j.
7
2,3 j.
E ffectif30 9 D u r È e g l o b a l e d e s 30 j. 9 j. si D u rÈe m o yen n e d es 1 j. 1 j. sig n es clin iq u es (D M ) C l a i r a n c e 1 j. 1 j. C L = D M c u m u lÈ e
223
C Lm P = 1 j. + 3 ,7 j. + 6 j. = 1 0 ,7 j / 5 = 2 ,2 jo u rs p o u r le p ru rit C l a i r a n c e m o y e n n e s = C M C LO E = 1 j. + 3 ,3 j. + 4 ,8 j. = 9 ,1 j. / 5 = 1 ,8 5 jo u rs p o u r l'Ï d Ë m e d e C a la b a r C M = C L / n C LM ig = 1 j. + 3 ,5 j. + 5 ,4 j. = 9 ,9 j. / 5 = 2 jo u rs p o u r la m ig ra tio n so u s co n jo n ctiv a le d u v e r = D M c u m u lÈ e / n C LR e p = 1 j. + 2 ,8 j. + 0 j. = 3 ,8 j/ 3 = 1 ,3 jo u rs p o u r la re p ta tio n so u s cu ta n È e d u v e r
J1 - J2
1,3 j.
1,8 j.
6 j.
2,8 j.
6
8
40 j.
18 j.
J3 - J4
B
B
A
16
2 1
4
B
15
3
A
5
1 6
Jo u r d e rÈfÈren ce
J3 - J4
9
1 2
3
B
A
Æ ÈlevÈ dans le groupe Clarityne que dans le gro u p e Æ DiprostËne . Toutefois le nombre moyen dÕeffets secon-daiesrparpatient(Tableau7)estmoinsÈlevÈdansle Æ g roupe Clarityne (1,3 ‡ J28) que dans le gro u p e Æ D i p ro s t Ë n(1e,4 ‡ J28), mais la diff È ernce nÕest pas significative. Pour les deux groupes, la moyenne gÈnÈ-rale (qui est de 1,44 effet secondaire par patient) signi-fie que pour chaque type de traitement chaque patient se plaint de moins de 2 effets secondaires pendant les 28 jours que dure le traitement. Leur intensitÈ a ÈtÈ modÈrÈe de sorte quÕaucune sortie de lÕÈtude nÕa ÈtÈ relevÈe. Il est ‡ noter que chez une patiente de 60 ans du grou-pe A, lÕintensitÈ de la polyarthralgie et du lumbago a nÈ-Æ cessitÈ le remplacement de ClarityneÆ par DiprostËne .
J1 - J2
Sig n es clin iq u es
E ffectif
PrÈvention des effets secondairesÉ
MÈdecine dÕAfrique Noire 2001 - 48 (5)
D u rÈ e g lo b a le d e s s ig n e s 30 j. 7 j. clin iq u es D u rÈe m o yen n e d es 1 j. 1 j. sig n es clin iq u es (D M ) C l a i r a n c e 1 j. 1 j. C L = D M c u m u lÈ e
C L m P = 1 j. + 5 ,6 j. + 1 2 ,4 j. = 1 9 j / 4 = 4 ,7 5 jo u rs p o u r le p ru rit C l a i r a n c e m o y e n n e = C M C LO E = 1 j. + 5 ,3 j. + 6 j. = 1 2 ,3 j. / 4 = 3 ,1 jo u rs p o u r l'Ï d Ë m e d e C a la b a r C M = C L / n C LM ig = 1 j. + 3 ,5 j. + 4 ,7 5 j. = 9 ,2 5 j. / 5 = 1 ,8 5 jo u rs p o u r la m ig ra tio n so u s c o n jo n c tiv a le d u v e r = D M c u m u lÈ e / n C LR e p = 1 j. + 4 j. + 5 j. = 1 0 j. /5 = 2 jo u rs p o u r la re p ta tio n so u s c u ta n È e d u v e r
0,7 j.
5 j.
15 j.
1
3
4,75 j.
6 j.
1,25 j.
5,3 j.
3,5 j.
30 j.
30 j.
3
15
3 j.
5,8 j.
12,4 j.
4 j.
9 j.
10
6
165 j.
2,5 j.
4,3 j.
1 j.
1 j.
5 j.
12 j.
R ep .
P
O ed . M ig .
J0 (avan t traitem en t
7
R ep .
P
30
28
5
140 j.
12
1 j.
4,6 j.
5 j.
5 j.
1 j.
1
5,6 j.
P
1 j.
IV.3.2 Apparition des effets secondaires cliniques et biologiques de la DEC au cours des deux traitements
CLmp =Clairance du prurit CLMig =Clairance de la migration sous-conjonctivale de la filaire DM cumul. =DurÈe moyenne des signes cliniques cumulÈs n =nb de jours nÈcessaires ‡ la disparition des signes cliniques
M ig .
O ed .
CLOE =Clairance de lÕÏdËme de Calabar CLRep. =Clairance de la reptation du ver sous la peau Clairance moyenne =somme des CL/n ou DM cumul/n Cl =Clinique
IV.3.2. 1 Effets secondaires cliniques Æ Dans le groupe A, traitÈ avec Clarityne 16 patients sur 30, soit 53,3 %, contre 5 sur 30 (16.6%) parmi ceux Æ traitÈs avec DiprostËne ont prÈsentÈ aprËs le dÈbut du traitement au moins un signe clinique liÈ ‡ la diÈthyl-carbamazine (Tableau 7). Dans lÕensemble le nombre de sujets souffrant des effets secondaires augmente avec la durÈe du traitement, passant de 12 ‡ J7, ‡ 16 ‡ J14, 19 ‡ J21 et 21 ‡ J28 (Tableau 6). Ce tableau montre aussi quÕen fonction du groupe, le nombre de patients prÈ-sentant les effets secondaires est significativement plus
M ig .
R ep .
J7
B = sujets traitÈs par la bÈtamÈthasone (DiprostËneÆ) DEC = DiÈthylcarbamazine
Æ Tableau 5 : Clairances des manifestations cliniques chez les patients traitÈs avec Clarityne
O ed .
J2 8
1 9
J2 1
A
13
J1 4
224
N b d e m alad es ayan t p rÈsen tÈ d es effets seco n d aires ‡ la D EC
Jo u r d e rÈfÈren ce
To tau x
G roupes
A = sujets traitÈs avec la loratadine (ClarityneÆ)
Tableau 6 : Evolution du nombre de patients prÈsentant des effets secondaires en fonction du type de traitement
0
0
5
1,3
1,4
15
7
1,75
4
1,6
7
0
2 4
0
0
4
0
1
0
0
1
1
MÈdecine dÕAfrique Noire 2001 - 48 (5)
1
4
2
3
1
0
0
J1 4
B
A
G roupes
Jo u r d e rÈfÈren ce
B
A
J2 1
0
3
1
0
0
0
0
0
0
0
0
2
0
4
3
2
7
0
2
1
0
B = sujets traitÈs par la bÈtamÈthasone (DiprostËneÆ)
A = sujets traitÈs avec la loratadine (ClarityneÆ)
1
0
1
6
1
0
0
1
0
0
0
0
2
1
4
4
0
3
0
1
0
0
0
0
A
Tableau 7 : Evolution des cas dÕeffets secondaires en fonction du type de traitement
A u tres
O edËm es
N Èphropathie
0
1
1
0
1
0
E ffets seco n d aires
0
1
0
3
B
4
0
1
7
1
0
0
4
16
1 9
0
0
1
1
7
3
0
1
0
0
0
0
IV.3.2.2 Effets secondaires biologiques de la DEC E n ter J0 et J28, le nombre de sujets prÈsentant une hyperÈosinophilie >10% passe de 27 ‡ 14 dans le g roupe A et de 30 ‡ 9 dans le groupe B, diff È re n c e statistiquement significative (p < 0,05).
4.4 TolÈrance des mÈdicaments
PrÈvention des effets secondairesÉ
Avec la bÈtamÈthasone, un patient a prÈsentÈ une vive hÈpatalgie concomitante ‡ un accËs fÈbrile ‡ 38,5∞C, ces symptÙmes nÕont nÈcessitÈ aucun traitement ; mais ils ont persistÈ jusquÕ‡ J14. Par ailleurs les injections intramusceuslpariofrondesdumÈdicamentontÈtÈ bien supportÈes. SÕagissant de la compliance au traitement, elle a ÈtÈ
Une protÈinurie a ÈtÈ observÈe chez 27 patients avant traitement (dont 11 du groupe A et 16 du groupe B) ; ‡ J28, 13 patients prÈsentaient toujours une protÈinurie (4 dans le groupe A et 7 dans le groupe B) soit un taux de rÈduction supÈrieur ‡ 50 % pour chaque type de traitement.SÕagissantdÕhÈmaturie,leseulcasobsverÈ avant le traitement chez une femme de 60 ans a dispa-ru au contrÙle de J7.
J2 8
B
Picotem ents
Troubles visuels
Vertiges
Prurit
EncÈphalite
Troubles digestifs
Som nolence
Cardiopathie
LaloratadineaentraÓnÈdËslapremiËerprise orale 2 cas de sÈcheresse de la bouche, dÕintensitÈ modÈrÈe qui ont ÈtÈ passagers et bien supportÈs sans aucune interruption dans les activitÈs quotidiennes.
0
0
0
0
1
2
1
0
0
N b p atien ts p rÈsen tan t d es effets secondaires
9
1
1,4
CÈphalÈes
Arthralgies
225
U rticaire
N b m o ye n d 'e ffe ts se co n d a ire s / patient
1 4
1,5
2
1
2
2,3
1 9
3
6
13
N b to tal d 'effets seco n d aires
J7
A