4 pages
Français

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Quelle place pour l'acide zolédronique (Aclasta®) dans l'ostéoporose post-ménopausique - Fiche BUM

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
4 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Mis en ligne le 04 sept. 2008 L’acide zolédronique est un bisphosphonate indiqué dans l’ostéoporose post-ménopausique chez les patientes à risque élevé de fracture et administré en perfusion intraveineuse une fois par an.Il diminue le risque de fractures vertébrales et non vertébrales (y compris de la hanche) chez les femmes ayant une ostéoporose post-ménopausique.En raison du risque de fibrillation auriculaire ou d’ostéonécrose de la mâchoire, son emploi justifie une surveillance cardiaque et bucco-dentaire particulière. Place dans la stratégie thérapeutique :Aclasta® apporte une amélioration du service médical rendu mineure (ASMR IV) dans la prise en charge de l’ostéoporose post-ménopausique chez la femme à risque élevé de fractures. Il n’est remboursable que chez les patientes ayant un antécédent de fracture de fragilité ou ayant un T-score < -3 ou un T-score ≤ -2,5 associé à plusieurs facteurs de risque de fracture. Autres caractéristiques à retenir : L’acide zolédronique était déjà indiqué sous le nom de Zometa® dans la prévention des complications osseuses chez des patients atteints de pathologie maligne avec atteinte osseuse et dans l’hypercalcémie induite par des tumeurs, ainsi que, sous le nom d’Aclasta®, dans la maladie osseuse de Paget. Mis en ligne le 04 sept. 2008

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 avril 2008
Nombre de lectures 76
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Langue Français

Extrait

B O N
U S A G E
D U
M É D I C A M E N T
Quelle place pour l’acide zolédronique(Aclasta®) dans l’ostéoporose postménopausique ?
L’acide zolédronique est un bisphosphonate indiqué dans le traitement de l’ostéoporose post-ménopausique chez les femmes à risque élevé de fracture, notamment ayant eu une fracture de hanche récente secondaire à un traumatisme modéré. Il est administré en perfusion intraveineuse une fois par an.
L'ESSENTIEL Perfuser annuellement mais surveiller attentivement
Posologie : une fois par an en perfusion IV L’acide zolédronique (4 mg) est indiqué sous le nom de Zometa®dans la prévention des complications osseuses chez des patients ayant une atteinte osseuse maligne et dans l’hypercalcémie induite par des tumeurs. L’acide zolédronique (5 mg) est indiqué, sous le nom d’Aclasta®, dans le trai-tement de la maladie osseuse de Paget, del’ostéoporose postménopausique, del’ostéoporose masculineet del’ostéoporose cortisonique. Dans l’ostéopo-rose, il est administré une fois par an à la dose de 5 mg en perfusion IV lente (15 minutes). de l'ostéoporose tient au risque fracturaire (uneLe caractère de gravité fracture du col fémoral peut compromettre le pronostic vital). Le rapport efficacité/effets indésirables de l’acide zolédronique dans la prévention des fractures ostéoporotiques est important. Le service médical rendu (SMR)* par Aclasta®est important. risque de fractures vertébrales et non verté-L’acide zolédronique diminue le brales (y compris de la hanche) chez les femmes ayant une ostéoporose post-ménopausique. Aclasta®apporteune amélioration du service médical rendu mineure** (ASMR IV) dans la prise en charge de l’ostéoporose postménopau-sique chez les patientes à risque élevé de fractures. Il n’est remboursable que chez les patientes ayant fait une fracture par fragilité osseuse ou ayant, soit un T-score < -3, soit un T-score ≤ -2,5 associé à plusieurs facteurs de risque de fracture.
Surveillance cardiaque et bucco-dentaire En raison du risque d’arythmie cardiaque, voire defibrillation auriculaire, l’em-ploi de l’acide zolédronique justifie une attention particulière. Comme pour tous les bisphosphonates, le risque d’ostéonécrose de la mâchoire impose d’effectuer un bilan bucco-dentaire avant le traitement. Pendant celui-ci, des soins adaptés et une surveillance au moins une fois par an seront assurés ; la patiente sera avertie de la nécessité de signaler à son médecin ou à son den-tiste toute anomalie dentaire (mobilité) ou gingivale (douleur, gonflement).
* Le service médical rendu par un médicament (SMR) correspond à son intérêt en fonction notamment de ses performances cliniques et de la gravité de la maladie traitée. La Commission de la Transparence de la HAS évalue le SMR, qui peut être important, modéré, faible, ou insuffisant pour que le médicament soit pris en charge par la collectivité. ** L'amélioration du service médical rendu (ASMR) correspond au progrès thérapeutique apporté par un médicament. La Commission de la Transparence de la HAS évalue le niveau d'ASMR, cotée de I, majeure, à IV, mineure. Une ASMR de niveau V (équivalent de « pas d'ASMR ») signifie « absence de progrès thérapeutique ».
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text