Qu
2 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Qu'est-ce que la maladie d'Alzheimer ?

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
2 pages
Français

Description

La Société Alzheimer défend la cause des personnes qui
vivent avec la maladie d’Alzheimer au Canada.
La Société croit que toutes les personnes qui sont atteintes
Maladie d’Alzheimerde la maladie devraient avoir accès à des traitements
Les autres facteurs de risque comprennent : qui amélioreront leur qualité de vie. De quoi s’agit-il? • alimentation malsaine La Société Alzheimer est un organisme de santé national
sans but lucratif qui s’emploie à aider les personnes • diabète
touchées par la maladie d’Alzheimer ou une affection
• hypertension artérielle connexe. La Société offre de nombreux programmes
d’appui et ressources pour les personnes atteintes de
• hypercholestérolémie
la maladie, et leurs aidants. Elle finance également des
• accidents vasculaires cérébraux travaux de recherche pour guérir la maladie et améliorer
les méthodes de soins.
• obésité
Pour plus de renseignements, communiquez avec la Société
• stressde réduire un bon nombre des autres facteurs de Alzheimer de votre région ou rendez-vous à notre site
risque connus en changeant son style de vie. Internet à www.alzheimer.ca• maladies inflammatoires chroniques
Âge : La vieillesse est le plus important facteur
• antécédents de dépression cliniquede risque de la maladie d’Alzheimer. La plupart
des personnes atteintes de cette maladie sont • déficiences cognitives légères
âgées de 65 ans et plus. Or, on croit que la
• manque d’activité physiquemaladie se développe nombre d’années avant la
© ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 184
Langue Français

Exrait

de réduire un bon nombre des autres facteurs de risque connus en changeant son style de vie.
Âge :La vieillesse est le plus important facteur de risque de la maladie d’Alzheimer. La plupart des personnes atteintes de cette maladie sont âgées de 65 ans et plus. Or, on croit que la maladie se développe nombre d’années avant la manifestation du déclin cognitif et de la perte de mémoire. Par contre, il est important de souligner que la plupart des personnes âgées ne sont pas toutes atteintes de la maladie d’Alzheimer, qu’il ne s’agit pas là d’une conséquence normale du vieillissement. Quels que soient les facteurs de risque, la maladie ne s’installe jamais avant un certain âge.
Gènes :La forme familiale de la maladie, c’est-à-dire celle qui est transmise de génération en génération, ne compte que pour sept pour cent des cas. Bien que la forme courante de la maladie (forme sporadique) entretienne aussi des liens avec la génétique, il nous reste beaucoup à apprendre à son sujet. La plupart des cas d’Alzheimer ne peuvent être attribués à une seule cause. On continue donc d’étudier le rôle de la génétique.
Les autres facteurs de risque comprennent : • alimentation malsaine • diabète • hypertension artérielle • hypercholestérolémie • accidents vasculaires cérébraux • obésité • stress • maladies inflammatoires chroniques • antécédents de dépression clinique • déficiences cognitives légères
• manque d’activité physique
• faible statut socio-économique • exercice inadéquat du cerveau • niveau de scolarité inférieur • blessure à la tête • tabagisme
Vivre avec la maladie d’Alzheimer La Société Alzheimer a mis au point un certain nombre de ressources pour aider les personnes atteintes de la maladie et leurs aidants, notamment le dépliant « Maladie d’Alzheimer : Que faire? » etla section « J’ai la maladie d’Alzheimer » de notre site Internet (www.alzheimer.ca).
Les sociétés régionales offrent également de l’information et des services tels que des groupes de soutien spécialement conçus pour les personnes aux prises avec la maladie et leurs proches.
travaux de recherche pour guérir la maladie et améliorer les méthodes de soins.
Pour plus de renseignements, communiquez avec la Société Alzheimer de votre région ou rendez-vous à notre site Internet à www.alzheimer.ca
© 2009, Société Alzheimer du Canada
Page couverture : La TEM supérieure montre le cerveau d’une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer alors que celle d’en dessous présente un cerveau sain. Ces TEM ont été fournies par Masanori Ichise, M.D. FRCPC (Mount Sinai Hospital, Toronto/NIH Bethesda).
Page intérieure : IRM offertes par le Sunnybrook and Women’s College Health Sciences Centre.
Société Alzheimer du Canada 20, avenue Eglinton Ouest, bureau 1600, Toronto (Ontario) M4R 1K8 Tél. : 416-488-8772 1-800-616-8816 Téléc. : 416-488-3778 Adresse électronique : info@alzheimer.ca Site Internet : www.alzheimer.ca
Numéro d’enregistrement d’organisme de bienfaisance : 11878 4925 RR0001
Rendu possible grâce à une subvention sans affectation particulière de :
B300-02F 2009
Maladie d’Alzheimer De quoi s’agit-il?
Ce que nous savons de la maladie d’Alzheimer
La maladie d’Alzheimer est une maladie dégénérative évolutive du cerveau, qui porte gravement atteinte à la pensée et à la mémoire. Il s’agit de 1 la forme de démence la plus courante.
L’image ci-dessus montre que le cerveau d’une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer (à droite) possède moins de tissus cérébraux que celui d’une personne qui n’a pas la maladie (à gauche).
Cellule Alzheimer
Cellule saine
r Cette maladie a été découverte par le DAlois Alzheimer en 1906, qui a identifié les deux manifestations de la maladie : les « plaques » et les « enchevêtrements ».
Les plaques sont formées de nombreux dépôts denses et minuscules répartis dans l’ensemble du cerveau qui, à des concentrations élevées, sont toxiques pour les cellules cérébrales. Les enchevêtrements, pour leur part, interviennent dans les processus vitaux en « étouffant » les cellules saines du cerveau. La dégénérescence, puis la mort des cellules cérébrales, entraînent le rétrécissement de certaines régions du cerveau.
Au fur et à mesure que la maladie d’Alzheimer évolue et affecte différentes parties du cerveau, diverses facultés sont endommagées, ce qui résulte en un déclin des habiletés ou une modification du comportement. Une fois disparues, ces habilités ne reviennent jamais. C’est du moins ce qu’on a cru jusqu’à maintenant, mais de récentes recherches laissent entrevoir la possibilité d’un certain réapprentissage.
Incidence de la maladie d’Alzheimer
La maladie d’Alzheimer affecte en fin de compte tous les aspects de la vie de la personne : ce qu’elle pense, ce qu’elle ressent et ce qu’elle fait. Mais son incidence varie selon les personnes, ce qui veut dire qu’il est difficile de prédire ses symptômes, l’ordre dans lequel ils paraîtront et le rythme de l’évolution de la maladie.
1 La maladie d’Alzheimer est un syndrome dont les symptômes comprennent la perte de mémoire, de jugement et de raisonnement, des sautes d’humeur, ainsi que des changements au niveau du comportement et de la capacité de communiquer. Parmi les affections connexes, notons la démence vasculaire, la démence frontotemporale, la maladie de Creutzfeldt-Jakob et la démence à corps de Lewy.
Dans la plupart des cas, la maladie agit sur les éléments suivants :
Fonctions cognitives :La maladie a une incidence sur la capacité de la personne à comprendre, à penser, à communiquer et à se souvenir. La capacité de prendre des décisions se voit également atténuée. De simples tâches accomplies depuis des années deviennent difficiles, voire impossibles à réaliser. Viendront également de la confusion et la perte de mémoire, d’abord celle des événements récents, puis celle des événements antérieurs. La capacité de trouver le mot juste et de suivre une conversation sera également touchée.
Émotions et humeur :La personne peut sembler blasée ou apathique, ou ne plus s’intéresser aux passe-temps qu’elle aimait auparavant. Elle risque aussi de ne plus pouvoir maîtriser ses humeurs et ses émotions. Une autre personne deviendra moins expressive, renfermée. Cependant, on sait que même en phase avancée, la personne peut continuer à ressentir joie, colère, peur, amour et tristesse.
Comportement :La façon de réagir à ce qui l’entoure se modifie chez la personne atteinte d’Alzheimer. Certaines de ses réactions sembleront mêmes contraires à sa vraie nature. Parmi les réactions possibles figurent la répétition de gestes ou de paroles, le fait de cacher ses possessions, des manières brusques et un comportement agité.
Habiletés physiques :La maladie peut avoir une incidence sur la coordination et la mobilité de la personne. Ces modifications entraînent un déclin physique graduel, lequel agit sur la capacité d’effectuer de façon autonome des tâches usuelles comme se nourrir, se laver et s’habiller.
Recherche, traitement et stratégies
Des percées importantes ont été réalisées en matière de traitements susceptibles d’affecter le quotidien des personnes atteintes de la maladie. Par ailleurs, un
diagnostic précoce permettant un traitement en phase initiale améliore la qualité de vie de nombreuses personnes. Plusieurs médicaments ont pour effet de ralentir le déclin de la mémoire, du langage et de la pensée chez certaines personnes. Bien que ces médicaments ne fonctionnent pas dans tous les cas, ils constituent une avancée dans le traitement de la maladie d’Alzheimer. Des essais cliniques de nouveaux médicaments et vaccins s’attaquant au développement de la maladie se révèlent prometteurs et laissent entrevoir une amélioration continue des traitements.
De nouvelles stratégies de thérapie comportementale aident également les personnes atteintes de la maladie. Certaines thérapeutiques, notamment l’activité physique et la musicothérapie, sont actuellement considérées comme étant efficaces et utiles. Les recherches indiquent que la qualité de vie des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer et de leurs aidants s’améliore grandement grâce aux activités axées sur leurs forces et leurs habiletés. Le fait de comprendre la personnalité, l’expérience de vie, le système de soutien et la façon dont une personne compose avec la maladie permet d’élaborer une démarche de soins propre à préserver et à améliorer sa qualité de vie.
Facteurs de risque de la maladie d’Alzheimer Bien que la cause précise de la maladie et le moyen de la guérir demeurent inconnus, il semble qu’elle se développe lorsque l’effet combiné de certains facteurs de risque atteint un niveau seuil. Bon nombre de ces facteurs nous sont connus, mais d’autres restent à déterminer. Une fois ce seuil atteint, la capacité de régénération et de maintien du cerveau ne suffit plus, ce qui déclenche le début de la maladie.
Les facteurs de risque augmentent la probabilité de développer la maladie d’Alzheimer. L’âge et la génétique sont deux facteurs de risque sur lesquels on ne peut rien. Par contre, il est possible
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents