-  Résumé d
51 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

- Résumé d'étude -

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
51 pages
Français

Description

Médecins généralistes et éducation nutritionnelle en Rhône-Alpes Etude réalisée par l'Observatoire Régional de la Santé Rhône-Alpes Février 2004 Médecins généralistes et éducation nutritionnelle en Rhône-Alpes Réalisation de l'étude : Delphine GRUAZ, chargée d'études Docteur Denis FONTAINE, médecin directeur d'études Direction de la publication : Docteur Olivier GUYE L'Observatoire Régional de la Santé Rhône-Alpes remercie particulièrement les médecins qui ont accepté de participer aux enquêtes ; ce rapport n'aurait pu être réalisé sans leur contribution. Merci également à l'Union Régionale des Caisses d'Assurance Maladie de la région Rhône-Alpes, la Direction Régionale des Affaires Sanitaires et Sociales de Rhône-Alpes et l'Union Régionale des Médecins Libéraux de Rhône-Alpes pour leur participation au comité de pilotage de l'étude. Observatoire Régional de la Santé Rhône-Alpes Espace Régional de Santé Publique - 9, qui Jean Moulin 69001 LYON Tél : 04 72 07 46 20 - Fax : 04 72 07 46 21 - Email : courrier@ors-rhone-alpes.org Site Internet : www.ors-rhone-alpes.org Médecins généralistes et éducation nutritionnelle en Rhône-Alpes Février 2004 - Résumé d'étude - particulier chez les enfants et les adolescents, Cette étude a été faite à la demande de du fait d'une mauvaise hygiène ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 111
Langue Français

Exrait

       Médecins généralistes et
éducation nutritionnelle en Rhône-Alpes 
        Etude réalisée par  l'Observatoire Régional de la Santé Rhône-Alpes  
     
   
 
Février 2004
          
     Médecins généralistes et
éducation nutritionnelle en Rhône-Alpes       Réalisation de l'étude :  Delphine GRUAZ,chargée d'études  Docteur Denis FONTAINE,médecin directeur d'études   Direction de la publication :  Docteur Olivier GUYE          L'Observatoire Régional de la Santé Rhône-Alpes remercie particulièrement les médecins qui ont accepté de participer aux enquêtes ; ce rapport n'aurait pu être réalisé sans leur contribution. Merci également à l'Union Régionale des Caisses d'Assurance Maladie de la région Rhône-Alpes, la Direction Régionale des Affaires Sanitaires et Sociales de Rhône-Alpes et l'Union Régionale des Médecins Libéraux de Rhône-Alpes pour leur participation au comité de pilotage de l'étude.        Observatoire Régional de la Santé Rhône-Alpes Espace Régional de Santé Publique - 9, qui Jean Moulin 69001 LYON Tél : 04 72 07 46 20 - Fax : 04 72 07 46 21 - Email : courrier@ors-rhone-alpes.org Site Internet :www.ors-rhone-alpes.org 
 Médecins généralistes et éducation nutritionnelle en Rhône-Alpe  
Février 2004  - eduté'd émuséR -  Cette étude a été faite à la demandep adrtei culier chez les enfants et les adolescents, l'Union Régionale des Caisses d'AssuradCn'uce esf ta itp odu'urqnue oim ilasu veasitsie hnytg iqèunee  la'léidmuecnattaiiorne . Maladie de la région Rhône-Alpes. Elle a me pour objectif de décrire les pratiques jndueutsnr itionLneeullre  sdecoiot ndêter ep riaoxriéteé  scuorn cleersn ep llus médecins généralistes en matière d'éducpeaetrisoeonsn . nes âgéde plus en plus touchéees s nutritionnelle, d'identifier leurs attentes par es, rapport à différents publics, leupr ar des problèmes de déséquilibre connaissance du PNNS, leurs avis adelti mpernétcaairriet ée ta idnes i dqéuneu tlrait iomna. nLqeuse  sidt'uaacttiiovintsé  réactions par rapport à une offre de serviec e et leur perception des problématiqupehisyo rsiitqéuse s pnoen tarnesésmoretnetn et xppraism éceos.m me des émergentes. pr  Deux enquêtes ont été réalisées fin 2003 par l'Observatoire Régional de la Santé :Des pratiques très variées en matière  1- Une enquête par questionnaire postald'éducation nutritionnelle auprès d'un échantillon représentatif de 206 médecins généralistes de la région RhôDnaen-s le cadre de cette étude, ont été exclues Alpes. les situations où il y a une pathologie 2- Une enquête qualitative par entretineéncse ssitant une adaptation nutritionnelle auprès de vingt médecins généralistes (ddoieab bélèas itté .). avérée, hypertension artérielle, région. e. Les médecins peuvent aborder les questions   en etde nutrition de leur propre initiative  Des médecins concernés par la nutritiondehors d'une maladie dans plusieurs cas : de mais peu informésmanière systématique avec tous leurs cours des visite at ues Près de trois quarts des médecins décla(prbaeiltniaetn nst, s, vaauc cins, certificatss)  syosut éemncioqre que leur rôle en matière d'éducatiqouna nd ils repèrent des signes qui les incitent nutritionnelle est de donner des conseils rler Pour certains, l'éducation . personnalisés, même en l'absence nà udtere inti onpnaelle est difficile à faire quand il n'y demande du patient. Cependant seulea l nde des patients. emt oidtieés  dg'ueindteres  e"luax  saa nctoén nviaeisnst aennc e mdaun PgeNLaeNpsnSa sededéms"nticfid  refè nts de dema  pratiques qui ont été envoyés à tous les médecinsé. gOalnement concernant leur manière d'interroger, de conseiller, et de suivre leurs constate que les plus informés sont plaetsi ents en matière de nutrition. Enfin, si médecins installés en zone urbaine, cleerst ains médecins ont une pratique identique femmes, et les moins de 45 ans. en matière d'éducation nutritionnelle avec  tous leurs patients, d'autres ciblent certains La crainte d'une augmentation depublics (jeunes, personnes âgées) qu'ils  considèrent plus concernés par des l'obésité chez les jeunesproblèmes liés à la nutrition. Les médecins redoutent l'augmentationC edttee  diversité des pratiques des médecins l'obésité dans les années à venir, penut s'expliquer par leurs différences   
d'intérêt pour la nutrition et de percepctionseils (77%). Des thèmes prioritaires ont de leur rôle en matière d'éducatiéotné  déterminés par les médecins pour les 4 nutritionnelle et de prévention. publics définis dans le PNNS. Les autres Quatre types de pratiques ont été décritsa t:t entes concernent des annuaires des  edémsnic seLrc e'tsl sent que qui penetantes (49%), desosruec sxesiu ril sserv , rôle de faire de l'éducation nutritionnelldge' uiinedft oers, DtVioDn.. . Deps osuérarnaiceenst  de foérgmalaetimone not u qui en font systématiquement avec tousi lnetuérrse smsear les médecins (30%), notamment patients, sur l'alimentation et les besoins nutritionnels  Ceux qui pensent que c'est leur rôle, et qui en font systématiquement avec certspiéc ifiques aux différentes périodes de la vie, publics et dès qu'ils repèrent un signe d'aaiphcnapsl eq is eul rupra enévontit  ealp irese  nrge de l'obésité. avec les autres patients, Par ailleurs certains médecins souhaiteraient  , p ul redopesdsi àpson cdes em te   tuq irucea sràô rreel'e c lstntseue qiuq nep xueC en font dès qu'ils repèrent un signe d'aplp'eéld, ucation nutritionnelle (et à la prévention  t pan'es ce  queestnp neq iueCxunu r  ,emiovaar-là mêal) et plneesg  n réruére ôl et qui n'en font que quand il y a un sifginpé sefic iceanntme.a  c leopruuq e d'appel. Enfin, la participation des médias et des autres professionnels potentiellement  Les obstacles à l'éducation nutritionnellecs s inecéd inaf rec eapsnm triaent ivemaitéouhtun itire nov tsnconéerpas lar quand il n'y a pas de demanded'appuyer leur discours. Les médecins généralistes mentionnent plusieurs obstacles pour faire de l'éducaDtieosn  étapes préalables pour les médecins nutritionnelle :  le risque d'intrusion dans l'intimité duprnés pareu concetun noitacudé'l e llneontiri -patient à travers ce sujet personnel, - le risque de perturber la relation médPeociunr les médecins peu intéressés par la patient (crainte de gêner, vexer les patienédu,c ast)iotn truioitetn tse namiuq t'l e - le manque de temps et de connaissa ces ar pour faire de l'éducation nutritionnelle,ne desencande dempas p ldee tielôr rue utritoinnleeln  eafti - le manque d'efficacité visible à court teerétnma elp',e a sb préalables à la m isdee s àp adtiisepnotssi,t idoen s - l'environnement non facilitant (famildl'eo, utils semblent nécessaires :  publicité..). Prendre conscience de l'importance de la Ces difficultés ne diffèrent pas selon le type h de pratique des médecins, on constsnaautntert iéti, one te t dde e ll''aapcptiovritt é dpu ysmiqéudee cipno urp alra  cependant que certains parviennent àl' éldesu cation nutritionnelle gérer tandis que pour d'autres elles son riovuop ruop enu rvas -rioriaf, cqt uArni ué véritable frein. ouvrir le dialogue sur les questions de   sans les heurter. ents pnutrition avec le urs ati Un intérêt pour des outils pratiquesUne nouvelle action de communication sur Les besoins exprimés par les médecins ldseéo cPnrtNi vNaSn tp rdéesse nmtaannit èlreess  odu'etilnsg adigsepr olnei bdlieasl oegt ue en lien avec les difficultés qu'ils rencontrent it être envisagée, ainsi pmoéudr efcaiinrse  sdoe nlt' épdruinccaitipoanle nmuetrnitt iodnenmelalne.d aqeLvuueeers sc   ldee sp aatiretinctl eps ouprurabliés dans les revues d'outils pratiques, en particulier de ficphreosf-essionnel les.   
Le rapport complet de l'étude est disponible sur les sites Internet l'URCAM de la région Rhône-Alpes et de l'ORS Rhône-Alpes : http://www.rhone-alpes.assurance-maladie.fr et http://www.ors-rhone-alpes.org